Navigation – Plan du site

Editorial

CORELA est une revue de sciences du langage. Elle accueille toute proposition relevant des domaines de la linguistique. CORELA est une revue semestrielle entièrement en ligne et en accès libre. L'objectif de CORELA est d'encourager les discussions scientifiques et théoriques les plus larges possibles. Le choix du support électronique est d'en faciliter la publication et la diffusion. CORELA est la revue du CerLiCO (Cercle Linguistique du Centre et de l'Ouest).

Dernier numéro en ligne
17-2 | 2019
Vol. 17, n°2

Sous la direction de Daniel Roulland

 Avec le premier article de ce volume, Mori Edwige Traoré & Xiaolang Luo (Tagba Tone: a case of tier hierarchization) reviennent sur certains patrons tonals complexes de la langue tagba (groupe sénoufo, Afrique de l’ouest), pour montrer que la hiérarchie classique de leurs représentations dans le modèle autosegmental fait des prédictions incorrectes. Elle doit être aménagée en associant directement le ton aux voyelles, ce qui conduit à abandonner les principes réputés universels d’association avec des unités de rang supérieur ou de neutralisation complète.

Boris Lefilliâtre (The cognitive motivation and purposes of playful blending in English) traite des amalgames par jeux de mots (playful blends) sous l’angle de leurs motivations et des objectifs qui les sous-tendent. Il montre que, dans un domaine à la frontière de la sémantique et de la pragmatique, ces amalgames apparaissent cognitivement saillants dans leur co-texte, par une concision qui les distingue d’emblée des mots environnants, un rapport interne spécial entre les éléments associés, et une forte créativité. Leur dimension pragmatique explique la grande variété des objectifs de leur production en contexte.

Dans le cadre de la Théorie des Blocs Sémantiques de Marion Carel (2019), l’article de Kohei Kida (De l’interprétation argumentative) revient sur la notion de « Carte Argumentative du Lexique », le « décodage argumentatif » et l’ « interprétation argumentative » consistant tous deux, mais de manière inverse, à déterminer pour un énoncé donné le  terme constitutif et par voie de conséquence le schéma argumentatif qu’il signifie. Dans le cas de l’interprétation, le terme constitutif est implicite, ce qui autorise pour M. Carel une certaine liberté d’interprétation pour l’auditeur/lecteur, quitte à devoir revenir sur un premier schéma. Kohei KIDA nuance cette position en soulignant la nécessaire  prise en compte de l’intention plus ou moins manifeste du locuteur qui contraint l’interprétation. Démonstration est ainsi faite de l’impossibilité de dissocier l’organisation de la carte argumentative de son utilisation.

Hélène Margerie et Philippe Muller (Excuse me vs (I'm) sorry as two contrastive markers of interlocutive relations) utilisent la Théorie de la Relation Interlocutive (C. Douay & D. Roulland 2014) comme cadre explicatif de la différence qu’ils étudient entre les deux formes d’excuse en anglais : Excuse me et (I’m) sorry. La première, Excuse me, est caractérisée par un « désaccord » interlocutif entre les deux pôles émetteur et récepteur qui peut aller jusqu’à la polémique, alors que la seconde, (I’m) sorry, établit une « harmonie » interlocutive, avec une coopération de l’allocutaire considérée comme acquise. Les effets pragmatiques polémiques d’un côté ou apaisants de l’autre  relèvent des configurations systémiques C1 et C2 de la théorie.

Loïc Renoud (La distinction accompli / inaccompli dans le récit en FLE: enjeux pour la conception de matériel pédagogique) aborde l’apprentissage du Français Langue Etrangère avec une difficulté connue qui est celle de la relation entre le passé composé et l’imparfait. Expliquant l’approche aspectuelle du manuel Libre Echange (2001), il montre comment elle a été abandonnée au profit de l’approche discursive centrée sur l’organisation du récit en premier plan (passé composé) et arrière-plan (imparfait), sans que pour autant la question des choix énonciatifs soit résolue. L’exploration de 17 manuels récents (2010-2016) aboutit à Version Originale 2(2010) qui introduit une relation d’observation (externe pour le passé composé avec « avancée » du récit, interne pour l’imparfait avec « arrêt » du récit), relation qui permet de rendre compte à la fois des prototypies aspectuelles et des organisation discursives globales. Ceci amène l’auteur à une perspective énactive (Bottineau 2010, 2014), prenant en compte plus largement les faits morphologiques, syntaxiques et prosodiques dans une progression incarnée « d’une conscience avançant dans le monde qu’elle crée au fil des mots ». Cette perspective permet de proposer un matériel pédagogique adapté, actuellement en cours d’expérimentation, sur la construction et la progression du récit.

 

Les propositions d’articles pour le numéro 1 du volume 18 de la revue Corela sont à envoyer à Sylvester Osu avant le 15 avril 2020.

  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals