Navigation – Plan du site

L’interpellation dans l’interaction scolaire : étude de quelques unes de ses manifestations lors de l’accueil d’élèves étrangers dans l’école française

Robert Bouchard

Texte intégral

I. Introduction

1L’accueil des Ena (enfants nouvellement arrivés en France) dans l’école française est un bon révélateur du fonctionnement interactionnel implicite de celle-ci. En même temps qu’un accueil linguistique, il est de fait un accueil culturel. Pour nous d’ailleurs, les deux se globalisent dans un même projet didactique, celui de faciliter, lors de cet accueil, le développement d’une « compétence scolaire » (Bouchard 2007).

2Nous avons choisi d’étudier ici l’interpellation comme une manifestation clef de cette compétence scolaire qu’un élève, français ou étranger, doit manifester pour participer normalement aux interactions didactiques et pédagogiques. Du maître à l’élève, mais aussi de l’élève au maître et de l’élève à l’élève, l’interpellation participe de manière stratégique à la circulation de la parole dans la classe, dans le cadre des habitudes et des valeurs éducatives de l’institution scolaire d’accueil. En effet au sein d’un polylogue pédagogique, à la fois inégal et finalisé (Bouchard 2005), cette circulation de la parole doit être organisée et explicitement, publiquement gérée. La parole ne peut circuler aisément, implicitement que dans la conversation en tête à tête (où cependant le chevauchement reste possible !). En situation polylogale, il est nécessaire de désigner le prochain locuteur, c’est-à-dire, s’il ne s’est pas lui-même proposé, de l’interpeller en le désignant et/ou en le nommant. Simultanément l’ « interpellation » confère, implicitement ou explicitement, un statut institutionnel et un rôle interactionnel aux deux participants : elle contribue à les « assujettir » scolairement. Mais encore faut-il que ces statuts et ces rôles soient clairs et accepté/ables par les participants. De ce point de vue, les Ena sont dans une position critique : leur maîtrise relative de la langue et de la culture scolaires les fragilise dans l’interaction.

3Dans un premier temps, nous examinerons la notion d’interpellation et ses matérialisations linguistiques et multimodales en contexte pédagogique. Puis nous aborderons, la question des droits et devoirs de parole dans la classe et ses modalités spécifiquement « exoculturelles » (échanges natif<> Enaf ) telle que le fonctionnement effectif de l’interpellation permet de la mettre en lumière.

II. Interpellation scolaire et adlocution

4Nous avons plusieurs fois souligné (cf. Bouchard 2007, Bouchard & Cortier 2006) qu’il nous semblait urgent de sortir, pour l’accueil de ces publics, d’une conception communicative universaliste de l’enseignement /apprentissage des langues et de viser d’abord à rendre ces élèves capables d’exercer globalement leur « métier » d’élèves au sein de l’institution scolaire française, en particulier en participant aux interactions scolaires, verbales et non-verbales, en français et « à la française », telles qu’elles se déroulent de fait, quotidiennement, ordinairement, dans nos écoles. Il semble moins « grave » pour un Ena de s’exprimer dans une interlangue que l’enseignant pourra toujours corriger ponctuellement, que de se comporter « interculturellement » d’une manière qui peut apparaître moralement inacceptable à un enseignant, amené alors à lui « faire la leçon » publiquement.

Exemple 1 : Corpus Collège, 5°, (Cortier-Peutot) :
é : monsieur si
En : si tu veux parler tu lèves la main# ça n’a pas changé… Chérifa 
é : c c c’ est
c’est avant/
c’est avant/ que l’eau vienne 
En : bien  ça a poussé avant que l’eau vienne/
ça porte un nom ? /
Chérifa ? ça…ça nous est arrivé à Marseille de temps en temps
é : une inondation
En : bien… nous avons ici/ affaire/ à une/ inondation
é : // je l’ai dit 
En : // je sais / tu l’as dit mais j’aimerais que tu lèves la main et que tu aies la parole Simba…
donc ici nous avons un moment/ où le Nil/ est en train de/ le verbe ?

5Les comportements interactionnels attendus sont multimodaux, à la fois verbaux et corporels. Ils correspondent pour une part aux contraintes fonctionnelles de l’institution scolaire, mais aussi, pour une autre, à des contraintes plus culturelles liées à la tradition éducative et scolaire de l’école française.

Le « système de l’adlocution »

6L’Ena avant d’être un locuteur actif devra être un participant actif. Pour l’être effectivement il faudra donc qu’il développe une compréhension suffisante de la parole de l’enseignant. Or le « système de l’adlocution » (cf. Cellard 1979), celui des formes langagières d’entrée en contact et en communication, que celui-ci utilise n’est un exemple ni de simplicité, ni de stabilité !

7Il met en œuvre un double matériel grammatical et lexical : quatre pronoms sujets : tu vous et il, et trois désignants lexicaux : Prénom, Nom, Monsieur/Madame… Alors qu’en situation extrascolaire c’est la symétrie qui domine, le tu répondant au tu, le Monsieur au Monsieur, en situation scolaire son fonctionnement normal est dissymétrique (cf. ci-dessus). L’enseignant tutoie les élèves et les appelle par leur prénom (relation adulte enfant) alors que les élèves l’appellent Monsieur/Madame et le vouvoient. Une combinaison supplémentaire, intermédiaire, sur le modèle familial du « Maman-tu », peut cependant encore se rencontrer dans l’enseignement primaire avec un « Maîtresse-tu » chez les élèves venant répondre à son « Jennifer-tu » :

Exemple 2 :
M : donc je rends la pochette de (.) Jennifer j’avais sorti la leçon parce que la leçon elle est pour lundi la leçon de maths c’est la feuille jaune
E : maîtresse tu m’as donné (inaud.)

8Dans la bouche de l’enseignant, la combinaison « Prénom + il » est aussi possible mais marginale et peut-être déontologiquement discutable ! La tonalité de la voix de l’enseignante comme le contexte interactionnel turbulent (cf. Gaël) montrent que les participants sont parvenus à un haut degré de manifestations émotionnelles :

Exemple 3 : (Géographie 5°) :
465 P euh est c =que vous parlez tous à la fois
alors christophe
AIGU MOQUEUSE bien : oui + il a décidé d = travailler
d = tout =façon i va être obligé christoph
0
gaël tu t = calmes
gaël t’es pas dans un match de basket là hein’
466 E foot
d=foot m=dame
467 P alors christophe c’est une carte très bien

9De même des désignants collectifs, spécifiques à l’école, sont susceptibles de venir encore se surajouter aux précédents :

Exemple 4 : en classe unique dans le primaire :
M (regard vers les CE2) :
bon (.) les CE2 (.) sur vos cahiers de texte (.) les devoirs sont marqués
s’il te plaît arrête Anaïs (.)
vous avez ce livre que je vous prête momentanément pour de temps en temps lire une histoire dessus donc pour lundi vous en avez une à lire les consignes sont au tableau vous les écrivez (.) elles sont sur ce tableau là parce que l’autre est trop petit (.)
pour les CM1 (.) (inaud) vous avez quelque chose à terminer pour jeudi je ne l’ai pas vu
(inaud.)

10Mais ces désignants administratifs peuvent fonctionner de manière encore plus indicielle et périphrastique…

Exemple 4’ :
P : pour ceux qui ont oublié on règlera ça en début d’après-midi // s’il y a des oublis
… voire de manière plus ad hoc, voire paradoxale :
Exemple 4’’ (idem) :
M : et : les enfants qui ont des maths à corriger (.) vous savez qui vous êtes/
E : oui
E : pas moi
M : je vais rappeler les noms alors (.) parce qu’il faut emmener vos pochettes pour finir/

11La richesse de ce système de l’adlocution, en même temps que la labilité de ses marques et leur sensibilité au contexte en font à coup sûr un objet d’apprentissage délicat pour les Ena, un apprentissage qui pour l’essentiel ne peut se faire que progressivement et sur le tas. Dans le même temps sa maîtrise est indispensable pour que ces nouveaux élèves participent efficacement à la vie de la classe dans ce qu’elle a de plus quotidien

III. Interpellation et polylogue

12Mais les deux derniers exemples ci-dessus ont un intérêt autre que celui d’illustrer la complexité du système d’adlocution scolaire. D’une manière plus générale, ils illustrent le fonctionnement polylogal (Bouchard 2005a) de l’interpellation comme de l’interaction pédagogique. L’enseignant s’adresse à un groupe qu’il doit faire travailler ensemble et faire progresser ensemble. Cette situation l’amène fréquemment à procéder à une interpellation en deux temps. C’est dans un premier temps le groupe tout entier qui est mobilisé avant que la parole ne soit attribuée ―de gré ou de force― à un élève particulier. On passe du collectif à l’individuel (cf. exemple 4), dans le même temps où on passe du polylogue au dilogue. Si ce passage est seul susceptible de donner l’occasion, à un élève d’une prise de parole individuelle de plein droit, pour le reste du groupe il représente la possibilité d’assister à un spectacle pédagogique instructif : le dilogue est donné à entendre à tous. L’élève ainsi autorisé à parler publiquement peut être d’ailleurs choisi le cas échéant pour des caractéristiques ad hoc en phase avec les contraintes de l’enseignement. Il s’agira plutôt d’un « bon élève » quand l’enseignant est pressé, ou veut renforcer son message, d’un moins bon quand il reste suffisamment de temps pour corriger collectivement une éventuelle erreur, susceptible d’être commise par d’autres par ailleurs :

Exemple 5 : (Géographie)
10 P elles sont essentiellement sur les côtes et la vallée du nil, très bien 0
en r =vanche 0 qu’est-ce qu’on observe 0 au niveau 0 de l’intérieur de l’afrique ?
11 /E/ /ben(...) /
12 /E/ /(...) /densité
13 /EE/ /(...) /
14 P parlez pas tous à la fois !
maxime t’as levé la main ? 0
gaël !
15 E ben 0 ya pas beaucoup de : 0 de densité euh 0
16 P oui 0 il ya même devant vous 0 des vides 0

13Le désignant grammatical collectif est alors le « on » ou le « vous », avec une gradation entre l’usage d’un pronom indéfini susceptible d’englober le locuteur (cf. ci-dessous dans le même énoncé la juxtaposition d‘un on inclusif et d’un on exclusif) et un pronom personnel plus centré sur les apprenants :

Ex 6 : Physique 5°
9 P allez on commence le cours // (plusieurs secondes)
je crois que j’ai du mal à être clair là ce matin hein Yasmina j’ai dit quoi /
j’ai dit on commence on se tait
donc je crois que ça fait un moment que je l’ai dit ça /
alors si vous vous rappelez bien ce qu’on a fait donc avant les vacances on a vu…

IV. Interpellation et incursion

14Le travail collectif d’apprentissage évoqué dans l’exemple 6 exige en particulier une capacité pour l’Ena à trouver « sa place » (cf. Kerbrat-Orecchioni 1996) ―d’élève en l’occurrence― au sein du groupe de pairs comme par rapport à l’enseignant. Il exige aussi d’agir « en phase » avec les autres participants pour collaborer à l’action conjointe qui se déroule sous l’impulsion du maître. Même s’il ne va toujours de soi (cf. le début du corpus ci-dessous et les difficultés de l’engagement dans l’action conjointe), le « phasage » a été appris et renforcé implicitement pour les élèves français par l’expérience partagée d’un temps scolaire vécu au long cours. Pour les élèves, plus récemment ―brutalement quelquefois― arrivés dans l’institution scolaire française, cette coordination reste plus délicate, et cette difficulté varie en fonction de la nature de leur (éventuelle) scolarisation précédente. Ils peuvent avoir, pour certains, l’expérience d’un vécu scolaire plus « individuel » et plus libéral (les enfants étrangers venant d’Allemagne ou des pays anglo-saxons par exemple) ou au contraire encore plus collectif et contrôlé (ceux venant des « grands groupes » usuels dans les écoles sub-sahariennes.) La « préservation des faces » des apprenants est par exemple l’objet d’une prise en compte très différente suivant les valeurs culturelles propres des systèmes d’enseignement. L’expérience scolaire acquise ailleurs a toutes chances d’être différente de celle des élèves français dont ils doivent désormais partager le quotidien scolaire.

15L’incursion pédagogique est en effet une interaction pré-organisée sinon strictement planifiée par le participant dominant, l’enseignant. Celui-ci arrive en cours avec un projet (cf exemple 8 ci-dessous), alors que les élèves n’ont pas une idée précise des différents moments de la classe qui vont ainsi s’enchaîner.

Le début de cours comme moment stratégique de l’« assujettissement »

16L’incipit, l’ouverture de l’ « incursion » pédagogique, joue un rôle déterminant pour la réactivation du « contrat pédagogique », des droits et devoirs scolaires de chacun, en tant que « sujet » de l’institution. C’est encore plus le cas dans le primaire, où, chaque matin, on assiste à l’ouverture globale de la journée par un maître qui est responsable non seulement de l’ensemble des disciplines mais aussi de l’habitus scolaire global de sa classe.

17Engager l’interaction, sinon la conversation, est d’ailleurs toujours un moment interpersonnel délicat qui fait peser des menaces sur les faces des x participants (cf Goffman, Roulet 1985 et sa notion explicite d’« incursion »). Elle exige donc des formes de politesse qui vont s’ajouter à la formule adlocutive et atténuer cette menace. Mais comme le remarque Parpette (2008), si la politesse est de règle pour tous, tel enseignant demande à chaque élève de dire bonjour en entrant dans la classe (« tu pourrais répondre », dit cette enseignante à un élève qui ne réagit pas à son « bonjour ») (Cours de mathématiques, collège de Bourg 2007), alors que d’autres se contentent d’une salutation plus collective.

18C’est à l’occasion de cette réactivation du contrat pédagogique que vont être rappelés le rôle et le statut de chaque participant, en le transformant d’individu en « sujet institutionnel ». Cette transformation ne s’opère pas toujours sans résistance. Les élèves les plus jeunes acceptent de la subir sans broncher : la différence de statut entre enfant et élève n’est pas très marquée. Par contre les adolescents nous le voyons ci-dessous ont plus tendance à résister : l’abandon de l’identité « jeune », en pleine (re)construction hors classe, est plus difficile symboliquement !

Exemple 8 : Cours de physique Classe de 5e ( 2004 Lyon)
1 P allez vous commencez par vous installer vous taire vous calmer // (plusieurs secondes)
vous sortez vos cahiers de texte pour la semaine prochaine et vous vous taisez // on est d’accord //
2
E (…)
3 P pardon / on va en parler après de ça /
………………………..
8 EE (inaudible)
9 P après on en parle
allez on commence le cours // (plusieurs secondes)
je crois que j’ai du mal à être clair là ce matin hein Yasmina j’ai dit quoi / j’ai dit on commence on se tait donc je crois que ça fait un moment que je l’ai dit ça /
alors si vous vous rappelez bien ce qu’on a fait donc avant les vacances on a vu

19On constate également que les « étapes » ouvertes spontanément par les élèves ―bien que recevables― avortent. L’enseignant renvoie ces questions « pédagogiques » au delà du cœur didactique de l’incursion scolaire, au moment plus relationnel de la clôture du cours.

V. Interpellation, « intempestivité » et droit à la parole

20Les « étapes » en effet nous font sortir du domaine de l’interaction programmée, maîtrisée par l’enseignant. Les étapes sont l’émergence dans la classe de quelque chose qui n’était pas prévu. C’est particulièrement vrai des étapes-élèves qui, interrompant le projet de l’enseignant peuvent être ressenties comme le dérangeant (cf. exemple 8 ci-dessus).

21Elles demandent donc cette fois-ci la réussite d’une interpellation de l’enseignant par l’élève qui éprouve le besoin d’opérer ce mini-coup de force interactionnel. Dans l’exemple ci-dessous celle-ci ne se réalise pas sans mal ni négociation :

Exemple 9 :
A1 (Demande de parole de A1 interrompant l’enseignante P
P oui
A1 [heu madame]
P t’as bien réfléchi/
A1 heu madame allez ce n’est pas une question/
P qu’est ce qu’y a/
A1 heu normalement heu faut être riche pour être consul
P on a vu que normalement c’est les plus riches qui arrivaient à ces grades dans l’armée

22On vérifie avec le dernier exemple que, comme dit Torterat (2008) l’interpellation désigne une action qui se caractérise par son « intempestivité » . Elle est subie par un allocuté qui a priori ne s’y attendait pas. Mais ce caractère intempestif peut connaître des intensités très diverses, allant de manifestations physiques contraignantes (cf. le sens policier du terme) à des manifestations purement verbales, beaucoup plus graduées (agresser verbalement, apostropher, adresser la parole, demander la parole…) La force de l’interpellation va se manifester par la conjonction de moyens langagiers divers : nomination (Noailly 1995, Détrie 2007) mais aussi apostrophe, interjections, … Ces outils verbaux vont bien sûr toujours se conjuguer à des procédés multimodaux, allant de la force de la voix, aux mimiques, aux gestes et aux postures physiques. En situation collective, ces procédés gestuels, silencieux, vont d’ailleurs être privilégiés afin d’éviter les bruits dans la communication. C’est particulièrement le cas en situation pédagogique :

  • 1 Il est alors nécessaire de distinguer non seulement les différents locuteurs/acteurs mais aussi l’( (...)

Exemple 10 : (Histoire 6°)1
182 P EE alors livre page 119\ chut vous l’avez en couleurs ce plan\
et il est extrait heu de quel livre heu ce plan
P EE (sollicitation implicite par le maître)
EE P (demandes de parole simultanées )
P EE chut on lève bien le doigt
P D heu David
… avec des variations culturelles sur le modus operandi

23Le droit d’interpeller est aussi diversement réparti socialement. Mais en tant que droit à une certaine violence verbale, il appartient plus aux sujets/locuteurs dominants qu’aux dominés ! Au sens didactique, celle-ci présente un enjeu tout à fait spécifique. Action courante de ce que l’on pourrait appeler la « vie de classe », son exercice y varie aussi en fonction du statut de chacun.

Exemple 12 :
P EE CHUUUT (3s) ON NE PEUT PAS TRAVAILLER COMME ÇA\
Jo JONATHAN ton livre est toujours pas ouvert\
EE alors j’ai demandé le livre ouvert à la page 216 et vos figures devant vous\
(4s)
Je jeremy tu t’retournes\ ...
EE christophe nous dit que le premier c’est à dire celui qui est en violet dans notre livre ne marche pas

24Si l’élève est toujours susceptible d’être interpellé à brûle-pourpoint par un enseignant qui en a le droit sinon le devoir, l’enseignant au contraire est protégé institutionnellement par une procédure adlocutive (lever la main, en silence…) dont le respect va en ralentir et en atténuer l’intempestivité. Ce qui n’est pas toujours le cas dans les classes d’accueil où se recherche un nouvel équilibre entre des habitus scolaires hétéroclites.

Exemple 13 :

92

Touria

on dit elle doit passer par la route c’est tout↑

93

E

par quelle route / de mag

94

Touria

a côté de quoi aussi

95

E

oui à côté de quoi / près de quoi

96

Malik

Madame on met en face

97

Zineb

Madame XX ça

98

Aylyn

eh Madame je fais tu vas XX

99

Zineb

4 steaks

100

E

de quoi↑

101

Touria

eh Madame XXX

25L’enseignante, plus proche de son public, y est sursollicitée par les élèves qui, tentent de capter son attention non plus silencieusement mais en répétant son désignant et en l’intensifiant par un « hé » initial.

26Mais c’est l’enseignant seul qui en dernier ressort va sélectionner le prochain locuteur et celui-ci doit lui avoir signifié son désir de prendre la parole de manière acceptable, cad a priori silencieusement, gestuellement. L’interpellation magistrale serait toujours légitime et n’est ressentie comme intempestive que quand elle surprend un sujet psychologique qui a oublié son statut institutionnel d’élève et/ou d’apprenant… (voir ex 1 ou 4) ou quand l’enseignant oublie sa déontologie professionnelle (ex 2).

27L’interpellation inappropriée d’un enseignant par un élève touche par contre l’enseignant dans son statut magistral qu’il tend à remettre en cause. C’est donc une faute non seulement interpersonnelle mais institutionnelle. Il manifeste cet assujettissement institutionnel insuffisant que nous évoquions ci-dessus (cf. exemple 1).

28Ces moments d’ « interpellation » de l’enseignant par l’élève, sont des moments délicats de l’interaction didactique qui exigent, pour être pertinents, de respecter un rituel communicatif, essentiellement mimo-gestuel. L’interpellation verbale en « Monsieur » (cf. Détrie 2006) est seule tolérée. Ici de plus on voit en 1é que ce vocatif est immédiatement suivi par le début de la production d’un énoncé. Ce non-respect du rituel scolaire montre que l’individu-élève ne se conçoit pas comme un simple sujet de l’institution et simultanément refuse donc ―de fait― de situer l’interlocuteur à sa « bonne » place institutionnelle. Ce qu’il confirme en 15e, en reprenant la parole sans l’avoir demandé et en réaction à la parole d’un autre élève, dans une intervention manifestant cette fois-ci ouvertement sa révolte contre l’ordre interactionnel établi. D’où la « remise en place » en 16 , produite par l’enseignant.

29Ces comportements peuvent être liés à des phénomènes interactionnels différents, de nature pédagogique ou didactique : ils peuvent être propres à une discipline ou plus généraux. Certaines disciplines comme l’histoire-géographie ou le français langue « maternelle » par exemple, permettent voire exigent plus de mise en rapport entre individu et sujet scolaire, avec tous les risques d’articulation de cette dualité plus hétérogène sans doute chez l’Ena que chez le jeune natif. Pour le premier plus que pour le second peut se poser alors la question de savoir quand c’est son identité extrascolaire qui tend à s’exprimer en lieu et place de l’identité scolaire, d’élève ou d’apprenant, dont le dote l’activité en cours.

30Quant à l’interpellation entre élèves, elle est normalement prohibée dans l’enseignement frontal où la parole ne circule que « verticalement » entre maître et élève. Elle relèverait de ce que Bertucci et David (2003) appelle par euphémisme, « l’oral désordonné ».

Exemple 14 :

85

Aylyn

eh j’passe XXX une fois que tu vois le

(9 secondes)

86

Zineb

ce n’est pas moi

87

Abdel

tais-toi

88

E

chut : :

89

Zineb

c’est fini

90

Touria

XXXX

91

E

allez Zineb /travaille // Zineb↑ // tu travailles

(9 secondes)

31Les Ena qui s’y livrent ci-dessus y prennent bruyamment les deux places de l’interaction pédagogique : celle du maître et celle de l’élève !

VI. Interpellation, intempestivité et catégorisation

32Dans la paire d’exemples 15 et 15’, ci-dessous, enregistrés dans des cours d’histoire géographie au collège, on voit l’ambiguïté d’une « interpellation » didactique qui pour se vouloir efficace risque de devenir inique. Ces exemples mettent en scène non pas des Ena mais des élèves d’origine maghrébine. C’est en tant que tels qu’ils sont, dans le premier cas, ou qu’ils se sentent, dans le second, « interpellés » implicitement par le maître. Cette interpellation intempestive tend, dans le même temps, à les séparer du reste de la communauté scolaire (« leur » classe) qui reste définie, de manière contrastive sinon par sa « francité » du moins par l’absence d’une « identité » discriminatrice. Mais on observe qu’en conséquence, ils ont du mal à se définir en même temps comme des sujets de l’institution scolaire française et des individus définis par une histoire personnelle, un lieu de naissance, voire une sensibilité culturelle :

Exemple 15 :
313 P dis-moi nabilest-ce que tu sais par hasard depuis quand l’algérie a est indépendante
est-ce que quelqu’un sait 0 depuis quand l’algérie est indépendante

33On observe d’ailleurs dans le premier exemple, le rôle implicite de catégorisation du nom propre, le prénom, qui au moment de toute interpellation (y compris policière !) rattache l’individu à un marquage originel, souhaité – en son temps au moins – par sa famille. On observe aussi le renforcement de cette catégorisation déictique par la mention de l’ « Algérie » dans l’énoncé. On peut penser aussi que, devant un public adulte, la référence à l’ « indépendance », ne peut qu’évoquer aussi les « évènements » qui l’ont précédée et le drame que cela a constitué entre les communautés dont les descendants se retrouvent côte à côte comme élèves dans une même classe. Du même coup cette interpellation didactique fait courir le risque à Nabil de ne plus être identifié comme un camarde de classe mais comme un « fils de Fellagha ».

34Le phénomène se répète en miroir dans l’exemple suivant. Un élève maghrébin, non interpellé explicitement en tant que tel, se sent impliqué personnellement par la question collective posée à la classe. Il ne parvient pourtant pas à manifester son désir de prendre la parole de manière à être désigné par l’enseignant comme le « répondeur » officiel. Devant ce qu’il ressent comme un déni de son expertise – sinon de son identification – il exprime sa déception par une prise de parole non autorisée, où il assume mais marginalement cette identification. Celle-ci est alors prise en compte par la dénomination consécutive de l’enseignant :

Exemple 15’ :
12 P comment on l’appelle toute la partie d’afrique du nord’
13 EE ......................................
14 P c’était le maghreb
vous vous souv =nez le maghreb on l’avait vu quand on a vu les musulmans 0
bien fallait l = dire plus fort kamel le maghreb hein 0

35On voit que la parole de ces élèves biculturels montre cette dualité vécue comme une ambivalence. Chaque fois décalée par rapport à la demande de l’enseignant, elle est soit bloquée dans le premier cas, soit imparfaitement assumée dans le second.

VII. Conclusion

36L’interpellation joue un rôle crucial dans la qualité de l’interaction en général et en particulier au moment crucial de la prise de contact en début de cours, de l’incipit (Barbu 2006) , qui est le moment de l’assujettissement, le moment où les individus doivent se transformer en sujets de l’institution. L’interpellation simultanément catégorise l’interpellé mais aussi l’interpellant en donnant à entendre le statut et/ou le rôle qu’il s’attribue dans l’interaction. C’est d’ailleurs en cela, un bon indice de l’investissements des participants dans leurs rôles complémentaires, pour l’un, d’enseignant et/ou de « maître », et/ou d’adulte, et/ou de natif, et pour les autres, d’apprenant et/ou d’élève, et/ou d’enfant/adolescent et/ou d’ « étranger », dans le cas des Enaf.

37Action langagière peu technique et peu consciente, l’interpellation dépend du croisement de critères culturels complexes impliquant l’age, le sexe, la distance sociale avec une hiérarchisation instable de chacun de ces critères par rapport aux autres. Elle peut être ainsi, du même coup, le signal d’une crise dans l’interaction. On interpelle souvent, dans la spontanéité de l’échange, voire même sous le coup de l’émotion. Même en langue maternelle, le locuteur natif peut se retrouver ainsi piégé par l’émission involontaire d’une formule interpellative dont il ne mesure qu’après coup les effets de catégorisation sur l’interpellé.

38Dans la gestion d’une interaction pédagogique et didactique, polylogale, qui doit sans cesse être réglée et stimulée, l’interpellation est permanente. Son bon fonctionnement – fortement ritualisé dans ce but - est un facteur d’efficacité au moment de la passation des consignes en particulier. En début de cours, il évite le retardement de l’entrée dans le coeur didactique de l’incursion pédagogique (ex 8), comme, pendant le cours, il évite son freinage du fait des dérapages interactionnels de l’un (ex 1, l’élève) ou l’autre (ex 3, l’enseignant) des partenaires de l’action pédagogique.

39Pour le maître se pose la question de qui interpeller, « en tant que qui », de quelle manière et par rapport à quel effet escompté sur l’interpellé comme sur les autres participants.

40Pour l’élève, la mise en œuvre de sa propre activité d’interpellation est marginalisée institutionnellement. A la limite de ses droits de parole, elle est toujours risquée (cf. Maurer 2001) dans le cours dialogué. Elle est plus admise au cours des « tâches », ou dans les moments de dévolution didactique en général. De sa réussite dépend en particulier la possibilité de faire émerger ces « étapes » qui vont lui permettre d’individualiser son apprentissage (Bouchard 2005b).

41L’interpellation mérite donc pleinement d’être enseignée (cf. Kramsch 1984) aux Ena et peut-être aussi aux… enseignants en formation. Sa maîtrise par l’élève - mais aussi par l’enseignant - est le gage d’une plus grande efficacité dans les échanges pédagogiques mais aussi d’une plus claire conscience de ses éventuels effets indésirables sur l’autre. En cela elle est le gage également d’une plus grande équité dans le partage de la parole et des rôles en classe en général. C’est encore plus vrai dans les classes hétérogènes des dispositifs d’accueil des Ena, où se côtoient des élèves différents dont certains sont susceptibles d’identifications complexes, et en conséquence difficiles à assumer simultanément.

Haut de page

Bibliographie

Barbu, V., (2006) « L’incipit dans l’interaction didactique : une approche sociolinguistique », 8° Biennale de l’Education, Inrp, (www.inrp.fr/biennale/8biennale/contrib/longue/424.pdf)

Bertucci M. M., David J. (dir.)., (2003), Les Langues des élèves, numéro 143 du Français aujourd’hui, Paris, AFEF.

Bouchard, R., ( 2005a), « Les interactions pédagogiques comme polylogues », in Savelli M., (dir.), « Corpus oraux et diversité des approches », Lidil 31, Grenoble, 139-156

Bouchard, R., ( 2005b),« Le « cours », un événement oralographique structuré : Etude des inter-actions pédagogiques en classe de langue et au delà… », in Cicurel F. & Bigot V. (dirs.) Les interactions en classe de langue, Le Français dans le monde : recherches et applications, Cle-International, 64-74

Bouchard, R., (2007), Du français fondamental à la compétence scolaire en passant par le français de scolarisation, Le Français dans le monde : recherches et applications 43, 127-143

Bouchard, R., C. Rolet C., (2003), « Pour une méthodologie d’analyse didactico-interactionnelle des pratiques d’enseignement/apprentissage : A propos d’une séance de mathématiques à l’école primaire » in Bernié et al. (eds.), Construction des connaissances et langage dans les disciplines d’enseignement, CDRom, Iufm d’Aquitaine et Université V. Ségalen Bordeaux 3.

Bouchard, R. Cortier, C., (2006), L’intégration scolaire des enfants étrangers : quelle responsabilité didactique et éducative pour la linguistique appliquée ? Français de scolarisation et compétence scolaire en histoire/géographie, Bulletin Suisse de Linguistique Appliquée, Neuchâtel, 107-120

Bouchard, R. Parpette, C. Cortier, C., (2008) L’appropriation du français par les élèves nouveaux arrivants dans les dispositifs d’intégration, Le Français dans le monde : recherches et applications 44, 29-39

Cellard J., (1979) La vie du langage - Chroniques 1971-1975, Le Monde, Le Robert

Détrie, C., (2006) De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale, Paris CNRS.

Kerbrat-Orecchioni, C., (1996), La conversation, Seuil, Paris

Maurer B., (2001) Une didactique de l’oral du primaire au lycée, Bertrand-Lacoste.

Parpette, C., (2008), « Les discours pédagogiques oraux : évolution des représentations et des pratiques didactiques », Le français dans le monde, Recherche & Applications 43, Clé International, Paris.

Kramsch C., (1984) Interaction et classe de langue, Clé International.

Torterat (2008) « Introduction » du colloque « L’interpellation », Paris, Sorbonne (juin 2008)

Haut de page

Notes

1 Il est alors nécessaire de distinguer non seulement les différents locuteurs/acteurs mais aussi l’(es) interlocuteur(s) au(x)quel(s) ils s’adressent (cf. Bouchard et Rolet 2003)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Bouchard, « L’interpellation dans l’interaction scolaire : étude de quelques unes de ses manifestations lors de l’accueil d’élèves étrangers dans l’école française »Corela [En ligne], HS-8 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 31 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/corela/1598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corela.1598

Haut de page

Auteur

Robert Bouchard

Université Lumière-Lyon 2, laboratoire ICAR (UMR 5191)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Corela – cognition, représentation, langage est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals