Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques28La langue des champs

La langue des champs

Aires linguistiques transnationales et Espaces littéraires plurilingues
Tristan Leperlier

Texte intégral

1Cet article entend contribuer à l’élaboration de la théorie du champ d’un point de vue transnational et plurilingue, en conceptualisant deux situations dans lesquelles nations et langues ne se recouvrent pas : les aires linguistiques transnationales et les espaces littéraires plurilingues.

  • 1 Pascale Casanova, Beckett l’abstracteur : anatomie d’une révolution littéraire, Paris, Le Seuil, 19 (...)
  • 2 Pascale Casanova, Kafka en colère, Paris, Seuil, 2011.
  • 3 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, « Points », 2008 [1999].
  • 4 Pascale Casanova, La Langue mondiale : traduction et domination, Paris, Le Seuil, 2015.
  • 5 Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Le Seuil, « Points », 2001, p. 71.
  • 6 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 38.
  • 7 Ibid., p. 359 sqq.

2L’ensemble des travaux de Pascale Casanova est traversé par la question linguistique. Au cœur des analyses des trajectoires et des œuvres de Beckett1 et de Kafka2, la langue entre aussi comme une composante essentielle de ses larges théorisations, de La République mondiale des lettres3 à La Langue mondiale4. Potentiel objet d’identification nationale, la langue est également, contre ce que Bourdieu appelle la « communauté linguistique5 », un facteur d’inégalités symboliques, socio-politiques, mais aussi spécifiquement littéraires. Les inégalités entre littératures nationales dans l’espace littéraire international tiennent en partie aux différences de « littérarité6 » des différentes langues utilisées, soit leur crédit littéraire international lié à l’accumulation sur le temps long d’un corpus prestigieux. Casanova étudie dans le détail les conséquences de cette situation à travers la « tragédie des hommes traduits7 » que sont les écrivains dominés, contraints à composer entre la volonté d’illustrer leur langue nationale, et la nécessité d’être lu dans une langue dominante.

  • 8 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art : Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 19 (...)
  • 9 Andreas Wimmer et Nina Glick Schiller, « Methodological nationalism and beyond: nation-state buildi (...)
  • 10 Tristan Leperlier, Algérie, Les écrivains dans la décennie noire, Paris, CNRS éditions, 2018.

3Attentive au rôle qu’a joué la révolution herdérienne dans l’espace littéraire international, P. Casanova n’a pas conceptualisé plus avant les situations dans lesquelles État-nation et unité linguistique ne concordent pas : il s’agit des aires linguistiques transnationales et les espaces littéraires plurilingues. Me plaçant sur ses épaules, je souhaite ici détailler certains motifs de l’immense tapis qu’elle nous a décrit ; et contribuer à l’élaboration de la théorie du champ8 dans une perspective transnationale et plurilingue, tout à la fois contre le « nationalisme méthodologique9 » et ce que j’appelle le monolinguisme méthodologique qui font du national et de la langue le cadre impensé de nombreuses recherches. Cette tentative de théorisation et de typologisation est fondée sur un matériau empirique de première main concernant l’Algérie10, et de seconde main concernant principalement l’espace francophone (Belgique, Canada, Bretagne), mais aussi arabophone et germanophone.

Le champ littéraire dans une perspective transnationale et plurilingue

  • 11 Tristan Leperlier, « Un champ littéraire transnational ? Le cas des écrivains algériens », Actes de (...)
  • 12 À la suite d’autres chercheurs : Benedict Anderson, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origin (...)
  • 13 Pierre Bourdieu, « Existe-t-il une littérature belge ? Limites d’un champ et frontières politiques  (...)
  • 14 Pour une critique d’une conception maximaliste de l’autonomie, voir Alain Viala et Denis Saint-Jacq (...)

4J’ai montré ailleurs que les analyses de P. Casanova permettaient d’élaborer théoriquement la notion de champ littéraire transnational11. Elle insiste en effet à la fois sur le caractère fondamental du processus de nationalisation des littératures à partir du xixe siècle12, et, à la suite de Bourdieu sur le cas belge13, sur la possibilité d’une extension de l’espace de concurrence des écrivains par-delà les frontières nationales. Le champ littéraire algérien est ainsi transnational parce que structuré par l’opposition entre un pôle national et un pôle international : elle recouvre une opposition entre deux types et degrés de reconnaissances littéraires, plus systématiquement que, comme l'avait suggéré P. Casanova, entre hétéronomie et autonomie14.

  • 15 « L’appartenance nationale est l’une des déterminations les plus pesantes, les plus contraignantes, (...)
  • 16 Par commodité, on emploiera par la suite uniquement le terme d’identification pour rendre compte de (...)
  • 17 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 259. Voir Hervé Serry, « La litt (...)
  • 18 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 63.

5L’insistance sur le phénomène national15 pointe un impensé de la théorie générale du champ littéraire élaboré à partir du cas idéal-typique de la littérature française : l’identification, et plus largement l’indépendance relative des champs. Les écrivains n’investissent pas leur illusio dans un champ littéraire abstrait, mais dans un champ identifié plus ou moins fortement d’un point de vue institutionnel, et en particulier dans la phase d’émergence des champs, lorsque lutte politique et littéraire se rejoignent dans le nationalisme. Loin d’être fondées en essence, les auto/identifications16 littéraires sont multiples, pas nécessairement nationales (continentales, régionales, et même sociales17), et donc parfois l’objet de conflits entre les acteurs aux niveaux local et international. P. Casanova fait ainsi remonter la lutte internationale entre les littératures à La Deffence et Illustration de la langue française de Du Bellay18 : l’identification de la « littérature française » que les écrivains se doivent d’illustrer au niveau international précède la spécialisation et surtout l’autonomie du champ littéraire français.

  • 19 Pierre Bourdieu, « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, 1966, n° 246, p. 86 (...)
  • 20 Alain Viala, Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minui (...)
  • 21 Pour une analyse de la notion d’autonomie, Jérôme Pacouret et Mathieu Hauchecorne, « Autonomies des (...)
  • 22 Paul Aron, « Sur le concept d’autonomie », Discours social, vol. 7, n° 3-4, 1995, p. 68.
  • 23 Par exemple : Véronique Bonnet, « Les traces intertextuelles, ou l’affirmation d’un champ littérair (...)

6Ainsi, parmi les facteurs permettant l’« autonomisation méthodologique19 » d’un champ littéraire, je dirais qu’il convient de ne pas s’en tenir à la relative spécialisation du domaine d’activité dit « littérature » (la différenciation réciproque et progressive des champs littéraires et philosophiques aux xviiie et xixe siècles ne permet pas de traiter de la même manière Cyrano de Bergerac et Jean-Paul Sartre)20, ni à sa relative autonomisation par rapport à d’autres champs cherchant à le soumettre à ses règles (champs religieux, politique et économique)21 ; mais encore, comme le suggère Paul Aron, à sa relative indépendance22. Je distinguerai cinq types d’indépendances littéraires, des plus symboliques aux plus institutionnalisées : indépendance symbolique (identification d’une littérature comme « latino-américaine », « autrichienne », ou « basque », quelle que soit l’unité ou indépendance politique actuelle du territoire désigné), spécifique (densité de l’intertextualité avec des œuvres de compatriotes23), linguistique, fonctionnelle (édition, diffusion…) et consécratoire (permettant notamment la constitution d’un panthéon propre). L’indépendance est le fruit d’un processus d’émancipation à l’égard d’une relation de dépendance : comme on le verra pour les aires linguistiques, ce sont ces rapports de dépendance qui dessinent les liens entre centres et périphéries. La notion d’indépendance invite également à une approche davantage institutionnelle (attention à l’édition, aux actions de l’État…) que celle qu’adopte P. Casanova dans La République mondiale des lettres. Sans être congruente à l’indépendance politique, l’indépendance littéraire lui est partiellement liée, ce qui confère une dimension potentiellement politique à la notion d’illusio.

  • 24 On peut également parler de « champ faible » : Antoine Vauchez, « The Force of a Weak Field. Law an (...)

7Je distinguerai sous le rapport de l’illusio, investissement subjectif des écrivains encadré par des institutions, les notions de champ, de sous-champ et d’espace. Le champ est unifié par une même illusio, un même enjeu principal de concurrence fortement objectivé par des institutions : il s’agit bien souvent de la défense et illustration de l’« identité » nationale, qui se confond parfois avec un enjeu linguistique ; avant que, comme dans le cas français étudié par Bourdieu, le champ ne se dénationalise suffisamment pour faire du rapport à l’autonomie (en particulier face au marché) son enjeu principal. Le sous-champ définit un enjeu d’investissement secondaire par rapport à celui d’un champ qui le subsume, tout en étant fortement institutionnalisé ; et l’espace un enjeu d’investissement secondaire, ponctuel, et plus faiblement institutionnalisé24. Pour cette raison, j’utiliserai également « espace » comme catégorie englobante.

8Ces précisions sont utiles pour élaborer une typologie des espaces de concurrence des écrivains entre langues et nations : la langue a beau être leur matière première, le cadre national reste en effet souvent primordial dans l’identification des écrivains. Je définirai les aires linguistiques comme des espaces littéraires monolingues internationaux, organisant des relations de dépendance entre champs locaux (nationaux) dans une tension entre unification et indépendances. Au niveau local, à l’intersection entre plusieurs aires linguistiques, suivant que la langue d’écriture constitue un enjeu majeur ou non, on distinguera entre des espaces littéraires plurilingues, des champs littéraires monolingues, et des champs littéraires plurilingues (subsumant des sous-champs eux-mêmes monolingues ou plurilingues).

9Exemplifions. La Belgique a d’abord connu l’existence, au xixe siècle, d’un champ littéraire (s’affirmant) monolingue en français, unifié par l’enjeu national belge (et de ce fait peu autonome). L’affirmation au tournant du siècle d’un sous-champ littéraire flamand l’a progressivement transformé en champ littéraire bilingue, faisant de la langue d’écriture un enjeu majeur de la littérature nationale (même sous forme d’un déni côté francophone). Les deux sous-champs recouvraient en partie les polarités transnationales du champ : le sous-champ de langue française au pôle davantage internationalisé et autonomisé, et le sous-champ de langue flamande au pôle davantage national et hétéronome. La mise en place de la fédéralisation des années 1930 aux années 1970 a fait de ce champ un espace littéraire bilingue. Le sous-champ de langue flamande a pu s’émanciper et constituer un champ littéraire flamand monolingue suffisamment fort pour faire de l’aire linguistique néerlandaise une aire polycentrique, tandis qu’au sein de l’aire monocentrique francophone, les écrivains belges de langue française évoluent dans une tension entre champ littéraire indépendant et sous-champ belge du champ littéraire français. Comme on le voit, l’organisation des espaces littéraires est une réfraction des enjeux politiques : tout en étant influencés par ces derniers, ils gardent une logique partiellement autonome, qui peut par exemple aplanir la différence entre cadre national et cadre régional.

Aires linguistiques transnationales

  • 25 Karima Laachir, Sara Marzagora et Francesca Orsini, « Significant Geographies: In lieu of World Lit (...)
  • 26 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit., p. 39-43, et p. 112-14 ; Sarah Burnautzki, Les Frontiè (...)
  • 27 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 176.
  • 28 Idem.
  • 29 Ibid., p. 174.
  • 30 Ibid., p. 176.
  • 31 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka : Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975.

10Les « aires linguistiques » n’apparaissent que de manière secondaire dans le modèle de la République mondiale des lettres. Elles dessinent pourtant une géographie fortement « signifiante25 » pour les écrivains, comme P. Casanova le montre à propos des Pragois germanophones : ils s’identifient à une littérature allemande transnationale, et évoluent entre différentes villes par-delà les frontières nationales (Vienne, Leipzig, Berlin)26. Les aires linguistiques apparaissent comme des espaces intermédiaires entre le niveau mondial (leur « structure est sensiblement la même27 ») et le niveau national. P. Casanova décrit l’aire linguistique, dans les quelques pages qu’elle lui consacre, comme une « littérature-monde », « c’est-à-dire un ensemble homogène, autonome, centralisé, dans lequel (presque) rien ne vient remettre en cause la circulation univoque des œuvres et la légitimité du pouvoir central de consécration28. » Alors que la domination spécifiquement littéraire du « centre des centres » peut être retournée par les dominés comme un « instrument d’émancipation et de légitimité29 », celle des centres des aires linguistiques serait « univoque » parce que perpétuant une domination « politique à base littéraire30 ». En effet, du fait de l’histoire impériale et capitaliste de certaines langues, c’est au crédit de ces centres que serait portée l’œuvre d’un excentrique, participant d’une littérature mineure en langue majeure31.

  • 32 Sur ce point son analyse du cas du Mozambicain Mia Couto parait rapide (Pascale Casanova, La Républ (...)

11Ces analyses, illustrées par le cas colonial anglais, paraissent moins convaincantes concernant les aires linguistiques polycentriques. Par ailleurs, une approche davantage institutionnelle32 pourra permettre de nuancer le caractère « homogène » qu’elle prête ici aux aires linguistiques, et le caractère « univoque » et durable de la domination exercée. Ce sont les relations de dépendance (symbolique, spécifique, linguistique, fonctionnelle, consécratoire) entre les champs littéraires qui permettent de dessiner leur organisation. Ces dépendances littéraires émergent en grande partie de facteurs extra-littéraires. Il peut s’agir de facteurs internationaux, à la fois géopolitiques (organisation interne des Empires, opposant typiquement d’une part les empires continentaux, germanique ou ottoman, qui laissent une large indépendance de fonctionnement aux périphéries ; et d’autre part les empires coloniaux, français ou anglais), économiques (conquête de marchés), et linguistiques (antériorité de la normalisation, imposition ou non d’une norme sur un territoire). Il peut s’agir de facteurs internes aux pays, en particulier les politiques en matière éducative (création d’un vivier intellectuel et d’un public alphabétisé) et culturelle (entre libéralisme et interventionnisme politique ou économique).

12Loin d’être « homogènes », les aires linguistiques sont traversées par des tensions nationales (frontières juridiques) et linguistiques (diverses normes, usages de dialectes). Je dirais donc que les aires linguistiques sont des espaces littéraires monolingues internationaux tendus entre unification et indépendances de champs (typiquement) nationaux : ils organisent, autour d’une même langue d’écriture, un système de dépendances internationales. Au pôle de l’interdépendance, on observe des aires linguistiques polycentriques dont le cas typique est l’aire arabophone. À l’autre pôle, les aires monocentriques, dont le cas typique est l’aire francophone, organisent de fermes hiérarchies entre centre et périphéries, conduisant ces dernières à une ambivalence entre recherche d’indépendance et d’assimilation au centre. Même dans ce cas, cependant, il serait excessif de parler de domination « univoque ».

Aires polycentriques : l’interdépendance arabe

  • 33 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit, p. 39-43.

13Le polycentrisme des aires linguistiques est la règle, et le monocentrisme l’exception. Même le cas de l’aire allemande, développé par P. Casanova dans Kafka en colère, n’est pas monocentrique, malgré l’ascendant incontestable pris par Berlin au tournant du xxe siècle : Leipzig, Vienne, ou encore Prague continuent à jouer un rôle important dans cette aire linguistique33.

  • 34 George N. Atiyeh, « The Book in the Modern Arab World: The Cases of Lebanon and Egypt », dans The B (...)
  • 35 Alain Roussillon, « Nahda », dans Béatrice Didier (dir.), Dictionnaire universel des littératures, (...)
  • 36 Yves Gonzalez-Quijano, Les Gens du livre : édition et champ intellectuel dans l’Égypte républicaine(...)
  • 37 Franck Mermier, Le Livre et la Ville : Beyrouth et l’édition arabe, Arles, Actes Sud-Sindbad, 2005, (...)
  • 38 Georges N. Atiyeh, « The Book in the Modern Arab World », art cit., p. 242.

14L’aire arabophone est typique de l’aire polycentrique. Aux ixe-xe siècles, le monde arabe avait connu une bipartition politique et culturelle entre Cordoue et Bagdad, capitales respectivement des califats omeyyade et abbasside. La domination turque puis européenne a évité des relations de domination politique intra-arabe, favorisant le développement de l’idéologie panarabe. L’indépendance relative laissée au Liban et à l’Égypte au sein de l’Empire ottoman34, et les liens qu’ils ont très tôt établis avec l’Europe, ont fait de Beyrouth et du Caire les deux capitales de la Nahda35, renaissance arabe qui a permis notamment la (re)normalisation de la langue arabe, diffusée au moyen de l’imprimé dont ces deux villes deviennent les spécialistes. Alors que l’Égypte publiait 75 % de l’ensemble des livres arabes en 196036, les nationalisations nassériennes des années 1960 et la censure d’État ont permis à Beyrouth, caractérisée par un plus grand libéralisme économique et politique37, de devenir « La Mecque de l’édition dans et pour le monde arabe38 » : du fait des pressions politiques en Égypte, Naguib Mahfouz publie Awlād hāratinā aux éditions libanaises Dār al-ādāb en 1967. Beyrouth devient le centre de consécration de la littérature arabe, et c’est là que sont publiées les grandes revues d’avant-garde des années 1960-1970, comme la revue Chi῾r du poète Adonis.

  • 39 Richard Jacquemond, Entre scribes et écrivains : le champ littéraire dans l’Égypte contemporaine, P (...)
  • 40 Franck Mermier, « La culture comme enjeu de la métropolisation : capitales et foires du livre dans (...)

15Mais ce n’est pas au Liban que se recrutent les écrivains ni qu’on les lit. Les écrivains égyptiens, assurés de leur centralité dans le monde arabe, utilisent presque indifféremment les termes « arabe » et « égyptien » pour s’autodésigner39. À partir des années 1960, un adage s’installe selon lequel « L’Égypte écrit, le Liban publie, et l’Irak lit ». Et, pourrait-on ajouter aujourd’hui, le Golfe fixe les prix. La diplomatie d’influence de certains États du Golfe, permise par la rente pétrolière, a permis à leurs Foires du livre de concurrencer celles de Beyrouth. C’est le cas en particulier de celle d’Abu Dhabi, « réputée être la plus libérale de la péninsule40 », et à l’occasion de laquelle est attribué, depuis 2008, le Prix international de la fiction arabe, délivré par la Booker Prize Foundation, et financé par la Fondation Emirates à Abu Dhabi. Ce prix vient ainsi concurrencer la Médaille Naguib Mahfouz attribuée par l’Université américaine du Caire depuis 1998.

16On peut donc décrire l’aire arabophone comme fondée sur un polycentrisme fonctionnel, chaque centre ayant sa spécialité : elle est interdépendante. Ce polycentrisme est la cause et la conséquence d’une recherche moins importante d’identifications différentielles ; l’idéologie panarabe est d’ailleurs vécue comme compatible avec la construction nationale post-coloniale.

  • 41 Tristan Leperlier, « Un champ littéraire transnational ? », art.cit.

17Cela n’empêche pas pour autant l’existence de périphéries : c’est le cas en particulier de l’Afrique du Nord, ayant longtemps souffert d’un déficit d’institutions universitaires, culturelles, et littéraires en arabe du fait de la colonisation française. Jusqu’à aujourd’hui les Algériens de langue arabe, proportionnellement très peu présents dans les anthologies de littérature arabe41, ont vécu une situation de marginalité par rapport à l’« Orient » (le Machrek). Celle-ci a longtemps été liée à un retard littéraire spécifique : après la tardive accession de l’Algérie à l’indépendance et l’émergence plus tardive encore d’une population littéraire conséquente en langue arabe, les Algériens de langue arabe ont longtemps œuvré à l’édification nationale de l’Algérie arabophone, quand les avant-gardes orientales s’autonomisaient par rapport aux pouvoirs politiques.

  • 42 Entretien personnel avec Waciny Laredj, Oran, 6 novembre 2012.
  • 43 Maud Leonhardt Santini, Paris, Librairie arabe, Marseille, Maison méditerranéenne des sciences de l (...)

18Quand, en entretien, il parle d’« ostracisme42 », Waciny Laredj évoque quant à lui l’identification négative que subissaient en Orient les écrivains algériens (en particulier par rapport aux autres Maghrébins) du fait de l’histoire coloniale : « C’est “bizarre”, un Algérien qui écrit en arabe ! Généralement ils écrivent en français43 ! » ironise-t-il rétrospectivement. Retournant désormais le stigmate de son bilinguisme arabe-français en emblème pour produire de discrets effets hétérolingues au sein de son œuvre en arabe, Waciny Laredj, aujourd’hui publié dans la prestigieuse maison d’édition libanaise Dār al-ādāb, régulièrement sélectionné au Prix international de la fiction arabe, est l’un des symboles d’une intégration toujours plus grande de la périphérie maghrébine au centre oriental. Cette identification comme « pas tout à fait arabe » est cependant encore sensible dans l’usage du dialecte. Mohamed Sari raconte que l’Union des écrivains arabes de Damas lui avait demandé en 2000 de retirer de son roman Al-Waram les dialogues en arabe dialectal algérien : la violence symbolique se comprend quand on sait que l’usage du dialecte était chose commune pour d’autres littératures nationales depuis Naguib Mahfouz. Les rapports hiérarchiques entre centre et périphérie sont d’autant plus forts dans les aires monocentriques.

Aires monocentriques : le système francophone

  • 44 Jean-Marie Klinkenberg, « La production littéraire en Belgique francophone : esquisse d’une sociolo (...)
  • 45 Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg, La Littérature belge : précis d’histoire sociale, Bruxelles (...)
  • 46 C’est l’une des raisons pour lesquelles la notion de système a été préférée à celle de champ pour a (...)
  • 47 Seule la première partie de l’ouvrage prend en compte les aspects institutionnels des mouvements ce (...)

19Le cas francophone est idéal-typique de l’aire monocentrique. Pourtant, les relations entre centre et périphéries ne sont pas stables, et irréductibles à une domination « univoque ». À la suite d’autres recherches à partir du cas belge44, Jean-Marie Klinkenberg et Benoit Denis ont proposé un modèle gravitationnel pour rendre compte de l’aire linguistique francophone45. À l’image du système solaire, elle constituerait un système littéraire centralisé autour duquel graviteraient des planètes littéraires animées, secondairement, par leur mouvement de rotation propre. Ne se rencontrant jamais véritablement dans leur course parallèle autour de leur centre, elles n’ont de relations entre elles que médiatisées par ce dernier46. Les transferts culturels se font toujours de manière unilatérale du centre vers les périphéries ; mais celles-ci se réapproprient pleinement les modèles du centre, au point d’élaborer des formes originales qui pourront revenir plus tard au centre, qui seul peut les consacrer. Ce modèle est également dynamique, du fait de l’existence de forces « centrifuges » et « centripètes », qui permettent de rendre compte de l’évolution des liens de dépendance entre périphéries et centre en plusieurs phases historiques. Seulement, les auteurs réduisent le plus souvent ces forces aux stratégies des écrivains périphériques (centrifuge comme différenciation, au risque du ghetto, vs. centripète comme assimilation au centre, au risque de la dilution)47. Ce modèle parait tout à fait adéquat pour autant que l’on prenne en compte les cinq types de dépendance dégagés plus haut.

  • 48 Anne-Marie Thiesse, Écrire la France : le mouvement littéraire régionaliste de langue française ent (...)
  • 49 On peut dater l’une de ces dernières étapes d’unification de la convention franco-belge signée en 1 (...)
  • 50 Ferroudja Allouache, Archéologie du texte littéraire dit « francophone » (1921-1970), Paris, Classi (...)
  • 51 Véronique Porra, Langue française, Langue d’adoption : Une littérature « invitée » entre création, (...)
  • 52 Voir Tristan Leperlier, « Camus et la “littérature algérienne” : construction d’une notion stratégi (...)

20Je distinguerais trois phases centrifuges au sein de l’aire littéraire de langue française. La première date du mouvement régionaliste de la Belle époque portée par des Européens (1880-1920 ; puis la Seconde Guerre mondiale), la seconde des indépendances coloniales (1930-1970), portée essentiellement par des Africains, la troisième de l’hégémonie grandissante de l’aire anglophone dans la globalisation éditoriale (depuis 1980). Ces deux dernières correspondent également, comme on le verra, à des phases centripètes. Lancées depuis les périphéries, les phases centrifuges croisent des enjeux littéraires d’accès à la reconnaissance parisienne (en particulier première et troisième phases) et d’indépendance politique (en particulier deuxième phase), avec pour objectif de constituer ce qu’Anne-Marie Thiesse appelle un « contre-champ48 », voire des champs littéraires indépendants, sur des bases nationales ou non. D’un champ littéraire relativement unifié49, on est passé à un système littéraire français (première phase) puis à un système littéraire francophone (deuxième phase), toujours centré autour du champ littéraire français spatialisé à Paris. À l’issue de la deuxième phase, la « littérature française », soustraite de l’ensemble des littératures nationales nouvellement indépendantes (symboliquement voire politiquement), a perdu sa dimension strictement linguistique, conduisant à l’invention de la notion de « francophonie50 » : elle s’est trouvée en grande partie réduite à une définition territoriale, ou plus exactement à une littérature européenne blanche de langue française, intégrant des Belges, Suisses, et les francophones « invités51 » (Beckett ou Bianciotti), mais hésitant à intégrer les minorités issues des espaces anciennement colonisés (Césaire ou Begag)52.

  • 53 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit., p. 128.
  • 54 Sur l’histoire curiale de la langue française, voir Norbert Elias, La Dynamique de l’Occident, trad (...)
  • 55 Michel Francard, Geneviève Géron et Régine Wilmet (dir.), L’Insécurité linguistique dans les commun (...)
  • 56 Lise Gauvin, Langagement : l’écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000, p. 8.
  • 57 Marc Quaghebeur, Jean-Pierre Verheggen et Véronique Jago-Antoine (dir.), Un Pays d’irréguliers, Bru (...)
  • 58 Rainier Grutman, Des langues qui résonnent : Hétérolinguisme et lettres québécoises, Paris, Classiq (...)
  • 59 Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin, The Empire Writes Back: Theory and Practice in Pos (...)
  • 60 Makhily Gassama, La Langue d’Ahmadou Kourouma ou Le français sous le soleil d’Afrique, Paris, ACCT/ (...)
  • 61 Alain Ricard, Littératures d’Afrique noire, op. cit., p. 152 sqq.

21Outre l’émancipation symbolique, liée souvent à une recherche d’émancipation politique, les phases centrifuges sont marquées par un souci d’émancipation esthétique et linguistique. La recherche de différentiation est plus ou moins forte : comme l’a montré P. Casanova, les juifs germanisés sionistes pouvaient, comme Kafka, adopter une attitude de défiance à l’égard de l’allemand, ou tenter, comme Max Brod, de trouver un « juste milieu », qu’exprime la notion de Distanzliebe (amour distant à la langue allemande53). La forte centralisation de la langue française comparativement à l’allemand54 ou l’arabe a produit chez les écrivains francophones périphériques une très grande « insécurité55 » et « surconscience » linguistiques56. Illustrer en français une différence identitaire peut passer par la thématique (exotique), le style (« rabelaisien » chez le Belge Charles De Coster ou l’algérianiste Robert Randau, l’« irrégularité », le « mal-écrire57 »), ou encore l’exhibition de marqueurs linguistiques : hétéroglossie (au Québec ou chez Senghor58), interlangue s’attaquant aux structures de la langue pour l’indigéniser59 (vaudoiseries de Ramuz, amour bi-langue de Khatibi, malinkisation de Kourouma60), ou encore digraphie61 (Rabearivelo). Il faut noter que, selon les contextes, ces dernières stratégies sont autant des manières d’affirmer une différence, que de nationaliser le français : c’est le cas de l’Algérien Mustapha Benfodil quand il truffe son roman Zarta (2000) d’arabe dialectal (et de kabyle). La troisième phase centrifuge permet en effet des formes d’appropriations nationales de la langue coloniale, et la légitimation de la diversité linguistique et de l’hybridation au sein de l’aire francophone, entraînant du même coup une exhibition moindre chez les auteurs des différences linguistiques.

  • 62 Pierre Halen, « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone », art (...)
  • 63 Luc Pinhas, Éditer dans l’espace francophone : législation, diffusion, distribution et commercialis (...)
  • 64 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 196.
  • 65 Martin Doré, « Stratégies éditoriales et marché international : le cas d’un éditeur canadien franco (...)
  • 66 Björn-Olav Dozo et François Provenzano, « Comment les écrivains sont consacrés en Belgique », COnTE (...)

22Certains espaces sont entièrement sortis de l’aire francophone en s’émancipant d’un point de vue linguistique : le français n’y fait plus partie de l’espace des possibles collectifs, et n’est même plus la langue principale de référence en traduction (en Égypte, ou en ex-Indochine). Au sein de l’aire linguistique, des politiques nationales en faveur de l’édition locale, variables selon les pays, ont permis parfois d’établir une relative indépendance fonctionnelle des champs littéraires nationaux. Pierre Halen nomme « domaines satellites62 » du système francophone les productions, très indépendantes du centre systémique d’un point de vue fonctionnel, qui n’ont d’existence et de vocation que locales (Zamenga Batukezanga en est l’incarnation en RDC), et de ce fait très peu autonomes. Dans l’ensemble cependant, les espaces périphériques restent dépendants d’un point de vue fonctionnel : l’édition et la diffusion parisiennes dépassent de loin les capacités des espaces périphériques63. Seule Bruxelles est parvenue à une indépendance suffisante pour devenir, au tournant de 1900, une capitale de la « seconde chance64 » selon P. Casanova, je dirais plus positivement une capitale seconde, pour le symbolisme, le surréalisme et le fantastique, puis sur des niches de marché : bande dessinée depuis 1950, théâtre (Lansman) depuis les années 1990. L’émancipation récente du champ littéraire québécois permet à Montréal de jouer un rôle de centre secondaire pour les écrivains postcoloniaux (en particulier caribéens), et de parfois passer outre le centre parisien65. L’une et l’autre capitales sont en effet parvenues à s’émanciper quelque peu sur le plan de la consécration66. C’est en effet surtout de ce point de vue que les périphéries restent dépendantes du centre : la reconnaissance de ce dernier apparait toujours supérieure, et, bien souvent, davantage autonome que celle offerte dans les espaces périphériques.

  • 67 Raphaël Thierry, Le Marché du livre africain et ses dynamiques littéraires : le cas du Cameroun, Pe (...)
  • 68 Tristan Leperlier, « Camus et la “littérature algérienne” », art cit.
  • 69 El Watan, 31 août 2004.

23Les phases centripètes entérinent ces rapports de force entre centre et périphéries. C’est le cas en particulier pour la deuxième phase centripète à partir des années 1990, causée par les crises économiques et les choix de nombreux États africains de réduire leurs politiques culturelles, conduisant à une régression de l’indépendance fonctionnelle (éditoriale) de leurs champs littéraires67. Le souci d’une meilleure reconnaissance, qui soit autonome des enjeux politiques dominant leur champ littéraire d’origine depuis la phase centrifuge précédente, conduit certains écrivains à mettre à distance certains aspects de l’indépendance, et à vouloir s’assimiler au centre68. En faisant du champ littéraire central leur espace principal de référence, ils relèguent leur espace d’origine au rang de sous-champ du champ littéraire français. Dans les années 1930, les écrivains de l’École d’Alger (Camus, Audisio) ou du Manifeste du Groupe du Lundi (Poulet, Hellens) refusent l’identification algérienne et belge, pour l’« universalité » littéraire parisienne. En 2004, lors de la deuxième phase centripète, Anouar Benmalek déclare : « Je ne suis pas un écrivain algérien. Je suis écrivain et algérien. Je revendique et mon enracinement en Algérie ainsi que mon droit à l’universalité69 ». Dans ces phases, la surconscience linguistique ne disparait pas, mais elle n’est plus exhibée, sauf de manière paradoxale : l’écriture blanche de Camus dans L’Étranger est un cas exemplaire.

  • 70 Michel Biron, La Modernité belge : littérature et société, Bruxelles/Montréal, Labor/Presses de l’U (...)
  • 71 Comme le résume Pierre Halen à propos du Groupe du Lundi, « Puisque nous ne sommes plus chez nous e (...)

24Ces phases ne réduisent pas à néant les acquis de la phase précédente, mais s’articulent aux phases centrifuges de manière dialectique. Ainsi, au moment de sa création en 1920, l’Académie de langue et de littérature françaises, symbole par excellence d’une indépendance fonctionnelle et consécratoire, affirme en même temps l’appartenance de la littérature belge à la plus vaste littérature française70 : cette affirmation centripète va ainsi de pair avec un approfondissement de l’indépendance du (sous-)champ belge. Mais elle est aussi une réaction à l’émancipation du sous-champ flamand, et sur son modèle (en 1886 avait été fondée à Gand l’Académie royale de langue et littérature néerlandaises71).

  • 72 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 421.
  • 73 Géraldine Bois, « Les écrivains peu reconnus de la région Rhône-Alpes : des membres de l’univers li (...)

25Si l’on prend le point de vue, non plus des périphéries, mais du centre, cette dimension dialectique apparait clairement : les phases centripètes, d’assimilation des périphéries qui avaient commencé à s’émanciper lors de la phase centrifuge précédente, peuvent aussi être analysées comme une manière de « faire bloc » en réaction à l’émergence d’une nouvelle phase centrifuge. La reconnaissance des périphéries par le centre relève en effet également d’une captation qui, comme le souligne P. Casanova, se fait souvent dans le sens d’une dépolitisation des œuvres72 : le travail de différentiation linguistique de Ramuz est finalement débattu (polémique dans Les Cahiers de la quinzaine de Péguy en 1926) puis reconnu à Paris, et Chamoiseau, co-rédacteur d’Éloge de la créolité (1988) obtient le prix Goncourt pour Texaco (1992). La phase centripète de l’entre-deux-guerres, qui voit le régionalisme devenir une référence littéraire incontournable en France (en particulier sous Vichy), au point de faire disparaitre le contre-champ qui s’était constitué (mais pas les inégalités dans le champ littéraire français73), intervient ainsi au moment où commence à s’affirmer la seconde phase centrifuge, davantage politique : à la fois revendications linguistiques et nationales au niveau des régions (mouvement flamand, revue Gwalarn en Bretagne) et revendications anticoloniales.

  • 74 Graham Huggan, The Postcolonial Exotic, Marketing the Margins, London, Francis & Taylor, 2001 ; Kao (...)
  • 75 « Pour une “littérature-monde” en français », Le Monde, 15 mars 2007.
  • 76 Claire Ducournau, La Fabrique des classiques africains, op. cit., p. 31 sqq.
  • 77 Gisèle Sapiro, « Le champ est-il national ? », art.cit., p. 80.
  • 78 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 179.
  • 79 Gisèle Sapiro, « Mondialisation et diversité culturelle : les enjeux de la circulation transnationa (...)

26La seconde phase centripète depuis les années 1990 a permis une reconnaissance plus large des littératures post-coloniales, qui restent néanmoins le plus souvent tributaires d’enjeux politiques et de représentations culturelles ou raciales74. Cette phase est aussi en partie une réaction à la troisième phase centrifuge. Alors qu’ils adoptent généralement une stratégie (centripète) d’assimilation au centre parisien en phase avec la demande plus grande du marché français, les écrivains rédacteurs du Manifeste pour une littérature-monde en français en 2007 déclarent néanmoins que le centre « n’est plus le centre75 », affirmation centrifuge qui s’appuie sur l’exemple anglophone et sur la notion de World literature. Comme le montre Claire Ducournau76, cette contestation centrifuge a permis à l’édition française, et à Gallimard en particulier, d’élaborer une stratégie centripète de captation des périphéries, et d’achever ainsi son repositionnement sur un marché international de la littérature de plus en plus soumis au marché américain, dans lequel les écrivains postcoloniaux sont particulièrement appréciés. Comme l’a montré Gisèle Sapiro, le Centre national du livre français a ainsi décidé au tournant des années 1990 d’accorder ses aides non plus aux « écrivains français » mais à tous les « écrivains de langue française77 » : P. Casanova dit avec justesse que « les écrivains excentrés sont devenus l’un des enjeux majeurs [des] luttes » entre centres systémiques78. Le cnl a également mis en place une politique unique au monde d’aide à l’intraduction (traduction vers le français) afin de faire de la France le champion de la « diversité culturelle » face à l’hégémonie anglophone en captant les petites langues79.

27Cette capacité du centre francophone à se renouveler pour perpétuer sa domination ne doit pas conduire à souscrire aux « théories de la dépendance » qui soulignent la perpétuation structurelle de la captation des richesses des périphéries par le centre. Au contraire, j’ai souligné le caractère dialectique des processus historiques centrifuges et centripètes, l’indépendance acquise à différents niveaux par les périphéries (au point de constituer parfois des centres secondaires), et l’existence de concurrences inter-systémiques. Prendre en compte la diversité des types de dépendances (symbolique, spécifique, linguistique, fonctionnel, consécratoire) permet de ne pas réduire la relation entre centres et périphéries à une domination « univoque » : mouvantes dans l’histoire, les relations entre champs littéraires d’une aire linguistique sont en outre très différentes dans les aires polycentriques et monocentriques.

Espaces littéraires plurilingues

  • 80 Yasemin Yildiz, Beyond the Mother Tongue: The Postmonolingual Condition, New York, Fordham Univ Pre (...)

28Si, par définition, les aires linguistiques sont monolingues, on a vu qu’en réalité elles étaient traversées par une importante hétérogénéité linguistique, perçue comme telle au sein d’une langue littéraire censément partagée. Au croisement de ces aires linguistiques, de nombreux territoires identifiés (nationaux, régionaux…) connaissent la coexistence/concurrence de plusieurs langues littéraires : des espaces littéraires plurilingues. L’étude de ces espaces a été négligée jusqu’à présent, à cause de ce que j’appelle un monolinguisme méthodologique, lui-même la conséquence de ce que Yasemin Yildiz a appelé le « paradigme monolingue80 » qui s’est imposé depuis le xixe siècle. La majeure partie des études se concentrent sur la manière dont les écrivains retravaillent leur langue d’écriture à partir de leur langue maternelle (voir plus haut), faisant obstacle à une appréhension plus structurelle ou du moins collective de ces espaces.

  • 81 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation. Book Translations as a Cultural World-System  (...)
  • 82 Pascale Casanova, « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme échange (...)
  • 83 Blaise Wilfert, « Cosmopolis et l’Homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en Fra (...)
  • 84 Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses universitaires de France, (...)
  • 85 Marie-Andrée Beaudet (dir.), Échanges culturels entre les deux solitudes, Laval, Presses de l’Unive (...)
  • 86 Karima Laachir, « The Aesthetics and Politics of “Reading Together” Moroccan Novels in Arabic and F (...)
  • 87 Francesca Orsini, « The Multilingual Local in World Literature », Comparative literature, vol. 67, (...)
  • 88 Pierre Bourdieu, « Existe-t-il une littérature belge ? Limites d’un champ et frontières politiques  (...)
  • 89 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit, chapitre 1, « Prague : divisions politiques et déchirem (...)

29Dans une perspective socio-historique, les études sur la traduction81, dont celles de P. Casanova82, les traducteurs83, et de manière générale les médiateurs culturels84, ont profondément renouvelé les approches sur les espaces plurilingues. C’est dans les pays concernés par ce plurilinguisme que s’est développée une forte tradition d’étude des espaces plurilingues (en particulier la Belgique ou le Canada), mais elle a longtemps consisté en une juxtaposition de chapitres écrits par différents spécialistes85. On remarque une nouvelle tendance à « lire ensemble86 » les littératures de langues différentes dans un « local multilingue87 », en particulier pour le cas indien. Mais le souci politique d’observer les multiples manières de déjouer le nationalisme linguistique empêche parfois de considérer le désir de nombreux écrivains de construire des murs identitaires plus que des ponts. Je privilégie pour cette raison, la notion de plurilinguisme, qui invite à observer des relations actuelles entre langues, de définition réciproque, de rapports de force, et de transferts ; plutôt que celle de « multilinguisme » qui postule une égalité entre une infinité de langues. Pas plus que Bourdieu dans son article sur la littérature belge88, P. Casanova n’a théorisé les espaces littéraires plurilingues. Cependant son étude du Prague du début du xxe siècle dans Kafka en colère89 en est un exemple pratique magistral, et où, à la différence de La République mondiale des lettres, elle adopte une méthodologie également institutionnelle.

  • 90 Peter von Matt, Sang d’encre : Voyage dans la Suisse littéraire et politique, traduit par Colette K (...)

30Les pays officiellement plurilingues présentent une tension entre deux conceptions de la nation, l’une herdérienne, cherchant les moyens politiques d’une coïncidence entre langue et nation ; et l’autre fondée sur une appartenance politique, acceptant le plurilinguisme présent sur le territoire et cherchant les moyens d’une égalisation entre les langues. De même, dans l’espace littéraire plurilingue s’opposent une définition linguistique et une définition politique des limites de la littérature nationale. Les écrivains suisses font ainsi partie, selon Peter von Matt, de « deux espaces d’existence différents, l’un national et politique, l’autre linguistique et littéraire90 ».

31Cette situation rend difficile une autonomisation complète des écrivains par rapport aux enjeux politiques de leur langue : leur matière première n’est jamais tout à fait neutre pour eux. Après avoir élaboré une typologie des espaces littéraires plurilingues, j’observerai dans les champs littéraires plurilingues, malgré les hiérarchies entre les langues, sous quelles conditions des transferts sont possibles.

Typologie des espaces littéraires plurilingues

32Par hypothèse, tout territoire peut être considéré comme plurilingue, d’un point de vue social mais aussi littéraire. Mais tous les espaces littéraires ne font pas de la question linguistique un enjeu. Cela tient à la diversité d’organisation politique et de politique linguistique mises en place dans les pays.

  • 91 Jean-Yves Casanova, « Frédéric Mistral et les écrivains français : de Lamartine à Maurice Barrès. I (...)
  • 92 Richard Jacquemond, Entre scribes et écrivains, op. cit, p. 152-154.
  • 93 Wiebke Sievers, « From Monolingualism to Multilingualism? The Pre- and Post-monolingual Condition i (...)

33On peut parler de champ littéraire monolingue quand l’enjeu linguistique n’est que ponctuel en son sein. Typiquement, ces champs existent dans les pays qui sont parvenus à une forte unification linguistique. Il n’en reste pas moins que la question linguistique peut ponctuellement devenir un enjeu du champ. C’est le cas lors de la reconnaissance parisienne de Frédéric Mistral : malgré le souci de ce dernier de présenter l’occitan comme une langue régionale ne venant pas concurrencer le français au niveau national, son succès parisien a été l’occasion d’un rappel à l’ordre sous forme de polémique, rappelant un implicite du champ : la littérature française doit être de langue française91. C’est a fortiori le cas pour les champs littéraires moins centraux au sein de leur aire linguistique. En Égypte92, fer de lance du panarabisme sous Nasser, la littérature a été monolingualisée au point d’exclure de son histoire littéraire ses écrivains francophones (Edmond Jabès, Georges Henein). Si l’avant-garde poétique, se voulant autonome des idéologies d’État, a réintroduit ces figures dans les années 1980 en les traduisant, rares sont encore les histoires littéraires à les citer : on constate pourtant aujourd’hui l’intégration plus ou moins consensuelle de l’écrivaine anglophone Ahdaf Soueif à la littérature égyptienne. Comme un rejet du « paradigme monolingue », on observe se déployer ces dernières décennies ce que l’on peut appeler paradigme multiculturel dans les capitales de l’immigration mondiale. Ainsi en Autriche, le paradigme monolingue, prégnant dans les années 1970-1980, est en train d’être battu en brèche de manière officielle, non sans polémiques : en 2018, le Größer Österreichischer Staatspreis (Grand prix de l’État autrichien) a été remis à Florjan Lipuš, qui écrit dans une langue régionale de l’Autriche (le slovène), et le Peter-Rosegger-Literaturpreis à l’écrivain congolais Fiston Mwanza Mujila, vivant à Graz mais continuant à écrire en français93.

  • 94 Ann-Mari Gunnesson montre pour les écrivains flamands la variabilité du « choix » de la langue d’éc (...)
  • 95 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit., p. 247.
  • 96 Ibid., p. 112-113.

34On peut parler de champ littéraire plurilingue quand l’enjeu linguistique est structurel et majeur. Il y a concurrence pour l’expression linguistique légitime de la nation, qui reste le plus souvent l’objet central de l’illusio des écrivains concernés. C’est le cas en particulier dans les pays post-coloniaux où la langue de l’ancien colonisateur a conservé un statut social voire politique. La politisation de la question linguistique fait de la langue d’écriture un « choix » dont l’écrivain est comptable quand bien même il n’en maîtrise aucune autre94, comme Kafka95. Ce champ littéraire subsume un ensemble de sous-champs monolingues qui ont une forte indépendance de fonctionnement ; ce qui permet aux écrivains d’« oublier » parfois la dimension politique de leur langue d’expression, en particulier pour le sous-champ dominant. P. Casanova montre le déni des « Allemands » pragois, continuant à agir « comme si » leur hégémonie n’était pas remise en cause par l’émancipation des écrivains tchèques96. La question linguistique est permanente de manière au moins souterraine, et est en partie la réfraction des enjeux linguistiques présents au niveau du champ politique. C’est pourquoi, si cette situation peut conserver une relative stabilité dans certains champs littéraires, elle peut à l’inverse être résolue par deux types d’actions politiques. La première est l’unification linguistique du territoire : les nationalismes d’Europe centrale ont permis, par l’indépendance de leurs pays obtenue à la suite des deux guerres mondiales, de constituer des champs littéraires monolingues, débarrassés de leurs minorités germanophones (ces dernières ont généralement été intégrées dans la « littérature allemande »). La seconde est la ségrégation territoriale des langues.

  • 97 Montserrat Bacardí, Francesc Foguet i Boreu et Enric Gallén (dir.), La Literatura catalana contempo (...)

35Les espaces littéraires plurilingues, où l’enjeu linguistique reste structurel, mais secondaire, sont typiquement le produit de ces solutions politiques. Leur modèle est la fédération, organisation territoriale accordant une indépendance culturelle très large aux régions (ou « provinces », « communautés »…). C’est le cas aujourd’hui de plusieurs pays européens, comme la Belgique, l’Espagne et la Suisse ; ou encore du Canada. L’espace littéraire plurilingue subsume une pluralité de champs relativement indépendants, qui peuvent être monolingues (généralement) mais parfois encore plurilingues. L’espace littéraire espagnol est ainsi plurilingue, composé d’un champ littéraire monolingue castillan dominant, et de champs littéraires plurilingues, comme le champ littéraire catalan97. Ce n’est plus que ponctuellement que les écrivains catalans investissent leur illusio dans l’espace littéraire espagnol. À l’inverse, le champ littéraire catalan reste plurilingue, et d’autant plus que Barcelone est, de longue date, la principale capitale éditoriale de la littérature castillane : 75 % de la production éditoriale barcelonaise est aujourd’hui en castillan. La langue reste donc un enjeu majeur pour les écrivains du champ littéraire catalan ; même si pour nombre d’écrivains catalans de langue castillane ce champ est l’objet d’un investissement secondaire par rapport à la participation au champ littéraire castillan.

  • 98 Pour une tension équivalente entre identification linguistique et territoriale, voir le cas basque  (...)
  • 99 Mathilde Sempé, L’Invention d’une identité régionale : la Bretagne et le livre (1945-2014), Thèse d (...)

36Il faut noter que, pour les entités politiques qui ne sont pas pleinement indépendantes, donc soumises à un potentiel conflit de loyauté nationale et d’illusio littéraire, on parlera alternativement de champ ou d’espace littéraire plurilingue. Les Bretons bretonnants98 ne participent pas au champ littéraire français (monolingue en langue française), mais s’investissent dans un champ littéraire breton. Celui-ci est bilingue dans la mesure où l’un des enjeux majeurs de ces écrivains est de dénier aux Bretons francophones leur légitimité à représenter la « littérature bretonne ». Ceci est d’autant plus paradoxal que rares sont les Bretons francophones à investir leur illusio dans ce champ littéraire breton : la plupart participent spontanément au champ littéraire français, et seulement de manière ponctuelle à ce qui est pour eux un espace littéraire breton, que structurent notamment les actions culturelles et les subventions du Conseil régional de Bretagne ou certains festivals99.

Hiérarchies des langues au sein des champs littéraires plurilingues

37À l’image du reste de leurs sociétés, les conflits linguistiques restent particulièrement vifs dans les champs littéraires plurilingues. Au travers de la question linguistique, qu’il s’agisse des langues reconnues comme telles ou non, le champ littéraire se trouve fortement politisé.

Les guerres de langues

  • 100 Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, op. cit.
  • 101 Douglas A. Kibbee, Language and the Law: Linguistic Inequality in America, Cambridge, Cambridge Uni (...)
  • 102 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit., p. 51-2.

38Les inégalités entre les langues littéraires sont pour partie la réfraction des inégalités politiques, sociales et symboliques100. On peut parler de discrimination linguistique101 quand l’accès à certaines positions sociales dépend de la maîtrise d’une langue. Les ordonnances linguistiques du gouvernement Bardeni en 1897 ont débouché sur de violents conflits, car la minorité germanophone, jusque-là dominante économiquement et politiquement, s’estimait discriminée par l’imposition du bilinguisme dans l’administration tchèque102. Ces inégalités ont des conséquences sur la littérature : l’assèchement de la littérature en breton jusqu’au xxe siècle est la conséquence de la francisation des élites bretonnes ; et la qualité sociale du public a des conséquences sur les hiérarchies entre langues littéraires.

  • 103 Abram de Swaan, Words of the World: the Global Language System, Cambridge, Polity, 2001. Voir aussi (...)
  • 104 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 43.
  • 105 Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, « Qu’est-ce qu’une périphérie littéraire ? », dans Des littératu (...)
  • 106 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation », art. cit., p. 434.
  • 107 Gisèle Sapiro, « L’importation de la littérature hébraïque en France », Actes de la recherche en sc (...)
  • 108 Pascale Casanova, « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme échange (...)
  • 109 Entretien personnel avec Marcel Bois, Alger, 23 mai 2012.

39Ces hiérarchies tiennent aussi d’enjeux spécifiques. P. Casanova établit un lien étroit entre l’ancienneté du corpus et le prestige littéraire d’une langue. S’inspirant du « système global des langues103 » d’Abram de Swaan, elle estime également que l’on peut mesurer la centralité littéraire d’une langue, non pas à son nombre de locuteurs, mais au nombre de polyglottes (traducteurs, éditeurs…) qui la lisent voire la pratiquent104. Le plurilinguisme collectif d’un champ littéraire voire d’une aire linguistique (il n’y a jamais eu d’écrivain bretonnant monolingue105) est signe de son caractère dominé, et peut mener à la disparition de sa langue littéraire. Plus que sur la quantité de textes traduits106, P. Casanova attire l’attention sur la qualité des traducteurs et la stratégie qui sous-tend l’exportation ou l’importation107 des textes, pour évaluer les rapports hiérarchiques et de dépendance entre les langues108. Ainsi, en Algérie, la très grande majorité des traductions du français vers l’arabe sont le fait d’écrivains, souvent reconnus dans le sous-champ de langue arabe, tandis que la majorité des traductions de l’arabe vers le français depuis l’indépendance est le fait d’un prêtre naturalisé algérien, Marcel Bois, qui revendique avant tout un divertissement de linguiste109. Relativement indépendant du sous-champ de langue française d’un point de vue fonctionnel, le sous-champ de langue arabe n’en est pas moins dépendant d’un point de vue spécifique, dans la mesure où la littérature algérienne francophone, appuyée sur le capital littéraire de la littérature française, parait « en avance ».

  • 110 Pour le cas breton, comparer les situations : Mathilde Sempé, « La revue bretonne Ar Falz : “l’art (...)
  • 111 Ronan Calvez, « Rome, Capitale de la Bretagne », dans Des littératures périphériques, sous la direc (...)

40Dans un champ littéraire plurilingue, ces inégalités (non seulement socio-politiques, mais encore littéraires) peuvent en effet faire l’objet d’une prise en charge politique, militante et/ou par des institutions publiques110, afin de rééquilibrer, voire d’inverser le rapport de force. Cela a pour conséquence une répartition des sous-champs littéraires entre un pôle nationalisé, qui peut rester prestigieux dans la première phase d’indépendance nationale du champ, et un pôle relativement autonome du pouvoir politique. Cette hétéronomie politique de la langue dominée prend souvent le relais de l’hétéronomie religieuse : l’indépendance linguistique des locuteurs du breton en France111 ou de l’arabe dans l’Algérie coloniale a été la contrepartie de leur soumission aux pouvoirs religieux.

  • 112 Tristan Leperlier, « Entre Alger et Paris : des écrivains aliénés ? », Littérature, n° 189, mars 20 (...)
  • 113 Pour plus de détails, voir Tristan Leperlier, Algérie, Les écrivains dans la décennie noire, op. ci (...)

41Alors qu’à l’indépendance de l’Algérie les écrivains de langue française étaient très majoritaires, l’arabisation du champ littéraire est passée par diverses mesures politiques. À court terme, par la préférence accordée aux arabisants dans les institutions littéraires nationalisées ; à long terme, par la démocratisation de l’enseignement en arabe et l’élitisation de l’enseignement en français. À moyen terme, cependant, l’arabisation des écrivains, fondée sur la diffusion du discours de l’« aliénation112 » des francophones, a été un échec : aucun écrivain de langue française n’est passé à l’écriture en arabe standard s’il n’avait eu une éducation primaire en arabe. Par ailleurs une partie des deux sous-champs, surtout francophone mais aussi arabophone, s’est autonomisée du pouvoir politique et de l’idéologie nationaliste dans les années 1980, assumant un rapport décomplexé aux langues. Si la guerre civile des années 1990 est, en partie, devenue une « guerre des langues » dans le champ littéraire, ce n’est pas parce qu’elle aurait été essentiellement un « choc des civilisations », mais du fait d’un rapport différent des deux sous-champs à l’autonomie, elle-même articulée aux pôles national et international (ce dernier étant plus autonome politiquement, mais davantage soumis aux contraintes du marché, en l’occurrence français113).

Diglossie littéraire

  • 114 Jean-Baptiste Marcellesi, Sociolinguistique : épistémologie, langues régionales, polynomie, Paris/B (...)
  • 115 Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, op. cit. p. 286.
  • 116 Philippe Gardy et Robert Lafont, « La diglossie comme conflit : l’exemple occitan », Langages, 1981 (...)
  • 117 Charles Ferguson, « Diglossia », Word. Journal of the Linguistic Circle of New York, août 1959, vol (...)
  • 118 Walter Jackson Ong, Oralité et Écriture : La technologie de la parole, traduit par Hélène Hiessler, (...)
  • 119 Sory Camara, Gens de la parole : Essai sur la condition et le rôle des griots dans la société malin (...)
  • 120 Karin Barber, The Anthropology of Texts, Persons and Publics. Oral and written culture in Africa an (...)

42Les différences voire inégalités sociales et littéraires évoquées jusqu’ici ont porté sur des langues reconnues comme telles. La sociolinguistique a établi que la différence entre un « dialecte » et une « langue » n’était pas que d’ordre linguistique (critère de l’intercompréhension : langue polynomique114) ou morphologique (standardisation écrite) mais aussi d’ordre politique : l’identification d’une langue (le « français » du roi par rapport au latin, le « corse » par rapport au français et l’italien…) est un « acte de magie sociale115 », visant à recatégoriser le monde social. C’est à ce titre que des chercheurs116 ont critiqué le concept de « diglossie117 » fondé par Fergusson pour ce que sa vision synchronique de la répartition fonctionnelle entre les variétés orales et écrites d’une même langue pouvait avoir de dépolitisé. Or, les enjeux de reconnaissance en tant que « langue » sont liés aux enjeux de reconnaissance de la capacité de ces mêmes langues à produire de la « littérature ». Parlant d’« oraliture » voire de « littérature orale », historiens118 puis anthropologues119 de la littérature ont montré qu’il n’y avait pas lieu de dénier aux pratiques orales une forme possible de littérarité, allant même jusqu’à dissoudre la frontière entre oral et écrit120. Mais là encore le critère formel est insuffisant si l’on n’y adjoint pas un critère social voire politique. L’étude dynamique d’un espace littéraire multilingue se doit donc d’inclure une analyse des définitions conflictuelles de la « littérature », entre langues littéraires majoritairement écrites et majoritairement orales.

  • 121 Entretien personnel avec Ahmed Oumhani, téléphone, 27 mai 2015.
  • 122 Entretien personnel avec la poétesse Zineb Laouedj, Paris, 25 février 2014.
  • 123 Abdou Elimam, Le Maghribi, langue trois fois millénaire : explorations en linguistique maghrébine, (...)

43Pourtant de longue tradition andalouse (chiʽr al-malḥūn), l’arabe dialectal (dardja) a été déclassé par l’arabe standard (dit souvent « arabe littéraire ») en tant que langue d’expression littéraire dans la première moitié du xxe siècle, par le développement du réformisme musulman et l’importation européenne (et arabe après la Nahda) de l’écrit comme critère premier de littérarité. L’établissement tardif de cette diglossie littéraire (l’arabe dialectal restant peu écrit, mais performé), là où existait un continuum de pratiques, est allé de pair avec une bipartition sociale des auteurs : les poètes en arabe dialectal, éloignés des grandes villes littorales, sont souvent peu ou pas diplômés, et dépendent des professeurs d’université du nord du pays (eux-mêmes poètes en arabe standard) pour l’organisation de festivals et concours. Comme l’expliquait le « poète populaire » (chā῾ir cha῾bī) Ahmed Oumhani121, l’attribution des prix dépend en partie de la qualité du « costume traditionnel » local, signe flagrant de folklorisation de cette littérature. Si cette diglossie est généralement acceptée par les poètes concernés, elle est dénoncée par des poètes plus dotés socialement, et qui ont commencé leur carrière en tant que poètes en arabe standard122. Un linguiste va même jusqu’à recatégoriser l’arabe dialectal comme « Maghrebi123 » afin de le sortir de la relation diglossique avec l’arabe standard.

  • 124 Entretien avec Mouloud Azzoug, Béjaia, 4 novembre 2016.
  • 125 Mohand-Akli Salhi, Etudes de littérature kabyle, Alger, ENAG, 2011 ; Amar Ameziane, Tradition et re (...)
  • 126 Tassadit Yacine, Aït Menguellet chante, Paris, La Découverte, 1989.

44Du fait de conceptions différentes de la « littérature », le Kabyle Mouloud Azzoug (né dans les années 1950), dont les « poésies » sont toujours accompagnées de musique, dit avoir été surpris, lorsqu’il a déposé sa première « cassette » à l’Office National des Droits d’Auteur d’Alger au début des années 1990, d’être classé comme auteur-compositeur-interprète, et non comme poète124. Les limites définitionnelles entre poésie et chanson révèlent même des enjeux politiques, la reconnaissance de la littérarité d’une langue permettant d’asseoir une revendication nationale. Dans une Algérie se proclamant arabe, le Mouvement culturel berbère a instrumentalisé la question littéraire depuis la fin des années 1970 afin de faire du Berbère renommé « Tamazight » (en particulier dans ses variantes kabyles) une langue nationale125. Dans ce contexte, en l’absence d’un patrimoine littéraire écrit (qui commençait tout juste à émerger : Amar Mezdad), les chanteurs kabyles, souvent engagés dans ce combat, ont pu se voir qualifiés de « poètes », comme Lounis Aït Menguellet. La littérarisation de la langue s’est poursuivie par un passage à l’écrit : Aït Menguellet est ainsi traduit en français et publié en France par l’anthropologue Tassadit Yacine126. Récemment ses chansons ont également été traduites et publiées en arabe (par Belkacem Sadouni en 2009), ce qui va dans le sens de la reconnaissance officielle récente de cette langue comme composante de l’identité nationale.

L’Amour des solitudes : Conditions de l’échange entre les langues littéraires

  • 127 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit., p. 105.
  • 128 Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, op. cit.
  • 129 Gail Scott, « Mon Montréal : Notes d’un écrivain anglophone », dans Échanges culturels entre les de (...)
  • 130 Ann-Mari Gunnesson, Les Écrivains flamands et le champ littéraire en Belgique francophone, op. cit. (...)

45En 1945 paraissait Two Solitudes du Canadien anglophone Hugh MacLennan, dont le titre sert depuis à résumer les relations entre anglophones et francophones au Canada. De fait, les littératures d’un même champ littéraire, a fortiori d’un même espace littéraire, sont très largement indépendantes les unes des autres, ce qui justifie en grande partie le monolinguisme méthodologique des histoires littéraires. Comme le note P. Casanova, « l’espace littéraire pragois était formé de trois sous-univers : l’allemand, le tchèque, et le juif. Quoiqu’apparemment proches, ils étaient en réalité très éloignés les uns des autres127. » En réalité, la proximité renforce autant les volontés de différenciation que les désirs d’échanges, ou plutôt de « transferts128 ». Par ailleurs cette « proximité » est diversement assurée : on opposera l’hypercentralisme parisien (Quartier latin-Saint Germain) ou algérois (Didouche Mourad-Larbi Ben Mehdi) des années 1960-70 aux villes moins centralisées (Montréal) voire ségrégées (Beyrouth à partir de la guerre civile). Les conditions de vie communes, et surtout les combats communs (nationalisme, socialisme, féminisme…) conduisent à des rencontres par-delà les langues129. Rarement atteint de manière collective, le plurilinguisme témoigne en réalité de relations inégalitaires entre les groupes linguistiques, puisque ce sont les groupes linguistiquement dominés qui sont plurilingues. Pour éviter cette situation, les écrivains peuvent utiliser une langue tierce, comme l’arabe dialectal en Algérie ou l’anglais en Belgique ; ou passer par la traduction. Les présentations journalistiques ou universitaires d’une littérature, les éditions conjointes, ou les organisations d’évènements conjoints constituent d’autres types de médiation culturelle entre les solitudes, par ceux qu’Ann-Mari Gunnesson appelle justement des « passeurs de champs130 ».

  • 131 Voir, en Algérie, pour la littérature de langue arabe, Marcel Bois, « Arabic-Language Algerian Lite (...)
  • 132 Matteo Pedroni, « Périphéries littéraires au cœur de l’Europe. Quelques réflexions sur le cas suiss (...)

46Le cadre national a un impact unificateur fort sur les littératures écrites dans différentes langues. Ainsi de l’incitation étatique à produire une littérature nationaliste131 dans la phase d’émergence du champ littéraire national. Les États plurilingues mettent souvent en place des mesures incitant à la publication de traductions. C’est le cas en Suisse avec la « Collection CH » depuis 1974. Certains textes ou auteurs, marginaux dans leur aire linguistique, peuvent exister au niveau national par le biais de traductions : ainsi de la littérature tessinoise (suisse-italienne) qui, quand elle ne trouve pas à se faire publier à Milan, existe d’abord par sa traduction en allemand à Zürich132.

  • 133 Sur les liens entre traduction et politique, voir par exemple, Ioana Popa, Traduire sous contrainte (...)

47Loin d’être toujours le fait du pôle le plus autonome du champ littéraire, aspect sur lequel se concentre P. Casanova dans son étude sur les traductions au niveau mondial, ces transferts entre solitudes sont donc souvent liés à des considérations politiques133. Suivant que la politique officielle de l’État central est à l’union et à la dénégation des inégalités linguistiques, comme dans la Belgique unitariste ou le Canada d’avant la Révolution tranquille ; ou au contraire à la ségrégation, comme en Algérie jusqu’aux années 1990, l’attitude des écrivains du pôle le plus autonome des différents (sous-)champs ne sera pas équivalente : le rapprochement entre les langues clive politiquement dans le premier cas, et rapproche littérairement dans le second cas.

Ponts politiques et frontières littéraires

  • 134 Richard Giguère, « Poètes, revues et édition littéraires de langue anglaise et de langue française (...)

48Alors que, dans la première moitié du xxe siècle, Montréal est la capitale littéraire des Canadiens francophones comme des anglophones, et que la situation des deux littératures vis-à-vis de leurs centres linguistiques respectifs (Londres et Paris) est très comparable, elles fonctionnaient de manière tout à fait indépendante. C’est en parallèle que, dans les années 1920, les poètes cherchent à rattraper leur retard par rapport à leurs littératures de référence (revues The McGill Fortnightly Review anglophone et Nigog francophone), et que, dans les années 1940, ils s’en différencient timidement par la référence à la littérature américaine et la promotion du modernisme (John Sutherland et First Statement ; Saint-Denys Garneau et La Nouvelle Relève)134.

  • 135 Patricia Godbout, « “Des livres à la fois si proches et si lointains” : les échanges littéraires à (...)
  • 136 Ibid, p. 81. Voir aussi Patricia Godbout, Traduction littéraire et sociabilité interculturelle au C (...)

49Des initiatives ponctuelles existent pourtant en vue de créer des espaces bilingues, avec ou sans traduction, parfois d’ailleurs sous l’impulsion d’étrangers (français) : les éditions du Mercure/Mercury Press de Louis Carrier à la fin des années 1920 ou la collection « Deux Solitudes » fondée par le Français Pierre Tisseyre au sein du Cercle du livre de France dans les années 1970-80. C’est par l’intermédiaire du poète français Pierre Emmanuel que le poète anglophone Franck Scott organise chez lui au milieu des années 1950 des rencontres entre poètes montréalais des deux langues. Mais comme l’explique l’anglophone Louis Dudek, « We were glad to meet them. They were glad to meet us. That was about it135 ». En 1956, le journaliste puis universitaire francophone Jean-Charles Bonenfant (spécialiste de littérature canadienne-anglaise) estime que, pour les Canadiens-français, « la littérature canadienne-anglaise est une littérature étrangère136 ».

  • 137 Sur les métaphores, discrètement politiques, utilisées pour rendre compte des espaces plurilingues, (...)
  • 138 Kathy Mezei, « Translation as Metonymy: Bridges and Bilingualism », Ellipse, 51, p. 88-89.
  • 139 Le politiste Jean Laponce a déterminé une loi de « l’amour qui tue » dans les espaces plurilingues  (...)
  • 140 Voir en particulier Betty Bednarski, Autour de Ferron : littérature, traduction, altérité, Toronto, (...)
  • 141 Annie Brisset, Sociocritique de la traduction : théâtre et altérité au Québec, Longueuil, Le Préamb (...)
  • 142 Pascale Casanova, La Langue mondiale, op. cit., p. 61 sqq.

50L’origine de cette ignorance largement partagée est différente : elle est l’expression d’un désintérêt distrait de dominant de la part de la majorité des anglophones, mais découle de plus en plus d’un choix de la part des francophones. Dans les années 1950, il existe en effet un décalage entre les efforts effectués par une minorité de poètes anglophones de traduction vers l’anglais de leurs homologues francophones, et la quasi-absence de réciprocité de la part des francophones, qui ne s’explique pas uniquement par leur meilleure connaissance de l’anglais. C’est que, à l’inverse des anglophones, les francophones sont alors davantage soucieux de construire des « frontières » que des « ponts137 ». Comme l’explique Kathy Mezey, la traduction relève autant si ce n’est plus d’un intérêt politique, celui de contribuer à l’union au sein du Canada, que d’un intérêt littéraire138. Les ambiguïtés de cet amour des solitudes, à la fois solitudes qui se cherchent mutuellement, et recherche de l’isolement139, est très sensible chez certains souverainistes québécois de la Révolution tranquille. Jacques Ferron140, qui proclame à la fois son unilinguisme et son goût des auteurs anglais, présente en 1972 son roman Les Confitures de coings comme un Anti-Two Solitudes, et use de l’hétérolinguisme pour rendre sensible la domination de la langue anglaise. Quant à Michel Garneau, en retraduisant Shakespeare non pas « de l’anglais » mais « en québécois141 », il fait de la traduction une « conquête142 », mettant le symbole de la langue anglaise au service de l’émancipation de la langue et de la littérature québécoise par rapport aux littératures canadienne et française. Le conflit linguistique est encore un lien entre les langues.

  • 143 Lieven Tack, « (D)Écrire l’altérité flamande dans les pratiques discursives francophones belges (18 (...)
  • 144 Jean-Marie Klinkenberg, « L’idéologie de la “littérature nationale” (1830-1839) », dans Studia belg (...)
  • 145 Lieven D’Hulst, « Traduire la poésie entre 1830 et 1880 : quelques observations liminaires », dans (...)
  • 146 Reine Meylaerts, L’Aventure flamande de la Revue belge : langues, littératures et cultures dans l’e (...)

51Dans la Belgique de la fin du xixe siècle, l’attitude d’autonomie d’une petite revue comme La Jeune Belgique par rapport à l’État passe par une méfiance à l’égard des lettres flamandes et du plurilinguisme143 (tout en cherchant à se différencier de la littérature française par le recours à la matière de Flandre144). À l'inverse les grandes revues comme La Revue de Belgique relaient l’idéologie unitariste de l’État belge et son discours sur l’égalité entre les deux cultures de la Belgique. Pour autant la réalité de la prise en compte de la littérature de langue flamande y est très ambiguë. Les traductions de la poésie flamande dans ce type de revue sont certes nombreuses, mais elles sont généralement intégrées à des comptes rendus, assortis parfois de commentaires ethnographiques, privant les textes de leur valeur littéraire, plus proches en cela des textes portant sur la culture wallonne que des traductions proprement dites depuis les autres langues européennes145. Cette attitude condescendante à l’égard de la littérature flamande est encore sensible dans les années 1920-1930 avec La Revue belge146.

Alliances stratégiques au pôle autonome

  • 147 Derek Attridge et Rosemary Jolly (dir.), Writing South Africa: Literature, Apartheid, and Democracy (...)
  • 148 Pour une analyse détaillée des relations, Tristan Leperlier, « On Islands and Deserts: Algerian Wor (...)
  • 149 « Oran à l’heure des poètes », Algérie-Actualité, n° 918, 19-25 mai 1983.

52À l’inverse, dans les situations nationales qui imposent une seule langue, le pôle le plus autonome du champ promeut le plurilinguisme. C’est le cas dans l’Afrique du sud de l’Apartheid147, ou encore de l’Algérie post-coloniale148. Mais cette fois l’enjeu est plus nettement littéraire que politique. En rendant compte depuis 1976 d’évènements et de parutions en français, arabe et kabyle, le jeune journaliste Tahar Djaout (né en 1954) est un médiateur culturel central dans l’Algérie des années 1980. Également poète puis romancier de langue française, il met en avant les jeunes poètes de sa génération, quelle que soit leur langue, qui refusent « la poésie de la célébration ou de l’ornementation149 ». Cette recherche commune d’autonomie par rapport à la littérature nationaliste ne conduit pas néanmoins à une égalité de traitement des poètes francophones et arabophones : les comptes rendus de Djaout sur ces derniers ont une tonalité paternaliste exprimant l’idée d’un retard par rapport à la poésie francophone, appuyée quant à elle sur la poésie française située au méridien littéraire de Greenwich.

  • 150 Ou « littérature transitive ». Voir Dominique Viart et Bruno Vercier, La Littérature française au p (...)

53La tonalité est en revanche nettement positive concernant le romancier arabophone Tahar Ouettar (né en 1936). On assiste alors à un échange de reconnaissance entre le jeune écrivain prometteur de langue française et la figure centrale du sous-champ de langue arabe. C’est une forme d’alliance qui se noue en fait contre l’écrivain majeur du champ littéraire algérien, Rachid Boudjedra (né en 1941). Reconnu depuis La Répudiation parue en France en 1969, qui participait de la rupture formaliste introduite en Algérie par Kateb Yacine avec Nedjma en 1956, cet écrivain francophone avait mis en scène son passage à la langue arabe au début des années 1980. En subvertissant les codes littéraires du sous-champ de langue arabe par l’usage de l’étiquette et de techniques importées du « Nouveau Roman », il avait renvoyé à l’arrière-garde Ouettar, qui revendiquait quant à lui le « réalisme socialiste », étiquette politique à laquelle son écriture était en réalité tout à fait irréductible. Le style de Ouettar est paradoxalement brandi par Djaout comme un moyen de contrer l’ascendant conservé de Boudjedra dans le sous-champ de langue française : contre le formalisme et le subversif tonitruant, Djaout valorise un sujet simple et réaliste mais confinant au merveilleux, et un engagement politique fondé sur l’absurde et l’ironie discrète. Après avoir publié à Alger, en 1981, L’Exproprié, roman dans la tradition de Kateb ou Boudjedra, Djaout publie ainsi en 1984 Les Chercheurs d’os au Seuil, mettant en pratique cette esthétique et jouant de l’intertextualité avec certains textes de Ouettar. Il se trouve alors en phase avec le « retour au réel150 » qui caractérise la littérature française post-Nouveau roman, quoique son esthétique soit irréductible, on le voit, à une application de modèles français.

  • 151 Pour un cas belge de ce type de situation inversée, voir Reine Meylaerts, « Intercultural Mediators (...)

54Ainsi, malgré les histoires littéraires différentes des deux sous-champs (introduction plus tardive de la rupture formaliste dans le sous-champ de langue arabe), l’opposition conjointe de leurs pôles les plus autonomes, tant à la littérature nationaliste dans les deux langues qu’à la figure dominante du bilingue Rachid Boudjedra, permet de surprenantes alliances et circulations, bien plus complexes que ce que l’idée de domination de la littérature francophone sur la littérature arabophone ne pourrait laisser entendre de prime abord151. De manière emblématique pourtant, Djaout et Ouettar, qui représentaient dans les années 1980 la résistance du pôle le plus autonome du champ littéraire au clivage linguistique, seront durant la décennie suivante les figures centrales de la guerre des langues que finira par devenir la guerre civile dans le champ littéraire.

Conclusion

55Cet article a cherché à conceptualiser deux types d’espaces littéraires issus d’une non-congruence entre nation et langue : les aires linguistiques et les espaces littéraires plurilingues. J’ai élaboré une typologie de ces espaces littéraires dans une perspective transnationale et plurilingue. Les aires linguistiques sont des espaces monolingues internationaux, organisant un système de dépendance entre (sous-)champs littéraires nationaux. Ces derniers peuvent être des champs littéraires plurilingues quand l’enjeu linguistique est central, ou monolingues quand il est secondaire : il peut alors être ponctuellement central au sein d’un espace littéraire (national) plurilingue. À travers l’œuvre de P. Casanova, j’ai ainsi tenté de réélaborer la notion de champ dans une perspective transnationale et plurilingue. Cela demande de prendre ses distances avec une conception maximaliste de l’autonomie des champs, qui empêcherait d’observer ces configurations où enjeux national et linguistique sont majeurs ; et de réévaluer le critère de l’illusio, investissement des écrivains structuré par des institutions, et de prendre en compte celui de l’indépendance relative des champs les uns par rapport aux autres (j’en ai distingué cinq types, des plus symboliques aux plus institutionnelles). Celle-ci est la réfraction d’enjeux politiques et géopolitiques, également nécessaires à l’appréhension de la question linguistique dans les champs, entre le modèle de l’État-nation unifié linguistiquement et le fédéralisme conférant de larges pans d’indépendances culturelles. Rapports pacifiés ou violents, d’ignorance ou de transferts unilatéraux ou réciproques, dépendent en partie de ces facteurs politiques, même, à rebours, au pôle le plus autonome des champs. C’est donc, de manière plus programmatique, à une recherche prenant ses distances non seulement avec le nationalisme méthodologique, mais encore avec le monolinguisme méthodologique, que cet article en appelle.

Haut de page

Bibliographie

« Pour une “littérature-monde” en français », Le Monde, 15 mars 2007.

Allouache Ferroudja, Archéologie du texte littéraire dit « francophone » (1921-1970), Paris, Classiques Garnier, 2018.

Ameziane Amar, Tradition et renouvellement dans la littérature kabyle, Paris, L’Harmattan, 2013.

Anderson Benedict, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, traduit par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, La Découverte, « La Découverte-poche. Sciences humaines et sociales », 2002 [1983].

Aron Paul, « Sur le concept d’autonomie », Discours social, vol. 7, n° 3‑4, 1995, p. 63‑72.

Ashcroft Bill, Griffiths Gareth et Tiffin Helen, The Empire Writes Back : Theory and Practice in Post-Colonial Literatures, London, Routledge, « New accents », 1989.

Atiyeh George N., « The Book in the Modern Arab World: The Cases of Lebanon and Egypt », dans The Book in the Islamic World. The Written Word and Communication in the Middle East, sous la direction de George N. Atiyeh, Albany/Washington, State University of New York Press/The Library of Congress, 1995, p. 233‑236.

Attridge Derek et Jolly Rosemary (dir.), Writing South Africa: Literature, Apartheid, and Democracy, 1970-1995, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

Audisio Gabriel, « L’Algérie littéraire », dans Encyclopédie coloniale et maritime, Paris, 1943.

Avanza Martina et Laferté Gilles, « Dépasser la “construction des identités”  ? Identification, image sociale, appartenance », Genèses, vol. 61, n° 4, 2005, p. 134‑152.

Bacardí Montserrat, Foguet i Boreu Francesc et Gallén Enric (dir.), La Literatura catalana contemporània: intertextos, influències i relacions, Barcelona, Societat catalana de llengua i literatura, Universitat Autònoma de Barcelona, 2013.

Barber Karin, The Anthropology of Texts, Persons and Publics. Oral and written culture in Africa and beyond, Cambridge (UK), Cambridge University Press, « New Departures in Anthropology », 2007.

Beaudet Marie-Andrée, Échanges culturels entre les deux solitudes, Laval, Presses de l’Université Laval, 1999.

Bedecarré Madeline, La Francophonie à tout prix : le rôle de la Francophonie institutionnelle dans l’accès à la reconnaissance des écrivains africains d’expression française, Thèse de doctorat, Paris, Paris Sciences et Lettres, 2018.

Bednarski Betty, « La traduction comme lieu d’échange », dans Échanges culturels entre les deux solitudes, sous la direction de Marie-Andrée Beaudet, Laval, Presses de l’Université Laval, 1999, p. 125‑165.

Bednarski Betty, Autour de Ferron : littérature, traduction, altérité, Toronto, GREF, 1989.

Biron Michel, La Modernité belge : littérature et société, Bruxelles/Montréal, Labor/Presses de l’Université de Montréal, 1994.

Blanchard Nelly et Thomas Mannaig (dir.), « Qu’est-ce qu’une périphérie littéraire ? », dans Des littératures périphériques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 11‑24.

Blanchard Nelly et Thomas Mannaig (dir.), Des littératures périphériques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Bois Géraldine, « Les écrivains peu reconnus de la région Rhône-Alpes : des membres de l’univers littéraire national », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 79‑90.

Bois Marcel, « Arabic-Language Algerian Literature », Research in African Literatures, vol. 23, n° 2, Summer 1992, p. 103‑111.

Bonn Charles, « Le Roman algérien », dans Littérature francophone. Tome 1 : Le Roman, Paris, Hatier, 1997, p. 185‑210.

Bonnet Véronique, « Les traces intertextuelles, ou l’affirmation d’un champ littéraire franco-antillais », dans Les Champs littéraires africains, sous la direction de Romuald Fonkoua et Pierre Halen, Paris, Karthala, 2001, p. 135‑149.

Bourdieu Pierre, « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, n° 246, 1966, p. 865‑906.

Bourdieu Pierre, « Existe‑t‑il une littérature belge ? Limites d’un champ et frontières politiques », Études de Lettres, décembre 1985, p. 3‑6.

Bourdieu Pierre, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126‑127, mars 1999, p. 3‑28.

Bourdieu Pierre, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Le Seuil, 2001.

Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art : Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil « Libre examen. Politique », 1992.

Bourdieu Pierre, Sur l’État : cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Points, 2015.

Brisset Annie, Sociocritique de la traduction : théâtre et altérité au Québec, Longueuil, Le Préambule, 1990.

Burnautzki Sarah, Les Frontières racialisées de la littérature française : contrôle au faciès et stratégies de passage, Paris, Champion, « Francophonies », 2017.

Calvet Louis-Jean, Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon, 1999.

Calvez Ronan, « Rome, Capitale de la Bretagne », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 267‑280.

Camara Sory, Gens de la parole : Essai sur la condition et le rôle des griots dans la société malinké, Paris/La Haye, Mouton, 1976.

Casanova Jean-Yves, « Frédéric Mistral et les écrivains français : de Lamartine à Maurice Barrès. Incompréhension, fascination et admiration », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 235‑250.

Casanova Pascale (dir.), Des littératures combatives : l’internationale des nationalismes littéraires, Paris, Raisons d’agir, 2011.

Casanova Pascale, « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme échange inégal », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 144, 2002, p. 7‑20.

Casanova Pascale, Beckett l’abstracteur : anatomie d’une révolution littéraire, Paris, Le Seuil, 1997.

Casanova Pascale, Kafka en colère, Paris, Seuil, 2011.

Casanova Pascale, La Langue mondiale : Traduction et Domination, Paris, Le Seuil, 2015.

Casanova Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, « Points. Série Essais », 2008 [1999].

Casenave Jean, « Écritures et réécritures de l’histoire d’un domaine littéraire minoritaire. Approche historiographique de la littérature basque contemporaine », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 119‑132.

D’Hulst Lieven, « Traduire la poésie entre 1830 et 1880 : quelques observations liminaires », dans Littératures en Belgique : Diversités culturelles et dynamiques littéraires/Literaturen in België : culturele diversiteit en literaire dynamiek, sous la direction de Dirk De Geest et Reine Meylaerts, Bruxelles, Peter Lang, 2004, p. 137‑151.

D’Hulst Lieven, Gonne Maud, Lobbes Tessa, Meylaerts Reine et Verschaffel Tom, « Towards a multipolar model of cultural mediators within multicultural spaces: Cultural mediators in Belgium, 1830-1945 », Revue belge de philologie et d’histoire, vol. 92, n° 4, 2014, p. 255‑1275.

De Geest Dirk et Meylaerts Reine (dir.), Littératures en Belgique : Diversités culturelles et dynamiques littéraires/Literaturen in België : culturele diversiteit en literaire dynamiek, Bruxelles, Peter Lang, 2004.

Deleuze Gilles et Guattari Félix, Kafka : Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975.

Denis Benoît et Klinkenberg Jean-Marie, La Littérature belge : précis d’histoire sociale, Bruxelles, Espace Nord, 2014.

Derive Jean, « Champ littéraire et oralité africaine » dans Les Champs littéraires africains, sous la direction de Romuald Fonkoua et Pierre Halen, Paris, Karthala, 2001, p. 87‑111.

Dirkx Paul, « Paris and Amsterdam as Translational Go-Betweens: The Evolution of Literary Translation in Belgium after World War II », dans Selected Papers of the CERA Research Seminars in Translation Studies Leuven, sous la direction de Peter Jansen et Clem Robyns, Leuven, 1995.

Doré Martin, « Stratégies éditoriales et marché international : le cas d’un éditeur canadien francophone, Hurtubise HMH », dans Les Contradictions de la globalisation éditoriale, sous la direction de Gisèle Sapiro, Paris, Nouveau Monde, 2009.

Dozo Björn-Olav et Provenzano François, « Comment les écrivains sont consacrés en Belgique », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, n° 7, 26 mai 2010, consulté le 25 septembre 2020, URL : http://journals.openedition.org/contextes/4637, DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.4637.

Ducournau Claire, La Fabrique des classiques africains : écrivains d’Afrique subsaharienne francophone (1960-2012), Paris, CNRS éditions, 2017.

Durand Pascal et Habrand Tanguy, Histoire de l’édition en Belgique, xve-xxie siècle, Bruxelles, Impressions nouvelles, 2018.

Elias Norbert, La Dynamique de l’Occident, traduit par Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 2009 [1939].

Elimam Abdou, Le Maghribi, langue trois fois millénaire : explorations en linguistique maghrébine, Alger, ANEP, 1997.

Espagne Michel et Werner Michael (dir.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire. Philologiques III, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1994.

Espagne Michel, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

Ferguson Charles, « Diglossia », Word. Journal of the Linguistic Circle of New York, vol. 15, août 1959, p. 325-340.

Francard Michel, Géron Geneviève et Wilmet Régine (dir.), L’Insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques, Louvain, Peeters /Institut de linguistiques de Louvain, 1994.

Gardy Philippe et Lafont Robert, « La diglossie comme conflit : l’exemple occitan », Langages, vol. 15, n° 61, 1981, p. 75‑91.

Gardy Philippe, « Tradition occitane et passage à l’écriture : l’obsession de l’oralité », dans Kalevala et traditions orales du monde, sous la direction de Jocelyne Fernandez-Vest, Paris, CNRS, 1987, p. 511‑522.

Gassama Makhily, La Langue d’Ahmadou Kourouma ou Le français sous le soleil d’Afrique, Paris, ACCT/Karthala, 1995.

Gauvin Lise, Langagement : l’écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000.

Giguère Richard, « Poètes, revues et édition littéraires de langue anglaise et de langue française à Montréal, 1925-1955 », dans Échanges culturels entre les deux solitudes, sous la direction de Marie-Andrée Beaudet, Laval, Presses de l’Université Laval, 1999, p. 65‑80.

Godbout Patricia, « “Des livres à la fois si proches et si lointains” : les échanges littéraires à Montréal durant les années 1950 », dans Échanges culturels entre les deux solitudes, sous la direction de Marie-Andrée Beaudet, Laval, Presses de l’Université Laval, 1999, p. 81‑92.

Godbout Patricia, Traduction littéraire et sociabilité interculturelle au Canada, 1950-1960, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2004.

Gonzalez-Quijano Yves, Les Gens du livre : édition et champ intellectuel dans l’Égypte républicaine, Paris, CNRS Éditions, « Histoire contemporaine », 1998.

Gramlin David, The Invention of Monolingualism, New York, Bloomsbury, 2016.

Grutman Rainier, Des langues qui résonnent : Hétérolinguisme et lettres québécoises [1997], Paris, Classiques Garnier, 2019.

Gunnesson Ann-Mari, Les Écrivains flamands et le champ littéraire en Belgique francophone, Göteborg, Acta Universitatis Gothoburgensis, 2001.

Halen Pierre, « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone », dans Littératures et sociétés africaines. Regards comparatistes et perspectives interculturelles, sous la direction de Papa Samba Diop et Hans-Jürgen Lüsebrink, Tübingen, Gunter Narr, 2001, p. 55‑67.

Halen Pierre, « Situation d’une littérature francophone : les “lettres belges” », dans Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives (1830-2000), sous la direction de Christian Berg et Pierre Halen, Bruxelles, Le Cri, 2000, p. 321‑339.

Harchi Kaoutar, Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne : des écrivains à l’épreuve, Paris, Pauvert, 2016.

Heilbron Johan, « Towards a Sociology of Translation. Book Translations as a Cultural World-System », European Journal of Social Theory, vol. 2, 1997, p. 429‑444.

Hokenson Jan Walsh et Munson Marcella, The Bilingual Text: History and Theory of Literary Self-Translation, Manchester/Kinderhook, Saint Jerome Publishing, 2007.

Huggan Graham, The Postcolonial Exotic, Marketing the Margins, London, Francis & Taylor, 2001.

Jacquemond Richard, Entre scribes et écrivains : Le champ littéraire dans l’Égypte contemporaine, Paris/Arles, Actes Sud, « La Bibliothèque arabe. Collection Hommes et sociétés », 2003.

Jeanpierre Laurent, Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situation d’exil. Intellectuels français réfugiés aux États-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale, Thèse de doctorat, EHESS, Paris, 2004.

Kibbee Douglas A., Language and the Law: Linguistic Inequality in America, Cambridge, Cambridge University Press, 2016.

Klinkenberg Jean-Marie, « L’idéologie de la “littérature nationale” (1830-1839) », dans Studia belgica. Aufsätze zur Literatur und Kulturgeschichte Belgiens, sous la direction de Hans-Joachim Lope, Frankfurt am Main/Bern, Peter Lang, 1983, p. 135‑153.

Klinkenberg Jean-Marie, « La production littéraire en Belgique francophone : esquisse d’une sociologie historique », Littérature, vol. 44, n° 4, 1981, p. 33‑50.

Laachir Karima, « The Aesthetics and Politics of ‘Reading Together’ Moroccan Novels in Arabic and French », The Journal of North African Studies, vol. 21, n° 1, 2016, p. 22‑36.

Laachir Karima, Marzagora Sara et Orsini Francesca, « Significant Geographies: In lieu of World Literature », Journal of World Literature, vol. 3, n° 3, 2018, p. 290‑310.

Lambert José, « L’éternelle question des frontières : littératures nationales et systèmes littéraires », dans Langue, dialecte, littérature : études romanes à la mémoire de Hugo Plomteux, sous la direction de Christian Angelet et Ludo Melis, Leuven, Leuven University Press, 1983, p. 355‑370.

Lane-Mercier Gillian, « Éléments pour un nouveau paradigme des rapports de contiguïté socioculturelle et disciplinaire. L’exemple du Canada et du Québec », dans La Traduction dans les cultures plurilingues, sous la direction de Francis Mus et Karen Vandemeulebroucke, Arras, Artois Presses Université, 2011, p. 161‑172.

Laponce Jean, Loi de Babel et autres régularités des rapports entre langue et politique, Sainte-Foy [Québec], Presses de l’université Laval, 2006.

Leonhardt Santini Maud, Paris, Librairie arabe, Marseille, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, « Parcours méditerranéens. Série Écritures », 2006.

Leperlier Tristan, “The Algerian Literary Field in the 'Black Decade': A Reinforced Polarization”, dans Culture and Crisis in the Arab World: Production and Practice in Conflict sous la direction de Richard Jacquemond et Felix Lang, London, I.B. Tauris, 2019, p. 129-144.

Leperlier Tristan, « Camus et la “littérature algérienne” : construction d’une notion stratégique dans l’espace littéraire francophone », French Politics Culture and Society, vol. 35, n° 3, 2017, p. 68‑90.

Leperlier Tristan, « D’Alger à Paris : des écrivains “aliénés” ? », Littérature, 2018, vol. 189, n° 1, p. 30‑48.

Leperlier Tristan, « On Islands and Deserts: Algerian Worlds », Journal of World Literature, vol. 4, n° 1, 2019, « The Locations of (World) Literature: Perspectives from Africa and South Asia » (Francesca Orsini et Laetitia Zecchini dir.), p. 215‑236.

Leperlier Tristan, « Un champ littéraire transnational ? Le cas des écrivains algériens », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 224, n° 4, 2018, « Champs intellectuels transnationaux » (G. Sapiro, T. Leperlier et A. Brahimi dir.), p. 12‑33.

Leperlier Tristan, Algérie, Les écrivains dans la décennie noire, Paris, CNRS éditions, 2018.

Lodge R. Anthony, Le Français : Histoire d’un dialecte devenu langue, traduit par Cyril Veken, Paris, Fayard, 1997 [1993].

Marcellesi Jean-Baptiste, Sociolinguistique : épistémologie, langues régionales, polynomie, Paris/Budapest/Torino, L’Harmattan, 2003.

Matt Peter von, Sang d’encre : Voyage dans la Suisse littéraire et politique, traduit par Colette Kowalski, Genève, Zoé, 2005.

Meizoz Jérôme (dir.), La Circulation internationale des littératures, Lausanne, Faculté des lettres de Lausanne, 2006.

Meizoz Jérôme, Le Droit de « mal écrire » : quand les auteurs romands déjouent le « français de Paris », Genève, Zoé, 1998.

Mermier Franck, « La culture comme enjeu de la métropolisation : capitales et foires du livre dans l’Orient arabe », Cahiers de la Méditerranée, n° 64, 15 juin 2002, p. 105‑117.

Mermier Franck, Le Livre et la Ville : Beyrouth et l’édition arabe, Arles, Actes Sud-Sindbad, « La Bibliothèque arabe. Collection Hommes et sociétés », 2005.

Meylaerts Reine, « Intercultural Mediators in Multilingual Cultures: Blessing or Curse », dans La Traduction dans les cultures plurilingues, sous la direction de Francis Mus et Karen Vandemeulebroucke, Arras, Artois Presses Université, 2011, p. 61‑72.

Meylaerts Reine, L’Aventure flamande de la Revue belge : langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2004.

Moura Jean-Marc, Littératures francophones et théorie postcoloniale, Paris, PUF, 1999.

Mus Francis et Vandemeulebroucke Karen (dir.), La Traduction dans les cultures plurilingues, Arras, Artois Presses Université, 2011.

Nischik Reingard M. (dir.), History of Literature in Canada: English-Canadian and French-Canadian, New York, Camden House, 2008.

Ong Walter Jackson, Oralité et Écriture : La technologie de la parole, traduit par Hélène Hiessler, Paris, Les Belles Lettres, 2014 [1982].

Orsini Francesca, « The Multilingual Local in World Literature », Comparative literature, vol. 67, n° 4, 2015, p. 345‑374.

Pacouret Jérôme et Hauchecorne Mathieu, « Autonomies des arts et de la culture. Les biens symboliques face à l’État et au marché », Biens symboliques/Symbolic Goods, n° 4, juin 2019, consulté le 25 septembre 2020, URL : https://revue.biens-symboliques.net/326.

Pedroni Matteo, « Périphéries littéraires au cœur de l’Europe. Quelques réflexions sur le cas suisse », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 59‑78.

Pinhas Luc, Éditer dans l’espace francophone : législation, diffusion, distribution et commercialisation du livre, Paris, Alliance des éditeurs indépendants, « État des lieux de l’édition », 2005.

Popa Ioana, Traduire sous contraintes : littérature et communisme, 1947-1989, Paris, CNRS éditions, 2010.

Porra Véronique, Langue française, Langue d’adoption : Une littérature « invitée » entre création, stratégies et contraintes, 1946-2000, Hildesheim/Zürich/New York, Georg OlmsVerlag, 2011.

Quaghebeur Marc, Verheggen Jean-Pierre et Jago-Antoine Véronique (dir.), Un Pays d’irréguliers, Bruxelles, Labor, 1990.

Ricard Alain, Littératures d’Afrique noire : des langues aux livres, Paris, CNRS éditions/Karthala, 1995.

Riesz János, De la littérature coloniale à la littérature africaine. Prétextes - Contextes - Intertextes, Paris, Karthala, 2007.

Roig-Sanz Diana et Meylaerts Reine (dir.), Literary Translation and Cultural Mediators in « Peripheral » Cultures: Customs Officers or Smugglers ?, Cham, Palgrave Macmillan, 2019.

Roussillon Alain, « Nahda », dans Dictionnaire universel des littératures, sous la direction de Béatrice Didier, Paris, PUF, 1994, vol.2, p. 2500.

Saint-Jacques Denis, « Vers une unification du champ littéraire de la francophonie », Revue de l’Institut de sociologie, n° 85, 1990, p. 19‑25.

Salhi Mohand-Akli, Études de littérature kabyle, Alger, ENAG, 2011.

Sapiro Gisèle (dir.), Translatio : Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS éditions, « Culture & Société », 2008.

Sapiro Gisèle, « L’importation de la littérature hébraïque en France », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 144, n° 1, 2002, p. 80‑98.

Sapiro Gisèle, « Le champ est-il national ? », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, 2013, p. 70‑85.

Sapiro Gisèle, « Mondialisation et diversité culturelle : les enjeux de la circulation transnationale des livres », dans Les Contradictions de la globalisation éditoriale, sous la direction de Gisèle Sapiro, Paris, Nouveau monde éditions, 2009, p.  275-302. 

Sapiro Gisèle, « Repenser le concept d’autonomie pour la sociologie des biens symboliques », Biens symboliques/Symbolic Goods, n° 4, juin 2019, consulté le 25 septembre 2020, URL : https://revue.biens-symboliques.net/327.

Sapiro Gisèle, La Guerre des écrivains : 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

Scott Gail, « Mon Montréal : Notes d’un écrivain anglophone », dans Échanges culturels entre les deux solitudes, sous la direction de Marie-Andrée Beaudet, Laval, Presses de l’Université Laval, 1999, p. 93‑101.

Sempé Mathilde, « La revue bretonne Ar Falz : “l’art social” en conjoncture de crise politique et littéraire (1945-1946) », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, n° 16, 2015, consulté le 25 septembre 2020, URL : http://journals.openedition.org/contextes/6115, DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.6115.

Sempé Mathilde, L’Invention d’une identité régionale : la Bretagne et le livre (1945-2014), Thèse de doctorat, Université Paris 10, Nanterre, 2014.

Serry Hervé, « La littérature pour faire et défaire les groupes », Sociétés contemporaines, vol. 44, n° 4, septembre 2001, p. 5‑14.

Sievers Wiebke, « From Monolingualism to Multilingualism? The Pre- and Post-monolingual Condition in the Austrian Literary Field », Austrian Studies, n° 26, 2018, (Austria in Transit: Displacement and the Nation-State), p. 40‑56.

Subrahmanyam Sanjay, Explorations in Connected History: From the Tagus to the Ganges, Oxford, Oxford University Press, 2005.

Suchet Myriam, « Je préfèrerais ne pas... Traduire ou le Triomf de la traduction polyphonique », dans La Traduction dans les cultures plurilingues, sous la direction de Francis Mus et Karen Vandemeulebroucke, Arras, Artois Presses Université, 2011, p. 73‑85.

Swaan Abram de, Words of the World : the Global Language System, Cambridge, Polity, 2001.

Tack Lieven, « (D)Ecrire l’altérité flamande dans les pratiques discursives francophones belges (1869-1899) », dans Littératures en Belgique : Diversités culturelles et dynamiques littéraires/Literaturen in België : culturele diversiteit en literaire dynamiek, sous la direction de Dirk De Geest et Reine Meylaerts, Bruxelles, Peter Lang, 2004, p. 163‑176.

Thierry Raphaël, Le Marché du livre africain et ses dynamiques littéraires : le cas du Cameroun, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2015.

Thiesse Anne-Marie, Écrire la France : le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, Presses Universitaires de France, 1991.

Thiesse Anne-Marie, La Création des identités nationales : Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1999.

Thomas Mannaig, « Le Festival du livre en Bretagne ou comment un lieu de sociabilité sert à entretenir l’illusio », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, n° 19, 2017, consulté le 25 septembre 2020, URL : http://journals.openedition.org/contextes/6338, DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.6338.

Thomas Mannaig, « Une littérature en dépendances. La littérature de langue bretonne 2000-2010 », dans La Bretagne linguistique, Brest, CRBC, 2014, p. 177‑203.

Thompson John, Merchants of Culture: The Publishing Business in the Twenty-First Century, Cambridge (UK), Polity, 2010.

Vandemeulebroucke Karen, « Entre dire et faire : la traduction poétique dans deux revues belges francophones du xixe siècle », dans La Traduction dans les cultures plurilingues, sous la direction de Francis Mus et Karen Vandemeulebroucke, Arras, Artois Presses Université, 2011, p. 47‑59.

Viala Alain et Saint-Jacques Denis, « À propos du champ littéraire. Histoire, géographie, histoire littéraire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 49, n° 2, 1994, p. 395‑406.

Viala Alain, Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985.

Viart Dominique et Vercier Bruno, La Littérature française au présent : héritage, modernité, mutations, Paris, Bordas, 2005.

Wilfert Blaise, « Cosmopolis et l’Homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en France, 1885-1914 », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 144, 2002, p. 33‑46.

Wimmer Andreas et Glick Schiller Nina, « Methodological nationalism and beyond: nation-state building, migration and the social sciences », Global Networks, vol. 2, n° 4, 2002, p. 301‑334.

Yildiz Yasemin, Beyond the Mother Tongue: The Postmonolingual Condition, New York, Fordham Univ Press, 2012.

Young Robert J. C., « World Literature and Language Anxiety », dans Approaches to World Literature, sous la direction de Joachim Küpper, Berlin, Akademie-Verlag, 2013, p. 27‑38.

Zabus Chantal J., The African Palimpsest: Indigenization of Language in the West African Europhone Novel, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 2007 [1991].

Zumthor Paul, Introduction à la poésie orale, Paris, Le Seuil, 1983.

Haut de page

Notes

1 Pascale Casanova, Beckett l’abstracteur : anatomie d’une révolution littéraire, Paris, Le Seuil, 1997.

2 Pascale Casanova, Kafka en colère, Paris, Seuil, 2011.

3 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, « Points », 2008 [1999].

4 Pascale Casanova, La Langue mondiale : traduction et domination, Paris, Le Seuil, 2015.

5 Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Le Seuil, « Points », 2001, p. 71.

6 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 38.

7 Ibid., p. 359 sqq.

8 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art : Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1992.

9 Andreas Wimmer et Nina Glick Schiller, « Methodological nationalism and beyond: nation-state building, migration and the social sciences », Global Networks, vol. 2, n° 4, 2002, p. 301-334.

10 Tristan Leperlier, Algérie, Les écrivains dans la décennie noire, Paris, CNRS éditions, 2018.

11 Tristan Leperlier, « Un champ littéraire transnational ? Le cas des écrivains algériens », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 224, n° 4, 2018, « Champs intellectuels transnationaux » (G. Sapiro, T. Leperlier, A. Brahimi, dir.), p. 12-33, DOI : 10.3917/arss.224.0012, URL : https://www.cairn-int.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2018-4-page-12.htm, consulté le 29 septembre 2020.

12 À la suite d’autres chercheurs : Benedict Anderson, L’Imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, traduit par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, La Découverte, 2002 [1983] ; Michel Espagne et Michael Werner (dir.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire. Philologiques III, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1994 ; Anne-Marie Thiesse, La Création des identités nationales : Europe xviiie-xxe siècle, Paris, Le Seuil, 1999. Sur le rôle de l’État dans la structuration des champs, voir Pierre Bourdieu, Sur l’État : cours au Collège de France (1989-1992), Paris, « Points », 2015, et Gisèle Sapiro, « Le champ est-il national ? », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, 2013, p. 70-85, DOI : 10.3917/arss.200.007, URL : https://www.cairn-int.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2013-5-page-70.htm, consulté le 29 septembre 2020.

13 Pierre Bourdieu, « Existe-t-il une littérature belge ? Limites d’un champ et frontières politiques », Études de Lettres, décembre 1985, p. 3-6.

14 Pour une critique d’une conception maximaliste de l’autonomie, voir Alain Viala et Denis Saint-Jacques, « À propos du champ littéraire. Histoire, géographie, histoire littéraire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 49, n° 2, 1994, p. 395-406, DOI : https://doi.org/10.3406/ahess.1994.279266, URL : www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1994_num_49_2_279266, consulté le 29 septembre 2020.

15 « L’appartenance nationale est l’une des déterminations les plus pesantes, les plus contraignantes, et cela d’autant plus qu’il s’agit d’un pays dominé » (Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 261).

16 Par commodité, on emploiera par la suite uniquement le terme d’identification pour rendre compte de l’ensemble des processus de construction identitaire : Martina Avanza et Gilles Laferté, « Dépasser la “construction des identités” ? Identification, image sociale, appartenance », Genèses, vol. 61, n° 4, 2005, p. 134-152, DOI : 10.3917/gen.061.0134, URL : https://www.cairn-int.info/revue-geneses-2005-4-page-134.htm, consulté le 29 septembre 2020.

17 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 259. Voir Hervé Serry, « La littérature pour faire et défaire les groupes », Sociétés contemporaines, vol. 44, n° 4, septembre 2001, p. 5-14.

18 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 63.

19 Pierre Bourdieu, « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, 1966, n° 246, p. 865-906.

20 Alain Viala, Naissance de l’écrivain : sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985.

21 Pour une analyse de la notion d’autonomie, Jérôme Pacouret et Mathieu Hauchecorne, « Autonomies des arts et de la culture. Les biens symboliques face à l’État et au marché », Biens symboliques/Symbolic Goods, n° 4, juin 2019, mis en ligne le 27 juin 2019, consulté le 25 septembre 2020, URL : https://revue.biens-symboliques.net/326. Dans le même numéro : Gisèle Sapiro, « Repenser le concept d’autonomie pour la sociologie des biens symboliques », Biens symboliques/Symbolic Goods, n° 4, juin 2019, mis en ligne le 27 juin 2019, consulté le 25 septembre 2020, URL : https://revue.biens-symboliques.net/327.

22 Paul Aron, « Sur le concept d’autonomie », Discours social, vol. 7, n° 3-4, 1995, p. 68.

23 Par exemple : Véronique Bonnet, « Les traces intertextuelles, ou l’affirmation d’un champ littéraire franco-antillais », dans Les Champs littéraires africains, sous la direction de Romuald Fonkoua et Pierre Halen, Paris, Karthala, 2001, p. 135-149.

24 On peut également parler de « champ faible » : Antoine Vauchez, « The Force of a Weak Field. Law and Lawyers in the Government of Europe », International Political Sociology, n° 5, 2008, p. 128-144. Pour une définition de l’« espace » sous le rapport de l’autonomie, voir Jérôme Meizoz, « Avant-propos », Études de lettres, 2006, vol. 1-2, n° 273, « La Circulation internationale des littératures », p. 5-8.

25 Karima Laachir, Sara Marzagora et Francesca Orsini, « Significant Geographies: In lieu of World Literature », Journal of World Literature, vol. 3, n° 3, 10 août 2018, p. 290-310, DOI : https://doi.org/10.1163/24056480-00303005, consulté le 29 septembre 2020.

26 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit., p. 39-43, et p. 112-14 ; Sarah Burnautzki, Les Frontières racialisées de la littérature française : contrôle au faciès et stratégies de passage, Paris, Champion, « Francophonies », 2017.

27 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 176.

28 Idem.

29 Ibid., p. 174.

30 Ibid., p. 176.

31 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Kafka : Pour une littérature mineure, Paris, Minuit, 1975.

32 Sur ce point son analyse du cas du Mozambicain Mia Couto parait rapide (Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 185). Tout en s’émancipant d’un point de vue spécifique et linguistique du Portugal par des recherches linguistiques et littéraires empruntées aux Brésiliens, il publie néanmoins à Lisbonne : l’indépendance fonctionnelle du Mozambique, et même du Brésil, en termes d’édition et de capacité de diffusion internationale, n’est en effet pas acquise. Lorsqu’il obtient le Prix Camões, c’est une reconnaissance tout à la fois portugaise et brésilienne qu’il obtient (le prix, du nom du grand écrivain portugais, est financé par les deux pays). Jouer de ces diverses identifications symboliques et littéraires dans sa posture et/ou ses fictions, publier sur le marché de l’une ou l’autre capitale, et être consacré par l’une et/ou l’autre, trois formes différentes de dépendance, ne revient pas au même.

33 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit, p. 39-43.

34 George N. Atiyeh, « The Book in the Modern Arab World: The Cases of Lebanon and Egypt », dans The Book in the Islamic World. The Written Word and Communication in the Middle East, sous la direction de George N. Atiyeh, Albany/Washington, State University of New York Press/ The Library of Congress, 1995, p. 233-236.

35 Alain Roussillon, « Nahda », dans Béatrice Didier (dir.), Dictionnaire universel des littératures, Paris, PUF, 1994, vol.2, p. 2500.

36 Yves Gonzalez-Quijano, Les Gens du livre : édition et champ intellectuel dans l’Égypte républicaine, Paris, CNRS Éditions, 1998.

37 Franck Mermier, Le Livre et la Ville : Beyrouth et l’édition arabe, Arles, Actes Sud-Sindbad, 2005, p. 46-7 et p. 86.

38 Georges N. Atiyeh, « The Book in the Modern Arab World », art cit., p. 242.

39 Richard Jacquemond, Entre scribes et écrivains : le champ littéraire dans l’Égypte contemporaine, Paris/Arles, Actes Sud, 2003, p. 27.

40 Franck Mermier, « La culture comme enjeu de la métropolisation : capitales et foires du livre dans l’Orient arabe », Cahiers de la Méditerranée, n° 64, 15 juin 2002, p. 112, URL : https://doi-org.inshs.bib.cnrs.fr/10.4000/cdlm.74, consulté le 29 septembre 2020.

41 Tristan Leperlier, « Un champ littéraire transnational ? », art.cit.

42 Entretien personnel avec Waciny Laredj, Oran, 6 novembre 2012.

43 Maud Leonhardt Santini, Paris, Librairie arabe, Marseille, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, 2006, p. 258.

44 Jean-Marie Klinkenberg, « La production littéraire en Belgique francophone : esquisse d’une sociologie historique », Littérature, vol. 44, n° 4, 1981, p. 33-50 ; José Lambert, « L’éternelle question des frontières : littératures nationales et systèmes littéraires », dans Langue, dialecte, littérature : études romanes à la mémoire de Hugo Plomteux, sous la direction de Christian Angelet et Ludo Melis, Leuven, Leuven University Press, 1983, p. 355-370.

45 Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg, La Littérature belge : précis d’histoire sociale, Bruxelles, Espace Nord, 2014.

46 C’est l’une des raisons pour lesquelles la notion de système a été préférée à celle de champ pour analyser l’aire linguistique, selon Pierre Halen, « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone », dans Littératures et sociétés africaines. Regards comparatistes et perspectives interculturelles, sous la direction de Papa Samba Diop et Hans-Jürgen Lüsebrink, Tübingen, Gunter Narr, 2001. A contrario, voir Denis Saint-Jacques, « Vers une unification du champ littéraire de la francophonie », Revue de l’Institut de sociologie, n° 85, 1990, p. 19-25.

47 Seule la première partie de l’ouvrage prend en compte les aspects institutionnels des mouvements centrifuge et centripète : par la suite ces deux aspects sont réduits « aux grands types de stratégie mobilisés », dissimilatrice ou assimilatrice : Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg, La Littérature belge, p. 64.

48 Anne-Marie Thiesse, Écrire la France : le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, Presses Universitaires de France, 1991, p. 11.

49 On peut dater l’une de ces dernières étapes d’unification de la convention franco-belge signée en 1852, mettant fin aux pratiques de contrefaçon, et du même coup, au nom du droit d’auteur, asséchant l’édition belge au profit de l’expansion capitalistique française. Voir Pascal Durand et Tanguy Habrand, Histoire de l’édition en Belgique, xve-xxie siècle, Bruxelles, Impressions nouvelles, 2018.

50 Ferroudja Allouache, Archéologie du texte littéraire dit « francophone » (1921-1970), Paris, Classiques Garnier, 2018, et d’un point de vue plus institutionnel, Madeline Bedecarré, La Francophonie à tout prix : le rôle de la Francophonie institutionnelle dans l’accès à la reconnaissance des écrivains africains d’expression française, Thèse de doctorat, Paris, Paris Sciences et Lettres, 2018.

51 Véronique Porra, Langue française, Langue d’adoption : Une littérature « invitée » entre création, stratégies et contraintes, 1946-2000, Hildesheim/Zürich/New York, Georg OlmsVerlag, 2011.

52 Voir Tristan Leperlier, « Camus et la “littérature algérienne” : construction d’une notion stratégique dans l’espace littéraire francophone », French Politics Culture and Society, vol. 35, n° 3, 2017, p. 68-90, DOI : https://doi.org/10.3167/fpcs.2017.350304, consulté le 29 septembre 2020 ; Sarah Burnautzki, Les Frontières racialisées de la littérature française : contrôle au faciès et stratégies de passage, op. cit.

53 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit., p. 128.

54 Sur l’histoire curiale de la langue française, voir Norbert Elias, La Dynamique de l’Occident, traduit par Pierre Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 2009 [1939], et Paul Aron, « Sur le concept d’autonomie », art. cit.

55 Michel Francard, Geneviève Géron et Régine Wilmet (dir.), L’Insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques, Louvain, Peeters /Institut de linguistiques de Louvain, 1994

56 Lise Gauvin, Langagement : l’écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000, p. 8.

57 Marc Quaghebeur, Jean-Pierre Verheggen et Véronique Jago-Antoine (dir.), Un Pays d’irréguliers, Bruxelles, Labor, 1990 ; Jérôme Meizoz, Le Droit de « mal écrire » : quand les auteurs romands déjouent le « français de Paris », Genève, Zoé, 1998.

58 Rainier Grutman, Des langues qui résonnent : Hétérolinguisme et lettres québécoises, Paris, Classiques Garnier, 2019 [1997] ; Jean-Marc Moura, Littératures francophones et théorie postcoloniale, Paris, PUF, 1999.

59 Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin, The Empire Writes Back: Theory and Practice in Post-Colonial Literatures, London, Routledge, 1989, p. 67 ; Chantal J. Zabus, The African Palimpsest: Indigenization of Language in the West African Europhone Novel [1991], Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 2007.

60 Makhily Gassama, La Langue d’Ahmadou Kourouma ou Le français sous le soleil d’Afrique, Paris, ACCT/Karthala, 1995.

61 Alain Ricard, Littératures d’Afrique noire, op. cit., p. 152 sqq.

62 Pierre Halen, « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone », art cit., p. 61.

63 Luc Pinhas, Éditer dans l’espace francophone : législation, diffusion, distribution et commercialisation du livre, Paris, Alliance des éditeurs indépendants, 2005 ; Claire Ducournau, La Fabrique des classiques africains : Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone (1960-2012), Paris, CNRS éditions, 2017.

64 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 196.

65 Martin Doré, « Stratégies éditoriales et marché international : le cas d’un éditeur canadien francophone, Hurtubise HMH », dans Les Contradictions de la globalisation éditoriale, sous la direction de Gisèle Sapiro, Paris, Nouveau Monde, 2009.

66 Björn-Olav Dozo et François Provenzano, « Comment les écrivains sont consacrés en Belgique », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, n° 7, 26 mai 2010, consulté le 25 septembre 2020, URL : http://journals.openedition.org/contextes/4637, DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.4637. Pour le Québec, voir par exemple Pierre Halen, « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone », art. cit., p. 60.

67 Raphaël Thierry, Le Marché du livre africain et ses dynamiques littéraires : le cas du Cameroun, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2015 ; Tristan Leperlier, « The Algerian Literary Field in the “Black Decade”: A Reinforced Polarization », dans Culture and Crisis in the Arab World: Production and Practice in Conflict sous la direction de Richard Jacquemond et Felix Lang, London, I.B. Tauris, 2019, p. 129-144.

68 Tristan Leperlier, « Camus et la “littérature algérienne” », art cit.

69 El Watan, 31 août 2004.

70 Michel Biron, La Modernité belge : littérature et société, Bruxelles/Montréal, Labor/Presses de l’Université de Montréal, 1994, p. 185. J.-M. Klinkenberg a lui-même montré que la stratégie d’assimilation des écrivains du Groupe du Lundi avait surtout eu pour conséquence de leur donner une place centrale au niveau local : Jean-Marie Klinkenberg, « Lectures du Manifeste du lundi (1937) », dans Lettres de Belgique. En hommage à Robert Frickx, Köln, Janus Verlaggesellschaft, 1992, p. 98-124.

71 Comme le résume Pierre Halen à propos du Groupe du Lundi, « Puisque nous ne sommes plus chez nous en Flandre, du moins nous reste-t-il Paris » : « Situation d’une littérature francophone : les “lettres belges” », dans Christian Berg et Pierre Halen (dir.), Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives (1830-2000), Bruxelles, Le Cri, 2000, p. 337.

72 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 421.

73 Géraldine Bois, « Les écrivains peu reconnus de la région Rhône-Alpes : des membres de l’univers littéraire national », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, Des littératures périphériques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014, p. 79-90.

74 Graham Huggan, The Postcolonial Exotic, Marketing the Margins, London, Francis & Taylor, 2001 ; Kaoutar Harchi, Je n'ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne : des écrivains à l’épreuve, Paris, Pauvert, 2016 ; Claire Ducournau, La Fabrique des classiques africains, op. cit. ; Tristan Leperlier, Algérie, Les écrivains dans la décennie noire, op. cit.

75 « Pour une “littérature-monde” en français », Le Monde, 15 mars 2007.

76 Claire Ducournau, La Fabrique des classiques africains, op. cit., p. 31 sqq.

77 Gisèle Sapiro, « Le champ est-il national ? », art.cit., p. 80.

78 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 179.

79 Gisèle Sapiro, « Mondialisation et diversité culturelle : les enjeux de la circulation transnationale des livres », dans Les Contradictions de la globalisation éditoriale, sous la direction de Gisèle Sapiro, Paris, Nouveau monde éditions, 2009, p. 296-297.

80 Yasemin Yildiz, Beyond the Mother Tongue: The Postmonolingual Condition, New York, Fordham Univ Press, 2012. Voir aussi David Gramlin, The Invention of Monolingualism, New York, Bloomsbury, 2016.

81 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation. Book Translations as a Cultural World-System », European Journal of Social Theory, 1997, vol. 2, p. 429-444, DOI : https://doi.org/10.1177%2F136843199002004002, consulté le 29 septembre 2020 ; Gisèle Sapiro (dir.), Translatio : Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2008 ; Francis Mus et Karen Vandemeulebroucke (dir.), La Traduction dans les cultures plurilingues, Arras, Artois Presses Université, 2011.

82 Pascale Casanova, « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme échange inégal », Actes de la recherche en sciences sociales, 2002, n° 144, p. 7-20, DOI : https://doi.org/10.3406/arss.2002.2804, consulté le 29 septembre 2020.

83 Blaise Wilfert, « Cosmopolis et l’Homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en France, 1885-1914 », Actes de la recherche en sciences sociales, 2002, n° 144, p. 33-46, DOI : https://doi.org/10.3406/arss.2002.2806, consulté le 29 septembre 2020.

84 Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses universitaires de France, 1999 ; Lieven D’hulst et al., « Towards a multipolar model of cultural mediators within multicultural spaces: Cultural mediators in Belgium, 1830-1945 », Revue belge de philologie et d’histoire, vol. 92, n° 4, 2014, p. 1255-1275 ; Jan Walsh Hokenson et Marcella Munson, The Bilingual Text: History and Theory of Literary Self-Translation, Manchester/Kinderhook, Saint Jerome Publishing, 2007 ; Diana Roig-Sanz et Reine Meylaerts (dir.), Literary Translation and Cultural Mediators in « Peripheral » Cultures: Customs Officers or Smugglers?, Cham, Palgrave Macmillan, 2019.

85 Marie-Andrée Beaudet (dir.), Échanges culturels entre les deux solitudes, Laval, Presses de l’Université Laval, 1999 ; Dirk De Geest et Reine Meylaerts (dir.), Littératures en Belgique/Literaturen in België, op. cit.

86 Karima Laachir, « The Aesthetics and Politics of “Reading Together” Moroccan Novels in Arabic and French », The Journal of North African Studies, vol. 21, n° 1, 2016, p. 22-36, DOI : https://doi.org/10.1080/13629387.2015.1084098, consulté le 29 septembre 2020.

87 Francesca Orsini, « The Multilingual Local in World Literature », Comparative literature, vol. 67, n° 4, 2015, p. 345-374, DOI : https://doi.org/10.1215/00104124-3327481, consulté le 29 septembre 2020.

88 Pierre Bourdieu, « Existe-t-il une littérature belge ? Limites d’un champ et frontières politiques », art cit.

89 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit, chapitre 1, « Prague : divisions politiques et déchirements intimes », p. 37-128.

90 Peter von Matt, Sang d’encre : Voyage dans la Suisse littéraire et politique, traduit par Colette Kowalski, Genève, Zoé, 2005, p. 154.

91 Jean-Yves Casanova, « Frédéric Mistral et les écrivains français : de Lamartine à Maurice Barrès. Incompréhension, fascination et admiration », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, op. cit., p. 249.

92 Richard Jacquemond, Entre scribes et écrivains, op. cit, p. 152-154.

93 Wiebke Sievers, « From Monolingualism to Multilingualism? The Pre- and Post-monolingual Condition in the Austrian Literary Field », Austrian Studies, n° 26, 2018, « Austria in Transit: Displacement and the Nation-State », p. 40-56, DOI : 10.5699/austrianstudies.26.2018.0040, consulté le 29 septembre 2020.

94 Ann-Mari Gunnesson montre pour les écrivains flamands la variabilité du « choix » de la langue d’écriture, suivant les périodes : de neutre, elle devient problématique ; Les Écrivains flamands et le champ littéraire en Belgique francophone, Göteborg, Acta Universitatis Gothoburgensis, 2001.

95 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit., p. 247.

96 Ibid., p. 112-113.

97 Montserrat Bacardí, Francesc Foguet i Boreu et Enric Gallén (dir.), La Literatura catalana contemporània : intertextos, influències i relacions, Barcelona, Societat catalana de llengua i literatura, Universitat Autònoma de Barcelona, 2013.

98 Pour une tension équivalente entre identification linguistique et territoriale, voir le cas basque : Jean Casenave, « Écritures et réécritures de l’histoire d’un domaine littéraire minoritaire. Approche historiographique de la littérature basque contemporaine », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, op. cit., p. 119-132.

99 Mathilde Sempé, L’Invention d’une identité régionale : la Bretagne et le livre (1945-2014), Thèse de doctorat, Université Paris 10, Nanterre, 2014. Sur le Festival du livre de Carhaix comme un anti-festival Étonnants Voyageurs, et les relations in situ entre écrivains bretons bretonnants et bretons francophones, voir Mannaig Thomas, « Le Festival du livre en Bretagne ou comment un lieu de sociabilité sert à entretenir l’illusio », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, n° 19, 2017, consulté le 25 septembre 2020, URL : http://journals.openedition.org/contextes/6338, DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.6338.

100 Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, op. cit.

101 Douglas A. Kibbee, Language and the Law: Linguistic Inequality in America, Cambridge, Cambridge University Press, 2016.

102 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit., p. 51-2.

103 Abram de Swaan, Words of the World: the Global Language System, Cambridge, Polity, 2001. Voir aussi Louis-Jean Calvet, Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon, 1999.

104 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 43.

105 Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, « Qu’est-ce qu’une périphérie littéraire ? », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, op. cit., p. 15.

106 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation », art. cit., p. 434.

107 Gisèle Sapiro, « L’importation de la littérature hébraïque en France », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 144, 2002, p. 80-98, DOI : https://doi.org/10.3406/arss.2002.2810, consulté le 29 septembre 2020.

108 Pascale Casanova, « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme échange inégal », art. cit.

109 Entretien personnel avec Marcel Bois, Alger, 23 mai 2012.

110 Pour le cas breton, comparer les situations : Mathilde Sempé, « La revue bretonne Ar Falz : “l’art social” en conjoncture de crise politique et littéraire (1945-1946) », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, n° 16, 2015, consulté le 25 septembre 2020, URL : http://journals.openedition.org/contextes/6115, DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.6115 ; et Mannaig Thomas, « Une littérature en dépendances. La littérature de langue bretonne 2000-2010 », dans La Bretagne linguistique, Brest, CRBC, 2014, p. 177-203.

111 Ronan Calvez, « Rome, Capitale de la Bretagne », dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard et Mannaig Thomas, op. cit., p. 267-280.

112 Tristan Leperlier, « Entre Alger et Paris : des écrivains aliénés ? », Littérature, n° 189, mars 2018, p. 30-48, DOI : 10.3917/litt.189.0030, URL : https://www.cairn-int.info/revue-litterature-2018-1-page-30.htm, consulté le 29 septembre 2020.

113 Pour plus de détails, voir Tristan Leperlier, Algérie, Les écrivains dans la décennie noire, op. cit., chapitre 2 « Une guerre des langues ? », p. 105-162.

114 Jean-Baptiste Marcellesi, Sociolinguistique : épistémologie, langues régionales, polynomie, Paris/Budapest/Torino, L’Harmattan, 2003.

115 Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, op. cit. p. 286.

116 Philippe Gardy et Robert Lafont, « La diglossie comme conflit : l’exemple occitan », Langages, 1981, vol. 15, n° 61, p. 75-91.

117 Charles Ferguson, « Diglossia », Word. Journal of the Linguistic Circle of New York, août 1959, vol. 15, p. 325-340.

118 Walter Jackson Ong, Oralité et Écriture : La technologie de la parole, traduit par Hélène Hiessler, Paris, Les Belles Lettres, 2014 [1982] ; Paul Zumthor, Introduction à la poésie orale, Paris, Le Seuil, 1983 ; Philippe Gardy, « Tradition occitane et passage à l’écriture : l’obsession de l’oralité », dans Kalevala et traditions orales du monde, sous la direction de Jocelyne Fernandez-Vest, Paris, CNRS, 1987, p. 511-522.

119 Sory Camara, Gens de la parole : Essai sur la condition et le rôle des griots dans la société malinké, Paris/La Haye, Mouton, 1976 ; Jean Derive, « Champ littéraire et oralité africaine », dans Les Champs littéraires africains, sous la direction de Romuald Fonkoua et Pierre Halen, op. cit., p. 87-111.

120 Karin Barber, The Anthropology of Texts, Persons and Publics. Oral and written culture in Africa and beyond, Cambridge (UK), Cambridge University Press, « New Departures in Anthropology », 2007.

121 Entretien personnel avec Ahmed Oumhani, téléphone, 27 mai 2015.

122 Entretien personnel avec la poétesse Zineb Laouedj, Paris, 25 février 2014.

123 Abdou Elimam, Le Maghribi, langue trois fois millénaire : explorations en linguistique maghrébine, Alger, ANEP, 1997.

124 Entretien avec Mouloud Azzoug, Béjaia, 4 novembre 2016.

125 Mohand-Akli Salhi, Etudes de littérature kabyle, Alger, ENAG, 2011 ; Amar Ameziane, Tradition et renouvellement dans la littérature kabyle, Paris, L’Harmattan, 2013.

126 Tassadit Yacine, Aït Menguellet chante, Paris, La Découverte, 1989.

127 Pascale Casanova, Kafka en colère, op. cit., p. 105.

128 Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, op. cit.

129 Gail Scott, « Mon Montréal : Notes d’un écrivain anglophone », dans Échanges culturels entre les deux solitudes, sous la direction de Marie-Andrée Beaudet, op. cit., p. 93-101.

130 Ann-Mari Gunnesson, Les Écrivains flamands et le champ littéraire en Belgique francophone, op. cit., p. 172.

131 Voir, en Algérie, pour la littérature de langue arabe, Marcel Bois, « Arabic-Language Algerian Literature », Research in African Literatures, vol. 23, n° 2, Summer 1992, p. 103-111 ; et pour la littérature de langue française, Charles Bonn, « Le Roman algérien », dans Littérature francophone. Tome 1 : Le Roman, Paris, Hatier, 1997, p. 185-210. L’injonction peut consister à produire une littérature dite « régionaliste », comme, en anglais et en français, la Canadian Authors Association, créée en 1921 : Reingard M. Nischik (dir.), History of Literature in Canada: English-Canadian and French-Canadian, New York, Camden House, 2008, p. 154-155.

132 Matteo Pedroni, « Périphéries littéraires au cœur de l’Europe. Quelques réflexions sur le cas suisse », dans Des littératures périphériques, op. cit., p. 59-78.

133 Sur les liens entre traduction et politique, voir par exemple, Ioana Popa, Traduire sous contraintes : littérature et communisme, 1947-1989, Paris, CNRS Éditions, 2010.

134 Richard Giguère, « Poètes, revues et édition littéraires de langue anglaise et de langue française à Montréal, 1925-1955 », dans Échanges culturels entre les deux solitudes, op. cit., p. 65-80.

135 Patricia Godbout, « “Des livres à la fois si proches et si lointains” : les échanges littéraires à Montréal durant les années 1950 », dans Ibid., p. 85.

136 Ibid, p. 81. Voir aussi Patricia Godbout, Traduction littéraire et sociabilité interculturelle au Canada, 1950-1960, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2004.

137 Sur les métaphores, discrètement politiques, utilisées pour rendre compte des espaces plurilingues, voir Gillian Lane-Mercier, « Éléments pour un nouveau paradigme des rapports de contiguïté socioculturelle et disciplinaire. L’exemple du Canada et du Québec », dans La Traduction dans les cultures plurilingues, sous la direction de Francis Mus et Karen Vandemeulebroucke, op. cit., p. 161-172.

138 Kathy Mezei, « Translation as Metonymy: Bridges and Bilingualism », Ellipse, 51, p. 88-89.

139 Le politiste Jean Laponce a déterminé une loi de « l’amour qui tue » dans les espaces plurilingues : le rapprochement menace les langues dominées, tandis que l’indépendance, symbolique ou politique, les protège. Jean Laponce, Loi de Babel et autres régularités des rapports entre langue et politique, Sainte-Foy [Québec], Presses de l’université Laval, 2006.

140 Voir en particulier Betty Bednarski, Autour de Ferron : littérature, traduction, altérité, Toronto, GREF, 1989.

141 Annie Brisset, Sociocritique de la traduction : théâtre et altérité au Québec, Longueuil, Le Préambule, 1990.

142 Pascale Casanova, La Langue mondiale, op. cit., p. 61 sqq.

143 Lieven Tack, « (D)Écrire l’altérité flamande dans les pratiques discursives francophones belges (1869-1899) », dans Littératures en Belgique/Literaturen in België, sous la direction de Dirk De Geest et Reine Meylaerts, op. cit., p. 163-176.

144 Jean-Marie Klinkenberg, « L’idéologie de la “littérature nationale” (1830-1839) », dans Studia belgica. Aufsätze zur Literatur und Kulturgeschichte Belgiens, sous la direction de Hans-Joachim Lope, Frankfurt am Main/Bern, Peter Lang, 1983, p. 135-153.

145 Lieven D’Hulst, « Traduire la poésie entre 1830 et 1880 : quelques observations liminaires », dans Littératures en Belgique/Literaturen in België, sous la direction de Dirk De Geest et Reine Meylaerts, op. cit., p. 137-151 ; Karen Vandemeulebroucke, « Entre dire et faire : la traduction poétique dans deux revues belges francophones du xixe siècle », dans La Traduction dans les cultures plurilingues, sous la direction de Francis Mus et Karen Vandemeulebroucke, op. cit., p. 47-59.

146 Reine Meylaerts, L’Aventure flamande de la Revue belge : langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2004.

147 Derek Attridge et Rosemary Jolly (dir.), Writing South Africa: Literature, Apartheid, and Democracy, 1970-1995, Cambridge, Cambridge University Press, 1998 ; Myriam Suchet, « Je préfèrerais ne pas... Traduire ou le Triomf de la traduction polyphonique », dans La Traduction dans les cultures plurilingues, sous la direction de Francis Mus et Karen Vandemeulebroucke, op. cit., p. 73-85.

148 Pour une analyse détaillée des relations, Tristan Leperlier, « On Islands and Deserts: Algerian Worlds », Journal of World Literature, vol. 4, n° 1, 2019, « The Locations of (World) Literature: Perspectives from Africa and South Asia » (Francesca Orsini et Laetitia Zecchini dir.), p. 215-236, DOI : https://doi.org/10.1163/24056480-00402005, consulté le 29 septembre 2020.

149 « Oran à l’heure des poètes », Algérie-Actualité, n° 918, 19-25 mai 1983.

150 Ou « littérature transitive ». Voir Dominique Viart et Bruno Vercier, La Littérature française au présent : héritage, modernité, mutations, Paris, Bordas, 2005, p. 14.

151 Pour un cas belge de ce type de situation inversée, voir Reine Meylaerts, « Intercultural Mediators in Multilingual Cultures: Blessing or Curse », dans La Traduction dans les cultures plurilingues, sous la direction de Francis Mus et Karen Vandemeulebroucke, op. cit., p. 61-72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Leperlier, « La langue des champs »COnTEXTES [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 29 septembre 2020, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/contextes/9297 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.9297

Haut de page

Auteur

Tristan Leperlier

CNRS (THALIM)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search