Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques27Un météore chez Gallimard : Jean-...

Un météore chez Gallimard : Jean-Marc Lovay1

Jérôme Meizoz

Texte intégral

Introduction

  • 1 Merci à François Vallotton (UNIL) pour sa relecture et ses conseils.
  • 2 Jean-Paul Paccolat, « Jean-Marc Lovay », dans Dictionnaire des littératures suisses, sous la direct (...)

1Cette étude de cas ne porte pas véritablement sur un « échec littéraire », si l’on désigne par là le sort d’une production rejetée ou incomprise, à savoir privée d’accès au champ ou à ses formes de consécration. La trajectoire de l’écrivain suisse Jean-Marc Lovay (né en 1948), me semble emblématique d’une forme précaire ou labile de reconnaissance littéraire, qu’on pourrait dire météorique : à savoir l’apparition brève et spectaculaire d’une œuvre louée par diverses instances critiques, mais qui reflue ensuite assez vite hors du triangle éclairé par les médias nationaux, la critique savante et le succès de librairie, jusqu’à apparaître, quelques années plus tard comme un hapax inclassable, voire illisible. En effet, des critiques professionnels aux lecteurs fidèles de Lovay, qui dans leur majorité saluent l’audace et la qualité de ces ouvrages, nombreux sont ceux qui reconnaissent que cette œuvre constitue « un défi à la raison critique2 ».

  • 3 Paul Stapfer, Des réputations littéraires, Paris, Hachette, 1893, p. 155, cité par Anne Simonin, «  (...)

2Depuis la fin du xixe siècle, la critique positiviste a tenté d’élaborer une théorie de la reconnaissance littéraire et a réfléchi sur Paris comme la « fabrique centrale des réputations littéraires3 ». Dans son « Esquisse d’une histoire de l’échec », qui porte sur cette période, l’historienne Anne Simonin se demande :

  • 4 Anne Simonin, art. cit., p. 112.

L’envers d’une histoire des textes consacrés, c’est celle du silence dans lequel sont tombés des textes d’une valeur intrinsèque réelle. L’histoire de ce silence est-elle possible4 ?

3La « valeur intrinsèque réelle » des écrits de Lovay ne m’est pas connue et, en sociologue, je me demande même quel sens peut bien avoir cette formule. Dans le même temps, je suis un lecteur conquis mais malmené par ces écrits. Ne puis-je rien en faire ? Cela me condamne-t-il à une foi subjective et vaguement risible ? Reste à décrire au mieux le type très particulier de « silence » qui entoure les romans dont je vais vous parler.

  • 5 Critique, journaliste et écrivain, passeur de la littérature de Suisse romande en France depuis la (...)

4Présenté comme « le Lautréamont du Valais » par Jérôme Garcin5 (Les Nouvelles littéraires, 27 novembre 1980), lancé par les éditions Gallimard qui publient son premier roman Les Régions céréalières à l’automne 1976, Jean-Marc Lovay apparaît, en dos de couverture, comme l’émanation d’un lieu mythique : « Jean-Marc Lovay, né en 1948 en Suisse, vit dans les montagnes du Valais ».

  • 6 Jacques Chessex, « Laudatio », Écriture 6, Lausanne, 1969, p. 14-16.

5Sept ans auparavant, à l’âge de vingt et un ans, Lovay a obtenu le prix Georges-Nicole 1969, principal prix de découverte en Suisse romande, attribué au roman Épitre aux Martiens dont paraissent quelques extraits dans la revue Écriture 6. L’écrivain Jacques Chessex dans sa laudatio le présente comme un « faune brutal et raffiné tombé des Alpes valaisannes6 ». Dans l’image publique et médiatique qui se construit autour de ce jeune prodige, le marqueur alpin revient avec insistance. Il est donné comme un signe d’exotisme et de primitivisme, Lovay s’étant retiré dans une vallée reculée pour vivre de petits métiers d’artisanat et d’élevage, comme l’ont expérimenté plusieurs contre-cultures de l’époque. Plus de deux cents ans après la lettre 23, dite « lettre sur le Valais », de La Nouvelle Héloïse (1761), c’est le retour quasi intact d’un bon sauvage alpin fortement stéréotypé. La presse aime à rappeler le statut d’autodidacte de Lovay, quittant l’école à seize ans, son apprentissage de photographe abandonné pour la route d’Orient, etc.

6Cette trajectoire météorique renseigne selon moi sur les conditions de l’émergence d’un auteur et sur les contraintes éditoriales pesant sur la suite de son parcours. Elle donne à observer les rôles respectifs du comité de lecture, de la maison d’édition, de la presse littéraire et de l’auteur dans la négociation sur la pertinence et la valeur d’une œuvre ; enfin, elle laisse entrevoir les attentes de la critique et du public.

7Constatant le bref passage de cette œuvre au firmament littéraire hexagonal, je proposerai quelques hypothèses sur la labilité de la reconnaissance littéraire.

Trajectoire

  • 7 Il s’agit de la maison d’édition des Cahiers de la Renaissance vaudoise, qui dispose d’une visibili (...)
  • 8 Fonds Jean-Marc Lovay, Archives littéraires suisses, Bibliothèque nationale suisse, Berne, cote ALS (...)
  • 9 Cet ouvrage est adapté de mon mémoire de Master en lettres, soutenu en 1993.

8Fils d’un architecte et d’une femme au foyer, dans une fratrie de trois enfants, Jean-Marc Lovay grandit à Sion, capitale du canton du Valais, en Suisse, où il est né en 1948. Marqué par la lecture de Vagabonds de Knut Hamsun, il quitte le collège en pleine année scolaire, sur un coup de tête, deux ans avant son bac. Lié d’amitié avec le fils d’un couple d’écrivains suisse très reconnus, Corinna Bille (1912-1979) et Maurice Chappaz (1916-2009), il reçoit d’eux conseils, soutiens et encouragements à écrire. Son premier livre publié en 1970, La Tentation de l’Orient, reprend les lettres de voyage échangées avec Maurice Chappaz, chez un éditeur vaudois7. Interrompant son apprentissage de photographe, il voyage en Asie d’Afghanistan au Népal (1967-1969). Durant ce périple, il écrit ses premiers longs romans (Reincarnatio, inédit, et Épître aux Martiens). De retour en Suisse en 1969, il rejette toute carrière professionnelle : dans un hameau alpin, il vit d’élevage, de bûcheronnage, d’artisanat et de collaborations à Radio suisse internationale. Aux Nouvelles littéraires, en 1976, il se présentera comme « sans métier, écrivain, artisan de boutons et hochets en bois », ajoutant qu’il a « choisi la maison Gallimard sans avoir aucun contact avec le milieu littéraire parisien8 ». Dès 1976, Lovay publie trois romans chez Gallimard (Les Régions céréalières, 1976, Bourse Cino Del Duca, Prix de la Vocation et Prix Rambert suisse 1977 ; Le Baluchon maudit, 1979 et Polenta, 1980) et un recueil de poèmes La Cervelle omnibus, paru à Genève chez un éphémère éditeur anarchiste (Luccheni, 1979). Cette reconnaissance hexagonale est préparée par des débuts prometteurs en Suisse (prix Georges-Nicole 1969 ; succès critique et médiatique de La Tentation de l’Orient (1970) ; réseau éditorial de Bertil Galland et conseils d’auteures comme S. Corinna Bille, éditée chez Gallimard). En 1983, Gallimard refuse son quatrième roman et Lovay publiera désormais tous ses ouvrages aux éditions Zoé (Genève), petite maison artisanale, à ses débuts, issue des milieux de la contre-culture. Marlyse Pietri, co-fondatrice de Zoé, croit en son talent et le porte à bout de bras au-devant des journalistes et des critiques. Rappelons qu’en automne 1981, Bertil Galland avait annoncé la cessation de ses activités éditoriales, ouvrant dès lors un espace pour de jeunes maisons appelées à prendre le relais. En 1994, Zoé publie la première étude monographique sur Lovay, Le Toboggan des images, en vue d’élargir sa réception critique9. En 1998, Marlyse Pietri tente de relancer Lovay sur le marché français par une co-édition avec Verticales (par Bernard Wallet, ami de jeunesse de l’écrivain) du roman Aucun de mes os ne sera troué pour servir de flûte enchantée. Les ventes sont décevantes et l’expérience ne sera pas poursuivie.

  • 10 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Points-Seuil, (...)

9Malgré des ventes très faibles, Lovay obtient durant trois décennies, avec le soutien actif de son éditrice, plusieurs prix littéraires importants, qui marquent une consécration de prestige plus que de succès10, toutefois limitée à l’espace national voire cantonal :

  • Prix Pittard de l’Andelyn, Genève, 1998 ;

  • Prix de la Ville de Genève, 2003 ;

  • Prix Lipp Suisse, 2010 ;

  • Grand prix suisse de littérature, pour l’ensemble de son œuvre, 2013 ;

  • Prix culturel du canton du Valais, 2015.

10À l’occasion du Grand prix suisse de littérature, la plus haute distinction nationale, la Bibliothèque nationale suisse achète ses archives littéraires et organise en 2018, pour les septante ans de l’écrivain, la première journée d’études sur Lovay à l’Université de Fribourg, qui fait l’objet d’un numéro de la revue Quarto (2019). Étape toute récente, et décisive, d’un début de patrimonialisation, qui relativise une lecture en stricts termes d’« échec ».

Retour à la case départ : de Gallimard à Zoé

  • 11 Archives déposées à la Bibliothèque nationale de Berne. Avec l’autorisation de l’auteur, j’ai pu co (...)

11Une plongée dans les archives de Lovay déposées à la Bibliothèque nationale de Berne permet d’examiner de près le passage d’un éditeur parisien ancien et prestigieux à une petite maison genevoise récente ayant, à l’époque, une très faible diffusion en France11.

Samarkandoles, Polenta i et Les Régions céréalières

  • 12 Fonds Jean-Marc Lovay, cote ALS B-4-1-C-LOV.

12Lovay envoie le 4 octobre 1972 un premier manuscrit au poète Jean Grosjean intitulé Samarkandoles. Après refus de l’éditeur en février 1973, il annonce à Grosjean un autre texte à venir, vraisemblablement celui de Polenta12. Grosjean le lit en juillet et se dit prêt à le défendre, mais pressent des objections commerciales du côté de Gallimard. En effet, second projet recalé, Polenta est refusé en novembre 1973. Courant 1975, Lovay envoie à Grosjean le manuscrit des Régions céréalières. Lu et soutenu par Jean Grosjean, Roger Grenier, Jean-Benoît Puech et Louis-René Des Forêts, le roman est accepté cette fois avec enthousiasme. Au moment de la préparation du volume, Puech de même que Des Forêts et Grosjean vont trouver Lovay en Suisse. Celui-ci souhaite réviser son texte qui paraît à l’automne 1976 sans autres demandes de retouches ou de coupes. Au bénéfice d’une presse élogieuse, ce premier roman reçoit à Paris, le Prix de la Vocation et la bourse Cino Del Duca et en Suisse le Prix Rambert 1977. Mais l’argument de l’œuvre illisible apparaît déjà et va faire récurrence dans la réception critique. Tony Cartano dans Les Nouvelles littéraires (23 septembre 1976) déplore une « fiction entropique, schizophrénique […] maniaque et donc illisible ». Dans Le Monde (9 octobre 1976), Monique Pétillon apprécie ce roman « fascinant de froideur et d’étrangeté », mais signale le risque d’une faiblesse dans la tension narrative. Dans Le Figaro littéraire (16 octobre 1976), Renée Massip mentionne élogieusement « les surprises bénéfiques de l’ennui envoûtant » de ce roman. Dans La NRF (no 288, décembre 1976, p. 91-92) qui présente un livre de la maison mère, Michel Leturmy le compare à Kafka, mais trouve le « bavardage » du narrateur moins essentiel à son sujet que dans Le Château. Il tente de raconter cette histoire « hypothétique » qu’une « saveur importée du Valais natal fait néanmoins pardonner ».

Le Baluchon maudit

  • 13 Ibid., cote ALS B-4-1-B-MAU.

13Début 1978, le manuscrit du Baluchon maudit est soumis au comité de lecture. Jean Grosjean est encore une fois le plus enthousiaste, dès le 2 avril 1978. Mais un plus âpre débat se prépare : Roger Grenier se fait l’écho des désaccords des lecteurs qui reconnaissent la beauté et l’originalité du texte mais jugent ce gros manuscrit difficile et obscur, de nature à susciter de véritables « souffrances » à son public. Il invite le jeune auteur à songer un peu plus aux lecteurs et aux critiques. Grosjean, enthousiaste, refuse d’affadir le texte en imposant des coupes, comme le demande Grenier. Il estime que Grenier se soucie trop des journalistes, mais que le texte, certes très exigeant, résiste. Au comité, s’exprime un mélange d’admiration et d’embarras. On décide donc de demander un quatrième avis en vue d’un nouveau débat. À l’issue de celui-ci, Gallimard décide de publier le roman au début de 1979, en demandant toutefois des coupes dans certains passages soumis à l’auteur. La réception de presse est plus mitigée que pour Les Régions céréalières, ce second roman est considéré comme audacieux mais difficile. Le critique du grand quotidien zurichois Neue Zürcher Zeitung, R. Maurer, interroge longuement Lovay sur ce choix de la difficulté, voire de l’illisible. Il déplore des personnages dépourvus de contours et un fil narratif incertain. Visiblement touché, le 17 juin 1979, Lovay se fend d’une lettre de six pages en réponse à ces questions13. Des écrivains et professeurs comme Yves Velan, Jean Roudaut ou le philosophe Alain Roger, quant à eux, lui adressent des lettres privées élogieuses. Jean Grosjean reste le principal soutien littéraire de l’écrivain chez Gallimard, et leur correspondance suivie atteste une véritable amitié, avec diverses visites et échanges personnels.

Polenta ii et Le Convoi du Colonel Fürst

14En janvier 1980, cédant aux arguments de Jean Grosjean, Gallimard décide d’éditer Polenta, bien que refusé sept ans plus tôt, pour accompagner la sortie d’un film éponyme réalisé par Maya Simon. Le roman paraît en octobre 1980, dernier ouvrage de Lovay paru chez l’éditeur parisien, présenté par plusieurs critiques comme « plus facile à lire que ceux qui ont suivi » (Georges Anex, « Hors du temps », Journal de Genève et Gazette de Lausanne, 10 janvier 1981). Dans Le Magazine littéraire (no 161, mai 1980, p. 65-66), Jean-Louis Kuffer déplore cependant « la recherche d’une réalité purement langagière », à la limite de la non-signification. Retour, une fois encore du motif de l’illisibilité.

  • 14 Ibid., cote ALS B-4-1-B-GRO.
  • 15 Entretien oral avec Jean-Marc Lovay, le 11 février 2019.
  • 16 Fonds Jean-Marc Lovay, cote ALS B-4-1-E-BOU.
  • 17 Ibid., cote ALS B-4-1-E-FRO.

15Sur les années 1981-1982, les dossiers de correspondance éditoriale consultés sont muets. Le 12 mars 1983, Grosjean écrit à Lovay qu’il ne désespère pas du sort du « colonel » qui finira par sortir de sa « sieste », comme ce fut le cas pour Polenta14. Allusion claire au manuscrit du Convoi du colonel Fürst, terminé dès janvier 1981 et sans doute en lecture depuis cette période. Selon toute vraisemblance, ce quatrième roman est refusé chez Gallimard courant 1983. Lovay se souvient d’un lecteur du comité qui trouvait « trop d’adverbes » dans ce récit. « Fâché » qu’on lui refuse un livre selon lui plus accessible que Le Baluchon maudit, il lui aurait répondu : « C’est comme si j’écrivais un roman qui se passe sur un bateau et qu’on me reproche d’employer trop souvent le mot “mer”15 ». Peut-être, mais c’est à vérifier, est-ce aussi le moment où Jean Grosjean (né en 1912) perd en influence au comité de lecture. Quoi qu’il en soit, les refus s’enchaînent : les éditions Grasset ont répondu négativement le 6 janvier 1983 ainsi que Balland, à une date inconnue mais sans doute assez voisine16. Pressentant peut-être le refus de Gallimard, Lovay semble avoir cherché d’autres éditeurs en France, en vain. Entre 1983 et 1985, Lovay n’a donc pas d’éditeur pour le Colonel et rien n’indique qu’il poursuive ses démarches. C’est Maya Simon qui, disposant d’une copie du roman, le montre à la romancière Catherine Safonoff. Celle-ci le fait lire à l’éditeur Alain Froidevaux de la maison genevoise Zoé. Le 6 septembre 1984, Froidevaux écrit à Lovay qu’il aime ce texte, précieusement conservé depuis deux ans et souhaiterait l’éditer17. Lovay accepte le 16 septembre et fait son entrée, dès janvier 1985, au catalogue de Zoé, pour les trente années qui vont suivre.

Hypothèses sur un reflux éditorial

16Le net reflux de cette trajectoire éditoriale, profondément marquée par l’ambivalence des jugements littéraires, me semble caractérisé par plusieurs traits :

17- la forte reconnaissance d’un premier roman paru dans une maison parisienne à haut capital symbolique ;

18- le repli progressif sur l’espace éditorial national voire cantonal ;

19- de faibles ventes, dès le début, encore érodées par le repli sur l’espace romand (les chiffres précis ne sont pas accessibles) ;

20- une reconnaissance avant tout symbolique, d’abord par un prix romand de découverte, puis par plusieurs prix français, avant d’obtenir divers prix cantonaux (genevois, valaisans) et enfin par un prix national suisse en 2013.

21Il me semble que ce mode météorique tient à plusieurs facteurs :

221) Le refus de la sociabilité littéraire et la marginalité : obstacle social

23Lovay a mené une vie dans les marges géographiques et sociales de la société suisse. Il ne fréquente pas le milieu littéraire, ni les festivals. Pour la sortie des romans, il se rend à Paris mais n’y séjourne guère, n’entretient sur place aucune sociabilité littéraire. Son éditrice doit lutter pour qu’il accepte certains entretiens. Il refuse souvent les émissions de télévision, mais accepte parfois la radio. En outre, entre 1970 et 1990, Lovay entreprend de longs voyages à l’étranger (Écosse, Madagascar).

242) Rareté des rééditions et des traductions : obstacle éditorial

25Un seul roman de Lovay est traduit en allemand, Der Trauerzug des Obersten Fürst (Zürich, Benziger, 1988). Les éditions Zoé ont mis des années à obtenir de Gallimard le droit de rééditer Polenta en collection de poche (1997), parution due à la ténacité de l’éditrice, car Lovay ne s’intéressait plus guère à ses textes anciens.

26En 1998, Zoé tente avec Verticales la co-édition du roman Aucun de mes os ne sera troué pour servir de flûte enchantée puis de la Conférence de Stockholm d’abord édité chez Zoé en 1987. La presse est généreuse mais ambivalente. Anne Diatkine, dans Libération du 1er octobre 1998, s’étonne de la quantité d’épithètes et de points-virgules dans le roman. Auparavant, un compte rendu avait reproché à Un soir au bord de la rivière (1990) l’abus de conjonctions... Les ventes restent très basses et l’expérience ne sera pas renouvelée. Ce qui donne lieu à un humour ambivalent comme celui de Didier Jacob sur le blog de L’Obs :

  • 18 29 septembre 2009, http://didier-jacob.blogs.nouvelobs.com/jean-marc_lovay/.

Je vois bien que je vais choquer les Amos Oziens et les Erri de Luccistes en lançant pareille bombe : oui, on aurait enfin localisé, sur un blog obscur tenu par un journaliste tête-à-claque exerçant dans un pays en déclin, le plus grand écrivain du monde. Et, figurez-vous, notre homme serait suisse18.

273) Lisibilité ou illisibilité : obstacle esthétique

  • 19 Éric Chevillard, Feuilleton, Genève, La Baconnière, 2018, p. 193.
  • 20 Jérôme Meizoz, Le Toboggan des images. Lecture de Jean-Marc Lovay, Genève, Zoé, 1994.
  • 21 Jean-Marc Lovay, Le Baluchon maudit, Paris, Gallimard, 1979, p. 164.
  • 22 Ibid., p. 374.

28Éric Chevillard écrit que Lovay est connu d’un « petit cercle de fervents lecteurs » mais s’est taillé, dans un plus large public, une « solide réputation d’illisibilité19 ». Cette réputation tient au fait que les récits de Lovay rejettent toute visée réaliste voire tout référent externe aux mots20. Ils se meuvent dans l’autonomie ludique du langage conformément aux esthétiques des années 1960-1970, avec des clins d’œil à des jeux formalistes comme ceux pratiqués par Raymond Queneau. Mais aussi à Kafka ou Thomas Bernhard. L’écriture de Lovay désarçonne parce qu’elle accueille le trouble causal (avec une prédilection pour les paradoxes), use de néologismes, déploie des malentendus absurdes ou comiques. Ainsi, le narrateur du Baluchon maudit glisse dans « un abandon de la logique21 » et sa pensée n’est plus qu’un « éclatement illusoire et approximatif, image d’une dispersion rêvée et mal entreprise, ratée non par l’absence de réussite, mais par définition22 ». Des mécanismes d’incertitude se déploient et remplacent un ordre logique aboli.

29En septembre 1983, à l’invitation de l’organe officiel de diffusion de la culture suisse à l’étranger (Pro Helvetia), Jean-Marc Lovay donne une conférence publique à la Bibliothèque Nobel de Stockholm, devant un parterre de notables. Voici les premiers mots de cette Conférence de Stockholm :

Mesdames et Messieurs,

C’est au centre de l’Arabie saoudite que je pris conscience – en admettant que j’aie eu à ce moment conscience de quelque chose – de ma douteuse appartenance à la littérature de Suisse française.

Je veux préciser que je n’ai jamais été en Arabie Saoudite, mais qu’en hiver 1981, avec Sylvia Stalkera, qui mesure au moins 1 m. 76, j’ai passé deux mois dans le nord de l’Écosse pour enfin écrire un roman suisse. […]

  • 23 Jean-Marc Lovay, Conférences aux antipodes, Genève, Zoé, 1987, p. 9-11.

En rêvant que j’étais au centre de l’Arabie Saoudite, et en faisant ce rêve au nord de l’Écosse, je compris que j’étais définitivement exilé dans la langue française. […] Brutalement endormi, je me retrouve à côté du soleil avec sous la langue une irrépressible fièvre de syntaxe française. Dans le rêve aussi, je ressens la force de cet organe qui, après s’être emparé de mon grand-père et de mes grands-mères et arrière-grand-mères et grands-pères, avait choisi de venir littéralement rigoler sous mon palais23.

304) Nationalité et périphéries francophones : obstacle structurel et institutionnel

  • 24 Jérôme Meizoz, Ramuz. Un passager clandestin des Lettres françaises, Genève, Zoé, 1997.

31Écrivain suisse, vivant en Suisse mais publiant ses trois premiers romans en France, Lovay est confronté à la barrière nationale ainsi qu’au lutétiotropisme du champ littéraire français. La reconnaissance des auteurs suisses est sujette à divers obstacles institutionnels (en termes de diffusion et de prix, d’accès à la presse, aux soutiens financiers hexagonaux, etc.) que connaissent aussi les autres ouvrages francophones non-français. Sans entrer ici dans les détails, il existe divers travaux sur la réception des écrivains belges, québécois, suisses, ainsi que celle des francophones d’Afrique. J’ai abordé cette question en détail, documents à l’appui, à propos de C. F. Ramuz et de sa trajectoire éditoriale heurtée en France24.

Conclusions

  • 25 Sur le lien entre « lisibilité » et « réputation » chez Lovay, lire Bruno Védrines & Chloé Gabathül (...)
  • 26 Carlo Ginzburg, « Nos mots et les leurs. Réflexions sur le métier d’historien », 2013, en ligne : h (...)
  • 27 Alban Cerisier & Stéphanie Cudré-Mauroux, Gallimard et la Suisse, Paris, Gallimard, 1999.

32La trajectoire météorique de Lovay telle que j’ai tenté de la documenter ici, se caractérise par une ascension et une consécration aussi rapide que son reflux25. Il faut relever que le fait de publier trois romans chez Gallimard demeure un cas rare dans cette génération d’auteurs suisses. Cette trajectoire est-elle susceptible de généralisation ? Autrement dit, permet-elle des réflexions au-delà de sa singularité ? Ou s’agit-il d’un « cas » isolé et atypique ? L’historien Carlo Ginzburg estime qu’en histoire « les cas exceptionnels sont particulièrement prometteurs puisque les anomalies sont plus riches, d’un point de vue cognitif, que les normes dans la mesure où les premiers incluent invariablement les secondes, alors que l’inverse n’est pas vrai26 ». Une voie pour tester la généralisation possible de ces constats serait la comparaison. D’une part, avec d’autres trajectoires littéraires francophones qui présentent des points communs, comme celles de Eugène Savitzkaya (Liège) ou Réjean Ducharme (Montréal). D’autre part, avec d’autres auteurs suisses passés par Gallimard mais également édités en Suisse (Corinna Bille, Alice Rivaz, Jacques Chessex, Maurice Chappaz, Noëlle Revaz, Anne-Lou Steiniger). En effet, on ne peut tenir pour négligeables les liens privilégiés de longue date entre Gallimard et la Suisse, à travers Jean Paulhan, puis Marcel Arland et Georges Lambrichs, enfin à l’occasion des co-éditions de Bertil Galland (C. Bille, A. Rivaz, N. Bouvier) avec l’éditeur parisien27.

33Ces deux études contrastives restent à faire. Il faudrait aussi réaliser une grande enquête transversale sur tous les francophones des marges publiés chez Gallimard (ou tout autre grand groupe hexagonal) pour discerner peut-être une politique éditoriale propre à ce type de configuration.

34Puisque nous ne disposons pas de telles données comparatives, je me contenterai de formuler deux hypothèses qui, à mon sens, méritent examen : la première, d’ordre global, consiste à penser que le reflux d’œuvres expérimentales très exigeantes, dérogeant à la tradition narrative réaliste transmise à un large lectorat par le système scolaire, est un signe, au début des années 1980, d’un retour aux attentes narratives plus traditionnelles, elles-mêmes liées à la quête d’un public plus large, après la rupture tentée par le Nouveau roman ; la seconde hypothèse, bien plus locale, consiste à penser que Gallimard reste attentif au maintien d’une sorte de quota informel d’auteurs non-français de langue française afin d’assurer une représentation et de couvrir l’ensemble du marché francophone. Le fait d’avoir au catalogue quelques auteurs belges, suisses ou québécois sert la diffusion de l’éditeur dans les pays concernés tout en maintenant la remise de soi des auteurs, des lecteurs et de la presse à l’égard de son pouvoir symbolique. Si les chiffres de ventes restent trop faibles ou l’œuvre est jugée trop peu accessible, il est toujours temps de mettre fin à l’expérience…

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Documents d’archives

Fonds Jean-Marc Lovay, Archives littéraires suisses, Bibliothèque nationale suisse, Berne.

Œuvres de Jean-Marc Lovay

Épître aux Martiens, Prix Georges-Nicole, extraits dans Écriture 6, 1969 ; Zoé, 2004.

La Tentation de l’Orient (avec Maurice Chappaz), Lausanne, Cahiers de la Renaissance vaudoise, 1970, Favre, 1984 et Zoé-Poche, 1996.

Les Régions céréalières, Gallimard, 1976.

Le Baluchon maudit, Gallimard, 1979.

La Cervelle omnibus, poèmes, Genève, Luigi Luccheni, 1979, rééd. augmentée, Zoé, 2013.

Polenta, Gallimard, 1980, Zoé-Poche, 1997.

Le Convoi du colonel Fürst, Zoé, 1985, rééd. L’Âge d’Homme, 1991. Trad. allemande 1988.

Conférences aux antipodes, Zoé, 1987, rééd. Verticales, 1998.

Un soir au bord de la rivière, Zoé, 1990.

Midi solaire, Zoé, 1993, Zoé-Poche, 2004.

La Négresse et le chef des avalanches, Minizoé, 1996.

Aucun de mes os ne sera troué pour servir de flûte enchantée, Zoé & Verticales, 1998.

Asile d’azur, Zoé, 2002.

Réverbération, Zoé, 2008.

Tout là-bas avec Capolino, Zoé, 2009.

Chute d’un bourdon, Zoé, 2012.

Littérature secondaire sur Lovay

Anex Georges, L’Arrache-plume, Société du Journal de Genève, 1980, p. 123-131.

Anex Georges, Le Lecteur complice 1965-1991, Genève, Zoé, 1991, p. 138-148.

Beetschen Olivier, « Jean-Marc Lovay ou la vérité concave », Revue de Belles-Lettres, no 3-4, 1979, p. 73-78.

Chevillard Éric, « La langue animale [La Cervelle omnibus] », Le Monde des livres, 8 mars 2013, dans Feuilleton, Genève, La Baconnière, 2018, p. 193-195.

Dubosson Fabien & Cudré-Mauroux Stéphanie (dir.), Jean-Marc Lovay, revue Quarto, no 46, Archives littéraires suisses, Bibliothèque nationale suisse, Berne, 2019.

Meizoz Jérôme, Le Toboggan des images. Lecture de Jean-Marc Lovay, Genève, Zoé, 1994.

Meizoz Jérôme, « Les heureuses pannes chez Jean-Marc Lovay », Bulletin francophone de Finlande, no 4, Université de Jyväskylä, décembre 1992, p. 49-58.

Meizoz Jérôme, « Dans l’“illusion de la musique des paroles”, Jean-Marc Lovay », dans Grenzfall Literatur, die Sinnfrage im modernen Literatur der viersprachigen Schweiz, Fribourg, Éditions Universitaires, 1993, p. 717-732.

Paccolat Jean-Paul, « Entamer le récit... », Versants. Revue suisse des littératures romanes, no 6, 1984, Lausanne, L’Âge d’Homme, p. 51-57.

Viredaz Christian, « Jean-Marc Lovay et la critique. Essai de bibliographie analytique », Études de Lettres, no 4, 1982, p. 115-148.

Histoire et sociologie de la littérature

Bertrand Jean-Pierre, Denis Benoît & Triaire Sylvie (dir.), Sociologie de la littérature. La question de l’illégitime, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2002.

Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Points-Seuil, 1998 [1992].

Cerisier Alban & Cudré-Mauroux Stéphanie, Gallimard et la Suisse, Paris, Gallimard, « Hors série Connaissance », 1999.

COnTEXTES (dir.), « Approches de la consécration en littérature », dossier COnTEXTES, 7 (2010), http://contextes.revues.org/4609.

Dozo Björn-Olav & Ellena Laurence (dir.), « De l’émergence à la canonisation », dossier COnTEXTES, 17 (2016), http://contextes.revues.org/6189.

Ginzburg Carlo, « Nos mots et les leurs. Réflexions sur le métier d’historien », 2013, en ligne : http://www.fabula.org/atelier.php?Ginzburg_Nos_mots_et_les_leurs#_ftn49.

Meizoz Jérôme, Ramuz. Un passager clandestin des Lettres françaises, Genève, Zoé, 1997.

Simonin Anne, « Esquisse d’une histoire de l’échec. L’histoire malheureuse Des réputations littéraires de Paul Stapfer », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 12, 1994, p. 111-128.

Védrines Bruno & Gabathüler Chloé, « De la réputation littéraire », dans Lire des textes réputés littéraires : disciplination et sédimentation, sous la direction de Bernard Schneuwly & Christophe Ronveaux, Bruxelles, Peter Lang, 2018.

Voisin Patrick (dir.), La Valeur de l’œuvre littéraire, entre pôle artistique et pôle esthétique, Paris, Classiques Garnier, 2012.

Haut de page

Notes

1 Merci à François Vallotton (UNIL) pour sa relecture et ses conseils.

2 Jean-Paul Paccolat, « Jean-Marc Lovay », dans Dictionnaire des littératures suisses, sous la direction de Pierre-Olivier Walzer, Vevey, L’Aire, 1991, p. 240.

3 Paul Stapfer, Des réputations littéraires, Paris, Hachette, 1893, p. 155, cité par Anne Simonin, « Esquisse d’une histoire de l’échec. L’histoire malheureuse. Des réputations littéraires de Paul Stapfer », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 12, 1994, p. 116. Voir aussi Jean-Marie Guyau, L’Art du point de vue sociologique, Paris, Alcan, 1889 et, d’un élève de Gustave Lanson, Fernand Baldensperger, La Littérature : création, succès, durée, Paris, Flammarion, 1913.

4 Anne Simonin, art. cit., p. 112.

5 Critique, journaliste et écrivain, passeur de la littérature de Suisse romande en France depuis la fin des années 1960, lié notamment à l’éditeur Bertil Galland et à l’écrivain Jacques Chessex.

6 Jacques Chessex, « Laudatio », Écriture 6, Lausanne, 1969, p. 14-16.

7 Il s’agit de la maison d’édition des Cahiers de la Renaissance vaudoise, qui dispose d’une visibilité importante en Suisse romande, dont le journaliste Bertil Galland prend la direction avant de fonder sa maison éponyme en 1972.

8 Fonds Jean-Marc Lovay, Archives littéraires suisses, Bibliothèque nationale suisse, Berne, cote ALS B-4-1-A-NOUV.

9 Cet ouvrage est adapté de mon mémoire de Master en lettres, soutenu en 1993.

10 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Points-Seuil, 1998, [1992]. Le prestige désigne la reconnaissance symbolique interne (par les pairs) et le succès, celle, externe, par le marché et donc les ventes (logique du best-seller).

11 Archives déposées à la Bibliothèque nationale de Berne. Avec l’autorisation de l’auteur, j’ai pu consulter les dossiers de correspondance autour des romans parus chez Gallimard.

12 Fonds Jean-Marc Lovay, cote ALS B-4-1-C-LOV.

13 Ibid., cote ALS B-4-1-B-MAU.

14 Ibid., cote ALS B-4-1-B-GRO.

15 Entretien oral avec Jean-Marc Lovay, le 11 février 2019.

16 Fonds Jean-Marc Lovay, cote ALS B-4-1-E-BOU.

17 Ibid., cote ALS B-4-1-E-FRO.

18 29 septembre 2009, http://didier-jacob.blogs.nouvelobs.com/jean-marc_lovay/.

19 Éric Chevillard, Feuilleton, Genève, La Baconnière, 2018, p. 193.

20 Jérôme Meizoz, Le Toboggan des images. Lecture de Jean-Marc Lovay, Genève, Zoé, 1994.

21 Jean-Marc Lovay, Le Baluchon maudit, Paris, Gallimard, 1979, p. 164.

22 Ibid., p. 374.

23 Jean-Marc Lovay, Conférences aux antipodes, Genève, Zoé, 1987, p. 9-11.

24 Jérôme Meizoz, Ramuz. Un passager clandestin des Lettres françaises, Genève, Zoé, 1997.

25 Sur le lien entre « lisibilité » et « réputation » chez Lovay, lire Bruno Védrines & Chloé Gabathüler, « De la réputation littéraire », dans Lire des textes réputés littéraires : disciplination et sédimentation, sous la direction de Bernard Schneuwly & Christophe Ronveaux, Bruxelles, Peter Lang, 2018, p. 67-81.

26 Carlo Ginzburg, « Nos mots et les leurs. Réflexions sur le métier d’historien », 2013, en ligne : http://www.fabula.org/atelier.php?Ginzburg_Nos_mots_et_les_leurs#_ftn49.

27 Alban Cerisier & Stéphanie Cudré-Mauroux, Gallimard et la Suisse, Paris, Gallimard, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Meizoz, « Un météore chez Gallimard : Jean-Marc Lovay »COnTEXTES [En ligne], 27 | 2020, mis en ligne le 12 juillet 2020, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/contextes/9152 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.9152

Haut de page

Auteur

Jérôme Meizoz

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search