Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19-1Réanalyse des formes des marqueur...

Réanalyse des formes des marqueurs de classe du pulaar (peul) sous l’éclairage de la réduplication1

Niang Oumar

Résumés

Cet article propose d’examiner le marqueur de classe du pulaar, langue peule, sous l’angle de la réduplication. Cette dernière intervient dans le cadre de la détermination et de la substitution nominale. L’analyse du marqueur rédupliqué conduit à une nouvelle répartition des formes de variantes de morphèmes de classes dans cette langue.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Je tiens à exprimer toute ma gratitude au Professeur émérite Jean-Louis Duchet. Mes remerciements v (...)

1En pulaar, le marqueur de classe de l’unité nominale peut être rédupliqué en tant que déterminant et/ou en tant que marqueur pronominal de substitution. Le marqueur rédupliqué met en évidence, au niveau du système classificatoire de la langue, d’une part, des formes de variantes de morphèmes de classe reliées morphologiquement et phonologiquement, et d’autre part, des formes sans variantes de morphème de classe. L’analyse ici proposée conduit à réexaminer la répartition d’allomorphes telle qu’elle est généralement admise dans cette langue.

2. La réduplication 

  • 2 Source : CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales) : www.cnrtl.fr/definition/ré (...)

2Le terme « réduplication » vient du latin duplicare (dupliquer), c’est-à-dire « doubler, répéter », « réitérer »2. L’idée de « rendre double » est une caractéristique fondamentale de la réduplication. Ce phénomène est à la croisée de plusieurs domaines : phonologique (Wilbur, 1973), (Moravcsik, 1978), (McCarthy et Prince, 1995), morphologique (Marantz, 1982), syntaxique (Richard, 2015), sémantique (Zhang, 1987).

  • 3 Ndione (2013) : voir aussi Kabore (1998).

3Dans le cadre de notre approche et Ndione (2013, p. 32)3, nous définissons la réduplication comme un « procédé de redoublement consistant en une copie d’une syllabe ou d’une unité entière. L’élément copié doit être identique et contiguë à la base ».

4En pulaar, la réduplication est attestée dans les unités nominales, dans les formes verbales, mais également, au niveau des marqueurs de classe (cf. 2.4).

2.1. La réduplication nominale

5En pulaar, de manière générale, la structure morphologique d’une unité nominale distingue un radical auquel est associé un marqueur de classe comme nous pouvons le constater à travers le mot ñewre « graine de haricot », se découpant morphologiquement en :

6«ñew +re » avec comme radical «ñew + re » comme marqueur de classe.

7La base lexicale « ñew » est associée au marqueur de classe {-re}, marqueur nominal spécifié lexicalement [+ singulier, + discret]. Ce marqueur, en s’affixant, aboutit à la forme nominale ñewre.  La base lexicale « ñew », prise isolément, c’est-à-dire sans marqueur de classe, n’est pas sémantiquement transparente.

8Cette même base « ñew » est rédupliquée identiquement en : ñew-ñew-ol « plante du haricot vert ». La réduplication nominale est ici utilisée comme un procédé morphologique de création lexicale. Elle est « source d’enrichissement lexical » (Akin, 2017) (bien que de tels exemples restent rarement attestés en pulaar).

9La réduplication est également présente dans les patronymes peuls comme le montrent les exemples ci-dessous avec une structure monosyllabique de type : CVC. Ce modèle révèle une tendance à la syllabation fermée:

Bah : bah-bah-w-o

Jah : jah-jah-w-o

Jallo : jal-jall-o

Lam : lam-lam-o

Lih  : lih-lih-do

Kan : kan-han-o ( variation : k ̴ h)

Soh : coh-soh-w-o ( variation : s ̴ c)

Sih : cih-sih-w-o ( variation : s ̴ c)

Wan : ban-wan-o (variation : b ̴ w)

  • 4 Niang (2017).

10La réduplication dans les patronymes est un procédé très courant qui vise à identifier un individu de son groupe clanique. En effet, le nom clanique relie à une appartenance commune, à un ancêtre commun, ce dernier faisant souvent objet de culte ou de vénération. Chez les peuls, le nom patronymique a une dimension sacrée et symbolique (Niang, 2017)4.

2.2. La réduplication verbo-nominale

  • 5 Cité par Ndione (2013, p. 53).

11McLaughlin (2005, p. 112)5 note qu’en pulaar, la réduplication est un « moyen de dérivation nominale », c’est-à-dire qu’à partir « d’une base verbale, on dérive une forme nominale » comme le montrent les exemples suivants :

lew-lew-al « clarté lunaire »

lew-lew-ndu « flamme »

wil-wil-nde « chauve-souris »

haaɗ-haaɗ-oo-nde « foie »

tim-timol « arc-en-ciel »

kul-hul-i « choses effrayantes »

ceer-seer-o « divorcée »

kal-hal-di « bélier »,

mbel-wel-di «variété d’herbe » (comestible)

12Ces formes obtenues par réduplication, avec copie complète de la base, sont issues respectivement des racines verbales dotées d’une certaine autonomie sémantique. Ces racines verbales ont comme marque infinitive {-de} :

lew-de « briller, éclairer, flamber »

wil-de « piéger »

haaɗ-de « être amer »

tim-de « surplomber »

hul-de « avoir peur »

seer-de « divorcer »

hal-de « procréer »

wel-de « être bon »

  • 6 Niang (2007, p. 217).

13La réduplication est utilisée ici comme un « moyen de dérivation déverbale ». En effet, on passe d’une catégorie verbale « lew » « briller » à une catégorie nominale (déverbale) : lew-lew-al « lumière, clarté » par conversion verbo-nominale (Niang 2007)6. En d’autres termes, le changement de catégorie n’implique pas ici l’adjonction d’un morphème précis de dérivation. La racine verbale : lew change de catégorie grammaticale par conversion verbo-nominale en devenant un substantif déverbal : lew-lew-al, avant de subir l’affixation du marqueur de classe {-al}. En effet, en pulaar, le marqueur de classe est aussi un affixe de classe et dans les unités nominales où il apparaît, il a un rôle plutôt flexionnel, il permet d’identifier les catégories morphologiques que constituent les classes nominales. Il n’a pas de rôle dérivationnel, sa présence n’entraine pas de changement de catégories majeures : Nom, Verbe, Adjectif, Adverbe.

14On observe également que certaines formes rédupliquées peuvent être soumises à des variations :

kul-hul-i (avec une variation k ̴ h)

kal-hal-di (avec une variation k ̴ h)

ceer-seer-o (avec une variation c ̴ s)

mbel-wel-di (avec une variation mb ̴ w)

15Ces changements phonétiques à l’initiale des radicaux sont liés à la présence des marqueurs de classes {-i, -di, -o}, des marqueurs de nominalisation, ces derniers, en s’affixant, entrainent des variations consonantiques à l’initiale des radicaux.

2.3. La réduplication verbale

16En pulaar, le phénomène de réduplication est également présent dans les formes verbales reconnaissables avec la marque de l’infinitif {-de} :

17 Exemples :

yor-de « glisser  »

mer-de « parler à tort et à travers »

wal-de « couler (eau) »

sor-de « passer à travers »

18Ces mêmes formes verbales sont rédupliquées de la manière suivante:

  • 7 La présence de la voyelle {u}, infixée dans les formes verbales, est ici purement épenthétique.

yor-yor-t-u-de7 « s’écouler »

mer-mer-t-u-de « bavarder »

wal-wal-t-u-de « s’écouler de manière continue »

sor-sor-t-u-de «qui fait des va-et-vient »,

19avec le morphème itératif {t}. Dans beaucoup de langues, l’itération est exprimée dans les structures réduplicatives (Akin, 2017). Ces exemples illustrent parfaitement la construction lexicale en jeu dans le cadre de la réduplication.

2.4. La réduplication des marqueurs de classe

20Si nous considérons la structure morphologique d’une unité nominale comme par exemple yimɓe « personnes », composée d’un radical « yim » et d’un marqueur de classe -ɓe, spécifié [+ humain, + pluriel], c’est précisément ce marqueur -ɓe, en tant qu’élément grammatical contenu dans l’unité yim-ɓe , qui va être rédupliqué pour former le déterminant ɓe.

21Exemple :

yim-ɓe ɓe ngari .

yimɓe « personnes » ɓe « les »  « ngari » « venir » + accompli + pluriel

« les personnes sont venues ».

22Le marqueur de classe {ɓe} est toujours rédupliqué identiquement en tant que déterminant sous la forme ɓe, comme le confirment les exemples ci-dessous. En effet, dans le système classificatoire de la langue, ce marqueur est particulier, car, contrairement à d’autres, il ne présente pas de variante de morphème de classe (cf. tableau 3), ce qui explique qu’il est rédupliqué identiquement en tant que déterminant.

23Exemples :

rew-ɓe ɓe « femmes_les = les femmes »

wor-ɓe ɓe « hommes_les = les hommes »

ful-ɓe ɓe « peuls_les = les peuls »

awl-u-ɓe ɓe « griots_les = les griots », etc.

24Ce même marqueur rédupliqué par détermination ɓe peut se réaliser avec une longueur vocalique(ɓee), dans ce cas, il a une valeur démonstrative. Le démonstratif, en pulaar, peut être antéposé ou postposé au nom qu’il détermine (Sylla, 1982, p. 45) :

rew-ɓe ɓee ou ɓee rew-ɓe « femmes_ces = ces femmes »

wor-ɓe ɓee ou ɓee wor-ɓe « hommes_ces = ces hommes »

ful-ɓe ɓee ou ɓee ful-ɓe « peuls_ces = ces peuls »

awl-u-ɓe ɓee ou ɓee awl-u-ɓe « griots_ces = ces griots », etc.

25Ce même déterminant à valeur démonstrative ɓee peut, à son tour, se réaliser avec la nasale « n » : ɓeen. Cette réalisation du déterminant intervient dans une situation de communication où la référence est envisagée comme étant moins proche du locuteur (ex. yimɓe ɓeen « ces personnes dont il a été question il y a un moment ») (Sylla, 1982, p. 46).

26Cependant, lorsque le marqueur de détermination ɓe est réalisé sans allongement vocalique, il a une valeur anaphorique (Niang, 2007, p. 275). En effet, en pulaar, un nom peut être introduit dans le discours sans qu’on observe la présence d’un déterminant. Il est indéterminé (Sylla, 1982, p. 43).

27Exemple :

Gorko ari e galle, o yii rewɓe tato, rewɓe ɓe ndogi.

Gorko (homme) ari (venir + accompli) e « dans » galle « maison », o « il » yii « voir + accompli » rewɓe « femmes » tato « trois », rewɓe « femmes » ɓe « les » (anaphorique) ndogi « courir + accompli ».

« (Un) homme est venu dans (une) maison, il a vu trois femmes, les femmes se sont enfuies. »

28Dans cet énoncé, les unités nominales gorko « homme », galle « maison » sont introduits dans le discours sans la présence d’un déterminant. On peut postuler ici un marqueur zéro de détermination. Dans le cas du nom rewɓe « femmes », le premier terme est indéterminé, alors que le deuxième l’est anaphoriquement par ɓe « les » (rewɓe ɓe) « femmes les = les femmes ». La valeur anaphorique est conférée au déterminant ɓe du fait que ce dernier détermine un mot (rewɓe) avec une référence donnée antérieurement dans le discours. En pulaar, le déterminant à valeur anaphorique est toujours postposé au nom qu’il détermine (Niang, 2007, p. 275).

29Le marqueur rédupliqué est également présent au niveau de la substitution nominale comme le montre l’exemple ci-dessous où c’est l’unité nominale rewɓe « femmes » qui a comme marqueur pronominal de substitution ɓe.

30Exemple :

rew-ɓe njehi, ɓe ngari e wuro

rew-ɓe  « femmes » njehi « partir + accompli + pluriel », ɓe « elles » (pronom de substitution nominale du mot rewɓe) ngari « arriver + accompli + pluriel » e « dans » wuro « village ».

« (Des) femmes sont parties, elles sont arrivées dans (un) village. »

31Ainsi, le marqueur de détermination et/ ou de substitution (nominale) en pulaar est obtenu grâce à l’opération de réduplication d’un marqueur de classe contenu dans une unité nominale donnée. Ce marqueur rédupliqué est analysé ici comme un opérateur linguistique du fait des valeurs qu’il prend syntaxiquement en tant que :

  • anaphorique, dans ce cas, il est toujours postposé au nom qu’il détermine (ex. yim-ɓe ɓe « les personnes »);

  • démonstratif: il est réalisé long, antéposé ou postposé au nom qu’il détermine (ex. ɓee yim-ɓe ou yim-ɓe ɓee « ces personnes »), il peut être associé à la nasale « n » ( ɓeen) pour indiquer une référence lointaine en situation de discours (ex. ɓeen yim-ɓe ou yim-ɓe ɓeen « ces personnes dont il a été déjà question » );

  • marqueur pronominal se substituant à un nom

32Le marqueur de classe {ɓe}, analysé dans le cadre de la réduplication, peut être schématiquement résumé de la manière suivante:

33Marqueur de classe

34(-ɓe)

35

36Marqueur rédupliqué

37(ɓe)

38 déterminant pronom de substitution

  • 8 Ex. : o yii ɓe : o « il » yii « voir + accompli » + ɓe (marqueur pronominal de substitution) = il l (...)

39anaphorique démonstratif sujet objet8 relateur

40(ɓe) (ɓee, ɓeen) (ɓe)

41En étendant notre analyse du marqueur rédupliqué à d’autres marqueurs de classe du pulaar présentant des variantes de morphème de classe, nous constatons que la réduplication opère différemment. Ainsi :

  • dans le cas de l’unité nominale yahre, c’est le marqueur de classe {re} qui est rédupliqué comme marqueur de détermination, sous la forme nde, : d’où yah-re nde « scorpion_le = le scorpion » ;

  • dans le cas de l’unité nominale lad-de « brousse », c’est le marqueur de classe {de} qui est rédupliqué en nde ; d’où ladde nde « brousse_la = la brousse » ;

  • dans le cas de l’unité nominale tii-nde « front », c’est le marqueur de classe {nde} qui est rédupliqué en tant que déterminant sous la forme nde, d’où : tii-nde nde « front_le = le front ». Dans ce dernier cas, nous remarquons une identité formelle entre le marqueur de classe ayant une initiale prénasalisée {nde} et le déterminant nde.

42En d’autres termes, si les unités nominales yah-re, lad-de, tii-nde ont un seul et même marqueur de détermination (nde), c’est parce que leur marqueur de classe {re, de, nde} constitue les formes variantes d’un même morphème de classe, d’où :

yah-re nde « scorpion_le =  le scorpion »

lad-de nde « brousse_la = la brousse »

tii-nde nde «front_le =  le front (partie du corps humain) »

43Ces variantes d’un même morphème de classe {re, de, nde}, permettent de distinguer ici :

  • une forme dite « faible » ayant une initiale sonante : {re}

  • une forme dite « moyenne » ayant une initiale occlusive : {de}

    • 9 Pour plus de précisions, se reporter aux tableaux (1 et 3) sur les différentes répartitions des for (...)

    une forme dite « forte » ayant une initiale prénasalisée : {nde}9

  • 10 Cité par Ndione (2013, p. 35).
  • 11 Ces variations morpho-phonologiques s’observent également à l’initiale des nominaux comme par exemp (...)

44Rubino (2005, p. 11)10 pense que la réduplication peut voir « un but » grammatical. Dans le cadre de la détermination nominale en pulaar, c’est le marqueur de classe, (-re) par exemple, en tant qu’élément grammatical contenu dans l’unité nominale (yah-re « scorpion), qui va être rédupliqué pour former le déterminant (nde) du nom yah-re (d’où : yah-re nde « scorpion_le = le scorpion »). La réduplication des marqueurs de classe obéit à des règles phonologiques ou morpho-phonologiques propres à la langue, puisque certaines formes, comme {ndi} par exemple, sont rédupliquées identiquement, alors que d’autres, comme {ri, di}, le sont à travers la forme forte de leur variante de morphème de classe, ici reconnaissable avec une initiale prénasalisée (ndi). Le phénomène de réduplication met ainsi en évidence les règles phonologiques ou morpho-phonologiques qui interviennent dans la distribution des formes variantes de morphèmes de classe et expliquent le passage d’une sonante (r) à une occlusive (d), d’une occlusive à une prénasalisée (nd)11 (cf. tableau 3).

45Cette répartition de formes variantes de morphème s’observe également à travers les marqueurs de classe {ri, di, ndi} qui ont comme marqueur rédupliqué par détermination ndi :

ngaa-ri ndi « taureau_le =  le taureau »

mbod-di ndi « serpent à sonnettes _le = le serpent à sonnettes »

pii-ndi ndi « fleur_la =  la fleur »

46La réduplication sous la forme forte de la variante du morphème de classe se vérifie également avec les marqueurs de classe {ru, du, ndu}, qui ont comme marqueur rédupliqué par détermination ndu :

saw-ru ndu « le bâton »

wud-du ndu « le nombril »

ullu-ndu ndu « le chat»

47À côté de ces exemples avec trois formes de variantes de morphème de classe présentant une initiale prénasalisée, on trouve d’autres marqueurs de classe comme {a, ba} qui ont un marqueur rédupliqué par détermination qui est ba (et non *mba)

48Exemples :

mbeew-a ba « chèvre_la = la chèvre »

ngor-ba ba « l’âne_le = l'âne (mâle) »

49Ceci s’explique par le fait qu’en pulaar, le morphème de classe {a, ba} ne présente pas de variante à initiale prénasalisée (*mba), il est toujours rédupliqué en ba. On a ici la confirmation que le marqueur rédupliqué par détermination (ba) correspond toujours à la forme forte de la variante du morphème de classe, en l'occurrence ici {ba}.

50En pulaar, il existe d’autres marqueurs de classe à initiale non prénasalisable. C'est le cas par exemple de {ko, o}, {ki, i}, qui ne distinguent que deux formes de variantes de morphème. Ces marqueurs sont rédupliqués en tant que déterminant respectivement sous la forme ko, ki.

51Exemple de marqueur rédupliqué en ko :

laal-o ko « le condiment à base de feuilles de baobab »

hun-u-ko ko « la bouche »

52Exemple de marqueur rédupliqué en ki :

laac-i ki « la queue »

cuur-ki ki « la fumée »

  • 12 Non pas à -ba en tant que morphème de classe. La prénasalisation de b peut concerner l’initiale con (...)

53La particularité de ces marqueurs de classe est due à leur initiale consonantique non prénasalisable. En effet, en pulaar, la règle de prénasalisation ne s’applique qu’aux occlusives voisées (b, d, j, g) 12, d'où les deux formes de variantes de morphème constatées au lieu des trois comme c’est le cas avec {ri, di, ndi}, {ru, du, ndu}, {re, de, nde}.

2.5. Répartition d’allomorphes en pulaar

54En pulaar, la répartition d’allomorphes est généralement établie suivant une analyse de variantes de morphème de classe en termes de degré. Ainsi, pour Sylla (1982, p. 37) l'initiale d'un « suffixe » de classe (marqueur de classe) peut se réaliser sous quatre formes :

  • sous la forme d'une consonne zéro (degré zéro)

  • sous la forme d'une consonne continue (degré 1)

  • sous la forme d'une consonne occlusive (degré 2)

  • sous la forme d'une consonne prénasalisée (degré 3)

  • 13 Sylla, Y. (1982, p. 37).

55Illustration des degrés de suffixes de classe à travers les marqueurs de classe suivants13 :

degré ø -el

degré 1 -wel

degré 2 -gel

degré 3 -ngel

56Nous présentons dans le tableau ci-après les degrés des suffixes de classe tels qu'envisagés par Sylla (1982).

Tableau (1) : Degrés des suffixes selon Sylla (1982)

Degré zéro

Degré 1

Degré 2

Degré 3

o

wo

jo

ɗo

ɓe

ɓe

ɓe

ɓe

re

re

de

nde

ri

ri

di

ndi

ru

ru

du

ndu

a

wa

ba

ba

e

we

ge

nge

o

wo

go

ngo

u

wu

gu

ngu

al

wal

gal

ngal

el

wel/yel

gel

ngel

ol

wol

gol

ngol

a

wa

ka

ka

i

wi

ki

ki

o

wo

ko

ko

al

wal

kal

kal

on

won

kon

kon

e

ye

je

ɗe

i

yi

ji

ɗi

am

yam

jam

ɗam

um

yum

jum

ɗum

  • 14 Paradis (1986) : ne distingue, quant à elle, que deux formes de variantes de marqueur de classe : u (...)

57Cette répartition des marqueurs de classe en degrés pose plusieurs problèmes, car certains marqueurs de classe comme {ru, du, ndu}, {re, de, nde}, {ri, di, ndi} comportent, au niveau de leurs variantes, des redondances entre le degré 0 et le degré 1. En outre, le marqueur pluriel ɓe, quel que soit le degré considéré, reste formellement identique, car, il ne présente pas de variante de morphème14. En outre, si nous considérons les marqueurs de classe {o, wo, jo, ɗo}, nous constatons qu’ils ne sont reliés entre eux par aucune règle morpho-phonologique connue du pulaar. Nous pensons que ces marqueurs de classe sont morphologiquement complexes. Nous proposons de les examiner dans le cadre de la réduplication.

2.6. La particularité du marqueur de classe o

58Le regroupement d'allomorphes tel qu’il est généralement admis en pulaar (cf. tableau 1) permet de distinguer pour le marqueur de classe O jusqu’à quatre formes de variantes : o, wo, jo, ɗo. Or, dans le cadre de la détermination, nous constatons que ces dernières n'ont en réalité qu'un seul et même marqueur rédupliqué par détermination qui est o à travers les exemples suivants :

gujj-o o "voleur_le = le voleur"

  • 15 La longueur vocalique oo apparait dans les agentifs inaccomplis.

dem-oo-wo15o "cultivateur _le = le cultivateur"

  • 16 -ee- étant voyelle épenthétique.

bil-ee-jo16 o "sorcier _le = le sorcier"

  • 17 -aa- représente ici la marque passive.

nul-aa-ɗo17 o "envoyé _le = l'envoyé"

59Ce qui conduit à remettre en cause le statut de {ɗo} (degré 3) en tant que forme forte de la variante du morphème classe {o}. En effet, si le marqueur -ɗo était la forme forte de la variante, il allait être rédupliqué en tant que déterminant, or ce n’est pas le cas ici.

60A ce stade de notre analyse, nous dirons, à la différence des études conduites plus généralement sur le pulaar (Gaden, 1913), (Sylla, 1982), (Ndiaye, 1983), que le marqueur de classe {o} ne présente pas de variantes de morphème de classe, ce qui explique que son marqueur rédupliqué en tant que déterminant est formellement identique au marqueur de classe contenu dans les unités nominales. Morphologiquement, le marqueur de classe {o} est tout à fait comparable au marqueur de classe {ɓe}, tous les deux sont rédupliqués identiquement, ils ne présentent pas de variante de morphème de classe. Sur la base de cette analyse, nous proposons un redécoupage morphologique qui distingue le morphème de classe {o} de la manière suivante (pour le mot) :

gujj-o (o) "(le) voleur" (pas de changement pour le découpage morphologique)

dem-oo-w-o (o) "(le) cultivateur" (à la place de wo, on aura o)

bil-ee-j-o (o) "(le) féticheur" (à la place de jo, on aura o)

nul-aa-ɗ-o (o) "(le) prophète" (à la place de ɗo, on aura o)

  • 18 Cette particularité en fait le marqueur par défaut pour la détermination des emprunts comme par exe (...)

61En effet, nous pensons que le marqueur de classe {o} est morphologiquement complexe, en ce sens qu'il est associé à des éléments de liaison, du fait de sa structure syllabique particulière. En effet, c'est le seul morphème de classe présentant une structure syllabique uniquement vocalique18 en forme V, c'est-à-dire qui a une attaque syllabique vide (contrairement aux marqueurs de classe comme : {re, de, nde} (qui ont une attaque syllabique remplie, donc une attaque consonantique).

62Le concept d’attaque syllabique que nous utilisons dans le cadre de notre approche fait référence aux travaux de Kaye et Lowenstamm (1984) pour qui la syllabe est une structure hiérarchique qui distingue une attaque et une rime, la rime se divisant en noyau et coda. Cette approche théorique de la syllabe repose sur des règles et des principes, tel que le principe de l’attaque obligatoire. D’après Kaye et Lowenstamm (1984, p. 127), les morphèmes sont soumis à des « réanalyses syllabiques en fonction des contextes morphologiques où ils apparaissent ».

63Pour illustrer le concept de réanalyse syllabique en pulaar, nous nous appuyons sur l’exemple du mot debbo « femme », où l’on distingue le radical debb associé au marqueur de classe -o ayant une structure syllabique essentiellement vocalique (V). En appliquant le principe rendant l’attaque syllabique obligatoire, c’est la deuxième consonne géminée du radical debb qui va servir d’attaque à la syllabe du marqueur de classe -o, d’où le découpage syllabique du mot en deb #bo. On parle, dans ce cas précis, de réanalyse syllabique affectant la structure morphologique de l’unité nominale en question.

64En nous appuyant sur cette analyse syllabique, nous avons formulé dans le cadre de notre thèse Niang (2007, p. 92) une contrainte syllabique qui impose une attaque consonantique pour toutes les syllabes des marqueurs de classe de la langue. Cette contrainte permet d’interpréter la présence de consonnes comme w, j, ɗ associées au marqueur de classe -o comme étant des éléments de liaison dans des unités comme :

gaw-oo-w-o « pêcheur »,

dem-oo-w-o « cultivateur »,

baañ-oo-w-o « chasseur »,

65où la présence d’élément de liaison w permet de remplir l’attaque consonantique de la syllabe du marqueur de classe. Maintenant, considérons les mêmes mots : gaw-oo-w-o, dem-oo-w-o, baañ-oo-w-o avec un marqueur de classe comme -ɓe, on aura :

aw-oo-ɓe « pêcheurs »

rem-oo-ɓe « cultivateurs »

waañ-oo-ɓe « chasseur »

66À la différence du marqueur de classe o qui présente une attaque syllabique vide, le marqueur pluriel -ɓe, a une attaque consonantique, d’où l’absence d’élément de liaison. Cette contrainte syllabique du marqueur de classe se vérifie également avec l’élément de liaison j présent dans des mots comme :

ɓal-ee-j-o « noir »,

nay-ee-j-o « vieux »,

bil-ee-j-o « féticheur », etc.,

67où il est associé au marqueur de classe o avec une attaque syllabique vide. En revanche, les mêmes mots (ɓal-ee-j-o, nay-ee-j-o, bil-ee-j-o) au pluriel, aboutit à :

ɓal-ee-ɓe « noirs »

nay-ee-ɓe « vieux »

wil-ee-ɓe « féticheurs »

68Il y a absence d’élément de liaison puisque le marqueur de classe -ɓe a une attaque consonantique à son initiale.

69La présence de la consonne [ɗ] dans les exemples ci-dessous vient conforter notre analyse sur le caractère morphologiquement complexe du marqueur de classe o :

nul-aa-ɗ-o « envoyé »,

mal-aa-ɗ-o « chanceux »,

kool-aa-ɗ-o « honnête »,

70où il remplit l’attaque de la syllabe du marqueur de classe o.

71En revanche, les mêmes mots nul-aa-ɗ-o, mal-aa-ɗ-o, kool-aa-ɗ-o, considérés à travers leur forme plurielle suivante :

nul-aa-ɓe « envoyés ou prophètes »,

mal-aa-ɓe « chanceux »,

hool-aa-ɓe « honnêtes »,

72montrent l’absence d’élément de liaison puisque le marqueur de classe -ɓe a une attaque consonantique à son initiale.

2.7. Répartitions des formes de variantes de morphèmes de classe en pulaar

73Si nous considérons les règles morpho-phonologiques qui interviennent dans la répartition de variantes de morphèmes de classe en pulaar, nous constatons que les formes o, jo, wo, ɗo, présentées par certaines études (Sylla, 1982), (Ndiaye, 1983) comme étant constitutives d'un même morphème de classe, (que ces formes), en synchronie, ne sont reliées entre elles par aucune règle phonologique ou morpho-phonologique connue du pulaar (cf. tableau 2). Or, ce que la réduplication permet précisément de mettre en évidence, c’est la solidarité phonologique reliant avec cohérence les différentes formes de variantes dans un même morphème de classe.

74En effet, les marqueurs de classe {re, de, nde}, variantes d'un même morphème, ont des initiales consonantiques qui sont reliées à un même ordre phonétique, celui des alvéolaires r, d, nd, grâce à ce qu’on appelle des traits phonétiques de renforcement, qui sont des traits sous-spécifiés (Niang, 2007, p. 265). Ces derniers, en s'appliquant, aboutissent, en pulaar, aux transformations suivantes :

  • l’ajout du trait [+occlusif] transforme la sonante [r] en [d],

  • l’ajout du trait [+nasal] transforme l'occlusive [d] en [nd].

75Ce renforcement de traits phonétiques à l’initiale des consonnes voisées est résumé dans le tableau proposé ci-dessous.

Tableau 2 : renforcement de traits phonétiques à l’initiale des consonnes voisées

Ordres

Labiales

Alvéolaires

Palatales

Vélaires

Sonantes

w

r

y

ø

Occlusives

b

d

j

g

Prénasalisées

mb

nd

nj

ng

76En d’autres termes, la distribution des formes variantes en {re, de, nde} dans ce morphème de classe s'explique par le fait que leurs initiales consonantiques appartiennent à un même ordre phonétique, celui des alvéolaires, ici, soumises à un système de traits phonétiques de renforcement de type ternaire; ce qui permet d’expliquer le passage d’une sonante à une occlusive et d’une occlusive à une prénasalisée, d'où :

{re, de, nde}

{ru, du, ndu}

{ri, di, ndi}

77Ce système de renforcement des traits phonétiques dit "ternaire" se manifeste également dans les alternances consonantiques à l'initiale des radicaux nominaux comme : rawandu « chien », dawangel « petit chien », ndawakon « petits chiens » avec une alternance (r ̴ d ̴ nd).

78Cette solidarité phonologique reliant avec cohérence les formes variantes d’un même morphème de classe se manifeste également dans l’ordre des vélaires avec un regroupement des marqueurs de classe de la manière suivante :

{el, gel, ngel}

{al, gal, ngal}

{ol, gol, ngol}, etc.

  • 19 Paradis (1986).

79Ce regroupement permet de distinguer : -el, -al, -ol , des formes abrégées qui ne sont pas soumises au renforcement de traits phonétiques, car elles font l'objet d'abrègement lexical, qui, d'après Paradis (1986, p. 112)19, élide la consonne initiale du marqueur de classe dit « fort ».

80Contrairement à la répartition de variantes de morphème de classe dans le tableau 1 distinguant jusqu’à quatre formes, comme : el, wel, gel, ngel, nous considérons que l’ordre des vélaires est surtout caractérisé par un système de traits phonétiques de renforcement, non pas de type ternaire, mais plutôt binaire, ce qui explique le passage d'une occlusive à une prénasalisée, d’où :

gel, ngel

gal , ngal

gol, ngol, etc.

81Le caractère binaire de ce renforcement phonétique des vélaires s'observe également à l'initiale des nominaux comme par exemple ngaari ̴ gay "bœuf" "bœufs", ngesa ̴ gese « champ » (singulier) et « champs » (pluriel), avec une alternance (g ̴ ng). Dans ce cas, comment interpréter les alternances comme : w ̴ g ̴ ng manifestées dans certaines unités comme par exemple wuro, gure, nguron « village, villages, petits villages » ? En pulaar, phonologiquement, la sonante w est une labiale, elle alterne bien avec d’autres labiales comme b, mb :

wahre, bahe, mbahon « barbe », « barbes », « petites barbes »

wileebe, bileejo, mbilewon « sorciers », « sorcier », « petits sorciers »

wojere, boje, mbojon « lièvre », « lièvres », « petits lièvres ».

82Cependant, la sonante w alterne uniquement dans l'ordre des vélaires que si elle est associée aux voyelles postérieures u, o, comme c’est le cas dans les exemples suivants:

wudere / gude / ngudon « pagne », « pagnes », « petites pagnes »

wuro / gure / nguron « village », « villages », « petits villages »

wuddu/ gulli/ ngullon « nombril », « nombrils », « petits nombrils »

womre / goɓɓe / ngomon « coup », « coups », « petits coups »

  • 20 D’ailleurs, la palatale y, associée aux voyelles antérieures i, e, peut également alterner dans l'o (...)

worɓe / gorko / ngoron20 « hommes », « homme », « petits hommes », etc.

  • 21 Le caractère exceptionnel de ce marqueur ba réside dans le fait qu’il renvoie symboliquement au nom (...)

83Enfin, la solidarité phonologique reliant les formes variantes d’un même morphème de classe se manifeste différemment dans l’ordre des labiales, qui est un ordre particulier. En effet, l’ordre des labiales se singularise par l’absence de variante à initiale prénasalisée (*mba), ce qui fait que le marqueur ba21 représente l'unique forme pour indiquer l'ordre d'appartenance des variantes de ce morphème de classe. L’ordre des labiales se particularise aussi par le fait que le renforcement de type w ~ b ~ mb, n’est possible qu’à l’initiale des nominaux (ou des déverbaux).

84 Ainsi, le système des traits phonétiques de renforcement qui intervient dans la répartition des formes variantes dans certains morphèmes de classe peut être ternaire, binaire ou unaire, ce système opère différemment selon les ordres phonétiques qui caractérisent le pulaar.

85L'analyse des marqueurs de classe du pulaar dans le cadre de la réduplication aboutit à une nouvelle répartition des variantes de morphème de classe dans le tableau (3) suivant.

Tableau 3 : répartition de variantes de morphème de classe

Variante

I

Variante

II

Variante

III

o

+ humains

ɓe

re

de

nde

Ordre des alvéolaires

prénasalisation renforcement de type ternaire : {r, d, nd}

ri

di

ndi

ru

du

ndu

e

ge

nge

Ordre des vélaires

prénasalisation renforcement de type binaire : {g, ng}

o

go

ngo

u

gu

ngu

al

gal

ngal

el

gel

ngel

ol

gol

ngol

a

ba

*

Ordre des labiales

(absence de prénasalisation

+ abrègement )

a

ka

Ordre des vélaires et alvéolaires (implosives)

(absence de prénasalisation

+ abrègement)

i

ki

o

ko

al

kal

on

kon

e

ɗe

i

ɗi

am

ɗam

um

ɗum

86Dans ce tableau, on distingue :

  • des morphèmes de classe sans variante de morphème, c'est le cas de {o}, {ɓe}. Ces deux marqueurs ont la particularité d’être réservés aux humains. Ils ne sont pas soumis à la règle d’allomorphie, ce qui explique qu’ils soient rédupliqués identiquement. Le marqueur de classe -o étant analysé ici comme morphologiquement complexe au sens où il est associé à des éléments de liaison comme (w, j, ɗ). En effet, c’est le seul marqueur de classe avec une structure syllabique essentiellement vocalique (V). De ce fait, il est soumis à la contrainte syllabique que nous avons formulé pour le pulaar, cette contrainte rend obligatoire pour tous les marqueurs de classe de la langue une attaque consonantique à leur initiale.

  • des morphèmes de classe à deux variantes de morphème, c'est le cas de {a, ka}, {i, ki}, {o, ko}, {al, kal}, {on, kon}, {am, ɗam}, {um, ɗum}, {e, ɗe}, {i, ɗi}. Ces marqueurs, soumis à la règle d’abrègement lexical (Paradis, 1986) ont la particularité d'être non prénasalisables, du fait de leur consonne initiale qui est soit une occlusive non-voisée soit une implosive. Les formes des marqueurs de classe : ji, je, jam, jum (cf. degré 2) sont analysées ici comme morphologiquement complexes, car elles sont associées à l’élément de liaison « j » comme le montrent les exemples suivants issus de la racine « ran » « blanc » : dan-ee-j-i, dan-ee-j-e, ndan-e-j-am, ndan-e-j-um. En substituant ces formes avec des marqueurs de classe comme : -ɓe, -re, -ru, -ri, ayant une attaque consonantique à leur initiale, on obtient respectivement : ran-ee-ɓe, ran-ee-re, ran-ee-ru, ndan-ee-ri.

  • des morphèmes de classe à trois variantes de morphème, avec prénasalisation de la forme forte, c'est-à-dire la variante III, exception faite au marqueur de classe {a, ba}. La répartition des formes variantes de morphèmes de classe obéit à des critères morpho-phonologiques basés sur des règles phonétiques de renforcement de traits de type ternaire pour les marqueurs appartenant à l’ordre des alvéolaires comme {re, de, nde} {ri, di, ndi}, {ru, du, ndu}, ce qui explique le passage : d’une sonante (r) à une occlusive (d) et d’une occlusive à une prénasalisée (nd). Alors que les formes variantes de morphèmes comme : {e, ge, nge}, {o, go, ngo}, {u, gu, ngu}, {al, gal, ngal}, {el, gel, ngel} ou {ol, gol, ngol} sont, quant à elles, soumises à un renforcement de type binaire, ce qui explique le passage d’une occlusive (g) à une prénasalisée (ng). Quant à la structure syllabique des marqueurs de classe à initiale vocalique (-e, -o, -u, -al, -el, -ol ), elle conditionne la présence d’élément de liaison w dans les mots suivants: ran-ee-w-e, ran-ee-w-o, ndan-ee-w-u, dan-e-w-al, dan-e-w-el, dan-e-w-ol (issus de la racine qualitative « ran » « blanc » ). Ce même radical « ran » associé aux marqueurs de classe : -ɓe, -re, -ru, -ri, ayant une attaque consonantique remplie, aboutit aux mots : ran-ee-ɓe, ran-ee-re, ran-ee-ru, ndan-ee-ri.

Conclusion.

87L’analyse du marqueur de classe dans le cadre de la réduplication en pulaar conduit à une nouvelle répartition de formes de variantes de morphèmes grâce à des règles morpho-phonologiques. Ces règles basées sur un système de traits phonétiques de renforcement expliquent le passage d’une sonante à une occlusive et d’une occlusive à une prénasalisée. Ce système opère différemment selon les ordres phonétiques de la langue. Il est ternaire dans l’ordre des alvéolaires, d’où une distribution des variantes de morphèmes de classe en : {re, de, nde}, {ri, di, ndi} ou {ru, du, ndu}. Il est binaire dans l’ordre des vélaires : g ̴ ng, d’où une distribution de morphèmes de classe en {el, gel, ngel}, {al, gal, ngal}, etc. Ce renforcement est unaire dans l’ordre des labiales : (b), d’où une distribution en {a, ba}. Quant au marqueur de classe {o}, morphologiquement complexe, il ne présente pas de variante de morphème de classe, ce qui explique qu’il est rédupliqué identiquement. C’est le cas également du marqueur de classe {ɓe} non soumis à la règle d’allomorphie.

Haut de page

Bibliographie

Akin, S. (2017), « La réduplication en kurde kurmanji : aspects morphologiques et sémantiques », Repères DoRiF N°13 - La Répétition en langue.

Gaden, H. (1913), Le poular, dialecte Peul du Fouta sénégalais, Paris, E. Leroux.

Kabore, R. (1998), « La Réduplication » In Faits de langues : les langues d'Afrique Subsaharienne N°6, pp.358 -376.

Kaye, J & Lowenstamm, J. (1984), « De la syllabicité », Forme sonore du langage, Structure des représentations en phonologie, Sous la direction de Dell, Hirst, Vergnaud, Paris, Hermann, pp. 123-159.

Marantz, A. (1982), « Re reduplication. » Linguistic Inquiry 13.3, pp. 435 – 482.

Mccarthy, J. & Prince, A. (1995), « Faithfulness and reduplicative Identity. » Beckman, Jill, Suzanne Urbanczykand L. W. (Eds) University of MassachusettsOccasional Papers in Linguistics 18: Papers in Optimality Theory. Dickey. Massachusetts: Amherst, MA., pp. 294 -384.

Mclaughlin, F. (2005), « Reduplication and consonant mutation. » Hurch B. (Eds), Studies on reduplication: Empirical Approaches to Language Typology, Vol. 28, Berlin-New-York: Mouton de Gruyter, pp. 111 – 133.

Moravcsik, E. A. (1978), « Reduplicative constructions » Greenberg, Joseph H. (Ed). Universals of Human language. Vol 3: Word Structure, pp. 297 –334.

Ndiaye, M. (1983), Morphologie des nominaux et des verbaux du pulaar, Dakar, Centre de linguistique appliquée de Dakar.

Ndione, A, (2013), Contribution à une étude de la différence entre la réduplication et la répétition en français et en wolof, thèse de doctorat, Université de François Rabelais de Tours.

Niang, O. (2007), Description phonologique, morphologique, organisation et fonction de catégorisation des classes nominales en pulaar, MSHS, Université de Poitiers.

Niang, O. (2017), « Les patronymes Fulbe (peuls), origine mythique et symbolique », [en ligne] https://www.ndarinfo.com/Les-patronymes-fulbe-peuls-origine-mythique-et-symbolique-Par-Oumar- NIANG_a20377.html.

Paradis, C. (1986), Phonologie et morphologie : Les classes nominales en peul (fula), thèse de Doctorat, Université de Montréal.

Richard, E. (2015), « A propos de répétition : entre continuité et rupture », Semen 38 [en ligne] http://semen.revues.org/10323.

Rubino, C. (2005), « Reduplication: form, function and distribution. » HurchB. (Eds). Studies on reduplication. Vol. 28. Berlin-New York: Mouton de Gruyter, pp.11 –29.

Sylla, Y. (1982), Grammaire moderne du pulaar, Dakar, NEA.

Wilbur, R. B. (1973), The phonology of reduplication. Bloomington: Indiana University Linguistic Club.

Zhang, Z. S. (1987), « Reduplication as a type of operation. » Barbara Need et al (Eds). Papers form the 23rd annual regional meeting of the Chicago Linguistic Society, pp. 376 – 388.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à exprimer toute ma gratitude au Professeur émérite Jean-Louis Duchet. Mes remerciements vont également à tous ceux qui ont soutenu, relu ce travail, leurs conseils précieux ont largement contribué à la réalisation de cet article.

2 Source : CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales) : www.cnrtl.fr/definition/réduplication

3 Ndione (2013) : voir aussi Kabore (1998).

4 Niang (2017).

5 Cité par Ndione (2013, p. 53).

6 Niang (2007, p. 217).

7 La présence de la voyelle {u}, infixée dans les formes verbales, est ici purement épenthétique.

8 Ex. : o yii ɓe : o « il » yii « voir + accompli » + ɓe (marqueur pronominal de substitution) = il les a vus ». Il peut être aussi relateur, ex. : o wii ɓe ngari : o « il » wii « dire + accompli » ɓe « marqueur pronominal de substitution » ngari « venir + accompli » = il dit qu’ils sont venus ».

9 Pour plus de précisions, se reporter aux tableaux (1 et 3) sur les différentes répartitions des formes variantes d’un même morphème de classe en pulaar.

10 Cité par Ndione (2013, p. 35).

11 Ces variations morpho-phonologiques s’observent également à l’initiale des nominaux comme par exemple : raw-aa-ndu « chien », daw-a-ngel « petit chien », ndaw-a-kon « petits chiens » avec une alternance (r ̴ d ̴ nd).

12 Non pas à -ba en tant que morphème de classe. La prénasalisation de b peut concerner l’initiale consonantique d’une unité nominale (mbeew-a « chèvre », par exemple) (voir tableau 2 : les alternances consonantiques des occlusives voisées).

13 Sylla, Y. (1982, p. 37).

14 Paradis (1986) : ne distingue, quant à elle, que deux formes de variantes de marqueur de classe : une forme dite « faible », comme par exemple {re} et une forme correspondante dite « forte » {de}. Là aussi, se pose le problème de répartition des variantes avec trois formes où la prénasalisée {nde} étant absente.

15 La longueur vocalique oo apparait dans les agentifs inaccomplis.

16 -ee- étant voyelle épenthétique.

17 -aa- représente ici la marque passive.

18 Cette particularité en fait le marqueur par défaut pour la détermination des emprunts comme par exemple oto o, rajo o, tele o, pas seulement, des unités comme « dow » « au-dessus », « les » « en-dessous », non intégrées dans le système flexionnel de la langue.

19 Paradis (1986).

20 D’ailleurs, la palatale y, associée aux voyelles antérieures i, e, peut également alterner dans l'ordre des vélaires (ex. : yitere / gite / ngiton « œil, yeux, petits yeux » ; yertere / gerte / ngerton « grain d'arachide, grains d'arachide, petits grains d'arachide » ou yeeso/ geece/ ngeecon « visage », « visages », « petits visages ».

21 Le caractère exceptionnel de ce marqueur ba réside dans le fait qu’il renvoie symboliquement au nom patronymique Bah qui a une dimension mythique dans la culture peule (Niang, 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Niang Oumar, « Réanalyse des formes des marqueurs de classe du pulaar (peul) sous l’éclairage de la réduplication »Corela [En ligne], 19-1 | 2021, mis en ligne le 08 juillet 2021, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/corela/12980 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corela.12980

Haut de page

Auteur

Niang Oumar

Société Linguistique de Paris, Inalco, niangre@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Corela – cognition, représentation, langage est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Mir@bel
  • Logo Worldcat
  • Logo HAL
  • Logo MSHS de Poitiers
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search