Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques27Une scénographie du petit journal...

Une scénographie du petit journalisme : le ratage bohème

Jean-Didier Wagneur

Texte intégral

1Journaliste issu de la bohème et devenu une célébrité médiatique, Aurélien Scholl publie le 25 mai 1885 dans L’Écho de Paris un article incisif sur le peintre Frank Antorat. Lassé de voir ses confrères consacrer leurs colonnes aux épaves de la bohème et aux artistes naufragés, il écrit :

Que j’en ai vu passer des fruits secs et des ratés, des gens qui devaient tout démolir et qui n’ont démoli qu’eux-mêmes, des poètes qui ont vécu sur un sonnet ou sur le titre d’une pièce qui n’a jamais été faite, des peintres qui devaient renouveler l’art et qui, en attendant, coloriaient des photographies jusqu’à leur mort ! des Shakespeares de mirliton, des Raphaëls d’éventail et des Mozarts de brasserie, et des Phidias qui, privés de marbre, sculptaient des œufs durs au Rat mort !

  • 1 « Un Raté », p. 1. Sur les « fruits secs », voir l’article de Marceau Levin dans ce dossier.

Génies inconnus, mais non méconnus puisqu’ils n’avaient jamais donné prise à la critique, ils raisonnaient de l’art et de la littérature avec une autorité qui n’admettait pas la réplique, – et finissaient par vous demander cent sous. La génération suivante a élevé ses prétentions jusqu’au louis. Et, chose surprenante, ces anabaptistes avaient leurs caudataires, leurs partisans. Des gens vous disaient : « Un tel ira loin ! » sans vous apprendre de quel côté1.

  • 2 Charles Baudelaire, « Puisque réalisme il y a », dans Œuvres complètes, éd. Claude Pichois, tome II (...)
  • 3 Sur ce point, voir les travaux essentiels de François de Vaux de Foletier, notamment Les Bohémiens (...)
  • 4 L’exposition Bohèmes : de Léonard de Vinci à Picasso (Grand Palais, 26 septembre 2012-14 janvier 20 (...)
  • 5 Éléments de ce dossier dans Françoise Cestor & Jean-Didier Wagneur, Les Bohèmes, 1840-1870 : écriva (...)
  • 6 Toutes les activités ont alors leur propre bohème : la politique, la finance et l’armée, le monde o (...)

2La bohème est souvent associée à l’échec. Une conséquente production textuelle et iconographique l’exemplifie, qui associe cette notion au « pas de chance », à l’impuissance (les « moins-que-rien ») au parasitisme et à la procrastination. Mais c’est parallèlement un mot « à l’influence magique2 ». Le magnétisme qu’il exerce participe de l’aura des bohémiens3 célébrés par les peintres4, les musiciens et les écrivains romantiques, tandis que ces mêmes Roms sont, dans le monde prosaïque, les victimes de la xénophobie et de la violence des sédentaires. Si le terme est polysémique, dans le discours social il sert prioritairement à désigner la marge qui « rôde » dans les métropoles modernes et offre au monde bourgeois l’image d’une plèbe menaçante. C’est la raison pour laquelle, dans la décennie 1840, une génération littéraire considérée comme étrangère, usurpatrice et intolérable par le champ littéraire5 a hérité de ce nom. Le terme va évoluer, d’abord avec Henry Murger, ensuite sous l’impulsion des mœurs. Employé comme substantif et qualificatif, il désigne l’individuel comme le collectif et s’impose à la fois comme posture littéraire mais aussi sociale. On parle en effet de petite, de grande, de haute et de basse bohème6. La plus démunie s’incarne dans le type du bohème-misère errant dans les rues ; la plus aisée parade sur les boulevards en offrant l’image d’une vie de dépense et de luxe : c’est la bohème dorée.

  • 7 José-Luis Diaz, L'Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l'époque romantique, Paris, Hon (...)
  • 8 Titre d’une étude d’Alphonse Séché qui réunit en une même ligne l’ancien et le nouveau régime des l (...)
  • 9 Sur le « potache », voir Denis Saint-Amand, Le Style potache, Genève, La Baconnière, « Nouvelle col (...)
  • 10 Dominique Maingueneau, Le Discours littéraire : paratopie et scène d'énonciation, Paris, Armand Col (...)

3L’échec du bohème est postulé par une donnée de départ : l’exclusion des instances de médiation et de publication d’une jeunesse sans fortune, sans appui, certains nourris des humanités dispensées au lycée, d’autres accusant un important déficit de connaissances, tous privés des liaisons nécessaires à leurs ambitions. Ils sont ainsi livrés à une double marginalité, d’abord en tant qu’aspirants-artistes dans une société marchande en quête d’une littérature négociable, ensuite en tant que novices précarisés et déclassés en forte concurrence externe et interne. De là un repli sur le groupe et le renversement de leur position minoritaire en affirmation identitaire. La bohème est une scénographie auctoriale (Diaz7) qui conjugue plusieurs imaginaires littéraires et artistiques : la tradition des poètes-misère8 ou rebelles de l’Ancien Régime qui constitue une parentèle toujours invoquée ; la subculture potachique9 du Quartier latin (monde des escholiers) et celle tintamarresque des ateliers de peinture (monde des rapins). La bohème, toutes portes étant fermées, est entrée par la fenêtre de la petite presse. Elle y a imposé son être en le promouvant à la mode, cela en diffusant largement son éthos (Maingueneau10) à travers une intense production textuelle et iconique, autoscopique et imaginaire.

Genèse du scénario bohème

  • 11 Georg Simmel, « L’Individualisme moderne », dans Philosophie de la modernité, introduction et tradu (...)
  • 12 Cela s’inscrit dans un mouvement postromantique de questionnement et de promotion de la jeune litté (...)
  • 13 Beaucoup de caractéristiques de cette série (la commensalité, le caractère choral et croisé des int (...)

4Avant de s’interroger sur la prégnance de l’échec dans cette population d’écrivains déshérités au sens premier, il faut noter que la notion de bohème littéraire naît sous la Monarchie de Juillet. Le développement du capitalisme, de la presse, de la publicité et des industries culturelles s’accompagne d’un fort individualisme aventurier11. Murger lui donne une existence littéraire sous la forme d’un scénario qui emprunte à plusieurs sources, notamment Honoré de Balzac. Un Grand homme de province à Paris (1839), Un Prince de la bohème et Z Marcas (1840) ont décrit le monde de la mansarde, le mode de vie excentrique de La Palférine et souligné la mutation du statut de l’écrivain et l’émergence du petit journal. Mais Murger a ajouté nombre de composantes familières au public : les types de la grisette et du rapin – constamment présents dans les physiologies, contemporaines de la parution des Scènes dans Le Corsaire-Satan – le goût pour la romance, la blague et la vie de café. Il confère à sa version une tonalité romanesque postromantique où le thème de l’échec est contrebalancé par la forte valorisation de la jeunesse12, la bluette amoureuse et le comique. Il sert aux lecteurs une fable émouvante et sérielle13 promise à un long destin.

Bohémiens de Paris

  • 14 Pascal Brissette, La Malédiction littéraire : du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presse (...)
  • 15 Robert Darnton, Gens de lettres, gens du livre ; traduit de l’anglais par Marie-Alyx Revellat, Pari (...)
  • 16 Ces textes sont publiés dans Les Bohèmes, p. 183-207.
  • 17 Toutes ces expressions reviennent aussi bien dans cette série que dans les petits journaux contempo (...)
  • 18 Drame en cinq actes et huit tableaux représenté pour la première fois à Paris sur le théâtre de l’A (...)

5Le style de vie artiste est ancien, il s’articule étroitement à la situation des hommes de lettres non rentés ou non protégés de l’Ancien Régime ou qui, par tempérament, désiraient vivre librement à l’écart de toute norme, sans oublier la théorie de poètes crottés et de malchanceux des lettres. Pascal Brissette14 a analysé la malédiction littéraire sous l’Ancien Régime et Robert Darnton a reconstitué les conditions d’existence et la subculture des folliculaires autour de la Révolution française15. Mais curieusement l’expression de « bohème littéraire » ne surgit que tardivement, précisément en 1842. Les premiers textes qui usent de cette locution se donnent en une série de physiologies non signées, publiées dans Le Charivari et s’étendant sur une longue durée16. Ce sont des portraits caricaturaux de « quart d’homme de lettres », de « parasites », de « manœuvres » littéraires, de « littératuriers17 ». Si ce tableau du ratage obéit aux codes typologiques et narratifs de la physiologie qui fait alors le succès de la librairie Aubert, cet ensemble de textes n’a pourtant pas été recueilli en volume. Pressent-on un problème de réception auprès du public ? Cela est fort possible, parce que le type du bohème littéraire, tel qu’on le définit aujourd’hui, comme scénographie articulée à une sociabilité et à une subculture spécifiques, ne s’est pas encore dégagé comme tel de la « plèbe parisienne ». Il ne figure dans aucun volume de la littérature panoramique, seuls sont représentés des « bohémiens de Paris » souvent dessinés par Daumier ou Gavarni, auxquels font écho Les Bohémiens de Paris, une pièce de d’Adolphe d’Ennery et Eugène Grangé18 qui exploite la récente popularité des Mystères de Paris d’Eugène Sue.

Existences problématiques

  • 19 Ce concept prend acte de la dérégulation non seulement du système littéraire mais plus globalement (...)
  • 20 Théodore de Banville, Les Pauvres Saltimbanques, Paris, Michel Lévy, 1853.
  • 21 Pat Rogers, Grub Street : studies in a subculture, London, Methuen & Co, 1972, réimpr. Abingdon, Ro (...)

6La bohème enveloppe une frange sociale qui réunit essentiellement des « existences problématiques19 », concept fondamental et propre au xixe siècle qui unifie une population perçue comme privée d’état. Elle s’étage des saltimbanques que célèbre alors Théodore de Banville20, aux bohèmes escrocs et voleurs qu’on croise dans Les Mémoires de Vidocq. Monde transverse à la société, mêlant les « industriels du macadam », les « hommes à projets » et divers « chercheurs d’or » ou « charlatans » à la petite semaine, trouvant en Robert Macaire leur incarnation. Quelque temps avant la série du Charivari, Le Figaro et La Caricature satirisaient déjà les « fléaux littéraires », les « fricoteurs », « tripoteurs », « flibustiers et chiffonniers littéraires ». Ces articles ne visaient pas particulièrement une génération mais plus globalement un prolétariat littéraire à l’image de celui qui peuple le quartier de Grub Street21 à Londres. Ce sont des écrivains à la demande faisant le siège des libraires, des journaliers du petit journalisme monnayant la louange ou faisant du chantage auprès des actrices, des directeurs de théâtre, et de jeunes vaudevillistes en quête de collaborations. En 1832, Scipion Marin offre dans Le Sacerdoce littéraire ou le gouvernement des hommes de lettres, une description contrastée du monde du livre à Paris :

  • 22 Le Sacerdoce littéraire ou le gouvernement des hommes de lettres : centilogie en 3 actes par M. Ari (...)

Cette chose dont je raffole, que j’analyse avec amour, que je tourne, retourne de tous côtés, c’est un composé de cinq cents besicles au moins et d’un millier de plumes, tout cela appendice et complément d’un millier de têtes grises, pelées, barbues, rasées, imberbes, frisées, les unes en cornettes, en bérets, les autres en tricornes ; pensant, rimant, prosaillant, dramatisant, journalisant, parlant, chantant : chaos qui enfante la lumière, qui défraie d’idées Paris, la France, l’Europe, le monde ; qui leur prête ses joies, ses fureurs, ses sympathies, ses antipathies, ses lubies, ses progrès, ses engouements, ses erreurs, ses vérités. Ce composé, cette âme de Paris, de ce Paris si puissant dans l’univers, et dont les mouvements retentissent au bout de tant et de si longs rayons, c’est ce que la province appelle les auteurs, et la capitale les hommes de lettres. Ce composé d’individus de toutes classes, de militaires, de robins, d’abbés, de hauts personnages et de pauvres hères, de dandys, de jeunes et jolies femmes, de graves matrones, de journalistes, de caricaturistes, est incontestablement ce qu’il y a de plus curieux à observer ; car ce que veulent ces hommes de lettres, Paris l’exécute, et par la suite les provinces, l’étranger, les deux mondes, Rio-Janeiro comme Varsovie22.

7Balzac s’est peut-être souvenu de ce texte dans Un Prince de la Bohème, de la même manière que Scipion Marin puise dans Le Neveu de Rameau. On voit que l’univers de l’imprimé (librairie, journal) et celui des spectacles sont fortement hiérarchisés entre dominants et dominés. La confrontation de la bohème des lettres et du champ littéraire évoque par certains aspects une lutte des classes littéraires où la première relève d’une forme de lumpenproletariat. Jusqu’alors, la bohème était innommée car innommable, déchue, exclue, mais toujours turlupinée.

Renversement

  • 23 Grenoble, Ellug, 2005. Voir chapitre iv, « Mesure de la littérature », p. 75-100.

8Comment passe-t-on de la figure classique du raté de lettres qui participe des enfers de l’imprimé et du pittoresque caricatural du parasite ou du mendiant de lettres indissociables de l’imagerie littéraire de l’Ancien Régime, au scénario du ratage bohème ? Ce phénomène s’articule étroitement à la dérégulation de l’écosystème littéraire à la fin de l’âge d’or que fut 1830, comme l’a souligné Alain Vaillant dans La Crise de la littérature23. Ainsi, alors qu’on vient de monter Chatterton en février 1835 et que la presse associe l’échec à la pauvreté et au manque de génie, Auguste Luchet dresse un constat de la situation de l’homme de lettres dans la Revue de Paris :

Oui, c’est une chose constante et reconnue, que la littérature n’a plus même forme d’art maintenant. On en a fait tout bonnement une industrie à l’image de toutes les autres, qui s’apprend, s’exploite et se transmet comme toutes les autres. Elle a ses grands et ses petits fabricants, ses notables et son bas commerce, ses ateliers de vingt métiers et ses ouvriers en chambre ; elle a ses capitalistes et ses courtiers, elle tient un prix courant, elle fait travailler au mois, à la journée, à la pièce ; elle s’adjuge au rabais : il ne lui manque rien, pas même la patente. Cette industrie occupe et monopolise les deux grands débouchés littéraires, le théâtre et la librairie. Elle a aussi le pied dans beaucoup de journaux, revues et autres feuilles périodiques. Elle entreprend tout : drames, romans, mémoires, voyages, livres de science, dictionnaires, tableaux de mœurs, opéras comiques, histoires de France, ballets, feuilletons et discours pour les députés ; elle a des procédés mécaniques pour la fabrication du style moyen âge, des préfaces, des descriptions d’églises et des couplets de vaudeville ; elle se charge aussi des traductions et de facsimile. Enfin, et c’est une admirable précaution, les produits de ses manufactures ne sont livrés à la consommation qu’accompagnés d’une annonce et d’un éloge indiquant leurs qualités, leur supériorité et la manière de s’en servir.

9Et Luchet d’anticiper le cercle vicieux bohème :

  • 24 « Les Associations littéraires », Revue de Paris, tome IV, avril 1835, p. 173-174.

[…] Ceux qui se rebutent (c’est le petit nombre) vont ordinairement se tuer en sortant de là ; ou bien ils deviennent avocats, médecins, huissiers, commis, selon que leur vocation était vraie ou fausse. Ceux qui transigent renoncent à toute réputation ; à toute gloire ; ils vont porter et vendre leurs idées dans quelque fabrique où on les prend à la journée, où ils vivent du travail de leurs mains, jusqu’à ce qu’ils aient assez d’expérience, d’effronterie et d’argent pour acheter des idées et faire travailler à leur tour. Heureux ceux qui ne font ni l’un ni l’autre, ceux qui résistent et qui attendent ! Mais il n’est pas donné à toutes les têtes d’avoir à la fois le front large et haut, le sommet immense et l’angle mastoïdien des os pariétaux saillant, toutes les organisations ne supportent point pareillement le froid et la faim. L’indépendance, le commandement et le génie ne sont point les attributs de la foule24.

  • 25 Sur ce point : Alain Vaillant & Marie-Ève Thérenty (dir.), 1836, l'An 1 de l'ère médiatique : étude (...)
  • 26 Alain Vaillant, « Pour une histoire de la communication littéraire », Revue d'Histoire Littéraire d (...)

10L’industrialisation de l’édition, la révolution Girardin25 qui sous-tend l’essor rapide de la presse constituent une opportunité vitale pour une génération littéraire socialement diverse mais précaire et labile. La petite presse recrutant sans cesse de la main d’œuvre, elle constitue une ouverture en même temps qu’une médiation potentielle (instance d’exposition et de sélection) pour un noviciat qui prend acte que la « communication littéraire26 » passe désormais par le journal.

  • 27 Cela s’inscrit dans le primat de la satire sociale sur la satire politique rendue problématique par (...)

11Tous ces facteurs concourent à l’émergence d’une textualité autoscopique bohème qui popularise ses scénographies en inversant son défaut d’existence sous les formes nombreuses et héroï-comiques du naufrage comique27. Ils contournent ainsi le déni de réception en faisant leur entrée dans le champ médiatique par le biais du petit journal où ils monnayent les récits tintamarresques de leurs existences et diffusent ainsi un éthos qui fera recette. Entre 1845 et 1849, Murger signe dans Le Corsaire Satan trente-cinq feuilletons, titrés « Scènes de la bohème ». Il met en scène un milieu de déclassés de l’art où l’esprit rapin alterne avec des amourettes, sur fond de blague et de vie de café. En 1849, secondé par le carcassier (on dirait aujourd’hui « adaptateur et scénariste ») qu’est Théodore Barrière, Murger porte à la scène La Vie de Bohème. Elle suscite l’adhésion de sa génération qui s’y retrouve héroïsée, et remporte un large succès auprès du public. Compte tenu de l’apolitisme de Murger, la rébellion se réduit à la blague potachique sur fond de pathétique et est, dès lors, apte à séduire par son kitsch aussi bien la bourgeoisie que le Prince-Président Louis-Napoléon Bonaparte qui se rendra vite au Théâtre des Variétés pour assister à la pièce. Autrement dit, les bohémiens de lettres ne sont pas ceux que l’on décrivait précédemment, ils sont jeunes, drôles et attendrissants, ils « vivent » au plein sens du mot sous les yeux des spectateurs. Murger a non seulement inversé l’image négative du bohémien de lettres mais a surtout exploité la réserve imaginaire du thème. En toute logique commerciale, Michel Lévy lui demande de prolonger ce succès en tirant un roman des feuilletons du Corsaire-Satan. Le livre sort en 1851 sous le titre de Scènes de la Bohème, puis, à sa deuxième édition, de Scènes de la vie de bohème.

  • 28 Félix Tournachon, La Robe de Déjanire, Paris, Recoules, 1845. Une lettre de Murger du 18 février 18 (...)
  • 29 Cette invention est néanmoins due à la malice de Gustave Bourdin. Une signature pseudonymique était (...)

12Félix Nadar qui, le premier dans sa génération, avait décrit le monde des mansardes et des aspirants à la gloire littéraire et artistique dans son roman La Robe de Déjanire28 en y contestant toutefois le système politique comme les manœuvres de la finance, a écrit à juste titre que « Murger avait mangé la grenouille ». La notoriété de l’écrivain fait de lui une des premières vedettes de la littérature médiatique de masse, non tant un écrivain-journaliste qu’un journaliste-écrivain assumé qui puise dans la contingence de son existence les ressorts d’une fiction imposant une image du ratage-bohème connivente avec le lectorat de la petite presse et le public des théâtres. Murger ne s’enrichira pas et, médiatiquement prisonnier de sa propre création, devient immédiatement une icône du bohémianisme. Il est l’incarnation de ses livres et signe même ses articles du Figaro du nom de ses personnages : « Rodolphe » et « Schaunard29 ».

  • 30 Chaque reprise de La Vie de Bohème amène outre la critique de la pièce, des pages d’histoire littér (...)
  • 31 Ce volume signé par « les auteurs des Mémoires de Bilboquet » Arnould Frémy, Maurice Alhoy et Edmon (...)
  • 32 Gabriel Guillemot, Le Bohême, dessins par Hadol, Paris, A. Le Chevalier, 1868. L’ouvrage appartient (...)
  • 33 Matthieu Letourneux, Fictions à la chaîne : littératures sérielles et culture médiatique, Paris, Éd (...)

13Relayée par un corpus considérable d’articles jusqu’à la fin du siècle30, par des physiologies tardives (Paris-Bohème31 en 1854, puis Le Bohème32 en 1868), par des romans et des poèmes, cette mythologie urbaine s’installe non seulement dans l’imaginaire social mais se transforme en scénario fantasmatique qui séduira longtemps le noviciat littéraire. Fortement diffusée, la mode bohème se fait intermédiale, sérialisée, virale33, ses protagonistes inspirent pastiches et parodies et opèrent parfois des cross-over dans des sequels au théâtre ; le bal Bullier offre même le soir aux polkeurs et polkeuses la possibilité de danser dans des décors inspirés par la pièce. La bohème entre ainsi dans la mode et dans le dictionnaire des stéréotypes littéraires.

Dimension fictionnelle

14En s’installant comme une fantasmagorie dans l’imaginaire social, la bohème diffuse une image du poète et du peintre comme ratés sympathiques, fantaisistes et émouvants. La fin inévitable de ce type d’histoire n’est autre que le triomphe bourgeois du principe de réalité – le retour à une vie rangée – ou la soumission aux lois du marché des industries culturelles. C’est à dire essentiellement écrire pour le journal, la librairie (« romans à la vapeur », dictionnaires, almanachs) ou travailler pour les arts industriels en faisant partiellement son deuil des idéaux artistiques ou littéraires. La bohème s’impose donc comme une mythologie réflexive dont le ratage est l’épilogue obligée. Car un bohème qui réussit n’est rien d’autre qu’un « arrivé » – comme on le dit à l’époque. Le seul qui ait accompli cet exploit dans la bande à Murger est Nadar qui a fait avec génie de la caricature, du petit journal, de l’aérostation et de la photographie mais en conservant néanmoins une fidélité inébranlable à son milieu originel qu’il a constamment secouru.

  • 34 Les Bohèmes, p. 1248-1256. En 1856, Sainte-Beuve a soumis à Napoléon III le projet d’une académie c (...)

15Si Murger offre une version kitsch du déclassement littéraire qui favorise une large appropriation sociale, le scénario s’obscurcit avec l’échec de la bohème politique en 1848, le régime répressif du Second Empire, puis la Commune et l’ordre moral des débuts de la IIIe République. Dès lors, la condition ordinaire de tout écrivain ne disposant d’autres moyens que sa force de travail est la précarité qui, s’ajoutant à la difficulté de publier des œuvres de littérature, l’enveloppe dans une condition plus ou moins bohémienne. Le terme d’« ouvrier littéraire » soumis aux exigences du journal est partagé par la grande majorité des écrivains-journalistes et cela jusqu’à Sainte-Beuve lui-même34. La tension entre idéal et réalité ne va pas sans se résoudre, pour certains, dans la névrose ou le suicide avec comme perspective la fosse commune. S’impose une esthétique tragique du loser installant le pathos de la malédiction littéraire de l’Ancien Régime dans la modernité industrielle et urbaine.

Glorioles bohèmes

16Le premier échec du candidat à la carrière littéraire est celui de ne pas trouver de médiations. Il est privé d’accès aux sociabilités, aux revues et journaux importants tandis que la librairie et l’industrie des spectacles lui opposent le fait d’être un inconnu. Pour contourner cela la bohème a usé de la stratégie de groupe et a utilisé à son profit la révolution médiatique. C’est par la vertu du performatif (« je suis journaliste donc je suis homme de lettres ») qu’elle conquiert sa légitimité non auprès du champ littéraire qui la lui contestera toujours, mais plus efficacement auprès du public pour lequel elle est prescriptrice de ce qui constitue la mode et plus globalement l’air du temps. Se retrouvant à armes égales avec les écrivains obligés par la conjoncture de la librairie à se livrer également au journalisme, elle est partie prenante d’un milieu hybride sur lequel elle ne manque pas d’ironiser, puisque les valeurs ont changé par inversion des pôles et qu’un nouveau rapport au temps impose vitesse et réactivité à la presse. La gloire, ou plus largement la notoriété littéraire repose sur la réception médiatique qui mobilise les mécanismes de la réclame qu’elle maîtrise parfaitement. Découplée des canons et des instances de légitimation traditionnels, la gloire se mue en gloriole : « être un homme du jour », s’imposer comme « homme d’aujourd’hui ».

  • 35 Charles Monselet a parfaitement conscience de cela lorsqu’il publie dans le Figaro les saynètes qu’ (...)

17Pour diffuser son éthos, la bohème a ainsi créé un petit théâtre littéraire qu’elle peuple de ses représentations propres en même temps qu’elle anatomise avec drôlerie mais aussi avec acuité le monde des lettres et des arts35. Être bohème, c’est « persévérer dans son être », offrir une exemplarité fictionnelle et pittoresque au ratage. Ces textes et images sont ce qui se monnaie le mieux, débités en tranches de vie dans les journaux. L’histoire bohème se diffuse généralement en petits articles, elle entre dans les nouvelles à la main, les feuilletons, envahit la chronique. Elle impose fortement l’anti-héros de la littérature que Jules Vallès réinterprète avec génie comme « victime du livre » dans Les Réfractaires. Le raté est un irrégulier, un impuissant, un meurt-de-faim soumis à la vache enragée et à la dèche.

  • 36 Publié ensuite en volume sous le titre Les Impuissants (1867).

18Quant aux fictions, elles sont moins nombreuses mais offrent toutes au champ littéraire une sorte d’équivalent du roman de la victime dans la littérature populaire. Un scénario est récurrent, repris structurellement à Balzac. Le nouveau venu, un recueil de poèmes et une pièce dans ses bagages, fait l’expérience de Paris et grâce à un cicérone bohème découvre la vie de café et les amours de grisettes. Éconduit par les éditeurs, il trouve refuge dans les rédactions des journaux dont il ne peut se dégager qu’à condition de trahir ses rêves. Beaucoup de romans usent de tout ou partie de ce schéma : Les Aventures de Mademoiselle Mariette de Champfleury (1853), Monsieur de Cupidon de Monselet (1854), Les Buveurs d’eau de Murger (1853), Les Haillons de l’art d’Émile Desdemaines36, roman publié dans la Revue espagnole et portugaise en 1857, sans omettre La Bohème littéraire que le duo Décembre-Alonnier décentralise en province (1862). Flaubert parodie ironiquement cette structure narrative dans le début de L’Éducation sentimentale.

  • 37 Jean-Didier Wagneur, « Parades médiatiques », Le Magasin du xixe siècle, no 9, p. 95-101, 2019.

19Reste que l’essentiel est la conversion de l’écart en une différence apte à séduire un lectorat en quête de romanesque. C’est par ses multiples autoscopies que la bohème a pu imposer sa mythologie dans l’imaginaire social. Usant de la biographie anecdotique accompagnée de caricatures, parfois même reprises en volumes comme les Binettes contemporaines de Commerson ou La Lorgnette littéraire de Monselet, la bohème se caricature elle-même, mêle réalité et fiction jusqu’à brouiller les pistes. Elle construit des personnages dont la fonction est de séduire en amusant, de délasser, propres, dès lors, à satisfaire le public. Elle impose une pantomime du ratage au contact le plus étroit avec la bohème-saltimbanque : elle parade37.

  • 38 Sur ce point : Georg Simmel, op. cit.
  • 39 Elle illustre un texte essentiel de Firmin Maillard : « Le Petit Journal, histoire de dix ans, 1850 (...)
  • 40 Il est l’auteur d’une plaquette de poésie Les Bohémiennes (1854) qu’il vendait dans la rue ; il lan (...)
  • 41 Le Figaro lui avait offert une page qui reprenait le press-book de Pradier : lettres de remerciemen (...)
  • 42 Les Bohèmes, p. 1056-1105.

20Dans une société capitaliste en voie de réification où l’expérience individuelle tend à se réduire et où la vie est ressentie aussi comme factice et pleine d’ennui, les « ratés » sont des contre-épreuves de l’existence et des valeurs bourgeoises, et à ce titre éveillent fortement la curiosité38. Cela passe par l’exhibition de textes et d’images qui s’attachent au mode de vie bohème, description de cafés, de mansardes littéraires, romances autour de la grisette. La matérialité des journaux scénarise même cela. La modeste feuille de Constant Arnould, Le Sans le sou, était autographiée par manque de moyens et Léopold Flameng a gravé à l’eau-forte la salle de rédaction qui n’était qu’une mansarde miteuse39 (figures 1 et 2). Autre exemple, Le Bohème, journal de Charles Pradier40 vendu dans les rues par son rédacteur en chef qui faisait son boniment juché sur un tabouret (figure 3). Ces deux publications ne sont pas restées marginales, elles ont rapidement fait l’objet d’articles pittoresques dans les grands quotidiens et hebdomadaires. Le Figaro a même fait écrire Pradier dans ses colonnes41 puis a entrepris de publier toute une série d’articles documentés sur les petits journaux bohèmes qui constituent encore aujourd’hui une documentation précieuse42.

Figure 1. Le Sans le sou, no 1, novembre 1854.

Figure 2. Léopold Flameng, « Bureau du journal Le Sans le sou, impasse Clopin », Paris qui s’en va, Paris qui s'en va et Paris qui vient, Paris, Cadart, 23e livraison, novembre 1860.

Figure 3. Le frontispice du Bohème (1855-1856) représente Charles Pradier en action.

Stigmates

  • 43 Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire : paratopie et création, Louvain-l (...)
  • 44 Voir Les Martyrs ridicules de Léon Cladel, préfacé par Baudelaire, la préface de L’Argent et Les Ré (...)
  • 45 7 et 9 rue des Martyrs et 8 rue Notre-Dame-de-Lorette. Elle s’offrait ainsi comme au carrefour de p (...)
  • 46 Article qui s’insère dans la campagne anti-bousingots que fait le journal : « Grande brigue à propo (...)

21La bohème est ainsi un concept dont l’extension est large mais dont la nature la rapproche d’un idéaltype. Dominée certes par la bohème médiatique, elle reste néanmoins une position partagée par la part la plus précaire de ceux qui veulent trouver leur place dans le champ littéraire, pour reprendre un titre à Dominique Maingueneau43. Elle est sujette à de multiples déclinaisons, à sa critique interne, à de filandreuses ou parodiques dissertations sur la vraie et la fausse bohème, quand elle n’est pas simplement abominée par ses (anciens) acteurs44. Sur une autre ligne, le ratage est vécu comme la sanction inévitable de ceux qui veulent faire de l’art dans un âge voué à la cuisine littéraire. Cette bohème se réclame de Chatterton, Hégésippe Moreau, Nerval, Verlaine. Son discours est souvent traversé d’une dimension sulpicienne dans son registre et ses thématiques. Car le roman de Murger a fonctionné comme un livre-culte au sens large. D’où, à sa suite, des scènes édifiantes, sanctifiantes, des chemins de croix, des calvaires, un martyrologe qu’emblématise deux fois l’adresse et le nom de la célèbre Brasserie des Martyrs45. Quant à la pauvreté, elle va jusqu’à trouver ses preuves de sainteté dans l’hagiographie : n’importe quel poétaillon finit par voir dans son propre dénuement le signe de sa prédestination et de sa légitimité en s’affirmant le dernier défenseur de la poésie. Comme l’a écrit Le Figaro de l’époque romantique : « la persécution glorifie la victime46 ».

Cénotaphes

  • 47 Sur ce point l’analyse pleine d’acuité des Goncourt dans Manette Salomon, chap. cxxxvi, Paris, Lacr (...)
  • 48 Le Journal amusant, 23 juin 1866. L’année est manquante sur Gallica.
  • 49 L’auteur des Grotesques emploie cette expression deux fois : la première pour qualifier « Le Chemin (...)

22La terreur du bohème c’est de n’en pas sortir et de devenir le « vieux bohème47 ». Peur de rester indifférencié du groupe, de demeurer anonyme alors que la civilisation du journal impose la réussite par la notoriété et la réclame. Un dessin de Petit dans Le Journal amusant enregistre cette mutation en opposant les « muses classiques » et « les muses bohèmes ». Daté de 1866, c’est un diptyque qui se déploie sur une double page entière. À droite, l’enterrement d’un ancien régime des lettres enveloppé d’allégories antiques. La légende dit : « Pégase devenu poussif, emporte tristement les antiques sœurs48 ». À gauche lui succède le rêve d’un bohème essentiellement porté par le journal, le succès et l’argent. Les textes de ratage sont de cet ordre, ils rendent sinon célèbres, du moins font sortir de l’ombre nombre de figures qui accèdent à une existence au bord du fictionnel peuplant l’imaginaire médiatique de légendes urbaines. Une littérature se fait jour, accompagnée d’histoires qui serviront de « marronniers » jusqu’à la fin du siècle. Dans ce Panthéon de papier on se doit de citer les noms les plus fréquents : Auguste de Châtillon, Charles Coligny, Alfred Delvau, Fernand Desnoyers, Jean du Boys, Gustave Mathieu, Alphonse Duchesne, Antoine Fauchery, Charles Gille, Jean Journet, Lemercier de Neuville, Théodore Pelloquet, Alexandre Pothey, Alexandre Privat d’Anglemont, Charles Bataille. Dans son Panthéon, Nadar a intégré ses amis dans la queue du cortège. Tous appartiennent au petit journalisme et bénéficient de la camaraderie médiatique pour figurer dans cette « Panathénée grotesque49 » selon l’expression de Gautier.

  • 50 Les jeux sur l’écriture et les formes sont propres au champ de la petite presse littéraire et satir (...)
  • 51 Ainsi Léon Roux préparait dès 1886 son grand œuvre : Notes et Souvenirs d’un raté. Le 1er avril 191 (...)
  • 52 Les Derniers Bohêmes : Henri Murger et son temps, Paris, Sartorius, 1874 (édition annotée dans Les (...)
  • 53 Édition actuellement en préparation.
  • 54 Journaliste puis bibliothécaire, Firmin Maillard avait ce tropisme professionnel pour le petit, l’i (...)

23L’excentricité est la pierre de touche de leurs existences ainsi que leurs nombreux paradoxes qui les font passer à la postérité comme des Bartleby d’estaminet. Ils vivent la littérature à deux vitesses, inventent pour le journal des généricités spécifiques50, mais diffèrent jusqu’à parfois l’oublier l’œuvre personnelle l’accompagnant de palinodies, de procrastination et de ressentiment51. Ils attablent leur mélancolie, commentent ce qui ne sera jamais écrit dont la seule valeur d’échange est celle d’un bock ou d’une absinthe. À l’écart des canons littéraires, ils écrivent essentiellement pour le lecteur de librairie friand aussi d’une production satellite. Car on les dictionnarise, on recueille leurs bons mots, on leur confie la rédaction d’almanachs et de publicités, ils ont leurs propres historiens. C’est la spécialité de Philibert Audebrand et surtout de Firmin Maillard qui après avoir publié Les Derniers Bohèmes52, a même laissé plusieurs manuscrits inédits qui devaient en permettre une nouvelle édition augmentée53. Paul-Armand Challemel-Lacour et Georges Avenel en avaient écrit la préface54, elle conjugue les enfers de Dante et le cimetière d’Elseneur, chaque page semblant ouvrir une tombe :

  • 55 Bibliothèque Sainte-Geneviève, Ms-3559, fol. 6-7.

Les voici donc : Jean Du Boys, mort avant 40 ans et qui déjà depuis trois ans se survivait ; Amédée Rolland mort à 39 ans, atteint au cœur et à la poitrine ; Charles Bataille, mort fou ; Alexandre Leclerc, trouvé pendu à la grille d’un caveau du Père Lachaise ; Baudelaire fou ; Pelloquet gâteux ; Jules Viard, mort de misère ; Cressot, mort de faim ; Detouche mort de la poitrine « comme une jeune fille » après avoir essayé vingt fois de se suicider ; Lebailly poitrinaire aussi ; Tandou pendu au lustre de son salon ; et celui-ci qui se tue à coups de couteau, et cet autre qui s’asphyxie. La série est interminable55.

  • 56 Firmin Maillard, Les Derniers bohêmes : Henri Murger et son temps, publié ensuite en volume chez Sa (...)

24C’est dans ce mouvement même que l’histoire littéraire, qui s’écrit en temps réel dans les journaux, double le culte des célébrités d’une autre population oubliée et dédaignée propre à une histoire anecdotique. Des monuments on passe aux bas-fonds, comme dans les explorations urbaines des Petits Paris à la même époque. L’histoire littéraire introduit cette part d’ombre pour mieux faire ressortir les illustrations du temps. L’évocation d’une aventure littéraire ne passe plus seulement par une esthétique et des auteurs canoniques mais les contrebalance de seconds rôles et de ratages emblématiques qui fonctionnent comme des grotesques. Ce modèle de prose tombale dresse des monuments de papier à ceux qui sont tombés au champ littéraire. Quant à la fin de siècle, sous l’influence de la mise en scène de Firmin Maillard publiée dans La Renaissance littéraire et artistique en 187256, le thème bohème connaît un revival et le petit auteur rejoint la « petite revue » comme curiosité des mouvements parnassien, naturaliste, décadent et symboliste chez les mémorialistes qui n’omettront pas les infiniment petits des sempiternelles « dernières bohèmes ».

Anatomies de la mélancolie bohème

  • 57 Voir Raymond Klibansky, Erwin Panofsky & Frits Saxl, Saturne et la Mélancolie. Études historiques e (...)
  • 58 Étymon du terme « ratage » (Littré) qui renvoie aussi au statut de l’œuvre perpétuellement inachevé (...)

25Le corpus iconographique de la bohème est moins fourni que les textes mais souvent plus suggestif, car porteur d’un pathétique dans la représentation des corps, des attitudes et des visages. Il faudrait un Aby Warburg pour établir les liaisons pertinentes avec l’histoire de l’art, sans aucun doute ici avec les motifs classiques de la mélancolie57. L’image dramatise et suggère fortement un ratage plus métaphysique qui naît de la sensation de n’être pas à sa place, de rater sa cible, d’être grignoté par les rats58 du doute, de l’impuissance et des faux-fuyants.

26On peut emprunter à Traviès un dessin de la série titrée ironiquement « La Vie littéraire » (figure 4). Il date de 1845-1846. La légende est ironique, elle offre un verbatim désespéré des conversations des personnages : « Réflexions profondes et d’une haute philosophie sur Victor Hugo, le double six, Lamartine et la bierre (sic) de Strasbourg ».

  • 59 Paul de Kock, La Grande Ville : nouveau tableau de Paris, comique, critique et philosophique, Paris (...)

27Publié dans Le Charivari le 7 janvier 1864, le « Coin des poètes ravagés » (figure 5) de Daumier est à mettre en relation avec un autre dessin de lui dans La Grande Ville, nouveau Tableau de Paris au chapitre des « Greniers59 » (figure 6). Il représente la mansarde de l’homme de lettres. Le spectre de l’obsession se prolonge en hallucination, amertume et ressentiment.

28Enfin, peint en 1904, « Les Incompris60 » d’André Devambez synthétise cette tension. Le musée de Quimper où est conservée cette toile a documenté ce tableau saisissant. La femme qui tient le journal L’Art61 est Victorine Meurent, modèle de L’Olympia de Manet. Elle s’est ensuite adonnée à la peinture mais sans aucun succès. Le personnage qui lui fait face au premier plan semble un avatar caricatural de Verlaine tel qu’il a été photographié par Dornac ; les bohèmes au second plan paraissent sortir tout droit des Scènes de la vie de bohème, tels que souvent croqués par les illustrateurs, notamment Gill et Régamey62. On peut ajouter une citation de L’Absinthe63 d’Edgar Degas. Car ce Verlaine prostré renvoie chez Degas au personnage du second plan qu’on identifie au graveur Marcellin Desboutin, autre figure de la bohème fin-de-siècle. Il voisine lui aussi avec un modèle, la comédienne Ellen Andrée. Tous deux attendent intransitivement au café de la Nouvelle-Athènes. Devambez condense une histoire du ratage. Il se sert du topique du « vieux bohème », négatif du monde de Murger, qui s’articule au thème couru du « dernier bohème64 ».

29Ces images dominées par la dépression soulignent le sentiment d’écrasement, de néant, de mélancolie venant de l’écart entre l’idéal et le naufrage, entre un présent douloureux et le souvenir de grandes espérances. La bohème démocratique qui s’est autorisée de l’égalité constitutionnelle pour justifier son choix d’une carrière artistique a appris à ses dépens que les choses n’étaient pas si simples quand on est un déclassé mais aussi qu’il n’y a pas d’égalité en termes de talent ou de génie.

Figure 4. Traviès, « Réflexions profondes et d’une haute philosophie sur Victor Hugo, le double six, Lamartine et la bierre de Strasbourg », La Vie littéraire, 1845-1846.

Figure 5. Honoré Daumier, « Le Coin des poètes ravagés », Le Charivari, 7 janvier 1864.

Figure 6. La mansarde de l’homme de lettres selon Honoré Daumier, La Grande Ville, 1844.

30Les stratégies qu’a empruntées la bohème de 1840 ont contribué à créer un imaginaire et une esthétique du ratage artistique et littéraire, revue comme mésaventure de l’art. Le xixe siècle spéculateur et positiviste a eu en toute logique la passion romanesque des losers. Nombre d’écrivains célèbres vont ainsi inscrire un moment bohème dans leur parcours comme valeur ajoutée, exhibée, dans leurs discours académiques ou leurs mémoires, comme la plus-value magique d’un obstacle surmonté. Car qu’y a-t-il de moins héroïque qu’une existence d’écrivain ? Il mène une vie de bureau, passe son temps à écrire, gère ses affaires, fait étape au café avant de finir la nuit au théâtre puis dans le lit de sa maîtresse ou de sa femme. Certes il constitue une autorité pour ses pairs, mais aucune pour le large public qui préfère la lecture du journal aux livres de poésie. Dans la presse, la réussite d’un livre tient moins dans ses qualités proprement littéraires que dans la gestion de la réception de l’auteur, assurée aujourd’hui par des professionnels dont la proximité avec les circuits de distribution et les médias prescripteurs permettent d’assurer une légitimation s’appuyant commercialement sur la librairie.

31Aussi est-il nécessaire que la presse invente constamment l’auteur pour le vendre chaque semaine. Le spectacle de l’homme prend le dessus sur l’œuvre. Plusieurs décennies de petit journalisme littéraire et satirique ont modifié le traitement de la littérature dans les journaux. En jouant sur l’excentrique, la différence, la rébellion, la malédiction, en usant du dessin de presse qui construit un véritable double caricatural de l’écrivain, les petits journalistes ont imposé un large éventail de fictions médiatiques de l’auteur, empruntant les mêmes procédés que leurs autoscopies. S’il faut concéder une réussite à la bohème des petits médias, c’est d’avoir remodelé profondément la médiation de la littérature. Et cela en ouvrant parallèlement la généricité classique ou en la déconstruisant pour trouver moins des formes que des microformats nouveaux afin de créer proximité et connivence avec le lectorat.

Haut de page

Bibliographie

Abélès Luce, La Vie de Bohême, catalogue de l’exposition du Musée d'Orsay (19 décembre 1986-1er mars 1987), Paris, Éditions des Musées nationaux, 1986.

Benjamin Walter, Charles Baudelaire. Un poète lyrique à l’apogée du capitalisme, traduit de l'allemand et préfacé par Jean Lacoste, d’après l’éd. originale établie par Rolf Tiedemann, Paris, Éditions Payot & Rivages, « Petite bibliothèque Payot », 2002.

Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil, « Points », 1998.

Brissette Pascal, La Malédiction littéraire : du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 2005.

Brissette Pascal & Glinoer Anthony (dir.), Bohème sans frontière, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 2010.

Darnton Robert, Gens de lettres, gens du livre, traduit de l’anglais par Marie-Alyx Revellat, Paris, O. Jacob, 1992.

Darnton Robert, Bohème littéraire et Révolution : le monde des livres au xviiie siècle, traduit de l’anglais pas Éric de Grolier, Paris, Gallimard, 2010.

Cassagne Albert, La Théorie de l’art pour l’art en France chez les derniers romantiques et les premiers réalistes, préface de Daniel Oster, Seyssel, Champ Vallon, « Dix-neuvième », 1997.

Diaz José Luis, L'Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l'époque romantique, Paris, Honoré Champion, 2007.

Glinoer Anthony, La Bohème : une figure de l'imaginaire social, Montréal, les Presses universitaires de Montréal, 2018.

Goulemot Jean-Marie & Oster Daniel, Gens de lettres, écrivains et bohèmes, L’imaginaire littéraire, 1630-1900, Paris, Minerve, 1992.

Kalifa Dominique, Régnier Philippe, Thérenty Marie-Ève & Vaillant Alain, La Civilisation du journal : histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau monde éd., 2011.

Letourneux Matthieu, Fictions à la chaîne : littératures sérielles et culture médiatique, Paris, Éditions du Seuil, 2017 

Maingueneau Dominique, Le Discours littéraire : paratopie et scène d'énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.

Maingueneau Dominique, Trouver sa place dans le champ littéraire : paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Academia-l'Harmattan, 2016.

Moussa Sarga, Le Mythe des bohémiens dans la littérature et les arts en Europe, Paris, l’Harmattan, 2008.

Oster Daniel, L'Individu littéraire, Paris, Presses universitaires de France, 1997.

Saint-Amand Denis, Le Style potache, Genève, La Baconnière, « Nouvelle collection Langages », 2019.

Seigel Jerrold, Paris bohème. Culture et politique aux marges de la vie bourgeoise, 1830-1930, traduit de l’anglais par Odette Guitard, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1991.

Schuh Julien, « Autour du Rire : généalogie et diffusion du synthétisme graphique dans l’espace médiatique fin de siècle », dans L’Europe des revues II : Réseaux et circulations des modèles, sous la direction d’Evanghélia Stead & Hélène Védrine, Paris, PUPS, « Histoire de l’imprimé », 2018, p. 595-613.

Simmel Georg, Philosophie de la modernité, introduction et traduction de l’allemand par Jean-Louis Vieillard-Baron, Paris, Payot, « Critique de la politique Payot », 2004.

Thérenty Marie-Ève, La Littérature au quotidien : poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 2007.

Vaillant Alain & Vérilhac Yoan, Vie de bohème et petite presse du xixe siècle : sociabilité littéraire ou solidarité journalistique ?, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018.

Vaillant Alain, La Civilisation du rire, Paris, CNRS éditions, 2016.

Vaillant Alain & Thérenty Marie-Ève, 1836, l'an 1 de l'ère médiatique : étude littéraire et historique du journal "La Presse" d'Émile de Girardin, Paris, Nouveau monde éd., 2001.

Vaillant Alain, La Crise de la littérature : romantisme et modernité, Grenoble, ELLUG, 2005

Wagneur Jean-Didier & Cestor Françoise, Les Bohèmes, 1840-1870 : écrivains, journalistes, artistes, Seyssel, Champ Vallon, 2012.

Haut de page

Notes

1 « Un Raté », p. 1. Sur les « fruits secs », voir l’article de Marceau Levin dans ce dossier.

2 Charles Baudelaire, « Puisque réalisme il y a », dans Œuvres complètes, éd. Claude Pichois, tome II, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 57.

3 Sur ce point, voir les travaux essentiels de François de Vaux de Foletier, notamment Les Bohémiens en France au 19e siècle (Paris, J. C. Lattès, 1981) et Sarga Moussa (dir.), Le Mythe des bohémiens dans la littérature et les arts en Europe, Paris, l’Harmattan, 2008.

4 L’exposition Bohèmes : de Léonard de Vinci à Picasso (Grand Palais, 26 septembre 2012-14 janvier 2013) conçue par Sylvain Amic a illustré l’ancrage profond et pérenne de ce thème en peinture.

5 Éléments de ce dossier dans Françoise Cestor & Jean-Didier Wagneur, Les Bohèmes, 1840-1870 : écrivains, journalistes, artistes, Seyssel, Champ Vallon, 2012, p. 215-282. Dorénavant Les Bohèmes.

6 Toutes les activités ont alors leur propre bohème : la politique, la finance et l’armée, le monde ouvrier se segmentant lui-même entre prolétariat et lumpenproletariat.

7 José-Luis Diaz, L'Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l'époque romantique, Paris, Honoré Champion, 2007.

8 Titre d’une étude d’Alphonse Séché qui réunit en une même ligne l’ancien et le nouveau régime des lettres (Paris, L. Michaud, s.d.).

9 Sur le « potache », voir Denis Saint-Amand, Le Style potache, Genève, La Baconnière, « Nouvelle collection Langages », 2019.

10 Dominique Maingueneau, Le Discours littéraire : paratopie et scène d'énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.

11 Georg Simmel, « L’Individualisme moderne », dans Philosophie de la modernité, introduction et traduction de l’allemand par Jean-Louis Vieillard-Baron, Paris, Payot, « Critique de la politique Payot », 2004, p. 201-231.

12 Cela s’inscrit dans un mouvement postromantique de questionnement et de promotion de la jeune littérature qui est soutenu autant par des revues et petits journaux dits « de jeunes » que par des polémiques au sein du champ littéraire face à ce « noviciat ».

13 Beaucoup de caractéristiques de cette série (la commensalité, le caractère choral et croisé des intrigues, la fantaisie, la célébration de la jeunesse et de sa culture propre) semblent préfigurer la « sitcom » moderne, notamment Friends de Marta Kauffman et David Crane.

14 Pascal Brissette, La Malédiction littéraire : du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2005.

15 Robert Darnton, Gens de lettres, gens du livre ; traduit de l’anglais par Marie-Alyx Revellat, Paris, O. Jacob, 1992 ; Bohème littéraire et Révolution : le monde des livres au xviiie siècle, traduit de l’anglais par Éric de Grolier, Paris, Gallimard, 2010.

16 Ces textes sont publiés dans Les Bohèmes, p. 183-207.

17 Toutes ces expressions reviennent aussi bien dans cette série que dans les petits journaux contemporains : voir Les Bohèmes, p. 173-207.

18 Drame en cinq actes et huit tableaux représenté pour la première fois à Paris sur le théâtre de l’Ambigu Comique, le 27 septembre 1843.

19 Ce concept prend acte de la dérégulation non seulement du système littéraire mais plus globalement social, économique et financier. Il est posé par Frédéric Soulié dès 1834 dans « Les Existences problématiques », Nouveau tableau de Paris au xixe siècle, tome 5, Paris, Mme C. Béchet, 1834-1835 : « ce sont les existences problématiques qui créent tout […] Tout ce qu’il y a de grand, d’utile, de magnifique, appartient à l’existence en problème, car il y a le côté génie dans l’existence problématique » (p. 36). Ce texte est à rapprocher du début d’Un Prince de la bohème et irrigue non seulement la littérature médiatique mais aussi la caricature, avec la série des « existences problématiques » de Gavarni.

20 Théodore de Banville, Les Pauvres Saltimbanques, Paris, Michel Lévy, 1853.

21 Pat Rogers, Grub Street : studies in a subculture, London, Methuen & Co, 1972, réimpr. Abingdon, Routledge, 2014.

22 Le Sacerdoce littéraire ou le gouvernement des hommes de lettres : centilogie en 3 actes par M. Aristophane, citoyen de Paris, Paris, Vimont, 1832, p. vi-vii. « On y assiste à un congrès de littérateurs formé de deux bandes, le clan Hugo et la pléiade marseillaise autour de Barthélemy, Méry, Rey-Dussueil » (José-Luis Diaz, « La littérature comme “sécularisation du sacerdoce” (1750-1850) », ive congrès de la SERD, « Les Religions du xixe siècle », 2009, en ligne : https://serd.hypotheses.org/les-religions-du-xixe-siecle).

23 Grenoble, Ellug, 2005. Voir chapitre iv, « Mesure de la littérature », p. 75-100.

24 « Les Associations littéraires », Revue de Paris, tome IV, avril 1835, p. 173-174.

25 Sur ce point : Alain Vaillant & Marie-Ève Thérenty (dir.), 1836, l'An 1 de l'ère médiatique : étude littéraire et historique du journal La Presse, d'Émile de Girardin, Paris, Nouveau monde éd., 2001 ; et Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant (dir.), La Civilisation du journal : histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau monde éd., 2011.

26 Alain Vaillant, « Pour une histoire de la communication littéraire », Revue d'Histoire Littéraire de la France, 2003/3, vol. 103, p. 549-562.

27 Cela s’inscrit dans le primat de la satire sociale sur la satire politique rendue problématique par les législations répressives qui précèdent les lois sur la presse de 1881, ensuite corrélativement dans la considérable production de textes de nature physiologique et satirique prenant pour sujet l’homme de lettres. Notons enfin que l’imaginaire du ratage ne doit pas être découplé de la littérature romantique médiatique (ou non) exhibant ses minores à la différence près que les autoscopies bohèmes privilégient l’éthos comique sur l’éthos tragique en accord avec la nature de leurs médias et le profil de leur lectorat. Sur ce dernier point les séries sur les Jeunes France, Les Bousingots et les Antonistes publiées dans le Figaro peuvent être perçues comme transitionnelles.

28 Félix Tournachon, La Robe de Déjanire, Paris, Recoules, 1845. Une lettre de Murger du 18 février 1845, précédant donc le début de la publication des Scènes dans Le Corsaire-Satan, témoigne de l’influence du roman de Nadar sur l’écrivain.

29 Cette invention est néanmoins due à la malice de Gustave Bourdin. Une signature pseudonymique était nécessaire car la Revue des Deux Mondes où publiait Murger ne voulait pas qu’il écrive dans le Figaro. Il assumera sans réserve cette nouvelle identité.

30 Chaque reprise de La Vie de Bohème amène outre la critique de la pièce, des pages d’histoire littéraire et des foules d’anecdotes.

31 Ce volume signé par « les auteurs des Mémoires de Bilboquet » Arnould Frémy, Maurice Alhoy et Edmond Texier appartient à une collection de physiologies intitulée « Les Petits Paris » publiée chez Taride.

32 Gabriel Guillemot, Le Bohême, dessins par Hadol, Paris, A. Le Chevalier, 1868. L’ouvrage appartient à la collection « Physionomies parisiennes ».

33 Matthieu Letourneux, Fictions à la chaîne : littératures sérielles et culture médiatique, Paris, Éditions du Seuil, 2017 ; Julien Schuh, « Autour du Rire : généalogie et diffusion du synthétisme graphique dans l’espace médiatique fin de siècle », dans L’Europe des revues II : Réseaux et circulations des modèles, sous la direction d’Evanghélia Stead & Hélène Védrine, Paris, PUPS, « Histoire de l’imprimé », 2018, p. 595-613.

34 Les Bohèmes, p. 1248-1256. En 1856, Sainte-Beuve a soumis à Napoléon III le projet d’une académie consacrée aux travailleurs des lettres qui était, néanmoins, une façon de les contenir et les contrôler politiquement.

35 Charles Monselet a parfaitement conscience de cela lorsqu’il publie dans le Figaro les saynètes qu’il rassemblera dans Les Tréteaux (Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1859) et le Théâtre de Figaro (Paris, Sartorius, 1861).

36 Publié ensuite en volume sous le titre Les Impuissants (1867).

37 Jean-Didier Wagneur, « Parades médiatiques », Le Magasin du xixe siècle, no 9, p. 95-101, 2019.

38 Sur ce point : Georg Simmel, op. cit.

39 Elle illustre un texte essentiel de Firmin Maillard : « Le Petit Journal, histoire de dix ans, 1850-1860 » dans Paris qui s’en va et Paris qui vient, Paris, Cadart, 1859-1860 (Les Bohèmes, p. 1043-1053).

40 Il est l’auteur d’une plaquette de poésie Les Bohémiennes (1854) qu’il vendait dans la rue ; il lance plus tard à Nîmes, en 1869, À tous les vents. L'Hirondelle, journal artistique et littéraire.

41 Le Figaro lui avait offert une page qui reprenait le press-book de Pradier : lettres de remerciements pour l’envoi du Bohème de Lamartine, Béranger, George Sand, Monselet, etc. Il publia ensuite « Le Bouge et la rue. L’hôtel de la dèche », Figaro, 17 janvier 1856.

42 Les Bohèmes, p. 1056-1105.

43 Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire : paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Academia-l'Harmattan, 2016.

44 Voir Les Martyrs ridicules de Léon Cladel, préfacé par Baudelaire, la préface de L’Argent et Les Réfractaires de Jules Vallès et Charles Demailly des Goncourt.

45 7 et 9 rue des Martyrs et 8 rue Notre-Dame-de-Lorette. Elle s’offrait ainsi comme au carrefour de plusieurs bohèmes.

46 Article qui s’insère dans la campagne anti-bousingots que fait le journal : « Grande brigue à propos du martyre », Figaro, 13 janvier 1834.

47 Sur ce point l’analyse pleine d’acuité des Goncourt dans Manette Salomon, chap. cxxxvi, Paris, Lacroix et Verboeckhoven, 1867.

48 Le Journal amusant, 23 juin 1866. L’année est manquante sur Gallica.

49 L’auteur des Grotesques emploie cette expression deux fois : la première pour qualifier « Le Chemin de la postérité » de Benjamin Roubaud (« Feuilleton. Théâtres », La Presse, 7 juin 1853), la seconde pour le Panthéon-Nadar « Une immense lithographie se prélasse aux vitres de tous les marchands de gravures, déroulant une spirale infinie de bonshommes hideusement laids ; Quelle est cette panathénée grotesque qui se replie trois ou quatre fois sur elle-même pour tenir dans l'énorme feuille ? » (« Panthéon-Nadar » La Presse, 21 mars 1854).

50 Les jeux sur l’écriture et les formes sont propres au champ de la petite presse littéraire et satirique, qui voit les rédactions fonctionner parfois comme des « ateliers » de littérature. Sur les microformes médiatiques : Marie-Ève Thérenty & Guillaume Pinson (dir.), « Microrécits médiatiques. Formes brèves du journal, entre médiations et fictions », Études françaises, vol. 44, no 3, 2008 ; Jean-Didier Wagneur, « Microformes médiatiques » dans Alain Vaillant & Matthieu Letourneux (dir.), L’Empire du rire, Paris, CNRS Éditions, à paraître.

51 Ainsi Léon Roux préparait dès 1886 son grand œuvre : Notes et Souvenirs d’un raté. Le 1er avril 1919, il en parle encore au futur à Alfred Vallette : « Il y a fort longtemps que je vous entretiens de mes Notes et Souvenirs d'un Raté,– presque trente ans. / Ce livre, toujours en train et jamais au point, a pour sous-titre « Essai d'Histoire critique d'une évolution littéraire le Symbolisme ». / Et, pendant que je lambine ou que la maladie et les dures nécessités de la vie m'obligent à laisser de côté ce travail, d'autres – dont c'est le droit absolu, incontestable et que je n'ai nulle intention de contester, d'ailleurs – publient soit des études, soit des volumes sur le même sujet. / Voudriez-vous, très cher et vieil ami, publier cette lettre dans le Mercure de France à seule fin de me permettre quoique tardivement de prendre date ? / Après avoir caressé si longtemps ce qui est peut-être une chimère, si un jour cette chimère prenait corps, devenait une réalité, je ne voudrais pas que l'on dise, avec apparence de vérité, que je me suis engagé dans une voie à la suite de X. ou Y. » « Revue de la quinzaine », Mercure de France, 1er avril 1919, p. 573. Ernest Reynaud venait alors de publier La Mêlée symboliste.

52 Les Derniers Bohêmes : Henri Murger et son temps, Paris, Sartorius, 1874 (édition annotée dans Les Bohèmes, p. 713-938)

53 Édition actuellement en préparation.

54 Journaliste puis bibliothécaire, Firmin Maillard avait ce tropisme professionnel pour le petit, l’inédit, de l’anecdote à la simple trace. Ses archives sont conservées à la Bibliothèque Sainte-Geneviève. Jean-Didier Wagneur, « Le Panthéon de papier de Firmin Maillard : Bohème et hémérophilie », dans Histoire et civilisation du livre, no 120, L'Histoire littéraire des bibliophiles (xixe-xxe siècles), José-Luis Diaz & Marine Le Bail (éd.), Droz, 2019.

55 Bibliothèque Sainte-Geneviève, Ms-3559, fol. 6-7.

56 Firmin Maillard, Les Derniers bohêmes : Henri Murger et son temps, publié ensuite en volume chez Sartorius en 1874.

57 Voir Raymond Klibansky, Erwin Panofsky & Frits Saxl, Saturne et la Mélancolie. Études historiques et philosophiques : nature, religion, médecine et art, traduit de l'anglais par Fabienne Durand-Bogaert et Louis Évrard, « Bibliothèque des Histoires », Paris, Gallimard, 1989.

58 Étymon du terme « ratage » (Littré) qui renvoie aussi au statut de l’œuvre perpétuellement inachevée voire fantôme.

59 Paul de Kock, La Grande Ville : nouveau tableau de Paris, comique, critique et philosophique, Paris, Marescq, 1844, tome I, p. 138.

60 http://www.mbaq.fr/fr/nos-collections/ecole-francaise-du-19e-siecle/andre-devambez-les-incompris-434.html.

61 Évocation rétrospective du journal de Louis-Xavier de Ricard, organe du Parnasse en 1865-1866 ? Dans ses Petits Mémoires d’un Parnassien ce dernier décrit certains fruits-secs du mouvement. Voir l’édition de Michael Pakenham, Paris, Lettres modernes, 1967, passim.

62 Édition illustrée de La Vie de Bohème, Paris, Librairie illustrée, 1873.

63 https://m.musee-orsay.fr/fr/oeuvres/commentaire_id/dans-un-cafe-167.html

64 Une lithographie de Devambez est aussi à citer, « Les Projets pour l’année prochaine » qui développe la même thématique que celle de Traviès et s’accorde à la célèbre boutade de Murger : « Il y a des années où l’on n’est pas en train ». https://www.ader-paris.fr/lot/22409/5049098

Haut de page

Figure 1. Le Sans le sou, no 1, novembre 1854.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8997/img-1.jpg
image/jpeg, 88k
Figure 2. Léopold Flameng, « Bureau du journal Le Sans le sou, impasse Clopin », Paris qui s’en va, Paris qui s'en va et Paris qui vient, Paris, Cadart, 23e livraison, novembre 1860.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8997/img-2.jpg
image/jpeg, 106k
Figure 3. Le frontispice du Bohème (1855-1856) représente Charles Pradier en action.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8997/img-3.jpg
image/jpeg, 101k
Figure 4. Traviès, « Réflexions profondes et d’une haute philosophie sur Victor Hugo, le double six, Lamartine et la bierre de Strasbourg », La Vie littéraire, 1845-1846.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8997/img-4.jpg
image/jpeg, 74k
Figure 5. Honoré Daumier, « Le Coin des poètes ravagés », Le Charivari, 7 janvier 1864.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8997/img-5.jpg
image/jpeg, 87k
Figure 6. La mansarde de l’homme de lettres selon Honoré Daumier, La Grande Ville, 1844.
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/8997/img-6.jpg
image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Didier Wagneur, « Une scénographie du petit journalisme : le ratage bohème », COnTEXTES [En ligne], 27 | 2020, mis en ligne le 17 août 2020, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/contextes/8997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.8997

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search