Navigation – Plan du site
L’hétéronomie à la française

Le combat culturel des traditionalistes catholiques.

L’affaire Golgotha picnic, un coup de force ? 
Mathilde Barraband et Jean-Yves Camus

Texte intégral

  • 1 TA Toulouse, 15 novembre 2011, no 1105012.
  • 2 « [L]e risque de troubles à l’ordre public émane des opposants à la tenue du spectacle faisant l’ob (...)

1À l’automne 2011, l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (AGRIF) exhorte le maire de Toulouse et le préfet de la Haute-Garonne à user de leurs pouvoirs de police pour interdire les représentations de Golgotha picnic prévues dans la ville rose. Essuyant un double refus, l’association dépose devant le tribunal administratif une requête visant à faire annuler les décisions du maire et du préfet. Elle y prétend que « cette représentation préjudicie […] à un intérêt public (ici, l’ordre public, la dignité humaine, le respect des croyances, la non-discrimination, le principe de laïcité et de neutralité du service public1 ». Dans sa plaidoirie, l’avocat de la Mairie de Toulouse invite le tribunal à inverser l’ordre des périls qui pèsent sur l’espace social : c’est moins la pièce satirique qui menace la paix sociale, argumente-t-il, que les opposants catholiques eux-mêmes, trop chatouilleux et susceptibles de déraper2. La logique du « pompier pyromane » sert ainsi d’argument pour faire entendre la possibilité que ceux qui recourent à la justice et se posent en pacificateurs se confondent en réalité avec ceux-là mêmes qui, en sous-main, organisent des protestations véhémentes et même attisent la violence.

2À voir le déroulé de l’affaire entourant la pièce de Rodrigo García, on peut à tout le moins avoir l’impression que des groupes coordonnés ont mené de concert la bataille des tribunaux et celle de la rue, l’argument de l’AGRIF devant les tribunaux selon lequel elle ne ferait que représenter une communauté blessée perdant alors en force de persuasion. Les choses sont toutefois loin d’être aussi simples. En effet, l’AGRIF, porteuse des différentes actions en justice, et l’institut Civitas, qui fut le véritable fer de lance de la mobilisation, se tiennent le plus souvent à distance. Certes, les deux groupes appartiennent au courant catholique traditionaliste et nationaliste, certes ils ont à plusieurs reprises mené de mêmes combats, mais leurs engagements divergent tant sur le fond que sur la forme. (I) Le présent article s’efforcera de retracer l’histoire de ces deux groupes mal connus, en mettant l’accent sur ce qui les rassemble autant que sur ce qui les sépare. (II) Il reviendra ensuite sur les rôles respectifs qu’ils ont joués dans l’affaire Golgotha picnic, en replaçant leurs argumentaires et leurs modus operandi dans l’histoire longue de la vingtaine de polémiques et procès pour blasphème qui ont scandé la vie culturelle française des cinquante dernières années.

L’AGRIF et Civitas : des racines communes dans le catholicisme traditionaliste

  • 3 Sur l’ensemble de l’action de Mgr Lefebvre, voir Philippe Levillain, Rome n’est plus dans Rome. Mgr (...)
  • 4 Notions que réfutait Mgr Lefebvre dès avant les sacres, voir Yves Congar, La Crise dans l’Église et (...)

3Pour bien comprendre le contexte dans lequel l’AGRIF et Civitas mènent leur combat culturel et politique, il faut revenir sur la crise qui a secoué l’Église catholique lors de ce que l’on a appelé « l’affaire des sacres3 ». Le 30 juin 1988, Mgr Marcel Lefebvre (1905-1991), chef de file des traditionalistes depuis le concile Vatican II, consacre quatre évêques devant assurer sa succession à la tête de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (FSSPX). Il entend par là perpétuer la « Tradition », selon lui battue en brèche par les réformes conciliaires, que ce soient les nouveautés liturgiques ou l’esprit d’adaptation au monde, qui avaient notamment présidé aux décisions des cardinaux sur le dialogue œcuménique, la notion de liberté religieuse et la fin de l’enseignement du mépris envers les juifs4. L’excommunication (levée en 2009) de Mgr Lefebvre et des évêques par lui consacrés force les fidèles de la tradition à faire un choix crucial : suivre, comme le fait aujourd’hui Civitas, la FSSPX, devenue une église en rupture, malgré ses protestations de fidélité au Pape et à la doctrine catholique ; ou rester traditionaliste dans l’Église, comme l’AGRIF et la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, option rendue possible par la décision de Jean-Paul II de promulguer, le 2 juillet 1988, le motu proprio « Ecclesia Dei afflicta », qui autorisait la célébration de la messe selon la forme extraordinaire du rite romain ou rite tridentin (imparfaitement décrit comme celui de la « messe en latin »).

  • 5 Sur les rapports complexes entre l’école d’Action française et l’Église catholique, voir Jacques Pr (...)
  • 6 Bernard Antony, président et fondateur de l’AGRIF, est très proche de l’abbaye bénédictine Sainte-M (...)
  • 7 Dans le sens de ralliés à Rome, revenus dans le giron de l’Église.
  • 8 Le 5 août 2013 aux obsèques de Jean Madiran, principal théologien laïc du courant traditionaliste, (...)
  • 9 Au-delà de la Cité catholique, Civitas au moins, prend ses racines dans le courant antimoderniste i (...)
  • 10 Voir la présentation par ICHTUS du condensé des textes de Jean Ousset : Agir : Méthodes et principe (...)
  • 11 Titre du chapitre VIII de son livre : Maurras (Charles), La Démocratie religieuse, Paris, Nouvelle (...)

4La FSSPX comme la FSSP ont une vocation universelle mais la France, siège de Civitas et de l’AGRIF, y tient une position particulière, voire prééminente, en raison de la nationalité de Mgr Lefebvre, parce que le recrutement des prêtres fait une large part aux Français, que le catholicisme intransigeant y a des racines anciennes et profondes et que ses doctrinaires ont, tout au long du XIXe siècle puis sous l’influence de l’Action française au XXe5, questionné la validité du régime républicain et les idées des Lumières. Aussi il faut comprendre que, si le traditionalisme est affaire de culte, les idées politiques s’en mêlent : même proches de la FSSP ou d’autres communautés traditionnelles soumises à Rome6 ceux qu’on appelle parfois « les ralliés7 », s’ils ont accepté formellement le Concile, ont gardé envers celui-ci une « réticence8 » relative à l’ordre doctrinal. La différence entre « lefebvristes » et « ralliés » est sur ce point davantage de degré que de nature – refus ferme ou méfiance –, mais leur matrice commune demeure l’école anti-libérale et antimoderniste. D’ailleurs la généalogie de Civitas et celle de l’AGRIF remontent au tronc commun qu’est la Cité catholique9, fondée en 1946 par Jean Ousset et devenue en 1963 l’« Office international des œuvres de formation civique et d’action doctrinale selon le droit naturel et chrétien ». À la fin des années 1990, l’Office se sépara en deux organisations liées, l’une aux « lefebvristes » (Civitas, fondé en 1999), l’autre aux « ralliés » (Ichtus, 1997), mais différentes aussi par leur interprétation opposée du legs de Jean Ousset : la première incite à l’action politique partisane d’orientation nationale-catholique et contre-révolutionnaire alors que la seconde travaille à la diffusion d’une « doctrine de l’action culturelle, politique et sociale à la lumière de l’enseignement de l’Église10 », par la formation théorique et pratique d’une élite de laïcs engagés. Le pendant de Civitas chez les traditionalistes fidèles au Vatican n’est donc pas l’AGRIF mais Ichtus. Il n’en reste pas moins que, par-delà leurs champs d’action distincts, les trois structures se placent dans l’optique du slogan de Charles Maurras : « Politique d’abord11 ». Aussi la politique, si elle est seconde dans l’ordre des fins, n’en est-elle pas moins première dans l’ordre des moyens, les fraternités se consacrant quant à elles à l’apostolat, à la prière et à l’étude, c’est-à-dire à la religion.

L’AGRIF : de l’Organisation armée secrète au Front national

  • 12 Bernard Antony, Le Communisme 1917-2017, Paris, Godefroy de Bouillon, 2017. Cette maison d’édition (...)
  • 13 Voir Bernard Antony (dir.), Dictionnaire de la réplique, Paris, Godefroy de Bouillon, 2004, p. 15.
  • 14 Voir la page de présentation de l’association : URL : http://www.lagrif.fr/notre-combat/qui-sommes- (...)
  • 15 Sur l’OAS, voir Olivier Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Tempus Perrin, 2011.
  • 16 La dernière édition a eu lieu à Paris le 29 septembre 2018, avec notamment Me Jerôme Triomphe.

5L’AGRIF, dont le siège est à Paris, est une association fondée en 1984 et présidée depuis lors par Bernard Antony (1944), élu la même année député au Parlement européen sous l’étiquette du Front national (FN), qu’il a quitté en 2008. Elle se présente comme « antiraciste » et précise qu’elle « lutte contre tous les racismes et en particulier les racismes antifrançais et antichrétien ». Alors que les associations antiracistes françaises, dont la sensibilité politique est à gauche ou au centre, allaient en justice dans des affaires concernant des menaces ou violences racistes touchant des minorités, l’AGRIF, qui se situe clairement comme catholique et de droite, a été la première à s’emparer de la question du « racisme anti-français » et des attaques subies par les chrétiens. Depuis un arrêt de la Cour de cassation du 16 avril 1991, elle est autorisée à agir en justice comme association antiraciste, telle que définie par l’article 2-1 du code de procédure pénale et par l’article 48-1 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Son bulletin trimestriel, La Griffe, a publié en janvier-février 2019 son 120e numéro. L’association diffuse également, via son site internet, les nombreux ouvrages de son président, parmi lesquels Le Communisme 1917-201712. Elle revendiquait quelque 6000 adhérents au milieu des années 200013 et est surtout connue pour les actions en justice qu’elle entreprend contre la « haine raciste antifrançaise » et contre « tous ceux qui insultent ou appellent à la haine ou discriminent les chrétiens de quelque race qu’ils soient ou les Français quelle que soit leur religion »14. Son histoire est étroitement liée à la personnalité de son dirigeant, qui a débuté sa carrière militante dans les rangs de l’Organisation armée secrète (OAS)-Métro Jeunes15 luttant clandestinement pour l’Algérie française, avant de rejoindre la mouvance solidariste, inspirée par le catholicisme social et, dans le climat de la guerre froide, par un anticommunisme viscéral qui prônait une « troisième voie » entre capitalisme et socialisme ainsi qu’entre les blocs soviétique et américain. Bernard Antony fut ensuite, de 1984 à 2008, la figure emblématique du courant catholique au sein du FN, maintenant une activité militante en dehors de ce parti tant dans l’AGRIF que dans ses autres entreprises : l’association Chrétienté-Solidarité (1982) vouée à la défense des catholiques persécutés (au Liban et en Croatie notamment) et au soutien des mouvements contre-révolutionnaires comme l’Alliance républicaine nationaliste (ARENA) salvadorienne et la Contra nicaraguayenne ; le Centre Henri et André Charlier (1979) dans le domaine culturel et le quotidien Présent, dont il fut le directeur-gérant de 1982 à 1983. L’AGRIF et ses autres entreprises ont rassemblé autour d’Antony plusieurs personnalités qui ont également appartenu au FN : les avocats Georges-Paul Wagner et Wallerand de Saint-Just, qui ont plaidé pour elle, et le conseiller régional Thibaut de La Tocnaye, toujours en responsabilités au sein du parti. Les liens avec le quotidien Présent comme avec une bonne partie de la mouvance nationaliste sont maintenus, comme le montre la liste des intervenants lors des Journées d’amitié française16 qu’Antony organise depuis 1980. Néanmoins la personnalité d’Antony est clivante : surnommé méchamment par ses détracteurs au FN « l’ayatollah Cassoulet » en raison de ses convictions tranchées et de ses origines dans le Sud-Ouest, il est détesté par les nationalistes racialistes en raison de son refus du suprémacisme blanc – l’appartenance à l’Église catholique, par essence universaliste, étant pour lui le seul critère important.

Civitas : de l’institut au parti

  • 17 Voir Michel Florian, « Intégrisme catholique et politique », Études, t. 411, no 9, 2009, pp. 211-22 (...)
  • 18 C’est l’estimation d’Henri Tincq, ancien chroniqueur religieux du quotidien Le Monde, dans son arti (...)
  • 19 La section lilloise d’Égalité & Réconciliation (É&R), le mouvement d’Alain Soral, a organisé une co (...)
  • 20 Venue des milieux féministes, elle est passée du trotskysme au souverainisme de droite et au cathol (...)

6Civitas, enregistré en tant que parti politique français depuis le 12 juin 2016, a connu plusieurs dénominations et tout d’abord, à sa création en 1999, celle d’institut Civitas. Le logo de l’organisation résume parfaitement sa ligne idéologique : il s’agit du Sacré-Cœur dans le graphisme habituellement utilisé depuis les guerres de Vendée, auquel est accolé le slogan « Pour une Cité catholique ». Civitas s’inscrit ainsi dans la continuité du mouvement de Jean Ousset qui s’était fixé pour objectif de former une élite de laïcs imprégnés de la Doctrine sociale de l’Église et de la diffuser à travers l’ensemble des réseaux socio-professionnels en appliquant les principes de capillarité et de subsidiarité. Le 18 mars 1960, un Mémoire de l’Assemblée des cardinaux et archevêques au sujet de la Cité catholique avait condamné ce mouvement catholique intransigeant, dont l’influence dans le clergé comme dans l’armée alors engagée dans la guerre d’Algérie commençait à inquiéter la hiérarchie catholique. Selon le rédacteur du mémoire, Mgr Guerry, archevêque de Cambrai, l’erreur de la Cité catholique était de présenter illégitimement et dangereusement la Contre-Révolution comme étant la doctrine officielle du catholicisme, de vouloir « étendre indûment le domaine des principes obligeant en conscience les catholiques […] jusqu’à une action politique au nom de la Doctrine sociale de l’Église » et de laisser les laïcs donner un enseignement doctrinal sans qu’il soit supervisé par un prêtre. Imprégnée de maurrassisme, déjà proche de Mgr Lefebvre, la Cité catholique a été décrite par ses adversaires comme un mouvement intégriste17. Elle a décliné dès les années 1970. Qu’il s’agisse canoniquement d’un schisme ou non, la Fraternité Saint-Pie X trace désormais sa voie en dehors de l’Église romaine, tout en continuant à œuvrer à une réintégration en son sein qui fait encore l’objet de négociations. Nombre de militants de la Cité catholique resteront du côté « lefebvriste », professant la doctrine anti-libérale et antimoderniste du Syllabus, fréquentant leurs propres lieux de culte et maintenant environ 150 000 fidèles18 dont les Français forment le principal noyau. C’est cette doctrine du Syllabus que Civitas suit en matière religieuse. En politique, l’institut réclame l’instauration du règne social du Christ Roi, autrement dit d’une théocratie établissant le catholicisme comme religion d’État et mettant en œuvre l’interdiction des sociétés secrètes, en particulier la franc-maçonnerie. Il est opposé à la législation sur l’avortement et le mariage homosexuel ainsi qu’à la procréation médicalement assistée et à la gestation pour autrui, mais ce n’est pas cela qui le distingue des associations du type « Manif pour tous », ni des positions de la hiérarchie catholique et du pape. Le trait distinctif de Civitas est une radicalité politique assumée, qui l’a conduit, après les manifestations de 2013 contre le « mariage pour tous », à se rapprocher d’Alain Soral19 et à tenir la conférence de presse de lancement de son parti, le 15 septembre 2016, en compagnie de ses principaux conseillers appartenant soit à l’extrême droite radicale (Anne Brassié, Jean-Michel Vernochet et Thierry Bouzard), soit aux milieux complotistes à connotation antisémite qui gravitent autour de Soral et de Dieudonné (Marion Sigaut20).

Les figures tutélaires : Alain Escada, Xavier Beauvais, Jérôme Triomphe

  • 21 Voir Wim Haelsterman et Manuel Abramowicz, « La représentation électorale des partis d’extrême droi (...)
  • 22 Voir le jugement du tribunal de première instance de Bruxelles en date du 23 janvier 2007 opposant (...)
  • 23 Voir (S. a.), « Entretien avec Alain Escada, nouveau président de Civitas », Civitas [En ligne], mi (...)

7Alain Escada est une personnalité unique dans le paysage politique français dans la mesure où il poursuit une longue carrière de militant d’extrême droite dans un pays étranger, la Belgique, où il est né en 1970 et dont il détient la nationalité. Originaire de Bruxelles, il commence à militer en 1986 au sein du mouvement Pro Belgica avant de fonder en 1994 le groupuscule Belgie Unie der Belgien (BEB) puis de passer au Front Nouveau Belge (jusqu’en 1997) et au Front national belge, une copie du parti français éponyme qui connut en 1995 son apogée avec l’obtention de deux sièges de députés dans la partie francophone du pays, avec un modeste 2,3 % des voix21. L’implosion du parti en de multiples dissidences l’ayant éliminé totalement du paysage politique, Escada, tout en publiant de 1995 à 2002 un hebdomadaire intitulé Polémique Info, porta ses efforts sur son poste de président (depuis 1989) de l’association Belgique et Chrétienté, dont l’objectif était « la défense et la promotion de l’identité occidentale et chrétienne de la Belgique, notamment en combattant la discrimination et le racisme22 ». Dans un long entretien sur son parcours personnel, publié sur le site internet de Civitas, il indique que « Belgique et Chrétienté a pris une part très active dans les débats publics sur le mariage homosexuel, l’homoparentalité, l’avortement, l’euthanasie, ainsi que dans la contestation d’expositions et de spectacles christianophobes23 ». Cela le disposait à rejoindre le cercle bruxellois de Civitas à sa fondation, à assister ensuite à l’une des réunions du mouvement à Couloutré (Nièvre) où existe un prieuré lefebvriste et, de fil en aiguille, à être appelé à la tête de la branche « jeunesse » (France Jeunesse Civitas ; Escada approche alors de ses 40 ans) ensuite, en 1999, au secrétariat général et enfin, le 15 mai 2012, à la présidence, en remplacement de l’amiral François de Penfentenyo.

  • 24 C’est-à-dire toute formation qui, sans même avoir un élu au sein de l’assemblée européenne, peut se (...)
  • 25 Pour en voir les statuts : https://www.coalitionlifeandfamily.com/the-statutes.
  • 26 Le statut de parti politique européen a permis à la CVF de toucher pour l’année 2017 la somme de 29 (...)

8Alain Escada, grâce à son origine bruxelloise, connaît les multiples possibilités de financement que peut procurer le Parlement européen à une formation qui se voit reconnaître le statut de parti politique européen24. Bénéficiant notamment du soutien d’une députée autrichienne venue du parti Bündnis Zukunft Österreich (BZÖ) ; d’un élu grec du parti néofasciste Aube dorée ; d’un autre, polonais, appartenant au parti catholique-conservateur Ruch narodowy, Escada a déclaré le 5 septembre 2016 une association de droit belge, la Coalition pour la vie et la famille (CVF), dont le principal objectif est la défense de la famille traditionnelle25. Il en est le président, le secrétaire général est un italien résidant à Londres, Stefano Pistili, proche du groupuscule catholique intégriste et fasciste Forza Nuova, le trésorier est un cadre français de Civitas, François-Xavier Péron26.

  • 27 Sur ce point, voir leur opuscule : Face aux propositions romaines : peut-on aujourd’hui accepter un (...)

9L’abbé Xavier Beauvais, qui assure l’aumônerie et le « soutien doctrinal » de Civitas, est un ancien desservant de Saint-Nicolas du Chardonnet, aujourd’hui en poste au prieuré Saint-Férréol de Marseille, qui chapeaute pour la Fraternité Saint-Pie X toute la région provençale et la Corse. Réputé très combatif sur le plan politique, cet ancien parachutiste du 6e régiment d’infanterie de marine a été condamné en appel, en février 2016, à 2000 € d’amende avec sursis pour injure raciale, après avoir lancé « Y’a bon Banania, y’a pas bon Taubira » lors d’une manifestation « contre la christianophobie » tenue le 20 octobre 2013 à l’appel de Civitas. À cette époque, il avait été promis par la Fraternité lefebvriste à une sorte de promotion-sanction à la tête du district Espagne-Portugal, à laquelle il avait échappé en quittant la capitale pour Marseille. Conférencier prolixe, notamment au sujet de la doctrine sociale de l’Église et des enseignements des encycliques, il a également exprimé son admiration pour le chef du gouvernement portugais d’avant 1974, Antonio de Oliveira Salazar, son refus de la laïcité (conférence « Sus à la laïcité » du 24 mars 2018, avec Civitas) et a accepté de s’exprimer le 20 octobre 2017 devant la branche marseillaise du mouvement Égalité & Réconciliation d’Alain Soral. Pour preuve de l’intransigeance doctrinale de Civitas, on retiendra le fait qu’il assure l’aumônerie du mouvement en « tandem » avec les Capucins de Morgon qui restent fidèles à la tradition de leur Ordre avant le Concile, et sont tenus à distance par la FSSPX, qui leur reproche leur refus doctrinal de l’accord canonique avec Rome, toujours en négociation, qui mettrait fin à la séparation de 198827.

  • 28 Voir Congrégation pour la doctrine de la foi, « Synthèse de l’instruction “Dignitas personae : sur (...)

10Enfin, l’avocat pénaliste parisien, Me Jérôme Triomphe, joue un rôle-clé dans les milieux nationaux-catholiques et présente la particularité d’avoir collaboré à la fois avec l’AGRIF (dont il a été « l’avocat coordinateur ») et avec Civitas, au-delà donc du clivage séparant les « ralliés » des lefebvristes. Avocat, en 2010, de l’hebdomadaire d’ultra-droite Rivarol à qui Jean-Marie Le Pen et le FN avaient intenté un procès, il était intervenu devant l’AGRIF le 7 septembre 2013 sur le thème « Face à la persécution du totalitarisme socialiste, à la répression policière, le combat de l’AGRIF pour les libertés », et il a tenu une « Chronique des scandales judiciaires » sur l’antenne de Radio Courtoisie, une station privée émettant sur la bande FM et ouverte à toutes les sensibilités de la droite « patriote ». Son activité d’avocat l’a mené à défendre nombre de militants catholiques et nationalistes : un militant proche du Renouveau français, déclaré complice de l’attaque contre l’œuvre Immersion (Piss Christ) (2011) ; des militants de « La Manif pour tous » s’opposant à la loi légalisant le mariage entre personnes de même sexe (2013) ; Julien Langella, militant identitaire ayant participé en octobre 2012 à l’occupation du toit de la mosquée de Poitiers et passé du mouvement d’extrême droite Bloc identitaire à un groupuscule identitaro-catholique, Academia Christiana. C’est toutefois en défendant la cause de la lutte contre l’euthanasie que Me Triomphe connaît une notoriété nationale : il est depuis 2013 l’avocat de Viviane Lambert dont le fils Vincent a été plongé de 2008 à 2019 dans un état dit « pauci-relationnel » ou « état de conscience minimal » à la suite d’un accident de la route. Son cas se mue en enjeu de société quand ses parents (mais pas son épouse) s’opposent à l’arrêt des soins que l’équipe médicale a décidé, en raison du caractère « irréversible » de son « état végétatif ». En défendant Viviane Lambert, dont la proximité avec les milieux catholiques traditionnels est connue, Me Triomphe porte un combat qui dépasse de loin les cénacles politico-religieux : celui du droit à la vie « depuis la conception jusqu’à la mort naturelle28 », selon les termes employés par l’instruction Dignitatis Personae sur la bioéthique, publiée en 2008 sur instruction du pape Benoît XVI. L’opinion publique française est préoccupée par les questions liées à la procréation médicalement assistée et à la gestation pour autrui mais aussi par une forme de légalisation du suicide médicalement assisté et par les problèmes de la fin de vie des patients en état de coma irréversible : sur ces questions, Me Triomphe est devenu une référence sur des sites de droite à large audience (Boulevard Voltaire ; Salon beige), dans des journaux de la droite nationale non confidentiels (le quotidien Présent) mais aussi dans les grands médias nationaux généralistes.

Le mode d’action des groupes traditionalistes dans l’affaire golgotha picnic

  • 29 (S. a.), « Alternativa Española exige la retirada de la representación blasfema “Gólgota Picnic” », (...)
  • 30 Les représentations au Centre dramatique national de Madrid ont lieu du 7 janvier au 6 février 2011 (...)
  • 31 Jeanne Smits, « Bientôt à Toulouse et au Festival d’automne 2011, à Paris : “Golgota Picnic” », Le (...)
  • 32 Alain Escada, « Appel aux catholiques de France », Civitas [En ligne], mis en ligne le 11 juillet 2 (...)
  • 33 Parmi une vingtaine de commentaires, on trouve celui de Pitch, dont le ton ironique et la conclusio (...)
  • 34 Jeanne Smits, « Spectacle blasphématoire : “Golgota Picnic”, c’est pour l’automne à Paris… », Le bl (...)
  • 35 Jeanne Smits, « “Golgotha picnic” : l’AGRIF engage les actions judiciaires nécessaires », communiqu (...)

11La nouvelle de la programmation en France de Golgotha picnic arrive par Jeanne Smits, alors vice-présidente de l’AGRIF et directrice de la rédaction de Présent. Le 16 janvier 2011, elle relaie une information parue la veille sur le site espagnol Infocatólica29, selon laquelle le parti Alternativa Española exige l’interdiction de la pièce, jugée blasphématoire, et la démission du responsable du Centre dramatique national qui l’a programmée30. Remarquant que la pièce est une coproduction franco-espagnole, et avant même que les principaux intéressés ne le rendent public, Jeanne Smits annonce que la pièce de Rodrigo García sera produite sur les scènes du Théâtre Garonne et du Rond-Point, appelant à la mobilisation des catholiques et annonçant que l’AGRIF « ne manquera pas de réagir31 ». L’affaire rebondit en juillet quand Civitas lance un appel au ralliement des catholiques de France. L’appel reste vague dans un premier temps, évoquant « un spectacle blasphématoire » programmé « à Paris l’hiver prochain dans le cadre d’un prestigieux festival ». Mais déjà le secrétaire général de l’institut, Alain Escada, « s’engage à mener une vaste campagne visant à obtenir la déprogrammation de ce blasphème »32 et devant durer plusieurs mois. Il invite les catholiques à s’enrôler dans ce combat et annonce les stratégies envisagées : occupation de la rue, des médias, d’internet, des réseaux sociaux, pression sur les acteurs culturels, politiques et économiques. Les internautes nationaux-catholiques relaient la nouvelle et relèvent le défi. Les lecteurs de Salon beige, le « blog quotidien d’actualité par des laïcs catholiques », suggèrent rapidement différents modes d’action, de la prière à l’action violente en passant par le tractage, manifestant à la fois une certaine expérience de ces mobilisations et une connaissance de leurs moments les plus critiques33. Jeanne Smits et l’AGRIF ne tardent pas à réagir. Quelques jours plus tard, la première salue l’initiative de Civitas en laquelle elle voit « l’occasion d’une belle action commune et concertée entre catholiques de bonne volonté34 ». La seconde publie un communiqué le 23 juillet annonçant qu’elle « a décidé d’agir conjointement à Toulouse et à Paris. Pour cela, elle a chargé Maître Pierre-Marie Bonneau, du Barreau de Toulouse, et Maître Jérôme Triomphe, du Barreau de Paris, d’engager des actions concertées dès la rentrée. » L’association souligne la répartition des rôles qui s’est mise en place : elle mènera la bataille judiciaire et « l’Institut Civitas [engagera] pour sa part une campagne de pression publique »35. De fait, Civitas multipliera les coups d’éclat pour faire entendre ses arguments jusqu’en décembre 2011, date de la présentation de la pièce à Paris. L’AGRIF, de son côté, sera à l’origine de cinq actions en justice contre la pièce, qui s’échelonneront de novembre 2011 à novembre 2017.

L’agitation

  • 36 Sur l’avènement du Bloc identitaire et de son « gramscisme numérique », voir Yannick Cahuzac et Sté (...)
  • 37 Civitas, « Importance du combat culturel », Civitas. Revue catholique des questions politiques et s (...)

12Tout porte à croire que Golgotha picnic a moins été l’étincelle que le prétexte d’une mobilisation annoncée. La campagne de mobilisation de Civitas contre la pièce prend en effet place dans un « combat culturel » de plus grande ampleur, sous lequel l’institut semble avoir placé l’année 2011 bien avant le mois de juillet, « combat culturel » qui constitue, alors, plus largement, une stratégie populaire dans les milieux identitaires comme traditionalistes catholiques36. La revue Civitas avait ainsi publié quelque temps auparavant un dossier intitulé « Combat culturel » qui mérite qu’on s’y arrête. Il posait les jalons d’une lutte à venir pour « la défense et la transmission de notre héritage culturel, dans ses dimensions littéraire et artistique notamment37 » et son argumentaire permet de mieux saisir l’enjeu réel qui sous-tend toute l’action de l’institut au cours des mois suivants. Avec une tonalité pédagogique marquée, le dossier se donne pour mission d’éclairer le lecteur catholique sur ce qui distingue le bon du mauvais art. L’enjeu est de taille car une effectivité très grande est prêtée à l’art :

  • 38 Idem.

Nous devons donc choisir avec un grand discernement les œuvres culturelles qui constituent l’environnement mental dans lequel nous évoluons, et qui vont donc influencer notre façon de penser et notre comportement, ainsi que ceux de notre entourage : les productions culturelles dont nous nous entourons ne doivent pas être un poison pour notre âme, mais bien un aliment sain et fortifiant38.

  • 39 Jean-Paul II, Lettre aux artistes, 4 avril 1999, citée par Isabelle Saint-Martin, « Sensibilité cat (...)
  • 40 Idem.
  • 41 Civitas, « Importance du combat culturel », art. cit., p. 14.
  • 42 Ibid., p. 15.
  • 43 Pie XII, « Allocution aux artistes italiens », 5 septembre 1950, cité dans Civitas, « L’art, pour l (...)

13Alors que Jean-Paul II avait pu faire preuve d’ouverture dans sa réflexion sur les rapports entre l’art et le mal, estimant que « [m]ême lorsqu’il scrute les plus obscures profondeurs de l’âme ou les plus bouleversants aspects du mal, l’artiste se fait en quelque sorte la voix de l’attente universelle d’une rédemption39 », Civitas cite plutôt les propos conservateurs de Pie XII, Henri Charlier ou Jean Ousset, jugeant que le bon art est celui qui s’appuie « sur le Beau, qui fait connaître et aimer lui-même le Vrai et le Bien40 », qui « ne véhicule pas une conception du monde et de l’homme ou des coutumes qui seraient contre-nature ou contraire à la civilisation chrétienne41 », qui conduit enfin « à une élévation morale, à un amour plus grand de l’ordre naturel et surnaturel et donc du Créateur42 ». Concrètement, le bon art pour Civitas, qu’il soit actuel ou ancien, est exemplaire au sens où il représente des comportements et des sentiments dignes d’être imités, instructif en ce qu’il permet de faire connaître des éléments de l’histoire sainte, et transcendant parce qu’il mène à Dieu. Au contraire, le « pseudo-art contemporain » est laid, provocateur, immoral, parfois même blasphématoire, il est inutile quand il se prend lui-même pour fin, voire nocif quand il « fait profession d’abaisser et asservir aux passions charnelles les puissances spirituelles de l’âme43 ». Enfin, le bon art n’est pas que chrétien, il est encore français, comme le signalent la plupart des exemples positifs choisis par les contributeurs du dossier. L’art étranger est au contraire considéré comme suspect, aussi dangereux que l’est de manière générale l’immigration pour la culture française, menacée, selon un terme beaucoup employé, de « génocide ».

  • 44 Martin Pellerin, « Piss Christ, du combat culturel au combat politique », Civitas, no 40, juin 2011 (...)
  • 45 Civitas, « Qui sommes-nous ? », Civitas [En ligne], mis en ligne le 2 décembre 2005, consulté le 12 (...)
  • 46 Martin Martin, « Le combat culturel dans la commune », Civitas, no 40, p. 17.
  • 47 Ibid., p. 19.
  • 48 Pierre Martin, « Faire aimer l’Église et la France par les livres et les œuvres d’art », Civitas, n(...)
  • 49 Anne Brassié, « Entretien », Civitas, no 53, septembre 2014, p. 40.
  • 50 Civitas, no 53 : « Le prétendu art contemporain : le démasquer, s’y opposer », septembre 2014, pp.  (...)

14Comme le formule explicitement l’article qui clôt le dossier, « le combat culturel est l’antichambre du combat politique44 », et Civitas vise à travers lui « l’instauration de la Royauté sociale du Christ sur les nations et les peuples en général, sur la France et les Français en particulier45 ». Aux réaffirmations nationalistes, les contributeurs de la revue joignent les imprécations contre-révolutionnaires, qui stigmatisent une société laïque, républicaine et démocratique. Plusieurs articles du dossier attaquent ainsi plus ou moins explicitement l’éducation publique et l’élite culturelle, associées à la gauche, qui déforment les esprits enclins naturellement à aimer le beau en leur apprenant à trouver beau ce qui est laid. Certains proposent de s’emparer à leur tour de l’art pour faire passer les idées nationales-catholiques. Quelques-uns promeuvent l’action culturelle, enjoignant chaque catholique à organiser dans son milieu des animations culturelles qui « permettent de rappeler, sans en avoir l’air, des notions de base du catéchisme46 », voire de se faire un nom en vue des élections municipales47. D’autres enfin professent la nécessité d’étudier l’art et de dispenser sur cette base un « enseignement doctrinal », mais aussi de produire des œuvres nouvelles « explicitement catholiques et françaises48 ». Certes, « il faut que le plus grand nombre d’hommes, de femmes et d’enfants soit mis en contact avec la beauté49 », mais, comme viendra le préciser une livraison ultérieure de la revue consacrée au « prétendu art contemporain50 », rien n’est moins démocratique que cette démarche : l’art selon Civitas ne doit pas être fait par tous et pour tous, mais par l’élite des catholiques pour les catholiques convaincus ou en devenir. En un mot, Civitas appelle à un retour à une configuration prémoderne, où la religion est l’horizon de toute production de l’esprit.

  • 51 Voir Isabelle Saint-Martin, « Sensibilités catholiques et réactions militantes devant les “blasphèm (...)
  • 52 Martin Pellerin, « Piss Christ, du combat culturel au combat politique », art. cit., p. 33.
  • 53 Civitas travaille à contrer les deux pièces en même temps. Tant et si bien, d’ailleurs, qu’il y a e (...)
  • 54 Voir notamment Nathalie Heinich, Le Paradigme de l’art contemporain : structures d’une révolution a (...)
  • 55 Sur cette question, voir l’article de Mathilde Barraband dans la présente livraison.
  • 56 Civitas, « Le prétendu art contemporain, consécration du subjectivisme », Civitas, no 53, septembre (...)

15C’est en toute logique que le blasphème dans l’art contemporain devient une cible privilégiée du combat culturel que Civitas décide d’engager dès l’hiver 2011. L’occasion en est donnée d’abord par une nouvelle publiée sur le site Salon beige qui alerte les internautes de la tenue d’une exposition à la collection Lambert d’Avignon, du 12 décembre 2010 au 8 mai 2011, où l’œuvre Piss Christ d’Andres Serrano est présentée. Il s’agit d’une photographie représentant un crucifix plongé dans un liquide trouble, fait du sang et de l’urine de l’artiste, selon les explications de ce dernier. Comme le précise très utilement Isabelle Saint-Martin51, cette photographie fait partie d’une série, intitulée Immersion, au sein de laquelle d’autres statuettes tout aussi célèbres (le Penseur de Rodin, le Moïse de Michel-Ange, etc.) subissent le même sort. Le Piss Christ, souvent exposé seul, a déjà suscité des scandales à New York en 1989 et Melbourne en 1997. Il a auparavant été présenté en France sans remous, mais, en l’occurrence, Civitas est à l’affût et, en outre, les promoteurs de l’exposition « Je crois aux miracles » ont choisi de rependre l’image en très grand format sur la façade du musée, l’exposant au plus grand nombre. L’institut lance début avril une campagne pour « mobiliser l’opinion publique et en priorité les catholiques52 ». Conforté par le nombre de signataires de sa pétition contre le Piss Christ, comme par celui des manifestants qui se sont joints à ses protestations publiques, l’institut continue sur sa lancée. Aussitôt l’exposition avignonnaise terminée, il entame une cabale contre le festival de musique métal Hellfest de Clisson en Loire-Atlantique. Mais la mobilisation est de courte durée, le festival « sataniste » a bel et bien lieu quelques semaines plus tard, en juin. Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci et Golgotha picnic seront les prochaines cibles. La pièce de Castellucci doit être présentée dès juillet en Avignon puis en novembre à Paris. Celle de García doit être jouée en novembre à Toulouse et en décembre à Paris. Ce sont surtout les représentations de l’automne qui vont occuper Civitas : elles laissent le temps de s’organiser53. Les deux pièces partagent avec Piss Christ plusieurs points communs. Elles sont tout d’abord aisément repérables par leur titre, qui renvoie explicitement au sacré, et, pour ce qui est de Golgotha picnic, par le fait qu’elle a déjà été attaquée par les milieux catholiques traditionalistes à l’étranger avant d’être programmée en France. Elles sont en outre signées par un artiste étranger. Enfin, elles s’inscrivent dans le paradigme de l’art contemporain tel qu’il est décrit par Nathalie Heinich54, c’est-à-dire un art qui remet en question sa propre définition et ses propres cadres55, et que Civitas taxe d’imposture. À la suite de Jean-Louis Harouel, l’institut accuse cet art de « subjectivisme » et d’« occultisme », affirmant qu’« on ne peut plus regarder une œuvre sans avoir préalablement de longues explications absconses pour comprendre ce qu’elle peut bien représenter56 ».

  • 57 Voir Danielle Tartakowsky, Les Droites et la rue. Histoire d’une ambivalence de 1880 à nos jours, P (...)
  • 58 Le même modus operandi a été utilisé en Pologne par les opposants aux représentations de la pièce p (...)
  • 59 Voir Yannick Cahuzac et Stéphane François, « Les stratégies de communication de la mouvance identit (...)

16La pièce de García va faire l’objet d’une campagne particulièrement acharnée. À partir des informations publiées au cours de la polémique espagnole et du dossier de presse qui présente le travail de García, Civitas entame les appels à la mobilisation auprès de ses membres en juillet, puis continue de manière de plus en plus soutenue entre septembre et décembre, allant jusqu’à publier plusieurs nouvelles par jour sur son site. Le modus operandi dont ces publications rend compte suit les étapes habituelles des mobilisations catholiques, telles qu’elles se sont formalisées tout au long du XXe siècle57, et, pour ce qui est des manifestations contre l’art dit blasphématoire, depuis l’affaire de l’adaptation de La Religieuse de Diderot par Rivette notamment, au mitan des années 1960 : appels à signer des pétitions et à envoyer des courriers pré-rédigés aux commanditaires et mécènes, sollicitation d’appuis auprès du clergé, occupation de l’espace médiatique et de la rue, etc58. La campagne s’avère toutefois très active et exploite largement les ressources d’internet, s’inspirant manifestement des stratégies développées depuis 2000 par l’extrême droite, et notamment par le Bloc identitaire, en matière de web politique59. La session d’été de Civitas des 29, 30 et 31 juillet est dédiée à l’organisation de la lutte contre la christianophobie en général, contre le « pseudo-art » et Golgotha picnic en particulier. Après la session d’été, Golgotha est au cœur du numéro spécial de la revue Civitas qui sort en septembre, mais aussi de messages et de montages vidéo qui circulent sur internet, d’affiches et de tracts que l’on peut commander à l’institut, de sorties publiques de membres du clergé et de parlementaires, et encore de manifestations et de prières de rue pour lesquelles on organise le transport depuis plusieurs régions françaises et même depuis la Belgique et la Suisse.

  • 60 (S. a.), « Paris : Deux catholiques intégristes arrêtés au théâtre du Rond-Point », France-Soir [En (...)
  • 61 « [N]ous irons sans aucune violence prier jusque devant le théâtre » (Alain Escada, « N’abandonnons (...)
  • 62 Alain Escada, « La vérité quant à la riposte des jeunes chrétiens face aux provocations blasphémato (...)
  • 63 On retrouve là une stratégie typique de mobilisation et de radicalisation d’un groupe qui part en c (...)
  • 64 Le Renouveau français, fondé en 2005 puis mis en sommeil en juin 2017, était une organisation natio (...)
  • 65 Selon Bruno Tackels (Les Écritures de plateau. État des lieux, Besançon, Les Solitaires intempestif (...)

17Quelque temps avant les représentations parisiennes, la mobilisation prend un tour délictueux. Le directeur du théâtre du Rond-Point, Jean-Michel Ribes, reçoit des menaces de mort et retrouve des cutters dans le restaurant du théâtre sur la lame desquels le mot « Christ » est gravé. Deux individus sont arrêtés alors qu’ils tentent de saboter le système d’alarme du théâtre. Au cours des représentations, des manifestants parviendront à s’introduire dans le théâtre et à lancer des excréments sur les spectateurs60. L’institut Civitas ne revendique ni les menaces de mort ni les tentatives de sabotage61, mais il cautionne les interruptions de spectacle62, et les rassemblements qu’il organise devant les portes des théâtres adoptent un ton véhément, les exhortations guerrières s’y mêlant aux prières et aux chants de réparation. Dans les discours tenus en décembre devant le Rond-Point, il est question de « riposte » et de « réveil » catholique, de l’« honneur de l’Église de France » qu’il faut défendre, et l’on conspue aussi bien la police que la magistrature. Alain Escada y répète que « Dieu maudira les tièdes63 » et remercie pour leur soutien les Jeunesses catholiques de St-Nicolas (JCSN), le Mouvement de la jeunesse catholique de France (MJCF) ainsi que Renouveau français64, complice dès le printemps des actions contre le Piss Christ65.

  • 66 Voir sur ce point la rapide mais révélatrice recension d’Isabelle Saint-Martin (« Sensibilité catho (...)
  • 67 On a pu l’y voir entendre débattre, aux côtés de Michael Lonsdale, contre Jean-Michel Ribes, le 8 d (...)
  • 68 Céline Béraud et Philippe Portier, Métamorphoses catholiques, op. cit., p. 160.
  • 69 Ibid., p. 159 et suiv.

18Dans la mémoire de Civitas, ou plus précisément dans les entretiens de son secrétaire puis président, Alain Escada, cette mobilisation restera comme un succès, voire un moment fondateur et fédérateur. Certes, toutes les représentations de Golgotha picnic prévues en 2011 ont été maintenues, tout comme celles de Sur le concept du visage du fils de Dieu. Certes, l’opinion publique en général, et l’opinion catholique en particulier, se sont largement désolidarisées des protestataires66. Mais Civitas et ses alliés ont réussi à mobiliser plus largement qu’à l’habitude et surtout à occuper l’espace médiatique pour y diffuser leurs idées avec un certain succès. La future égérie de « La Manif pour tous », Frigide Barjot, avait d’ailleurs cherché à tirer profit de cette audience en se glissant dans les manifestations contre Golgotha picnic aux abords du théâtre du Rond-Point67. Toutefois, c’est bien la ligne « moderne » du catholicisme d’identité que cette dernière incarne qui va s’imposer par la suite, et non celle intransigeante de Civitas. Lors de la mobilisation de 2012-2013 contre le mariage entre personnes de même sexes, dont l’ampleur a amené à « relativiser l’idée d’un catholicisme définitivement marginalisé68 », Civitas a choisi, comme le formulent Céline Béraud et Philippe Portier, la ligne du « protest without », dénonçant la compromission de la « Manif pour tous » et organisant des manifestations à part. Le retour en force des catholiques dans le paysage politique entre le début de ces manifestations en 2012 et les élections du printemps 2014 se construira en outre autour de la contestation des « politiques de l’intime » plutôt que celle de l’art blasphématoire69. Pour toutes ces raisons, il semble que le « combat culturel » de Civitas annoncé en 2011 ait fait long feu.

La judiciarisation

  • 70 Sur cette « innovation juridique », dont l’AGRIF ne manquera pas de se prévaloir par la suite, voir (...)

19En parallèle de l’agitation orchestrée par Civitas, l’AGRIF mène une bataille judiciaire contre Golgotha picnic, bataille qui a, elle aussi, toutes les apparences d’un échec. Les actions de l’association devant le tribunal administratif de Toulouse et le tribunal de grande instance (TGI) de Paris en novembre 2011, la 17e chambre du TGI de Paris en octobre 2012, la cour d’appel en décembre 2015, puis la Cour de cassation en juin 2016 essuient toutes un revers. Ni la tentative de censure a priori pour empêcher ou limiter les représentations, ni les demandes de sanction n’aboutissent. Et au coût des procédures s’ajoute parfois celui des condamnations financières en raison du préjudice constitué par la procédure. Qu’à cela ne tienne, comme elle le fait depuis son premier procès, l’association tente tous les recours possibles, engageant procédures administratives, civiles ou pénales, depuis les tribunaux de province jusqu’aux plus hautes juridictions. Certes, derrière des procès perdus se cachent parfois de petites victoires. Ce fut le cas en 1985, quand le président du TGI de Paris a rejeté dans son ordonnance de référé la demande d’interdiction du film Je vous salue, Marie de Godard mais a reconnu au passage un « droit au respect des croyances70 ». C’est encore le cas, dans l’affaire Golgotha picnic, lorsque l’AGRIF, avant de se voir débouter par la juge de la 17e chambre du TGI, a le contentement de lire la motivation de la juge d’instruction pour renvoyer l’affaire devant la chambre correctionnelle :

  • 71 Cette motivation est étonnante à plusieurs égards. Tout d’abord, il est rare qu’un juge d’instructi (...)

Les propos extraits de la pièce et qualifiés de diffamatoires par la partie civile dépassent les limites de la liberté d’expression et peuvent s’analyser, par le discrédit qu’ils font peser sur la personne du Christ et son action, par leur violence et par la stigmatisation de la communauté de ceux qui en sont les disciples, en une incitation à la haine et au rejet des catholiques71

  • 72 À force d’essais, l’AGRIF obtient parfois de vraies victoires. C’est à son insistance après plusieu (...)

20L’AGRIF espère probablement cumuler ainsi de petits gains jurisprudentiels de sorte à faire pencher un jour la balance de la justice en sa faveur72. Mais il faut chercher ailleurs le véritable intérêt de cette ténacité ruineuse.

21Si l’affaire Golgotha picnic a quelque chose de fondateur dans l’histoire de Civitas, elle est tout à fait représentative des actions de l’AGRIF depuis plusieurs décennies. Depuis sa fondation, l’association se fait un devoir de son rôle de vigie, s’érigeant en véritable défenseuse de la religion chrétienne et, en quelque sorte, en continuatrice du travail de mise à l’Index abandonné par l’Église postconciliaire. C’est le sens des actions en justice qu’elle entreprend depuis les années 1980 contre des œuvres jugées blasphématoires. Bien entendu, l’association n’ignore pas que, dans la France contemporaine, l’Église n’est plus cette bergère choisissant les sources auxquelles s’abreuvent ses brebis et que l’État français et sa justice se sont bel et bien émancipés de la morale religieuse. Mais ses actions en justice répétées et jusqu’au-boutistes ont d’autres destinataires : elles doivent servir d’avertissement aux créateurs, explicitement sommés de s’autocensurer, comme au public chrétien, implicitement mais fermement invité à se détourner de certaines œuvres. En effet, si l’AGRIF prend le risque à court terme de faire de la publicité aux œuvres contre lesquelles elle porte plainte, c’est parce qu’elle espère, comme le formule très tôt Bernard Antony et comme le rappellent régulièrement les contributeurs de La Griffe, s’imposer à plus long terme dans le paysage culturel comme autorité morale et surmoïque. Cette fonction de sentinelle dans laquelle l’association s’est spécialisée au fil du temps a supposé qu’elle délègue à d’autres certains moyens d’actions, notamment celui de la mobilisation sociale dans laquelle Bernard Antony s’était pourtant illustré. D’ailleurs, au temps de la polémique contre Ave Maria de Godard, c’étaient l’association Saint-Pie-X et Mgr Lefebvre qui avaient engagé des procédures judiciaires contre le film, et les troupes de Bernard Antony qui avaient assumé les actions coup de poing. Le jeu de rôle est désormais inversé, et au cours de l’année 2011, ce sont les lefebvristes de Civitas qui ont assumé le travail d’agitation et l’association d’Antony les procédures judiciaires.

  • 73 Voir, à cet égard, l’enquête très précise de Jeanne Favret-Saada sur les premières tentatives de ce (...)
  • 74 Dans l’affaire Immersion (Piss Christ), les milieux nationaux-catholiques s’insurgent que la défens (...)
  • 75 « Au reste, la réponse actuelle des représentants des Églises chrétiennes, et notamment des représe (...)
  • 76 (S. a.), « AGRIF déboutée par le juge des référés du TGI de Paris », AGRIF [En ligne], communiqué m (...)

22L’affaire Golgotha picnic montre que la bonne entente en matière de censure artistique qui régnait entre ralliés et schismatiques au lendemain du schisme était toujours d’actualité en 2011. En témoignent le relais des messages entre les réseaux de l’AGRIF et de Civitas et même les louanges réciproques73. Ce qui n’empêche pas l’AGRIF de prendre ponctuellement ses distances avec Civitas. Il faut dire que l’association de Bernard Antony a une ligne difficile à tenir, entre radicalité et respectabilité, marginalité et centralité. Depuis les années 1980, elle s’est posée en critique d’un épiscopat trop conciliant, ralliant les dévots autour d’elle. Elle a continué d’assumer ce rôle après la création en 1996 par les Évêques de France de l’association Croyances et libertés dont la vocation était justement d’agir en justice pour défendre l’identité chrétienne. Or cette posture élitiste et séditieuse, qui a permis à l’AGRIF de rallier les traditionalistes voire les intégristes, pose problème dans les prétoires, non pas seulement parce qu’elle serait incompatible avec l’image de respectabilité que l’association veut renvoyer, mais parce que l’AGRIF doit impérativement se poser en porte-parole de tous les chrétiens pour que son action soit recevable. Au cours des procès contre Golgotha picnic, comme c’est le cas presque systématiquement, les juges dénoncent ainsi le manque de représentativité de l’AGRIF74. Les critères invoqués le sont invariablement : l’association n’est pas soutenue par l’Église, elle s’est aliéné la presse catholique et elle semble proche de groupes extrémistes. L’AGRIF a pourtant reçu un soutien non négligeable du haut clergé au début de l’automne mais la fermeté des déclarations de l’épiscopat s’explique probablement par la volonté d’acheter la paix avec les dévots et, en tout état de cause, Croyance et liberté a laissé l’AGRIF agir seule devant les tribunaux. Les juges ne manquent pas de le souligner, ni de citer un article de La Croix favorable à la pièce ou d’interroger les liens de l’AGRIF avec Civitas75. La réaction de l’AGRIF à ces reproches sera caractéristique : elle vitupèrera contre le quotidien « paraît-il catholique » et la remise en cause de « l’unanimité de la condamnation de l’épiscopat76 », entretenant la rhétorique du seul contre tous qui tout à la fois la sert et la dessert, fait sa raison d’être et borne mécaniquement son action.

Conversions

  • 77 (S. a.), « Aes lleva a los Tribunales al autor y a quiénes hayan subvencionado la obra blasfema Gól (...)
  • 78 TA Toulouse, 15 novembre 2011, no 1105012, p. 1-2. Le motif d’appel à la haine des juifs sera aband (...)

23Les contradictions au principe de la démarche de l’AGRIF, comme de celle de Civitas, sont nombreuses. Leurs positions dans la communauté catholique mais aussi leurs argumentaires méritent d’être analysés à l’aune de ce paradoxe : profondément réactionnaires, ces groupes sont aussi très adaptés au monde moderne dont ils profitent et s’inspirent abondamment. On en jugera tout d’abord par l’actualisation que l’association et l’institut tentent de faire du délit de blasphème en s’appuyant sur les valeurs et le droit français contemporains. L’accusation de blasphème, qui a libre cours dans l’entre soi dévot, est euphémisée dans les communications publiques voire transposée et déniée dans les actions judiciaires. Le choix des motifs invoqués par l’AGRIF et leur évolution au fil des procédures dans l’affaire Golgotha picnic sont tout à fait représentatifs des stratégies juridiques déployées par l’association. En Espagne, le parti Alternativa Española avait pu invoquer contre Golgotha picnic l’article 525 du Code pénal et l’article 16 de la Constitution espagnole qui interdisent, respectivement, « les attaques portées au dogme religieux, croyances ou cérémonies » et l’irrespect des diverses croyances religieuses77. L’association française, quant à elle, a plutôt tenté, au cours des deux procédures de l’année 2011, d’invoquer un « respect des croyances » inscrit notamment dans la Constitution de 1958, et le devoir de « protection des objets de vénération religieuse », qu’elle tire de la jurisprudence. Elle a aussi tenté de tirer parti du principe de laïcité et de neutralité de l’État. Selon elle, à ce titre, l’État ne devrait pas soutenir financièrement une pièce telle que Golgotha picnic. Enfin, lors des premières actions de 2011, l’association a dénoncé, outre la diffusion de messages violents et pornographiques susceptibles d’être perçus par des mineurs, une provocation à la haine des croyants, en l’occurrence les chrétiens et les juifs78.

  • 79 À propos du dossier de Mathieu Lindon et Gérard Lefort dans Libération, les rédacteurs de La Griffe (...)
  • 80 Par exemple : la défense a mis en avant, selon le récapitulatif du juge, que « sous-couvert d’une p (...)
  • 81 TGI Paris, 7 décembre 2011, no RG 11/59621, p. 4.
  • 82 Idem.

24Ce ne sera plus que le motif de l’incitation à la haine des chrétiens qui sera invoqué dans la poursuite pénale à partir de 2012, sans davantage de succès. À la même époque, les contributeurs de La Griffe, y compris Antony, l’énoncent explicitement : l’enjeu est de trouver les moyens de punir un blasphème avec les outils du droit contemporain79. La chose est claire aussi pour les avocats de la défense que les juges suivent largement80. Mais cela n’empêche pas Me Triomphe d’avancer devant le tribunal, lors de l’audience du 1er décembre 2011, que « L’AGRIF ne poursuit pas l’offense faite à Dieu, le blasphème mais celle faite aux chrétiens81 ». La stratégie argumentative de Civitas est moins duplice mais semblable. Si l’institut maintient quant à lui l’accusation de blasphème tout au long de sa campagne, il prend soin de fournir d’autres cordes à l’arc de ses militants : invoquant dès ses premiers appels au ralliement le mésusage des subventions par un État garant du respect de la dignité de ses citoyens et, de manière croissante, la diffamation non seulement du Christ mais des chrétiens. Ce sera aussi l’enjeu de la manifestation d’octobre contre la christianophobie, où l’art contemporain « blasphématoire » et les profanations de tombes sont présentés comme des preuves d’une exacerbation de la haine des chrétiens, quand le second n’est pas présenté comme « la cause directe » du premier82. Pour prendre la mesure de l’opportunisme dont relèvent ces tentatives de traduction du délit de blasphème dans l’axiologie et le droit actuels, il faut rappeler combien la lutte contre la laïcité bien sûr, mais aussi contre la liberté de conscience, l’antiracisme et les limitations de la liberté d’expression sont au fondement de l’histoire des deux groupes.

  • 83 Jeanne Favret-Saada, Les Sensibilités religieuses blessées, op. cit., p. 247.
  • 84 Ibid., p. 247-248.
  • 85 Jeanne Cité dans Favret-Saada, Les Sensibilités religieuses blessées, op. cit., p. 253.

25Jeanne Favret-Saada décrit le coup de force que constitue au mitan des années 1980 la conversion de Mgr Lefebvre à la liberté religieuse d’une part et celle d’Antony à l’antiracisme d’autre part. Le premier se pose depuis toujours en farouche opposant à la modernisation de l’Église. Il prêche contre la démocratie et pour la royauté sociale de Jésus-Christ, exècre l’esprit séculier et égalitariste de la Révolution française, saluant même l’instauration d’une dictature chrétienne en Argentine83. Quand, en 1984, il assigne en justice les responsables de l’affiche d’Ave Maria, « il opère un revirement spectaculaire : cet ennemi acharné de la liberté religieuse va désormais s’en faire le champion, pour la seule raison qu’elle est reconnue par la législation française84 ». Le stratagème du prélat a de quoi surprendre : adoptant jusqu’alors une position d’intransigeance et de refus de toute compromission, il accepte ici de combattre avec les armes de l’ennemi. Cette liberté de religion qu’il honnit, qui a fait achopper les tentatives de conciliation de Rome, il va s’en revendiquer pour faire interdire l’affiche de Bettina Rheims, qui met en scène une femme crucifiée et aux seins nus. Le jugement fera jurisprudence, suivant le raisonnement du plaignant lorsqu’il retient que « la représentation du symbole de la croix, dans ces conditions de publicité tapageuse et en tous lieux de passage public, constitue un acte d’intrusion agressive et gratuite dans le tréfonds intime de croyance85 » des passants. En d’autres termes, le tribunal estime que la liberté d’expression de l’affichiste trouve une limite dans la liberté de conscience et de religion du citoyen qui est exposé à l’affiche sans l’avoir choisi. Ce jugement de 1985 fait ainsi paradoxalement triompher des doctrinaires au nom du libéralisme individualiste, gagner des intégristes au nom de la définition d’un espace intime que rien ne devrait enfreindre.

  • 86 TGI Paris, 7 décembre 2011, no RG 11/59621, p. 7.
  • 87 Articles 1 et 2 de la « Loi de séparation des Églises et de l’État » du 9 décembre 1905.
  • 88 Jeanne Favret-Saada, Les Sensibilités religieuses blessées, op. cit., p. 325.
  • 89 L’avocat de la mairie de Toulouse cherche à mettre l’AGRIF devant ses contradictions, en rappelant (...)
  • 90 Henri Leclerc, « Laïcité, respect des croyances et liberté d’expression », Légipresse, no 330, 24 a (...)

26L’AGRIF et Civitas se sont largement approprié l’argumentaire opportuniste de Mgr Lefebvre. Dans l’affaire Golgotha picnic, toutefois, l’AGRIF ne peut faire valoir la jurisprudence de 1985. Il faut acheter son billet pour voir Golgotha picnic et, contrairement au passant, le spectateur de la pièce de García est largement prévenu de ce à quoi il s’expose. La juge des référés du TGI ne manque pas de le souligner en décembre 2011, remarquant au passage que « le contexte polémique » entourant la pièce fait de son public un public doublement averti. À la limite, il en va différemment de l’affiche retenue pour la promotion, qui présente le dessin en noir et blanc d’une femme, les bras en croix et le front ceint par une couronne d’épines, prise entre deux pains hamburgers, et dont Me Triomphe exige le retrait. Mais là encore, la juge ne retient pas la demande de l’AGRIF, affirmant que le théâtre « n’a pas fait de publicité particulière86 ». En somme, difficile en l’espèce de parler d’intrusion agressive – ni même gratuite car l’affiche reprend plusieurs éléments au centre de la pièce. La décision de la juge des référés de décembre 2011 est enfin intéressante à cet égard qu’elle pointe un détournement que l’AGRIF tenterait de faire des notions de respect des croyances et de liberté religieuse inscrites dans les constitutions et lois qui régissent la France. Citant les mêmes textes que l’AGRIF, mais en choisissant d’autres extraits, elle en rappelle la lettre et l’esprit, c’est-à-dire que liberté de religion et liberté d’expression ne s’opposent pas : au contraire, précise-t-elle, l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 proclame que « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses ». En d’autres termes, les textes que l’AGRIF invoque auraient pour raison d’être première de protéger dans l’expression de leur opinion religieuse les créateurs et diffuseurs que l’association accuse. Les formules de 1905 et 1958 sur le respect des croyances et la liberté de conscience visent à définir la laïcité, c’est-à-dire la neutralité de la République qui « garantit le libre exercice des cultes » et « ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte87 ». Elles ne signifient pas que la République « considère [les cultes] avec un respect particulier, ou qu’elle honore le fait religieux88 », ni qu’elle ne peut subventionner l’art qui traite de sujets religieux89. Comme le rappelle Henri Leclerc, l’article 10 est « évidemment la traduction du long combat des lumières au XVIIIe siècle contre l’hégémonie de l’Église90 ». Ce que l’AGRIF ne sait que trop.

  • 91 Jeanne Favret-Saada, Les Sensibilités religieuses blessées, op. cit., p. 301.
  • 92 Ibid., pp. 42 et suiv.
  • 93 Ibid., p. 242.
  • 94 Jean-Marie Lustiger, « Une tempête dans un verre d’eau bénite », Le Monde, 1er avril 1983, cité dan (...)
  • 95 TGI Paris, 7 décembre 2011, no RG 11/59621, pp. 3 et 4.
  • 96 TA Toulouse, 15 novembre 2011, no 1105012, p. 2.

27C’est aussi au mitan des années 1980, que, « [à] l’instar de Mgr Lefebvre se convertissant à la liberté de conscience, Bernard Antony se déclare soudain partisan des droits de l’homme et de l’antiracisme, et [qu’]il devient le champion d’un catholicisme devenu la religion d’une minorité opprimée91 ». Comme le montre l’enquête de Favret-Saada, un tel retournement se préparait de longue date, depuis que l’abbé Pihan avait taxé en 1962 le film de Rivette de « sexiste » et d’« aussi raciste » que le Juif Süss92, que l’idée d’un catholicisme minoritaire avait fait son chemin jusque dans les pages de La Croix93 ou que Mgr Lustiger avait déclaré que les numéros des humoristes Stéphane Collaro et Jacques Martin sur les catholiques ne relevaient pas de l’anticléricalisme classique mais « de quelque chose de plus fondamental, l’atteinte aux droits de l’homme94 ». Antony a toutefois systématisé l’argumentaire et dédié son association nouvellement créée, l’AGRIF, à en faire la promotion dans les prétoires. L’argument fondamental est que les chrétiens ne sont pas protégés au même titre que les juifs et les musulmans par les lois antiracistes de la République. L’AGRIF tantôt mise sur l’occultation d’un implicite, c’est-à-dire que les lois antiracistes protègent les minorités, tantôt argue que les chrétiens sont minoritaires chez les minoritaires, victimes parmi les victimes, au sens où ils seraient les moins considérés des croyants dont la liberté de religion serait constamment menacée dans l’espace républicain. Les bases de cet argumentaire figurent sans surprise dans les réquisitoires de Me Triomphe qui cite Mgr Podvin selon lequel « [c]e n’est pas parce que le christianisme fut sociologiquement majoritaire qu’il doit être le fusible d’hystéries culturelles », proteste que « le spectacle tente de tirer parti du handicap social qui afflige les chrétiens à qui l’on impose toutes les attaques au nom de la liberté d’expression95 » et affirme que « pour se convaincre de l’atteinte à l’ordre public, il suffit de voir le scandale que causerait un tel spectacle mettant en scène Mahomet ou Moïse96 ». On les retrouve sans grand changement chez Civitas.

  • 97 Comme le formule explicitement Cécile Montmirail par exemple : « Ce fut Bernard Antony qui eut l’id (...)
  • 98 Alain Escada, « Élections municipales, Jour de colère », 2014, entretien mis en ligne le 21 janvier (...)
  • 99 TGI Paris, 10 décembre 2015, op. cit., p. 5.
  • 100 Argument qui s’est banalisé dans la droite française comme le montre Denis Ramond (La Bave du crapa (...)
  • 101 Cécile Montmirail, La Preuve par l’AGRIF, op. cit., p. 21.
  • 102 Guillaume le Baube, « Être artiste », Civitas, no 53, op. cit., p. 26. Il faut remarquer que, lors (...)
  • 103 Ibid., p. 29.

28En s’emparant des lois antiracistes, il s’agit une fois de plus de retourner l’arme de l’ennemi contre lui, par opportunisme et non par adhésion97. Toutefois, comme la conversion à la liberté religieuse, la conversion à l’antiracisme des nationaux-catholiques suppose d’importantes contorsions. Tout d’abord, les lois antiracistes ont toujours fait l’objet de critiques de l’extrême droite en tant qu’elles restreignaient la liberté d’expression. Quand Escada affirme que « pétri de philosophie catholique, [il] considère que la liberté d’expression n’est pas et ne doit pas être un absolu98 » ou quand Me Triomphe explique, à propos de Golgotha picnic, que « la liberté d’expression, aussi légitime soit-elle, ne justifiait pas, y compris en matière artistique, de tels excès et une telle incitation à la haine envers les chrétiens99 », ils contreviennent à la position libérale traditionnellement adoptée en la matière par l’extrême droite, qui se targue de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas100. La Preuve par l’AGRIF, de l’antiracisme à la discrimination antifrançaise et antichrétienne de la journaliste Cécile Montmirail, proche d’Antony et membre de l’AGRIF, oscille ainsi entre l’appel à empêcher la diffamation de la religion chrétienne et les charges contre la loi Pleven de 1972 qui limite « la liberté d’expression et la capacité des Français à se défendre de l’immigration-invasion101 » ou contre la loi Gayssot, venue renforcer en 1990 la précédente, en punissant expressément le négationnisme. Les mêmes contradictions se trouvent dans le numéro 55 de Civitas consacré à la liberté d’expression, et publié au lendemain des attentats contre Charlie Hebdo, pour faire entendre une voix dissonante dans un espace médiatique tout acquis à la liberté d’expression. Les contributeurs y réclament l’application plus stricte aux publications de Charlie Hebdo de la loi du 29 juillet 1881 punissant l’injure102, mais critiquent la loi Gayssot au motif qu’« il faut au moins laisser au révisionniste le pouvoir de démontrer103 ».

  • 104 Cécile Montmirail, La Preuve par l’AGRIF, op. cit., p. 7.
  • 105 Ibid., p. 8.
  • 106 Ibid., p. 9.

29L’argument antiraciste oblige par ailleurs les traditionalistes qui y ont recours à revenir sur un problème épineux, celui de l’égalité, perçue parfois comme un bien, quand elle est une vertu chrétienne, et parfois comme un mal, quand elle est une qualité républicaine. Montmirail peut ainsi commencer son histoire des combats de l’AGRIF pour défendre l’identité française et catholique devant les tribunaux par l’affirmation que, « [a]ttachés aux valeurs évangéliques, qui reconnaissent en tout homme la même dignité, les chrétiens rejettent tous les racismes et toutes les formes d’incitation à la haine et à la violence » et que « [l]a France, imprégnée par ses racines chrétiennes, est sans doute l’un des pays les moins racistes du monde »104. Toutefois, selon la journaliste, l’antiracisme est venu convaincre les Français du contraire, les enjoignant en quelque sorte à se détester eux-mêmes. C’est ainsi que les « soi-disant antiracistes », expression qu’elle emprunte à Madiran, seraient en fait de vrais racistes, et même des génocidaires, voulant éradiquer la culture française et l’humanisme lui-même. Les dénonciateurs des soi-disant antiracistes seraient dès lors les véritables antiracistes, ou plutôt les vrais humanistes. Bien entendu, pas plus que Civitas ne promeut la démocratisation de l’art, l’AGRIF ne prêche l’égalitarisme. Si tout homme est digne, si toutes les couleurs de peau se valent, il n’en va pas de même des cultures et des civilisations. Montmirail le formule selon la rhétorique de la préférence personnelle : on peut bien avoir « un attachement prioritaire à son propre pays et au bien de ses compatriotes – n’impliquant aucun traitement dégradant pour ceux qui n’en seraient pas105 », on peut bien « préférer la France, l’Église, Versailles, Lully et Van Gogh – venus d’ailleurs mais Français de cœur et d’esprit106 ». Antony, quant à lui, prenant la plume dans La Griffe à l’automne 2011, se prononce sans détour :

  • 107 Bernard Antony, « La mort de l’humanité finalité de l’antiracisme », La Griffe, juillet-septembre 2 (...)

On ne saurait préférer les grands artistes des grandes œuvres universelles des civilisations d’Orient ou d’Occident aux exposants des pots d’urine, bidets, tas de charbon et autres défécations hélas subventionnées. Car l’expérience prouve bien que lorsque l’on prétend qu’il n’y a plus ni beau ni laid, c’est le laid que l’on exalte ; que lorsqu’il n’y a plus ni vrai ni faux, c’est le faux que l’on répand ; que lorsqu’il n’y a plus ni bien ni mal, c’est le mal qui règne107

30L’antiracisme et sa « haine de toute hiérarchie, de toute différenciation » suit un « cheminement nihiliste de haine du réel, de haine de l’être », poursuit Antony, qui recycle alors, non plus seulement les discours contre la modernité, mais aussi contre la postmodernité, faisant de l’égalitarisme, de l’antiracisme, et de « l’idéologie de l’“art contemporain” sa projection “culturelle” », selon lesquels « tout se vaut », les fléaux des temps contemporains.

31Profondément réactionnaires, Civitas et l’AGRIF n’en savent pas moins tirer parti des avantages de la société moderne pour faire avancer leur cause, que ce soit par le recours aux réseaux sociaux, à l’élection démocratique ou aux tribunaux. Ce faisant, les deux groupes mettent paradoxalement en branle des institutions et des valeurs auxquelles ils ne croient pas et qu’ils ne reconnaissent pas. L’un et l’autre groupes se sont clairement spécialisés au fil du temps, le premier privilégiant la pression médiatique et politique, le second, l’action judiciaire. Mais ils se trouvent, comme le montre encore l’affaire Golgotha picnic, engagés dans un même combat. On peut même formuler l’hypothèse, qui est encore une fois celle de Favret-Saada, que leur rapport est fondé sur la concurrence, plutôt que sur la complicité :

  • 108 Favret-Saada (Jeanne), Anthropologie des polémiques à enjeux religieux : le cas des affaires de bla (...)

En s’en prenant aux artistes impies, chacune des chapelles dévotes entend démontrer à la masse des fidèles la supériorité de son zèle religieux […]. Dès lors, on peut poser que tout conflit sur la liberté d’expression artistique qui met aux prises des coteries dévotes avec des non-dévots et des non-croyants, suppose une concurrence préalable entre groupes dévots pour conquérir l’adhésion de la masse des fidèles108.

32L’écho que ces groupes parviennent à avoir dans les médias, tout comme leurs succès judiciaires peuvent sembler des coups de force : les pourfendeurs de la liberté de conscience obtiennent parfois gain de cause au nom de la liberté de conscience, les détracteurs de l’antiracisme, au nom de l’antiracisme. Il faut toutefois relativiser l’importance de ces réussites qui s’expliquent davantage par la libéralité du système politique et judiciaire que par une véritable adaptation de ces groupes au monde contemporain. Chaque polémique, chaque procès révèle au contraire une profonde incompréhension des parties et est vécue comme un choc des temporalités. Avec une grande constance, le monde médiatique redécouvre à chaque affaire l’existence de ces groupes dont les exigences lui paraissent anachroniques. S’il fait à cette occasion circuler des idées qui restaient jusqu’alors cantonnées à l’entre soi dévot, l’entre soi dévot n’en sort pas forcément élargi ou renforcé. Au contraire, les catholiques traditionalistes, déjà marginalisés au sein de la communauté chrétienne, ressortent régulièrement de ces épisodes divisés. Les commentaires des internautes sur les blogs nationaux-catholiques montrent ainsi le gouffre qui sépare les interventionnistes des non-interventionnistes, les violents des non-violents. Si certains dévots se gaussent de l’opportunisme qu’il y a à recourir aux armes profanes dans un combat sacré, un nombre significatif d’entre eux y voient au contraire une grave compromission.

Haut de page

Bibliographie

Airiau (Paul), « Virtuosité, intégralisme, intransigeance ? La communauté apostolique Aïn Karem au regard de l’histoire », dans Dumons (Bruno) et Gugelot (Frédéric) (dir.), Catholicisme et identité. Regards croisés sur le catholicisme français contemporain (1980-2017), Paris, Karthala, « Signes des temps », 2017, p. 73-99.

Angelo (Robin d’) & Molard (Mathieu), Le Système Soral, Paris, Calmann-Lévy, 2015.

Antony (Bernard) (dir.), Dictionnaire de la réplique, Paris, Godefroy de Bouillon, 2004.

Antony (Bernard), « La mort de l’humanité finalité de l’antiracisme », La Griffe, juillet-septembre 2011, p. 1 et p. 7.

Antony (Bernard), Le Communisme 1917-2017, Paris, Godefroy de Bouillon, 2017.

Antony (Bernard), « Bilan du communisme, 1917-2017 : Entretien avec Bernard Antony », propos recueillis par Michel Gabriel Léon, Égards, no 55, novembre 2017-janvier 2018.

Arzoumanov (Anna) & Barraband (Mathilde), « Les traditionnalistes à l’assaut de l’art : retour sur l’affaire Golgotha picnic », Entertainment, no 4, 2019, p. 253-262.

Baube (Gillaume le), « Être artiste », Civitas. Revue catholique des question politiques et sociales, no 55, septembre 2014, p. 26.

Béraud (Céline) & Portier (Philippe), Métamorphoses catholiques. Acteurs, enjeux et mobilisations depuis le mariage pour tous, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, « Interventions », 2015.

Cahuzac (Yannick) & François (Stéphane), « Les stratégies de communication de la mouvance identitaire », Questions de communication [En ligne], no 23 : Figures du sacré, 2013, p. 275-292.

Civitas, « Importance du combat culturel », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 40, juin 2011, p. 13-15.

Civitas, « L’art, pour le meilleur ou pour le pire », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 40, juin 2011, p. 28-29.

Civitas, « Entretien avec Anne Brassié », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 53, septembre 2014, p. 36-40.

Civitas, « Le prétendu art contemporain, consécration du subjectivisme », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 53, septembre 2014, p. 21-25.

Chamagne (Catherine), « Les diffamations et injures envers la mémoire des morts. Perspectives d’évolution de l’article 34 de la loi du 29 juillet 1881 », Légicom, vol. 3, no 28, 2002.

Cocquet (Marion), « “Golgota picnic” : le théâtre en état de siège », Le Point [En ligne], mis en ligne le 8 décembre 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : https://www.lepoint.fr/culture/golgota-picnic-le-theatre-en-etat-de-siege-08-12-2011-1405384_3.php.

Congar (Yves), La Crise dans l’Église et Mgr Lefebvre, Paris, éditions du Cerf, 1977.

Dard (Olivier), Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Tempus Perrin, 2011.

Escada (Alain), « Appel aux catholiques de France », Civitas [En ligne], mis en ligne le 11 juillet 2011, consulté le 29 août 2018. URL : http://www.civitas-institut.com/2011/07/11/appel-aux-catholiques-de-france/.

Escada (Alain), « Élections municipales, Jour de colère », entretien, mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 9 novembre 2018. URL : http://www.civitas-institut.com/2014/01/21/elections-municipales-jour-de-colere-entretien-avec-alain-escada/.

Favret-Saada (Jeanne), Anthropologie des polémiques à enjeux religieux : le cas des affaires de blasphème, Nanterre, Publications de la Société d’ethnologie, 2016.

Favret-Saada (Jeanne), Les Sensibilités religieuses blessées. Christianismes, blasphèmes et cinéma 1963-1988, Paris, Fayard, 2017.

Florian (Michel), « Intégrisme catholique et politique », Études, t. 411, no 9, 2009, pp. 211-222.

Haelsterman (Wim) & Abramowicz (Manuel), « La représentation électorale des partis d’extrême droite », Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 1567-1568, vol. 22, 1997, p. 1-55.

Heinich (Nathalie), Le Paradigme de l’art contemporain : structures d’une révolution artistique, Paris, Gallimard, 2014. 

Heinich (Nathalie), Face à l’art contemporain, Paris, L’Échoppe, 2003. 

Heinich (Nathalie), Pour en finir avec la querelle de l’art contemporain, Paris, l’Échoppe, 1999.

Heinich (Nathalie), Le Triple Jeu de l’art contemporain. Sociologie des arts plastiques, Paris, Éditions de Minuit, 1998.

Heinich (Nathalie), L’Art contemporain exposé aux rejets. Études de cas, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1997. 

Leclerc (Henri), « Laïcité, respect des croyances et liberté d’expression », Légipresse, no 330, 24 août 2015.

Levillain (Philippe), Rome n’est plus dans Rome. Mgr Lefebvre et son église, Paris, Perrin 2010.

Lustiger (Jean-Marie), « Une tempête dans un verre d’eau bénite », Le Monde, 1er avril 1983.

Martin (Marie), « Le combat culturel dans la commune », Civitas. Revue catholique des question politiques et sociales, no 40, pp. 16-20.

Martin (Pierre), « Faire aimer l’Église et la France par les livres et les œuvres d’art », Civitas. Revue catholique des question politiques et sociales, no 40, juin 2011, p. 25.

Maurras (Charles), La Démocratie religieuse, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1921.

Mestre (Abel) & Monnot (Caroline), « Le Renouveau français revendique la perturbation du spectacle de Romeo Castellucci », Le Monde-Blogs [En ligne], mis en ligne le 24 octobre 2011, consulté le 10 novembre 2018. URL : http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2011/10/24/le-renouveau-francais-revendique-la-perturbation-du-spectacle-de-romeo-castellucci/http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2011/10/24/le-renouveau-francais-revendique-la-perturbation-du-spectacle-de-romeo-castellucci/

Montmirail (Cécile), La Preuve par l’AGRIF, de l’antiracisme à la discrimination antifrançaise et antichrétienne, Paris, Godefroy de Bouillon, 2009.

Ousset (Jean), Agir : méthodes et principes d’action pour tous, Paris, Ouvrages Ichtus, [s. d.].

Pellerin (Martin), « Piss Christ, du combat culturel au combat politique », Civitas. Revue catholique des question politiques et sociales, no 40, juin 2011, p. 33-37.

Pierrot, « Piss Christ : communiqué de l’Agrif », Contre-info.com [En ligne], mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 8 novembre 2018. URL : http://www.contre-info.com/piss-christ-communique-de-lagrif.

Poulat (Émile), Intégrisme et catholicisme intégral. Un réseau secret international, la « Sapinière » (1909-1921), Paris, Casterman, 1969.

Prévotat (Jacques), Les catholiques et l’Action française, histoire d’une condamnation, 1899-1939, Paris, Fayard, 2001.

Ramond (Denis), La Bave du crapaud. Petit traité de liberté d’expression, Paris, éditions de l’Observatoire, « La relève », 2018.

Saint-Martin (Isabelle), « Sensibilité catholiques et réactions militantes devant les “blasphèmes en image” », dans Dumons (Bruno) & Gugelot (Frédéric) (dir.), Catholicisme et identité. Regards croisés sur le catholicisme français contemporain (1980-2017), Paris, Karthala, « Signes des temps », 2017, p. 228-249.

Smits (Jeanne), « Bientôt à Toulouse et au Festival d’automne 2011, à Paris : “Golgota Picnic” », Le blog de Jeanne Smits [En ligne], mis en ligne le 16 janvier 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2011/01/bientot-toulouse-et-au-festival.html.

Smits (Jeanne), « Spectacle blasphématoire : “Golgota Picnic”, c’est pour l’automne à Paris… », Le blog de Jeanne Smits [En ligne], mis en ligne le 16 juillet 2011, consulté le 15 novembre 2011. URL : https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2011/07/spectacle-blasphematoire-golgota-picnic.html.

Smits (Jeanne), « “Golgotha picnic” : l’AGRIF engage les actions judiciaires nécessaires », communiqué de l’AGRIF du 23 juillet 2011.

TA Toulouse, 15 novembre 2011, no 1105012.

Tackels (Bruno), Les Écritures de plateau. État des lieux, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2015.

TGI Paris, 7 décembre 2011, no RG 11/59621.

TGI Paris, 10 décembre 2015, no parquet 1235023020.

TPI Bruxelles, 14e ch., 23 janvier 2007, no RG 2005/12389/A.

Tartakowsky (Danielle), Les Droites et la rue. Histoire d’une ambivalence de 1880 à nos jours, Paris, La Découverte, 2013.

Tincq (Henri), « L’Église de Benoît XVI écartelée », Slate.fr [En ligne], mis en ligne le 20 septembre 2011, consulté le 20 décembre 2018. URL : http://www.slate.fr/story/43757/eglise-benoit-xvi-integristes.

Vincent (Diane), Turbide (Olivier) & Laforest (Marty), La Radio X, les médias et les citoyens. Dénigrement et confrontation sociale, Québec, Éditions Varia, « Interventions », 2008.

(S. a.), « Nouveau spectacle christianophobe », Le Salon beige [En ligne], mis en ligne le 15 juillet 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/nouveau-spectacle-christianophobe.html.

(S. a.), « Alternativa Española exige la retirada de la representación blasfema “Gólgota Picnic” », InfoCatólica [En ligne], mis en ligne le 15 janvier 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://www.infocatolica.com/?t=noticia&cod=8220.

(S. a.), « Aes lleva a los Tribunales al autor y a quiénes hayan subvencionado la obra blasfema Gólgota Picnic », AES Canarias [En ligne], mis en ligne le 25 janvier 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : https://aescanarias.wordpress.com/2011/01/25/aes-lleva-a-los-tribunales-al-autor-y-a-quienes-hayan-subvencionado-la-obra-blasfema-golgota-picnic/.

(S. a.), « Tous en scène », La Griffe, no 82, juillet-septembre 2011, p. 4.

(S. a.), « Les catholiques intégristes perturbent la pièce “Golgota Picnic” », Le Monde [En ligne], mis en ligne le 20 novembre 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : https://www.lemonde.fr/societe/article/2011/11/20/les-catholiques-integristes-perturbent-la-piece-golgota-picnic_1606730_3224.html.

(S. a.), « Paris : Deux catholiques intégristes arrêtés au théâtre du Rond-Point », France-Soir [En ligne], mis en ligne le 3 décembre 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://archive.francesoir.fr/actualite/faits-divers/paris-deux-catholiques-integristes-arretes-au-theatre-du-rond-point-162895.html.

(S. a.), « L’AGRIF déboutée par le juge des référés du TGI de Paris », AGRIF [En ligne], communiqué mis en ligne le 7 décembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://www.lagrif.fr/component/k2/23-l%E2%80%99agrif-d%C3%A9bout%C3%A9e-de-son-r%C3%A9f%C3%A9r%C3%A9-par-le-tribunal-de-grande-instance-de-paris--un-jugement-incompr%C3%A9hensible.

(S. a.), « Entretien avec Alain Escada, nouveau président de Civitas », Civitas [En ligne], mis en ligne le 1 juin 2012, consulté le 20 décembre 2018. URL : http://www.civitas-institut.com/2012/06/01/entretien-avec-alain-escada-nouveau-president-de-civitas/.

Haut de page

Notes

1 TA Toulouse, 15 novembre 2011, no 1105012.

2 « [L]e risque de troubles à l’ordre public émane des opposants à la tenue du spectacle faisant l’objet du litige », Idem, p. 4.

3 Sur l’ensemble de l’action de Mgr Lefebvre, voir Philippe Levillain, Rome n’est plus dans Rome. Mgr Lefebvre et son église, Paris, Perrin, 2010.

4 Notions que réfutait Mgr Lefebvre dès avant les sacres, voir Yves Congar, La Crise dans l’Église et Mgr Lefebvre, Paris, éditions du Cerf, 1977.

5 Sur les rapports complexes entre l’école d’Action française et l’Église catholique, voir Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française, histoire d’une condamnation, 1899-1939, Paris, Fayard, 2001.

6 Bernard Antony, président et fondateur de l’AGRIF, est très proche de l’abbaye bénédictine Sainte-Madeleine du Barroux, où se tient l’université d’été de l’association Chrétienté-Solidarité.

7 Dans le sens de ralliés à Rome, revenus dans le giron de l’Église.

8 Le 5 août 2013 aux obsèques de Jean Madiran, principal théologien laïc du courant traditionaliste, Dom Louis-Marie de Geyer d’Orth, abbé du Barroux, rappela : « Nous savons qu’il resta jusqu’au bout réticent au Concile Vatican II ». Voir le texte de l’homélie : http://le.blog.de.lala.over-blog.com/hom%C3%A9lie-de-la-messe-de-fun%C3%A9railles-de-jean-madiran.

9 Au-delà de la Cité catholique, Civitas au moins, prend ses racines dans le courant antimoderniste incarné par la Sapinière, voir Émile Poulat, Intégrisme et catholicisme intégral. Un réseau secret international, la « Sapinière » (1909-1921), Paris, Casterman, 1969.

10 Voir la présentation par ICHTUS du condensé des textes de Jean Ousset : Agir : Méthodes et principes d’action pour tous, Paris, Ouvrages Ichtus, [s. d.]. URL : http://www.ichtus.fr/se-former-a-laction-avec-jean-ousset/.

11 Titre du chapitre VIII de son livre : Maurras (Charles), La Démocratie religieuse, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1921.

12 Bernard Antony, Le Communisme 1917-2017, Paris, Godefroy de Bouillon, 2017. Cette maison d’édition est dirigée par un cadre de l’AGRIF, Richard Haddad.

13 Voir Bernard Antony (dir.), Dictionnaire de la réplique, Paris, Godefroy de Bouillon, 2004, p. 15.

14 Voir la page de présentation de l’association : URL : http://www.lagrif.fr/notre-combat/qui-sommes-nous.

15 Sur l’OAS, voir Olivier Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Tempus Perrin, 2011.

16 La dernière édition a eu lieu à Paris le 29 septembre 2018, avec notamment Me Jerôme Triomphe.

17 Voir Michel Florian, « Intégrisme catholique et politique », Études, t. 411, no 9, 2009, pp. 211-222.

18 C’est l’estimation d’Henri Tincq, ancien chroniqueur religieux du quotidien Le Monde, dans son article « L’Église de Benoît XVI écartelée », Slate.fr [En ligne], mis en ligne le 20 septembre 2011, consulté le 20 décembre 2018. URL : http://www.slate.fr/story/43757/eglise-benoit-xvi-integristes.

19 La section lilloise d’Égalité & Réconciliation (É&R), le mouvement d’Alain Soral, a organisé une conférence commune entre ce dernier et Escada à Lille, le 18 septembre 2016 sur le thème de « l’enracinement », le site internet d’É&R relayant ensuite les initiatives de Civitas.

20 Venue des milieux féministes, elle est passée du trotskysme au souverainisme de droite et au catholicisme traditionnel, voir Robin d’Angelo et Mathieu Molard, Le Système Soral, Paris, Calmann-Lévy, 2015.

21 Voir Wim Haelsterman et Manuel Abramowicz, « La représentation électorale des partis d’extrême droite », Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 1567-1568, vol. 22, 1997, p. 1-55.

22 Voir le jugement du tribunal de première instance de Bruxelles en date du 23 janvier 2007 opposant Escada et l’association à divers organes de presse : TPI Bruxelles, 14e ch., 23 janvier 2007, no RG 2005/12389/A.

23 Voir (S. a.), « Entretien avec Alain Escada, nouveau président de Civitas », Civitas [En ligne], mis en ligne le 1 juin 2012, consulté le 20 décembre 2018. URL : http://www.civitas-institut.com/2012/06/01/entretien-avec-alain-escada-nouveau-president-de-civitas/.

24 C’est-à-dire toute formation qui, sans même avoir un élu au sein de l’assemblée européenne, peut se prévaloir de l’adhésion de sept élus nationaux ou régionaux provenant de sept pays différents sur les 28 que compte l’Union européenne.

25 Pour en voir les statuts : https://www.coalitionlifeandfamily.com/the-statutes.

26 Le statut de parti politique européen a permis à la CVF de toucher pour l’année 2017 la somme de 299 109 € de subventions du Parlement européen : http://www.europarl.europa.eu/pdf/grants/Grant_amounts_parties_01_2017.pdf.

27 Sur ce point, voir leur opuscule : Face aux propositions romaines : peut-on aujourd’hui accepter une reconnaissance canonique de la part de la Rome néo-moderniste ?, Couvent Saint-François, Villé-Morgon, juin 2016.

28 Voir Congrégation pour la doctrine de la foi, « Synthèse de l’instruction “Dignitas personae : sur certaines questions de bioéthique” », 8 septembre 2008, consulté le 12 février 2019. URL : http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20081212_sintesi-dignitas-personae_fr.html.

29 (S. a.), « Alternativa Española exige la retirada de la representación blasfema “Gólgota Picnic” », InfoCatólica [En ligne], mis en ligne le 15 janvier 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://www.infocatolica.com/?t=noticia&cod=8220.

30 Les représentations au Centre dramatique national de Madrid ont lieu du 7 janvier au 6 février 2011. Le 25 janvier 2011, le parti Alternativa Española (AES) dépose une plainte contre Rodrigo García, sa pièce et ses mécènes devant le tribunal supérieur de justice de Madrid. Le 29 mars 2011, la plainte est rejetée, le procureur affirmant ne voir aucun crime dans ce qu’il qualifie de dérision (« burla ») à l’égard des chrétiens.

31 Jeanne Smits, « Bientôt à Toulouse et au Festival d’automne 2011, à Paris : “Golgota Picnic” », Le blog de Jeanne Smits [En ligne], mis en ligne le 16 janvier 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2011/01/bientot-toulouse-et-au-festival.html.

32 Alain Escada, « Appel aux catholiques de France », Civitas [En ligne], mis en ligne le 11 juillet 2011, consulté le 29 août 2018. URL : http://www.civitas-institut.com/2011/07/11/appel-aux-catholiques-de-france/.

33 Parmi une vingtaine de commentaires, on trouve celui de Pitch, dont le ton ironique et la conclusion visent à désamorcer le caractère criminel : « J’hésite entre l’alerte à la bombe et l’incendie volontaire (ah, mince, on me dit dans l’oreillette que l’idée a déjà été expérimentée au cinéma Odéon il y a 25 ans). En fait, à part la prière (intercession et réparation), je ne vois pas. » (Pitch, « “Toute idée est bienvenue.” », mis en ligne 15 juillet 2011 à 22:13, consulté le 15 novembre 2018, commentaire laissé sous l’article (S. a.), « Nouveau spectacle christianophobe », Le Salon beige [En ligne], mis en ligne le 15 juillet 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/07/nouveau-spectacle-christianophobe.html.

34 Jeanne Smits, « Spectacle blasphématoire : “Golgota Picnic”, c’est pour l’automne à Paris… », Le blog de Jeanne Smits [En ligne], mis en ligne le 16 juillet 2011, consulté le 15 novembre 2011. URL : https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2011/07/spectacle-blasphematoire-golgota-picnic.html.

35 Jeanne Smits, « “Golgotha picnic” : l’AGRIF engage les actions judiciaires nécessaires », communiqué de l’AGRIF, mis en ligne le 23 juillet 2011, consulté le 12 novembre 2018, URL : https://www.riposte-catholique.fr/archives/197 (repris aussi dans Présent et le blogue de Jeanne Smits).

36 Sur l’avènement du Bloc identitaire et de son « gramscisme numérique », voir Yannick Cahuzac et Stéphane François, « Les stratégies de communication de la mouvance identitaire », dans Questions de communication [En ligne], no 23 : Figures du sacré, 2013, p. 282 et suiv. Une telle lutte culturelle est aussi au centre du programme d’ICHTUS, qui propose des formations d’éducation affectives par l’art (https://www.ichtus.fr/leducation-affective-par-lart/), ou d’un groupe intégraliste plus confidentiel comme Aïn Karem fondé en 1985 (Airiau (Paul), « Virtuosité, intégralisme, intransigeance ? La communauté apostolique Aïn Karem au regard de l’histoire », dans Bruno Dumons et Gugelot Frédéric (dir.), Catholicisme et identité, op. cit., p. 73-99.

37 Civitas, « Importance du combat culturel », Civitas. Revue catholique des questions politiques et sociales, no 40, juin 2011, p. 14.

38 Idem.

39 Jean-Paul II, Lettre aux artistes, 4 avril 1999, citée par Isabelle Saint-Martin, « Sensibilité catholiques et réactions militantes devant les “blasphèmes en image” », dans Bruno Dumons et Frédéric Gugelot (dir.), Catholicisme et identité. Regards croisés sur le catholicisme français contemporain (1980-2017), Paris, Karthala, « Signes des temps », 2017, p. 240.

40 Idem.

41 Civitas, « Importance du combat culturel », art. cit., p. 14.

42 Ibid., p. 15.

43 Pie XII, « Allocution aux artistes italiens », 5 septembre 1950, cité dans Civitas, « L’art, pour le meilleur ou pour le pire », Civitas, no 40, juin 2011, p. 29.

44 Martin Pellerin, « Piss Christ, du combat culturel au combat politique », Civitas, no 40, juin 2011, p. 33.

45 Civitas, « Qui sommes-nous ? », Civitas [En ligne], mis en ligne le 2 décembre 2005, consulté le 12 novembre 2018, URL : http://www.civitas-institut.com/2005/12/02/qui-sommes-nous/.

46 Martin Martin, « Le combat culturel dans la commune », Civitas, no 40, p. 17.

47 Ibid., p. 19.

48 Pierre Martin, « Faire aimer l’Église et la France par les livres et les œuvres d’art », Civitas, no 40, juin 2011, p. 25.

49 Anne Brassié, « Entretien », Civitas, no 53, septembre 2014, p. 40.

50 Civitas, no 53 : « Le prétendu art contemporain : le démasquer, s’y opposer », septembre 2014, pp. 5-41.

51 Voir Isabelle Saint-Martin, « Sensibilités catholiques et réactions militantes devant les “blasphèmes en image” », art. cit., p. 238.

52 Martin Pellerin, « Piss Christ, du combat culturel au combat politique », art. cit., p. 33.

53 Civitas travaille à contrer les deux pièces en même temps. Tant et si bien, d’ailleurs, qu’il y a eu des confusions dans les rangs des militants. Au micro des journalistes ou sur les forums du net, ils prêtent souvent des éléments de la pièce de Castellucci à celle de García.

54 Voir notamment Nathalie Heinich, Le Paradigme de l’art contemporain : structures d’une révolution artistique, Paris, Gallimard, 2014 ; Face à l’art contemporain, Paris, L’Échoppe, 2003 ; Pour en finir avec la querelle de l’art contemporain, Paris, l’Échoppe, 1999 ; Le Triple Jeu de l’art contemporain. Sociologie des arts plastiques, Paris, Éditions de Minuit, 1998 et L’Art contemporain exposé aux rejets. Études de cas, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1997. 

55 Sur cette question, voir l’article de Mathilde Barraband dans la présente livraison.

56 Civitas, « Le prétendu art contemporain, consécration du subjectivisme », Civitas, no 53, septembre 2014, n. 4, p. 22.

57 Voir Danielle Tartakowsky, Les Droites et la rue. Histoire d’une ambivalence de 1880 à nos jours, Paris, La Découverte, 2013, cité dans Céline Béraud et Philippe Portier, Métamorphoses catholiques. Acteurs, enjeux et mobilisations depuis le mariage pour tous, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, « Interventions », 2015, p. 103.

58 Le même modus operandi a été utilisé en Pologne par les opposants aux représentations de la pièce programmées en mai et juin 2014. On renverra à cet égard au travail de documentation minutieux qui a été réalisé par Pawel Ploski et Dorota Semenowicz sur cette protestation qu’Escada s’enorgueillit d’avoir inspiré : Golgota picnic in Poland. An account of the events May-July 2014, Poznan, Malta Fundacja, 2014.

59 Voir Yannick Cahuzac et Stéphane François, « Les stratégies de communication de la mouvance identitaire », art. cit. Pour une analyse des stratégies communicationnelles de Civitas et de leurs effets : Anna Arzoumanov et Mathilde Barraband, « Les traditionnalistes à l’assaut de l’art : retour sur l’affaire Golgotha picnic », Entertainment, no 4, 2019, p. 253-262.

60 (S. a.), « Paris : Deux catholiques intégristes arrêtés au théâtre du Rond-Point », France-Soir [En ligne], mis en ligne le 3 décembre 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://archive.francesoir.fr/actualite/faits-divers/paris-deux-catholiques-integristes-arretes-au-theatre-du-rond-point-162895.html et Marion Cocquet, « “Golgota picnic” : le théâtre en état de siège », Le Point [en ligne], mis en ligne le 8 décembre 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : https://www.lepoint.fr/culture/golgota-picnic-le-theatre-en-etat-de-siege-08-12-2011-1405384_3.php.

61 « [N]ous irons sans aucune violence prier jusque devant le théâtre » (Alain Escada, « N’abandonnons pas le Christ recrucifié ! », Civitas [En ligne], mis en ligne le 6 décembre 2011, consulté le 12 novembre 2018, URL : http://www.civitas-institut.com/2011/12/06/nabandonnons-pas-le-christ-recrucifie/.

62 Alain Escada, « La vérité quant à la riposte des jeunes chrétiens face aux provocations blasphématoires », Civitas [En ligne], 2011, mis en ligne le 24 octobre 2011, consulté le 9 novembre 2016. URL : http://www.civitas-institut.com/2011/10/24/la-verite-quant-a-la-riposte-des-jeunes-chretiens-face-aux-provocations-blasphematoires/.

63 On retrouve là une stratégie typique de mobilisation et de radicalisation d’un groupe qui part en chasse des traîtres en son sein. Voir à ce propos Diane Vincent, Olivier Turbide et Marty Laforest, La Radio X, les médias et les citoyens. Dénigrement et confrontation sociale, Québec, Éditions Varia, « Interventions », 2008.

64 Le Renouveau français, fondé en 2005 puis mis en sommeil en juin 2017, était une organisation nationale-catholique, anti-maçonnique et contre-révolutionnaire dirigée par Thibaut de Chassey. Abel Mestre et Caroline Monnot, journalistes au quotidien Le Monde, le considéraient comme le « groupe de choc de l’Institut Civitas » et soulignaient ses liens avec l’église Saint-Nicolas du Chardonnet. Voir Abel Mestre et Caroline Monnot, « Le Renouveau français revendique la perturbation du spectacle de Romeo Castellucci », Le Monde-Blogs [En ligne], mis en ligne le 24 octobre 2011, consulté le 10 novembre 2018. URL : http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2011/10/24/le-renouveau-francais-revendique-la-perturbation-du-spectacle-de-romeo-castellucci/.

65 Selon Bruno Tackels (Les Écritures de plateau. État des lieux, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2015, p. 81), les divers rassemblements de 2011 contre Golgotha picnic et la christianophobie ont réuni en outre des militants de L’œuvre française, des Jeunesses nationalistes, du GUD et même de Forsane Alizza. Les Jeunesses nationalistes, animées par Alexandre Gabriac, exclu du Front national pour avoir fait un salut nazi, et L’œuvre française ont été dissoutes en juillet 2013. Quant au groupuscule islamiste radical Forsane Alizza, qui s’était invité lors de la manifestation du 29 octobre 2011 contre la christianophobie, il a été interdit en mars 2012.

66 Voir sur ce point la rapide mais révélatrice recension d’Isabelle Saint-Martin (« Sensibilité catholiques et réactions militantes devant les “blasphèmes en image” », art. cit, p. 240 et suiv.).

67 On a pu l’y voir entendre débattre, aux côtés de Michael Lonsdale, contre Jean-Michel Ribes, le 8 décembre 2011 (https://www.youtube.com/watch?v=0qHev5GafoA, mis en ligne le 9 décembre 2011, consulté le 29 novembre 2019).

68 Céline Béraud et Philippe Portier, Métamorphoses catholiques, op. cit., p. 160.

69 Ibid., p. 159 et suiv.

70 Sur cette « innovation juridique », dont l’AGRIF ne manquera pas de se prévaloir par la suite, voir Jeanne Favret-Saada, Les Sensibilités religieuses blessées. Christianismes, blasphèmes et cinéma 1963-1988, Paris, Fayard, 2017, p. 325 et suiv.

71 Cette motivation est étonnante à plusieurs égards. Tout d’abord, il est rare qu’un juge d’instruction soumette de telles motivations qui concernent le fond de la procédure et non sa forme. Ensuite, si c’est bien, en dernière instance, le motif d’incitation à la haine des catholiques qui est retenu, la motivation invoque au passage une diffamation qui lèserait aussi bien le Christ que ses disciples. Incidemment, se voit ainsi introduite une notion, celle de diffamation du Christ, qui ressemble fort au délit de blasphème. Catherine Chamagne avait vu juste quand elle soulignait dix ans plus tôt que « L’article 34 de la loi du 29 juillet 1881, qui institue le délit de diffamations et injures envers la mémoire des morts, connaît ces dernières années des rebondissements importants dont il n’est pas certain que le dénouement soit totalement achevé. Pour rappel, l’incrimination de l’article 34 ne sanctionne les diffamations et injures envers la mémoire des morts que “dans les cas où les auteurs de ces diffamations ou injures auraient eu l’intention de porter atteinte à l’honneur ou à la considération des héritiers, époux ou légataires universels vivants” ». (« Les diffamations et injures envers la mémoire des morts. Perspectives d’évolution de l’article 34 de la loi du 29 juillet 1881 », Légicom, vol. 3, no 28, 2002, p. 35).

72 À force d’essais, l’AGRIF obtient parfois de vraies victoires. C’est à son insistance après plusieurs rebuffades que l’association doit sa reconnaissance en 1991 par la cour d’appel de Paris comme association de lutte contre le racisme pouvant à ce titre se constituer partie civile. Voir l’affaire Marek Halter et l’arrêt du 10 avril 1991.

73 Voir, à cet égard, l’enquête très précise de Jeanne Favret-Saada sur les premières tentatives de censure au cinéma par des associations catholiques dans Les Sensibilités religieuses blessées (op. cit.), notamment p. 299 et suiv. L’abbé Serralda, par exemple, fidèle à Mgr Lefebvre, manifeste contre Je vous salue, Marie avec les troupes de Chrétien-Solidarité menées par Bernard Antony en janvier 1985, puis il signe une lettre contre La Dernière tentation du Christ dans Présent fondé par Antony en août 1988 (Ibid., p. 331 et suiv. et p. 453).

74 Dans l’affaire Immersion (Piss Christ), les milieux nationaux-catholiques s’insurgent que la défense de la Collection Lambert et le juge des référés se soient « servis de l’ouvrage coécrit par Mgr Albert Rouet, préfacé par Mgr Gilbert Louis […], L’Église et l’art d’avant-garde […] qui ont par ailleurs écrit dans ce livre à propos de Serrano “qu’il n’y a jamais eu pour Serrano une quelconque volonté d’outrage au crucifié” », voir Pierrot, « Piss Christ : communiqué de l’Agrif », Contre-info.com [En ligne], mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 8 novembre 2018, URL : http://www.contre-info.com/piss-christ-communique-de-lagrif.

75 « Au reste, la réponse actuelle des représentants des Églises chrétiennes, et notamment des représentants de l’Église catholique citée par la demanderesse, qui ne sont pas parties à la présente instance, n’est pas univoque et elle a évolué dans le temps » (TGI Paris, 7 décembre 2011, no RG 11/59621, p. 7).

76 (S. a.), « AGRIF déboutée par le juge des référés du TGI de Paris », AGRIF [En ligne], communiqué mis en ligne le 7 décembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://www.lagrif.fr/component/k2/23-l%E2%80%99agrif-d%C3%A9bout%C3%A9e-de-son-r%C3%A9f%C3%A9r%C3%A9-par-le-tribunal-de-grande-instance-de-paris--un-jugement-incompr%C3%A9hensible.

77 (S. a.), « Aes lleva a los Tribunales al autor y a quiénes hayan subvencionado la obra blasfema Gólgota Picnic », AES Canarias [En ligne], mis en ligne le 25 janvier 2011, consulté le 15 novembre 2018. URL : https://aescanarias.wordpress.com/2011/01/25/aes-lleva-a-los-tribunales-al-autor-y-a-quienes-hayan-subvencionado-la-obra-blasfema-golgota-picnic/.

78 TA Toulouse, 15 novembre 2011, no 1105012, p. 1-2. Le motif d’appel à la haine des juifs sera abandonné, probablement suite à une lecture plus attentive d’un extrait de la pièce qui évoque les premiers chrétiens et non les juifs.

79 À propos du dossier de Mathieu Lindon et Gérard Lefort dans Libération, les rédacteurs de La Griffe écrivent : « Parce que les tribunaux nous ont assez dit que le blasphème était protégé en France, ce n’est pas sur le fondement de la loi pénale sur la presse que l’AGRIF va engager son action mais sur le plan de la responsabilité civile. En effet la Cour de cassation admet que, lorsqu’un propos ne peut être poursuivi sur le fondement d’une infraction pénale de presse, elle puisse l’être au titre d’une faute civile dès lors qu’elle cause un dommage. » Puis « […] la défense des droits des chrétiens en France, seul biais, au demeurant, par lequel on puisse défendre les droits de Dieu sur le plan légal » ((S. a.), « Tous en scène », La Griffe, no 82, juillet-septembre 2011, p. 4).

80 Par exemple : la défense a mis en avant, selon le récapitulatif du juge, que « sous-couvert d’une prétendue provocation à la haine envers les chrétiens, l’AGRIF visait à faire sanctionner un blasphème », TGI Paris, 10 décembre 2015, no parquet 1235023020, p. 6.

81 TGI Paris, 7 décembre 2011, no RG 11/59621, p. 4.

82 Idem.

83 Jeanne Favret-Saada, Les Sensibilités religieuses blessées, op. cit., p. 247.

84 Ibid., p. 247-248.

85 Jeanne Cité dans Favret-Saada, Les Sensibilités religieuses blessées, op. cit., p. 253.

86 TGI Paris, 7 décembre 2011, no RG 11/59621, p. 7.

87 Articles 1 et 2 de la « Loi de séparation des Églises et de l’État » du 9 décembre 1905.

88 Jeanne Favret-Saada, Les Sensibilités religieuses blessées, op. cit., p. 325.

89 L’avocat de la mairie de Toulouse cherche à mettre l’AGRIF devant ses contradictions, en rappelant que « la contribution publique à la création artistique n’est pas plus illégitime en matière de création artistique qu’en matière d’enseignement privé » (TA Toulouse, 15 novembre 2011, no 1105012, p. 3).

90 Henri Leclerc, « Laïcité, respect des croyances et liberté d’expression », Légipresse, no 330, 24 août 2015.

91 Jeanne Favret-Saada, Les Sensibilités religieuses blessées, op. cit., p. 301.

92 Ibid., pp. 42 et suiv.

93 Ibid., p. 242.

94 Jean-Marie Lustiger, « Une tempête dans un verre d’eau bénite », Le Monde, 1er avril 1983, cité dans Ibid., p. 229.

95 TGI Paris, 7 décembre 2011, no RG 11/59621, pp. 3 et 4.

96 TA Toulouse, 15 novembre 2011, no 1105012, p. 2.

97 Comme le formule explicitement Cécile Montmirail par exemple : « Ce fut Bernard Antony qui eut l’idée de s’attaquer à l’idéologie antiraciste – du soi-disant antiracisme, pour reprendre l’expression de Madiran – en retournant ses armes contre elle. » (La Preuve par l’AGRIF, de l’antiracisme à la discrimination antifrançaise et antichrétienne, Paris, Godefroy de Bouillon, 2009, p. 10.)

98 Alain Escada, « Élections municipales, Jour de colère », 2014, entretien mis en ligne le 21 janvier 2014, consulté le 9 novembre 2018. URL : http://www.civitas-institut.com/2014/01/21/elections-municipales-jour-de-colere-entretien-avec-alain-escada/.

99 TGI Paris, 10 décembre 2015, op. cit., p. 5.

100 Argument qui s’est banalisé dans la droite française comme le montre Denis Ramond (La Bave du crapaud. Petit traité de liberté d’expression, Paris, éditions de l’Observatoire, « La relève », 2018).

101 Cécile Montmirail, La Preuve par l’AGRIF, op. cit., p. 21.

102 Guillaume le Baube, « Être artiste », Civitas, no 53, op. cit., p. 26. Il faut remarquer que, lors de la mobilisation contre Golgotha picnic, Civitas use largement de l’arme de la satire dont elle dénonce l’usage : le slogan antiraciste des années 1980 « Touche pas à mon pote » est transformé en « Touchez pas à Jésus », le chant révolutionnaire « La carmagnole » repris dans sa réécriture par Théodore Botrel, « La catholique », etc.

103 Ibid., p. 29.

104 Cécile Montmirail, La Preuve par l’AGRIF, op. cit., p. 7.

105 Ibid., p. 8.

106 Ibid., p. 9.

107 Bernard Antony, « La mort de l’humanité finalité de l’antiracisme », La Griffe, juillet-septembre 2011, p. 1.

108 Favret-Saada (Jeanne), Anthropologie des polémiques à enjeux religieux : le cas des affaires de blasphème, Nanterre, Publications de la Société d’ethnologie, 2016, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Barraband et Jean-Yves Camus, « Le combat culturel des traditionalistes catholiques.  », COnTEXTES [En ligne], 26 | 2020, mis en ligne le 15 janvier 2020, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.8733

Haut de page

Auteurs

Mathilde Barraband

Université du Québec à Trois-Rivières

Articles du même auteur

Jean-Yves Camus

IRIS – Fondation Jean Jaurès

Haut de page