Navigation – Plan du site

AccueilHors dossierVariaHabiter le temps, publier local

Habiter le temps, publier local

Poétique de la résidence d’écrivain contemporaine
Mathilde Roussigné

Texte intégral

Introduction

0.1. Une gène à l’égard de l’analyse thématique

  • 1 Pierre Michon, Guillaume Janot, Robert Moreau & Eric Poitevin, Les passants immobiles, Nantes, Jo (...)
  • 2 Thierry Guichard, « Les passants immobiles », dans Le Matricule des Anges, n3, juillet-août 20 (...)

1L’institutionnalisation massive d’interventions littéraires de terrain depuis trente ans a-t-elle généré une poétique spécifique ? Les résidences d’écrivain ont-elles une incidence particulière sur la production littéraire ou bien ne s’agit-il que d’un mythe, alimenté par une politique culturelle aimant à croire que l’expérience de terrain puisse nourrir directement l’œuvre de l’écrivain ? Pour étayer la première hypothèse, quelques cas prestigieux peuvent être allégués. Abbés de Pierre Michon n’a-t-il pas été inspiré d’une résidence en Vendée ? Exploration des paysages du département en réponse à une commande, initialement publié par les éditions nantaises Joca Seria dans l’ouvrage collectif Les Passants immobiles1, Abbés constitue ainsi un bel exemple de « livre institutionnel »2, pour reprendre l’expression de Thierry Guichard.

  • 3 Communications personnelles, 6 septembre 2018.
  • 4 Id.
  • 5 Lors de deux entretiens différents, la directrice de la Maison des écritures de Lombez Occitanie (...)
  • 6 Pierre Michon, Le roi vient quand il veut, propos sur la littérature, Paris, Albin Michel, 2007, (...)
  • 7 Ibid., p. 231.
  • 8 Laurent Demanze, « Territoires de Pierre Michon. Introduction », Roman 20-50, no 48, 2009/2, cons (...)
  • 9 François Bon, « De quelques paradoxes sur les résidences d’écriture », tierslivre.net, 13 mai 200 (...)

2Lors d’un échange informel à propos des écritures résidentielles, l’écrivaine Valentine Goby souligne pourtant la dimension « idéaliste » de « la publicité faite autour des dispositifs de résidence […] sensés accoucher d’une publication en librairie alors qu’en vérité, et quelle que soit la passion avec laquelle on les mène, beaucoup de résidences sont un moyen d’obtenir une bourse sur la longue durée, et en échange d’un investissement de terrain, d’avoir le temps d’écrire…. sur tout autre chose3 ». La mise à distance de l’influence résidentielle est ici d’ordre thématique : écrire en résidence n’est pas écrire sur la résidence, et l’écrivaine précise ne pas connaître grand monde « qui se soit appuyé sur une telle expérience pour trouver la matière d’un roman »4. L’hypothèse d’une influence thématique du terrain résidentiel va jusqu’à être battue en brèche par les acteurs culturels eux-mêmes, fréquemment soucieux de rappeler l’attention que leur institution porte à l’autonomie créative de l’auteur5. Le cas de la résidence de Pierre Michon en Vendée lui-même, s’il semble fournir l’exemple parfait d’une appréhension des résidences comme ressources thématiques pour la production littéraire, est plus complexe qu’il n’y paraît. L’auteur décrit bien son expérience comme « l’aventure d’un paysage6 » mais l’expression lui permet de mettre rapidement à distance l’idée d’un déterminisme du territoire de résidence. Le paysage est bien plutôt envisagé comme « une fiction », « une liquidation de la réalité7 »; la nuance définitionnelle a son importance. Elle nourrit la posture d’un écrivain qui « ne cultive pas l’enracinement géographique et délaisse les croyances en un déterminisme du lieu8 », pour reprendre la réflexion de Laurent Demanze dans un numéro de Roman 20-50 précisément consacré aux « Territoires de Pierre Michon ». Dans un retour réflexif sur les « paradoxes des résidences d’écriture », François Bon précise plus nettement la différence entre influence thématique et influence énonciative de l’expérience résidentielle : « Quand je dis que j’ai besoin de cette ouverture au monde, qu’elle m’est nécessaire, ce n’est pas essentiellement pour la décrire. C’est parce que l’accès à la totalité monde qui m’entoure suppose l’expérience de ce monde, et, dans cette expérience, qu’elle produise elle-même ses énonciations9. »

  • 10 Laurent Contamin, « Laurent Contamin au collège Jacques-Monod », remue.net, 2011, consulté le 2 f (...)
  • 11 Marianne Rubinstein, « Je suis une pie voleuse », remue.net, 15 mai 2012, consulté le 2 février 2 (...)
  • 12 Hélène Gaudy, « Dépaysements / la ville, la classe, l’écriture », remue.net, 10 avril 2012, consult (...)
  • 13 Céline Minard, « On n’écrit pas hors sol. Un territoire en partage pour l’écriture advienne », en (...)

3En faisant de l’expérience un vecteur d’assimilation et de transformation de la matière résidentielle, l’écrivain élargit radicalement le spectre des influences possibles de l’expérience de terrain dans l’écriture. Cette conception du terrain comme matière expérientielle donne ainsi souvent lieu, dans le discours réflexif des écrivains en résidence, à un large éventail d’évocations imagées du travail insaisissable de cette matière dans l’œuvre littéraire. Laurent Contamin, à propos de l’influence résidentielle dans son recueil poétique Partage des Eaux (Éclats d’Encre) parle ainsi d’une « imprégnation10 », Marianne Rubinstein, évoquant métaphoriquement l’écrivain en résidence comme « pie voleuse », parle d’une écriture « nourrie » de « ces éclats dérobés11 », Hélène Gaudy évoque des « moments qui se fixent, deviennent images, matière à écriture12 », Céline Minard déclare que les projets de résidence sont « infusés par l’entourage et l’environnement physique, l’époque, le climat, le goût de l’air de tel ou tel endroit13 » et Cathie Barreau en résidence en Seine-Saint-Denis résout d’aborder la question de l’influence du territoire de résidence par une impressionnante accumulation de ces images :

  • 14 Cathie Barreau, Refuge sacré, publie.net, 2012.

La Seine-Saint-Denis est un champ de fouilles, un site archéologique, un laboratoire, un théâtre, un parc d’arbres centenaires, un creuset d’histoires, l’origine de l’Histoire même, la souche de nos imaginaires, le dédale des territoires à venir, le chantier de nos pensées, la scène où le rythme de l’univers peut prendre forme. Il ne faut pas croire que la Seine-Saint-Denis est une banlieue perdue pour la vie14.

  • 15 Martin Heidegger, Essais et conférences, Paris, Gallimard, 1958, p. 170.
  • 16 Tim Ingold, Marcher avec les dragons, Paris, Zones Sensibles, 2013, p. 173.
  • 17 François Bon, « De quelques paradoxes sur les résidences d’écriture », art.cit.

4La liste est loin d’être exhaustive ; elle témoigne d’une conception du lien entre la littérature et les lieux relevant de ce que l’anthropologue Tim Ingold a précisément nommé une « perspective résidentielle ». Prolongeant la réflexion heideggerienne du « Bâtir habiter penser15 », Ingold remet en question la perspective constructiviste selon laquelle, pour le dire rapidement, l’homme élabore les formes par la pensée avant de les mettre en œuvre dans le monde. Selon une perspective résidentielle à l’inverse, les « formes que les hommes construisent surgissent au cours même de leur activité, dans les contextes relationnels spécifiques de leur engagement pratique avec leur environnements16 ». Envisagée de la sorte, la résidence d’écrivain est sous-tendue par l’hypothèse selon laquelle le séjour de l’auteur dans un lieu permettra le déploiement progressif de formes littéraires qui se construiront avec et au fil des expériences résidentielles. C’est bien là l’objectif d’un François Bon par exemple : « Ce que je requiers d’une résidence, c’est comment ce que nous construisons, en amont, va interférer avec ce territoire où l’écriture, elle, ne surgira pas depuis une détermination, mais ce saut dans l’inconnu17. »

  • 18 Céline Minard, « On n’écrit pas hors sol », art. cit., p. 11.
  • 19 En guise d’introduction à ce considérable champ de questionnements, on peut lire l’article « Cont (...)

5Pour reprendre l’expression synthétique de Céline Minard, « on n’écrit pas hors sol18 ». Cette pensée continuiste d’une littérature qui s’élabore dans ses interférences avec le terrain a l’intérêt d’inciter à l’étude des enchevêtrements entre les textes et l’environnement dans lequel ils sont apparus, vaste question qui traverse toute l’histoire des études littéraires19. Mais l’on perçoit cependant ce qu’aurait à la fois de vain et de démesuré une entreprise qui chercherait à synthétiser et systématiser, au-delà des études au cas par cas, la multiplicité des modalités d’interaction entre les choses de la résidence et les mots de l’œuvre littéraire. Les interférences entre l’environnement résidentiel et le texte n’obéissent ni aux lois de la physique ni à la mécanique des ondes ; il s’agit donc de se déporter d’une impossible enquête génétique vers un examen poétique.

0.2. Pour une analyse poétique de la production résidentielle

6Dans la suite de notre entretien informel, l’écrivaine Valentine Goby précise : « une restitution de résidence peut prendre beaucoup de formes, dont la forme écrite, mais peu de projets éditoriaux en naissent. » La remarque a cela d’intéressant qu’elle déplace la question vers celle des formes de production ; elle éclaire alors soudainement tout un pan de la production littéraire habituellement impensé lorsqu’il s’agit d’analyser les interactions entre résidence et œuvre littéraire, à savoir l’ensemble des formes publiées, souvent hors des maisons d’édition familières de l’auteur, pendant ou à la fin des résidences. Tracer les contours d’une possible poétique résidentielle implique ainsi de prendre en compte la multiplicité des objets littéraires mal identifiés produits dans le cadre de ces interventions de terrain institutionnalisées.

  • 20 On songe notamment aux travaux de Géraldine Molina. Géraldine Molina, « Les faiseurs de ville et (...)
  • 21 Gisèle Sapiro & Cécile Rabot (dir.), Profession ? Écrivain, rapport pour le MOTIF (observatoire d (...)
  • 22 Carole Bisenius-Penin (dir.), Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (...)
  • 23 Yann Dissez, Pourquoi et comment accueillir un auteur ? De la dédicace à la résidence, guide réal (...)
  • 24 Cette réflexion sur les enjeux sociopolitiques des contreparties résidentielles s’inscrit dans le c (...)
  • 25 Spécialiste de la production journalistique du xixe siècle, Marie-Ève Thérenty trace les contours d (...)
  • 26 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’enclave, Arles, Actes Sud, 2003.

7La géographie20, la sociologie21, les sciences de l’information et de la communication22 et les politiques publiques23 ont déjà fourni de multiples éclairages sur les résidences d’écrivains. On a montré par ailleurs comment des enjeux politiques, sociaux et territoriaux déterminent les attentes institutionnelles vis à vis des écrivains en résidence24. Il s’agit ici d’articuler ces travaux à une réflexion sur les formes de la production littéraire résidentielle. La systématisation des dispositifs de résidence, en générant des conditions d’écriture particulières, a contribué à l’apparition de ce que l’on nommera, en reprenant le concept de Marie-Ève Thérenty, une « matrice25 » résidentielle, c’est-à-dire un ensemble de formes d’écriture spécifiques. Une analyse poétique de la production résidentielle permet alors d’articuler des déterminations contextuelles communes à des caractéristiques formelles propres à la littérature résidentielle. La résidence fournit avant tout aux objets littéraires des inscriptions temporelles et spatiales spécifiques. Il s’agira ainsi dans un premier temps d’examiner les formes particulières que produit la temporalité résidentielle, avant de se demander comment la localité résidentielle travaille elle aussi les formes de la production. Enfin, on envisagera les enjeux formels de ces productions fondées sur la notion de participation des habitants. La réflexion sera rythmée par l’analyse des Mémoires de l’Enclave de Jean-Paul Goux26, texte issu de l’une des toutes premières résidences d’écrivain contemporaines en France, qui fera office de fil rouge tout au long de l’identification des différentes caractéristiques de la matrice résidentielle.

1. Habiter le temps : durée, rythmes et délais d’un séjour

  • 27 Laurent Demanze, « Jean-Paul Goux : Habiter le temps », Diacritik, 20 mai 2016, consulté le 2 fév (...)

8 Les premières pages des Mémoires de l’Enclave s’ouvrent sur une question intense, voire obsessionnelle : celle du temps de la résidence. Si l’écriture de Jean-Paul Goux est une écriture du « séjour », ainsi que le signale Laurent Demanze dans un article consacré plus généralement à l’œuvre de l’auteur, c’est qu’elle est avant tout en quête d’une manière d’ « habiter le temps27 ». Prenant la forme d’un journal de bord, le texte du séjour en résidence s’ouvre ainsi sur l’expérience mélancolique d’un temps révolu : celui du début de la résidence.

  • 28 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’Enclave, op. cit., p. 11.

Ai-je donc à ce point changé que quelques mois seulement aient pu mettre une telle distance entre ces premiers jours de l’été où j’entreprends le récit du temps de l’Enclave, et ces premiers jours du printemps si mal arrachés de l’hiver, qui furent ceux de mon arrivée28 ? 

  • 29 Ibid., p. 12.
  • 30 Ibid., p. 11.

9La résidence se présente comme un morceau de temps, délimité par des bornes fixes et marqué par le cycle des saisons. Entreprendre en résidence le récit de l’Enclave, territoire industriel de la région de Montbéliard, c’est d’abord entreprendre le « récit du temps de l’Enclave ». L’expression, polysémique, désigne à la fois une époque révolue – le temps de l’Enclave, temps de la révolution industrielle, du temps où l’Enclave était un présent révolutionnaire – et d’autre part le récit d’un temps de séjour – celui d’un écrivain cherchant à habiter le temps résidentiel de l’Enclave. Le défi qui se pose à l’auteur en résidence est de « faire son temps29 » à l’Enclave, de la même manière que son ami Paul C***, indique-t-il, y est parvenu. Pour le dire autrement, la résidence s’expose dans les Mémoires comme une épreuve temporelle : le narrateur, faisant l’expérience de profondes transformations pendant son séjour, évoque l’« insidieuse perturbation de l’ordre du temps », le « maléfique dérèglement de l’horloge » dont il ressent à l’Enclave « les effets pervers30 ». Dans ces premières lignes du récit se condensent les enjeux de la temporalité propre à la matrice résidentielle : l’écriture en résidence se conforme à la fois à une progression processuelle dont il s’agit d’exposer l’évolution, les transformations, et à un processus périodique, qui se manifeste sous la forme sérielle du journal de bord.

1.1. Processus

10La résidence constituant avant tout un morceau de temps, elle suscite des écritures qui se fondent sur un découpage temporel à la fois borné – puisque le début et la fin du projet d’écriture en résidence sont toujours clairement délimités – et ouvert – puisque l’écriture résidentielle expose bien souvent cette temporalité sous la forme d’un work in progress, rejoignant les principes généraux que l’art contemporain explore dans les œuvres processuelles depuis les années 1970. Dans les Mémoires de l’Enclave, le moteur de la progression narrative épouse le cheminement de l’écrivain en quête de la forme littéraire qui lui permettra de dire l’Enclave. Composé en deux parties, le texte s’essaie d’abord à la forme du journal, qui permet d’exposer explicitement l’enquête formelle, les projets et les doutes de l’auteur, avant de s’interrompre et de céder la place à une seconde partie plus hétérogène donnant à voir, en acte, diverses tentatives formelles.

  • 31 Ibid., p. 118.
  • 32 Ibid., p. 99.

11Le premier chapitre de cette seconde partie, essai de retranscription littérale d’un entretien effectué sur le terrain, explore ainsi les mécanismes de l’aposiopèse et de la pluri-référentialité du « y », tour à tour pronom (« les femmes, y’en avait pas ») ou phonème (« y voulaient pas qu’on chante »). La seconde retranscription, tout au contraire, se caractérise par un travail de reformulation et d’ordonnancement en sous-chapitres qui identifient et qualifient les différentes étapes de la conversation. Détournons l’expression désormais rebattue de Jean Ricardou à propos du Nouveau Roman : la poétique résidentielle chez Jean-Paul Goux expose dans un même mouvement l’écriture d’une aventure – celle de la découverte de l’Enclave, et l’aventure d’une écriture – dont le lecteur suit pas à pas le cheminement. S’il est question d’aventure, c’est que les intertitres de la seconde partie de l’œuvre, véritables pastiches des romans picaresques ou de la littérature feuilletonesque, font de l’enquête de terrain et de son écriture les deux faces d’une même épopée burlesque. Ainsi l’un des titres mentionne-t-il une bifurcation inattendue lors d’un entretien sur le terrain : « Où l’on voit l’ancien modeleur de Beaucourt, qui s’apprête à raconter sa journée d’embauche, oublier soudain son sujet pour évoquer “le Pierre Japy”31 ». Tandis qu’un autre présente un choix formel comme une véritable mésaventure : « Où l’Informateur – qui vient d’acquérir un magnétophone et découvre la première transcription « littérale » d’un entretien qu’il a réalisé – mesure en même temps que le prix de semblables restitutions, l’impossibilité de les garder telles quelles s’il souhaite les rendre lisible32. » En articulant le récit de l’aventure sur le terrain à l’aventure d’une écriture de terrain, les Mémoires de l’Enclave construisent la fiction d’un travail en cours qui oscille entre le carnet de terrain, le rapport d’enquête et l’autobiographie de création.

  • 33 Arno Bertina, « Intentions », sebecorochambord, consulté le 2 février 2020. URL: https://sebecoro (...)

12La temporalité des résidences informe donc des écritures du séjour, c’est-à-dire des écritures processuelles, des cheminements réflexifs bornés par un début et une fin. C’est l’importance de ce découpage temporel que souligne Arno Bertina, évoquant son travail de publication lors d’une résidence au château de Chambord : « Pour jouer le jeu du blog (forme et tempo), pas un post n’épuisera la question du jour. J’ai l’idée d’un certain cheminement – rendu possible par le fait que l’expérience prendra fin le 30 septembre – qui fera de chaque texte, je l’espère, le complément des autres. Une sorte de série, une suite de variations33. » Les différents textes publiés lors de la résidence sont bien pensés comme un ensemble, délimité par le temps du séjour. La précision d’Arno Bertina a cela d’intéressant qu’elle mentionne, en creux, l’institutionnalisation rapide dont ont fait l’objet les publications résidentielles, qui exigent de l’écrivain de « jouer le jeu » et bien souvent de se conformer à un support (le blog numérique) voire à une forme (périodique, processuelle, inachevée). Les dispositifs de résidence font ainsi du work in progress une marque de fabrique – que l’on songe par exemple à la Fondation Obras, au Portugal, dont le nom lui-même signifie « travail en cours » – voire une forme identifiée et systématisée de la production. La revue des ressources, par exemple, propose des « résidences d’écritures en progrès » et consacre explicitement une page internet, « le Labo des résidences », à un travail d’écriture conçu comme « work in progress qui ne cesse d’évoluer, de confronter la langue, le style, à l’époque. » Précisons que la spécificité des résidences à la revue des ressources réside dans leur dimension purement numérique.

13Cette priorité donnée au work in progress dans le cadre d’un dispositif numérique est symptomatique. La temporalité et l’implantation particulière des résidences dans le champ littéraire, peu coordonnées aux chaînes éditoriales, impliquent des formes de publication qui mettent fréquemment à distance le livre papier et la forme figée, et qui font de la publication numérique (blogs, sites internets) une solution privilégiée. Au-delà de l’influence d’une expérience de séjour, qui invite à des écritures aventureuses et réflexives, les déterminations matérielles jouent un rôle majeur : les outils numériques impliquent des coûts de production et de diffusion bien moindres que la forme imprimée. Gilles Bonnet souligne ainsi que si le blog de résidence a pu être, à ses débuts, un geste personnel de la part de l’écrivain, il émane désormais d’un geste institutionnel avec lequel l’écrivain négocie, joue ou ne joue pas le jeu, pour reprendre la formule de Bertina. L’appellation générique de « blog résidentiel » a désormais fait son apparition, dans le cadre de la résidence de la Maison Robert Schuman en Lorraine qui présente explicitement comme objectif d’« encourager l’écrivain et les publics à la création numérique via le blog résidentiel ».

  • 34 « La Marelle au bord de la Méditerranée : rencontre avec Pascal Jourdana », Diacritik, 19 octobre (...)
  • 35 Valérie de Saint Do, « Mi-Parcours », dans « Valérie de Saint Do au 6B Saint-Denis », remue.net, (...)
  • 36 Violaine Schwartz, « Sur un fil » dans « Violaine Schwartz au lycée Jean-Monet (Juvisy-sur-Orge, (...)
  • 37 Mathieu Simonet, Carnet37, consulté le 2 février 2020. URL : http://carnet37.blogspot.com/

14De la même manière, la multiplication de publications de formes courtes, pendant ou à l’issue des résidences, est déterminée par les conditions matérielles de production et de diffusion résidentielles, que l’on songe par exemple à la petite revue imprimée que fournit la résidence la Marelle à Marseille, « objet papier léger, et facile à donner, à faire circuler », qui permet selon son directeur de « donner un aperçu à moindre coût, et très simplement, du travail de l’auteur au public venant à une rencontre, par exemple, ou aux partenaires avec qui nous travaillons34. » L’importance de ces enjeux économiques et pratiques est déterminante dans la multiplication de publications ouvertes, inachevées, exploitant les spécificités de la temporalité résidentielle et la souplesse du numérique. En résidence en Seine-Saint-Denis, l’écrivaine Valérie de Saint Do qualifie ainsi son blog de résidence de « blog-passoire », et précise justement que « le jeu avec le temps » qu’implique la résidence « doit engendrer une nouvelle rythmique de l’écriture35 ». La résidence motive la publication de textes patchworks, pour filer la métaphore du « tissu de textes » publié dans le cadre de la résidence de Violaine Schwartz36, qui se tissent par accumulation progressive de fragments produits dans le temps du séjour. L’ « autobiographie collective » proposée par Mathieu Simonet fournit un bel exemple37 de publication numérique « en progrès », se déployant au rythme des salves successives de mise en ligne de carnets collectés tout au long du processus résidentiel. Le projet des « histoires vraies de la Méditerranée » de François Beaune pousse cette logique d’extension progressive à son comble : dans le cadre d’une résidence associant Marseille Provence Capitale européenne de la culture 2013 et La Friche belle de mai, l’écrivain met en place une bibliothèque numérique regroupant les quelques 1500 histoires collectées au fur et à mesure d’un voyage de plus d’un an. L’extension dépassera d’ailleurs les bornes temporelles de la résidence : non seulement la collecte des histoires reste-t-elle ouverte, mais l’association « Histoires vraies » initie ou soutient des résidences d’« artistes-collecteurs » qui, relayant l’entreprise de François Beaune, poursuivent l’entreprise d’enregistrement d’histoires vraies venant nourrir un site en constant développement.

1.2. Périodicité

  • 38 Philippe Lejeune, « Le journal comme “antifiction” », Poétique, vol. 149, no 1, 2007, p. 3-14.

15Revenons à la proposition d’Arno Bertina : non seulement la publication numérique lors de la résidence au Château de Chambord est-elle conçue comme un cheminement, signe du caractère processuel de la poétique résidentielle, mais l’écrivain souligne également sa dimension sérielle. La résidence impose une durée mais également un rythme à l’écriture, qui rejoint bien souvent celui du carnet de bord. Précisant les traits caractéristiques du blog de résidence, Gilles Bonnet formule d’ailleurs l’hypothèse d’un retour du blog (abréviation de web-log) vers sa première étymologie : le log, carnet de bord des marins lors de voyages au long cours. La systématisation de la tenue d’un journal de bord résidentiel a donné naissance à un véritable genre, qui emprunte ses modèles au journal intime, au carnet de création, au carnet de voyage ou encore, nous le verrons, au journal de quartier. Elle se fonde, dès les Mémoires de l’Enclave, sur l’effet plus ou moins fictif d’une écriture sur le vif, saturée d’indications déictiques, construisant une adéquation entre le présent du récit et le présent de l’écriture, caractéristique des écritures diaristes. Ainsi que le souligne Philippe Lejeune, cet ancrage dans le présent de l’écriture met à distance le modèle de l’œuvre fictive, inventée et achevée, pour y substituer un rapport au futur incertain et aventureux : « un diariste n’est jamais maître de la suite de son texte. Il écrit sans pouvoir connaître la suite, et encore moins la fin, de l’intrigue38 ».

  • 39 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’Enclave, op. cit., p. 202.
  • 40 Ibid., p. 77.
  • 41 Bronislaw Malinowski, Journal d’ethnographe, Paris, Le Seuil, 1985.

16«  Il y a plus de 48h que je suis à mon bureau ; à peine ai-je dormi quelques heures depuis que j’ai quitté Robert C***39. » La mise en scène de l’auteur-résident de l’Enclave à sa table de travail permet d’exposer non seulement le corps écrivant mais surtout les questionnements esthétiques qui le traversent, le carnet de terrain rejoignant progressivement le carnet de création, envisagé comme moyen « d’entreprendre un travail d’éclaircissement ». Le fragment daté du 20 août se présente par exemple comme une impressionnante accumulation de questions réflexives qui concernent tout autant la forme finale à donner au travail (comment éviter de faire « un travail de nègre et de journaliste, un bricolage de tranches de vie mises bout à bout40 » ?) que l’expérience plus générale de la résidence. Le journal de résidence s’apparente ainsi par moments au modèle du journal d’ethnographe tel qu’a pu l’employer un Malinowski41, consignant dans son carnet la difficulté voire la violence des rencontres sur le terrain et des différences socio-culturelles. La seconde partie des Mémoires de l’Enclave ne se présente plus sous la forme diariste. Elle reste cependant profondément influencée par le principe réflexif du carnet de création :

  • 42 Ibid., p. 263.

Je sais bien mal ménager dans ma chronique les « effets de récit » qui la rendraient attrayante. Avant que de donner la parole à Christian Corouge, j’aurais dû raconter dans quelles circonstances je l’ai rencontré42.

17Les textes résidentiels, qu’ils jouent le jeu de la forme du carnet de bord ou qu’ils s’en éloignent, sont ainsi fortement nourris des principes généraux de l’écriture diariste. La fonction métascripturale d’une part, l’organisation sérielle et fragmentaire au rythme de l’écoulement des jours d’autre part, sont les piliers d’un genre en voie de systématisation.

  • 43 Éric Pessan, « En marchant, en écrivant, en dessinant », présentation de la résidence sur LaMarel (...)
  • 44 Cathie Barreau, Refuge sacré, op. cit.
  • 45 Fabienne Yvert, « carnets de notes » dans « Fabienne Yvert à la librairie L’Attrape-Cœurs (Paris (...)
  • 46 Arno Bertina, « Ce qui naît, ce qui bouge, ce qui rue », sebecorochambord, 7 août 2012, consulté (...)
  • 47 La notion d’extimité est initialement proposée par Serge Tisseron pour analyser l’influence d’une (...)

18Le journal de résidence, désormais partie intégrante des expectatives des institutions culturelles, se décline néanmoins selon un large panel de sous-genres. Il emprunte parfois ses techniques au carnet de voyage, que l’on songe aux croquis d’Eric Pessan publiés dans le cadre d’une résidence au titre révélateur : « En marchant, en écrivant, en dessinant43 », ou au récit au présent de Cathie Barreau, rendant compte de ses successifs « voyages en Seine-Saint-Denis », « pays qu’[elle] ne connaî[t] pas » à l’origine de « cette joie de la découverte comme si nous allions vers l’autre bout du monde44 ». Il reprend parfois encore les stéréotypes du carnet de notes, que l’on songe aux carnets de résidence de Fabienne Yvert dont l’écriture factographique est soutenue par un travail de design, police « typewriter » et insertion de photographies à l’appui45. Il oscille souvent entre journal intime et journal de travail. Arno Bertina, déclarant n’avoir « jamais été tenté de tenir un journal intime », affirme sa volonté de tenir le genre « à distance », dans le cadre plus général d’une démarche « presque diamétralement opposé au souci de soi ». Il y oppose l’idée d’un « journal de travail » « lié à l’écriture d’un livre », consignant « l’histoire des changements » qui traversent tout projet d’écriture, tout mouvement d’écriture46. Marie Cosnay en résidence dans un centre d’accueil de jour d’Emmaüs élabore à l’inverse un journal qui, s’inscrivant dans la tension entre journal intime et journal de travail, exploite les spécificités de la publication en ligne : immédiatement partagé, exposé, le journal délimite un espace « extime47 » à la croisée de l’écriture pour soi et de l’écriture adressée. « Ça faisait un moment que ça forçait, je dirais presque trois mois dans mon cas, trois mois à faire les choses en me forçant pour les faire », déclare l’écrivaine, évoquant sa « dépression d’écrire ou d’écriture » et les « injonctions contradictoires » qu’elle reçoit des institutions à l’initiative de la résidence :

  • 48 Marie Cosnay, « Agora » dans « Marie Cosnay à l’Accueil de jour Agora Emmaüs (Paris I) », remue.n (...)

Il fallait absolument, il y avait cette urgence absolue à aller sur le terrain mais je n’avais pas le talent de trouver des terrains, c’était mon problème cette absence de terrains en même temps que ce besoin de terrains. On dirait que c’est début de janvier que le problème survint, qu’au bureau ma vieille tu ne vaux plus grand chose et dehors c’est pas mieux48

19L’écriture du journal semble instaurer une conversation de soi à soi, offrir l’espace d’une prise de distance du sujet (« je ») sur l’être en crise (« tu »). Pour autant, la conversation, extime, est exposée en ligne et témoigne d’un souci du choix des mots, des formes et de leurs effets publics : « C’est un peu maladroit de dire ça comme ça mais la maladresse on est là pour ça, alors : je fais tout ce que je fais en appuyant bien fort pour trouver le courage de le faire. »

20Les journaux de résidence construisent un imaginaire de leur réception mouvant et trouble, qui articule au moins trois cercles de lecteurs différents. La publication de Laurence Tardieu en guise de clôture de son journal de résidence est à cet égard éclairante :

  • 49 Laurence Tardieu, « Merci » dans « Laurence Tardieu à la fédération nationale des associations », (...)

Je voudrais dire un immense, immense merci à celles et ceux qui ont suivi cet atelier, qui m’ont fait confiance et ont fait confiance à l’écriture, qui ont eu le courage de venir chaque vendredi, à l’heure, quelles que soient les difficultés, et de se concentrer, et de réfléchir, et de donner, oui, vous avez tant donné dans ce que vous écriviez, et vous m’avez tant donné en donnant ainsi de vous mêmes49

21Au-delà d’une écriture de soi pour soi, propre au journal intime, le journal de résidence se transforme ici en pure adresse, en discours exposant dans l’espace public sa fonction communicationnelle. La rupture énonciative, qui transforme au sein de la même proposition les objets indirects de l’adresse (« celles et ceux ») en destinataires directs (« vous »), élabore cependant un troisième cercle de réception, restreint : celui des participants à l’atelier auxquels le remerciement est destiné. Renouant avec les cercles de publication d’une littérature de salon, la résidence délimite ainsi des communautés ayant en partage une expérience de sociabilité littéraire spécifique, ici un atelier d’écriture hebdomadaire.

  • 50 Laure Limongi, « Instantanés », La Marelle, 13 septembre 2018, consulté le 2 février 2020. URL : (...)

22Condensant à l’extrême cette tension du journal de résidence entre espace intime et écriture exposée, Laure Limongi dans le cadre d’une résidence à la Marelle propose la publication en ligne, quotidiennement, d’un « instantané » de son écran d’ordinateur50. L’atelier de l’écrivain se voit ainsi surexposé aux yeux d’un récepteur-voyeur : il expose, certes, les coulisses de la création, mais il surexpose, par un évident travail de sélection et de montage, l’image extime d’un atelier-écran, atelier de façade qui permet de construire une image de soi. Ainsi l’instantané #19, par exemple, construit-il un auto-portait humoristique de l’auteure à partir d’une enquête sur le nom « Limongi ».

Laure Limongi, « Instantanés », sur https://www.la-marelle.org/​author/​laure-limongi/​

  • 51 Emmanuel Adely, « En marge », remue.net, 2015, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net (...)

23L’institutionnalisation du journal de résidence donne ainsi lieu à de multiples explorations des latitudes et détournements possibles de la forme diariste. C’est précisément l’objet de l’exploration d’Emmanuel Adely lors d’une résidence au Musée Commun (résidence de la région Île-de-France). Les textes produits en résidence se veulent « une forme d’écriture, en somme, quelque chose qui tienne du journal dans tous les sens du terme (à la fois journal "intime" de l’écriture et des ateliers en train de se faire ; et “extime”, diffusion d’informations utiles, posant la question de ce que pourrait être un média sortant de la doxa), journal comme médium immédiat entre les habitants et moi et vice-versa, comme lieu d’expression et de témoignage modifié, comme tentative de littérature régulière et dans tous les sens du mot journal, et de l’expression en marge (qui en est le titre)51 ». Le journal de résidence prendra la forme d’un journal publié et diffusé dans un quartier parisien spécifique, regroupant des articles rédigés par les habitants et des publications de l’écrivain.

  • 52 Éric Arlix & Jean-Charles Massera, « Viva Démocratie ! », présentation d’une résidence à Khiasma (...)

24Le rythme sériel de la publication journalistique va ainsi jusqu’à motiver la conception de véritables journaux de quartier, rapprochant l’écrivain en résidence de la figure de l’écrivain public. Jean-Charles Masséra et Éric Arlix en résidence à l’espace Khiasma (les Lilas) détournent par exemple la pratique des ateliers d’écriture en les transformant en « comités de rédaction citoyens » dont le travail sera publié sous la forme d’un périodique de quatre pages intitulé Le Mag du Démocrate52.

  • 53 Voir le dossier de la revue COnTEXTES issu du colloque « Les occasions du livre. Pratiques, disco (...)

25Le temps de la résidence, en imposant une durée et un rythme, un processus et une périodicité, détermine ainsi des formes ouvertes et sérielles dont les supports (blog, publication numérique, forme-papier courte) et les modèles (journal de bord) sont désormais largement institutionnalisés. Il faudrait bien sûr ajouter à ces premières caractéristiques de la matrice résidentielle une réflexion sur les imaginaires de la commande et de la restitution53, qui constituent également des principes poïétiques favorisés par cette temporalité résidentielle si spécifique, que Valérie de Saint Do décrit ainsi :

  • 54 Valérie de Saint Do, « Mi-Parcours », dans « Valérie de Saint Do au 6B Saint-Denis », remue.net, (...)

Peut-être que « résider », c’est cela. Habiter un lieu, une ville, avec une échéance, qui accélère des processus qui auraient pris tout leur temps pour se dérouler – ou non. Résister jour après jour à la procrastination qui retarde la découverte d’un lieu, pris dans cette double tension : on l’habite, et pourtant on ne fait qu’y passer. Un entre-deux entre le temps du voyage et celui de l’ancrage, un état intermédiaire entre celui du passager et celui du passeur54.

  • 55 Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957.

26Selon l’écrivaine, la temporalité de passage de la résidence a une influence sur l’expérience spatiale : la découverte d’un lieu, les modalités de son habitation. La résidence, morceau de temps, instaurerait-elle une certaine « poétique de l’espace55 » ?

2. Publier local : production, circulation

2.1. Le lieu : de la référence thématique aux régimes locaux de publication

  • 56 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’Enclave, op. cit., p. 11.
  • 57 Alphonse Dupront, «Au commencement, un mot : lieu. Étude sémantique et destin d’un concept», Autr (...)
  • 58 Voir L’Esprit du lieu, consulté le 2 février 2020. URL : http://lespritdulieu.fr/residences-d-au (...)

27Les Mémoires de l’Enclave, dès leur titre, énoncent un temps mais aussi un espace, ou plutôt le temps d’un espace, voire le temps d’un lieu. Le temps est celui d’une restitution, qui puisse faire trace ou souvenir, faire mémoire du « temps de l’Enclave56 » ; l’espace est celui d’un séjour et d’une enquête, devenant lieu en tant qu’il se voit délimité comme « Enclave », revisité, approprié par la résidence et par le texte. La résidence, parce qu’elle est un séjour, c’est-à-dire l’expérience d’un temps, d’un « avoir lieu », favorise ce parti-pris du « lieu » dont le propre est de « réunir en lui la spatialisation du temps57 » selon les mots de l’historien Alphonse Dupront. « Existe-t-il une littérature, un art, une poésie du lieu58 ? » Telle est l’interrogation qui motive par exemple le dispositif de résidence au lac de Grand-Lieu en Loire-Atlantique. On souhaite ici montrer qu’une « littérature du lieu » désigne, au-delà de l’entreprise textuelle de représentation d’un espace, des régimes locaux de production et de circulation littéraires qui caractérisent l’ensemble de la matrice résidentielle, et non quelques productions étudiées au cas par cas.

  • 59 Hélène Gaudy, Grands Lieux, Nantes, Joca Seria, 2017, p. 52.

28Si la résidence repose, selon les mots de l’association l’Esprit du lieu, « sur la présence du lac de Grand-Lieu et sur l’idée du “lieu” », c’est certes parce que le dispositif invite des écrivains, depuis 2012, à séjourner et à écrire des textes « qui entrent en écho » avec le territoire de résidence. Toutefois, cet écho ne se réduit pas à la seule modalité référentielle. La résidence d’Hélène Gaudy au lac de Grand-Lieu par exemple est à l’origine de la publication de Grands lieux, texte caractéristique des écritures du séjour dont on a esquissé les principaux traits – processus et périodicité. Grands lieux relève alors d’une « littérature du lieu » en ce qu’il s’organise textuellement en spirale autour d’un « centre aveugle59 », le lac, mais aussi et surtout parce qu’il s’inscrit dans un catalogue éditorial précis : la collection « L’Esprit du lieu » dirigée par Arnaud de La Cotte aux éditions Joca Seria. Il vient ainsi s’ajouter à la petite dizaine de textes, tous issus des résidences au lac de Grand-Lieu, qui trouvent chez l’éditeur nantais un accueil cohérent, régional. Il s’agit ici de comprendre que les dispositifs de résidence favorisent bien souvent un régime de publication littéraire local – l’étalon de mesure de l’échelle locale étant soumis à variation, bien entendu. La publication de Grands Lieux peut s’envisager selon différents cercles de publication concentriques : faisant l’objet d’un dépôt légal, le livre prétend à une circulation à échelle nationale ; venant nourrir la collection spécifique d’un éditeur du département, il s’inscrit, tout en l’entretenant, dans un écosystème de publication à échelle départementale ; fournissant l’occasion d’une lecture musicale d’Hélène Gaudy à Saint-Aignan-de-Grand-Lieu lors de sa parution, il dessine également les contours de sphères de publication restreintes, locales, à l’échelle de communautés plus ou moins éphémères composées d’habitants de la région et d’artistes invités.

29Le dispositif de résidence au lac de Grand-Lieu donne souvent lieu à ces formes de publication ultra-locales, qui s’articulent à la parution d’un livre imprimé diffusé à échelle nationale. Ainsi de l’œuvre in situ de Delphine Bretesché au lac de Grand Lieu, ligne de 180 mètres plantée de 2000 bulbes de narcisses avec les habitants de la commune et d’ailleurs, qui organise le parcours des participants lors de la lecture publique du texte paru aux éditions Joca Seria, Perséphone aux jardins de sainte Radegonde. Le phénomène de la publication locale, caractéristique majeure de la matrice résidentielle, implique d’une part d’identifier les différentes acceptions et réalités que recouvre ce critère de la localité, d’autre part de prendre en compte les communautés territorialisées (habitants, institutions voisines, artistes invités) qui se constituent au cours de ces processus de production et de circulation littéraires locales.

2.2. Sphères de publication : déplier les dimensions « locales »

  • 60 On entend par capital d’autochtonie « l’ensemble des ressources que procure l’appartenance à des (...)
  • 61 Yann Dissez, Pourquoi et comment accueillir un auteur ? De la dédicace à la résidence, op.cit.

30Tout d’abord, la résidence stimule un régime local de publication dans le sens où elle est souvent l’occasion pour l’institution accueillant un écrivain, de tisser des relations avec des maisons d’éditions régionales. Ces collaborations semblent motivées par deux facteurs principaux. D’une part, les maisons d’éditions locales bénéficient d’un capital d’autochtonie60non négligeable auprès des dispositifs de résidence alentours. Entretenant des réseaux privilégiés avec les acteurs culturels environnants, les résidences, si elles n’exigent pas systématiquement de l’écrivain une publication finale chez son éditeur habituel, ont tout intérêt à s’associer aux maisons d’éditions locales afin de diffuser les productions plus circonstancielles issues de la résidence – commandes de textes courts, aboutissement des projets d’action culturelle, etc. Ainsi par exemple de la publication des textes de résidence de l’Esprit du lieu chez les éditions nantaises Joca Seria ou encore de ceux des résidences du CipM dans la collection « Le Refuge » coéditée par Spectres Familiers, petite maison d’édition marseillaise. Les productions résidentielles s’inscrivent dans un maillage culturel à échelle locale, qui repose sur des intérêts réciproques. L’échelle de diffusion locale permise par les petites ou moyennes maisons d’édition semble adaptée au périmètre de visibilité que souhaitent donner aux publications résidentielles les structures accueillant l’écrivain. D’autre part, le type de collaboration à laquelle recourent fréquemment éditeurs et structures d’accueil représente, pour les maisons d’édition, un apport économique restreint mais garanti. Les productions de résidences font en effet souvent l’objet de coéditions sous forme de préachat. Il s’agit là d’un contrat par lequel la structure de résidence s’engage à préacheter à l’éditeur un certain nombre d’exemplaires (à un prix généralement inférieur à celui que l’ouvrage prendra sur le marché). Ainsi que le précise Yann Dissez, « cette solution, qui s’apparente à une forme de sous-traitance, permet à la structure et à l’auteur de s’assurer d’une large diffusion du texte, et à l’éditeur de publier l’ouvrage d’un écrivain dont il apprécie le travail pour un coût réduit (le préachat amortissant en partie ses frais de fabrication)61 ». Les dispositifs de résidence, indirectement, nourrissent ainsi souvent le secteur de la petite ou moyenne édition.

  • 62 Yann Dissez, « Communications personnelles », entretien mené le 17 décembre 2018.

31Une seconde modalité de publication locale apparaît lorsque la production littéraire est prise en charge par l’organisme de résidence lui-même. La matrice résidentielle se caractérise ainsi par une extrême diversification des acteurs éditoriaux, de la maison d’édition nationale ou régionale aux initiatives propres à l’institution culturelle accueillant l’écrivain. À l’issue des résidences, les publications sous forme livresque et prises en charge par l’établissement d’accueil sont si nombreuses que Yann Dissez par exemple, chargé de mission Livre au CICLIC (Agence régionale du Centre-Val de Loire pour le Livre, l’image et la culture numérique), va jusqu’à déplorer cette systématisation : en soumettant la production littéraire aux impératifs de visibilité du lieu d’accueil, les lieux de résidence se remplissent bien souvent de stocks de livres n’ayant pas pu faire l’objet d’un travail de diffusion suffisant, après publication62. Dans le souci d’élaborer des objets plus légers – du point de vue de la production pour l’écrivain mais aussi de l’édition et de la diffusion pour la structurel d’accueil, les publications de petits fanzines, tracts, livrets ou la conception d’expositions littéraires dans le lieu de résidence se comptent par milliers. Il s’agit de publications locales dans le sens où, avant tout, elles « ont lieu » dans une temporalité et un espace circonscrits. Dans une grande majorité, ces publications ne faisant l’objet ni d’une immatriculation (ISBN), ni d’une commercialisation, sont diffusées au cours du temps limité de la résidence dans les espaces restreints qui collaborent d’une manière ou d’une autre au dispositif. Produits situés et éphémères, ils échappent ainsi bien souvent au corpus d’analyse des chercheurs en littérature. On s’attachera ici à décrire quelques entreprises qui poussent plus avant la question de la localité.

Patrick Chatelier, rue Instin, une rue imaginaire (livre-objet), Maison de la Vague et Artame Gallery, 2015.

  • 63 Patrick Chatelier à la Maison de la Plage (Paris XX), « Dazibaos », consulté le 2 février 2020. U (...)
  • 64 Patrick Chatelier à la Maison de la Plage (Paris XX), « Rue Instin », consulté le 2 février 2020. (...)
  • 65 Patrick Chatelier à la Maison de la Plage (Paris XX), « rue Instin, une rue imaginaire (livre-obj (...)

32Issu de la résidence « Rue Général Instin » de Patrick Chatelier à la Maison de la Plage, lieu associatif de la rue Dénoyez à Paris, le dénommé « livre-objet » s’inscrit dans un plus vaste ensemble de publications locales faisant notamment la part belle aux formes contextuelles. Ainsi par exemple de l’affichage hebdomadaire de « murailles63 » – terme désignant les affiches politiques placardées au xixe siècle sur la voie publique – dans la rue Dénoyez ou encore de la « geste transdisciplinaire » proposant pendant quatre jours « performances, sons, conversations, street-art et installations64 ». On reviendra sur la localité spécifique que produisent ces publications contextuelles. Ici, le livret « rue Instin, une rue imaginaire65 » s’apparente à une publication locale à plus d’un titre. Édité à 200 exemplaires, il est destiné à circuler dans la sphère restreinte des habitants et des acteurs culturels mobilisés par la résidence. Mais surtout, pensé comme un « livre-objet », c’est-à-dire comme un livre dont le support et l’apparence constituent un supplément de sens, il fait de la localité une matrice éditoriale. Composé de 8 feuillets de format paysage allongé, l’objet témoigne en effet de la tentative et du désir d’un texte-rue. Les textes issus d’ateliers d’écriture, entremêlés aux croquis en élévation de la rue Dénoyez, font signe vers un imaginaire urbain dense et hétérogène. La publication résidentielle est ainsi informée, jusque dans la forme éditoriale même, par le lieu et le projet du séjour. C’est de ce même jeu d’influences et de réappropriations de la situation locale que se nourrit la publication « Une histoire de la Briqueterie », issue de la résidence de Johanne Jarry à la Briqueterie, CDCN (Centre de Développement Chorégraphique National) du Val-de-Marne. Composée de six carnets élaborés à partir de documents, de témoignages et d’enquêtes sur le bâtiment industriel de la Briqueterie, la publication est une fois encore diffusée à tirage restreint (500 exemplaires) et fait l’objet d’un travail graphique qui inscrit le livre-objet dans l’histoire et la matérialité de l’espace de résidence ; les six carnets sont envisagés comme autant de briques, signes tout autant de l’activité industrielle passée que de la matérialité présente des murs de la Briqueterie.

Johanne Jary, Une histoire de la briqueterie, 2014

33La dimension locale des publications résidentielles dépasse ainsi largement le seul critère de la référentialité du contenu. Elle désigne des supports spécifiques, des tirages restreints ainsi que des modalités de circulation dont l’un des exemples les plus intéressants est celui des publications issues des résidence In Situ du CICLIC (Agence régionale du Centre pour le livre, l’image et la culture numérique en Centre-Val-de-Loire).

Cartes postales, In Situ, CICLIC

  • 66 Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Étude d’une mutation de sociabi (...)
  • 67 Antoine Lilti, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fay (...)
  • 68 Guillaume Pinson, « Représentation et imaginaire des sociabilités au xixe siècle », Romantisme, 2 (...)
  • 69 Yves Citton, Médiarchie, Paris, Seuil, 2017.
  • 70 Yves Citton, Frédéric Neyrat & Dominique Quessada, « Envoûtements médiatiques », Multitudes, 2012 (...)
  • 71 Voir par exemple le long échange de commentaires à la suite de l’article d’Arno Bertina, « La joi (...)

34À travers le dispositif de la carte postale, les publications témoignent d’abord de l’imaginaire du voyage ou du séjour qui nourrit les résidences : l’écrivain résident se fait visiteur, voyageur passager, voire touriste, tandis que ses mots, exposés sur fond noir, constituent un paysage à partager. Mais les cartes activent également un régime de circulation des textes particulier, à la frontière du public et du privé : celui de la correspondance. Les publications résidentielles se voient ainsi traversées par l’idée d’une circulation restreinte, à l’échelle des connaissances inter-personnelles. Ces sphères de publication restreintes, qui constituent l’échelle majoritaire des restitutions de résidences, invitent à appréhender la résidence comme un lieu de sociabilité et, partant, la littérature de terrain institutionnalisée comme une forme de sociabilité dont il s’agirait de définir la nature et les fonctions communes, à la suite des travaux de Maurice Agulhon sur les cercles bourgeois du xixe siècle66 ou d’Antoine Lilti sur les salons du xviiie siècle67. Comme le souligne Guillaume Pinson, « l’histoire médiatique est étroitement corrélée à celle des sociabilités68 ». Si à l’ère contemporaine de « l’envoûtement médiatique69 » les médias dominants ont, selon Yves Citton, « détruit les médiations individuelles et collectives70 », les publications résidentielles se présentent comme autant de médiations locales, voire interpersonnelles. C’est ce que suggère le dispositif de circulation de la carte postale, publication adressée mais circulant à découvert. C’est ce que suggèrent, avec d’autres implications, les interactions sur les blogs de résidence, que l’on songe notamment aux multiples commentaires venant répondre aux publications d’Arno Bertina sur son blog de résidence au château de Chambord. Les commentateurs – écrivains, hommes et femmes de lettres pour la plupart – y partagent opinions, fragments de textes ou références littéraires tout autant qu’ils en profitent pour saluer leurs travaux respectifs71. Ces publications résidentielles, à la frontière de la correspondance privée et de la diffusion publique, mettent en question l’horizon traditionnel de circulation de la littérature : celui de la sphère publique. En faisant du réseau social, de la critique du salon littéraire ou de la correspondance interpersonnelle des paradigmes de diffusion possible, elles élaborent des espaces publics de réception dits locaux, ou de proximité.

  • 72 Voir notamment le colloque international « Écrivains, personnages et profils : l’éditorialisation (...)
  • 73 « Daniel Foucard, Degré 48 : présentation », Les Laboratoires d’Aubervillers, consulté le 2 févri (...)
  • 74 Ibid.
  • 75 Benoît Verjat, « Communications personnelles », entretien mené à Paris, mercredi 3 octobre 2018.
  • 76 Voir la présentation du dispositif, « Degré 48 », G.u.i., consulté le 2 février 2020. URL : https (...)
  • 77 Voir la présentation du projet The Light House sur le site du Théâtre des Amandiers de Nanterre, (...)
  • 78 Voir la présentation du dispositif, « The Light House », G.u.i., consulté le 2 février 2020. URL  (...)

35Les textes résidentiels mettent à distance non seulement les traditionnels canaux de diffusion du livre publié en maison d’édition, mais également ses échelles de production. Ils constituent ainsi des productions locales en ce qu’ils s’appuient souvent sur des dispositifs de micro-édition. Les procédés d’éditorialisation de l’auteur – via les blogs et les réseaux sociaux – ont déjà fait l’objet de nombreux travaux72. Il s’agit plutôt ici d’identifier des dispositifs d’édition intermédiaires, irréductibles au travail de l’auteur sans pour autant être assimilables à la production via maison d’édition. La production résidentielle nourrit en effet un écosystème littéraire local du point de vue de la réception mais également du point de vue de la production. Lorsque l’établissement d’accueil ne peut s’appuyer sur les ressources d’une équipe de design ou de communication internes, des collectifs de designers graphiques locaux sont mobilisés pour assurer l’édition des textes résidentiels. La matrice résidentielle encourage ainsi des pratiques éditoriales indépendantes, voire expérimentales. La résidence Degré 48 de Daniel Foucard aux Laboratoires d’Aubervilliers en fournit un exemple intéressant73. Entre avril 2013 et février 2014, l’écrivain organise dix soirées consacrées au genre du manifeste lors desquelles il invite des artistes, écrivains, poètes et plasticiens à produire des textes manifestes. Formes de restitution hors livre, les soirées éphémères font pourtant l’objet d’un travail éditorial de l’atelier g.u.i., collectif de designers invité à produire in situ des imprimés des manifestes produits au long des soirées. Ces publications ont pour vocation, selon les Laboratoires, « de relayer les manifestes sous la forme de tracts et autre objets d’édition et d’être diffusés dans l’espace public74 ». Pourtant, ainsi que le souligne Benoit Verjat, membre de l’atelier g.u.i., la diffusion publique de tels objets trouve rapidement ses limites75 ; si la sphère publique constitue un horizon de diffusion largement fantasmé par l’institution, la circulation locale des tracts, adressée au public ayant assisté aux soirées, permet non seulement de documenter les restitutions résidentielles hors du livre mais surtout d’y apporter un supplément de sens, grâce au travail éditorial. En effet, envisagés comme des superpositions de trois couches successives, les tracts édités donnent certes à lire des extraits des propositions des écrivains et artistes lors des soirées manifestes mais également des résidus de manifestes historiques ainsi que des réactions du public, énoncées « dans la durée de l’activation76 ». La totalité des tracts édités par l’atelier g.u.i. lors des soirées fera d’ailleurs, à la fin de la résidence de Daniel Foucard, l’objet d’une exposition au CNEAI (Centre national édition art image) de Pantin. Le cas des tracts de l’atelier g.u.i., circulant lors d’une soirée ou exposés dans un centre, a ceci d’intéressant qu’il rend visible le lien difficilement contournable ici entre la nature expérimentale et la nature locale du travail d’édition. Les résidences d’écrivains, en favorisant des publications légères, éphémères et hors du livre, mettent au défi les acteurs éditoriaux. S’il s’agissait lors des soirées de résidence de Daniel Foucard de relayer par une forme éditoriale des productions littéraires relevant de la performance, l’atelier g.u.i. est également sollicité dans le cadre d’enquêtes littéraires de terrain. Ainsi du projet de collecte de rêves de l’écrivain Lancelot Hamelin en résidence au Théâtre des Amandiers à Nanterre77, mobilisant les designers afin de mettre au point une plateforme d’archives numériques des rêves collectés, mais également « une scénographie et un système d’édition de plateau afin de partager, monter, jouer et exposer cette archive78 ». Les dispositifs de résidence d’écrivain, dans leur majorité, ne proposent pas de financer l’édition des textes de l’écrivain, considérant qu’il s’agit là d’un travail spécifique relevant des compétences d’un éditeur. Toutefois, la publication de textes produits dans le cadre des interventions résidentielles constitue souvent une dépense éligible aux subventions et le financement de ces micro-éditions peut ainsi être inclus, au titre de part secondaire, dans le budget de la résidence. Les dispositifs de résidence alimentent par là tout un écosystème de la petite ou micro-édition indépendante, voire les initiatives expérimentales du secteur dit créatif, particulièrement développé en Île-de-France.

2.3. Littérature contextuelle

  • 79 Pour reprendre la définition très large proposée par Paul Ardenne de l’art contextuel, les œuvres (...)
  • 80 David Ruffel, « Une littérature contextuelle » dans La littérature exposée. Les écritures contemp (...)
  • 81 Olivia Rosenthal & Lionel Ruffel, La littérature exposée, op. cit.

36Poussée à son extrême, la dimension locale de la publication et de la circulation des productions littéraires de résidences invite enfin à affiner la définition de formes littéraires dites contextuelles79. D’un point de vue littéraire, le terme désigne pour David Ruffel des pratiques qui ont en commun de « déborder le cadre du livre et le geste d’écriture80 ». Les dispositifs de résidence, en offrant une garantie économique à l’écrivain, voire en l’incitant directement à des projets interdisciplinaires, stimulent des démarches expérimentales qui tendent à élargir le domaine littéraire. Ainsi les restitutions de résidence relèvent-elles souvent de la forme exposée81 ou performée, remettant par là en question l’assimilation de la littérature à son support livresque. Toutefois, ainsi que le souligne David Ruffel, cette tentation littéraire d’illimitation est loin d’être propre aux productions résidentielles : elle accompagne un mouvement bien plus général de circulation et d’hybridation disciplinaires dans l’art contemporain. Si les dispositifs de résidence favorisent des publications littéraires sur le mode de la performance ou de l’exposition, ils jouent moins le rôle d’initiateurs que de généralisateurs. On ne compte plus le nombre de lectures, de performances ou d’expositions de résidence, pratiques autrefois réservées à l’avant-garde poétique. Ces formes contextuelles constituent par exemple des modes couramment répandus de publication des travaux menés par les participants aux activités de médiation littéraire de la résidence. La dimension locale des sphères de réception générées par ce type de projets littéraires contextuels constitue ainsi une caractéristique générale mais non spécifique de la matrice des productions résidentielles. Il s’agit d’une restriction locale des publics qui épouse simplement la logique des changements de supports de diffusion du littéraire : à l’échelle très large du possible lectorat d’un livre publié dans une maison d’édition moyenne se substitue l’échelle plus réduite d’une salle de spectacle ou du hall d’une médiathèque accueillant la lecture publique ou l’exposition. Les régimes de publication de ces formes de littérature contextuelle sont ainsi à rapprocher de ceux du spectacle vivant ou de l’art contemporain. Toutefois, la dimension locale d’une large partie des publications résidentielles contextuelles désigne un trait plus spécifique et plus intéressant : celui de l’inscription, littéralement, des formes dans le lieu de la résidence. Installations éphémères, exposition des travaux d’ateliers, affichages… La résidence se transforme en terrain d’intervention et de participation, contextualisant ainsi les pratiques littéraires et modifiant leurs conditions de publication.

37Le projet transmédia de l’écrivaine Olivia Rosenthal, « Architecture en parole », permet particulièrement bien de comprendre comment la matrice résidentielle incite à concevoir la dimension contextuelle de ces formes littéraires moins par le prisme de la sortie du livre que par celui de l’intervention et de la participation. Projet littéraire consacré à l’architecture de bâtiments ou de lieux franciliens, « non l’architecture visible (telle que les documents visuels peuvent la représenter), mais celle que le discours construit », « Architecture en parole » débute dans le cadre d’une résidence accompagnée d’une commande en 2007 au 104 de la rue d’Aubervilliers (anciennes Pompes funèbres, aujourd’hui lieu de production artistique), se poursuit lors d’une enquête à la prison de la Santé (commande du musée Carnavalet en 2009) et donne ensuite lieu à une résidence à Bobigny en compagnie du graphiste Pascal Bretelle. Arrêtons-nous sur ce troisième cas de résidence, à la médiathèque Elsa Triolet de Bobigny : il est l’occasion de publications contextuelles non commanditées par le lieu d’accueil, qui se caractérisent certes par leur mise à distance de l’objet livre, mais surtout par leur dimension interventionnelle et participative. La résidence donne lieu à une lecture musicale à la médiathèque, « c’est très loin d’ici », dont la dimension locale de circulation sera ensuite dépassée : la pièce musicale est reprise à Paris, à Besançon et à Brest. Mais surtout, elle aboutit à un vaste affichage de textes dans l’espace public de la ville de Bobigny entre septembre 2009 et décembre 2010. Ces affiches éphémères collées dans la ville prennent alors sens à partir du lieu, mais aussi dans le lieu et par le lieu d’exposition.

  • 82 Stéphane Bikialo, « Énonciation éditoriale et littérature exposée », Semen, no 41, 2017, consulté (...)
  • 83 Ibid.

38Le contenu des affiches s’élabore à partir du lieu au sens où l’écrivaine fonde ses textes sur un travail d’entretiens avec les habitants de la ville. Il s’agit là d’un trait caractéristique du travail d’Olivia Rosenthal : l’écriture, tout en fictionnalisant les matériaux collectés, laisse transparaître son origine documentaire. La forme la plus accessible – pour pouvoir étudier cette publication à partir du lieu – est alors celle du poster publié par le département. Il synthétise et rejoue, sur une seule affiche, le travail effectué dans la ville par l’écrivaine et le graphiste. Publication locale symptomatique des résidences d’écrivains on l’a vu (formes qui flirtent entre le livre et le prospectus, le recueil ou le fascicule), le poster a d’ailleurs fait l’objet d’une analyse linguistique par Stéphane Bikialo82 qui montre comment l’énonciation éditoriale est l’indice manifeste d’une œuvre qui a été « pensée et écrite dans et pour l’espace public83 ». Les formes contextuelles issues des résidences gagneraient toutefois à être analysées in situ. Le choix de l’emplacement des affiches, par exemple, constitue un supplément de sens.

Photographies personnelles de Frédéric Fiolof, sur http://la-marche-aux-pages.blogspot.com/​

  • 84 L’expression est attribuée à André Malraux. Ministre de la culture, il inaugure à Amiens en mai 1 (...)

39Le déictique « ici » retrouve sa fonction d’embrayeur : il désigne la Maison de la Culture du 93 ; le choix du bâtiment n’est pas anodin. Olivia Rosenthal prend parti : elle décrit le bâtiment comme un espace de liberté – ou le décrète – tout autant qu’elle souligne les limites de ces « cathédrales de la culture84 » par l’insertion du fragment textuel suivant :

Vous avez envie vous aussi de rebaptiser les lieux. Heureusement les responsables politiques et administratifs veillent à ce que les noms des bâtiments soient choisis en fonction de leur emplacement, de leur usage, de leur histoire et de l’histoire de la France. Vous aimeriez que ces responsables ajoutent à cette liste le nom de ceux qui vous ont aidé, vous ont hébergé, vous ont parlé, vous ont caché, vous ont nourri. Les noms de ceux grâce à qui vous êtes ici manquent.

  • 85 Olivia Rosenthal, « La ville de Bobigny, une architecture en parole, projet de résidence », consu (...)

40La réflexion sur le nom des lieux met en tension le geste de nomination descendant du pouvoir politique et le geste de réappropriation d’un « vous » individuel, habitant de Bobigny, dont le désir de renommer s’expose sur les murs-mêmes du bâtiment public. La parole citoyenne parvient ainsi à s’inscrire dans l’architecture officielle de la Maison de la Culture, elle s’y affiche et s’y lit à hauteur d’homme, en se confrontant à la verticalité de l’immense mur de verre. Il s’agit bien pour l’écrivaine « de permettre aux gens de se réapproprier par la parole le lieu dans lequel ils évoluent et, par ce biais, de modifier le regard que nous pouvons porter, les uns et les autres, sur la ville85 ». Seule l’observation de la forme contextuelle dans le lieu de son exposition permet d’en mesurer la pleine portée : celle du nouveau baptême de la Maison de la Culture en « zone libre ».

41Les dispositifs de résidence contribuent ainsi au développement d’une littérature contextuelle. Ils esquissent les contours, plus ou moins définis, d’espaces de possibles interventions littéraires. La localité est dès lors à envisager comme une catégorie spatiale mais aussi sémantique et temporelle : non seulement désigne-t-elle une sphère de publication déterminée, restreinte, mais elle suppose que l’exposition de mots in situ charrie des suppléments de sens. De plus, prendre en compte la localité des publications réintroduit la question temporelle. Les interventions d’Olivia Rosenthal dans la ville, par exemple, deviennent propriétés publiques ; elles sont modifiables, réappropriables par les habitants. Les textes déchirés, effacés ou encore les droits de réponse sont autant d’interventions sur les affiches initiales qui font du texte un lieu choral, participatif, plus ou moins dissonant, dissensuel. Parce qu’elles sont des publications locales, les productions littéraires des résidences sont constamment mises à l’épreuve des « habitants ».

Photographies personnelles de Frédéric Fiolof, sur http://la-marche-aux-pages.blogspot.com/​

3. Une littérature à l’épreuve des « habitants »

  • 86 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’Enclave, op. cit., p. 41.
  • 87 Idem, p. 96.

42Lorsque le narrateur en résidence au Pays de Montbeliard tente de déterminer la forme que prendra sa restitution finale dans Mémoires de l’Enclave, il imagine qu’après avoir « écout[é] d’innombrables récits » il produira « un grand récit polyphonique, aux multiples acteurs, aux narrateurs multiples86 ». La littérature semble devoir embrasser, dans sa forme même, les voix multiples qui émergent de toute enquête ou intervention de terrain, et plus particulièrement les voix territorialisées : celles qui surgissent de l’Enclave. Le projet polyphonique de l’écrivain-enquêteur, ainsi que le suggère finement le ton ironique, est à la fois un poncif et une utopie. Poncif parce que l’orchestration des voix est devenue l’une des modalités énonciatives les plus rebattues des productions de résidence, utopie parce que le narrateur comprend progressivement que s’il s’était « attribué le rôle du chef de chœur qui permet à chacun des chanteurs de tenir sa partie dans l’harmonie de l’ensemble », il se voit « plutôt maintenant comme un modeste amateur de puzzle tentant d’organiser les innombrables pièces d’un vaste tableau dont il ignore tout87 ». La production résidentielle remet en question les répartitions fonctionnelles entre auteurs, lecteurs et éditeurs. Productions collectives de communautés territorialisées et trouble dans le statut auctorial, telles sont les deux caractéristiques énonciatives de la matrice résidentielle qu’il s’agit désormais de penser.

3.1. Communautés territorialisées

  • 88 Claire Besnier, Résidences d’écrivains de la Région Île-de-France - année 2013, contribution dans (...)
  • 89 Tanguy Viel & les élèves du lycée Alfred Nobel de Clichy-Sous-Bois, Ce jour là, Nantes, Joca Seri (...)

43Dans un rapport sur les résidences d’écrivain en Île-de-France en 201388, Claire Besnier souligne que sur les 37 projets de résidence de l’année, 27 ont proposé la mise en place d’ateliers d’écriture dans le dossier de demande de subvention. Les ateliers sont loin d’être identiques mais tout comme les projets d’enquêtes ou de collectes fréquemment mentionnés dans les dossiers de candidature aux dispositifs de résidence, ils ont un point commun : en délimitant le groupe plus ou moins élargi des bénéficiaires de ces interventions, ils circonscrivent des communautés qui ont en partage un projet littéraire parce qu’ils partagent avant tout un lieu. Tout comme Olivia Rosenthal collecte la parole des habitants de Bobigny en 2009 ou Lancelot Hamelin les rêves des habitants de Nanterre, nombre d’écrivains en résidence délimitent leur terrain d’intervention et les personnes concernées selon des critères territoriaux. Comment nommer autrement qu’« habitants » les personnes concernées par les initiatives de résidence ? L’appellation territorialise immédiatement les populations qui seront touchées par les dispositifs de résidence, les inscrit dans un voisinage, les circonscrit dans un rayon d’une trentaine de kilomètres aux alentours du lieu d’accueil. De la même manière, les interventions en milieu scolaire envisagent bien souvent les participants certes comme des collégiens ou des lycéens mais aussi et surtout comme des habitants. L’atelier de Tanguy Viel en résidence au lycée Alfred Nobel de Clichy-sous-Bois en est un bon exemple. Il aboutit à la publication fort médiatisée du livre Ce jour-là, « roman de la ville89 », texte kaléidoscopique qui tisse la trame d’une journée dans la ville de Clichy à partir d’un montage des textes produits par les élèves lors de l’atelier. Les différentes voix qui structurent la narration se caractérisent par leur ancrage territorial, que l’on songe notamment au « je » collectif du chœur des habitants qui ponctue le texte :

  • 90 Ibid., p. 76-77.

Je suis ceux qui traînent en bas des bâtiments du Ronsard. Je suis celle qui a toujours les cheveux qui partent dans tous les sens à cause du vent. (…) Je suis ces chats qui courent sur la route de nuit. Je suis le vieil homme qui se tient debout en attendant le 34790.

  • 91 Sur le plateau de Canal+ par exemple, ils sont désignés comme « jeunes du quartier » avant d’être (...)
  • 92 Tanguy Viel et alii., Ce jour là, op. cit., p. 13.

44Ce qui se partage et qui donne la possibilité d’une énonciation chorale, c’est bien l’expérience d’un même territoire, d’une même appartenance à la ville de Clichy-Sous-Bois. C’est là la caractéristique des personnages du roman mais également des lycéens auteurs du texte, que l’on songe notamment à la manière dont la presse a pu les présenter lors de la publication du livre91. Bien entendu, cette assignation territoriale est à réinscrire dans le contexte précis de Clichy-Sous-Bois et des conséquences de l’assimilation massive de la ville aux émeutes de 2005. Dès l’ouverture du texte, habiter Clichy est présenté à la fois comme l’enjeu central et problématique du livre. La « fille à sa fenêtre », première voix narratrice, évoque d’emblée un sentiment mixte d’appartenance et de confiscation sous la forme d’une prétérition : « Clichy-sous-bois, c’est la ville que je n’ose pas nommer92 ». L’atelier d’écriture est ici envisagé comme l’outil d’une réappropriation du droit, pour ces jeunes habitants de Clichy, de dire leur ville.

  • 93 Les résidences de territoire sont considérées comme des outils de développement territorial. Or l (...)
  • 94 Voir le site de la Maison des écritures, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.maison-ecr (...)
  • 95 Maya Soulas, Communications personnelles.

45Les publications issues des résidences se caractérisent ainsi bien souvent par une dimension locale dans le sens où elles sont le produit de communautés participantes territorialisées. S’il s’agit, dans le cas de l’atelier des lycéens de Clichy-Sous-Bois, de défaire et de réinterroger les assignations territoriales, les pratiques littéraires collectives lors des résidences sont aussi l’occasion de faire territoire, de tisser des communautés, phénomène d’autant plus visible dans le cadre des résidences dites de territoire qui répondent explicitement à des objectifs de cohésion sociale et territoriale93. À titre d’exemple, on mentionnera le projet « Les mots tiennent boutique » mené par la romancière Marie-Thérèse Schmitz et le calligraphe Patrick Cutté dans le village gersois de Lombez, dans le cadre d’une résidence à la Maison des écritures94. Les différents ateliers d’écriture et les collectes de témoignages proposés par l’écrivaine ont avant tout pour ambition de constituer une mémoire collective locale : « ça s’est passé à Lombez », tel est le fil rouge parfaitement transparent auxquels l’ensemble des activités tout au long de la résidence sont rattachées. Ainsi que le note la directrice de la Maison des écritures, cet établissement de souvenirs communs « transcende les divisions entre générations, classes sociales, etc.95 ». Non seulement les participants sont-ils d’emblée considérés comme des habitants du village mais il s’agit par la pratique littéraire d’entériner cette appartenance exclusivement territoriale. Lors de la journée de restitution le 27 juin 2015, le geste d’ancrage local semble redoublé : les textes et témoignages des participants portant sur le village sont inscrits dans le village, exposés sur les portes et les volets du cœur historique de Lombez. La forme contextuelle de la restitution s’inscrit dans un plus vaste événement qui vise à renforcer ou susciter des sociabilités locales ; à la promenade artistique et aux espaces d’écriture participatifs s’ajoutent ainsi la réouverture d’une ancienne pâtisserie pour l’occasion, la tenue d’une buvette et l’auberge espagnole finale. Les auteurs des nombreuses publications résidentielles participatives, issues d’ateliers d’écriture notamment, ont donc avant tout en partage des lieux – lieu de vie, lieu de travail, lieu d’origine, autour desquels la production littéraire construit des objets à la cohérence toute territoriale.

  • 96 Voir le dossier « Patrick Chatelier à la Maison de la Plage (Paris XX) » sur remue.net, consulté (...)

46Et si cette préalable appartenance commune au territoire n’existe pas, il suffira de l’inventer, suggère de manière intéressante l’intervention de terrain de l’artiste et poète Curtis Putralk lors de la restitution de résidence « Rue Instin » de Patrick Chatelier à la Maison de la Plage à Paris96. Lors des 4 jours de « geste transdisciplinaire – performances, sons, conversations, street-art, installations » inscrits dans la rue Dénoyez et consacrés à la mémoire, à l’avenir et aux imaginaires que charrie la rue, l’artiste installe un service administratif qui délivre au public des cartes de résidents d’un territoire imaginaire.

Photo Marina Gusina, sur https://remue.net/​

47L’intervention expose les potentialités territorialisantes des projets de résidence pour mieux les détourner : au territoire – et donc à la communauté – de la rue Dénoyez se substituent l’espace et la communauté imaginaires de l’Instin, espace trouble, éphémère, groupe indéfini, inspiré des travaux précédents du collectif artistique General Instin97.

3.2 Auctorialités troublées ?

  • 98 Voir la présentation des ateliers d’édition, « Une épopée en commun, Emmanuel Adely au Musée Comm (...)

48Lors d’une résidence Île-de-France dans un centre social du xxe arrondissement parisien, l’écrivain Emmanuel Adely propose aux participants de l’atelier d’écriture de prolonger leur démarche de production en éditant eux-mêmes leur recueil de textes, dans le cadre d’ateliers encadrés par le collectif de graphistes « Fabrication Maison »98. Les participants se font non seulement les auteurs mais les éditeurs-artisans des textes résidentiels. L’une des principales caractéristiques de la matrice résidentielle réside en effet dans la dimension participative, voire dans la fréquente auctorialité collective des publications. Le terme regroupe des réalités de production variées, soit que l’écrivain en résidence collecte des entretiens, soit qu’il anime des pratiques d’écriture collectives ou qu’il soit convié à des collaborations artistiques donnant lieu à publication. Dans tous les cas, il s’agit d’identifier la position d’auteur de l’écrivain – producteur parmi les autres, monteur-orchestrateur, accompagnateur ne produisant pas lui-même – et il convient également de se demander si chaque participant produit à lui seul un ou plusieurs textes ou si l’ensemble du groupe participe directement à l’élaboration d’un texte commun. Ces différentes réalités de co-production informent des œuvres qui explorent la totalité du gradient qui sépare la parataxe de l’assimilation. Recueils de textes juxtaposés, montages de fragments ou unique narration polyphonique, les productions résidentielles affichent sous diverses modalités les conditions de production collectives qui les ont précédées.

  • 99 « Franck Magloire à l’association La Liseuse (Paris xviii), Comment dire ? (lecture/projection, m (...)
  • 100 Xavier Daverat, « L’« œuvre participative » en droit d’auteur », L’Observatoire, 2012/1, no 40, p (...)

49Si la plupart des publications confèrent à l’écrivain un statut auctorial spécifique, on repère l’émergence d’un imaginaire qui assimile la littérature à une pratique communautaire égalitaire. Que l’on songe par exemple à la présentation de la restitution de résidence de l’écrivain Franck Magloire suite à l’animation d’ateliers à l’hôpital Fernand Widal à Paris. La lecture publique d’extraits du roman de l’écrivain par une comédienne et de leurs propres productions par les participants est définie comme une « expérience humaine et créative », « tel l’écho prolongé d’une communauté “auteurs, lecteurs, professionnels, amateurs” sans distinction99 ». La formule laisse transparaître le double rêve d’une horizontalité et d’une indistinction des acteurs littéraires : indistinction des gestes de production et de réception, horizontalité des valeurs entre textes d’écrivains et textes d’écrivants. Cet imaginaire égalitaire, dans le cadre des résidences institutionnelles, constitue une utopie : d’un point de vue juridique, les productions collectives issues d’ateliers d’écriture par exemple ont la plupart du temps le statut d’œuvre collective et non d’œuvre de collaboration. Dans le cas de l’œuvre collective, « la contribution personnelle des divers auteurs participant à son élaboration se fond dans l’ensemble en vue duquel elle est conçue100 ». Pour le dire autrement, seul l’écrivain est l’auteur de « l’ensemble ». Il est donc la personne sous le nom de laquelle l’œuvre est divulguée et qui sera titulaire des droits d’exploitation de l’œuvre. Une telle compréhension de l’auctorialité, dans le cadre des interventions de terrain de l’écrivain, est rarement interrogée : si la diffusion d’images des participants fait l’objet de demandes d’autorisation, la demande de cession des droits ou de consentement à la diffusion des textes écrits en atelier est moins systématique, excepté dans des cadres institutionnels spécifiques – le cadre pénitentiaire notamment.

  • 101 François Bon, Prison, Lagrasse, Verdier, 1997.
  • 102 Selon l’article 41 de la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009, l’administration pénitentiaire pe (...)
  • 103 François Bon, « Atelier d’écriture, rapport intermédiaire, à la requête de la Direction régionale (...)
  • 104 Idem, p. 257.
  • 105 Ibid.
  • 106 Idem, p. 260.
  • 107 Ibid.
  • 108 Ibid.
  • 109 Ibid.
  • 110 François Bon, « Post-scriptum (2003) : ce qui reste », dans Écrire en prison, Tiers livre éditeur (...)
  • 111 François Bon, Prison, op. cit., p. 28.
  • 112 Gisèle Sapiro, « Droits et devoirs de la fiction littéraire en régime démocratique : du réalisme (...)
  • 113 Dans la première préface des Méditations, Lamartine parle de « cette espèce de chant intérieur qu (...)

50L’un des cas les plus intéressants à cet égard est la publication du livre Prison101 de François Bon par les éditions Verdier à l’issue d’ateliers d’écriture à la maison d’arrêt de Gradignan en 1997 : il met en tension d’une part une interrogation approfondie, de la part de l’écrivain, sur la nature du geste auctorial face aux productions des ateliers d’écriture en prison et d’autre part un conflit juridique qui aboutira à l’assignation en justice de Verdier par un détenu de la maison d’arrêt dont le témoignage a été intégré au texte de l’écrivain, sans que son aval ni celui de l’autorité pénitentiaire n’aient été demandés102. Dans un rapport rédigé à mi-parcours pendant les ateliers d’écriture103, François Bon envisage les modalités selon lesquelles donner forme aux productions des détenus afin de les diffuser. En définissant ces textes comme un « matériau104 », l’écrivain refuse d’emblée de leur conférer une autonomie et ne conçoit leur diffusion possible que sous une forme « qui ne pourrait rejoindre ses auteurs105 ». La « finalité » de ces textes, précise-t-il ailleurs, « restera en dehors de ceux-mêmes qui auront donné au questionnement sa teneur et sa chair106 ». L’auctorialité d’une telle publication demeure problématique : « à qui reverser les droits d’auteur d’un tel livre, se demande l’écrivain : au service socio-éducatif lui-même ou son association culturelle, à sa bibliothèque, à une association de soutien aux détenus ou d’aide à leurs familles107 ?» Privilégier un simple « écho » de ces textes dans son propre travail ne semble pas de prime abord résoudre la question : « mais alors qui écrit : celui qui a donné la matière à réfléchir, ou celui qui l’organise et la produit comme esthétique108 ? » Dans le livre Prison, l’écrivain prend le parti de réintroduire les textes des détenus « dans un dialogue avec la société109 », et parce qu’il est l’agent qui assure cette réintroduction, celui qui « en [s]on nom propre organise leur restitution à l’espace public110 », il assume l’auctorialité de la publication. Cette diffusion fortement remaniée des productions et des témoignages du détenu Frédéric Miremont, sous la forme d’un « monologue imaginé », c’est-dire selon l’écrivain d’un « texte qui [lui] appartient donc et n’est que reconstruction fictive, salut et partage111 », sera à l’origine du procès intenté par le détenu contre la maison d’édition Verdier en 1998. Il ne s’agit cependant pas d’une plainte pour atteinte au droit de propriété intellectuelle, mais pour atteinte à la vie privée. Ainsi que le souligne Gisèle Sapiro, le droit des individus – et notamment le droit au respect de la vie privée – constitue en régime démocratique la principale restriction à la liberté d’expression littéraire112. Dans un texte réflexif rédigé cinq années après le procès, François Bon élabore a posteriori une double définition de sa fonction d’auteur dans Prison, qui justifie la diffusion publique des mots des détenus. La définition cumule l’imaginaire de l’écrivain passeur d’histoires et le large héritage romantique du « chant intérieur113 » :

  • 114 François Bon, « Post-scriptum (2003) : ce qui reste », op. cit., p. 303.

Je n’étais pas récipiendaire des mots qui m’avaient été dits, j’en étais provisoire dépositaire. L’institution n’avait rien prévu pour les recevoir, et il me fallait alors en mon nom propre organiser leur restitution à l’espace public. [...] J’ai publié non pas leurs mots, mais ce cri qui forcément était mien, dans ce qu’ils bousculaient de moi dedans. Que ma seule règle aurait été, je l’ai essayé : ne rien dire qui ne soit cela, pris à l’intérieur de moi seul, et qu’ils avaient atteint114.

  • 115 Svetlana Alexievitch, « À propos d’une bataille perdue », Conférence du Lauréat du Prix Nobel de (...)

51À la croisée des processus d’incorporation et de transmission se compose chez François Bon une posture auctoriale très proche de celle qu’esquisse Svetlana Alexievitch dans son discours de remise du prix Nobel115 : celle d’un auteur chambre d’écho, fusionnant les notions de porte-parole et d’intériorité du poète.

  • 116 C’est le constant que font Sylvain Laurens et Frédéric Neyrat dans l’introduction aux actes du co (...)
  • 117 Pour plus d’informations, voir Alain Oriot, « Éditer des enquêtes en sciences sociales : les risq (...)
  • 118 Frédéric Chateigner, Une société littéraire. Sociologie d’un atelier d’écriture, Vulaines-sur-Sei (...)

52La résidence soumet ainsi la littérature à l’épreuve des habitants non seulement d’un point de vue formel – en suscitant des conditions de production collectives et territorialisées – mais également d’un point de vue juridique. Les démêlés judiciaires qui accompagnent parfois la littérature dès lors qu’elle se fait enquête ou intervention sont d’ailleurs la preuve indirecte de son inscription dans un vaste champ de pratique dites de terrain qui, du journalisme au marketing en passant par les sciences sociales, sont de plus en plus soumises à des procédures judiciaires et disciplinaires relatives à la protection des données personnelles et à la propriété intellectuelle116. À titre d’exemple et d’ouverture, on mentionnera le cas d’Alain Oriot, responsable des éditions du Croquant, ayant publié la restitution de l’enquête de terrain du sociologue Frédéric Chateigner menée dans un atelier d’écriture117. L’un des écrivains amateurs enquêtés, malgré le travail d’anonymisation, avait estimé que le livre portait atteinte à sa vie privée. Suite à la plainte, l’ouvrage a été envoyé au pilon avant de reparaître sous un autre titre118, les passages concernant le plaignant ayant été supprimés. Dans les sciences sociales comme en littérature, les statuts et les droits attribués aux participants, aux enquêtés, au chercheur ou à l’écrivain sont en constante négociation en fonction des traditions disciplinaires et déontologiques ainsi que des interprétations des principes de la propriété intellectuelle.

53L’institutionnalisation massive des résidences d’écrivain sur le terrain français a bien généré une poétique spécifique, qui concerne moins les textes que les écrivains publient dans leur maison d’édition habituelle qu’un ensemble de productions qui s’y articulent selon des degrés divers. Qu’elles apparaissent sous la forme de blogs, de journaux de résidence, d’ouvrages collectifs ou de lectures performées, ces productions participent d’une matrice formelle commune : s’inscrivant dans une temporalité spécifique, elles se caractérisent d’abord par leurs dimensions processuelle et périodique ; activant des régimes locaux de publication, elles déploient un éventail d’échelles de production et de circulation qui s’articulent à des effets contextuels particuliers ; enfin, soumises à l’épreuve des habitants, ces productions font de l’ancrage territorial et de l’imaginaire participatif des caractéristiques poétiques incontournables.

Haut de page

Bibliographie

Adely Emmanuel, « En marge », remue.net, 2015, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?rubrique906

Agulhon Maurice, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Étude d’une mutation de sociabilité, Paris, Armand Colin, 1977.

Alexievitch Svetlana, « À propos d’une bataille perdue », Conférence du Lauréat du Prix Nobel de littérature 2015, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.nobelprize.org/nobel_prizes/literature/.../2015/alexievich-lecture_fr.pdf

Arlix Éric & Jean-Charles Massera, « Viva Démocratie ! », présentation d’une résidence à Khiasma (Les Lilas), 2008-2009, consulté le 2 février 2020. URL : http://www.jean-charles-massera.com/spip.php?article123

Bachelard Gaston, La poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957.

Barreau Cathie, Refuge sacré, publie.net, 2012.

Bertina Arno, sebecorochambord, consulté le 2 février 2020, URL: https://sebecorochambord.wordpress.com/a-propos-2/.

Besnier Claire, Résidences d’écrivains de la Région Île-de-France – année 2013, contribution dans le cadre d’un stage de fin d’étude (avril à juillet 2015) – Master métiers du livre (Université Paris Ouest Nanterre La Défense).

Bikialo Stéphane, « Énonciation éditoriale et littérature exposée », Semen, no 41, 2017, consulté le 2 février 2020. URL : https://journals.openedition.org/semen/10582

Bisenius-Penin Carole (dir.), Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (I). À la recherche d’une cartographie, Nancy, Éditions universitaires de Lorraine, « Questions de communication », Série « Actes », 2015.

Bisenius-Penin Carole (dir.), Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (2). Territoires et publics, Nancy, Éditions universitaires de Lorraine, « Questions de communication », Série « Actes », 2017.

Bois Géraldine, « Ancrage local et visibilité littéraire. Le cas des écrivains peu reconnus de la région Rhône-Alpes », Ethnologie française, vol. 44, no 4, 2014, p. 621-629.

Bon François, Prison, Lagrasse, Verdier, 1997.

Bon François, « Atelier d’écriture, rapport intermédiaire, à la requête de la Direction régionale des affaires culturelles d’Aquitaine, janvier 1997, document non public » dans Écrire en prison, Tiers livre éditeur, 2014.

Bon François, « De quelques paradoxes sur les résidences d’écriture », tierslivre.net, 13 mai 2009, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article1771

Chateigner Frédéric, Une société littéraire. Sociologie d’un atelier d’écriture, Vulaines-sur-Seine, Le Croquant, 2008.

Chatelier Patrick, « Patrick Chatelier à la Maison de la Plage (Paris XX) », remue.net, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/Dazibaos

Citton Yves, Frédéric Neyrat & Dominique Quessada, « Envoûtements médiatiques », Multitudes, 2012/4, no 51, p. 56-64, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.cairn.info/revue-multitudes-2012-4-page-56.htm

Citton Yves, Médiarchie, Paris, Seuil, 2017.

Contamin Laurent, « Laurent Contamin au collège Jacques-Monod », remue.net, 2011, consulté le 2 février 2020. URL : https://remue.net/laurent-contamin-au-college-jacques-monod-beaumont-oise-95

Cosnay Marie, « Agora » dans « Marie Cosnay à l’Accueil de jour Agora Emmaüs (Paris I) », remue.net, 2015, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?rubrique757

Daverat Xavier, « L’« œuvre participative » en droit d’auteur », L’Observatoire, 2012/1, no 40, p. 38-42, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.cairn.info/revue-l-observatoire-2012-1.htm-page-38.htm

Demanze Laurent, « Territoires de Pierre Michon. Introduction », Roman 20-50, no 48, 2009/2, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.cairn.info/revue-roman2050-2009-2-page-5.htm

Demanze Laurent, « Jean-Paul Goux : Habiter le temps », Diacritik, 20 mai 2016, consulté le 2 février 2020. URL : https://diacritik.com/2016/05/20/jean-paul-goux-habiter-le-temps-lombre-sallonge/

Dissez Yann, Pourquoi et comment accueillir un auteur ? De la dédicace à la résidence, guide réalisé pour l’établissement public « Livre et Lecture en Bretagne », 2012.

Dupront Alphonse, « Au commencement, un mot : lieu. Étude sémantique et destin d’un concept », Autrement, série Mutations, no 115, Hauts lieux, mai 1990, p. 58-66.

Esquenazi Jean-Pierre & Anthony Glinoer « Contexte », dans Le lexique socius sous la direction d’Anthony Glinoer & Denis Saint-Amand, consulté le 2 février 2020. URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/188-contexte.

Foucard Daniel, « Degré 48 : présentation », Les Laboratoires d’Aubervillers, consulté le 2 février 2020. URL : http://www.leslaboratoires.org/projet/degre-48/degre-48

Gaudy Hélène, « Dépaysements / la ville, la classe, l’écriture », remue.net, 10 avril 2012, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/Depaysements-la-ville-la-classe-l-ecriture-Helene-Gaudy

Gaudy Hélène, Grands Lieux, Nantes, Joca Seria, 2017.

Gervais Bertrand, Servanne Monjour, Jean-François Thériault & Marcello Vitali-Rosati (dir.), « Écrivains, personnages et profils : l’éditorialisation de l’auteur », colloque international, Université de Montréal, 24, 25 mai 2016, consulté le 2 février 2020. URL : http://colloque2016.ecrituresnumeriques.ca/

Goux Jean-Paul, Mémoires de l’enclave, Arles, Actes Sud, 2003.

Guichard Thierry, « Les passants immobiles », dans Le Matricule des Anges, no 3, juillet-août 2001.

Heidegger Martin, Essais et conférences, trad. fr., Paris, Gallimard, 1958.

Ingold Tim, Marcher avec les dragons, Paris, Zones Sensibles, 2013.

Jourdana Pascal, « La Marelle au bord de la Méditerranée », entretien, Diacritik, 19 octobre 2016, consulté le 2 février 2020. URL : https://diacritik.com/2016/10/19/la-marelle-au-bord-de-la-mediterranee-rencontre-avec-pascal-jourdana/

Laurens Sylvain & Frédéric Neyrat (dir.), Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2010.

Lejeune Philippe, « Le journal comme “antifiction” », Poétique, vol. 149, no 1, 2007.

Lilti Antoine, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

Limongi Laure, « Instantanés », La Marelle, 13 septembre 2018, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.la-marelle.org/instantanes-14/

Magloire Franck, « Franck Magloire à l’association La Liseuse (Paris xviii), Comment dire ? (lecture/projection, mercredi 12 octobre) », remue.net, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?article8090

Malinowski Bronislaw, Journal d’ethnographe, Paris, Le Seuil, 1985.

Michon Pierre, Guillaume Janot, Robert Moreau & Eric Poitevin, Les passants immobiles, Nantes, Joca seria ; Nantes, Frac des pays de la Loire, 2001.

Michon Pierre, Le roi vient quand il veut, propos sur la littérature, Paris, Albin Michel, 2007.

Minard Céline, « On n’écrit pas hors sol. Un territoire en partage pour l’écriture advienne », entretien avec Caroline Durand & Maya Soulas dans Résidences à la page, brochure réalisée à l’occasion de la journée d’étude « Les résidences d’auteurs : soutien à la création » à Villeneuve lez Avignon le 27 novembre 2018, Occitanie Livre & Lecture, 2018, consulté le 2 février 2020. URL : http://www.occitanielivre.fr/sites/default/files/2018-12/rp_bat_pages_low-compressed.pdf

Molina Géraldine, « Les faiseurs de ville et la littérature : lumières sur un star-system contemporain et ses discours publics. Des usages de la littérature au service de l’action des grands architectes-urbanistes », Thèse de doctorat en géographie, Université Toulouse 2, 2010.

Molina Géraldine, « Lorsque l’imaginaire géographique littéraire déborde les frontières du livre et s’inscrit dans l’espace », sous la direction de Lionel Dupuy & Jean-Yves Puyo , L’imaginaire géographique, entre géographie, langue et littérature, Presses universitaires de Pau et des pays de l’Adour, « Spatialités », 2014.

Pessan Éric, « En marchant, en écrivant, en dessinant », présentation de la résidence sur LaMarelle.org, 23 août 2018, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.la-marelle.org/tag/eric-pessan/

Pinson Guillaume, « Représentation et imaginaire des sociabilités au xixe siècle », Romantisme, 2009/1, no 143, p. 41-46, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.cairn.info/revue-romantisme-2009-1-page-41.htm

Renahy Nicolas, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usagesd’une notion », Regards Sociologiques, no 40, 2010.

Rosenthal Olivia & Lionel Ruffel, La littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre. Littérature, no 160, 2010/4.

Rosenthal Olivia, « La ville de Bobigny, une architecture en parole, projet de résidence », consulté le 2 février 2020. URL : http://www.bibliotheques93.fr/fichiers/Olivia_Rosenthal_a_Bobigny.pdf

Rubinstein Marianne, « Je suis une pie voleuse », remue.net, 15 mai 2012, consulté le 2 février 2020. URL : https://remue.net/Je-suis-une-pie-voleuse

Sapiro Gisèle, « Droits et devoirs de la fiction littéraire en régime démocratique : du réalisme à l’autofiction », Fixxion, no 6, 2013.

Sapiro Gisèle & Cécile Rabot (dir.), Profession ? Écrivain, rapport pour le MOTIF (observatoire du livre et l’écrit de la Région Ile-de-France), 2016, consulté le 2 février 2020. URL:http://cessp.cnrs.fr/spip.php?article446&lang=fr

Saint Do Valérie de, « Mi-Parcours », dans « Valérie de Saint Do au 6B Saint-Denis », remue.net, 13 février 2015, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?article7300

Schwartz Violaine, « Sur un fil » dans « Violaine Schwartz au lycée Jean-Monet (Juvisy-sur-Orge, 91) », remue.net, consulté le 2 février 2020. URL : https://remue.net/violaine-schwartz-au-lycee-jean-monnet-juvisy-sur-orge-91

Simonet Mathieu, Carnet37, consulté le 2 février 2020. URL : http://carnet37.blogspot.com/

Tardieu Laurence, « Merci » dans « Laurence Tardieu à la fédération nationale des associations », remue.net, 27 juin 2013, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?article6097

Thérenty Marie-Ève, La littérature au quotidien, poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, « Poétique », 2007.

Tisseron Serge, L’intimité surexposée, Paris, Ramsey, 2001.

Viel Tanguy & les élèves du lycée Alfred Nobel de Clichy-Sous-Bois, Ce jour là, Nantes, Joca Seria, 2012.

Yvert Fabienne, « carnets de notes » dans « Fabienne Yvert à la librairie L’Attrape-Cœurs (Paris xviii) », remue.net, 2013, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?rubrique733

Haut de page

Notes

1 Pierre Michon, Guillaume Janot, Robert Moreau & Eric Poitevin, Les passants immobiles, Nantes, Joca seria ; Nantes, Frac des pays de la Loire, 2001.

2 Thierry Guichard, « Les passants immobiles », dans Le Matricule des Anges, n3, juillet-août 2001.

3 Communications personnelles, 6 septembre 2018.

4 Id.

5 Lors de deux entretiens différents, la directrice de la Maison des écritures de Lombez Occitanie et le responsable des résidences d’auteurs en région Centre-Val de Loire s’inscrivent ainsi en faux contre le discours, qu’ils jugent très répandu, d’une influence directe des lieux de résidence sur les textes.

6 Pierre Michon, Le roi vient quand il veut, propos sur la littérature, Paris, Albin Michel, 2007, p. 222.

7 Ibid., p. 231.

8 Laurent Demanze, « Territoires de Pierre Michon. Introduction », Roman 20-50, no 48, 2009/2, consulté le 2 février 2020, URL : https://www.cairn.info/revue-roman2050-2009-2-page-5.htm

9 François Bon, « De quelques paradoxes sur les résidences d’écriture », tierslivre.net, 13 mai 2009, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.tierslivre.net/spip/spip.php?article1771

10 Laurent Contamin, « Laurent Contamin au collège Jacques-Monod », remue.net, 2011, consulté le 2 février 2020. URL : https://remue.net/laurent-contamin-au-college-jacques-monod-beaumont-oise-95

11 Marianne Rubinstein, « Je suis une pie voleuse », remue.net, 15 mai 2012, consulté le 2 février 2020. URL : https://remue.net/Je-suis-une-pie-voleuse

12 Hélène Gaudy, « Dépaysements / la ville, la classe, l’écriture », remue.net, 10 avril 2012, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/Depaysements-la-ville-la-classe-l-ecriture-Helene-Gaudy

13 Céline Minard, « On n’écrit pas hors sol. Un territoire en partage pour l’écriture advienne », entretien avec Caroline Durand & Maya Soulas dans Résidences à la page, brochure réalisée à l’occasion de la journée d’étude « Les résidences d’auteurs : soutien à la création » à Villeneuve lez Avignon le 27 novembre 2018, Occitanie Livre & Lecture, 2018, p. 11, consulté le 2 février 2020. URL : http://www.occitanielivre.fr/sites/default/files/2018-12/rp_bat_pages_low-compressed.pdf

14 Cathie Barreau, Refuge sacré, publie.net, 2012.

15 Martin Heidegger, Essais et conférences, Paris, Gallimard, 1958, p. 170.

16 Tim Ingold, Marcher avec les dragons, Paris, Zones Sensibles, 2013, p. 173.

17 François Bon, « De quelques paradoxes sur les résidences d’écriture », art.cit.

18 Céline Minard, « On n’écrit pas hors sol », art. cit., p. 11.

19 En guise d’introduction à ce considérable champ de questionnements, on peut lire l’article « Contexte » du précieux Lexique Socius. Jean-Pierre Esquenazi & Anthony Glinoer « Contexte », dans Le Lexique socius sous la direction d’Anthony Glinoer & Denis Saint-Amand, consulté le 2 février 2020. URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/188-contexte.

20 On songe notamment aux travaux de Géraldine Molina. Géraldine Molina, « Les faiseurs de ville et la littérature : lumières sur un star-system contemporain et ses discours publics. Des usages de la littérature au service de l’action des grands architectes-urbanistes », Thèse de doctorat en géographie, Université Toulouse 2, 2010, et Géraldine Molina, « Lorsque l’imaginaire géographique littéraire déborde les frontières du livre et s’inscrit dans l’espace », sous la direction de Lionel Dupuy & Jean-Yves Puyo , L’imaginaire géographique, entre géographie, langue et littérature, Presses universitaires de Pau et des pays de l’Adour, « Spatialités », 2014, p. 245-258.

21 Gisèle Sapiro & Cécile Rabot (dir.), Profession ? Écrivain, rapport pour le MOTIF (observatoire du livre et l’écrit de la Région Ile-de-France), 2016, consulté le 2 février 2020. URL : http://cessp.cnrs.fr/spip.php?article446&lang=fr

22 Carole Bisenius-Penin (dir.), Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (I). À la recherche d’une cartographie, Nancy, Éditions universitaires de Lorraine, « Questions de communication », Série « Actes », 2015 et Carole Bisenius-Penin, (dir.), Résidence d’auteurs, création littéraire et médiations culturelles (2). Territoires et publics, Nancy, Éditions universitaires de Lorraine, « Questions de communication », Série « Actes », 2017.

23 Yann Dissez, Pourquoi et comment accueillir un auteur ? De la dédicace à la résidence, guide réalisé pour l’établissement public « Livre et Lecture en Bretagne », 2012.

24 Cette réflexion sur les enjeux sociopolitiques des contreparties résidentielles s’inscrit dans le cadre du colloque « Les occasions du livre. Pratiques, discours et imaginaires de la commande dans la littérature des XXe et XXIe siècles » ayant eu lieu à l’ENS de Lyon du 7 au 8 juin 2019. Un dossier de la revue COnTEXTES y sera consacré, à paraître en 2020.

25 Spécialiste de la production journalistique du xixe siècle, Marie-Ève Thérenty trace les contours d’une « matrice médiatique » et d’une « matrice littéraire » et de leurs possibles interactions dans La littérature au quotidien, poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Le Seuil, « Poétique », 2007.

26 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’enclave, Arles, Actes Sud, 2003.

27 Laurent Demanze, « Jean-Paul Goux : Habiter le temps », Diacritik, 20 mai 2016, consulté le 2 février 2020. URL : https://diacritik.com/2016/05/20/jean-paul-goux-habiter-le-temps-lombre-sallonge/

28 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’Enclave, op. cit., p. 11.

29 Ibid., p. 12.

30 Ibid., p. 11.

31 Ibid., p. 118.

32 Ibid., p. 99.

33 Arno Bertina, « Intentions », sebecorochambord, consulté le 2 février 2020. URL: https://sebecorochambord.wordpress.com/a-propos-2/

34 « La Marelle au bord de la Méditerranée : rencontre avec Pascal Jourdana », Diacritik, 19 octobre 2016, consulté le 2 février 2020. URL : https://diacritik.com/2016/10/19/la-marelle-au-bord-de-la-mediterranee-rencontre-avec-pascal-jourdana/

35 Valérie de Saint Do, « Mi-Parcours », dans « Valérie de Saint Do au 6B Saint-Denis », remue.net, 13 février 2015, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?article7300

36 Violaine Schwartz, « Sur un fil » dans « Violaine Schwartz au lycée Jean-Monet (Juvisy-sur-Orge, 91) », remue.net, consulté le 2 février 2020. URL : https://remue.net/violaine-schwartz-au-lycee-jean-monnet-juvisy-sur-orge-91

37 Mathieu Simonet, Carnet37, consulté le 2 février 2020. URL : http://carnet37.blogspot.com/

38 Philippe Lejeune, « Le journal comme “antifiction” », Poétique, vol. 149, no 1, 2007, p. 3-14.

39 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’Enclave, op. cit., p. 202.

40 Ibid., p. 77.

41 Bronislaw Malinowski, Journal d’ethnographe, Paris, Le Seuil, 1985.

42 Ibid., p. 263.

43 Éric Pessan, « En marchant, en écrivant, en dessinant », présentation de la résidence sur LaMarelle.org, 23 août 2018, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.la-marelle.org/tag/eric-pessan/

44 Cathie Barreau, Refuge sacré, op. cit.

45 Fabienne Yvert, « carnets de notes » dans « Fabienne Yvert à la librairie L’Attrape-Cœurs (Paris xviii) », remue.net, 2013, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?rubrique733

46 Arno Bertina, « Ce qui naît, ce qui bouge, ce qui rue », sebecorochambord, 7 août 2012, consulté le 2 février 2020. URL: https://sebecorochambord.wordpress.com/2012/08/07/ce-qui-nait-ce-qui-bouge-ce-qui-rue/

47 La notion d’extimité est initialement proposée par Serge Tisseron pour analyser l’influence d’une pratique médiatique – les plateaux-télévision - sur l’exposition de soi et le renouveau du partage intime-public. Serge Tisseron, L’intimité surexposée, Paris, Ramsey, 2001.

48 Marie Cosnay, « Agora » dans « Marie Cosnay à l’Accueil de jour Agora Emmaüs (Paris I) », remue.net, 2015, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?rubrique757

49 Laurence Tardieu, « Merci » dans « Laurence Tardieu à la fédération nationale des associations », remue.net, 27 juin 2013, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?article6097

50 Laure Limongi, « Instantanés », La Marelle, 13 septembre 2018, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.la-marelle.org/instantanes-14/

51 Emmanuel Adely, « En marge », remue.net, 2015, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?rubrique906

52 Éric Arlix & Jean-Charles Massera, « Viva Démocratie ! », présentation d’une résidence à Khiasma (Les Lilas), 2008-2009, consulté le 2 février 2020. URL : http://www.jean-charles-massera.com/spip.php?article123

53 Voir le dossier de la revue COnTEXTES issu du colloque « Les occasions du livre. Pratiques, discours et imaginaires de la commande dans la littérature des XXe et XXIe siècles » ayant eu lieu à l’ENS de Lyon du 7 au 8 juin 2019, à paraître en 2020.

54 Valérie de Saint Do, « Mi-Parcours », dans « Valérie de Saint Do au 6B Saint-Denis », remue.net, 13 février 2015, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?article7300

55 Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957.

56 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’Enclave, op. cit., p. 11.

57 Alphonse Dupront, «Au commencement, un mot : lieu. Étude sémantique et destin d’un concept», Autrement, série Mutations, n° 115, Hauts lieux, mai 1990, p. 58-66.

58 Voir L’Esprit du lieu, consulté le 2 février 2020. URL : http://lespritdulieu.fr/residences-d-auteurs/en-cours/vingt-ans-de-residences-d-auteurs-au-lac-de-grand-lieu/article/presentation

59 Hélène Gaudy, Grands Lieux, Nantes, Joca Seria, 2017, p. 52.

60 On entend par capital d’autochtonie « l’ensemble des ressources que procure l’appartenance à des réseaux de relations localisés ». Nicolas Renahy, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Regards Sociologiques, n40, 2010, p. 9. La sociologue Géraldine Bois a notamment mobilisé la notion afin d’expliquer comment les petits auteurs locaux parviennent à être publiés en maisons d’édition régionales. Géraldine Bois, « Ancrage local et visibilité littéraire. Le cas des écrivains peu reconnus de la région Rhône-Alpes », Ethnologie française, vol. 44, no 4, 2014, p. 621-629.

61 Yann Dissez, Pourquoi et comment accueillir un auteur ? De la dédicace à la résidence, op.cit.

62 Yann Dissez, « Communications personnelles », entretien mené le 17 décembre 2018.

63 Patrick Chatelier à la Maison de la Plage (Paris XX), « Dazibaos », consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?rubrique788

64 Patrick Chatelier à la Maison de la Plage (Paris XX), « Rue Instin », consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?rubrique856

65 Patrick Chatelier à la Maison de la Plage (Paris XX), « rue Instin, une rue imaginaire (livre-objet) », consulté le 2 février 2020. URL :  http://remue.net/spip.php?article7553

66 Maurice Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Étude d’une mutation de sociabilité, Paris, Armand Colin, 1977.

67 Antoine Lilti, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005.

68 Guillaume Pinson, « Représentation et imaginaire des sociabilités au xixe siècle », Romantisme, 2009/1, n143, p. 41-46, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.cairn.info/revue-romantisme-2009-1-page-41.htm

69 Yves Citton, Médiarchie, Paris, Seuil, 2017.

70 Yves Citton, Frédéric Neyrat & Dominique Quessada, « Envoûtements médiatiques », Multitudes, 2012/4, no 51, p. 56-64, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.cairn.info/revue-multitudes-2012-4-page-56.htm

71 Voir par exemple le long échange de commentaires à la suite de l’article d’Arno Bertina, « La joie de l’écrivain ne se reconnaît pas dans l’érection du CRS », 27 septembre 2012, Sebecorochambord, un blog de résidence, consulté le 2 février 2020. URL : https://sebecorochambord.wordpress.com/2012/09/27/la-joie-de-lecrivain-ne-se-reconnait-pas-dans-lerection-du-crs/

72 Voir notamment le colloque international « Écrivains, personnages et profils : l’éditorialisation de l’auteur » sous la direction de Bertrand Gervais, Servanne Monjour, Jean-François Thériault & Marcello Vitali-Rosati, Université de Montréal, 24, 25 mai 2016, consulté le 2 février 2020. URL : http://colloque2016.ecrituresnumeriques.ca/

73 « Daniel Foucard, Degré 48 : présentation », Les Laboratoires d’Aubervillers, consulté le 2 février 2020. URL : http://www.leslaboratoires.org/projet/degre-48/degre-48

74 Ibid.

75 Benoît Verjat, « Communications personnelles », entretien mené à Paris, mercredi 3 octobre 2018.

76 Voir la présentation du dispositif, « Degré 48 », G.u.i., consulté le 2 février 2020. URL : https://www.g-u-i.net/projects/degre-48

77 Voir la présentation du projet The Light House sur le site du Théâtre des Amandiers de Nanterre, consulté le 2 février 2020. URL : http://www.nanterre-amandiers.com/2017-2018/the-light-house-project-bande-de-reveurs/

78 Voir la présentation du dispositif, « The Light House », G.u.i., consulté le 2 février 2020. URL : https://www.g-u-i.net/projects/the-light-house

79 Pour reprendre la définition très large proposée par Paul Ardenne de l’art contextuel, les œuvres contextuelles sont des « formes d’expression artistique qui diffèrent de l’œuvre d’art au sens traditionnel », qui « investissent l’espace urbain ou le paysage (performances de rue, art paysager en situation) » et qui « prenne[nt] en charge la réalité, plutôt que de travailler du côté […] de la description figurative ». Ardenne (Paul), Un art contextuel : création artistique en milieu urbain, en situation, d’intervention, de participation, Paris, Flammarion, 2002, p. 11-12.

80 David Ruffel, « Une littérature contextuelle » dans La littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre sous la direction d’Olivia Rosenthal & Lionel Ruffel, Littérature, no 160, 2010/4, p. 62.

81 Olivia Rosenthal & Lionel Ruffel, La littérature exposée, op. cit.

82 Stéphane Bikialo, « Énonciation éditoriale et littérature exposée », Semen, no 41, 2017, consulté le 2 février 2020. URL : https://journals.openedition.org/semen/10582

83 Ibid.

84 L’expression est attribuée à André Malraux. Ministre de la culture, il inaugure à Amiens en mai 1966 le premier édifice construit pour être une maison de la culture et le qualifie de « moderne cathédrale ».

85 Olivia Rosenthal, « La ville de Bobigny, une architecture en parole, projet de résidence », consulté le 2 février 2020. URL : http://www.bibliotheques93.fr/fichiers/Olivia_Rosenthal_a_Bobigny.pdf

86 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’Enclave, op. cit., p. 41.

87 Idem, p. 96.

88 Claire Besnier, Résidences d’écrivains de la Région Île-de-France - année 2013, contribution dans le cadre d’un stage de fin d’étude (avril à juillet 2015) - Master métiers du livre (Université Paris Ouest Nanterre La Défense).

89 Tanguy Viel & les élèves du lycée Alfred Nobel de Clichy-Sous-Bois, Ce jour là, Nantes, Joca Seria, 2012, p. 8.

90 Ibid., p. 76-77.

91 Sur le plateau de Canal+ par exemple, ils sont désignés comme « jeunes du quartier » avant d’être considérés comme élèves du lycée Alfred Nobel : « Sept ans après les émeutes de 2005, les jeunes du quartier font à nouveau la Une cette semaine, mais pour un livre ».

92 Tanguy Viel et alii., Ce jour là, op. cit., p. 13.

93 Les résidences de territoire sont considérées comme des outils de développement territorial. Or les référentiels de l’action publique locale se fondent sur une idée très répandue : les pratiques de sociabilité auraient une fonction fondamentale dans les modes de développement des territoires.

94 Voir le site de la Maison des écritures, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.maison-ecritures.fr/2015-les-mots-tiennent-boutique-un-projet-dans-la-ville/

95 Maya Soulas, Communications personnelles.

96 Voir le dossier « Patrick Chatelier à la Maison de la Plage (Paris XX) » sur remue.net, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?rubrique778

97 Voir http://remue.net/IMG/pdf/generalinstin.pdf

98 Voir la présentation des ateliers d’édition, « Une épopée en commun, Emmanuel Adely au Musée Commun (Paris XX) », remue.net, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?article8374

99 « Franck Magloire à l’association La Liseuse (Paris xviii), Comment dire ? (lecture/projection, mercredi 12 octobre) », remue.net, consulté le 2 février 2020. URL : http://remue.net/spip.php?article8090

100 Xavier Daverat, « L’« œuvre participative » en droit d’auteur », L’Observatoire, 2012/1, no 40, p. 38-42, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.cairn.info/revue-l-observatoire-2012-1.htm-page-38.htm

101 François Bon, Prison, Lagrasse, Verdier, 1997.

102 Selon l’article 41 de la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009, l’administration pénitentiaire peut s’opposer à la diffusion de l’image ou de la voix d’un détenu lorsque celle-ci est de nature à permettre son identification. Elle doit donc être saisie pour autorisation avant toute diffusion afin de pouvoir exercer, si nécessaire, son droit d’opposition.

103 François Bon, « Atelier d’écriture, rapport intermédiaire, à la requête de la Direction régionale des affaires culturelles d’Aquitaine, janvier 1997, document non public », dans Écrire en prison, Tiers livre éditeur, 2014.

104 Idem, p. 257.

105 Ibid.

106 Idem, p. 260.

107 Ibid.

108 Ibid.

109 Ibid.

110 François Bon, « Post-scriptum (2003) : ce qui reste », dans Écrire en prison, Tiers livre éditeur, 2014, p. 303.

111 François Bon, Prison, op. cit., p. 28.

112 Gisèle Sapiro, « Droits et devoirs de la fiction littéraire en régime démocratique : du réalisme à l’autofiction », Fixxion, no 6, 2013.

113 Dans la première préface des Méditations, Lamartine parle de « cette espèce de chant intérieur qu’on appelle poésie », Lamartine (Alphonse), Méditations poétiques, Paris, Le livre de Poche, 2006, p. 63.

114 François Bon, « Post-scriptum (2003) : ce qui reste », op. cit., p. 303.

115 Svetlana Alexievitch, « À propos d’une bataille perdue », Conférence du Lauréat du Prix Nobel de littérature 2015, consulté le 2 février 2020. URL : https://www.nobelprize.org/nobel_prizes/literature/.../2015/alexievich-lecture_fr.pdf

116 C’est le constant que font Sylvain Laurens et Frédéric Neyrat dans l’introduction aux actes du colloque Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2010.

117 Pour plus d’informations, voir Alain Oriot, « Éditer des enquêtes en sciences sociales : les risques pour l’éditeur. Entretien » dans Enquêter : de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, op. cit.

118 Frédéric Chateigner, Une société littéraire. Sociologie d’un atelier d’écriture, Vulaines-sur-Seine, Le Croquant, 2008.

Haut de page

Laure Limongi, « Instantanés », sur https://www.la-marelle.org/​author/​laure-limongi/​
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8795/img-1.png
image/png, 519k
Patrick Chatelier, rue Instin, une rue imaginaire (livre-objet), Maison de la Vague et Artame Gallery, 2015.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8795/img-2.jpg
image/jpeg, 305k
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8795/img-3.png
image/png, 476k
Johanne Jary, Une histoire de la briqueterie, 2014
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8795/img-4.png
image/png, 402k
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8795/img-5.jpg
image/jpeg, 75k
Cartes postales, In Situ, CICLIC
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8795/img-6.jpg
image/jpeg, 68k
Photographies personnelles de Frédéric Fiolof, sur http://la-marche-aux-pages.blogspot.com/​
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8795/img-7.jpg
image/jpeg, 224k
Photographies personnelles de Frédéric Fiolof, sur http://la-marche-aux-pages.blogspot.com/​
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8795/img-8.jpg
image/jpeg, 180k
Photo Marina Gusina, sur https://remue.net/​
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8795/img-9.jpg
image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Roussigné, « Habiter le temps, publier local »COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 11 février 2020, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8795

Haut de page

Auteur

Mathilde Roussigné

Université Paris 8Résidence d’écrivain, Littérature contextuelle, Institution, Sociabilité, Littérature contemporaine

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search