Navigation – Plan du site

AccueilNuméros thématiques28République mondiale des lettres, ...

République mondiale des lettres, discordance des temps et dérégulation culturelle

En hommage à Pascale Casanova
Christophe Charle

Texte intégral

Rappels

1C’est par les ondes que j’ai connu Pascale Casanova bien avant de la rencontrer ou de la lire. Ce premier lien fut établi à distance par l’écoute de l’émission Panorama, puis d’autres émissions qu’elle anima sur France Culture et que j’écoutais assez régulièrement. L’entendre, c’était être touché à la fois par sa voix si prenante et par l’investissement qu’elle consacrait à tous les livres dont elle parlait au fil des jours. On comprenait le travail considérable de lecture approfondie qu’elle consacrait à chacun, ce que de moins en moins de journalistes culturels ont le temps de faire en fonction des urgences auxquelles ils sont soumis. Cette attention à l’écrit traduisait surtout les valeurs qu’elle investissait dans le domaine qui avait le plus d’importance à ses yeux, la littérature. Pascale Casanova a toujours affirmé qu’elle se définissait comme une critique littéraire au sens fort du terme, soit une lectrice en profondeur qui propose un vrai travail d’explicitation du sens des textes, une compréhension empathique des auteurs et des contextes.

2C’est cette exigence qui l’a amenée, me semble-t-il, à choisir Pierre Bourdieu pour diriger sa thèse alors qu’à l’époque les relations entre Bourdieu et les « vrais littéraires » étaient tout sauf pacifiées. Je ne sais pas à quelle date Pascale Casanova s’est inscrite en thèse. La seule chose dont je suis sûr, c’est qu’elle l’a soutenue le 16 décembre 1997 puisque Pierre Bourdieu m’avait demandé de faire partie du jury. La soutenance eut lieu au 54 boulevard Raspail, dans la salle 07 au 2e sous-sol, un endroit un peu sinistre voué naguère au laboratoire d’informatique, le LISH. Faisaient partie du jury Jacques Revel (alors président de l’EHESS), Jean-Marie Goulemot (professeur à l’Université de Tours), Joseph Jurt (professeur à l’Université de Freiburg), Michel Espagne (CNRS) et moi (Paris 1) : composé d’un sociologue, d’un spécialiste allemand de littérature française, d’un spécialiste français de la culture allemande et de deux historiens, ce jury tentait un vrai dialogue entre disciplines, sans exclusive.

  • 1 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art, genèse et structure du champ littéraire, Paris, éditions du S (...)

3La recherche de Pascale Casanova avait été entreprise en parallèle et en prolongement de l’ouvrage de Bourdieu, Les Règles de l’art, paru en 1992, avec une ambition audacieuse pour un premier travail : tester et « généraliser » les thèses de Bourdieu à l’échelle européenne, voire mondiale, et sur plusieurs siècles alors que les fondements empiriques du livre de Bourdieu reposaient avant tout sur le champ littéraire français du xixe siècle1.

  • 2 Anne-Marie Thiesse, La Fabrique de l’écrivain national, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoi (...)

4Un tel projet sortait du cadre des thèses ordinaires, ce qui explique que sa fécondité se fait encore sentir jusqu’à aujourd’hui. Je pense, en particulier, au livre récemment paru d’Anne-Marie Thiesse sur La Fabrique de l’écrivain national ou à celui de Pierre Boudrot, issu lui aussi d’une thèse, L’Écrivain éponyme2 qui comparent les ressorts du culte des grands écrivains dans différents pays d’Europe à partir du xviiie siècle. Le projet était surprenant aussi car, d’ordinaire, les disciples, même les plus audacieux, appliquent à des secteurs restreints ou différents les thèses ou les concepts du maître dont ils se réclament. Il n’était pas moins « extraordinaire », selon un adjectif que Pascale Casanova affectionne dans son livre.

5Située hors des cadres universitaires classiques, finançant son travail par les ressources tirées d’un autre métier mais connectée par le sujet aux lectures qu’elle devait mener en parallèle pour jouer son rôle de critique, Pascale Casanova mettait en pratique en quelque sorte le principe qu’elle analysait et mettait en valeur dans son travail lui-même à propos des écrivains modernes : l’exigence d’autonomie. Elle seule permet à une activité intellectuelle ou créatrice — littérature, peinture, critique, recherche en science sociale — d’atteindre pleinement ses objectifs et de dépasser les cadres institutionnels et scolastiques qui enferment la plupart des œuvres et les vouent à la routine et au ressassement de l’académisme ou de la « science normale ».

6Cette ambition placée d’emblée très haut avec ce premier travail impressionnant ne s’est jamais démentie tout au long de ses publications ultérieures. Les deux tomes de la thèse de 1997 sont devenus l’élégant volume de 1999 publié au Seuil. Le titre a changé de L’Espace littéraire international à La République mondiale des lettres. Il serait évidemment intéressant de comparer le travail de réécriture entre la thèse et le livre en particulier le passage d’un plan en quatre parties à une articulation plus simple en deux parties. Ce n’est pas le lieu ici.

  • 3 Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe au xixe siècle, Paris, éditions du Seuil, « L’Univer (...)
  • 4 Pascale Casanova, Beckett, l’abstracteur. Anatomie d’une révolution littéraire, « Fiction et Cie », (...)
  • 5 Je développe ce point dans le chapitre 6 d’Homo historicus. Réflexions sur l’histoire, les historie (...)

7À travers les trois termes du titre de cette contribution, je voudrais surtout m’interroger sur les concepts tirés de diverses disciplines que Casanova a mis en œuvre, sans se restreindre à la seule sociologie des champs de Pierre Bourdieu. Pascale Casanova, bien que fortement inspirée par l’auteur de La Misère du monde, n’a jamais revendiqué d’être une sociologue de la littérature. Ce qui la caractérise, et c’est sans doute plus difficile, c’est de combiner les apports de plusieurs disciplines pour mieux analyser quasi exclusivement les conditions de possibilité de la littérature, et surtout d’une littérature autonome, source d’innovations. Plus qu’à une sociologie statique, son travail tend vers l’histoire comparée des circulations et dominations entre littératures nationales concurrentes, projet dans lequel je me reconnais aussi et que j’ai tenté d’aborder, sur des durées plus restreintes, dans Les Intellectuels en Europe au xixe siècle, Théâtres en capitales et La Dérégulation culturelle3. Ces œuvres littéraires qui échappent aux frontières sont certes liées au départ à l’histoire d’un pays singulier ou d’une langue particulière, donc d’une culture. Pourtant, certains auteurs que Pascale Casanova met en avant et analyse dans des ouvrages monographiques comme des « révolutionnaires » symboliques (Beckett, Kafka4) parviennent à s’affranchir (volontairement dans le premier cas, involontairement dans le second) de cette double dépendance. Par sa modélisation à grande échelle dans la République mondiale des lettres, comme par ses recherches approfondies sur certaines figures hors norme, P. Casanova a donc tenté d’échapper aux dangers inverses qui menacent les études littéraires : d’un côté, s’en tenir à des vues globales en termes de « périodes », de mouvements, de thématiques5 et, d’autre part, se réfugier dans les facilités du culte aux « grands écrivains » qui échapperaient, par une grâce d’état et une élection divine, aux contraintes et conditionnements des dites périodes ou mouvements.

Quelle république mondiale des lettres ?

8Postuler l’existence d’une république mondiale des lettres comme dynamique générale de l’histoire des littératures, contrairement à ce que pourrait faire croire un certain discours actuel sur la mondialisation (qui n’était pas aussi prégnant au début des années 1990), c’est en fait s’inscrire dans une tradition plus ancienne. Elle se réfère, d’une part, à la notion de « république des lettres » en usage à l’époque moderne et d’autre part, plus ou moins explicitement, à la notion de Weltliteratur proposée par Goethe dans la deuxième décennie du xixe siècle. Casanova évoque cette notion dès le début de son livre (p. 27) et la relie, suivant ici Antoine Berman, à l’apparition de la notion de « marché mondial » où s’échangent de plus en plus, à côté des biens matériels, des biens culturels à mesure que l’Europe occidentale assoit sa domination économique et culturelle sur la planète entre le xvie et le xixe siècle. En revanche, elle me semble commettre une interprétation forcée quand elle écrit 40 pages plus loin :

  • 6 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, éditions du Seuil, 1999, p. 64.

La notion de Weltliteratur a été élaborée par Goethe précisément au moment de l’entrée de l’Allemagne dans l’espace littéraire international. Appartenant à une nation qui, nouvelle venue dans le jeu, contestait l’hégémonie intellectuelle et littéraire française, Goethe avait un intérêt vital à comprendre la réalité de l’espace où il entrait, en exerçant cette lucidité qu’ont en commun tous les nouveaux venus6.

  • 7 Joseph Jurt, « Das Konzept Weltliteratur, ein erster Entwurf eines internationalen literarischen Fe (...)

9Les spécialistes de Goethe et ceux qui veulent bien se reporter aux textes originaux pourront faire valoir que lorsque Goethe élabore sa notion, il n’est nullement « dominé » et encore moins « nouveau venu » dans l’espace littéraire international puisqu’il a plus de soixante ans. Il est devenu le patriarche des lettres allemandes, mais aussi une référence européenne aux yeux des écrivains anglais (Walter Scott, Carlyle), français (les premiers romantiques) ou italiens (Manzoni, notamment)7. Son premier livre, Werther, traduit partout, lui avait valu un succès européen précoce et Napoléon, le conquérant, a tenu à lui rendre visite personnellement en souvenir de la lecture de ce roman par lettres qui l’avait marqué lorsqu’il était jeune officier d’artillerie. Pour mieux comprendre la proposition de Goethe, il ne faut pas l’interpréter comme celle d’un « dominé » issu d’une littérature encore « dominée ». En fait, Goethe, parce qu’il occupe de hautes fonctions politiques à la cour de Weimar, parce qu’il ne dépend pas des revenus de ses livres, parce qu’il s’oppose au courant le plus national du romantisme allemand incarné par les frères Schlegel, propose plutôt une « utopie » de dominant que lui permet sa position surplombante et internationalement reconnue. Un peu à la manière de certains détenteurs du prix Nobel qui, au xxe siècle, se sont posés en représentants de l’universel contre parfois leur appartenance nationale tandis que leur propre pays refusait de reconnaître cet hommage international parce que les positions politiques des lauréats étaient par trop dissidentes vis-à-vis de leur culture d’origine.

  • 8 Par exemple son dernier recueil Divan d’Orient et d’Occident, publié entre 1819 et 1827, inspiré pa (...)

10L’utopie goethéenne repose sur une thèse ambitieuse qui éclaire aussi l’œuvre de Pascale Casanova d’une autre manière : la traduction généralisée des littératures qu’implique la notion de Weltliteratur permettra à chaque littérature d’aller plus loin et de toucher de nouveaux publics indépendamment de leur culture d’appartenance. Loin d’affadir chaque œuvre, la lecture croisée dans plusieurs contextes et le respect d’une traduction exigeante et non complaisante permettront de faire ressentir à chaque lecteur dans ce qui résiste d’intraduisible dans chaque œuvre littéraire la pleine originalité de chaque auteur étranger. Il ne s’agit pas, comme le font à la même époque les romantiques français ou les romantiques allemands, d’opposer œuvres anciennes et modernes, œuvres nationales et œuvres étrangères, mais au contraire d’universaliser les références littéraires possibles par ces lectures multiples et cette appropriation ouverte et créative. Cela produira sinon une Weltliteratur, du moins une nouvelle Europe littéraire supérieure à l’Europe fracturée par les frontières linguistiques que les romantiques allemands veulent alors ériger. Si Goethe parle justement de « Welt » et non d’Europa, c’est parce qu’il souhaite aussi inclure les littératures d’Orient dans ces échanges, des littératures qui ont inspiré récemment l’une de ses œuvres poétiques, Le Divan8. Il y a sans doute aussi, dans le choix du néologisme, le souhait de rappeler le titre de sa lecture favorite en français alors, Le Globe, ce journal des jeunes générations littéraires et politiques qui vont porter la double révolution littéraire et politique de 1830.

11Ce dont se plaignaient à l’époque les auteurs des littératures moins centrales, c’était à la fois la balance inégale des traductions en leur défaveur et le fait que, même traduits, leurs textes étaient méconnaissables, trahis par ce qu’on appelait alors les « belles infidèles », où la langue originale était soumise aux modes d’expression convenus de la langue d’arrivée, que ce soit le français ou l’anglais, les deux langues de traduction les plus prestigieuses à l’époque, mais aussi les plus normalisées par le « bon goût » de la « bonne société ».

12D’une certaine manière, certains auteurs chers à Pascale Casanova en tant que révolutionnaires de la littérature ou passeurs privilégiés entre littératures ont réalisé le programme que fixait Goethe de manière assez théorique et surtout dans un sens polémique contre ses ennemis intérieurs en Allemagne, les écrivains les plus nationaux. Je songe ici à ceux qui se sont auto-traduits comme Beckett ou Strindberg, à ceux qui ont changé de cadre de vie et de réception pour s’affranchir des dominations antérieures comme les écrivains irlandais ou allemands en exil, volontaire ou forcé.

  • 9 Hans Bots & Françoise Waquet, La République des lettres, Paris, Belin, Bruxelles, De Boeck, 1997.
  • 10 Pascale Casanova, « La world fiction », Liber, no 16, décembre 1993, p. 11-15, thème repris dans La (...)

13Si la république mondiale des lettres a donc une incontestable ancienneté comme notion, elle n’est pas sans poser d’autres problèmes, comparée à son ancêtre réalisé « la république des lettres ». Cette expression désignait les échanges entre lettrés et humanistes principalement par les correspondances croisées et les revues savantes9. Cet espace avait la chance de disposer d’une langue commune, le latin, ce qui effaçait les inégalités entre cultures et les relations de domination qui subsistent dans la république mondiale des lettres telle que la décrit Pascale Casanova avec ses centres et ses périphéries, ses grandes et ses petites langues, sa dépendance aux aléas politiques et aux censures dans la plus grande partie du monde et au poids croissant des intérêts financiers dans la littérature comme « marché » d’échange et bourse aux best-sellers. Selon elle, la reconnaissance d’écrivains des périphéries mais écrivant en langue anglaise par le Booker Prize est une manière d’annexer les nouveaux venus à l’empire britannique disparu et de neutraliser les contenus subversifs au sein d’une « littérature d’aérogare », selon sa formule, pour le plus grand profit des centres d’édition anglophones dominants10.

14Ainsi, la tension entre littératures inégales et l’interférence entre échanges littéraires et échanges économiques empêchent la « république mondiale » des lettres d’être un univers pacifié où chacun et chacune jouent à armes égales comme celui dont rêvait Goethe il y a deux siècles. C’est pourquoi sans doute le titre initial de la thèse de P. Casanova, l’« espace littéraire international », plus abstrait, donnait peut-être une image plus réaliste de son objet et de son projet, même s’il était moins « vendeur ». À l’instar du monde politique international, cet espace littéraire est tout sauf le règne de la transparence et de l’égalité. Pascale Casanova en est bien consciente quand elle retrace les conditions improbables pour qu’émergent de nouvelles littératures dans les nations dominées, la difficulté, même quand l’espace littéraire national a acquis une certaine ancienneté, à échapper aux routines de l’institutionnalisation, de la scolarisation de la culture lettrée et de l’embrigadement des écrivains nationaux lors des périodes critiques.

Discordance des temps

  • 11 Gisèle Sapiro (dir.), Translatio. Le Marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisati (...)
  • 12 Ioana Popa, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris, CNRS éditions, (...)
  • 13 Blaise Wilfert, « Traduction littéraire : approche bibliométrique », dans Histoire des traductions (...)

15La République mondiale des lettres renvoie donc à une histoire contrastée et conflictuelle et à un rapport différencié au temps dans la longue, la moyenne et la courte durée. Les références aux historiens chez Pascale Casanova ne sont pas très nombreuses : Fernand Braudel, Lucien Febvre, Johann Huizinga, Michel de Certeau, Linda Colley et Jules Michelet figurent dans l’index de son livre. C’est Braudel qui est le plus mobilisé pour penser les circulations et les échanges inégaux entre espaces littéraires. Cela m’a toujours paru curieux tant je trouve que les parties sur la culture des grands livres de Braudel sont un peu vieillies et incomplètes du fait de son économisme fondamental. P. Casanova le souligne d’ailleurs quand elle note qu’il existe au sein des « économies-mondes » un décalage constant entre leurs centres financiers et commerciaux et les villes qui représentent les véritables capitales culturelles à chaque époque. Ces deux dénivellations sont à l’origine de ce que j’ai appelé la « discordance des temps » au sein de chaque champ ou sous-champ littéraire national et entre ces champs. Par cette expression, je souligne l’effet des décalages permanents entre le vécu historique des divers groupes appartenant à des espaces pourtant proches. Le calendrier nous donne l’illusion d’être contemporains alors que les passés spécifiques de chaque espace et de chaque groupe et leurs représentations divergentes du futur qui en résultent multiplient les phénomènes d’incompréhension ou pire l’illusion de compréhension de tel fait ou de telle œuvre venus d’ailleurs. Les œuvres littéraires, parce qu’elles traversent les frontières linguistiques ou politiques, sont un bon sismographe de cette discordance des temps littéraires. Depuis La République mondiale des lettres, de nombreuses recherches ont affiné le tableau forcément global livré par le livre. Les recherches sur la traduction, sur les flux de traduction, sur les passeurs, ceux que j’appelle les « hommes (et femmes) doubles » sans lesquels ces transferts ne peuvent se produire, ont permis de mesurer les variations chronologiques et géographiques de cette balance des échanges entre champs littéraires singuliers. Le travail initial de P. Casanova ne recourt pas aux méthodes quantitatives non plus qu’aux prosopographies des acteurs (auteurs, éditeurs, traducteurs, critiques, etc.) qui sont devenus à l’ordre du jour des travaux récents par exemple de Gisèle Sapiro11, de Ioana Popa12 ou de Blaise Wilfert13. Mais les questions qu’elle pose sont toujours celles que ces méthodes plus rigoureuses tentent de résoudre. Les écrivains nationaux tentent de maintenir la tradition (donc la discordance et le tempo local maîtrisé par les règles) contre les écrivains passeurs de frontière qui tentent de s’aligner sur le « méridien de Greenwich » de la modernité internationale (qui passe selon elle par Paris depuis plus de deux siècles).

  • 14 Christian Grataloup, Géohistoire de la mondialisation, Paris, Armand Colin, « Collection U », 3e éd (...)
  • 15 Christophe Charle, « La circulation des opéras en Europe au xixe siècle », Relations internationale (...)

16Ce modèle inspiré d’une géographie du temps présente une valeur heuristique plus large que la seule littérature. Je l’avais mis en valeur à propos des engagements politiques des intellectuels en Europe au moment même où Pascale Casanova terminait sa thèse. On la retrouve aussi dans les réflexions du géohistorien Christian Grataloup à propos du problème des périodisations à l’échelle mondiale14. Je l’ai retrouvé à nouveau, mutatis mutandis, dans l’inégale rapidité de circulation des opéras au xixe siècle, un secteur artistique qui croise plusieurs champs (la littérature avec la langue et les auteurs de livrets, la musique, le théâtre, la politique, puisque l’opéra a servi de vecteur national d’identification dans certaines nations dominées et participe aussi au début des processus de domination de la société de cour15).

  • 16 Tristan Leperlier, Algérie, Les écrivains dans la décennie noire, Paris, CNRS éditions, « Culture e (...)

17Le schéma proposé par Pascale Casanova est séduisant dans sa symétrie et sa simplicité. Mais n’est-il pas par trop une réduction de la discordance des temps autour de la seule ligne imaginaire et mouvante du « moderne » défini par Paris à partir du xviiie-xixe siècles et plus globalement des effets idéologiques et politiques à long terme de la Révolution française ? Pascale Casanova se défend à plusieurs reprises d’être victime de l’ethnocentrisme français et de la vision centralisatrice qui prévaut dans un champ unifié de longue date, sous l’égide de l’État mais aussi en conflit constant avec lui. La discordance fondamentale est sans doute redoublée par d’autres quand nous avons affaire à des champs littéraires non unifiés ou polycentriques comme le champ des pays germanophones, anglophones, italophones ou hispanophones et, a fortiori, quand on essaie de rendre compte des littératures d’autres continents que l’Europe ou relevant d’autres traditions que l’Occident. Pascale Casanova est bien consciente du problème, mais faute de place ne l’aborde que tangentiellement : c’est une tendance actuelle qui se développe depuis les années 2000 à propos notamment des littératures et des langues africaines (voir notamment les livres de Tristan Leperlier ou de Claire Ducournau)16.

  • 17 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op.cit., p. 168 et s. et chapitre 5 « De l’in (...)
  • 18 Yves Chevrel et al., (dir.), Histoire des traductions en langue française. xixe siècle 1815-1914, o (...)

18Un second facteur de discordance entre les littératures renvoie à la question de l’émergence d’un marché international du livre. Pascale Casanova a tendance à n’y voir qu’un phénomène relativement récent, lié aux « protectorats littéraires » maintenus des anciennes métropoles coloniales, à l’extension impériale de certaines langues européennes ou, plus tard, au phénomène des best-sellers internationaux à dominante américaine, portés par la naissance des conglomérats éditoriaux et les foires du livre où s’échangent les droits de traduction pour la littérature et les auteurs les plus vendus et vendables17. Cette circulation accélérée par la mondialisation commerciale et la dominante anglophone sur ce marché créent une fausse concordance littéraire qui peut aussi bien profiter à des littératures dominées dans certaines conjonctures politiques que renforcer les langues dominantes dans d’autres périodes, comme le montrent les enquêtes sur la traduction ancienne ou récente. La récente Histoire des traductions en langue française dirigée par Yves Chevrel, les recherches sur les traductions entre la France et l’Allemagne au xixe siècle de Blaise Wilfert, les colloques organisés par Jean-Yves Mollier sur les modèles éditoriaux internationaux ou mes travaux sur les échanges théâtraux au xixe siècle montrent que ces dynamiques sont plus anciennes que ne le dit Pascale Casanova dans son livre. Elles précèdent donc l’émergence du pôle de production restreinte et la représentation moderne ou moderniste de la littérature. Les avant-gardes littéraires, comme le souligne Pascale Casanova, ont besoin de pratiquer l’entraide au-delà des frontières selon un modèle qu’on trouve dans bien d’autres domaines que la littérature, je pense aux travaux de Béatrice Joyeux Prunel sur les avant-gardes artistiques ou au livre récent de Nicolas Delalande sur La Lutte et L’Entraide dans les premières Internationales ouvrières18.

19Mais les écrivains qui relèvent du champ de grande production et qu’elle qualifie plutôt de « nationaux » se différencient à leur tour selon leur rapport aux marchés étrangers entre inclus et exclus, selon des logiques différentes de celles de l’avant-garde et surtout selon des chronologies d’exportation ou d’importation décalées qu’il faut à chaque fois reconstituer. Y jouent non seulement des facteurs économiques (type d’ouvrage adapté ou non à tous les publics, coût d’amortissement, relations entre éditeurs, respect inégal de la propriété littéraire selon les pays), mais aussi sociaux (existence ou non d’un groupe de traducteurs et surtout de traductrices disponible et peu onéreux), politiques (état des relations et des images réciproques entre les pays et les langues concernés), idéologiques (mise en œuvre de thèmes pouvant avoir un écho ou non dans la culture d’arrivée). À l’évidence, ce n’est pas ce type de circulations littéraires qui intéresse vraiment Pascale Casanova quand on compare le nombre de pages qu’elle lui consacre par rapport à toute la deuxième partie de son livre consacrée aux « révoltes et révolutions littéraires » (230 pages). Ce dernier thème m’amène à la notion de « dérégulation culturelle » que j’ai proposée pour analyser l’histoire des cultures en Europe au xixe siècle.

Dérégulation culturelle

  • 19 Pour plus de détails, voir Christophe Charle, La Dérégulation culturelle. Essai d’histoire des cult (...)

20Ce vocabulaire n’est pas celui qu’utilise Pascale Casanova, même si dans les « révoltes et révolutions », dans ses portraits des grands innovateurs dont elle pratique une lecture approfondie (Joyce, Faulkner, Kafka, Ibsen, etc.), on retrouve ce que je mets moi-même sous cette notion : le refus des règles héritées, la remise en cause des canons culturels dominants, la contamination des genres légitimes par les genres illégitimes (et réciproquement), l’accélération des échanges entre cultures qui bouleverse l’échelle des références communes, mais aussi l’apparition de nouveaux genres ou types de culture en fonction d’innovations techniques ou de transformations des publics19.

21Les livres de Pascale Casanova, quand ils se focalisent sur les grands hérétiques, n’oublient pas leurs contextes spécifiques d’apparition et tentent de les relire en relation avec ceux-ci, comme on le voit dans le cas singulier de Kafka, auteur qui a pratiquement refusé de se considérer comme un écrivain avec sa double vie de bureaucrate et d’écrivain à temps perdu. Sa fortune est presque tout entière posthume, liée à la piété de son ami Max Brod qui enfreignit les volontés du défunt (il demandait la destruction des manuscrits inédits) et aussi à une série de malentendus interprétatifs propres aux contextes de réception et à la facilité des réinterprétations les plus diverses permises par l’absence de l’auteur et d’héritiers patentés. Kafka en colère débute par cette remise en cause des lectures antérieures, psychologisantes, métaphysiques, politiques, anachroniques, etc. P. Casanova recompose ensuite l’ensemble des univers emboîtés et des relations changeantes entre l’auteur du futur Procès et les divers groupes de référence auxquels il est confronté au cours de sa brève existence. Ce n’est pas le lieu ici de reprendre la démonstration dans toutes ses nuances, sinon pour souligner la multiplicité des types de sources et de travaux que l’auteur mobilise pour relire d’une autre manière les textes de Kafka dont le statut lui-même est fort incertain puisque la plupart sont des inédits, des brouillons, des notes personnelles, des fragments. Or, les éditions ultérieures en ont parfois changé le sens ou les ont rendus plus proches de ce que l’on considère comme de la littérature, sans tenir compte du dessein réel de celui qui les a écrits. Il s’agit donc à la fois d’une entreprise d’archéologie (retrouver le statut et la nature de chaque texte et les circonstances de leur élaboration en relation avec l’état spécifique des espaces avec lesquels Kafka est en relation à un moment donné) et d’une biographie sociale et politique réinterprétée avec une grille historique de type réaliste.

  • 20 Pierre Bourdieu, Manet, une révolution symbolique, édité par Pascale Casanova, Patrick Champagne, C (...)

22P. Casanova n’emploie pas l’expression, mais cela me fait penser immanquablement au projet – probablement utopique – que Bourdieu formulait avec l’expression « science des œuvres », distincte du commentaire savant ou lettré. Il s’agit d’approcher le modus operandi et la pratique à l’œuvre dans chaque production singulière, qu’il s’agisse d’un texte littéraire ou d’un tableau. J’y pense d’autant plus en relisant Kafka en colère que nous étions engagés, Pascale Casanova et moi, dans la période où elle terminait son livre, dans l’édition du manuscrit inédit de Bourdieu sur Manet, où cette thèse est défendue et partiellement illustrée20.

23Toutefois, par rapport à une œuvre picturale, l’avantage d’un travail sur un objet littéraire ou un auteur (même dénié comme Kafka) est la masse des sources et des traces sur lesquelles on peut s’appuyer pour recomposer le puzzle et la génétique des formulations, positions et prises de position. Elle est incomparablement plus grande que celles dont on dispose sur un tableau même aussi fameux que Le Déjeuner sur l’herbe ou La Liberté guidant le peuple, pour prendre deux icônes qui ont nourri un flot de commentaires et d’œuvres dérivées, analogue aux grandes œuvres littéraires.

  • 21 Bernard Michel, Prague Belle Époque, Paris, Aubier, « Collection historique », 2008, notamment le c (...)

24Encore faut-il construire une grille interprétative cohérente. Et c’est là que la théorisation antérieure sur les espaces littéraires, nationaux, politiques, sociaux, culturels, religieux emboîtés et agencés, ou désaccordés, au sein desquels il faut situer de manière dynamique et contrastive l’auteur choisi comme référence (par la comparaison avec les groupes et concurrents de Kafka) produit ses pleins effets analytiques. Dans le cas de « Prague belle époque » selon le titre du livre de Bernard Michel21, l’un des meilleurs historiens de cette ville (par opposition à « Vienne fin de siècle » ou à « Berlin Weltstadt »), nous nous trouvons dans une situation majeure à la fois de « discordance des temps » et de « dérégulation culturelle » en cours. Dans cette ville « provinciale » qui aspire au statut de « capitale culturelle » (pour sa partie tchèque avec la fondation d’une université, d’un théâtre et d’un opéra national), s’affrontent, s’opposent et se disputent de multiples références culturelles, religieuses, politiques et linguistiques. Les mêmes intellectuels sont traversés par celles-ci et ne savent plus comment se situer ou opter, si bien qu’ils changent rapidement de références car chaque option se heurte à des conflits ou des apories. Bien sûr, il s’agit du grossissement en un lieu d’affrontements aigus, des tensions plus globales qui caractérisent la dérégulation culturelle européenne : conflits entre les langues (tchèque, allemand, yiddish), entre les religions (protestants, catholiques, juifs, eux-mêmes divisés entre orthodoxes et assimilés), entre les options politiques (nationalismes allemand et tchèque, anarchisme, socialisme, antisémitisme, sionisme), littéraires (soumission à la tradition, option vers le marché éditorial local ou germanique, avant-gardisme tourné ou non vers Paris, Vienne ou Berlin), tensions sociales aussi avec l’expansion industrielle des quartiers ouvriers. Malgré son déclin relatif, la minorité germanophone domine toujours les secteurs modernes de l’économie alors qu’une nouvelle classe moyenne tchèque revendique le partage du pouvoir tout en étant à son tour confrontée à l’extension d’un nouveau prolétariat revendicatif issu des campagnes. En tant que juif germanophone d’une classe moyenne ascendante, Kafka ne peut ni complètement s’identifier aux anciens dominants (dont il partage la langue et la culture et donc les avantages qu’elles confèrent à l’échelle de l’empire) parce que ceux-ci rejettent de plus en plus les juifs assimilationnistes, ni aux dominés relevant de la culture tchèque puisqu’il occupe socialement et culturellement, par ses titres universitaires (doctorat) et sa fonction dans une bureaucratie officielle, une position « objectivement dominante ». Cet entre-deux-mondes se complique avec la division croissante interne aux milieux intellectuels juifs qu’il fréquente. Une fraction d’entre eux remet en cause l’option assimilationniste antérieure en se ralliant aux nouveaux courants sionistes ou néo-populistes. Ces derniers mythifient, sur un modèle herderien, les « juifs authentiques » qui persistent dans les formes de la culture traditionnelle des communautés les plus orthodoxes de l’Est européen. Cette archéologie permet de sortir la lecture des textes de Kafka des abstractions antérieures et, surtout, elle produit ses pleins effets quand P. Casanova s’attaque à l’analyse formelle et thématique que ces tensions et contradictions, produites par la dérégulation culturelle générale, impliquent. Selon les cas, Kafka parvient (ou non, d’où le caractère inachevé d’œuvres marquées par ces tensions sous-jacentes) à des mises en forme littéraires de ces conflits culturels et sociaux qui le traversent en mettant en œuvre des dérégulations supplémentaires qui définissent son inventivité d’auteur : recours à la parodie, au conte, ton tragicomique ambivalent, recours au fantastique, au rêve, à l’autobiographie déguisée, autant de manières de se distinguer dans un univers de la prose dominé depuis plusieurs générations par les canons du roman réaliste et objectiviste. Cependant, cette révolution esthétique latente (puisque pour l’essentiel non publiée du vivant de Kafka) ne parvient pas à trouver sa place dans le champ culturel germano-tchèque contemporain dont elle retraduit pourtant les lignes de tension. Kafka pressent probablement que même ses plus proches amis n’en comprendront pas le sens ou le comprendront si bien qu’ils le refuseront, parce qu’il les remet en cause de manière tragique comme les jouets d’illusions collectives. Kafka les partage aussi partiellement mais jamais totalement grâce à sa prise de distance intime sous forme d’écrits dérobés qui refusent les contraintes et les conformismes de l’édition.

  • 22 Voir Christophe Charle, Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité, Paris, Armand Co (...)

25Cette attitude double, d’engagement et de retrait, n’est pas propre à Kafka ni aux spécificités de l’époque pragoise considérée. On la retrouve chez nombre de représentants des avant-gardes de l’époque, par exemple dans la poésie avec Mallarmé édité à compte d’auteur, dans la musique avec Debussy, farouchement individualiste, dans la peinture même qui s’autodétruit (et notamment avec cette invention étonnante des « papiers collés » chez les cubistes), etc. C’est une époque de tous les possibles dans tous les arts. Elle est rendue incandescente par cette dérégulation généralisée et ces échanges internes et internationaux entre toutes les cultures (les hautes et les basses, les moyennes et les populaires, les avant-gardes et les arrière gardes, les proches et les exotiques, etc.). C’est déjà presque une époque « post-moderne », c’est-à-dire revenue des illusions de la modernité antérieure. Les intellectuels et les artistes, en apparence libérés de toutes les pesanteurs des traditions accumulées depuis la Renaissance, le classicisme, le baroque, le romantisme, le réalisme, le naturalisme, le symbolisme, galvanisés par les possibles nouveaux de la modernité du début du siècle (qu’exprime un mouvement comme le futurisme et ses variantes), sont en même temps déjà en proie au désenchantement post-dreyfusiste et à des imaginaires de catastrophes imminentes qui travaillent nombre de romans utopiques de la première décennie du xxe siècle notamment chez Zola et Anatole France qui pourtant incarnaient naguère les croyances fondatrices du xixe siècle conquérant22. Ces imaginaires contrastés habitent aussi l’œuvre de Kafka et pourront prendre sens ou un sens détourné au-delà des happy few de ses premiers lecteurs quand les catastrophes seront effectivement advenues avec 1914 et la suite. Avec ce cas P. Casanova permet ainsi de comprendre comment peuvent se combiner approches globales et transversales et étude de cas approfondie au plus près des œuvres et de l’écriture elle-même.

26Parler en l’absence de celle à qui s’adresse cet hommage, c’est ressentir au-delà des mots, tout ce qui manquera à notre rencontre, si affectueux et talentueux soient ceux et celles qui tendent de faire revivre cette personne extraordinaire et cette parole trop tôt interrompue. Nous n’aurons jamais les réponses qu’elle aurait pu faire, qu’elle a parfois faites à d’autres, à nos questionnements d’aujourd’hui. Son œuvre, au-delà du tragique de cette disparition prématurée, comme celle de son maître, trop tôt parti lui aussi, il y a 18 ans, heureusement nous inspire encore et, je crois, longtemps. Au risque de surprendre ceux et celles qui connaissent un peu mon humeur habituelle, je trouve dans ses livres une leçon d’optimisme. Tous les héros qu’elle a choisi de comprendre et de relire n’avaient, selon une lecture réaliste des lois de la sociologie culturelle, à peu près aucune chance d’acquérir un tel statut. De la même façon, une œuvre savante aussi improbable que celle de Pascale Casanova n’aurait dû avoir aucune chance d’advenir et de se déployer à cause de tous les obstacles d’un monde académique dont les règles ne sont pas moins rigides que celles de la « république mondiale des lettres ». Il faut peut-être croire aux « forces de l’esprit »…

Haut de page

Bibliographie

Bernard Michel, Prague, Belle Époque, Paris, Aubier, « Collection historique », 2008.

Bots Hans & Waquet Françoise, La République des lettres, Paris, Belin, Bruxelles, De Boeck, 1997.

Boudrot Pierre, L’Écrivain éponyme, Paris, Armand Colin, 2012.

Bourdieu Pierre, Manet, une révolution symbolique, édité par Pascale Casanova, Patrick Champagne, Christophe Charle, Frank Poupeau et Marie-Christine Rivière, suivi de « Opus infinitum » de Christophe Charle et « Autoportrait en artiste libre » de Pascale Casanova, Paris, Raisons d’agir-Seuil, 2013.

Casanova Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, éditions du Seuil, 1999.

Casanova Pascale, « La World Fiction », Liber, no 16, décembre 1993, p. 11-15.

Casanova Pascale, Beckett, l’abstracteur. Anatomie d’une révolution littéraire, « Fiction et Cie », Paris, Le Seuil, 1997.

Casanova Pascale, Kafka en colère, « Fiction et Cie », Paris, Le Seuil, 2011.

Charle Christophe, Les Intellectuels en Europe au xixe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Éditions du Seuil, « L’Univers historique », 1996, « Points », 2001. 

Charle Christophe, Théâtres en capitales. Naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne 1860-1914, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque histoire », 2008. 

Charle Christophe, Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité, Paris, Armand Colin, « Le Temps des idées », 2011.

Charle Christophe, « La circulation des opéras en Europe au xixe siècle », Relations internationales, no 155, décembre 2013, p. 11-31.

Charle Christophe, Homo historicus. Réflexions sur l’histoire, les historiens et les sciences sociales, Paris, Armand Colin, « Le Temps des idées », 2013.

Charle Christophe, La Dérégulation culturelle. Essai d’histoire des cultures en Europe au xixe siècle, Paris, PUF, 2015.

Chevrel Yves & al. (dir.), Histoire des traductions en langue française. xixe siècle 1815-1914, Lagrasse, Verdier, 2012.

Delalande Nicolas, La Lutte et l’Entraide. L’âge des solidarités ouvrières, Paris, éditions du Seuil, « L’Univers historique », 2019.

Ducournau Claire, La Fabrique des classiques africains. Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone (1960-2012), Paris, CNRS éditions, « Culture et Société », 2017.

Goethe Johann Wolfgang von, Conversations avec Eckermann, traduit de l’allemand par Jean Chuzeville, Paris, Gallimard, 1988.

Goethe Johann Wolfgang von, Divan d’Orient et d’Occident, West-Östlicher Divan, traduit de l’allemand et introduction et notes de Laurent Cassagnau, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

Grataloup Christian, Géohistoire de la mondialisation, Paris, Armand Colin, « Collection U », 3e éd., 2015.

Joyeux-Prunel Béatrice, Nul n’est prophète en son pays ? L’internationalisation de la peinture des avant-gardes parisiennes, Paris, Musée d’Orsay/Éditions Nicolas Chaudun, 2009.

Joyeux-Prunel Béatrice, Les Avant-gardes artistiques 1848-1918, une histoire transnationale, Paris, Gallimard, « Folio », 2015.

Joyeux-Prunel Béatrice, Les Avant-gardes artistiques 1918-1945, une histoire transnationale, Paris, Gallimard, « Folio », 2017.

Jurt Joseph, « Das Konzept Weltliteratur, ein erster Entwurf eines internationalen literarischen Feldes? », dans "Die Bienen fremder Literaturen". Der literarische Transfer zwischen Großbritannien, Frankreich und dem deutschsprachigen Raum im Zeitalter der Weltliteratur 1770–1850, sous la direction de Norbert Bachleitner & Murray G. Hall, Wiesbaden, Harrassowitz, 2012, p. 23-34.

Leperlier Tristan, Algérie, Les écrivains dans la décennie noire, Paris CNRS éditions, « Culture et société », 2018.

Michon Jacques & Mollier Jean-Yves (dir.), Les Mutations du livre et de l’édition dans le monde du xviiie siècle à l’an 2000, Québec, Paris, Presses universitaires de Laval/L’Harmattan, 2001.

Popa Ioana, Traduire sous contraintes : littérature et communisme (1947-1989), Paris, CNRS éditions, « Culture et Société », 2010.

Sapiro Gisèle (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS éditions, 2008.

Thiesse Anne-Marie, La Fabrique de l’écrivain national. Entre littérature et politique, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 2019.

Wilfert Blaise, « Traduction littéraire : approche bibliométrique » dans Y. Chevrel, op. cit., p. 254-344. 

Wilfert Blaise, « Une mondialisation littéraire vue du marché. Traduire les littératures étrangères en français et en allemand au cours des années 1890 » dans, Traductions, Transferts Culturels et instances de médiations. La transculturalité des espaces nationaux en Europe xviiie-xixe siècle, sous la direction de Christophe Charle, Hans-Jürgen Lüsebrink & York-Gothart Mix, Goettingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 2017, p. 193-226.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art, genèse et structure du champ littéraire, Paris, éditions du Seuil, « Libre examen », 1992.

2 Anne-Marie Thiesse, La Fabrique de l’écrivain national, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 2019 ; Pierre Boudrot, L’Écrivain éponyme, Paris, Armand Colin, 2012.

3 Christophe Charle, Les Intellectuels en Europe au xixe siècle, Paris, éditions du Seuil, « L’Univers historique », 1996, puis « Points », 2001 ; Théâtres en capitales, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque histoire », 2008 ; La Dérégulation culturelle, Paris, PUF, 2015.

4 Pascale Casanova, Beckett, l’abstracteur. Anatomie d’une révolution littéraire, « Fiction et Cie », Paris, éditions du Seuil, 1997 ; Kafka en colère, « Fiction et Cie », Paris, éditions du Seuil, 2011.

5 Je développe ce point dans le chapitre 6 d’Homo historicus. Réflexions sur l’histoire, les historiens et les sciences sociales, Paris, Armand Colin, « Le Temps des idées », 2013.

6 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, éditions du Seuil, 1999, p. 64.

7 Joseph Jurt, « Das Konzept Weltliteratur, ein erster Entwurf eines internationalen literarischen Feldes? », dans « Die Bienen fremder Literaturen ». Der literarische Transfer zwischen Großbritannien, Frankreich und dem deutschsprachigen Raum im Zeitalter der Weltliteratur (1770–1850), sous la direction de Norbert Bachleitner & Murray G. Hall, Wiesbaden, Harrassowitz, 2012, p. 23-34. On trouve un résumé commode des idées de Goethe dans ses Conversations avec Eckermann, traduit de l’allemand par Jean Chuzeville, Paris, Gallimard, 1988 : 24 novembre 1824, p. 124-125 ; 31 janvier 1827, p. 206 ; 15 juillet 1827, p. 232.

8 Par exemple son dernier recueil Divan d’Orient et d’Occident, publié entre 1819 et 1827, inspiré par la lecture du poète persan Hafiz (voir en dernier lieu : Johann Wolfgang von Goethe, Divan d’Orient et d’Occident, West-Östlicher Divan, traduit de l’allemand, introduction et notes de Laurent Cassagnau, Paris, Les Belles Lettres, 2012). Il y a aussi une pointe cachée contre F. Schlegel qui a édité une revue intitulée justement Europa de 1803 à 1805 (consultable sur le site : http://www.ub.uni-bielefeld.de/diglib/aufkl/europa/europa.htm). En élargissant la sphère littéraire au « monde » contre les romantiques allemands limités à l’Europe occidentale, Goethe réaffirme sa prééminence par son ambition universaliste.

9 Hans Bots & Françoise Waquet, La République des lettres, Paris, Belin, Bruxelles, De Boeck, 1997.

10 Pascale Casanova, « La world fiction », Liber, no 16, décembre 1993, p. 11-15, thème repris dans La République mondiale des lettres, op. cit., p.171 et s.

11 Gisèle Sapiro (dir.), Translatio. Le Marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS éditions, « Culture et Société », 2008.

12 Ioana Popa, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris, CNRS éditions, « Culture et Société », 2010.

13 Blaise Wilfert, « Traduction littéraire : approche bibliométrique », dans Histoire des traductions en langue française. xixe siècle 1815-1914, sous la direction d’Yves Chevrel & al., Lagrasse, Verdier, 2012, p. 254-344.

14 Christian Grataloup, Géohistoire de la mondialisation, Paris, Armand Colin, « Collection U », 3e éd., 2015.

15 Christophe Charle, « La circulation des opéras en Europe au xixe siècle », Relations internationales, n°155, décembre 2013, p. 11-31.

16 Tristan Leperlier, Algérie, Les écrivains dans la décennie noire, Paris, CNRS éditions, « Culture et Société », 2018 ; Claire Ducournau, La Fabrique des classiques africains. Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone (1960-2012), Paris, CNRS éditions, « Culture et Société », 2017.

17 Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, op.cit., p. 168 et s. et chapitre 5 « De l’internationalisme littéraire à la mondialisation commerciale ? », p. 227-37.

18 Yves Chevrel et al., (dir.), Histoire des traductions en langue française. xixe siècle 1815-1914, op. cit. ; Christophe Charle, Théâtres en capitales. Naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne (1860-1914), Paris, Albin Michel, 2008 ; Blaise Wilfert, « Une mondialisation littéraire vue du marché. Traduire les littératures étrangères en français et en allemand au cours des années 1890 » dans, Traductions, Transferts Culturels et instances de médiations. La transculturalité des espaces nationaux en Europe (xviiie-xixe siècle), sous la direction de Christophe Charle, Hans-Jürgen Lüsebrink & York-Gothart Mix, Goettingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 2017, p. 193-226 ; Béatrice Joyeux-Prunel, Nul n’est prophète en son pays ? L’internationalisation de la peinture des avant-gardes parisiennes, Paris, Musée d’Orsay, Éditions Nicolas Chaudun, 2009 ; de la même auteure, Les Avant-gardes artistiques 1848-1918, une histoire transnationale, Paris, Gallimard, « Folio », 2015 et Les Avant-gardes artistiques 1918-1945, une histoire transnationale, Paris, Gallimard, « Folio », 2017; Jacques Michon & Jean-Yves Mollier (dir.), Les Mutations du livre et de l’édition dans le monde du xviiie siècle à l’an 2000, Québec, Paris, Presses universitaires de Laval/ L’Harmattan, 2001 ; Nicolas Delalande, La Lutte et l’Entraide, L’âge des solidarités ouvrières, Paris, éditions du Seuil, « L’Univers historique », 2019.

19 Pour plus de détails, voir Christophe Charle, La Dérégulation culturelle. Essai d’histoire des cultures en Europe au xixe siècle, op. cit.

20 Pierre Bourdieu, Manet, une révolution symbolique, édité par Pascale Casanova, Patrick Champagne, Christophe Charle, Frank Poupeau et Marie-Christine Rivière, suivi de « Opus infinitum » de Christophe Charle et « Autoportrait en artiste libre » de Pascale Casanova, Paris, Raisons d’agir-Seuil, 2013.

21 Bernard Michel, Prague Belle Époque, Paris, Aubier, « Collection historique », 2008, notamment le chapitre 6 « Le monde de Franz Kafka », p.176-208.

22 Voir Christophe Charle, Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité, Paris, Armand Colin, « Le Temps des idées », 2011, p. 323-336.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Charle, « République mondiale des lettres, discordance des temps et dérégulation culturelle »COnTEXTES [En ligne], 28 | 2020, mis en ligne le 29 septembre 2020, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/contextes/9346 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.9346

Haut de page

Auteur

Christophe Charle

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne — IHMC

Haut de page
  • Logo Le blog de COnTEXTES
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search