Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques28Pour une science des œuvres

Texte intégral

  • 1 Voir Pascale Casanova et Yves Lacascade, « Une critique de solitude. Entretien avec Pascale Casanov (...)
  • 2 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, éditions du Seuil, 1999, p. 15.

1J’étais proche de Pascale Casanova par des aspects de ma position que, par-delà les différences, je retrouvais dans la sienne. Comme elle, j’étais une outsider par rapport au monde académique parisien et, dans mon univers professionnel, l’université italienne, j’étais isolée comme elle l’était dans son travail à France Culture1. Nous étions des « littéraires » ressentant l’exigence d’outils théoriques permettant de dépasser l’alternative stérile qui divise les études littéraires en deux camps, également impuissants à rendre compte des propriétés des œuvres et des transformations des formes : d’une part, les explications de texte et les approches formalistes, qui s’enferment dans l’analyse « interne » ; de l’autre, les démarches qui prétendent ramener directement les produits littéraires à des facteurs « externes », tels que le contexte historique, les rapports de classe, le public. Dans son prologue à La République mondiale des lettres, Casanova déclare que son ouvrage a « l’ambition de permettre une interprétation spécifiquement littéraire et néanmoins historique des textes, c’est-à-dire de dissoudre l’antinomie réputée indépassable entre la critique interne, qui ne trouve que dans les textes eux-mêmes le principe de leur signification, et la critique externe, qui décrit les conditions historiques de production des textes, mais est toujours dénoncée par les littéraires comme incapable de rendre compte de leur littérarité et de leur singularité2 ». La notion de « champ littéraire » se distinguait, à nos yeux, en ce qu’elle visait justement à surmonter cette impasse, en faisant émerger la logique spécifique qui oriente et explique les choix littéraires.

Les enjeux de la « science des œuvres »

  • 3 Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, éditions de Minuit, 1980, p. 196.

2L’investissement extraordinaire – en temps, réflexion, travail empirique – que Pierre Bourdieu a consacré à élaborer les principes d’une science des œuvres et à les mettre à l’épreuve est apparu et apparaît comme extravagant, voire insensé, à la plupart des sociologues et des historiens, y compris nombre de ses disciples. Les Règles de l’art sont l’aboutissement de recherches diverses commencées vers la moitié des années 1960. La systématisation théorique présentée dans la deuxième partie de cet ouvrage est entièrement consacrée à l’exposition des « Fondements d’une science des œuvres », visant à promouvoir des programmes de recherches épistémologiquement fondés et contrôlés. On ne saurait comprendre cet investissement qu’en tenant compte de l’enjeu théorique fondamental que représentait pour lui la tentative de parvenir à rendre compte sociologiquement d’objets « protégés par leur légitimité contre le regard scientifique et contre le travail de désacralisation que présuppose l’étude scientifique des objets sacrés3 ». Il s’agissait de ne pas accepter l’attitude religieuse qui prétend soustraire a priori au domaine de la science une partie importante des pratiques sociales comme les produits culturels.

3Pierre Bourdieu avait l’ambition de fonder une théorie générale, consacrant beaucoup d’attention à la dimension symbolique des jeux sociaux, et cette dimension joue un rôle particulièrement évident dans le fonctionnement de la littérature et de l’art, notamment pour ce qui concerne le secteur le plus autonome, « monde renversé », fondé sur la dénégation des intérêts économiques. L’étude de ces univers peut s’appuyer sur une documentation exceptionnellement riche, par rapport à la plupart des autres champs sociaux : ce sont, assurément, ceux qui ont laissé le plus de traces et d’informations, car le culte du génie et de la création a favorisé, au long des siècles, la production et la transmission d’un fonds inépuisable de témoignages, de mémoires, de travaux biographiques, historiographiques, exégétiques et critiques.

  • 4 Pierre Bourdieu, L’Ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, éditions de Minuit, 1988.
  • 5 Pierre Bourdieu, Manet. Une révolution symbolique, Paris, Raisons d’agir/éditions du Seuil, « Cours (...)
  • 6 Pierre Bourdieu, « Le critique et le point de vue de l’auteur » (communication au Colloque « L’œuvr (...)

4Dans Les Règles de l’art, pris par les tâches majeures de reconstituer la genèse et le fonctionnement du champ dans tous ses aspects et de systématiser son approche théorique, Bourdieu n’a pu qu’esquisser l’analyse de l’œuvre de Flaubert. Son Heidegger est la seule étude de cas où il a exemplifié sa démarche de façon assez méthodique et approfondie et a montré la contribution qu’elle peut apporter à l’appréhension et à l’explication des œuvres culturelles, dans leurs aspects les plus spécifiques4. Mais il n’a jamais abandonné l’ambition de mettre à l’épreuve son modèle dans le domaine de la littérature et de l’art, comme en témoigne son travail inachevé sur Manet, où il avait entrepris de reconstituer l’état et les transformations des espaces imbriqués qu’il fallait prendre en considération pour rendre compte de l’œuvre du peintre et de sa réception. Il s’était attaché, en même temps, à analyser minutieusement les tableaux, pour montrer que leurs propriétés pouvaient être comprises comme l’expression du « point de vue » du peintre par rapport aux possibilités et aux limites que son espace de jeu enfermait5. Et cela en sachant bien que c’était un travail virtuellement interminable, inévitablement laborieux et imparfait, et exposé à la méconnaissance, voire à un discrédit préjudiciel. Pierre Bourdieu lui-même parlait de « mission impossible ». Mais il ajoutait : « Finalement, […] c’est là ce qu’il faut se donner pour fin de comprendre et d’expliquer 6».

Une manière de concevoir le travail intellectuel

  • 7 Pierre Bourdieu, « Méthode scientifique et hiérarchie sociale des objets », Actes de la recherche e (...)
  • 8 C’est pourquoi Bourdieu a encouragé et suivi avec une attention constante mes recherches sur Sartre (...)

5Par sa conception de la sociologie, mettant expressément en question les divisions disciplinaires et les hiérarchies des objets7, Bourdieu avait ouvert un chantier très vaste, qui n’aurait pu fonctionner sans les chercheurs qui, en s’inspirant de sa construction théorique, contribuaient par leur travail, concernant les domaines les plus variés, à transposer ses outils sur des terrains nouveaux et à leur conférer un degré plus élevé de généralité. Il était content que d’autres entreprennent des recherches poursuivant la « science des œuvres » telle qu’il la concevait8.

6Alors que beaucoup de théoriciens ont du mal à prendre en considération les objections et les perspectives nouvelles qui émergent du travail des autres, notamment s’il s’agit d’élèves, Bourdieu appréciait tout apport qui faisait avancer le work in progress collectif qu’il avait fondé. Il encourageait à oser, à aborder les problèmes que l’enquête faisait surgir, à ajuster les hypothèses. Il rassurait, car il ne se scandalisait pas des défaillances et se réjouissait du moindre progrès. Cette attitude maïeutique a beaucoup compté pour Pascale et pour moi, qui menions des recherches solitaires, trop littéraires aux yeux des sociologues et trop sociologiques aux yeux des littéraires.

  • 9 Pascale Casanova et Yves Lacascade, art. cit., p. 187.
  • 10 Ibid., p. 188.
  • 11 Pierre Bourdieu, Manet, op. cit., p. 680.

7Pascale Casanova nommait peu Bourdieu dans ses écrits, et utilisait peu ses concepts, préférant le plus souvent donner la parole à des écrivains qui avaient décrit spontanément des aspects de l’univers littéraire dont Les Règles de l’art rendaient compte sur un mode théorique. Elle ne cherchait pas à cacher ses dettes, mais à se protéger de l’hostilité a priori que la référence à un sociologue lui aurait attirée de la part des littéraires auxquels son œuvre s’adressait. Mais elle n’a jamais caché l’importance décisive qu’avait eue pour elle cette rencontre : « Je crois que je fais partie des gens qui ont été totalement transformés par leur rencontre avec Bourdieu9 ». Elle a toujours conçu son travail comme la poursuite de celui de Bourdieu : « Je travaille aujourd’hui à faire de la critique littéraire une science sociale, ou tout au moins, une pratique au service des sciences sociales et j’écris des livres pour mettre en œuvre la part littéraire de la théorie bourdieusienne10 ». Aussi a-t-elle repris à son compte la conception du travail scientifique prônée par Bourdieu : une entreprise collective et cumulative, à la fois ambitieuse et modeste, bien résumée par la devise « Dépasser en conservant » qu’il avait formulée dans son Manet11. Casanova aurait pu légitimement revendiquer le mérite d’avoir apporté des contributions théoriques originales et importantes par rapport au modèle bourdieusien, mais elle ne l’a pas fait, alors que bien des prétendants pressés ont présenté comme un dépassement théorique des simples innovations terminologiques.

Des Règles de l’art à la République mondiale des lettres, continuité et innovation

  • 12 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et fonctionnement du champ littéraire, Paris, éditions (...)

8Le premier ouvrage de Pascale Casanova, Beckett l’abstracteur, s’inscrit dans la perspective proposée dans Les Règles de l’art, où Bourdieu achève sa reconstitution de l’histoire du champ par des remarques concernant le rôle « d’abstracteur de quintessence » que joue dans les champs littéraires et artistiques le processus d’autonomisation : « C’est dire que, d’épuration en épuration, les luttes dont les différents champs sont le lieu conduisent à isoler peu à peu le principe essentiel de ce qui définit en propre chaque art et chaque genre12 ».

  • 13 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 3, Le Temps du monde, Paris, (...)
  • 14 Benedict Anderson, L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Pari (...)
  • 15 Michel Espagne et Michael Werner (dir.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour un (...)
  • 16 Itamar Even-Zohar, Polysystem Studies. Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990.
  • 17 Voir Anna Boschetti, « Transnational », dans Le Lexique Socius, sous la direction d’Anthony Glinoer (...)
  • 18 Franco Moretti, « Conjectures on World Literature », New Left Review, n° 1, janvier-février 2000, p (...)

9Mais, dans La République mondiale des lettres, Casanova a dépassé d’emblée une limite de l’analyse de Bourdieu : le cadre national. Elle y est arrivée toute seule, en ne s’appuyant que sur quelques suggestions de Fernand Braudel13, Benedict Anderson14, Michel Espagne et Michael Werner15, Itamar Even-Zohar16. À l’époque elle ne connaissait pas les autres ouvrages qui, depuis la fin des années 1970, ont contribué à mettre en question le « nationalisme méthodologique17 », et son livre précède les théorisations sur la world literature lancées, peu après, par Franco Moretti et par David Damrosch, de l’autre côté de l’Atlantique18.

  • 19 Pierre Bourdieu, Les Structures sociales de l’économie, Paris, éditions du Seuil, 2000, p. 273-280.

10La réflexion sur Beckett et sur nombre d’autres auteurs étrangers qu’elle avait lus et présentés dans ses émissions l’avait sans doute amenée à ressentir l’exigence d’adopter une perspective transnationale, soutenue avec enthousiasme par Bourdieu, qui avait entrepris de dénationaliser son modèle, comme le montre le post-scriptum « Du champ national au champ international » inséré dans Les Structures sociales de l’économie19.

  • 20 Voir notamment Christophe Charle, Paris fin de siècle. Culture et politique, Paris éditions du Seui (...)

11Un autre apport de Casanova est d’avoir placé Paris, et non la France, au centre de la République des lettres. Elle a souligné le rôle déterminant que Paris a joué dans l’hégémonie de la littérature française, du fait de l’accumulation extraordinaire de capital symbolique que lui a permis une combinaison unique de facteurs favorables. Elle a remarqué notamment la concentration de tous les ressorts (agents, institutions, public, presse) favorisée par la centralisation précoce et par la politique de légitimation par la promotion des arts et de la culture poursuivie par la cour et par l’aristocratie parisienne, suivant le modèle importé des seigneuries italiennes. Ainsi, en retraçant le rôle exercé par Paris, Casanova est parvenue spontanément à rejoindre les recherches sur les capitales culturelles que venait de lancer Christophe Charle20.

12Le dessein fondamental de La République mondiale des lettres apparaît comme l’extension, à une échelle plus vaste, du propos de l’ouvrage de Bourdieu. Casanova cherche à retracer (dans la première partie) la genèse et le fonctionnement du champ littéraire international et à montrer (dans la deuxième partie) comment ce fonctionnement permet de rendre compte des œuvres des grands inventeurs de la modernité romanesque.

13Nous retrouvons dans ce livre la conception structurale et agonistique de l’histoire littéraire proposée par Bourdieu. C’est, fondamentalement, la lutte entre les concurrents qui engendre les changements dans les manières d’entendre et de pratiquer la littérature. Et il faut prendre en compte cette lutte, comme principe explicatif, si l’on veut se donner les moyens de comprendre les choix, jusqu’aux plus techniques. Comme Bourdieu, Casanova considère les pratiques des écrivains, y compris leurs œuvres, comme des prises de position, orientées par la position et les dispositions des agents.

  • 21 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art, op. cit., p. 459-472.

14De même que Les Règles de l’art, l’ouvrage de Casanova souligne la conquête historique que représente le processus d’autonomisation de l’espace littéraire par rapport au pouvoir temporel, religieux et politique. Le fonctionnement de sa République des lettres ressemble, dans son côté vertueux, au « Corporatisme de l’universel » que Bourdieu préconisait dans la conclusion de son ouvrage21. Casanova partageait l’« utopie rationnelle » que Bourdieu a lancée à partir de 1987, ce projet d’une « realpolitik de la raison » qui l’a amené à fonder Liber, et elle a été parmi les principaux collaborateurs de cette revue, conçue comme une forme d’action intellectuelle transnationale.

15L’autonomie de la culture étant toujours relative, il faut, selon Bourdieu, prendre en considération méthodiquement la structure et les propriétés du champ du pouvoir, national et international, où les champs culturels sont situés. Bourdieu souligne, parmi les facteurs d’hétéronomie, la pression exercée par le marché : on ne saurait comprendre l’histoire de la littérature « légitime », sans tenir compte du fait qu’elle se définit toujours en s’opposant à la production commerciale.

  • 22 Voir Hervé Serry, « Littérature et religion catholique (1880‑1914). Contribution à une socio-histoi (...)
  • 23 Concernant les liens entre histoire littéraire et édition, on peut voir Christophe Charle, « Le cha (...)
  • 24 Voir Marie-Ève Thérenty, Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Honoré (...)
  • 25 Pour ce qui est du marché, on peut voir Gisèle Sapiro (dir.), Translatio. Le marché de la traductio (...)

16Casanova reconnaît le poids de la politique et du nationalisme dans les littératures émergentes, mais accorde sans doute trop peu d’attention au fait que, même dans les régimes parlementaires laïcisés, les contraintes étatiques et/ou religieuses sont loin d’avoir disparu et exercent des effets sur la culture, occultés chez les auteurs les plus autonomes par la mise en forme que le champ impose à tout intérêt expressif22. Casanova, en outre, tend à laisser dans l’ombre le rôle de l’édition23, de la presse24 et du marché25, du moins pour ce qui concerne la période sur laquelle est focalisée son analyse. L’essor du marché apparaît dans son livre comme un phénomène relativement récent, perçu exclusivement comme une menace pour l’autonomie. De même, la référence aux produits « populaires » ne semble concerner, dans ses analyses, que les jeunes littératures en construction.

  • 26 On peut voir à ce propos Anna Boschetti, La Poésie partout. Apollinaire homme-époque (1898-1918), P (...)

17Ces points aveugles risquent de cacher les effets que les relations dynamiques avec la production commerciale et les genres « populaires » ont pu jouer dans les innovations qui ont transformé les canons. Ce n’est pas seulement un rôle de repoussoir, comme semblent le poser Les Règles de l’art. L’histoire culturelle montre qu’il y a toujours eu des échanges dans les deux sens, la grande production s’inspirant de l’avant-garde comme l’avant-garde puisant de plus en plus aux ressorts des produits « populaires » et commerciaux, fût-ce de manière détournée et parodique26.

L’inégalité des langues

  • 27 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 198 (...)
  • 28 Abram de Swaan, « The Emergent World Language System », International Political Science Review, vol (...)

18Dès 1982, Pierre Bourdieu avait esquissé une « économie des échanges linguistiques » montrant la forme de domination symbolique que le marché linguistique national peut exercer, du fait qu’il a le pouvoir d’imposer une définition de la langue légitime par rapport à laquelle la compétence des locuteurs est très inégalement distribuée27. Au début des années 1990, Abram de Swaan avait entrepris de décrire les rapports de force et les hiérarchies entre les langues au niveau du World Language System28.

19Ces recherches ont certainement aidé Casanova à donner forme à ses réflexions concernant la dimension linguistique de l’inégalité entre les littératures. Mais personne avant elle n’avait fait émerger et souligné avec autant de force l’importance générale de ce facteur dans le fonctionnement de l’histoire littéraire. Les cas des auteurs étrangers qu’elle avait analysés avaient contribué à lui faire découvrir les choix difficiles, parfois dramatiques, qu’imposaient les hiérarchies linguistico-littéraires et la difficulté d’accéder à la consécration internationale à partir des positions les plus défavorisées.

20Elle s’est sans doute inspirée de Ce que parler veut dire – notamment des remarques concernant les pratiques caractéristiques des locuteurs dominés – dans son analyse des stratégies de littérarisation propres aux écrivains issus de régions excentriques de l’espace littéraire. Traduction, autotraduction, transcription, écriture directe dans une langue dominante constituent la gamme des solutions permettant à ces écrivains d’accéder à la visibilité et à la reconnaissance.

  • 29 Pascale Casanova, La Langue mondiale. Traduction et domination, Paris, éditions du Seuil, « Liber » (...)
  • 30 Là aussi elle développe des suggestions de Pierre Bourdieu. Voir notamment Pierre Bourdieu, « Quell (...)

21Comme Bourdieu, Casanova reprend la catégorie marxienne et weberienne de la domination, au lieu d’adopter le langage de la World System Theory, qui parle de centres et de périphéries. Il y a des dominants et des dominés en littérature comme dans les autres jeux sociaux. Les effets de la domination linguistique sont au centre de l’ouvrage La Langue mondiale29. Si Casanova y parle surtout des langues dominantes du passé, elle dénonce avec préoccupation l’emprise de l’anglais30.

22En montrant que les « révolutions » marquantes de la littérature du xxe siècle ont été le fait d’hérétiques marginaux, qui ont réussi à mettre en question les modèles en vigueur dans les « centres », La République mondiale des lettres met en cause, implicitement, la conception diffusionniste des rapports entre centres et périphéries proposée par Franco Moretti et par la plupart des recherches concernant la circulation des modèles littéraires. Si les capitales, Paris notamment, détenaient et détiennent le pouvoir de consacrer, l’histoire de la modernité littéraire s’est engendrée, en grande partie, dans et par les œuvres d’écrivains qui, issus de régions périphériques, ont accédé à la reconnaissance des centres et ont introduit dans les possibles littéraires des manières nouvelles de voir et d’écrire.

23Ainsi, le changement d’échelle qu’elle a effectué a permis à Pascale Casanova de contribuer de manière décisive à dénationaliser et à enrichir la théorie des champs. Certes, comme toute construction théorique, ses propositions ne sauraient être qu’un apport partiel et révisable. Focalisé sur l’hégémonie parisienne et sur les grands novateurs du xxe siècle, le modèle esquissé dans La République mondiale des lettres ne saurait permettre d’appréhender toutes les époques et toutes les formes de ce que nous pouvons désigner comme littérature.

  • 31 Voir COnTEXTES, n° 7, 2010, « Approches de la consécration en littérature », et n° 17, 2016, « De l (...)

24Le système de consécration que cet ouvrage décrit ne suffit pas à rendre compte du processus complexe de sélection et de canonisation des œuvres31. De plus, il ne concerne que la période très restreinte – de Baudelaire à Tel Quel – dans laquelle la bipolarisation du champ de production parisien était très accentuée et le secteur le plus autonome détenait effectivement une grande autorité internationale. La succession de révoltes dont est faite selon Casanova l’histoire de la littérature (p. 70) ne caractérise en réalité que cet âge d’or des avant-gardes, dont la perspective évolutionniste a été remise radicalement en question par le postmodernisme.

  • 32 Voir Christophe Charle, La Crise littéraire à l’époque du naturalisme, Paris, PENS, 1979 ; Anna Bos (...)

25On peut aussi regretter la formulation binaire de certains « principes » : autonomie et politique, légitimité internationale et reconnaissance nationale sont parfois présentées comme des pôles opposés, sans distinguer explicitement entre la dépendance à l’égard du pouvoir et les sentiments politiques, qui, fût-ce sous une forme indirecte et euphémisée, peuvent jouer un rôle fondamental, même pour les écrivains les plus autonomes et centraux32. Et cela, non seulement dans les périodes de « crise » et de politisation évidente de l’ensemble du champ intellectuel.

  • 33 Des études récentes montrent la complexité du système de relations et des repères qu’il faut retrac (...)

26Par ailleurs, les analyses esquissées dans l’ouvrage montrent que les oppositions autonomie/hétéronomie, littéraire/politique, international/national, demandent à être précisées, ne sont pas tranchées et ne se recoupent pas. Casanova souligne, notamment, le rôle que des préoccupations politiques et/ou nationales ont pu jouer dans la genèse d’œuvres que Paris a consacrées comme universelles, sans prendre en compte leur contexte historique et social. Elle reconnaît, en outre, que les hiérarchies parisiennes sont loin d’avoir été le principal ou le seul repère par rapport auquel les novateurs ont construit leur œuvre. Ils se situaient, le plus souvent, par rapport à un espace polycentrique et plurilingue, et il faut reconstituer la complexité de cet espace et des positions qu’ils y occupaient pour rendre compte des propriétés de leurs œuvres33.

Les combats de Kafka

  • 34 Pascale Casanova, Kafka en colère, Paris, éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 2011.
  • 35 Dans La République mondiale des lettres (op. cit., p. 135-136), Casanova déclarait que « les seuls (...)

27Mais c’est surtout dans son livre sur Kafka que Pascale Casanova parvient à articuler son modèle, comme l’exige la position de cet écrivain pragois, juif, parlant et écrivant en allemand, mais tenté un temps d’apprendre le yiddish, participant intensément aux conflits internes à la minorité juive, par sa révolte contre l’assimilationnisme, son refus du sionisme, son attention pour le bundisme et son intérêt passionné pour le yiddishisme34. Le cas de Kafka met en question l’image de Paris comme méridien de Greenwich de tous les écrivains « modernes »35, car son œuvre se définit par rapport à d’autres repères : l’espace ancien et puissant de la littérature en langue allemande, gravitant autour de ses capitales ; l’espace des idées et des mouvements politiques d’Europe centrale ; la littérature yiddish ; le champ culturel pragois qui, comme d’autres espaces récents, démunis en capital spécifique, tend à une définition nationale et politique de ses luttes.

28En reconstituant la perspective inséparablement internationale et nationale, littéraire et politique qui oriente l’œuvre de Kafka, l’analyse de Casanova dépasse les alternatives simples qu’elle avait semblé poser dans son ouvrage de 1999. Contre les lectures qui ôtent aux textes leur ancrage historique, elle les interprète comme des prises de position politiques, des formes de satire et de dénonciation. Si elles sont méconnues et méconnaissables comme telles, souligne Casanova, c’est que Kafka les masque sous l’allégorie.

  • 36 Pascale Casanova (dir), Des Littératures combatives. L’internationale des nationalismes littéraires(...)
  • 37 Fredric Jameson, « La littérature du Tiers-monde à l’époque du capitalisme multinational » (1986), (...)

29En utilisant le concept d’allégorie, elle s’est sans doute souvenue du texte de Jameson qu’elle a publié dans son recueil Des Littératures combatives36 : « Je poserai, déclare Jameson, que tous les textes du Tiers monde sont allégoriques, et ce sur un mode très spécifique : ils doivent être lus comme des allégories nationales, même lorsque, ou, devrais-je dire, surtout lorsque leurs formes sont issues de machines de représentation éminemment occidentales, comme le roman37. »

30Pascale Casanova s’attache à décrypter les cibles diverses et très concrètes que les récits de Kafka visaient d’une manière voilée. Ainsi, par exemple, elle lit Le Disparu (L’Amérique) comme « un conte yiddish transposé racontant l’exil éternel des Juifs sous la forme de leur émigration en Amérique. »  (p. 317) ; Le Procès, comme une parabole illustrant le mécanisme de la croyance antisémite.

31Elle cherche à rendre compte aussi des aspects techniques. Kafka admire la langue de Karl Kraus, dans laquelle il voit un détournement paradoxal du mauscheln, s’opposant à l’esthétisme du groupe du Jung-Wien. De même, suivant Casanova, on peut reconnaître dans le « style blanc » de Kafka l’issue qu’il invente pour se démarquer de l’allemand ornemental qu’il reproche aux écrivains juifs du Cercle de Prague.

32Elle remet en question les lectures autobiographiques des récits de Kafka, en montrant que le « je » de ces textes est un « narrateur-menteur », souvent bête et cruel, dont la posture ethnologique reprend et parodie celle des Völkerkunde que Kafka aimait. C’est par ce choix déroutant, soutient Casanova, que Kafka interroge le lecteur et l’incite à mettre en cause le point de vue du narrateur sur la violence et l’arbitraire des situations qu’il décrit. D’autres aspects marquants de l’œuvre, notamment le côté humoristique et satirique, la conception des personnages comme types collectifs, le refus des analyses intellectualistes et psychologiques, sont interprétés comme un détournement de traits propres aux contes et légendes yiddish.

  • 38 Voir Anna Boschetti, « L’explication du changement », dans Bourdieu et la littérature, sous la dire (...)

33L’éclairage inédit et convaincant que cet ouvrage apporte sur les textes de Kafka témoigne de la puissance heuristique des hypothèses qui ont guidé la construction d’objet et la démarche. En faisant émerger ce que l’originalité de l’œuvre doit au radicalisme politique de Kafka et aux formes populaires dont il s’est inspiré, Casanova enrichit le modèle d’explication du changement (comme produit de la lutte entre orthodoxie et hérésie) proposé dans Les Règles de l’art et dans La République mondiale des lettres38. Elle montre que les inventions littéraires ne s’engendrent pas forcément comme tentatives pour subvertir les hiérarchies parisiennes, mais peuvent être l’expression indirecte de problèmes étrangers à la littérature et peuvent emprunter leurs moyens à des répertoires naïfs comme la tradition yiddish.

34Aussi Casanova a-t-elle contribué par chacun de ses ouvrages à faire progresser les principes et la validation empirique de la science des œuvres qu’elle poursuivait. Le combat héroïque qu’elle a dû soutenir pour continuer son travail, malgré sa maladie, n’est pas moins émouvant que les batailles de son cher Kafka. Ce n’est pas un hasard si elle a réussi à arracher ces batailles à l’invisibilité en faisant enfin découvrir un Kafka engagé dans les conflits auxquels il s’était affronté, s’attachant à dénoncer, dans son œuvre, des formes diverses de domination.

Haut de page

Bibliographie

Anderson Benedict, L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996.

Bérat-Esquier Fanny, Les Origines journalistiques du poème en prose, ou le siècle de Baudelaire, Thèse de 3e Cycle soutenue le 9 décembre 2006 à l’Université Charles de Gaulle – Lille 3.

Boschetti Anna, La Poésie partout. Apollinaire homme-époque 1898-1918, Paris, éditions du Seuil, 2001.

Boschetti Anna, « Légitimité littéraire et stratégies éditoriales », Histoire de l’édition française, vol. 4, Paris, Promodis, 1986, p. 481-527.

Boschetti Anna, « L’Explication du changement », dans Bourdieu et la littérature, sous la direction de Jean-Pierre Martin, Nantes, éditions Cécile Defaut, 2010, p. 93-111.

Boschetti Anna, Sartre et « Les Temps Modernes », Paris, éditions de Minuit, 1985.

Boschetti Anna, « Transnational », dans Le lexique socius, sous la direction d’Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/186-transnational, mis en ligne le 22 juin 2016, consulté le 18 février 2020.

Bourdieu Pierre, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.

Bourdieu Pierre, « Le Critique et le point de vue de l’auteur » communication au Colloque « L’Œuvre et son ombre : que peut la littérature secondaire ? », Paris, Fondation Hugot du Collège de France, 24 novembre 2000, dans L’Œuvre et son ombre. Que peut la littérature secondaire ?, sous la direction de Michel Zink, Paris, De Fallois, 2002, p.129-134.

Bourdieu Pierre, Manet. Une révolution symbolique, Paris, Raisons d’agir/éditions du Seuil, « Cours et travaux », 2014.

Bourdieu Pierre, « Méthode scientifique et hiérarchie sociale des objets », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, janvier 1975, p. 4-6.

Bourdieu Pierre, L’Ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, éditions de Minuit, 1988.

Bourdieu Pierre, « Quelles langues pour une Europe démocratique ? », Raisons politiques, « La République des langues », 2, mai 2001, p. 41-64 avec Marc Fumaroli, Claude Hagège, Abram de Swaan, Immanuel Wallerstein.

Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, éditions de Minuit, 1980.

Bourdieu Pierre, Raisons pratiques, Paris, éditions du Seuil, 1994.

Bourdieu Pierre, Les Règles de l’art. Genèse et fonctionnement du champ littéraire, Paris, éditions du Seuil, 1992.

Bourdieu Pierre, Les Structures sociales de l’économie, Paris, éditions du Seuil, 2000.

Bourdieu Pierre, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126-127, 1999, p. 3-28.

Braudel Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 3, Le Temps du monde, Paris, Armand Colin, 1979.

Casanova Pascale (dir.), Des Littératures combatives. L’internationale des nationalismes littéraires, Paris, Raisons d’agir, 2011.

Casanova Pascale, Kafka en colère, Paris, éditions du Seuil, « Fiction et Cie », 2011.

Casanova Pascale, La Langue mondiale. Traduction et domination, Paris, éditions du Seuil, « Liber », 2015.

Casanova Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, éditions du Seuil, 1999.

Casanova Pascale et Lacascade Yves, « Une critique de solitude. Entretien avec Pascale Casanova », Journal des anthropologues, nos 148-149, 2017, p. 183-202.

Charle Christophe, « Le Champ de la production littéraire », Histoire de l’édition française, vol. 3, 1985, p. 126-157.

Charle Christophe, La Crise littéraire à l’époque du naturalisme, Paris, PENS, 1979.

Charle Christophe, La Dérégulation culturelle. Essai d’histoire des cultures en Europe au xixe siècle, Paris, PUF, 2015.

Charle Christophe, Paris fin de siècle. Culture et politique, Paris, éditions du Seuil, 1998.

COnTEXTES, n° 7, 2010, « Approches de la consécration en littérature ».

COnTEXTES, n° 17, 2016, « De l’émergence à la canonisation ». 

Damrosch David, What is World Literature?, Princeton, Princeton University Press, 2003.

Ducournau Claire, La Fabrique des classiques africains. Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone, Paris, CNRS éditions, 2017.

Durand Pascal, Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, éditions du Seuil, « Liber », 2008.

Durand Pascal, Médiamorphoses. Presse, littérature et médias, culture médiatique et communication, Liège, Presses universitaires de Liège, 2019.

Espagne Michel et Werner Michael (dir.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire. Philologiques III, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994.

Gobille Boris, Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires, Paris, CNRS éditions, 2018.

Jameson Fredric, « La littérature du Tiers monde à l’époque du capitalisme multinational » 1986, dans Des Littératures combatives, op. cit., p. 33-72.

Leperlier Tristan, Algérie, les écrivains dans la décennie noire, Paris, CNRS éditions, 2018.

Moretti Franco « Conjectures on World Literature », New Left Review, n° 1, janvier-février 2000, p. 54-68.

Poetics, n° 59, 2016, « Cultural consecration and legitimation ».

Popa Ioana, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme, 1947-1989, Paris, CNRS éditions, 2010.

Sapiro Gisèle, Les Contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2009.

Sapiro Gisèle, La Guerre des écrivains 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

Sapiro Gisèle (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS éditions, « Culture & Société », 2008.

Sapiro Gisèle, « The Role of publishers in the making of World Literature: the case of Gallimard », Letteratura e Letterature, n° 11, 2017, p. 81-94.

Serry Hervé, « Constituer un catalogue littéraire. La place des traductions dans l’histoire des éditions du Seuil », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 144, 2002, p. 70-79.

Serry Hervé, « Littérature et religion catholique (1880‑1914). Contribution à une socio-histoire de la croyance », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°87, 2002, p. 37-59.

Swaan de Abram, « The emergent World Language System », International Political Science Review, vol. 14, n° 3, juillet 1993, p. 219-226.

Thérenty Marie-Ève, Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Honoré Champion éditeur, 2003.

Thérenty Marie-Ève, Presses et plumes. Journalisme et littérature au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2004.

Haut de page

Notes

1 Voir Pascale Casanova et Yves Lacascade, « Une critique de solitude. Entretien avec Pascale Casanova », Journal des anthropologues, n° 148-149, 2017, p. 183-202.

2 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, éditions du Seuil, 1999, p. 15.

3 Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, éditions de Minuit, 1980, p. 196.

4 Pierre Bourdieu, L’Ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, éditions de Minuit, 1988.

5 Pierre Bourdieu, Manet. Une révolution symbolique, Paris, Raisons d’agir/éditions du Seuil, « Cours et travaux », 2013.

6 Pierre Bourdieu, « Le critique et le point de vue de l’auteur » (communication au Colloque « L’œuvre et son ombre : que peut la littérature secondaire ? », Paris, Fondation Hugot du Collège de France, 24 novembre 2000), dans L’Œuvre et son ombre. Que peut la littérature secondaire ?, sous la direction de Michel Zink, Paris, De Fallois, 2002, p. 129-134.

7 Pierre Bourdieu, « Méthode scientifique et hiérarchie sociale des objets », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 1, janvier 1975, p. 4-6.

8 C’est pourquoi Bourdieu a encouragé et suivi avec une attention constante mes recherches sur Sartre, puis mes travaux sur Apollinaire.

9 Pascale Casanova et Yves Lacascade, art. cit., p. 187.

10 Ibid., p. 188.

11 Pierre Bourdieu, Manet, op. cit., p. 680.

12 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et fonctionnement du champ littéraire, Paris, éditions du Seuil, 1992, p. 198.

13 Fernand Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 3, Le Temps du monde, Paris, Armand Colin, 1979.

14 Benedict Anderson, L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996.

15 Michel Espagne et Michael Werner (dir.), Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire. Philologiques III, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994.

16 Itamar Even-Zohar, Polysystem Studies. Poetics Today, vol. 11, n° 1, 1990.

17 Voir Anna Boschetti, « Transnational », dans Le Lexique Socius, sous la direction d’Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand, URL : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/186-transnational, mis en ligne le 22 juin 2016, consulté le 18 février 2020.

18 Franco Moretti, « Conjectures on World Literature », New Left Review, n° 1, janvier-février 2000, p. 54-68 ; David Damrosch, What is World Literature?, Princeton, Princeton University Press, 2003.

19 Pierre Bourdieu, Les Structures sociales de l’économie, Paris, éditions du Seuil, 2000, p. 273-280.

20 Voir notamment Christophe Charle, Paris fin de siècle. Culture et politique, Paris éditions du Seuil, 1998, un ouvrage publié entre la soutenance de la thèse de Casanova et la parution de La République mondiale des lettres.

21 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art, op. cit., p. 459-472.

22 Voir Hervé Serry, « Littérature et religion catholique (1880‑1914). Contribution à une socio-histoire de la croyance », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 87, 2002, p. 37-59.

23 Concernant les liens entre histoire littéraire et édition, on peut voir Christophe Charle, « Le champ de la production littéraire », Histoire de l’édition française, vol. 3, 1985, p. 126-157 ; Anna Boschetti, « Légitimité littéraire et stratégies éditoriales », Histoire de l’édition française, vol. 4, Paris, Promodis, 1986, p. 481-527 ; Pierre Bourdieu, « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126-127, 1999, p. 3-28 ; Hervé Serry, « Constituer un catalogue littéraire. La place des traductions dans l’histoire des éditions du Seuil », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 144, 2002, p. 70-79 ; Gisèle Sapiro (dir.), Les Contradictions de la globalisation éditoriale, Paris : Nouveau Monde Editions, 2009 ; Gisèle Sapiro, « The Role of publishers in the making of World Literature : the case of Gallimard », Letteratura e Letterature, n° 11, 2017, p. 81-94.

24 Voir Marie-Ève Thérenty, Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Honoré Champion éditeur, 2003 ; Marie-Ève Thérenty, Presses et plumes : journalisme et littérature au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2004 ; Fanny Bérat-Esquier, Les Origines journalistiques du poème en prose, ou le siècle de Baudelaire, Thèse de 3e Cycle soutenue le 9 décembre 2006 à l’Université Charles de Gaulle – Lille 3 ; Pascal Durand, Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, éditions du Seuil, « Liber », 2008 ; Pascal Durand, Médiamorphoses. Presse, littérature et médias, culture médiatique et communication, Liège, Presses universitaires de Liège, 2019.

25 Pour ce qui est du marché, on peut voir Gisèle Sapiro (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS éditions, « Culture & Société », 2008.

26 On peut voir à ce propos Anna Boschetti, La Poésie partout. Apollinaire homme-époque (1898-1918), Paris, éditions du Seuil, 2001. Les imbrications diverses entre les transformations des canons « légitimes » et les cultures « populaires » sont reconstituées par Christophe Charle, à l’échelle européenne, dans son ouvrage La Dérégulation culturelle. Essai d’histoire des cultures en Europe au xixe siècle, Paris, PUF, 2015.

27 Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.

28 Abram de Swaan, « The Emergent World Language System », International Political Science Review, vol. 14, n° 3, juillet 1993, p. 219-226.

29 Pascale Casanova, La Langue mondiale. Traduction et domination, Paris, éditions du Seuil, « Liber », 2015.

30 Là aussi elle développe des suggestions de Pierre Bourdieu. Voir notamment Pierre Bourdieu, « Quelles langues pour une Europe démocratique ? », Raisons politiques, « La République des langues », 2 mai 2001, p. 41-64 (avec Marc Fumaroli, Claude Hagège, Abram de Swaan, Immanuel Wallerstein).

31 Voir COnTEXTES, n° 7, 2010, « Approches de la consécration en littérature », et n° 17, 2016, « De l’émergence à la canonisation » ; Poetics, n° 59, 2016, « Cultural consecration and legitimation ».

32 Voir Christophe Charle, La Crise littéraire à l’époque du naturalisme, Paris, PENS, 1979 ; Anna Boschetti, Sartre et « Les Temps Modernes », Paris, éditions de Minuit, 1985 ; Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains (1940-1953), Paris, Fayard, 1999 ; Ioana Popa, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris, CNRS éditions, 2010 ; Boris Gobille, Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires, Paris, CNRS éditions, 2018 ; Tristan Leperlier, Algérie, les écrivains dans la décennie noire, Paris, CNRS éditions, 2018.

33 Des études récentes montrent la complexité du système de relations et des repères qu’il faut retracer pour rendre compte de trajectoires situées en porte-à-faux entre des univers différents comme le monde parisien et le monde postcolonial. Voir, notamment, Claire Ducournau, La Fabrique des classiques africains. Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone, Paris, CNRS éditions, 2017 ; Tristan Leperlier, Algérie, les écrivains dans la décennie noire, op. cit.

34 Pascale Casanova, Kafka en colère, Paris, éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 2011.

35 Dans La République mondiale des lettres (op. cit., p. 135-136), Casanova déclarait que « les seuls véritables “modernes”, les seuls à (re)connaître la littérature du présent sont ceux qui connaissent l’existence de cette horloge littéraire et, de ce fait, se réfèrent aux lois internationales ou aux révolutions esthétiques qui font date dans l’espace littéraire mondial. »

36 Pascale Casanova (dir), Des Littératures combatives. L’internationale des nationalismes littéraires, Paris, Raisons d’agir, 2011.

37 Fredric Jameson, « La littérature du Tiers-monde à l’époque du capitalisme multinational » (1986), dans Des Littératures combatives, op. cit., p. 33-72.

38 Voir Anna Boschetti, « L’explication du changement », dans Bourdieu et la littérature, sous la direction de Jean-Pierre Martin, Nantes, éditions Cécile Defaut, 2010, p. 93-111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Boschetti, « Pour une science des œuvres »COnTEXTES [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 29 septembre 2020, consulté le 24 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/contextes/9317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.9317

Haut de page

Auteur

Anna Boschetti

Université de Venise

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search