Navigation – Plan du site
Les réceptions de Golgotha picnic

De l’art et de la religion, ou quand les internautes commentent l’affaire Golgotha picnic

Geneviève Bernard Barbeau, Marty Laforest et Jessica Rioux-Turcotte

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation et une chronologie détaillées de l’affaire, nous renvoyons à l’introduction d (...)

1La venue de Golgotha picnic, pièce de l’auteur Rodrigo García, au Théâtre Garonne à Toulouse en novembre 2011 et au Théâtre du Rond-Point à Paris, quelques semaines plus tard en décembre, a suscité un tollé qui a occupé en partie l’espace médiatique français et qui a soulevé nombre de questionnements relatifs à l’art, à la liberté de création et au respect de la religion et des croyants. Jugée blasphématoire et christianophobe par certaines organisations catholiques traditionalistes, la pièce a fait l’objet de vives dénonciations, et d’importantes manifestations ont eu lieu lors des représentations. L’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (AGRIF) a même attaqué en justice Les Solitaires intempestifs, maison d’édition qui a publié la pièce, et le Théâtre du Rond-Point. Les procédures judiciaires – dont l’AGRIF sortira déboutée – s’échelonneront jusqu’en novembre 20171.

  • 2 Sur lesquelles se penchent les autres contributions de ce dossier.
  • 3 Olivier Turbide, Diane Vincent et Éric Kavanagh, « Repères méthodologiques pour l’analyse des disco (...)
  • 4 L’anonymat des locuteurs, qui fait en sorte que l’on ne peut jamais savoir avec exactitude qui parl (...)
  • 5 À ce sujet, voir Ruth Amossy, « La coexistence dans le dissensus. La polémique dans les forums de d (...)

2Si la pièce a fait l’objet d’une controverse dans les sphères littéraire, politique, religieuse et judiciaire2, elle a aussi suscité de vives réactions dans la population, s’attirant tantôt des applaudissements, tantôt des reproches de la part d’individus qui ont pris la parole dans l’espace public, sur les réseaux sociaux, à la suite d’articles journalistiques en ligne ou dans des tribunes téléphoniques par exemple, pour faire part de leur point de vue sur la pièce – qu’ils l’aient vue ou non. C’est à ce « discours citoyen » que nous nous intéressons ici. Adoptant la typologie de Turbide, Vincent et Kavanagh3, nous désignons ainsi les discours d’individus dont la parole est médiatisée, que ce soit par le biais des médias traditionnels ou des médias socionumériques, mais qui n’agissent pas dans l’espace public à titre professionnel (contrairement, par exemple, aux journalistes) ou, à tout le moins, qui ne s’affichent pas comme tels puisque leurs commentaires sont rédigés dans une tribune à priori dévolue à des individus qui n’en ont pas d’autres, et sous un pseudonyme ou encore sous un nom donné pour véritable mais qu’il n’est pas possible de vérifier avec certitude4. Il s’agit donc d’évaluer un échantillon de réactions citoyennes à Golgotha picnic, sachant que celles-ci, de par leur nombre, leur lieu de diffusion et les représentations qu’elles véhiculent d’un objet donné – l’art et la religion dans le cas qui nous intéresse – jouent un rôle important dans la constitution de polémiques et dans l’ampleur de leur circulation dans l’espace public5.

Littérature, art et polémique

  • 6 Sur cette polémique, voir Jean-Philippe Uzel, « Appropriation artistique vs appropriation culturell (...)
  • 7 La dimension juridique a toutefois été évoquée à plus d’une reprise pendant la polémique, notamment (...)

3L’affaire Golgotha picnic paraît s’inscrire dans une série de controverses récentes, que l’on pense, à titre d’exemples et dans l’espace francophone contemporain seulement, au spectacle musical Slāv et à la pièce Kanata, tous deux mis en scène par Robert Lepage en 2018, à la tragédie Les Suppliantes présentée à la Sorbonne en 2019 ou à la trilogie Des femmes de Sophocle mise en scène par Wajdi Mouawad en 2011. Si aucune des quatre pièces n’a été saisie par la justice, elles n’ont pour autant pas été épargnées par les critiques virulentes – ayant mené, dans le cas de Slāv, de Kanata et des Suppliantes, à l’interruption soit temporaire, soit définitive des représentations – et ce pour différentes raisons : accusation d’appropriation culturelle et dénonciation de l’absence de diversité sur scène dans le cadre de Slāv et de Kanata6, condamnation du recours au blackface et accusation de racisme pour Les Suppliantes et critique de la présence de Bertrand Cantat, reconnu coupable de l’homicide involontaire de sa conjointe Marie Trintignant, dans la distribution Des femmes7.

  • 8 C’est d’ailleurs le propre de toute polémique, qu’elle soit ou non de nature artistique. Pour Amoss (...)
  • 9 Voir notamment Yves Jubinville, « Inventaire après liquidation : étude de la réception des Fées ont (...)

4Ces différentes polémiques rappellent à quel point l’art est susceptible de diviser et d’alimenter la confrontation d’opinions divergentes, voire conflictuelles8, et nombreux sont les individus qui prennent la parole sur la place publique pour faire entendre haut et fort leur point de vue. Or, on le constate, ces polémiques ne reposent pas toutes sur les mêmes éléments, ne soulèvent pas les mêmes enjeux ni n’ont la même ampleur. Dans le cas de Golgotha picnic, ce sont principalement des motifs religieux qui sont à l’origine de la controverse. Aussi, ce cas est-il davantage comparable à celui des Fées ont soif de Denise Boucher, présentée pour la première fois en 1978 au Québec : la pièce avait fait l’objet non seulement de vives protestations de groupes religieux qui la jugeaient blasphématoire, mais aussi d’attaques en justice pour empêcher sa représentation et interdire la diffusion du texte9.

  • 10 Par exemple, se concentrant sur les procès concernant des œuvres de fiction contemporaines en Franc (...)
  • 11 À ce sujet, voir notamment les réflexions de Bourdieu, prolongées par Heinich dans ses travaux sur (...)
  • 12 Gisèle Sapiro, « De la responsabilité pénale à l’éthique de la responsabilité. Le cas des écrivains (...)
  • 13 Nous renvoyons à l’article de Mathilde Barraband et de Jean-Yves Camus dans ce dossier, qui présent (...)
  • 14 Anna Arzoumanov et Mathilde Barraband concluent d’ailleurs à un relatif succès des « stratégies com (...)

5La judiciarisation de la littérature (et plus généralement de l’art et des manifestations culturelles) semble s’inscrire dans un processus cyclique10 qui engage au moins autant les sensibilités individuelles, les préoccupations sociales caractéristiques d’une époque et d’un lieu et le contexte sociopolitique qui leur est propre11, que la responsabilité même de l’écrivain et des institutions12 ou, du moins, ce qui est socialement considéré comme tel. C’est dans cette perspective que notre analyse doit être lue, en ce qu’elle permet de mettre en lumière ce que les citoyens prenant part au débat entourant l’affaire Golgotha picnic jugent acceptable et inacceptable, notamment en matière d’art et de religion. Or, précisons d’emblée que l’ampleur de la polémique n’est certainement pas étrangère à une importante campagne de mobilisation menée par certains groupes catholiques, qui ont invité leurs sympathisants à occuper le plus possible l’espace public pour faire entendre leur point de vue13. Les médias, tant traditionnels qu’électroniques, ont tout particulièrement été ciblés par l’institut catholique traditionaliste Civitas comme lieux à investir pour fustiger la pièce, son auteur et les théâtres la mettant à l’affiche, mais également pour condamner vivement ce qui est perçu comme une attaque constante de l’art contemporain envers la religion et les croyants. On peut donc faire l’hypothèse que certains des individus dont nous allons analyser le discours sont ceux qui ont répondu à l’appel de Civitas14.

Données à l’étude

  • 15 « Les documents médiatiques citoyens renvoient à la parole citoyenne médiatisée : soit dans les méd (...)
  • 16 Rappelons que les représentations ont eu lieu du 16 au 20 novembre 2011 à Toulouse et du 8 au 17 dé (...)
  • 17 Jean-Pierre Thibaudat, « “Golgota picnic” : Rodrigo García fait la nique aux intégristes », Rue 89, (...)
  • 18 Armelle Heliot, « Golgota Picnic ne vaut pas un scandale », Le Figaro, 8 décembre 2011, consulté le (...)
  • 19 Brigitte Salino, « Chez Rodrigo García, le sauveur, c’est le verbe », Le Monde, 9 décembre 2011, co (...)
  • 20 Hadrien Volle, « “Golgota Picnic”, un doux pétard mouillé », Arkult, 9 décembre 2011, consulté le 2 (...)
  • 21 Raphaël de Gubernatis, « “Golgota picnic” : intolérance et malentendus », L’Obs, 12 décembre 2011, (...)
  • 22 Voir le classement établi par le site Eurotopics, URL : https://www.eurotopics.net/fr.

6Les plateformes qui permettent aujourd’hui aux citoyens de réagir aux controverses telles que l’affaire Golgotha picnic sont si nombreuses que le problème de la constitution du corpus d’analyse est avant tout un problème de circonscription d’un sous-ensemble que l’on souhaite représentatif, puisqu’il serait difficile de recueillir tous les commentaires d’internautes sur le sujet, et plus encore de les analyser tous. Il n’est évidemment pas question de choisir sciemment les commentaires à analyser en fonction de leur contenu, ce qui orienterait la recherche dès ses balbutiements. Aussi, pour assurer tant la faisabilité que l’objectivité de notre analyse, nous avons décidé de restreindre les données à l’étude en fonction de certains critères. Le discours citoyen dans l’affaire Golgotha picnic a été abondant (micro-trottoir dans des reportages télévisés, discussions sur les blogues, les réseaux sociaux, etc.). Nous avons choisi de nous intéresser à celui qui a pris place dans les commentaires de lecteurs à la suite d’articles publiés en ligne, c’est-à-dire à la frange de la parole citoyenne qui est la moins « sélectionnée, éditée, montée15 ». Nous avons d’abord répertorié les critiques de la pièce, publiées dans des journaux ou des magazines au cours de la période où elle tenait l’affiche pour la première fois en France16. Puisque notre objectif est d’analyser la perception de la pièce, nous avons fait le choix d’écarter les articles centrés sur la polémique et sur le procès intenté par l’AGRIF pour ne retenir que ceux qui constituent une évaluation artistique du spectacle. Des 22 critiques recensées, nous n’avons dans un deuxième temps conservé que celles qui comportaient des réactions d’internautes, soit un total de cinq. Ces textes sont tous parus entre le 17 novembre et le 12 décembre 2011 dans Rue 8917, Le Figaro18, Le Monde19, Arkult20 et L’Obs21, cinq médias dont le lectorat diffère habituellement de façon plutôt marquée, une partie étant traditionnellement considérés comme se positionnant plus à droite sur l’échiquier politique (Le Figaro), une autre plus au centre (Rue 89) et deux plus à gauche (L’Obs et Le Monde), en passant par ceux qui sont particulièrement intéressés par l’art et la culture (Arkult)22.

  • 23 Geneviève Bernard Barbeau, « Corpus complexe et superposition des niveaux d’interprétation : vers l (...)
  • 24 Ou plus exactement sous 68 pseudonymes différents. Un même individu pourrait se cacher derrière plu (...)

7Nous avons recueilli tous les commentaires publiés par des citoyens à la suite de ces articles, pour un total de 446 commentaires. Or, une forte proportion de ces messages ne traitent pas du tout de Golgotha picnic ; leurs auteurs se contentent d’exprimer une opinion sur la foi religieuse et sa place dans l’espace public ou simplement leur accord ou leur désaccord, soit avec l’auteur de la critique à laquelle ils réagissent, soit avec l’auteur d’un autre commentaire. Le phénomène est révélateur du fonctionnement de la polémique : d’un objet d’abord circonscrit au champ de l’art, le débat glisse rapidement vers des thématiques connexes liées cette fois non pas à l’art, mais à la société en général, ce qui décuple ses proportions et contribue à l’ampleur, voire à la virulence, des échanges23. Mais puisqu’ils ne permettent pas de mettre en évidence les réactions à la pièce ou du moins au jugement que porte sur elle le critique professionnel et de faire ressortir les conceptions de l’art qui y sont véhiculées, ces commentaires ont été éliminés. Ainsi, aux fins de l’analyse, seuls ont été conservés les 99 messages qui abordent l’œuvre elle-même, au moins minimalement, ce qui n’empêche pas leurs auteurs de s’exprimer aussi sur la religion et la controverse autour du spectacle. Ces messages ont été publiés, selon toute vraisemblance, par 68 individus24 et ils totalisent 10 036 mots (par comparaison, l’ensemble des cinq critiques à la suite desquels ils ont été publiés en compte 4 656).

  • 25 Pour d’autres études s’inscrivant dans cette cadre d’analyse, nous renvoyons à Geneviève Bernard Ba (...)

8Notre étude s’inscrit dans le cadre de l’analyse linguistique du discours, et plus particulièrement de celle du discours citoyen polémique tel qu’il se déploie dans la sphère publique et numérique25. Nous privilégions une approche cumulative des méthodes d’analyse, c’est-à-dire que nous avons recours aussi bien à l’analyse qualitative que quantitative des données recueillies. Dans certains cas, le recours à l’analyse quantitative permet d’arriver à une analyse plus complète et plus fine des données considérées, par exemple lorsqu’il s’agit d’identifier les catégories les plus représentatives du corpus et le poids des phénomènes étudiés. L’analyse quantitative se veut alors un complément à l’analyse qualitative, et non une fin en soi.

Les éléments qui choquent

  • 26 Précisons que l’affaire remontant à 2011, il est par ailleurs difficile de savoir si une politique (...)

9Les cinq articles donnant lieu à des commentaires citoyens évaluent la qualité du spectacle tout en abordant, plus ou moins longuement, la polémique qui l’entoure, notamment par un bref retour sur sa genèse et une description des effectifs policiers déployés autour du théâtre au moment des représentations. Les critiques sont dans l’ensemble nettement plus positives que négatives ; si certains journalistes ont des réserves sur le spectacle (c’est notamment le cas de Volle dans Arkult), aucun ne le déprécie fortement et aucun n’y voit d’offense aux catholiques. La situation est tout autre dans les commentaires suivant ces articles où dominent les messages d’individus qui, globalement, jugent la pièce offensante, et s’opposent de ce fait à l’auteur de l’article. Le contenu d’un article ne semble donc guère influencer celui des messages publiés à sa suite, et ce, peu importe le journal. Dans la polémique entourant Golgotha picnic, il n’existe donc pas de lien net entre la position du critique qui commente la pièce, l’orientation politique du journal et celle des commentaires qui y sont publiés26. Sachant que des groupes catholiques intégristes ont demandé à leurs sympathisants de se faire aussi présents que possible sur toutes les tribunes qui leur seraient offertes, on peut faire l’hypothèse que l’écart observé entre l’orientation politique des journaux à l’étude et le positionnement d’une part importante de leur lectorat, d’une part, et la nature des commentaires citoyens, de l’autre, est le résultat d’un brouillage dû au militantisme de certains individus qui ont investi les médias à l’étude. Cette hypothèse est difficile à vérifier avec certitude, mais plusieurs indices – sur lesquels nous reviendrons – laissent croire qu’il s’agit d’une piste plausible.

  • 27 Voir notamment Ruth Amossy, Apologie de la polémique, op. cit.

10Il est difficile de proposer une analyse argumentative des messages en fonction de leur opinion favorable ou défavorable à l’égard de la pièce ou de la critique qui en est faite, parce que les prises de position visent tantôt la pièce, tantôt les manifestations des catholiques, tantôt d’autres œuvres d’art, voire la publicité qu’on leur fait. En outre, comme les stratégies argumentatives mobilisées dans ce type de message sont très souvent les mêmes d’une polémique à l’autre et qu’elles sont déjà bien décrites27, il ne nous est pas apparu pertinent de nous y attarder. Toutefois, quelle que soit l’opinion défendue, presque tous les commentateurs se montrent choqués ou indignés par quelque aspect de l’œuvre ou de la situation et c’est pourquoi, dans un premier temps, nous avons plutôt classé le contenu des messages retenus en fonction du motif de cette indignation. Cette décision occulte la singularité des messages – leur style, leur ton –, mais fait apparaître clairement les enjeux de la discussion qui divise passionnément leurs auteurs. Le tableau 1 fait état du palmarès des éléments jugés choquants. C’est le nombre total d’occurrences d’éléments choquants mentionnés et non le nombre de messages qui a servi de base au calcul. Dans un message, on compte, pour un seul élément choquant tous les énoncés ou parties d’énoncés qui portent sur un même contenu (par exemple le financement public de la pièce), mais un même message peut faire apparaître plus d’un élément choquant (évoquant par exemple le financement public de la pièce et le manque de respect envers la religion). C’est pourquoi, pour 99 messages, on arrive à un total de 144 occurrences de l’un ou l’autre des dix éléments choquants consignés dans le tableau suivant.

Éléments jugés choquants

Nombre d’occurrences

%

n = 144

1. Manque de respect envers la religion ou les croyants (chrétiens)

46

31,9

2. Attention médiatique portée à une pièce médiocre

29

20,1

3. Limitation de la liberté d’expression

19

13,2

4. Financement public

16

11,1

5. Double standard (les réactions différentes suivant la religion « attaquée »)

11

7,6

6. Comportement excessif des catholiques

8

5,6

7. Incompréhension manifeste de la pièce

7

4,9

8. Manque de respect envers les artistes

4

2,8

9. Jugement de la pièce sans l’avoir vue

3

2,1

10. Gaspillage de nourriture

1

0,7

Tableau 1. Éléments jugés choquants par les participants au débat entourant Golgotha picnic

  • 28 Les arguments du caractère sacrilège, du détournement de financement public et du gaspillage de nou (...)

11La nature de l’élément qui choque fait généralement apparaître la position de l’auteur du message : grosso modo, les opposants estiment que la pièce est irrespectueuse de la foi religieuse et médiocre, et ils sont choqués par son financement public. L’argument du double standard suivant lequel, selon eux, la critique de la religion catholique n’est pas réprimée comme l’est celle d’autres religions (nous y reviendrons), de même que le gaspillage de nourriture entraîné par le choix de tapisser la scène de pains pour hamburger les heurtent aussi28. Les internautes en faveur de Golgotha picnic, pour leur part, s’indignent que l’on songe à limiter la liberté d’expression des créateurs (en demandant qu’on n’aborde pas certains sujets tels que la religion), sont choqués par l’ampleur du mouvement de protestation des catholiques, estiment que la pièce est incomprise et décrient le fait qu’on la juge sans l’avoir vue et que l’on manque de respect aux artistes. L’addition des pourcentages montre que les opposants à la pièce sont plus nombreux à se manifester que ceux qui défendent le spectacle : 71% des éléments choquants relèvent du camp des adversaires de la pièce. Mais au-delà de ces chiffres, le tableau fait apparaître les principaux enjeux du débat : l’art et la religion, auxquels les deux sections suivantes seront plus spécifiquement consacrées.

Une certaine vision de l’art contemporain

La reprise marquée du lexique de l’art

  • 29 Ou de courts syntagmes nominaux tels que expression artistique ou matière culturelle (ce dernier ut (...)

12Tout comme celui des critiques, le discours des internautes mobilise le lexique de l’art. Nous avons relevé ces termes relatifs à l’art – tous des substantifs29 – et les énoncés dans lesquels ils apparaissent. Les termes en question désignent soit la pratique artistique elle-même (art, création, théâtre, par exemple), soit l’agent de cette pratique (artiste, créateur), soit son produit (œuvre, pièce, spectacle).

  • 30 Nathalie Heinich, Le Triple Jeu de l’art contemporain, op. cit., p. 219.
  • 31 Voir notamment Civitas, « Importance du combat culturel », Civitas. Revue catholique des questions (...)
  • 32 Pour un aperçu détaillé des différents modes de distanciation énonciative, voir Jacqueline Authier- (...)

13Un premier élément frappant est le nombre d’occurrences de ces termes mis entre guillemets ou précédés de pseudo, supposé ou soi-disant, rappelant des modalisations caractéristiques du discours des non-initiés qui rejettent l’art contemporain30 et qui abondent dans les publications de Civitas31. Ce procédé fait d’emblée apparaître un positionnement : pour ceux qui y recourent, la désignation au moyen du lexique de l’art des individus impliqués dans la production de Golgotha picnic, de leur travail et de la pièce elle-même n’est pas pertinente et ils ne l’utilisent qu’en marquant leur distance avec cette désignation32, indiquant par les guillemets ou, plus explicitement, par un terme tel que pseudo, qu’ils reprennent une qualification qu’ils jugent inappropriée, comme on le voit dans les exemples 1 et 2.

  • 33 Les commentaires ont été repris tels quels et n’ont fait l’objet d’aucune correction.

(1) On imagine que ceux qui trouve en cette pièce « une œuvre d’art » ont bon gout33... (no 50, Le Figaro)
(2) ne nous contestez pas le droit de croire, ni celui de refuser de voir notre croyance et sa représentation bafouées au nom d’un soi-disant art (n
o 64, Le Figaro)

14Le tableau 2 montre la proportion dans laquelle ce procédé de reprise distanciée, par le recours au marquage des désignations, est utilisé.

Termes relevés

Nombre total d’occurrences

Nombre d’occurrences marquées

% d’occurrences marquées

Art

32

4

12,5 %

Théâtre

5

0

0

Autres (expression artistique, la création, culture)

7

1

14,3 %

Total : désignation de la pratique artistique

44

5

11,4 %

Artiste

16

6

37,5 %

Auteur

9

1

11,1 %

Acteur

5

0

0

Créateur

4

2

50 %

Total : désignation agent de l’activité artistique

34

9

26,5 %

Pièce

61

4

6,6 %

Spectacle

17

2

11,8 %

Œuvre

8

1

12,5 %

Autres (une création, matière culturelle)

3

1

33,3 %

Total : désignation du produit de l’activité artistique

89

8

9 %

Tableau 2. Reprise distanciée des différents termes relevant du lexique de l’art

  • 34 Ruth Amossy, Apologie de la polémique, op. cit.

15Les pourcentages ne semblent pas très élevés, mais un relevé de tous les termes appartenant au lexique de l’art dans les cinq textes critiques à la suite desquels les commentaires analysés ont été recueillis – il s’agit des mêmes termes – ne montre pas une seule occurrence marquée de ce procédé de mise à distance. Il est donc clair que les internautes l’utilisent pour prendre une distance avec le discours de la critique professionnelle. On remarquera par ailleurs, à la lecture du tableau, que ce sont les désignations des agents de l’activité artistique qui sont le plus souvent l’objet de ce procédé, les occurrences marquées étant dans ce cas plus de deux fois plus nombreuses que dans les autres catégories de désignation (pratique artistique et produit de cette activité). Aux yeux des internautes, ce sont donc les individus, plus encore que leur activité ou leurs productions, qui ne « méritent » pas qu’on les loge à l’enseigne de l’art. Leurs commentaires construisent de cette manière implicite des opposants de chair et d’os : l’œuvre ne dissimule pas son auteur et c’est à lui qu’on en veut, ce qui rappelle le discrédit de l’opposant qui, selon Amossy34, constitue l’un des modes de fonctionnement des polémiques. Il est à noter qu’on mentionne très peu les acteurs et qu’aucune de ces mentions n’est marquée.

Usages génériques et spécifiques

16Une autre particularité distingue l’emploi que font les internautes du lexique de l’art par rapport aux critiques professionnels. Outre les termes pièce et spectacle, communs aux deux groupes par leur fréquence, les termes art et artiste sont les plus employés par les internautes, alors que les critiques professionnels utilisent plus souvent acteur et auteur. Les internautes utilisent donc plus souvent des termes génériques, qui englobent des pratiques et des agents dont le théâtre et les acteurs ne sont que des exemples. En outre, ils font aussi un usage volontiers « non singularisant » des termes plus spécifiques, les utilisant plus fréquemment au pluriel que les critiques ou les associant à un syntagme tel que « ce genre de [spectacle] », de sorte que ces termes ne désignent pas que Golgotha picnic ou sa production (voir les exemples 3 et 4, pour les usages singularisants, et 5 et 6, pour les usages non singularisants).

(3) Le spectacle est quasi insignifiant et il ne gêne en rien les catholiques. (no 48, Le Figaro)
(4) La pièce est nulle et ne mérite pas ce battage médiatique (n
o 32, Le Figaro)
(5) qu’au moins on ne donne pas de SUBVENTIONS pour ce genre de spectacles (n
o 94, Le Monde)
(6) Personne ne force quiconque à aller voir les pièces qui les dérangent (n
o 99, L’Obs)

17Ces indices linguistiques vont dans le même sens : ils indiquent que si les critiques ne parlent que d’un spectacle (la représentation de Golgotha picnic, qu’ils ont vue), de nombreux internautes donnent plutôt leur avis sur l’art contemporain dont la pièce ne représente qu’un exemple. Les critiques parlent de la pièce, de son auteur, des acteurs qui incarnent le texte sur scène ; les internautes parlent « des gens comme Castelluci » (no 40, Le Figaro), de « ce genre de pièces de théâtre » (no 19, Rue 89), de « “l’avant-garde” subventionnée » (no 9, Rue 89) ou de la liberté « des créateurs » (no 45, Le Figaro).

L’art devrait ou ne devrait pas…

18Les messages des internautes témoignent donc souvent, de manière plus ou moins explicite, d’une certaine conception de l’art. C’est essentiellement de la prédication des termes relevant du lexique de l’art (ou de leur pronominalisation) que l’on peut inférer cette conception. La plupart de ceux qui s’expriment sur cette question tiennent Golgotha picnic pour exemple de ce que l’art ne devrait pas être, raison pour laquelle certains en parlent comme d’un « soi-disant » art. Dans la majorité des messages, on lit en creux ce que devrait être l’art contemporain par opposition à la pièce qui fait scandale. Dans les 99 messages du corpus, 43 éléments de contenu sont ainsi consacrés à une définition prescriptive de l’art. Le tableau 3 les répertorie et les regroupe en catégories classées selon leur ordre de fréquence.

L’art véritable selon les internautes…

Nombre d’éléments de contenu

doit être moral

22

doit respecter la religion

12

doit être plaisant et rester dans les limites du bon goût

5

autres

4

Tableau 3. Les caractéristiques de l’art selon les internautes

19Si l’on en croit plusieurs commentaires, l’art doit se garder de critiquer la religion. Cette question est importante et fera l’objet de la prochaine section. Cinq commentaires renvoient à une norme esthétique : leurs auteurs affirment que l’art devrait être plaisant ou, comme le dit un internaute, « ne pas être une punition pour le spectateur » (no 88, Le Figaro), et rester dans les limites du bon goût, c’est-à-dire ne pas provoquer gratuitement et abandonner les « borborygmes » et les « contorsions » (voir l’exemple 9). Mais comme on le constate, les éléments dominants de la conception citoyenne de l’art sont liés à la moralité : 22 éléments y renvoient directement. Les internautes sont diserts sur cette question : contrairement à Golgotha picnic, l’œuvre d’art véritable ne doit pas offenser qui que ce soit, doit offrir le spectacle de « belles » valeurs, ne doit éveiller aucun sentiment susceptible d’altérer la « cohésion sociale », telles la révolte ou la haine. La nudité et la scatologie sont également à proscrire (voir les exemples 7 à 10).

(7) L’art c’est quoi ? essayer de produire chez le spectateur la haine, la révolte ?
Mais c’est plus dans le registre de l’art ca […]
Le culte de la nudité ? les insultes ? […]
Qu’offrez vous donc de positif à cette société en perte de repére ? (n
o 19, Rue 89)
(8) Au nom de quoi se permettre d’être ainsi blessant et offensant ?? Au nom de l’expression artistique alors ? (n
o 70, Le Figaro)
(9) C’est désolant mais c’est la rançon d’un état d’esprit généralisé, finalement très conformiste, qui croit et professe que l’art véritable peut seulement s’exprimer au travers des borborygmes, des contorsions grotesques et des artifices délirants en matière de mise en scène. Le tout articulé de manière préférentielle autour d’une déconstruction, radicale si possible, de quelque valeur communément partagée (n
o 88, Le Figaro)
(10) Et vous voudriez nous faire croire que tout ce cirque scatologique a un sens ? (n
o 23, Rue 89)

  • 35 Nathalie Heinich, Des valeurs. Une approche sociologique, Paris, Gallimard, 2017.
  • 36 Allocution de Pie XII aux artistes catholiques, 5 septembre 1950, citée par Civitas, « L’art pour l (...)
  • 37 Présentées en France la même année, les deux œuvres furent aussi les cibles des traditionnalistes. (...)
  • 38 Olivier Turbide,Diane Vincent et Marty Laforest, « The circulation of discourse : the case of depre (...)

20Bref, la majorité des citoyens qui s’expriment à la suite des critiques de l’œuvre pensent que l’œuvre d’art doit être édifiante. L’art est dès lors jugé à l’aune d’un ensemble de critères – d’un registre de valeurs, dirait Nathalie Heinich35 – esthétiques, idéologiques et surtout moraux. Il est révélateur que le recours aux valeurs morales domine les échanges. Il s’agit d’un élément tout particulièrement présent dans la campagne de mobilisation de Civitas, qui publie en juin 2011 un dossier dans lequel on peut lire l’Allocution de Pie XII aux artistes catholiques, qui affirme que « “art” et “immoral” : ce sont là deux mots en criante contradiction36 », et qui, en outre, dénigre un art contemporain « scatologique », en prenant à partie Golgotha picnic mais aussi le Piss Christ d’Andres Serrano et Sur le concept du visage du fils de Dieu de Roméo Castellucci37. Le fait que des propos semblables soient présents dans les discours citoyens, qui plus est sous une forme si proche de celle que l’on retrouve dans le dossier de Civitas, laisse peu de doute quant à l’importance de la circulation des discours de l’institut dans l’espace médiatique. La reprise des propos de Civitas, bien qu’elle soit effectuée sans marque explicite de reprise ou encore sans qu’il s’agisse d’une répétition exacte du discours source38, est plus que probable. Cela indiquerait la réussite de la campagne menée par le groupe, dont les membres et les sympathisants auraient, tel que recommandé, investi les médias pour se faire entendre.

  • 39 En 1998, Nathalie Heinich notait déjà que le motif selon lequel l’art sert à choquer « apparaît sou (...)

21Par ailleurs, il n’est certes pas rare que les internautes tiennent à faire savoir qu’ils sont au courant d’autres caractéristiques potentiellement définitoires de l’art, en particulier son caractère subversif et anticonformiste39. Mais alors deux types d’argumentation sont développés. La première consiste à en faire mention dans un mouvement concessif, afin de justifier une évaluation négative de la pièce de García, au titre qu’il y aurait une limite à la subversion acceptable (exemple 11) ou au titre que de tels excès relèvent plutôt de la psychiatrie (exemple 12). La seconde consiste, au contraire, à affirmer qu’une œuvre subventionnée par l’État ne saurait être réellement subversive (l’exemple 13 est parfaitement représentatif de ce raisonnement retrouvé dans plusieurs messages).

(11) Je sais que l’art est presque par définition subversif. […] Mais les caricatures, les provocations, les injures, les violences doivent, même au nom de l’art, rester dans les limites de la raison et du respect de l’autre... (no 61, Le Figaro)
(12) Au travers de ce délire verbal, un nouveau modèle de société nous est imposé pour en finir avec les prisons, les hôpitaux psychiatriques... Désormais, le théâtre devient un lieu de thérapie pour « créateurs » en perdition mentale. (n
o 69, Le Figaro)
(13) Les gens comme Castellucci, et ceux de « Golgotha… », qui jouent les gros rebelles et les marginaux d’avant-garde, ne sont que les petits laquais de cet ordre établi… Ils sont le pire conformisme, le pire académisme de l’Histoire de l’Art… « Rond Point des Champs Elysées », à deux pas du Fouquet’s… Subventionnés comme c’est pas permis… (n
o 40, Le Figaro)

  • 40 Pour les accusations d’insanité et de dangerosité, voir Jean-Baptiste Amadieu, « La littérature fra (...)

22Les reproches de dangerosité et d’insanité, comme celui de complicité avec le pouvoir, que les internautes adressent à la pièce de García, qui constituent autant de motifs de son exclusion du champ des œuvres d’art aux yeux des internautes dont nous avons analysé les propos, sont des motifs anciens et récurrents des discours contre l’art contemporain, qu’ils proviennent ou non au grand public40. Il reste que le contraste est saisissant entre la définition de l’art qui s’esquisse dans les commentaires citoyens analysés et celle que proposent les critiques professionnels – quelle que soit la ligne éditoriale du journal dans lequel les uns et les autres écrivent.

La religion, un objet tabou ?

23On l’a vu, des différents éléments jugés choquants par les internautes qui ont pris part à la discussion concernant Golgotha picnic, ce qui est considéré comme un manque de respect ou comme une volonté de provocation de la part de García est particulièrement présent dans le corpus – rappelons que près de 32 % des éléments jugés choquants relèvent de cette catégorie (voir le tableau 1). Mais plus spécifiquement, nombre des messages qui contiennent ces accusations laissent entrevoir le rapport parfois difficile qu’entretient la religion avec l’art ou, plus largement, avec sa représentation dans l’espace public. C’est ainsi que l’on voit émerger toute une discussion sur le caractère intouchable de la religion, dont l’exemple 14 est emblématique, et qui participe à l’établissement de ce qui est considéré comme les droits et les devoirs de l’art, comme il en a été question dans la section précédente.

(14) ce qui est grave, c’est cette fameuse liberté d’expression...
en son nom, nombre d’ignominies sont commises et sans même une arrière pensée de respect... […]
s’il ne reste même plus trace du « sacré », que va-t-on respecter ? […]
mais toucher au sacré met une société en péril... (n
o 4, Rue 89)

24Dans son commentaire, l’auteur aborde la question de la liberté d’expression, sous le couvert de laquelle, selon lui, certains se permettent d’attaquer la religion. Certes, on ne trouve dans cet extrait aucune référence explicite à l’art, mais la question de la liberté d’expression est si fréquemment mobilisée dans le débat, que ce soit pour défendre ou pour condamner Rodrigo García et Golgotha picnic, qu’il est indéniable qu’en s’y référant, l’auteur traite autant, sinon plus, de la liberté de création des artistes. On voit poindre sous cette argumentation la thèse selon laquelle il existe des limites à cette liberté, thèse qui indigne par ailleurs un certain nombre d’internautes – rappelons que dans l’ensemble du corpus, la limitation de la liberté d’expression est le troisième élément jugé le plus choquant. Il apparaît donc assez clairement que les limites à imposer ou non à la liberté d’expression constituent un lieu d’affrontement pour les internautes. Et l’une de ces limites est précisément la religion ou le sacré.

25Les justifications pour appuyer ce point de vue largement partagé selon lequel il est inacceptable de s’en prendre à la religion, notamment dans les sphères artistiques, sont diverses. Elles vont d’opinions personnelles et d’invocation de ses propres croyances religieuses (voir les exemples 15 et 16) à des affirmations présentées comme des faits dont les conséquences sont désastreuses, comme c’est le cas de l’exemple 14 plus haut : « toucher au sacré met une société en péril… », ce qui est accentué par le ton dramatique et par les éléments lexicaux chargés choisis par l’auteur de ce commentaire.

(15) Je trouve qu’on parle de tout maintenant à propos de la religion, cible facile et peu originale. (no 96, Arkult)
(16) nous demandons le minimum de respect pour une religion, le même respect que nous apportons à une autre quelle qu’elle soit ! y en aurait-il une plus sacrée, plus intouchable, plus honorable ! je précise que je me situe très loin de l’intégrisme, je ne suis qu’une simple croyante ordinaire de « base » ! (n
o 87, Le Figaro)

26Dans ce contexte, et comme on l’observe dans l’exemple précédent, la comparaison avec d’autres religions n’étonne pas. Plusieurs participants au débat y font référence, certains pour montrer comment toutes les religions sont susceptibles d’être critiquées, ce qui est jugé inacceptable :

(17) Ben moi je ne soutiens pas les intégristes qui exercent des violences d’où qu’elles viennent. Mais je persiste à dire qu’on n’a pas le droit d’injurier gratuitement une religion. Chez Charlie Hebdo, ils préfèrent attaquer les musulmans. Ici ce sont les chrétiens qu’ils ont dans le collimateur. (no 7, Rue 89)

  • 41 Voir par exemple, Alain Escada, « De la culture à la christianophobie », Civitas. Revue catholique (...)
  • 42 Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Éditions de l’Unive (...)

27Mais la mention d’autres religions, particulièrement l’islam et le judaïsme, se fait surtout pour déplorer ce qui est présenté comme une inégalité de traitement au détriment de la religion catholique, argument phare de Civitas comme de l’AGRIF41. Il s’agit là du double standard évoqué précédemment, qui correspond à 7,6 % des éléments choquants relevés dans les commentaires citoyens (tableau 1), et qui présente la religion catholique comme la grande perdante des religions monothéistes en ce qui a trait à son traitement dans l’espace public. Les auteurs ont alors recours à une argumentation fondée sur la règle de justice42 pour réclamer qu’aucune religion, quelle qu’elle soit, ne soit traitée de façon dépréciative. Autrement dit, selon ces auteurs, la religion catholique, comme toute religion, devrait constituer une limite à la liberté d’expression ou de création – ne pas respecter cette limite conduirait même au blasphème, selon certains, comme en témoignent les exemples 18 et 19.

(18) Le blasphème de la religion juive est passible en France de sanctions en justice et c’est très bien. Pourquoi n’en serait-il pas de même pour les religions musulmanes et chrétiennes qui vénèrent le même Dieu. (no 95, Le Monde)
(19) nous sommes tous lié par une loi non écrite, « ne pas critiquer la religion Musulmane », très bien, faisons donc de même pour toutes les religions ! ! (n
o 4, Rue 89)

  • 43 Diane Vincent,Marty Laforest et Olivier Turbide, « Pour un modèle d’analyse fonctionnel du discours (...)
  • 44 Nous reprenons la distinction entre condamnation de l’être et condamnation du faire proposée par La (...)

28Or, sous le couvert d’une demande d’égalité de traitement pour toutes les religions dans l’espace public se trouvent aussi des commentaires qui laissent entrevoir que l’ensemble des religions ne sont pas envisagées du même point de vue et que la même valeur ne leur est pas accordée. C’est par exemple le cas de l’extrait suivant, où l’auteur condamne ce qu’il juge être la violence des autres religions ou, du moins, de leurs fidèles, laissant entendre que leurs réactions seraient hautement plus vives que celles des catholiques qui manifestent leur désaccord envers Golgotha picnic. Le débat entourant la pièce devient alors un lieu d’expression d’opinions « contre43 » et d’actes de condamnation d’autrui et de ses agissements présumés44, éléments discursifs qui sont particulièrement susceptibles de diviser la société, d’attiser la polémique et d’ouvrir la porte à des discours sinon haineux, du moins dépréciatifs, voire dénigrants.

(20) Difficile de faire un rapprochement avec ce qui arriva pour les dessins d’un journal danois, ou sur ce qui s’en suivit pour R. Redeker sans parler de Charlie Hebdo.... Quand je lis les « post’s » il apparaît que le liberté d’expression fut bafoué. quand????
Caricaturer de façon ordurière n’est pas de la libre expression, c’est bel et bien une insulte faite pour toucher les croyants dans leur foi. je pense que si il s’était s’agit d’un autre prophète, ce ne sont ni des marches ni des prières que nous aurions à déplorer. (n
o 54, Le Figaro)

  • 45 Selon Favret-Saada, ce terme est d’ailleurs celui qui a été repris par les catholiques pour moderni (...)

29Les discours analysés laissent entrevoir le caractère controversé de la religion et la division que sa représentation par l’art (ou par d’autres vecteurs liés à la liberté d’expression, que l’on pense à la presse et, par exemple, à Charlie Hebdo qui est souvent mentionné par les internautes) est susceptible d’entraîner. Cela rejoint l’idée abordée précédemment selon laquelle l’art doit être moral et plaisant et, partant, ne pas heurter les « sensibilités45 », ce qui passe entre autres par le désir qu’éprouvent plusieurs individus de faire de la religion – et surtout de la religion catholique, dans le cas étudié ici, vraisemblablement en raison de la campagne de mobilisation menée par Civitas – un interdit à ne pas transgresser.

Conclusion

30Les réactions citoyennes à la pièce Golgotha picnic laissent entrevoir une multitude de regards non seulement sur la pièce de Rodrigo García, mais aussi plus largement sur l’art, sur la religion et sur le traitement jugé approprié et inapproprié qui en est fait dans l’espace public et dans le milieu de la création. On voit nettement apparaître une divergence entre le discours des critiques et celui des citoyens qui profitent de la tribune qui leur est offerte par les médias en ligne pour y répondre. Les premiers s’en tiennent strictement à leur mandat d’évaluation de la pièce, de sa mise en scène et des acteurs. Les seconds alimentent la polémique en ouvrant, à partir de García et de sa pièce, une discussion plus large sur l’art, la religion et la liberté d’expression et de création, discussion dont l’orientation, essentiellement négative, donne à voir une constellation de points de vue « contre ». S’il est difficile d’évaluer précisément le rôle joué par la campagne menée par Civitas dans la multiplication de ces discours stigmatisant García, sa pièce et l’art (contemporain) en général, les commentaires analysés permettent néanmoins de supposer que les sympathisants de cet institut s’en font des relais actifs sur les forums ouverts aux internautes dans des journaux de toutes tendances et qu’ils parviennent à imposer les thèmes qui leur sont chers. La reprise non seulement d’arguments mis en avant par Civitas, mais également d’expressions et de formulations issues de ses publications en constitue un indice. Les discours promus par l’institut ont ainsi trouvé une visibilité accrue dans les médias, contribuant dès lors à l’ampleur de la polémique autour de Golgotha picnic.

31Le discours des internautes fait apparaître les éléments jugés choquants, qui concernent en très grande majorité ce qui est perçu comme un manque de respect, principalement envers la religion et les croyants, l’inadéquation entre la mission de l’art – qui devrait être plaisant, édifiant et moral – et le projet de García, ce qui transparaît notamment dans les appellations employées pour le désigner, et le caractère jugé intouchable, du moins par plusieurs participants au débat, de la religion. L’affaire Golgotha picnic s’avère en ce sens révélatrice des « sensibilités religieuses » qui existent – et qui déchirent – à l’heure actuelle et qui semblent constituer une limite importante à la liberté d’expression et de création ou, peut-être de façon plus juste, une limite que l’on peut supposer avoir été tracée par certains groupes militants dont les propos ont été repris dans l’espace public pendant la polémique.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

Gubernatis (Raphaël de), « “Golgota picnic” : intolérance et malentendus », L’Obs, 12 décembre 2011, consulté le 20 septembre 2018, URL : https://www.nouvelobs.com/culture/20111209.OBS6376/golgota-picnic-intolerance-et-malentendus.html.

Heliot (Armelle), « Golgota Picnic ne vaut pas un scandale », Le Figaro, 8 décembre 2011, consulté le 20 septembre 2018, URL : http://www.lefigaro.fr/theatre/2011/12/07/03003-20111207ARTFIG00814-golgota-picnic-ne-vaut-pas-un-scandale.php.

Salino (Brigitte), « Chez Rodrigo García, le sauveur, c’est le verbe », Le Monde, 9 décembre 2011, consulté le 20 septembre 2018, URL : https://www.lemonde.fr/culture/article/2011/12/08/chez-rodrigo-garcia-le-sauveur-c-est-le-verbe_1615099_3246.html.

Thibaudat (Jean-Pierre), « “Golgota picnic” : Rodrigo García fait la nique aux intégristes », Rue 89, 17 novembre 2011, consulté le 20 septembre 2018, URL : https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-theatre-et-balagan/20111117.RUE3892/golgota-picnic-rodrigo-garcia-fait-la-nique-aux-integristes.html.

Volle (Hadrien), « “Golgota Picnic”, un doux pétard mouillé », Arkult, 9 décembre 2011, consulté le 20 septembre 2018, URL : https://www.arkult.fr/2011/12/golgota-picnic-un-doux-petard-mouille/.

Références théoriques

Amadieu (Jean-Baptiste), « La littérature française du XIXe siècle à l’index », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 104, no 2, 2004, p. 395-422.

Amossy (Ruth), Apologie de la polémique, Paris, Presses universitaires de France, 2014.

Amossy (Ruth), « La coexistence dans le dissensus. La polémique dans les forums de discussion », Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, no 31, 2011, https://journals.openedition.org/semen/9051.

Amossy (Ruth), « Des sciences du langage aux sciences sociales : l’argumentation dans le discours », A contrario, no 16, 2011, p. 10-25.

Arzoumanov (Anna), « La fiction objet de droit ? Réflexions sur une catégorie juridique émergente en droit de la presse », La Licorne, à paraître.

Arzoumanov (Anna) et Barraband (Mathilde), « Les traditionnalistes à l’assaut de l’art », Revue Entertainment. Droit, Médias, Art, Culture, 2019, p. 253-262.

Authier-Revuz (Jacqueline), Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse, 1995.

Bernard Barbeau (Geneviève), Québec bashing. Analyse du discours entourant l’affaire Maclean’s, Montréal, Nota bene, 2015.

Bernard Barbeau (Geneviève), « Corpus complexe et superposition des niveaux d’interprétation : vers l’analyse d’une affaire médiatique révélatrice de tensions sociales », dans Enjeux méthodologiques actuels en sciences du langage. Orientations, matériaux, contraintes, sous la direction de Virginia Garin, Guillaume Roux et Maude Vadot, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 169-188.

Beuscart (Jean-Samuel), « Des données du Web pour faire de la sociologie… du Web? », dans Big data et traçabilité numérique. Les sciences sociales face à la quantification massive des individus, sous la direction de Pierre-Michel Menger et Simon Paye, Paris, Collège de France, p. 141-162.

Bourdieu (Pierre), La Distinction. Critique du jugement social, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Bourdin (Gustave), « Ceci et cela », Le Figaro, 5 juillet 1857, consulté le 8 octobre 2018, URL : http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2017/06/23/26010-20170623ARTFIG00294-il-y-a-160-ans-la-premiere-edition-des-fleurs-du-mal-de-baudelaire-faisait-scandale.php.

Cardon (Dominique), « Le style délibératif de la blogosphère citoyenne », Hermès, no 47, 2007, p. 51-58.

Cassin (Yolande), « Le procès des “Fleurs du mal” », Europe : Revue Littéraire Mensuelle, vol. 456-457, 1967, p. 183-197.

Civitas, « Le prétendu art contemporain, consécration du subjectivisme », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 53, 2014, p. 21-25.

Civitas, « Importance du combat culturel », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 40, 2011, p. 13-15.

Civitas, « L’art pour le meilleur ou pour le pire », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 40, 2011, p. 28-29.

Enguehard (Chantal) et Panico (Robert), « Technologies et usages de l’anonymat à l’heure d’internet », Terminal, no 105, 2010, https://journals.openedition.org/terminal/1848.

Escada (Alain), « De la culture à la christianophobie », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 40, 2011, p. 5 et TGI Paris, 7 décembre 2011, no RG 11/59621, p. 3-4.

Favret-Saada (Jeanne), Les sensibilités religieuses blessées. Christianisme, blasphèmes et cinéma, 1965-1988, Paris, Fayard, 2017.

Garand (Dominique), Archambault (Philippe) et Daigneault-Desrosiers (Laurence), Un Québec polémique, Montréal, Éditions Hurtubise, 2014.

Heinich (Nathalie), Des valeurs. Une approche sociologique, Paris, Gallimard, 2017.

Heinich (Nathalie), Le Triple Jeu de l’art contemporain, Paris, Minuit, « Paradoxe », 1998. 

Heinich (Nathalie), Pour en finir avec la querelle de l’art contemporain, Paris, l’Échoppe, 1999.

Jubinville (Yves), « Inventaire après liquidation : étude de la réception des Fées ont soif de Denise Boucher (1978) », L’annuaire théâtral, no 46, 2009, p. 57-80.

Laforest (Marty) & Moïse (Claudine), « Entre reproche et insulte, comment définir les actes de condamnation? », dans Violences verbales. Analyses, enjeux et perspectives, sous la direction de Béatrice Fracchiolla, Claudine Moïse, Christina Romain & Nathalie Auger, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 85-101

Mourlhon-Dallies (Florence), « Communication électronique et genres du discours », Glottopol, no 10, 2007, p. 11-23.

Perelman (Chaïm) & Olbrechts-Tyteca (Lucie), Traité de l’argumentation, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1958.

Sapiro (Gisèle), « De la responsabilité pénale à l’éthique de la responsabilité. Le cas des écrivains », Revue française de science politique, vol. 58, 2008, p. 877-898.

Tuomarla (Ulla), « Le recontextualisation et la circulation d’insultes dans les médias : le cas des commentaires des lecteurs sur des articles/vidéos publiés en ligne », Cahiers de praxématique, no 63, 2014, https://journals.openedition.org/praxematique/2420.

Turbide (Olivier), Vincent (Diane) et Kavanagh (Éric), « Repères méthodologiques pour l’analyse des discours sociaux. Lorsqu’un tweet devient une “affaire” », dans Dire l’événement : langage, mémoire, société, sous la direction de Danielle Londei, Sophie Moirand et Sandrine Reboul-Touré, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2013, p. 23-34.

Turbide (Olivier), Vincent (Diane) et Laforest (Marty), « The circulation of discourse : the case of deprecating remarks on trash radio », Discourse Studies, vol. 12, no 6, 2010, p. 785-801.

Uzel (Jean-Philippe), « Appropriation artistique vs appropriation culturelle », esse arts+opinion, no 97, 2019, p. 10-19.

Vincent (Diane), Turbide (Olivier) et Laforest (Marty), La radio X, les médias et les citoyens : dénigrement et confrontation sociale, Québec, Nota bene, 2008.

Vincent (Diane), Laforest (Marty) et Turbide (Olivier), « Pour un modèle d’analyse fonctionnel du discours d’opposition : le cas de la trash radio », dans La violence verbale, sous la direction de Claudine Moïse, Nathalie Auger, Béatrice Fracchiolla & Christina Schultz-Romain, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 81-108.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation et une chronologie détaillées de l’affaire, nous renvoyons à l’introduction de ce numéro, ainsi qu’à l’annexe.

2 Sur lesquelles se penchent les autres contributions de ce dossier.

3 Olivier Turbide, Diane Vincent et Éric Kavanagh, « Repères méthodologiques pour l’analyse des discours sociaux. Lorsqu’un tweet devient une “affaire” », dans Dire l’événement : langage, mémoire, société, sous la direction de Danielle Londei, Sophie Moirand et Sandrine Reboul-Touré, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2013, p. 23-34. Sur l’appellation discours citoyen, voir aussi Florence Mourlhon-Dallies, « Communication électronique et genres du discours », dans Glottopol, no 10, 2007, pp. 11-23.

4 L’anonymat des locuteurs, qui fait en sorte que l’on ne peut jamais savoir avec exactitude qui parle et d’où il le fait, est typique des échanges en ligne et caractérise les polémiques qui se déroulent dans un tel espace. À ce sujet, voir Dominique Cardon, « Le style délibératif de la blogosphère citoyenne », dans Hermès, no 47, 2007, p. 51-58 et Chantal Enguehard et Robert Panico, « Technologies et usages de l’anonymat à l’heure d’internet », dans Terminal, no 105, 2010, URL : https://journals.openedition.org/terminal/1848.

5 À ce sujet, voir Ruth Amossy, « La coexistence dans le dissensus. La polémique dans les forums de discussion », dans Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, no 31, 2011, URL : https://journals.openedition.org/semen/9051.

6 Sur cette polémique, voir Jean-Philippe Uzel, « Appropriation artistique vs appropriation culturelle », esse arts+opinion, no 97, 2019, pp. 10-19.

7 La dimension juridique a toutefois été évoquée à plus d’une reprise pendant la polémique, notamment lorsqu’il a été question de la Loi sur l’immigration canadienne, qui aurait pu faire en sorte que l’entrée au pays soit interdite à Cantat en raison du crime qu’il a commis. Pour une analyse approfondie de ce cas, nous renvoyons à Dominique Garand, Philippe Archambault et Laurence Daigneault-Desrosiers, Un Québec polémique, Montréal, Éditions Hurtubise, 2014, p. 383-392.

8 C’est d’ailleurs le propre de toute polémique, qu’elle soit ou non de nature artistique. Pour Amossy, le caractère divisif de la polémique remplit toutefois des fonctions sociales et permet notamment de mieux comprendre le fonctionnement des sociétés pluralistes contemporaines. En ce sens, « la polémique – qui gère les conflits sur le mode du choc des opinions contradictoires – ne permet pas tant d’aboutir à un accord, que d’assurer un mode de coexistence dans une communauté déchirée entre des positions et des intérêts divergents ». (Ruth Amossy, Apologie de la polémique, Paris, Presses universitaires de France, 2014, p. 13.)

9 Voir notamment Yves Jubinville, « Inventaire après liquidation : étude de la réception des Fées ont soif de Denise Boucher (1978) », dans L’annuaire théâtral, no 46, 2009, pp. 57-80.

10 Par exemple, se concentrant sur les procès concernant des œuvres de fiction contemporaines en France, Anna Arzoumanov identifie trois périodes critiques : 2002-2003, 2005-2007, 2011-2016. (Anna Arzoumanov, « La fiction objet de droit ? Réflexions sur une catégorie juridique émergente en droit de la presse », dans La Licorne, à paraître.)

11 À ce sujet, voir notamment les réflexions de Bourdieu, prolongées par Heinich dans ses travaux sur l’art contemporain. (Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique du jugement social, Paris, Éditions de Minuit, 1979 et Nathalie Heinich, L’art contemporain exposé aux rejets. Études de cas, Paris, Les éditions Pluriel, 2012.)

12 Gisèle Sapiro, « De la responsabilité pénale à l’éthique de la responsabilité. Le cas des écrivains », Revue française de science politique, vol. 58, 2008, p. 877-898.

13 Nous renvoyons à l’article de Mathilde Barraband et de Jean-Yves Camus dans ce dossier, qui présente en détail le modus operandi de Civitas dans l’affaire Golgotha picnic et, plus largement, dans son « combat culturel » contre les œuvres contemporaines jugées blasphématoires.

14 Anna Arzoumanov et Mathilde Barraband concluent d’ailleurs à un relatif succès des « stratégies communicationnelles » de Civitas qui a réussi, au cours de l’affaire Golgotha picnic, sinon à faire approuver, du moins à diffuser ses conceptions de l’art et de la religion au-delà de ses réseaux habituels (« Les traditionnalistes à l’assaut de l’art », Revue Entertainment. Droit, Médias, Art, Culture, 2019, p. 253-262).

15 « Les documents médiatiques citoyens renvoient à la parole citoyenne médiatisée : soit dans les médias traditionnels (tribune téléphonique, courriels lus dans une émission télé, courrier des lecteurs – la parole citoyenne est alors sélectionnée, éditée, montée) ; soit sur les blogues, les forums de discussion (prise de parole parfois encadrée par un modérateur). Lorsque les documents proviennent de médias traditionnels, ils sont assujettis à diverses politiques éditoriales, alors que lorsqu’ils sont émis en dehors de cet espace, ils sont plus libres et les diffuseurs ne sont pas contraints par la représentativité des points de vue. » Olivier Turbide, Diane Vincent et Éric Kavanagh, « Repères méthodologiques pour l’analyse des discours sociaux », art. cit., p. 5.

16 Rappelons que les représentations ont eu lieu du 16 au 20 novembre 2011 à Toulouse et du 8 au 17 décembre 2011 à Paris.

17 Jean-Pierre Thibaudat, « “Golgota picnic” : Rodrigo García fait la nique aux intégristes », Rue 89, 17 novembre 2011, consulté le 20 septembre 2018, URL : https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-theatre-et-balagan/20111117.RUE3892/golgota-picnic-rodrigo-garcia-fait-la-nique-aux-integristes.html.

18 Armelle Heliot, « Golgota Picnic ne vaut pas un scandale », Le Figaro, 8 décembre 2011, consulté le 20 septembre 2018, URL : http://www.lefigaro.fr/theatre/2011/12/07/03003-20111207ARTFIG00814-golgota-picnic-ne-vaut-pas-un-scandale.php.

19 Brigitte Salino, « Chez Rodrigo García, le sauveur, c’est le verbe », Le Monde, 9 décembre 2011, consulté le 20 septembre 2018, URL : https://www.lemonde.fr/culture/article/2011/12/08/chez-rodrigo-garcia-le-sauveur-c-est-le-verbe_1615099_3246.html.

20 Hadrien Volle, « “Golgota Picnic”, un doux pétard mouillé », Arkult, 9 décembre 2011, consulté le 20 septembre 2018, URL : https://www.arkult.fr/2011/12/golgota-picnic-un-doux-petard-mouille/.

21 Raphaël de Gubernatis, « “Golgota picnic” : intolérance et malentendus », L’Obs, 12 décembre 2011, consulté le 20 septembre 2018, URL : https://www.nouvelobs.com/culture/20111209.OBS6376/golgota-picnic-intolerance-et-malentendus.html.

22 Voir le classement établi par le site Eurotopics, URL : https://www.eurotopics.net/fr.

23 Geneviève Bernard Barbeau, « Corpus complexe et superposition des niveaux d’interprétation : vers l’analyse d’une affaire médiatique révélatrice de tensions sociales », dans Enjeux méthodologiques actuels en sciences du langage. Orientations, matériaux, contraintes, sous la direction de Virginia Garin, Guillaume Roux et Maude Vadot, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 169-188.

24 Ou plus exactement sous 68 pseudonymes différents. Un même individu pourrait se cacher derrière plusieurs pseudonymes, mais il est impossible de le vérifier ; rappelons à ce sujet l’étude de Chantal Enguehard et Robert Panico, op. cit. Sur les difficultés que pose l’analyse des données en ligne, qui influencent forcément les conclusions que nous pouvons tirer du comportement des internautes dont nous analysons les discours, voir entre autres Jean-Samuel Beuscart, « Des données du Web pour faire de la sociologie… du Web? », dans Big data et traçabilité numérique. Les sciences sociales face à la quantification massive des individus, sous la direction de Pierre-Michel Menger et Simon Paye, Paris, Collège de France, p. 141-162.

25 Pour d’autres études s’inscrivant dans cette cadre d’analyse, nous renvoyons à Geneviève Bernard Barbeau, Québec bashing. Analyse du discours entourant l’affaire Maclean’s, Montréal, Nota bene, 2015 ; à Ruth Amossy, Apologie de la polémique, op. cit. ; à Ulla Tuomarla, « La recontextualisation et la circulation d’insultes dans les médias : le cas des commentaires des lecteurs sur des articles/vidéos publiés en ligne », Cahiers de praxématique, no 63, 2014, URL : https://journals.openedition.org/praxematique/2420 et à Diane Vincent, Olivier Turbide et Marty Laforest, La radio X, les médias et les citoyens : dénigrement et confrontation sociale, Québec, Nota bene, 2008.

26 Précisons que l’affaire remontant à 2011, il est par ailleurs difficile de savoir si une politique particulière d’accès aux commentaires avait été adoptée à l’époque dans ces journaux.

27 Voir notamment Ruth Amossy, Apologie de la polémique, op. cit.

28 Les arguments du caractère sacrilège, du détournement de financement public et du gaspillage de nourriture font partie des arguments déjà répertoriés par Nathalie Heinich dans les années 1980 en France, au sein du discours des « profanes » qui rejettent l’art contemporain. (Le Triple Jeu de l’art contemporain, Paris, Minuit, « Paradoxe », 1998, p. 204-225).

29 Ou de courts syntagmes nominaux tels que expression artistique ou matière culturelle (ce dernier utilisé dans un message pour désigner la pièce).

30 Nathalie Heinich, Le Triple Jeu de l’art contemporain, op. cit., p. 219.

31 Voir notamment Civitas, « Importance du combat culturel », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 40, 2011, p. 13-15 et Civitas, « Le prétendu art contemporain, consécration du subjectivisme », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 53, 2014, p. 21-25. Voir à nouveau également l’article de Mathilde Barraband et Jean-Yves Camus dans ce dossier.

32 Pour un aperçu détaillé des différents modes de distanciation énonciative, voir Jacqueline Authier-Revuz, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse, 1995.

33 Les commentaires ont été repris tels quels et n’ont fait l’objet d’aucune correction.

34 Ruth Amossy, Apologie de la polémique, op. cit.

35 Nathalie Heinich, Des valeurs. Une approche sociologique, Paris, Gallimard, 2017.

36 Allocution de Pie XII aux artistes catholiques, 5 septembre 1950, citée par Civitas, « L’art pour le meilleur ou pour le pire », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 40, 2011, p. 28.

37 Présentées en France la même année, les deux œuvres furent aussi les cibles des traditionnalistes. La première est une photographie qui montre un crucifix immergé dans un liquide orangé, qui serait un mélange de l’urine et du sang de l’artiste. La seconde est une pièce où l’on peut voir le portrait du Christ de Messine, présenté en très grand format au fond de la scène, recevoir des projectiles puis, en finale, se faire maculer d’un liquide brunâtre dans lequel certains ont vu une allusion à des excréments. Pour plus de détails, voir l’introduction au présent dossier et l’article signé par Mathilde Barraband et Jean-Yves Camus, qui replace aussi les attaques de Civitas contre l’art contemporain dans le contexte plus large de la définition d’un art chrétien comme de la querelle de l’art contemporain.

38 Olivier Turbide,Diane Vincent et Marty Laforest, « The circulation of discourse : the case of deprecating remarks on trash radio », dans Discourse Studies, vol. 12, no 6, 2010, p. 789.

39 En 1998, Nathalie Heinich notait déjà que le motif selon lequel l’art sert à choquer « apparaît souvent chez des spectateurs ordinaires : signe qu’il commence à passer dans le sens commun » (Le Triple Jeu de l’art contemporain, op. cit., p. 260).

40 Pour les accusations d’insanité et de dangerosité, voir Jean-Baptiste Amadieu, « La littérature française du xixe siècle à l’index », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 104, no 2, 2004, p. 395-422. On pourra remarquer la congruence entre le commentaire 13, publié à la suite d’un article du Figaro, et cette critique des Fleurs du mal, parue dans le même journal – l’œuvre, on le sait, est à l’origine d’un procès célèbre : « Il y a des moments où l’on doute de l’état mental de M. Baudelaire ; il y en a où l’on n’en doute plus […] L’odieux y coudoie l’ignoble; – le repoussant s’y allie à l’infect. […] Ce livre est un hôpital ouvert à toutes les démences de l’esprit, à toutes les putridités du cœur » (Gustave Bourdin, « Ceci et cela », Le Figaro, 5 juillet 1857, cité dans Yolande Cassin, « Le procès des “Fleurs du mal” », Europe : Revue Littéraire Mensuelle, vol. 456-457, 1967, p. 183.) Pour les reproches contre l’art subventionné ou le coût de l’art, voir par exemple Nathalie Heinich, Le Triple Jeu de l’art contemporain, op. cit., p. 210 et suiv. et Pour en finir avec la querelle de l’art contemporain, Paris, l’Échoppe, 1999.

41 Voir par exemple, Alain Escada, « De la culture à la christianophobie », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 40, 2011, p. 5 et TGI Paris, 7 décembre 2011, no RG 11/59621, p. 3-4.

42 Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1958. Sur le recours à la règle de justice en contexte médiatique, voir Ruth Amossy, « Des sciences du langage aux sciences sociales : l’argumentation dans le discours », A contrario, no 16, 2011, p. 10-25.

43 Diane Vincent,Marty Laforest et Olivier Turbide, « Pour un modèle d’analyse fonctionnel du discours d’opposition : le cas de la trash radio », dans La violence verbale, sous la direction de Claudine Moïse, Nathalie Auger, Béatrice Fracchiolla et Christina Schultz-Romain, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 81-108.

44 Nous reprenons la distinction entre condamnation de l’être et condamnation du faire proposée par Laforest et Moïse. Marty Laforest et Claudine Moïse, « Entre reproche et insulte, comment définir les actes de condamnation? », dans Violences verbales. Analyses, enjeux et perspectives, sous la direction de Béatrice Fracchiolla, Claudine Moïse, Christina Romain et Nathalie Auger, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 85-101.

45 Selon Favret-Saada, ce terme est d’ailleurs celui qui a été repris par les catholiques pour moderniser l’accusation de blasphème, à côté d’autres expressions comme convictions religieuses. (Jeanne Favret-Saada, Les sensibilités religieuses blessées. Christianisme, blasphèmes et cinéma, 1965-1988, Paris, Fayard, 2017.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Bernard Barbeau, Marty Laforest et Jessica Rioux-Turcotte, « De l’art et de la religion, ou quand les internautes commentent l’affaire Golgotha picnic  », COnTEXTES [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 15 janvier 2020, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8685 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.8685

Haut de page

Auteurs

Geneviève Bernard Barbeau

Université du Québec à Trois-Rivières

Marty Laforest

Université du Québec à Trois-Rivières

Articles du même auteur

Jessica Rioux-Turcotte

Université du Québec à Trois-Rivières

Haut de page