Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques28Exils de Pascale Casanova

Texte intégral

  • 1 Je remercie Gisèle Sapiro, Claire Ducournau et Tristan Leperlier de leur invitation à cet hommage e (...)
  • 2 Laurent Jeanpierre, Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situation d’exil. Intellectuel (...)

1C’est un honneur pour moi de prendre part au juste hommage rendu à Pascale Casanova : pour des raisons scientifiques, parce que son œuvre a été une source d’inspiration cardinale dans mon travail, et pour des raisons personnelles, parce que j’ai eu le privilège de la fréquenter depuis 20051. Avant notre rencontre, qui eut lieu à l’occasion d’un colloque en Suisse d’un réseau scientifique international (Pour un espace des sciences sociales européen) animé par Franz Schultheis, le nom de Pascale Casanova évoquait pour moi deux figures. C’était d’abord, comme pour beaucoup, une voix radiophonique qui avait contribué à mon éducation littéraire à travers son émission les Jeudis (puis les Mardis) Littéraires, diffusée par France Culture. Quelques années plus tard, la publication de La République mondiale des lettres (1999) avait agi comme une révélation. Je travaillais alors à ma thèse de doctorat (soutenue en 2004) qui portait sur l’émigration des intellectuels français partis vers les États-Unis entre 1939 et 19422. J’y ai utilisé le cadre d’analyse proposé par Casanova, reformulé en termes d’espace social transnational (plutôt que de « république mondiale »), non seulement pour traiter du cas des écrivains émigrés mais aussi de celui d’autres professions intellectuelles et pour analyser les relations culturelles et scientifiques transatlantiques de l’après-guerre.

2À la lecture de son œuvre, j’avais été immédiatement frappé par l’importance du motif de l’exil et par la place centrale des écrivains exilés, réfugiés politiques ou émigrés volontaires, dans le corpus qu’elle mobilisait en vue de construire ses idées-clefs : existence d’un espace littéraire mondial, conceptualisation en termes de « bourse des valeurs littéraires », attention à la « fabrique de l’universel » dans les capitales mondiales de la littérature ou bien à l’idée de « révoltes et de révolutions littéraires » des excentrés, des périphériques, des démunis, des dominés, nécessité d’une histoire mondiale de la littérature (bien avant que la vague des histoires mondiales, globales, transnationales ou connectées ne reconfigure l’historiographie et ne percent dans l’espace public). Après Beckett, l’abstracteur, en 1997, qui portait déjà sur un écrivain émigré, l’ouvrage de 1999 mentionnait nombre d’auteurs ayant eu une expérience d’exil comme Joyce, Michaux, Cioran, Kiš, Dario et beaucoup d’autres.

  • 3 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999, p. 15.
  • 4 Ibid., p. 65.

3D’une part, leurs œuvres fournissaient une formidable matière première pour la nouvelle critique littéraire que Pascale Casanova entendait fonder et appelait de ses vœux : une critique littéraire qu’elle nommait alors « internationale3 » et qui viserait « à éclairer de façon inédite et souvent radicalement neuve les œuvres les plus commentées, et notamment celles de quelques-uns des plus grands révolutionnaires littéraires de ce siècle » en montrant que « le patrimoine littéraire et linguistique national est une sorte de définition première, a priori et presque inévitable de l’écrivain, définition qu’il transformera (au besoin en la refusant ou […] en se constituant contre elle) par son œuvre et sa trajectoire4 ».

  • 5 Ibid., p. 15.

4D’autre part, ces œuvres et, parmi elles, surtout les écrits littéraires des écrivains exilés offraient aussi par elles-mêmes un cadre d’analyse, une théorie spontanée de la république mondiale des lettres et de ses lois « de rivalité, d’inégalité, de luttes spécifiques5 ». Car si les écrivains exilés des périphéries vers le centre tiennent une place stratégique dans la démonstration sociologique et dans le panthéon littéraire de Pascale Casanova, c’est aussi, comme elle l’écrit, parce qu’ils sont plus lucides, comme devraient l’être en principe, si l’on suit l’argument, toutes celles et tous ceux qui, dans le monde social, sont placés dans des positions dominées. Lorsque des écrivains dissidents sont critiques des censures nationales, quand des écrivains colonisés et postcoloniaux dévoilent les effets d’imposition de langues et de littératures impériales ou métropolitaines, c’est parce qu’ils sont placés à la fois en position subalterne et en position d’entre-deux et comme condamnés à développer une réflexivité supérieure sur les règles du jeu de l’espace littéraire mondial, à déployer une vision spécifique dont ne disposeraient pas les écrivains issus des littératures dominantes. Pour Casanova, les écrivains exilés sont donc plus conscients que ne le sont les autres et ont ainsi plus de chance que ces derniers d’énoncer la structure du champ littéraire mondial. Une telle observation préalable permet au passage de tempérer certaines lectures de son œuvre qui ont suggéré qu’elle surévaluait la conscience internationale des écrivains, que ce trait était dû à son corpus de textes, avant tout réflexifs mais souvent mineurs, et pas nécessairement représentatifs des œuvres littéraires des auteurs qu’elle étudiait par ailleurs. En réalité, ce n’est pas la nature illustrative ou la sélection excessive de ses textes qui est à la source de la théorie originale de Casanova mais plutôt la centralité de l’expérience de déplacement et de domination dans la vie des écrivains auxquels elle s’est intéressée.

5Pourtant La République mondiale des lettres ne contient pas à proprement parler de sociologie complète de l’exil littéraire. Il est toutefois possible de reconstituer les principaux traits d’une théorisation de ce type en s’intéressant aux fonctions de l’exil apparaissant dans la démonstration. Deux débouchés littéraires aux exils d’écrivain sont dégagés : la différenciation, au sein de l’internationale littéraire, d’une tradition nationale, d’une langue, d’un style d’écriture spécifique et original, ou bien, au contraire, leur intégration au pôle considéré comme « autonome » de la littérature mondiale, c’est-à-dire au patrimoine universel de la modernité littéraire. Or ces deux fonctions, séparatrice ou intégratrice, plutôt que d’être opposées, sont en réalité placées par Pascale Casanova dans un continuum et pensées comme non-contradictoires et même conciliables. Je voudrais évoquer brièvement les étapes de cette élaboration.

La fonction différenciatrice de l’exil

  • 6 Pascale Casanova, op. cit., p. 51.

6L’exil des écrivains est d’abord abordé dans La République mondiale des lettres comme une expérience historique ayant été, dans certains cas, constitutive de plusieurs nationalismes et, parfois, de littératures nationales. Pascale Casanova rappelle, à la suite de Benedict Anderson, que la situation d’exil a souvent été propice à l’affirmation d’identités et d’indépendances nationales dans des groupes émigrés. À ces constructions collectives participèrent des écrivains, en particulier ceux qui trouvèrent asile à Paris, comme dans les cas, mentionnés dans l’ouvrage, des Polonais en 1830, des Tchèques en 1915 ou encore des groupes chiliens et cubains dotés d’une presse nationale en exil comme La Estrella del Chile, El Americano en 1872, qui défend le nationalisme hispano-américain, ou La Republica cubana, créée en 1896 comme émanation du gouvernement républicain cubain en exil6.

  • 7 Ibid., p. 83.
  • 8 Ibid., p. 439.
  • 9 Ibid., p. 446.

7L’exil littéraire est aussi, dans certaines conditions, propice à une réflexion sur la langue et l’autonomie linguistique. Le modèle historique de cette révolution symbolique est, pour Casanova, représenté par la figure de Dante écrivant en langue vulgaire son Il Convivio (1304-1307) depuis la Toscane et proposant par là de fonder une langue écrite et littéraire à partir de plusieurs dialectes toscans. Pascale Casanova s’est beaucoup intéressée à la référence à Dante chez les écrivains irlandais exilés à Paris à la fin des années 1920 que sont Beckett et Joyce. Elle comparait ainsi l’emprise du latin sur la littérature de la péninsule italienne et de l’Europe à l’époque de Dante avec l’emprise de l’anglais sur la littérature irlandaise au début du siècle dernier7. L’exil ne fait-il pas dire à Joyce qu’il n’écrit « pas en anglais » et que son talent résulte avant tout de sa « révolte contre les conventions anglaises »8 ? Dans Beckett, l’abstracteur, Casanova avait déjà consacré plusieurs pages à ce qu’elle appelait les « usages politiques et littéraires de Dante » par le poète irlandais à partir d’une lecture de son célèbre texte intitulé « Dante… Bruno. Vico… Joyce », qui défendait en 1929 le projet littéraire et linguistique de Finnegans Wake. « Joyce, poursuit-elle dans La République mondiale des lettres, en créant une sorte de synthèse de toutes les langues européennes, invent[er]ait une solution inédite à la domination linguistique et politique anglaise », comparable à celle de Dante voulant synthétiser les dialectes italiens9.

  • 10 Ibid., p. 52.

8L’exil n’est pas seulement propice à la critique des langues hégémoniques ou bien à l’invention d’une langue nouvelle, imaginaire s’il le faut ; il représente aussi une situation où s’est exprimée plus généralement la volonté d’autonomie des « petites nations » littéraires, le plus souvent depuis le centre de la république mondiale des lettres et avec des textes fondateurs de traditions. Casanova rappelle par exemple que c’est à Paris que fut écrit le Pan Tadeusz d’Adam Mickiewicz, un poème épique écrit en polonais, publié à Paris en 1834, qui raconte notamment l’histoire d’une révolte en territoire aujourd’hui lituanien et polonais contre l’occupation russe, et figure depuis lors comme texte obligatoire au programme de toutes les écoles de Pologne10.

  • 11 Ibid., p. 66.

9Et lorsque l’exil n’est pas l’occasion d’affirmer ou de réaffirmer l’autonomie nationale d’une langue ou d’une littérature, les œuvres des écrivains qui en font l’expérience n’en restent pas moins travaillées par les forces qui traversent ce que Casanova appelle « la structure littéraire mondiale ». Tout l’effort de La République mondiale des Lettres, qui est encore réaffirmé dans Kafka en colère, consiste en effet à faire apparaître la position des écrivains dans cet univers littéraire mondial comme un paramètre jusque alors absent de l’analyse des œuvres. Ainsi a-t-on a souvent compris l’œuvre de Gertrude Stein à partir de sa position de femme dans « l’espace [très masculin] des intellectuels américains en exil » à Paris. Mais il faut aussi la replacer dans un espace littéraire mondial où les États-Unis sont alors dominés par la France. En témoignerait l’un des livres trop peu analysés de la grande poétesse américaine exilée, The Making of Americans, un roman racontant l’histoire de deux familles et publié en 1924 dans la Transatlantic Review puis en édition limitée à 500 exemplaires en 1925. On ne saisirait pas, sans ce contexte international de l’œuvre, la proximité de Stein avec les avant-gardes littéraires parisiennes et son effort pour produire, depuis Paris, une avant-garde poétique moderniste proprement états-unienne11.

  • 12 Ibid., p. 121.

10Même lorsqu’elle n’est pas constitutive d’un projet littéraire national, l’expérience de l’exil agit par conséquent comme un révélateur de la détermination nationale de la création littéraire. C’est ce que montrent aussi les nombreux exemples mentionnés par Casanova d’écrivains venus dans le centre de la république mondiale des lettres ou dans des centres régionaux depuis des « contrées qui sont dominées non pas politiquement mais littérairement, à travers la langue et la culture »12 comme pouvaient l’être, entre autres, dans l’Europe du premier xxe siècle, la Belgique, la Suisse romande, l’Autriche ou la Tchécoslovaquie et comme peuvent l’être nombre de pays des Suds dans la littérature mondiale actuelle.

La fonction intégratrice de l’exil

11Mais les situations d’exil n’ont pas seulement une fonction différenciatrice à l’intérieur de l’espace littéraire mondial, en favorisant les affirmations nationales ou la mise au jour des présupposés nationaux de l’activité littéraire. Lorsqu’elles prennent place au centre de la république mondiale des lettres, elles participent aussi de la constitution d’un capital littéraire mondial partagé, qui définit les normes en vigueur de la modernité littéraire et les positions d’autonomie de la littérature dans chaque champ littéraire national. Paris, durant les deux derniers siècles, a fourni à Casanova le cas matriciel pour concevoir ce qu’elle propose d’appeler cette « fabrique de l’universel » dans une capitale littéraire mondiale.

  • 13 Ibid., p. 50.

La présence de très nombreuses communautés étrangères installées à Paris entre 1830 et 1945 – Polonais, Italiens, Tchèques et Slovaques, Siamois, Allemands, Arméniens, Africains, Latino-Américains, Japonais, Russes, Américains…, réfugiés politiques de tous bords et artistes venus du monde entier côtoyer la puissante avant-garde française – et qui dessinent très exactement l’improbable synthèse de l’asile politique et de la consécration artistique, fait effectivement de Paris une nouvelle « Babel », une cosmopolis, un carrefour mondial de l’univers artistique13.

12Dans le panthéon des écrivains et poètes modernistes de tous les pays et du siècle dernier, où l’on trouve, au milieu de nombreux autres, Tristan Tzara, Danilo Kiš, Octavio Paz, Arthur Koestler, héros passagers de la première partie de La République mondiale des Lettres, figurent en effet une écrasante majorité d’écrivains ayant séjourné au centre et conçu leur projet littéraire au contact des avant-gardes locales : un centre n’est donc pas un centre sans la somme des émigrés et des réfugiés qu’il attire.

13Pour certains, cette expérience d’exil dans l’un des cœurs de la littérature mondiale, comme Paris ou Londres hier, est l’occasion d’inventer une nouvelle formule créatrice qui les place d’emblée à l’avant-garde de leur littérature nationale et les fait entrer, par le même mouvement, dans le présent puis le canon de la littérature mondiale.

  • 14 Ibid., p. 158. Je souligne..

Les grands révolutionnaires spécifiques […] sont à un degré de rupture tel avec leur espace littéraire d’origine et dans une familiarité si grande avec les normes littéraires en cours dans les centres qu’ils ne peuvent trouver d’issue qu’en dehors de leur univers national. […] L’exil est sans doute l’arme majeure de l’écrivain qui entend préserver une autonomie menacée14.

  • 15 Ibid., p. 137.

14Certains modernistes ayant séjourné à Paris dans l’entre-deux-guerres, notamment de langue anglaise ou espagnole, ont même été capables de revendiquer une forme d’exterritorialité vis-à-vis de leur propre tradition littéraire nationale, refusant aussi bien la soumission à la puissance coloniale dont ils dépendaient historiquement que l’alignement sur les normes littéraires de leur pays ou de leur langue d’origine15.

15L’exil ou la migration au centre de l’espace littéraire mondial agit alors, pour certains, comme un opérateur de synchronisation entre nations et régions du monde, ce que Casanova appelle un « accélérateur ». Tout en faisant partie de ceux qu’elle appelle des « cosmopolites excentriques », le poète nicaraguayen Ruben Dario et l’écrivain suédois Georges Brandes ont par exemple importé dans leur tradition respective des innovations créatrices venues de Paris et rapproché ainsi les attendus de leur littérature nationale de ceux du centre.

  • 16 Ibid., p. 38.
  • 17 Ibid., p. 37-38.

16L’expérience migratoire au centre de l’espace littéraire mondial, pour peu qu’elle soit durable, tend aussi à former une véritable « aristocratie » littéraire cosmopolite avec ses « grands intermédiaires transnationaux, [ses] fins lettrés et [ses] critiques raffinés […] souvent polyglottes » qui représentent « en même temps » ce qu’il y a « de plus national et de plus international »16, qui exportent d’un espace national à un autre des textes et des propositions esthétiques, agissent comme des « agents de change » capables d’éprouver les différences de valeur littéraire entre les œuvres et entre les nations17. Ainsi l’écrivain exilé peut-il se transformer, sous certaines conditions, non plus seulement en pionnier dans son propre pays mais en arbitre des valeurs littéraires capable d’évaluer une proposition littéraire par rapport aux normes nouvelles en cours dans les centres et à l’échelle mondiale.

Dépasser les binarismes

17Bien entendu, l’opposition entre fonctions différenciatrices et intégratrices des situations d’exil littéraire est formelle, analytique, et toute l’entreprise de Casanova consiste en réalité à montrer que beaucoup d’écrivains présentant des trajectoires transnationales ont combiné, parfois à différents moments de leur vie, des stratégies d’affirmation nationale et des visées, au contraire dé-nationalisantes, de contribution à l’universalité littéraire d’avant-garde. Voilà pourquoi il ne faut pas opposer les mécanismes de production de la littérature universelle et de compétition entre nations littéraires, car ce sont deux types de processus historiques qui, dans la longue durée comme dans l’atelier de l’écrivain périphérique, sont, pour Casanova, comme l’envers et l’endroit d’une même étoffe.

18Voilà aussi pourquoi ce qu’elle a appelé de manière frappante le « dilemme de Ramuz », du nom du célèbre écrivain vaudois, émigré à Paris pendant une dizaine d’années avant le début de la Première Guerre mondiale, représente presque toujours un point de passage obligé des trajectoires littéraires transnationales qui sont au cœur de ses travaux. Ce dilemme, tel qu’il est formulé par l’écrivain lui-même, et qui vaut pour d’autres jeunes exilés dans les centres et sans doute pour d’autres situations de mobilité géographique et sociale, était le suivant :

  • 18 Ibid., p. 247-248. Je souligne. Ramuz introduit ses remarques ainsi : « C’est le dilemme qui s’est (...)

Ou bien il faut faire carrière et d’abord se plier à un ensemble de règles qui ne sont pas seulement esthétiques ou littéraires, mais encore sociales, politiques ou même mondaines ; ou bien rompre délibérément avec elles, non seulement en laissant voir, mais en exagérant ses propres différences : quitte à les faire admettre plus tard, si on peut18.

19Tout en ayant choisi de revenir en Suisse en 1914 et d’affirmer à partir de cette période une spécificité esthétique locale, Ramuz n’abandonne pas, en effet, l’horizon éventuel d’une réintégration de cette différence régionale ou nationale dans le patrimoine littéraire mondial et d’une contribution propre de sa littérature à la modernité littéraire universelle.

  • 19 Ibid., p. 318-319.
  • 20 Béatrice Joyeux-Prunel, Les Avant-gardes artistiques 1848-1918. Une histoire transnationale, Paris, (...)

20Toute la seconde partie de La République mondiale des lettres montre plus largement qu’entre « assimilation » et « différenciation », il existe toute une palette de voies existentielles et artistiques pour les écrivains appartenant aux littératures dominées ou excentrées. À côté de « l’assimilation impossible » de Ramuz à la littérature mondiale qui se pratique à Paris, les révoltés littéraires venus des périphéries peuvent plutôt se tourner vers une forme de « captation d’héritage », comme le montre l’exemple d’Alejo Carpentier, exilé cubain à Paris qui invente le genre du « réel merveilleux » à la fin des années 1940 après avoir fréquenté les surréalistes19. D’autres auteurs, éloignés de leur pays d’origine et projetés dans les centres, recourent à l’intraduction, à moins qu’ils n’essaient de constituer leur propre internationale littéraire alternative, en opposition avec le cosmopolitisme hégémonique du centre, comme l’ont fait par exemple les peintres et les poètes de CoBrA dans l’après-guerre européenne, et d’autres avant-gardes avant eux20. Toutes ces stratégies, situées entre l’identification au centre et l’affirmation nationale périphérique, ont été nourries ou portées par des écrivains émigrés ou en exil.

  • 21 Ibid., p. 286.
  • 22 Ibid., p. 370. Pour un prolongement de ces intuitions de lecture, voir Pascale Casanova, Kafka en c (...)

21Le monde juif, à travers la figure elle-même exceptionnelle de Kafka, offre ici à Pascale Casanova un cas-limite de mise à l’épreuve de son modèle autant qu’un exemple paradigmatique de révolte littéraire contre les lois de la centralité ou, si l’on veut, les lois de la gravité au sein de la république mondiale des lettres. Kafka n’est pas un exilé au sens strict du terme. Pour Casanova, son parcours personnel et son projet littéraire peuvent et doivent être comparés à ceux de son contemporain Israel Zwangill, auteur, entre autres, des Comédies du ghetto. Zwangill a choisi l’assimilation. L’un de ses personnages, Solomon Cohen, taillé à son image, en témoignerait en s’efforçant délibérément de mal prononcer l’hébreu et en n’admettant, dans ses fréquentations, que des rabbins « parlant anglais et ayant l’allure [de] clergym[e]n »21. Quant à Kafka, en tant qu’écrivain implanté à Prague, située en périphérie de métropoles plus centrales comme Vienne et Berlin, en tant que membre, ensuite, de la minorité allemande dans un pays qui affirme par ailleurs de plus en plus son indépendance nationale, et enfin en tant que membre d’une communauté juive assimilée mais dominée dans ce pays, il détient au contraire de multiples traits d’un exilé de l’intérieur, ce qui expliquerait qu’il théorise spontanément la position des petites littératures, qu’il s’identifie à la yiddishkeit populaire et que son œuvre puisse dès lors être lue, ainsi que le montre Casanova, comme le produit d’une quête toujours recommencée d’une « traduction “déniée” du yiddish »22.

  • 23 Voir, parmi de nombreux autres prolongements, Ioana Popa, « Dépasser l’exil. Degrés de médiation et (...)
  • 24 Pour une discussion sur les modes d’existence des espaces sociaux transnationaux et des éventuelles (...)

22Avec son corpus d’écrivains cosmopolites, souvent exilés, socle empirique fondamental de toute la théorisation de La République mondiale des lettres, Casanova est donc parvenue à substituer au binarisme de l’opposition convenue entre littérature nationale et littérature étrangère mais aussi au manichéisme du couple national/universel ou encore aux concurrences tranchées et aux comparaisons scolaires entre nations littéraires, tout un nuancier de figures d’écrivains combinant, suivant des degrés variables, des traits nationaux et des traits cosmopolites. Ainsi est-elle par exemple en mesure de distinguer les écritures ou les projets de « cosmopolites centraux » dont Valéry Larbaud est, dans son livre, le cas paradigmatique, et ceux des « cosmopolites excentriques » comme l’était Ruben Dario. Casanova a ainsi fondé toute une ligne de recherche visant à explorer plus avant ce nuancier des nationalismes et des cosmopolitismes littéraires et, plus largement, intellectuels, en recourant à l’étude des situations d’exil23. Il s’agit de déterminer quelles sont les propriétés sociales liées aux origines, aux parcours scolaires, aux formes de socialisation pouvant prédisposer à déployer l’une des stratégies comprises entre l’assimilation aux normes centrales et l’affirmation d’une différence irréductible. L’épreuve de l’exil, au sens où Casanova l’a construite, n’est pas réservée, en définitive, aux seuls exilés. C’est une expérience plus générale, en partie indépendante des grands événements de l’histoire politique, mais qui affecte certains créateurs déplacés de leurs origines, leurs ancrages, leur langue. Les leçons de Casanova dépassent ici le strict cadre des études littéraires et culturelles ; elles ont déjà eu et elles pourraient encore avoir des applications et des prolongements dans les recherches sur les migrations, les mobilités, les identités ou les relations internationales ainsi que dans toutes les enquêtes dites mondiales, globales ou transnationales24.

  • 25 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 284.

23Les conséquences de la place que Pascale Casanova a accordée aux écrivains exilés dans sa construction théorique et dans son œuvre sont donc nombreuses et encore à venir. Dans le domaine littéraire, elles pourraient être encore plus importantes si, comme elle-même le suggérait, les écrivains exilés étaient peu à peu inclus de plein droit dans les corpus littéraires nationaux et si l’espace littéraire d’un pays donné pouvait à l’avenir être pensé sans être réduit à son seul territoire national25, en particulier dans le cas des « petites littératures ».

24On pourra avoir l’impression que je n’ai pas vraiment témoigné de la personnalité de Pascale Casanova, ayant plutôt essayé de dire, quoiqu’en quelques lignes seulement, ce qui me liait intellectuellement à elle. Mais ce serait négliger l’hypothèse plus profonde qui anime non seulement mon propos mais ma relation d’entente et d’amitié avec Pascale Casanova : ce sentiment, forgé très tôt en faisant sa connaissance, que les écrivains exilés, périphériques, excentriques ne l’avaient pas seulement intéressée pour leur potentiel heuristique ou leur puissance littéraire. Car lorsque je relis ce qu’elle a voulu nommer « dilemme de Ramuz », il me semble qu’il aurait pu aussi bien être énoncé, dans un autre espace-temps que celui de l’écrivain suisse, comme « dilemme de Casanova » et qu’il parle à de nombreux autres individus parmi nous et au-delà. Relisons-le maintenant avec cette idée en tête :

  • 26 Ibid., p. 247-248.

Ou bien il faut faire carrière et d’abord se plier à un ensemble de règles qui ne sont pas seulement esthétiques ou littéraires, mais encore sociales, politiques ou même mondaines ; ou bien rompre délibérément avec elles, non seulement en laissant voir, mais en exagérant ses propres différences : quitte à les faire admettre plus tard, si on peut26.

25Chacun entendra ce qu’il voudra dans ce rapprochement entre Ramuz et Casanova. Mais il n’est pas interdit de penser qu’elle aurait pu s’approprier cette maxime pour elle-même. Marginalisée puis exclue de manière scandaleuse de la radio, tenue pendant des années aux portes de l’université et en dehors d’elle dans son propre pays, Pascale me semble avoir, au fil des œuvres et des textes, épousé de plus en plus nettement le point de vue et le parti des exilés et des excentrés, en s’identifiant sans doute à eux et à une position fragile dont elle connaissait intimement les ressorts autant que les potentiels. Voilà sans doute pourquoi les écrivains exilés sont si présents dans son œuvre et pourquoi, mieux que quiconque, elle a exposé leurs motifs de colère, donné à voir la dimension combattante et critique de leur existence, exploré leurs multiples stratégies d’écriture comme autant de stratégies d’émancipation et d’espérances désespérées.

Haut de page

Bibliographie

Casanova Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999.

Casanova Pascale, Kafka en colère, Paris, Seuil, 2011.

Diaz Delphine, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier xixe siècle, Paris, Armand Colin, 2014.

Joyeux-Prunel Béatrice, Les Avant-gardes artistiques 1848-1918. Une histoire transnationale, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2016.

Joyeux-Prunel Béatrice, Les Avant-gardes artistiques. Une histoire transnationale. 1918-1945, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2017.

Joyeux-Prunel Béatrice, Naissance de l’art contemporain 1945-1970. Une histoire mondiale, Paris, CNRS Éditions, 2020. 

Jeanpierre Laurent, Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situation d’exil. Intellectuels français réfugiés aux États-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale, thèse de doctorat en sociologie, EHESS, 2 vol., 2004.

Leperlier Tristan, Algérie, les écrivains dans la décennie noire, Paris, CNRS Éditions, « Culture et société », 2018.

Popa Ioana, « Dépasser l’exil. Degrés de médiation et stratégies de transfert littéraire chez des exilés de l’Europe de l’Est en France », Genèses, 38, 2000, p. 5-32.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Gisèle Sapiro, Claire Ducournau et Tristan Leperlier de leur invitation à cet hommage en revue et à la journée d’études qui en a été à l’origine.

2 Laurent Jeanpierre, Des hommes entre plusieurs mondes. Étude sur une situation d’exil. Intellectuels français réfugiés aux États-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale, thèse de doctorat en sociologie, EHESS, 2 vol., 2004.

3 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, 1999, p. 15.

4 Ibid., p. 65.

5 Ibid., p. 15.

6 Pascale Casanova, op. cit., p. 51.

7 Ibid., p. 83.

8 Ibid., p. 439.

9 Ibid., p. 446.

10 Ibid., p. 52.

11 Ibid., p. 66.

12 Ibid., p. 121.

13 Ibid., p. 50.

14 Ibid., p. 158. Je souligne..

15 Ibid., p. 137.

16 Ibid., p. 38.

17 Ibid., p. 37-38.

18 Ibid., p. 247-248. Je souligne. Ramuz introduit ses remarques ainsi : « C’est le dilemme qui s’est posé pour moi, quand j’avais vingt ans, et qui se pose pour tous ceux qui sont dans le même cas que moi, qu’ils soient nombreux ou pas nombreux : les extérieurs, les excentriques, ceux qui sont nés hors d’une frontière ; ceux qui, tout en étant liés à une culture par la langue, sont en quelque sorte exilés d’elle par la religion ou par leur appartenance politique […] ».

19 Ibid., p. 318-319.

20 Béatrice Joyeux-Prunel, Les Avant-gardes artistiques 1848-1918. Une histoire transnationale, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2016 ; Les Avant-gardes artistiques. Une histoire transnationale. 1918-1945, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2017 ; Naissance de l’art contemporain 1945-1970. Une histoire mondiale, Paris, cnrs Éditions, 2020. 

21 Ibid., p. 286.

22 Ibid., p. 370. Pour un prolongement de ces intuitions de lecture, voir Pascale Casanova, Kafka en colère, Paris, Seuil, 2011.

23 Voir, parmi de nombreux autres prolongements, Ioana Popa, « Dépasser l’exil. Degrés de médiation et stratégies de transfert littéraire chez des exilés de l’Europe de l’Est en France », Genèses, 38, 2000, p. 5-32 ; Laurent Jeanpierre, op. cit. ; Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier xixe siècle, Paris, Armand Colin, 2014 ; Tristan Leperlier, Algérie, les écrivains dans la décennie noire, Paris, cnrs Éditions, « Culture et société », 2018. L’archivage, l’exposition et l’étude panoramique à l’échelle mondiale des revues critiques et culturelles, où les écrivains exilés occupent souvent une place cardinale, conduits par Zahia Rahmani à l’inha, est l’une des autres voies de prolongement du modèle et du programme proposés par Pascale Casanova. Voir en particulier Sismographie des luttes. Vers une histoire globale des revues critiques et culturelles dirigée par Zahia Rahmani, 10 novembre 2017 au 9 février 2018, inha, URL : https://www.inha.fr/fr/agenda/parcourir-par-annee/en-2017/novembre-2017/sismographie-des-luttes-vers-une-histoire-globale-des-revues-critiques-et-culturelles.html.

24 Pour une discussion sur les modes d’existence des espaces sociaux transnationaux et des éventuelles républiques mondiales et des exemples tirés de plusieurs secteurs professionnels et domaines d’activité, on pourra consulter Johanna Siméant (dir.), Guide de l’enquête globale en sciences sociales, Paris, CNRS Éditions, 2015.

25 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op. cit., p. 284.

26 Ibid., p. 247-248.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Jeanpierre, « Exils de Pascale Casanova »COnTEXTES [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 29 septembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/contextes/9331 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.9331

Haut de page

Auteur

Laurent Jeanpierre

Université Paris 8—Vincennes—Saint-Denis

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search