Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHS-4Totalisation et parcours

Totalisation et parcours

Coup d'oeil sur l'expression du "tout" et du "chaque" en indo-européen
Marie-Line Groussier

Résumés

Totalisation et parcours sont des opérations de détermination énonciative dans la théorie d’A. Culioli. Faut-il traiter la totalisation comme si elle était toujours associée à un parcours ? Une exploration des notions auxquelles renvoient les différentes racines dont sont issus les marqueurs de totalisation d’une part, de parcours de l’autre dans les langues i.-e. montre que ces notions sont en petit nombre du fait d’intéressantes convergences. Le plus souvent, on distingue bien les marqueurs de totalisation, opération de détermination à prépondérance quantitative, des marqueurs de parcours, opération de détermination à prépondérance qualitative. Mais des phénomènes de basculement de la prépondérance existent, manifestations de la labilité consubstantielle aux langues naturelles. Ainsi, il peut arriverqu’un marqueur de totalisation, tel le fr. tout devienne marqueur de parcours dans Tout homme est mortel.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les écrits d'Antoine Culioli, on trouve, depuis fort longtemps maintenant, des définitions des diverses opérations de détermination : extraction, fléchage, parcours et, ici et là, la mention d'une autre opération qui serait la totalisation. Le plus souvent, il est plus ou moins admis par bon nombre de ceux qui travaillent dans ce cadre théorique que les déterminants et pronoms renvoyant au concept de totalité indiquent divers modes de parcours.

2Pour ma part, cette association me paraît, depuis longtemps, poser problème et je suis heureuse que ce colloque me fournisse l'occasion d’étudier ce problème.

3Après avoir rappelé les définitions que nous connaissons tous du parcours évidemment mais aussi de la totalité, on examinera les principaux radicaux indo-européens censés renvoyer à ce que les spécialistes extérieurs à notre théorie appellent tout ou totalité et distributivité (pour le parcours). Les diverses notions auxquelles renvoient ces radicaux seront analysées en termes de détermination qualitative (QLT) ou quantitative (QNT).

4On espère ainsi, d'une part, mettre en évidence des modifications de la prépondérance, d'autre part montrer que certains radicaux correspondent à une définition de la totalisation distincte de celle du parcours alors que certains autres renvoient à des concepts incluant un élément clairement caractéristique du parcours.

5Enfin, on examinera un cas où apparaît un contact entre totalisation et parcours. C'est celui des marqueurs de totalisation employés avec un Nom singulier communément interprétés comme équivalents à des marqueurs de parcours caractérisés. Ce cas est celui du français tout dans Tout homme est mortel et se manifeste dans d'autres langues.

  1. Définitions

1.1. Le parcours

  • 1  PLE T. 1 pp.177-213

6On renverra à la définition donnée (en anglais) par A. Culioli dans l'article "Representation, referential processes and regulation"1 :

"Scanning consists in running over the whole domain, without being willing or able to pick out one (or more) distinguished value(s)." (Culioli 1990 : 182).

7Le parcours s'opère donc sur un domaine, c'est à dire un ensemble ou une classe d'occurrences dont l'homogénéité est constituée par une définitionQLT et séparées au minimum par une altérité QNT, p. ex. "Ceux qui vont parler aujourd'hui" dans :

(1) Chacun de ceux qui vont parler aujourd'hui est familier avec la Théorie des Opérations Enonciatives.

8L'opération de parcours est constituée par l'itération d'élément en élément de la prise en considération d'un élément : "un de ceux qui", puis "un de ceux qui" puis "un de ceux qui" etc.".

9L'opération de parcours n'est donc possible que sur du discontinu.

1.2. La totalisation

10Dans le même article, A. Culioli  écrit :

"Homogeneity is evinced in totalization and in genericity" (Culioli 1990 :195)

11et les exemples donnés pour la totalisation sont J'ai pris les livres et J'ai bu le café. Remarquons seulement que, dans les deux exemples donnés, il n'y a pas de marqueur spécifique de totalisation. Or, le propos est ici d'examiner ces marqueurs. On proposera donc plutôt :

(2) J'ai pris tous les livres

(3) J'ai bu tout le café.

12A l'article totalité dans Lalande 1932, on lit :

"L'une des idées fondamentales de la pensée. Elle est classée par Kant parmi les douze catégories de l'entendement, sous la rubrique de la quantité, où elle est présentée comme synthèse de l'unité et de la pluralité (c'est moi qui souligne)".

  • 2  C'est ce que signifie le commentaire "none left" dont A. Culioli fait suivre son premier exemple ((...)

13On remarquera que cette définition se veut exclusivement quantitative et, d'autre part, vaudrait pour (2) mais pas pour (3). A. Culioli, lui, introduit le concept d'"homogénéité" qui, dans ce cas, renvoie à l'identité QLT entre les éléments. On ajoutera que, dans un tel cas, le marqueur de totalisation indique que c'est l'intégralité de l'ensemble (2), de la classe ou de la quantité de continu (3) qui est prise en compte2d'un seul coup.

14Contrairement au parcours, la totalisation apparaît donc bien compatible et avec le discontinu et avec le continu.

2. Les radicaux indo-européens renvoyant aux concepts de totalisation et de parcours

15Ces radicaux de déterminants et pronoms sont ici classés, dans la mesure du possible, selon les concepts auxquels ils renvoient. La tâche n'est pas facile étant donné la tendance de certains étymologistes--et non des moindres--à une prudence extrême qui les conduit à ne pas faire état d'hypothèses intéressantes parce qu'elles ne sont pas certaines à 100%. On a ici pris le parti de tenir compte de certaines de ces hypothèses quand elles présentaient un intérêt particulier, mais en signalant qu'elles ne font pas l'unanimité.

2.1. Indication de la totalité

16On distinguera trois catégories éventuellement susceptibles d'être ramenées à deux.

2.1.1. Les indicateurs d'intégralité

17C'est la valeur de l'anglais whole. Les indicateurs d'intégralité fonctionnent combinés à un singulier, soit renvoyant à un élément unique comme dans the whole picture, soit renvoyant à une pluralité d'éléments comme dans the whole family. Cette catégorie est représentée par 5 groupes :

181. Les mots issus du radical *sol-(wo) qui signifie "entier", "intact", "en bonne santé". Sont issus de ce radical le gr. ὅλος "tout entier" (cf. holographie, holocauste etc.), dans les langues celtiques, le v. irl. (h)uil, et le gall. et bret. holl, dans la branche indo-aryenne le skt sarva-,  et l'av. haurva.

192. Les mots issus du radical *kailo-"entier", "intact". Ce radical se maniferte dans les langues germaniques et dans les langues balto-slaves. Cf. a.a. whole < m.a. hole < v.a. hal , dan.et suéd. hel, néerl. geheel. Dans le groupe balto-slave, on a lith. ċielas,s.cr. cio, tch. celý, pol.cały "tout entier", rus. celikom  "entièrement".

203. Les mots issus à travers le latin du radical *tag-"toucher" et signifiant "non-touché", "intact". Le lat. integer  a donné, dans les langues romanes it. intero, esp. entero, fr. entier, roum. întreg. L'anglais a emprunté entire au français.

  • 3  Un autre dictionnaire étymologique (Delamarre 1984) attribue au radical *gwhonos (le même avec un (...)

214. Les mots issus du radical *gwhon"intact", "indemne", "complet" : alld. ganz et néerl. gansch.3

225. Le skt kr̥tsna, "tout", "complet", "entier", probablement issu d'un radical signifiant "faire".

23L'intégralité, c'est le maintien de la valeur QNT de l'élément considéré mais aussi et surtout de son identité QLT. La totalité comme intégralité est donc une détermination où la valeur QLT est prépondérante par rapport à la valeur QNT qui n'est cependant pas absente, soit QLT (QNT).

2.1.2. Les indicateurs de quantité maximum

24Ces déterminants et pronoms sont en majorité issus de radicaux renvoyant à des ensembles mais il en est un, celui de l'a. a. all, qui renvoie à un maximum non-pluriel.

2.1.2.1. Radicaux renvoyant à des ensembles.

25C'est la même démarche que dans l'a.a. the lot. Pluralité de discontinu avec, d'une part, une définition QLT, mais aussi une limite QNT, donc un maximum qui, dans ce cas, est signalé comme atteint. L'indication du maximum est possible parce que la valeur QNT  a un statut dans le consensus des locuteurs.

  • 4  Référence omise dans Chantraine 1968.

26Le radical grec *pant-, issu de la racine i. e. *penkwe-. C'est celui du gr. πᾶς.Ce radical serait apparenté à celui de πέυτε"cinq". Chantraine 1968 cite cette étymologie, due à N. Van Brock (Mélanges Chantraine)4, tout en exprimant des doutes. On retrouve ce radical, signifiant "tout ensemble", dans hitt. panku "tout" et c'est le radical à l'origine des mots germaniques signifiant le "poing" : vha fust, angl. fist. Si l'hypothèse de Van Brock est juste, le concept de totalité serait ici représenté par le nombre total des doigts d'une main, base de la numération décimale. Ainsi, dans ce cas, "tout entier" signifierait "nombre maximum de la base numérique". Ce déterminant grec peut porter sur un nom renvoyant à un ensemble ou sur un seul élément ainsi quantifié :

(4) ἄυω καὶκάτω πεποίηκε πάυτα τὰ πραγμάτα "il a bouleversé toutes les affaires" (Dém., Phil. 3, 36) [ánō kaì kátō pepoíēke pánta tá pragmatá] (Bi : 59)

(5)πᾶς ὁ βίος τοῦ ἀυθρώπου εὐρυθμίας δεῖται"La vie de l'homme tout entière a besoin d'harmonie" (Plat. Prot. 326 B) [pâs ho bíos toû anthrōpou euruthmías deîtai] (id. ibid.)

27Dans ces deux derniers cas, on a une signification d'origine avec QNT prépondérant, soit QNT (QLT).

28Il arrive cependant aussi que πᾶς signifie "qui a toutes les propriétés de", c'est à dire que la prépondérance bascule de QNT à QLT comme dans :

(6) ἡ πᾶσα εὐδαιμουία "le parfait bonheur" (Plat. Gorg. 470 E) [hē pâsa eudaimonía] (id. ibid.)

  • 5  Cf. Dedieu 2003.

29On pourrait paraphraser : "le bonheur qui a toutes les propriétés de la notion de bonheur", soit "ce qu'on appelle bonheur". Dans ce cas, πᾶς fonctionne comme un intensif. Il y a d'intéressants développements sur de tels basculements de la prépondérance dans la thèse de Fabienne Dedieu5.

  • 6  Cf. Theodoric duGot. *Thiudareiks "roi de la tribu".

30Le radical probablement à l'origine du latin totus "tout entier", renvoie également au maximum quantitatif d'un ensemble. Calvert Watkins (Watkins 2000) fait remonter ce mot au radical IE *teuta- "tribu". Cf. vha *thiudo et v.a. Þĕod"tribu", "peuple"6.

31On aurait donc, comme dans le cas précédent, "le maximum d'un nombre non-quelconque d'éléments réunis par une détermination QLT". Soit : QNT (QLT).

32Le latin totus, lui, renvoie à l'intégralitéquantitatived'une unité, comme dans tota respublica (Cic. Mil. 61) (G) "la république tout entière", tota nocte (Cæs. BG 1)(G) "toute la nuit". Totus n'est pas employé avec un nom pluriel en latin classique mais il commence à l'être en latin tardif, revenant ainsi à la valeur d'origine, p. ex. dans totos istos hostes tuos (Apulée, Met. 7, 12) (E&T : 200) "tous ces ennemis à toi". Cette évolution se confirme dans les langues romanes. La valeur demeure QNT (QLT).

33Dans le droit fil de cette évolution, la nombreuse descendance romane de totus fonctionne autant avec le pluriel qu'avec le singulier. Cf. fr. Rouletabille a mangé tous les zakouskis / toute la tarte. De même pour it. tutto : tutta la notte "toute la nuit", tutti frutti "tous les fruits", tutti : "tous (les musiciens de l'orchestre)". En espagnol on a todo : todos los hombres "tous les hommes"(G-P&T), todo el mundo "le monde entier"(id.). Enfin en roumain, tot fonctionne de même : toata ziua (M&S-D)"toute la journée", în toate tarile "dans tous les pays"(id.).

  • 7  Le même Benveniste met en doute cette origine de totus.

34Dans le groupe balto-slave et en indo-aryen, on rencontre partout des formes en vi- / vis- : lith. visas, lett. viss, vx. sl. vĭsĭ, tch.vsechen,pol.wszystek, rus. ves’, skt viçva, av. vispa. Si ces formes remontaient au radical *weik-, comme Benveniste 1969 (p.366) en évoque la possibilité, elles seraient, tout comme totus, à rapprocher de mots signifiant "tribu", "village" (en vx. sl., vĭsĭ, "tout", signifie aussi "village"). Le rapprochement avec l'origine *teuta- pour totus7 mérite qu'on s'y arrête : les deux étymologies renverraient à une même représentation de la totalité : "multiplicité d'éléments limitée définie comme un maximum". On aurait, dans les deux cas, une valeur d'origine QNT (QLT).

35Le skt sakala (sa "lier" + kala "partie") "qui contient toutes les parties" relève de la même démarche mais peut avoir également le sens à prépondérance QLT de "intact". Il y a donc là un autre exemple d'extension de la valeur d'un marqueur par basculement de la prépondérance : QNT (QLT) ––> QLT (QNT).

2.1.2.2. Radicaux renvoyant à l’intégralité d’une unité

  • 8  L'ODEE remonte également à *alnos (Germ. *alnaz) mais n'en donne pas le sens. Cette étymologie fai (...)

36Pour l'origine de all Kluge 1883-1975 est le seul à donner clairement une étymologie i. e. qui serait le radical *al-nos, participe du radical verbal *al- "croître". Cela aurait signifié "arrivé au maximum de sa croissance", d'où, "adulte"8. Si l'on adopte l'étymologie de Kluge, voilà donc encore une origine qui renvoie à un maximum mais, cette fois, à l'intégralité d'une unité. La valeur serait encore QNT (QLT). Il faut remarquer qu'en anglais, et cela dès le v.a., all est associé soit à un pluriel, indiquant ainsi la totalité d'un ensemble ou d'une classe, soit à un singulier, indiquant ainsi la totalité d'une quantité de continu ou l'intégralité d'un élément de discontinu :

(7) All children like sweets.

(8) All the children in the school wear ties.

(9) I've used all the olive oil.

(10) Books filled all the room / the whole room.

37Sur ces points, cf. Huart 1997.

38Les mots issus du même radical que all sont tous germaniques : got. alls, allai, vx. norr. allr, allir, dan. al, alle, suéd. all, alle, v.a. ealle, néerl. al, alle, alld all, alle.

2.1.3. Indicateur de "grande quantité"

39Cette signification serait celle de lat. omnis. Celui-ci, concurrencé par totus, a été évincé des langues romanes à l'exception de l'italien où subsiste ogni.

40Les seuls étymologistes qui ne se contentent pas de la mention "étymologie inconnue" à propos de omnis sontErnout & Meillet 1932-1985 et Watkins 2000. Les premiers font l'hypothèse d'un rattachement à la racine *op-"abondance" (cf. fr. opulence). C. Watkins, lui, propose une origine*op-ni sans hésitation mais reste muet sur le sens du suffixe. Si le radical *op- était verbal et le suffixe en -n- celui d'un participe passé, l'"abondance" serait caractérisée comme un maximum et omnis pourrait être classé avec les indicateurs de maximum comme all mais il y a beaucoup d'obstacles à une telle interprétation.

41En latin, cette origine à prépondérance QNT aurait évolué vers une valeur à prépondérance QLT si l'on en croit Ernout & Thomas 1951-1972 (p.200) qui donnent, comme sens général "toute espèce de". Ce sens n'en est qu'un parmi d'autres. En latin classique, le champ de l'indication de la totalité se partageait entre totusplutôt réservé à la totalité d'un élément et omnis, plutôt employé pour la totalité d'un ensemble ou d'une classe, avec un nom pluriel, QNT (QLT) dans les deux cas. Gaffiot 2000 cite :

(11) eos septem, quos..., omnes video (Cic.Rep 1, 12)(G) "Les sept que...je les vois tous"

(12) leges aliae omnes (Cic.Clu. 151) (id.)"Toutes les autres lois"

(13) Macedonium fere omnes (Liv. 31, 45, 7) (id.)"la plupart des Macédoniens" [m. à m. : "presque tous parmi les Macédoniens."]

42Mais, de même que l'emploi de totus s'est étendu à l'indication de la totalité d'une multiplicité d'éléments, de même, omnis  peut renvoyer à l'intégralité quantitative d'un seul élément :

  • 9  Ernout & Thomas (encore p.200) remarquent : "Mais omnis passait parfois au sens de 'sous ses diver (...)

(14) hic ager omnis (Cic. Agr.2, 70) (id.)"tout ce terrain".9

43Il faut remarquer que, en dépit de la définition à prépondérance QLT donnée par Ernout & Thomas, les emplois cités ci-dessus ont tous la valeur QNT (QLT).

2.2. Indication du parcours

44On a classé ici les mots des diverses familles signifiant, selon Buck 1949, "every". L'auteur les regroupeavec ceux signifiant "all (pl.)". Le parcours n'est évidemment en cause que dans le premier cas mais il y a entre les deux valeurs des points de contact intéressants : tout d'abord, les opérations ainsi indiquées portent exclusivement sur une pluralité de discontinu, soitensemble, soit classe.

45On peut faire les remarques suivantes : 1) Dans quelques langues (grec, sanskrit, avestique), c'est le même mot, au singulier, puis au pluriel, qui traduit a.a. every et a.a. all + pl. Chaque fois, le mot en cause est l'un de ceux qui figurent dans la liste intitulée whole. 2) Dans toutes les autres langues, des totalisateurs fonctionnent aussi dans les deux emplois mais d'autres formes s'y ajoutent pour le sens de every. Toutes ces formes incluent des marqueurs de parcours.

2.2.1. Langues employant exclusivement des totalisateurs pour signifier "every"

46En Grec ancien, c'est πᾶς qui assure exclusivement cette indication et cela, dès le grec homérique où l'emploi est très fréquent

(ugler

47En grec classique, on rencontre aussi cet emploi :

(16) πᾶς ὁ ἄδικος οὐχ ἑκὼυ ἄδικος(Plat. Leg. 371c) (id.)"tout homme qui fait le mal [mais] sans le vouloir..." [pâs ho ádikos oúch hekōn ádikos]

48Buck signale également le sens "every" pour les adjectifs / pronoms skt. sarva et viçva et av. vispa.

2.2.2. Langues employant, outre des totalisateurs, des marqueurs spécifiques de parcours

49On distingue trois modes d'indication spécifique du parcours.

2.2.2.1. Inclusion d'un interrogatif.

50L’interrogation peut se définir comme le parcours de l'ensemble ou de la classe des possibles. Des éléments issus de la racine interrogative *kw- apparaissent dans quatre familles : italique, celtique, germanique et balto-slave et, un peu, en grec ancien.

  • En italique, on peut citer lat. quisque "chaque", it. ciascuno et fr. chacun (chaque est refait sur chacun), tous deux issus de la combinaison de quisque avec cata unus (cf. 2.2.2.3.). Signalons aussi esp. cada cual = "lequel par lequel". Le roum. fiecare est la combinaison du verbe "être" et d'un interrogatif ("être" + "qui ?" = "qui que ce soit").

  • En celtique, irl. cach, gal. pob et bret. pep sont tous issus de l'IE *kwakwos "de quelle sorte".

  • En germanique, la même racine interrogative *kw-  entre dans got. hwazuh / hwarijzuh, v.a. -hwilc (= which) dans gehwilc et hwæðer,dans æghwðer, vx. norr. hverr, dan. hver, suéd. var.

  • En balto-slave *kw- devient k- dans lith. kiekvienas m. à m. "combien un", lett. ikkatrs, ikkurs  (= "toujours qui ?"), vx. slave kŭžĭdo (et visĕkŭ ?), peut-être s.cr. svaki, tch. každý "chacun" (appelé "pronom totalisateur" dans Kastler 1995), pol. każdy et rus. každyj.

  • En grec ancien classique, on pouvait trouver πᾶς accompagné de l'interrogatif τὶς pour signifier "chaque" :

(17) πᾶς τὶς βροτῶυ(Soph. El., 984) (B)"Tout mortel" [pâs tìs brotōn]

2.2.2.2. Emploi d’un élément adverbial

51Le deuxième procédé est l'emploi d'un élément adverbial signifiant "toujours", issu des racines *aiw- / *ayu- et renvoyant au parcours de la classe des moments. Cet élément est alors combiné soit à un pronom signifiant "un", soit à un élément adjectival exprimant l'identité qualitative, soit à un interrogatif (dans ce cas, il y a combinaison de deux marqueurs de parcours). Ce procédé est commun dans les langues germaniques et en letton.

  • En germanique, on citera v.a. ǣlc> a.a. each = ǣ"toujours" + lĭc "semblable" (cf. like), v.a. ǣghwæðer> a.a.either = ǣg "toujours" + wæðer"lequel des deux". L'a.a. every vient du v.a. ǣfre (= ever) + ǣlc= "ever + each". On retrouve l'exact équivalent de each dans néerl. elk et vha. iogilih = "ever + like". Cf. aussi néerl. ieder "chacun" et alld. jeder  (ie et je = v.a. ǣg).

  • En balto-slave on a lett. ikviens = "toujours" + "un", ikkatrs = "toujours" + "qui ?", ikkur's = "toujours" + "qui ?"

2.2.2.3. Emploi d’une préposition

52Le troisième procédé est seulement représenté en grec moderne et dans les langues romanes. Il consiste à associer la préposition grecque κατά et un pronom signifiant "un", le tout ayant le sens de "un par un". On ne saurait mieux représenter l'itération qui est essentielle dans le parcours.

  • En grec moderne, on a κάθε deκαθείς "un par un".

  • Dans les langues romanes on trouve, dans fr. chacun et esp. cada uno et cada cual un élément cada qui remonte à l'adoption, en latin tardif, de gr. κατά. Donc, cada uno, c'est très précisément "un par un" et cada cual "lequel par lequel ?"

3. Le passage de la totalisation au parcours

53Lorsqu'un marqueur spécifique de l'opération de parcours est inséré dans le déterminant / pronom, il n'y a pas de véritable problème puisque la forme reflète la signification.

54En revanche, il arrive couramment que la combinaison déterminant / pronom indicateur de totalisation + Singulier soit glosée par un indicateur indiscutable de parcours (chaque en français, every en anglais). Dans ce cas, ou bien on décide que la totalisation est une forme de parcours, ou bien on se demande comment le passage d'une opération à l'autre est possible sans confusion des deux concepts.

55Or, si l'on s'attache à dissocier la démarche de la totalisation de celle du parcours, on est conduit à analyser le cheminement par lequel un marqueur de la première opération pourra assurer l'indication de la deuxième.

3.1. Les marqueurs de totalité qui peuvent indiquer un parcours

3.1.1. Inventaire

56On en trouve dans toutes les familles répertoriées dans Buck 1949.

3.1.1.1. Grec

57On renverra aux emplois de πᾶςavec le singulier signalés plus haut (cit. 15, 16, 17)

3.1.1.2. Latin

58C'est omnis qui peut, accompagné d'un nom singulier, assurer la référence à tous les éléments d'un ensemble ou d'une classe considérés un par un.

  • 10   La traduction est des auteurs du Gaffiot. La section est précédée de la mention entre [] : "Idée (...)

(18) omnis fertilitas. (Liv. 23, 44) (G) "une fertilité de tout genre"10

(19) omnibus precibus (Cæs.BG, 5, 6, 3)(id.) "par toutes sortes de prières".

59Ici, on a affaire à un nom toujours au pluriel : la multiplicité est passée du statut de détermination à celui de propriété notionnelle : toute occurrence est multiple. Ce pluriel vaut donc singulier.

60Il semble ainsi qu'en latin, la valeur d'indicateur de parcours de omnis soit limitée aux cas de parcours d'une classe de variétés.

3.1.1.3. Italien

61Le lat. omnis a donné ogni, pronom invariable signifiant "tout", "n'importe quel(le)". Ce pronom n'est pas le seul puisqu'on a aussi ciascuno mais il est l'unique descendant d'omnis, et d'emploi fréquent en italien actuel et ancien, c'est pourquoi il mérite qu'on s'y attarde. Dans Boch 1978-1997 (BZ),  on trouve :

(20) (ciascuno) Lo vedo ogni giorno (BZ)"je le vois chaque jour"

(21) (tutti) ogni uomo è mortale (BZ)"tout homme est mortel"

62Et, dans la célèbre citation de Dante :

(22) Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate (Dante, La Divine Comédie, "L'Enfer", Ch III, vers 9) "Vous qui entrez, laissez toute espérance" (Trad. J. Risset)

3.1.1.4. Espagnol, français, roumain

63Ce sont les descendants de totus qui expriment cette valeur, esp.todo, fr. tout, roum. tot, combinés au singulier :

(23) Toda mujer es libre de elegir al padre de sus hijos. (L & S : p.76) "Toute femme est libre de choisir le père de ses enfants".

(24) Todo buen cristiano "Tout bon chrétien" (G-P&T)

(25) Seguro a todo riesgo "Assurance tous risques" (id.)

(26) Tout homme est mortel.

(27) Toute erreur devra être corrigée  avec soin. (R P R : 162)

(28) Toute vérité n'est pas bonne à dire.

(29) Tot felul de obiecte (M&S-D) "all kinds of things" [m. à m. "toute la sorte d'objets"]

3.1.1.5. Germanique

  • Nordique. Buck 1949 signale v.norr. allrqui fonctionnerait ainsi. En dan. Et suéd., on peut trouver al(l)(e) mais accompagné de l’interrogatif qui, donc, assure l’indication du parcours.

  • Westique. En a.a. all and sundry est perçu comme l’association de deux pluriels. Les expressions all thing, all kind of, all manner of sont des archaïsmes, les deux premiers datant du v.a. où les neutres à thème long þing et cynd étaient invariables au Nominatif-Accusatif Pl, le dernier du m.a., emprunt au français dont le singulier est calqué sur les premiers.

64En alld, on trouve le singulier all und jeder  "tout un chacun". Comme l'interrogatif scandinave, jeder sert de marqueur de parcours.

65En somme, l'emploi d'un totalisateur avec le singulier pour indiquer un parcours est aujourd'hui rare dans les langues germaniques et all se prête mal à ce type d'emploi.

3.1.1.6. Slave

66A côté de pronoms incluant un élément interrogatif initial, on trouve d'autres pronoms issus de la racine *weik- (certains incluant une syllabe en k-  qui pourrait être interrogative mais ne semble pas apparaître dans d'autres interrogatifs) : vx sl. visĕkŭ,s.cr. svaki, tch. vsechen, pol. wszystek "tout", wszystko "toutes choses", wszyscy "tout le monde" (C-P), rus. vsjakij "n'importe qui".

3.1.1.7. Indo-aryen

67Les marqueurs de totalité issus de la racine *weik- y auraient fonctionné de même comme indicateurs de parcours. Cf. skt viçva-, av. vispa-. En sanskrit, l'indicateur d'intégralité sarva- (radical IE *sol-wo), uniquement employé comme premier élément de composés, peut également avoir cette valeur selon Buck.

3.1.2. Propriétés de ces marqueurs de totalité

68On remarque que la majorité des marqueurs de totalité énumérés ci-dessus sont ceux qui tirent probablement leur origine d'un radical renvoyant à une pluralité de discontinu constituant un ensemble quantitativement défini. C'est le cas de *penkw-  pour le grec πᾶς, de *teuta- pour les descendants romans du latin totus, de *weik- pour le vieux-slave visĕku et ses descendants et pour les formes indo-aryennes viçva et vispa.

69Les exceptions sont le latin omnis, de *op-ni- et les divers descendants germaniques du radical *al-no. Ces radicaux ont en commun la propriété de renvoyer à un maximum quantitatif. La différence avec les radicaux du groupe principal est que, à la quantité en cause peut être associée la propriété /continu/, valeur primaire, comme la propriété /discontinu/, valeur acquise au cours de l'évolution. Ces deux exceptions, en particulier les formes issues de *al-no,  sont beaucoup moins répandues dans la fonction qui nous occupe que les marqueurs issus des radicaux du premier groupe.

  • 11  Il faut remarquer cependant que, en latin, omnis peut avoir une valeur à prépondérance QLT au poin (...)

70Enfin, rappelons que omnis, marqueur spécialisé en latin dans l'expression d'une totalité plurielle, y est en opposition avec totus11, marqueur de la totalité d'un élément. Quant aux marqueurs issus du radical *al-no dans les langues germaniques, ils s'opposent également, en tant que marqueurs d'une totalité plurielle, aux mots issus du radical *sol-wo (cf. l'opposition entre all et whole en a.a.).

3.2. Tentative d'explication

3.2.1. Une contradiction entre forme et signification ?

71Reprenons la citation (26) :

(26) Tout homme est mortel.

72On a un nom singulier renvoyant à du discontinu accompagné d'un marqueur de totalisation dont les valeurs sont illustrées par les énoncés suivants :

(26'1) Tous les hommes sont mortels. mais pas *tous hommes

(30) Tous les hommes de la famille ont la voix forte. mais pas *tous hommes de la famille.

(31) Le malade avait des boutons sur tout le corps. mais pas *sur tout corps

(32) Il prit le bol et but tout le lait. mais pas *tout lait.

(33) On ne peut pas déménager toute une usine en une nuit.

73On se rend compte, en examinant les énoncés ci-dessus, que la totalisation indiquée par tout ne peut intervenir que si le nom est déterminé par un déterminant renvoyant au minimum à une opération d'extraction, la plupart du temps à une opération de fléchage. Cela vient du fait que la prise en compte globale que constitue la totalisation est la prise en compte globale d'une part d'une quantité et, souvent, d'une quantité déterminée. En somme, pour totaliser, il faut avoir une quantité à totaliser. Dans le cas de (26'1), les hommes renvoie à une classe et le pluriel indique que classe signifie, entre autres, "pluralité", certes ici infinie mais "pluralité d'éléments quantifiables" (cf. la construction de la classe comme quantifiabilisation). L'article défini, obligatoire en français dans ce cas, indique l'opposition QLT de la classe à d'autres classes dans un champ notionnel (ou classe de variétés), p. ex. ici "les hommes" opposés, selon l'univers de chacun, à "les Dieux", "les animaux", "les végétaux", "les minéraux", "les corps célestes" etc.

74L'énoncé (26) constitue donc tout d'abord une exception à la règle du fait que le nom homme  n'est pas déterminé. En français, ce comportement morphosyntaxique est le marqueur, pour un nom commun, du renvoi à la notion, c'est-à-dire d'une valeur exclusivement QLT.

75On s'aperçoit alors que le syntagme nominal tout homme constitue une sorte d'"oxymoron grammatical" à plus d'un titre :

  • On y trouve la combinaison d'un déterminant à valeur QNT prépondérante et qui ne peut fonctionner avec un nom que si celui-ci est déjà déterminé et d'un nom renvoyant à une notion et uniquement cela, donc à valeur exclusivement QLT. En somme, homme, ici, c'est "être homme".

    • 12  Je remercie Nicole Rivière qui a attiré mon attention sur le rôle joué dans la détermination de to (...)
    • 13  Dans (18) et (22), il s'agit aussi de discontinu pour des raisons qualitatives, c'est à dire de cl (...)

    Or, cette combinaison de marqueurs apparaît uniquement avec un nom renvoyant à une notion à laquelle est associée la propriété /discontinu/ : *tout lait est impossible. Mais toute vérité est possible parce qu'il s'agit d'une occurrence repérée par rapport à une Situation dans (28)12. et que n'est pas bonne à dire indique qu'il s'agit non pas de la notion de "vérité" à laquelle est associée la propriété /compact/ mais de la notion de "propos vrai" à laquelle est associée la propriété /discontinu/13.

3.2.2. Solutions proposées

76On a d'abord cherché des gloses rendant compte du fait que le nom a la forme correspondant au renvoi à la notion. Par exemple, pour (26) et (30) :

(26'2) Tout ce qui est défini par la notion "homme" a la propriété "mortel".

(27') Tout ce qui est identifiable à la notion "erreur" devra être corrigé avec soin.

77Ces gloses orienteraient à première vue vers une interprétation de tout(e) comme marqueur d'une simple opération de totalisation, du type de celle qu'on a dans :

(34) Tout ce qui brille n'est pas or.

78Dans ce cas, tout désigne la classe définie par la relative en indiquant que cette classe est considérée dans son unité en tant que classe. Le singulier est donc ici une sorte de collectif.

79Il semble cependant que cette première hypothèse ne soit pas entièrement satisfaisante. En effet, on peut faire suivre (26) et (27) respectivement de :

  • 14  S signifie "suite".

(26S14) Mais il n'en est pas toujours conscient.

(27S) ou signalée par un erratum.

80On se rend alors compte que tout homme dans (26) est repris par le pronom singulier il dans (26S) et que, à toute erreur dans (27) il est dit dans (27S) que correspondra un erratum. L'interprétation exprimée par les gloses (26'2) et (27') est donc erronée puisqu'elle donne à tout le sens collectif de "toutes les choses". Pour que la reprise par il dans (26S) soit possible il faut que tout homme  soit interprétable comme signifiant "chaque homme". Pour que l'accord au féminin singulier de signalée et le singulier un erratum soient possibles, il faut que toute erreur signifie "chaque erreur". Ceci est corroboré par le fait que, dans un énoncé comme :

(35) Tout homme est responsable de ses actes.

81tout homme est repris par un adjectif possessif renvoyant à la 3ème personne du singulier et peut également être glosé chaque homme. Enfin, on remarquera qu'en revanche, aucune paraphrase en chaque n'est possible pour (33).

82La conclusion des constatations précédentes s'impose : dans tout homme, tout  fonctionne bien comme un marqueur de parcours et le singulier dans tout homme est bien l'indication que les éléments de la classe des hommes sont envisagés un par un.

83Reste à expliquer comment le marqueur de totalisation tout peut avoir cette valeur et pourquoi, dans ce cas, il n'est pas accompagné des marqueurs de détermination QNT qui sont obligatoires lorsqu'il s'agit d'indiquer soit la saisie globale d'une pluralité d'éléments (Tous les hommes) soit la prise en compte de l'intégralité d'un seul élément (tout le corps de l'homme) ou d'une quantité de continu (tout le lait).

84On dira que, dans tout homme, l'absence de marqueur de détermination QNT à part le nombre singulier indique deux choses :

851) que la détermination de ce syntagme nominal est presque exclusivement QLT à l'exception de l'indication qu'il n'est envisagé qu'un seul élément à la fois.

862) que, en conséquence, les déterminations QNT habituellement indiquées par tout sont converties en qualifications : l'élément unique est caractérisé par ce moyen comme appartenant à une pluralité constituant un tout. D'autre part, ce qui est prédiqué de cet élément unique n'est valable qu'en tant qu'il appartient à ce tout, c'est à dire pour chaque élément de ce tout.

87Ainsi, on a les ingrédients du parcours : un domaine, ici "l'humanité", une notion à laquelle est associée la propriété /discontinu/, un élément unique (Singulier) itérable ("tout" indicateur de la propriété /appartenance à une pluralité/).

4. Conclusion

88On espère avoir montré ici que la démarche de saisie globale d'une quantité qui constitue l'opération de totalisation, opération de détermination à prépondérance quantitative (QNT (QLT)) est inconciliable avec la démarche de saisie élément par élément qui caractérise le parcours, opération de détermination à prépondérance qualitative (QLT (QNT)).

89Cependant, toute l'histoire des déterminants de totalisation et de parcours est pleine de cas de basculement de la valeur de prépondérance QLT à la prépondérance QNT ou l'inverse.

90L'indication du parcours au moyen d'un marqueur de totalisation combiné à un singulier, comme, en français, dans Tout homme est mortel, offre un bel exemple de conversion d'un indicateur caractérisé d'opération à prépondérance QNT en indicateur d'opération à prépondérance QLT. Encore une fois, le caractère labile, c'est à dire déformable du langage se manifeste dans cette conversion selon le schéma : QNT QLT.

Haut de page

Bibliographie

Les ouvrages, dictionnaires ou grammaires, qui font l'objet d'une référence abrégée après les citations qui en sont tirées sont suivis de l'abréviation entre parenthèses et en gras.

Bailly, Anatole, et. al., 1950, Dictionnaire Grec-Français, Paris, Hachette.(Ba)

Benveniste, Emile, 1969, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, T.I, Paris, Editions de Minuit.

Bizos, M., 1961-1981, Syntaxe grecque, Paris, Vuibert.(Bi)

Boch, Raoul, 1978-1997, Larousse Boch-Zanichelli Maggiore, Français-Italien, Italien-Français, Paris, Larousse.(BZ)

Buck, Carl Darling, 1949, A Dictionary of selected synonyms in the principal Indo-European languages, Chicago & London, The University of Chicago Press.

Chantraine, Pierre, 1968, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, 2 vols., Paris, Klincksieck.

Corbridge-Patkaniowska, M., 1964, Teach Yourself Polish, London, Teach Yourself Books.(C-P)

Culioli, Antoine, 1985, Notes du Séminaire de DEA 1983-84, DRL, Université Paris 7, Atelier de reprographie, Université de Poitiers : pp. 100-101.

Culioli, Antoine, 1990, "Representation, referential processes and regulation", in Pour une linguistique de l'énonciation, Tome I, Paris, Ophrys : pp. 182, 183 et 195.

Culioli, Antoine, 1999, "Note sur 'détermination' et 'quantification'", pp. 37-48, in Pour une linguistique de l'énonciation, Tome 3, Paris, Ophrys.

Dante, La Divine Comédie, L'Enfer, Texte original, traduction de Jacqueline Risset, 1985, Paris, Flammarion.

Dedieu, Fabienne, 2003, A propos de quelques intensifs du moyen-anglais, Thèse de Doctorat, Université Paris 7.

Delamarre, X., 1984, Le vocabulaire indo-européen. Lexique étymologique thématique, Paris, Librairie d'Amérique et d'Orient Maisonneuve.

Ernout, Alfred & Antoine Meillet, 1932-1985, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck.(E&M)

Ernout, Alfred & François Thomas, 1951-1972, Syntaxe latine, Paris, Klincksieck. (E&T)

Gaffiot, Félix, 1934-2000, Le grand Gaffiot, nouvelle édition, revue et augmentée par Pierre Flobert, Paris, Hachette. (G.)

García-Pelayo, Ramón et Jean Testas, 1967, Dictionnaire moderne français-espagnol, espagnol-français, Paris, Larousse.(G-P&T)

Huart, Ruth, 1997, "All : questions de portée", in Cahiers de Recherche, T.7, Paris, Ophrys.

Kastler, Claude, 1995, La langue tchèque, Paris, Ophrys.

Kluge, Friedrich, 1883-1975, Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache, Berlin / New-York, Walter De Gruyter.(K)

Lalande, André, 1932, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, Alcan.

Ligatto, Dolorès & Béatrice Salazar, 1993, Grammaire de l'espagnol courant, Paris, Masson (L&S)

Mugler, Frédéric, (trad.), Oeuvres d'Homère traduites du grec par F. Mugler, Tome 1 : L'Iliade, Paris, Editions de la Différence.

Murrell, M. & V. Stefanescu-Draganesti, 1970, Romanian, London, Teach Yourself Books. (M&S-D)

Onions, C. T., et al., 1966, The Oxford Dictionary of English Etymology, Oxford, Clarendon Press.(ODEE)

Riegel, Martin, Jean-Christophe Pellat & René Rioul, 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF (RPR)

Watkins, Calvert, 2000, The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots, Boston / New-York, Houghton Mifflin.

Haut de page

Annexe

Abréviations de noms de langues :

a. a. = anglais actuel
alld. = allemand actuel
av. = avestique
bret. = breton
dan. = danois
esp. = espagnol
fr. = français
gall. = gallois
got. = gotique
gr. = grec ancien
hitt. = hittite
i.e. = indo-européen
it. = italien
lat. = latin
lett. = letton
lith. = lithuanien
m. a. = moyen-anglais
néerl. = néerlandais
pol. = polonais
roum. = roumain
rus. = russe
s. cr. = serbo-croate
skt. = sanskrit
suéd. = suédois
tch. = tchèque
v. a. = vieil-anglais
vha. = vieux-haut-allemand
v. irl. = vieil-irlandais
v. norr. = vieux-norrois
v. sl. = vieux-slave

Haut de page

Notes

1  PLE T. 1 pp.177-213

2  C'est ce que signifie le commentaire "none left" dont A. Culioli fait suivre son premier exemple (J'ai pris les livres). Cependant, dans ce cas, je contesterais la légitimité du commentaire dans la mesure où il ne se fonde sur aucune indication explicite dans l'énoncé.

3  Un autre dictionnaire étymologique (Delamarre 1984) attribue au radical *gwhonos (le même avec un suffixe) le sens de "abondant, suffisant, plein", ce qui le rattacherait plutôt aux indicateurs de maximum.

4  Référence omise dans Chantraine 1968.

5  Cf. Dedieu 2003.

6  Cf. Theodoric duGot. *Thiudareiks "roi de la tribu".

7  Le même Benveniste met en doute cette origine de totus.

8  L'ODEE remonte également à *alnos (Germ. *alnaz) mais n'en donne pas le sens. Cette étymologie fait, chez certains comme Buck, l'objet d'une confusion avec celle des mots issus du radical *solwos "intact". Watkins 2000 évoque une étymologie à part mais ne dit pas laquelle.

9  Ernout & Thomas (encore p.200) remarquent : "Mais omnis passait parfois au sens de 'sous ses diverses formes', d'où 'dans son ensemble' : Gallia est omnis diuisa in partes tres (Cæs. BG 1, 1, 1) "L'ensemble de la Gaule est divisé en trois parties". Ce cas ne paraît cependant pas différent de (14) et je ne comprends pas bien le distinguo introduit par les auteurs.

10   La traduction est des auteurs du Gaffiot. La section est précédée de la mention entre [] : "Idée de sorte, d'espèce".

11  Il faut remarquer cependant que, en latin, omnis peut avoir une valeur à prépondérance QLT au point que la grammaire d'Ernout & Thomas, tout comme le dictionnaire de Gaffiot, font comme si la valeur "toutes sortes de" était la valeur primaire.

12  Je remercie Nicole Rivière qui a attiré mon attention sur le rôle joué dans la détermination de toute vérité par à dire qui renvoie à la projection dans l'avenir d'une occurrence.

13  Dans (18) et (22), il s'agit aussi de discontinu pour des raisons qualitatives, c'est à dire de classes de variété.

14  S signifie "suite".

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/1355/img-1.png
Fichier image/png, 540 octets
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Line Groussier, « Totalisation et parcours »Corela [En ligne], HS-4 | 2006, mis en ligne le 08 juin 2006, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/corela/1355 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corela.1355

Haut de page

Auteur

Marie-Line Groussier

U.F.R. d’anglais Charles V, Université de Paris VII

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Corela – cognition, représentation, langage est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search