Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHS-39ArticlesArbre formel ou forêt conceptuelle ?

Résumés

Le but de cet article est double. Le premier est de rendre hommage à Gilles Fauconnier, dont les travaux ont servi d’assises théoriques aux thèses de doctorat des deux auteurs. Le second est d’appliquer de manière à la fois pédagogique et critique la Théorie des Espaces Mentaux et la Théorie de l’Intégration Conceptuelle au gré d’études de cas inédites. Les auteurs abordent un même thème : la sensibilisation par les associations de défense de l’environnement aux dangers de la déforestation industrielle au moyen de campagnes mêlant dans un même cadre sémiotique graphismes et slogans. Ils abordent ce thème à travers l’étude des cadres interprétatifs impliquant des représentations d’arbres. Ils montrent que lorsque des objets ou des situations insolites sont créés pour des objectifs communicationnels spécifiques, la Théorie des Espaces Mentaux et la Théorie de l’Intégration Conceptuelle parviennent à modéliser la complexité cognitive ainsi engendrée, là où les théories traditionnelles du sens sont en échec. Les auteurs concluent en proposant des pistes pour rendre les théories de Fauconnier falsifiables de manière à ce qu’elles puissent être étayées empiriquement.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Gilles Fauconnier est à l’origine de deux théories majeures en linguistique cognitive : la Théorie des Espaces Mentaux (Fauconnier 1994) et la Théorie de l’Intégration Conceptuelle, communément appelée Théorie du Blending (Fauconnier 1997, Fauconnier & Turner 2002). Même si les domaines d’application de chacune de ces théories ont fini par se différencier, leur point de départ est le même : le sens linguistique d’un énoncé est loin d’en recouvrir la portée référentielle. Selon Fauconnier, la construction du sens passe par l’intervention en arrière-plan d’un système cognitif élaboré pour combler les vides référentiels de la grammaire. Loin d’être des défauts, ces vides reflètent au contraire la capacité de la grammaire à faire appel à l’appareil cognitif de façon optimale dans la construction du sens :

2(...) languages are designed, very elegantly it would seem, to prompt us into making the constructions appropriate for a given context with a minimum of grammatical structure. Language does not itself do the cognitive building – it “just” gives us minimal, but sufficient, clues for finding the domains and principles appropriate for building in a given situation (Fauconnier 1994 : xviii).

3Ce qui rend possible la construction du sens, et sa réception, c’est tout un ensemble de dispositifs mentaux, parmi lesquels des connaissances générales tout autant que de l’information disponible à partir du contexte discursif immédiat et des capacités cognitives générales (qui ne se limitent pas au traitement de l’information verbale).

4En s’opposant à la sémantique vériconditionnelle, ainsi qu’à la réduction des catégories conceptuelles à des traits nécessaires et suffisants par les structuralistes, la sémantique cognitive a construit un arsenal théorique permettant de rendre compte de la complexité du sens en contexte. Abondamment repris dans la littérature en sémantique, le concept CÉLIBATAIRE (bachelor) illustre parfaitement les deux points de vue. D’un côté, l’analyse componentielle du sens développée et popularisée par Katz & Fodor (1963) définit le concept dans le cadre d’un dictionnaire formalisé qui liste les différents sens possibles du mot en contexte et décrivent les relations entre eux. Cette liste, à partir de laquelle les locuteurs choisissent un sens, se présente sous la forme d'un diagramme hiérarchique dont chaque niveau contient les informations suivantes : forme du mot, classe du mots, marqueurs et éléments distinctifs. Les marqueurs (markers) sont "la partie du sens d'un élément lexical qui est systématique pour la langue" et les distingueurs (distinguishers) "la partie qui ne l'est pas" (Katz & Fodor 1963 : 188). Bien que structurée sous la forme d'une hiérarchie, la liste ne précise pas quels sont les sens les plus centraux ou les plus saillants dans un contexte donné. Aucune explication n'est donnée quant à la raison pour laquelle certaines interprétations sont plus probables que d'autres lors de l'utilisation d'une catégorie. Par exemple le fait que le Pape remplisse l’ensemble des conditions nécessaires et suffisantes ([- MARIÉ] [+ADULTE] [+HOMME]) n’en fait pas un exemple représentatif de la classe à laquelle renvoie le concept CÉLIBATAIRE. En réponse à ce type d’approche, et au moment où émerge la théorie du prototype en psychologie cognitive (Rosch & Mervis 1975, Rosch 1978, Mervis & Rosch 1981), la sémantique des cadres conceptuels naissante (Frame Semantics) met en avant que la connaissance de l'usage doit faire partie de la description structurelle de la catégorie que le célibataire désigne (Fillmore 1975, 1982). Pour comprendre ce qu’est un célibataire, il faut se placer dans le cadre d’un monde simplifié (voir simpliste, mais néanmoins partagé à l’échelle d’une communauté de locuteurs) dans lequel on se marie dans une fourchette d’âge prédéfinie et on demeure idéalement marié jusqu’à la mort (Fillmore 1977). Le concept ne s’applique que dans ce cadre. Le Pape étant en dehors du cadre, le concept perd de sa pertinence. L’analyse inspirée de Fillmore est reprise plus tard par Lakoff (1987 : chapitre 4) et réinterprétée à l’aide de modèles cognitifs idéalisés (idealized cognitive models). Les deux modèles théoriques auxquels nous rendons hommage dans cet article sont les héritiers directs de cette remise en cause par la sémantique cognitive d’une approche componentielle du sens déconnectée de l’usage. La singularité des espaces mentaux et du blending vient de leur application à des objets conceptuels plus complexes que ceux traités jusque-là en sémantique cognitive.

5Au sein de la sémantique cognitive, la théorie de l’intégration conceptuelle est probablement l'outil théorique le plus adapté pour rendre compte d’objets sémiotiques poussés au maximum de leur complexité conceptuelle. Ces objets sémiotiques complexes, composés d’éléments textuels et/ou iconographiques, sont fréquemment produits par les agences de communication. Nous proposons de l’illustrer par un thème unique, très productif, celui de la déforestation et de la protection de l’environnement. De la sorte, nous maintenons un motif constant tout en évaluant ses déclinaisons sémiotiques.

6Dans la première section nous retraçons brièvement le contexte et l’historique de la Théorie des Espaces Mentaux et de la Théorie de l’Intégration Conceptuelle. Dans une seconde partie, nous illustrons la Théorie de l’Intégration Conceptuelle à l’aide d’une série d’exemples tirés de campagnes contre la déforestation qui donnent à voir des objets ou des situations qui, à première vue, sont insolites ou incongrus. Nous montrons de quelle manière ce caractère insolite est rapidement surmonté et nous donnons une idée du niveau de complexité qu’il est nécessaire de mobiliser pour y parvenir. Dans la discussion, nous revenons sur la question de la falsifiabilité de la théorie et nous avançons l’idée qu’il existe des données négatives qui pourraient rendre ce cadre théorique testable.

2. Des espaces mentaux au blend conceptuel

7La sémantique cognitive conçoit le sens comme inséparable de l’expérience humaine. Mais encore faut-il préciser quel aspect de l’expérience est concerné, ce qu’un tel choix implique et en quoi cela fait une différence avec d’autres cadres théoriques. Ce n’est pas l’expérience régulière de notre environnement qui intéresse la sémantique cognitive, mais le type d’organisation cognitive quelle engendre et en particulier, la manière dont elle est encodée dans la mémoire à long terme. Bartlett (1932), qui présente un conte amérindien à des étudiants anglais, et dont les restitutions présentent toujours les mêmes erreurs du fait de biais issus de connaissances de l’environnement occidentalo-centrées, est l’un des premiers à montrer que la mémoire est organisée autour de schémas, c’est-à-dire des groupements intégrés de connaissances qui encodent des généralisations sur notre expérience de la structure de l’environnement, permettant d’organiser l’information, de guider l’acquisition de nouvelles informations mais aussi, de fausser un souvenir (Loftus et Palmer 1974). Nous avons des schémas sur les objets, les personnes, les situations, les institutions, etc., et ces schémas nous permettent de faire de la prédiction, de la complétion (schematic gap filling), et de comprendre des situations auxquelles nous n’avons jamais été confronté (par exemple, aller dans un nouveau restaurant). Cette idée d’une expérience organisée en schémas dans la mémoire à long terme connaît un énorme succès à partir des années 70 et devient un objet d’étude à part entière en sciences cognitives. C’est aussi à partir de cette époque qu’on assiste à une explosion des étiquettes : Minsky (1975, 1985) utilise le terme de frame (en faisant explicitement le lien avec la notion de schéma de Bartlett) ; Schank et Abelson (1977) proposent la notion de script pour rendre compte des événements complexes qui se déroulent dans le temps ; en psychologie, Rumelhart (1980a, 1980b) et Rumelhart et Ortony (1977) conservent le terme de schema tandis que Barsalou (1992) adopte celui de frame ; en linguistique, enfin, Fillmore (1985) privilégie celui de frame. Quoi qu’il en soit, le choix de mettre en avant l’existence de tels « paquets » de connaissances conduit à faire une distinction très nette entre vérité et compréhension, distinction que Fillmore (1985) a sans doute le mieux conceptualisée. Considérons l’exemple suivant que nous lui empruntons :

(1) We never open our presents until the morning.

‘Nous n’ouvrons jamais nos cadeaux avant le matin.’

8Dans le cadre d’une sémantique de la vérité (T-semantics ou semantics of Truth, dans la terminologie de Fillmore), la question est de savoir dans quelles conditions cette phrase est vraie. L’examen de ces conditions soulève de nombreux problèmes qui sont traités, par exemple, dans le cadre de la sémantique formelle et qui portent, entre autres, sur les indexicaux (nous), la lecture collective, distributive ou cumulative du prédicat ouvrir nos cadeaux (est ce que chaque individu sous la dénotation de l’indexical nous ouvre un seul cadeau ou plusieurs cadeaux, est-ce que deux individus peuvent ouvrir un même cadeau et dans ce cas, la phrase est-elle toujours vraie ?), la pluriactionnalité mise en jeu par le fait que cadeaux est au pluriel sous la portée du verbe (combien y a-t-il d’événements d’ouverture de cadeau ?), ou encore, la négation marquée entre autres par jamais qui est un terme de polarité négative. Une fois ces problèmes résolus (et d’autres encore, comme la question de la généricité de l’énoncé), nous sommes alors en mesure de dire dans quelles conditions cette phrase est vraie, et dans quelles autres elle est fausse. Cette approche, cependant, passe à côté d’un point important, puisqu’en lisant un tel énoncé, la plupart des locuteurs occidentaux sont sensibles à plusieurs indices qui déclenchent l’activation d’un schéma bien précis : la nuit de Noël. Nous basculons alors de la T-semantics (la recherche des conditions de vérité d’une phrase) à la U-semantics, ou sémantique de la compréhension (semantics of Understanding), dont relève bien entendu la sémantique cognitive. Dans cette optique, la simple lecture de la phrase amorce un contenu bien plus riche et complexe que ses seules conditions de vérité et cela est valable pour n’importe quelle unité sémiotique. Par exemple, on peut difficilement se contenter de dire que parapluie, en tant qu’il s’agit d’un nom comptable, dénote une entité atomique. Il est tout aussi nécessaire de tenir compte du fait que le mot parapluie (ou l’image d’un parapluie) amorce d’autres concepts tels que pluie, nuage, des antonymes tels que sec/mouillé, ou encore le frame « x protéger y de z ». En cela, la sémantique cognitive s’oppose certes à la sémantique formelle mais aussi à la sémantique structurale, qui promeut avec force une sémantique autonome détachée des connaissances encyclopédiques associées aux référents (Coseriu 2000).

  • 1 Cet exemple et l’analyse qui suit sont repris de la thèse de l’un des auteurs (Desagulier 2005). Qu (...)

9La notion d’espace mental, tout en s’inscrivant dans cette optique, met en œuvre un niveau supplémentaire de complexité. Tel qu’il est défini dans Fauconnier (1994), un espace mental est une structure cognitive dont les éléments constitutifs ne renvoient qu’indirectement à des objets du monde. Il renferme des éléments constitutifs d’entités ou de relations faisant partie de scénarios imaginés, perçus, remémorés, etc., c'est-à-dire interprétés par le sujet cognitif. Ainsi, le repérage d’une situation ou d’un procès par rapport à un désir, une volonté, une croyance ou une hypothèse, à un premier niveau, se fait finalement par rapport à l’esprit du locuteur et non pas par rapport à un point de repère vériconditionnel. Prenons un exemple simple en apparence.1

(2) Lady Olivia est amoureuse de Viola.

10L’interprétation de l’énoncé (2) est à première vue simple dans la mesure où un seul espace mental est requis, à savoir l’espace de base (base space). Cet espace de base correspond à l’espace de connaissance partagée.

Figure 1. Cadre interprétatif dans un espace de base

11L’énoncé fait appel à un cadre interprétatif pré-structuré par nos connaissances culturelles, « x est amoureux de y ». Ce cadre met en avant deux rôles (l’amante x et la personne aimée y) et y associe par défaut des caractéristiques liées au modèle cognitif idéalisé de la relation amoureuse. En sémantique vériconditionnelle, ce type d’exemple ne pose aucun problème car il renvoie à une situation assertée dans le monde réel.

12Les choses se compliquent si l’on replace l’exemple dans le contexte de la comédie de Shakespeare La Nuit des Rois. L’intrigue est la suivante : les jumeaux Sebastian et Viola sont séparés lors d'un naufrage au large des côtes d'Illyria ; chacun croit que l'autre est mort. Viola se déguise en un homme nommé Cesario et entre au service du duc Orsino, qui est amoureux de Lady Olivia. Orsino envoie Cesario (Viola donc) plaider sa cause auprès de Lady Olivia. Celle-ci tombe rapidement amoureuse du messager. Viola, quant à elle, tombe amoureuse d'Orsino. La pièce repose sur une ironie dramatique. Du point de vue de la sémantique vériconditionnelle, on n’a d’autre choix que d’énoncer deux conditions de vérité pour un même énoncé, ce qui n’est pas optimal. La théorie des espaces mentaux s’accommode parfaitement de ce genre d’exemple. L’ironie dramatique invite le spectateur à construire, en sus de l’espace de base B, un deuxième espace mental O correspondant à l’espace de croyance de Lady Olivia. Du point de vue du spectateur, on a donc une représentation proche de ce qui est représenté en Figure 2.

Figure 2. Projection inter-espaces

  • 2 Le lien entre ces différentes notions est abordé et référencé en début de Section 2

13Fauconnier établit une distinction entre rôles et valeurs. En vertu du cadre de la relation amoureuse, deux rôles sont prévus : l’amant et l’être aimé. La relation elle-même est dénotée par des arêtes en pointillés. Ces rôles sont identiques dans les deux espaces. Les valeurs associées à l’être aimé diffèrent. En B, il s’agit de Viola (v), et en O il s’agit de Cesario (c). En vertu du Principe d’Accès, « une expression qui nomme ou décrit un élément dans un espace mental peut être utilisée pour accéder à un équivalent de cet élément dans un autre espace mental » (Fauconnier 1994: 41). C’est ce principe qui permet d’établir des liens entre les différents espaces mentaux. Ceux-ci sont représentés par des lignes pleines. Grâce à ces liens, la mention de Viola dans l’exemple (2) suffit à faire comprendre à quiconque connaît la pièce qu’il s’agit, dans l’esprit de Lady Olivia, de Cesario. L’espace mental reprend donc à son compte toutes les propriétés associées aux schémas (ou aux frames et aux scripts.)2 mais se donne en plus la possibilité de tenir compte de l’état des connaissances et des croyances d’un locuteur particulier.

14Ce dont ne rend pas compte la figure 2, c’est la compression conceptuelle à l’œuvre dans l’énoncé (2) pour quiconque est sensible à l’ironie dramatique. Pour être fidèle tant à la complexité conceptuelle qu’à la compression, il faudrait pouvoir maintenir l’existence des deux espaces mentaux que nous venons d’évoquer et en créer un autre censé rendre compte de la conflation des points de vue, celle-là même qui est au cœur du ressort comique. Cela est rendu possible avec le formalisme de la Théorie de l’Intégration Conceptuelle (conceptual blending).

15Celle-ci passe à un niveau supérieur de complexité en proposant un mécanisme de composition de deux espaces mentaux (dits espaces d’entrée, en anglais input spaces) fondé sur un certain nombre de règles de projections conceptuelles ainsi qu’une liste de principes d’optimisation qui régulent ces projections. Le résultat de cette composition est un nouvel espace mental (dit espace intégrant ou espace d’intégration, en anglais blend ou blending space). Celui-ci a des propriétés qui lui sont propres (on parle de propriétés émergentes) et qu’on ne retrouve dans aucun des espaces d’entrée.

16Revenons à l’exemple 2. La Figure 2 dissocie les points de vue : celui de Lady Olivia et celui du spectateur. Comment représenter le point de vue totalisant d’un exégète, qui aurait à rendre compte des deux points de vue de manière synthétique ? Pour ce faire, il est pertinent de recourir au blend. La Figure 3 reprend les deux espaces mentaux de la Figure 2. Ceux-ci deviennent des espaces d’entrée. Ils sont reliés par des propriétés génériques regroupées dans un espace dit “générique”. Des projections issues de chacun de ces deux espaces vont former la structure conceptuelle de l’espace d’intégration.

Figure 3. Blend

17Ainsi, la projection s’effectue à partir de l’espace de croyance de Lady Olivia, qui pense être amoureuse d’un homme (espace d’entrée 1) et de l’espace de la réalité, selon lequel cet homme est une femme. L’espace d’intégration réalise la synthèse des deux espaces. Tout en reprenant la structure informationnelle de l’énoncé (espace d’entrée 2), il projette l’information issue de l’espace d’entrée 1 selon laquelle Viola est déguisée en homme.

18L’espace intégrant est donc nécessaire pour expliquer le mode de compréhension mobilisé par certaines productions sémiotiques complexes. Trois mécanismes interviennent dans l’apparition de la structure émergente : la composition, la complémentation (ou achèvement), et l’élaboration (Fauconnier 1997 : 150 ; Fauconnier et Turner 1998). En vertu du principe de composition, des liens, qui n’existaient pas jusqu’alors, peuvent s’établir entre certains éléments des espaces d’entrée. La structure émergente dans l’espace intégrant peut aussi dériver de l’achèvement : la structure composite acquiert alors une cohérence interne. Cet ensemble est recruté pour compléter le blend. Enfin, ce dernier peut être élaboré lorsqu’il est traité comme une simulation dynamique qui se développe selon sa propre logique émergente (Turner 2000).

3. Protection de l’environnement et intégration conceptuelle

3.1. Objets insolites

19Dans ce premier visuel, notre compréhension de la partie non linguistique est sous-déterminée. Pour s’en convaincre, il suffit de supprimer le quart inférieur de l’affiche (texte et logo) et d’imaginer l’image dans différents contextes (par exemple, une rétrospective consacrée à Magritte), ou bien de concevoir un texte différent (par exemple la foresterie industrielle protège l’économie rurale, qui suscitera des inférences et des conclusions très différentes de l’original). Le quart inférieur de l’affiche doit donc être compris comme un ensemble d’indices linguistiques et sémiotiques qui spécifient le contenu des espaces d’entrée qui, à leur tour, contraignent la structure du blend et de l’ensemble du réseau d’intégration, et donc notre compréhension globale de l’image. L’espace d’entrée qui contient l’arbre ne renvoie pas simplement au domaine arboricole, mais à la vision écologique qu’en a le WWF (World Wide Fund for Nature), une association bien connue de défense de la nature. C’est qu’un arbre ou une forêt peut évoquer des choses bien différentes selon les locuteurs - un élément de régulation climatique pour un membre de WWF ou bien un tas de planches rangées par taille pour un exploitant capitaliste - et comme nous l’avons vu c’est justement l’objectif des espaces mentaux (par opposition aux schémas, frames, scripts, domaines, etc.) que de pouvoir prendre en compte ces différents points de vue. Dans la situation où nous ne disposerions pas de ces indices et donc, d’espace d’entrée bien spécifiés, il serait très difficile d’attribuer des propriétés précises à l’objet représenté dans l’image. Étant donné qu’il n’existe pas dans la réalité, nous ne pourrions qu’hésiter entre une fonction esthétique ou utilitaire (mais dans ce cas, à quoi pourrait-il bien servir ?). Or, dans le cas présent, l’objet insolite a bien une fonction, mais cette fonction, loin d’être inhérente, est projetée depuis l’espace d’entrée lié aux parapluies : il s’agit d’offrir une protection. Mais seul le frame associé à la protection est projeté dans le blend. Dans l’espace parapluie, en effet, ce frame est en partie spécifié : protéger de la pluie l’utilisateur grâce à l’étanchéité du tissu dont le parapluie est constitué. Or la partie supérieure de l’objet insolite n’est manifestement pas étanche, son but n’est visiblement pas de protéger de la pluie et l’utilisateur d’un tel objet n’est sans doute pas l’utilisateur typique du parapluie. Comment peut-on dès lors spécifier ces rôles ? Grâce à l’indice linguistique que constitue l’expression climate umbrella ‘parapluie climatique’ qui nous permet d'instancier le frame protection dans le blend en utilisant cette fois les propriétés issues de l’espace de l’écologie forestière (tel qu’il est conçu par le WWF) : le fait que les forêts protègent la planète contre le changement ou le réchauffement climatique (et cela non pas grâce à leur étanchéité, mais grâce à leurs pouvoirs régulateurs). L’expression climate umbrella est donc elle-même à comprendre comme le produit d’une compression conceptuelle, climate étant issu de l’input 1 (écologie forestière) et umbrella de l’input 2 (parapluie).

20Le sens de l’occurrence de protect dans le slogan mérite lui aussi d’être précisé. Elle n’est pas une lexicalisation de la fonction associée à l’objet insolite (la protection contre le changement climatique) mais une autre instanciation du frame protéger où, cette fois, ce sont les forêts qui doivent être protégées de l’homme. Cette instanciation, qui prend la forme d’une injonction, est un mot d’ordre fréquent à WWF. Elle est donc directement issue de l’espace d’entrée 1 (la couleur de la police est la même que celle du logo) et n’est pas émergente (au sens où elle serait propre au blend exclusivement). Cependant, elle fait écho à la première instanciation du frame protéger qui, elle, est bien une propriété émergente du blend (on notera que la couleur de la police est différente).

21Terminons cette première analyse en évoquant le principe d’élaboration, sur lequel on reviendra, et qui permet de développer l’espace intégrant selon sa propre logique interne. Une fois les différentes propriétés de l’objet insolite construites dans le blend, il doit être perçu comme une unité conceptuelle à part entière qu’on peut manipuler avec la même facilité que n’importe quelle entité familière (intégration). Dans le cas qui nous occupe, par exemple, on peut facilement être amené à se poser des questions sur le système d’ouverture et de fermeture de l’objet, et « filer la métaphore » en rapprochant les branches de l’arbre et les baleines du parapluie, les racines de l’arbre et la poignée du mât central, etc.

3.2. Situations insolites

22Dans ce second visuel, ce ne sont pas les objets qui sont insolites, mais la situation, qui amorce deux espaces d’entrée différents. Le premier est celui de la foresterie où un agent (un bûcheron) coupe un arbre, tandis que le second fait référence au jeu de dominos, et plus précisément, à une relation de cause à effet connue sous le nom d’effet domino. Il permet de conceptualiser une réaction en chaîne entre une cause et une conséquence qui sont souvent perçues comme étant assez éloignées (d’où, potentiellement, un effet de surprise). L’effet domino (en tant que frame) est projeté dans le blend mais le rôle des dominos est instancié par des arbres (projeté depuis l’input de la foresterie) et l’origine de la réaction en chaîne correspond à l’abattage de l’arbre par le bûcheron (lui aussi issu de l’input foresterie). La conséquence (inattendue) est, bien sûr, la mise en danger du bûcheron et, à travers lui, de l’humanité.

Figure 5. WWF: Deforestation & lungs campaign (Advertising Agency: TBWA/Paris, 2008).

  • 3 On fera remarquer que l’image pourrait se traduire linguistiquement par une xyz metaphor (cf. infra (...)

23Cette autre situation insolite (du fait de la forme bilobée atypique de la forêt) amorce deux espaces d’entrée. L’espace de la foresterie et l’espace associé au système pulmonaire. Elle mobilise un cliché qui s’est figé dans une expression métaphorique conventionnelle : les forêts sont les poumons de la Terre. Le visuel s’appuie sur le principe d’élaboration pour filer la métaphore : les forêts sont les poumons de la Terre et la déforestation en est le cancer.3 Désormais conceptualisé comme une maladie grave, le visuel invite à poursuivre cette élaboration en évoquant les conséquences de la foresterie industrielle et son possible traitement « avant qu’il ne soit trop tard ».

  • 4 La surprise est un déclencheur de l’intégration conceptuelle. Sur ce point, on peut consulter les t (...)

24La situation représentée dans cette quatrième image a un très faible degré de plausibilité. Dans le monde réel, l’animal sauvage aurait fui dès l’arrivée des ouvriers. Le sentiment qui se dégage de ce visuel est donc que l’animal est soit « collé » au tronc, soit que le processus d’abattage a été si rapide qu’il n’a pas eu le temps de fuir. Aucune de ces explications n’est vraisemblable et le caractère atypique de la situation signale ici l’existence d’une intégration conceptuelle.4 Deux espaces d’entrée sont mobilisés. Le premier concerne la forêt tropicale (rainforest) et son exploitation par l’homme. Le second concerne les animaux sauvages dont les forêts tropicales sont l’habitat. Une remarque s’impose : on pourrait penser que les animaux sont un élément à part entière de l’input ‘forêt tropicale’ et qu’il n’y a donc pas lieu de les placer dans deux espaces distincts. Cependant, le slogan établit explicitement une opposition entre la dimension végétale et la dimension animale. Sans cette opposition, en outre, il serait impossible de comprendre la situation présentée dans le visuel (si ce n’est en mobilisant les explications improbables déjà évoquées). L’abattage des arbres est en effet un processus qui concerne exclusivement la dimension végétale (input ‘forêt tropicale’) et non la dimension animale. Pour le dire autrement, l’exploitation forestière n’est pas censée s’apparenter, du moins dans un premier temps, au genre d’activité qu’on effectue dans un abattoir ou une boucherie. Par conséquent, le découpage de l'animal sauvage n’appartient pas à l’espace d’entrée ‘exploitation des forêts tropicales’ et il n’appartient pas non plus à l’espace associé aux animaux sauvages. Ce pourrait certes être le cas dans le scénario de la chasse ou du braconnage, mais aucun élément dans le hors-texte ou dans le titre ne fournit d’éléments en faveur de l’activation d’un frame de ce genre (de plus il resterait à expliquer le rapport avec l’arbre coupé, dans la mesure où la chasse ou le braconnage n’a pas vocation première à s’attaquer aux arbres). Le découpage simultané de l’arbre et de l’animal est donc le résultat d’une intégration : le frame de l’exploitation forestière est projeté dans l’espace intégrant avec tous ses actants typiques, à savoir un agent (bûcheron), un patient (arbre), un instrument (tronçonneuse), etc. Cependant, le frame hérite aussi d’un patient supplémentaire issu cette fois de l’espace de la faune sauvage. Dans le blend, deux patients (au lieu du seul patient attendu) sont alors soumis simultanément au même processus (techniquement, on parle de causal compression). Dans le cas présent, c’est donc la conjonction de l’animal et de l’arbre qui instancie le rôle de patient dans le blend. Mais d’autres stratégies sont possibles, comme celle mise en œuvre par WWF, et qui consiste à fusionner l’animal et l’arbre en une seule entité (on parle de compression to uniqueness). On obtient alors un patient insolite qui hérite à la fois des propriétés issues du domaine du vivant et celles issues du domaine végétal. Comme on peut le voir dans les exemples, le WWF a décliné ce patient atypique en plusieurs espèces sauvages (éléphant, girafe, alligator, etc.).

3.3. Situations et objets insolites

Figure 10. “Bomb” (Saatchi & Saatchi Romania, Bucharest, 2008)

25La figure du canard-lapin (et d’autres variantes telle que la Figure de Boring), rendue célèbre par Wittgenstein, est connue pour mettre en jeu une ambiguïté entre deux formes distinctes. Le visuel que nous examinons maintenant illustre une ambiguïté similaire à l’échelle du réseau d’intégration. Il représente une situation où un individu semble vouloir abattre un objet central qui ressemble à ce qu’on interprète dans un premier temps comme un arbre. Dans un second temps, on constate que l’arbre peut aussi être interprété (du fait de sa forme particulière) comme un champignon atomique. Comme dans les exemples précédents, deux espaces d’entrée sont mobilisés. Le premier porte sur le processus d’abattage des arbres et s’inscrit dans le domaine de la foresterie. Il est structuré par un frame où un agent (bûcheron) qui se sert d’un outil (hache) pour abattre un patient (arbre). Dans l’optique de Greenpeace, cette activité est l'une des causes qui conduit à la catastrophe climatique. Le second porte sur une explosion atomique et mobilise lui aussi une relation de causalité entre la catastrophe (nucléaire) et la chaîne d’événements qui conduisent à cette catastrophe. Les deux espaces d’entrée établissent donc une relation avec les deux sources principales de mobilisation de Greenpeace (combat contre la déforestation et contre le nucléaire). Sur la base de ces deux espaces, le blend présente toutefois une ambiguïté qui dépend de la manière dont la relation cause/conséquence est projetée/instanciée dans le blend. En termes simples, ce visuel nous amène à hésiter entre deux types de catastrophes (et donc deux types de causes) : soit la conséquence projetée dans le blend correspond à la catastrophe nucléaire, soit elle correspond à la catastrophe climatique. Si la catastrophe est nucléaire alors l’objet insolite penche du côté du champignon atomique et l’individu, du fait de sa posture, se conforme à l’injonction portée par le slogan. Il se rapproche du militant de Greenpeace qui tente « d’arrêter la catastrophe ». Il n’en reste pas moins que l’input de la déforestation reste en arrière-plan (le blend reste connecté à l’input de l’exploitation forestière), de sorte que le combat contre le nucléaire « prend les habits » de la déforestation, comme un écho au second combat de Greenpeace. Si la catastrophe est climatique, à l’inverse, l’objet central penche du côté de l’arbre. Dans ce cas, l’individu à droite de l’arbre est la cause de la catastrophe : il est l’agent à l’origine de la déforestation qui a elle-même pour conséquence le changement climatique. Par une compression à la fois causale et temporelle, le blend présente alors simultanément l’abattage de l’arbre et la catastrophe (qui prend la forme d’une explosion nucléaire). Dans cette optique, on pourrait concevoir l’individu qui va couper l’arbre comme similaire à celui qui va appuyer sur le bouton nucléaire.

26Dans le domaine de la perception visuelle, il n’est pas possible de voir le canard et le lapin en même temps. Dans le cas de la Figure 10, les choses sont plus compliquées. Cause et catastrophe changent selon l’optique adoptée de sorte que l’individu se trouve conceptualisé soit comme bûcheron exploitant (l’arbre vient occuper le devant de la scène) soit, et plutôt dans un second temps, comme militant écologiste (le champignon nucléaire est alors mis en avant). Dans la première interprétation (où l’individu correspond au bûcheron), ce qu'il faut stopper c’est la situation complète (un bûcheron abattant un arbre) avant que la catastrophe n’éclate, et celui qui doit s'en charger est sans doute la personne qui regarde l’affiche. Dans la seconde interprétation (selon laquelle la conséquence est instanciée par une catastrophe nucléaire et où l’individu est conçu comme militant), c’est l’individu dans l’image qui applique directement l’injonction contenue dans le slogan : il tente de stopper la catastrophe (avec des moyens dérisoires, certes, mais une grande détermination et beaucoup de courage). Cependant, le fait que la plupart des sujets voient d’abord un arbre avant de voir le champignon atomique semble nous éloigner de la situation du canard-lapin, où aucune des deux formes n’apparaît comme première par rapport à l’autre. Les deux interprétations ne sont donc pas exclusives l’une de l’autre mais s’enchaînent temporellement dans un certain ordre, nous amenant à parcourir successivement les deux combats principaux de Greenpeace et à les relier d’une façon originale. Le risque, dans un tel contexte, c’est que la personne qui regarde l’affiche ne finisse par compresser les deux interprétations dans le blend. Cette solution serait alors assez peu optimale dans la mesure où elle se traduirait par une fusion contrenature du bûcheron et du militant, identifiant ainsi deux catégories d’individus que Greenpeace souhaiterait sans doute plutôt voir opposées.

3.4. Situations qui paraissent normales mais qui ne le sont pas

Figure 11. (© WWF Thailand, 2009, https://www.dandad.org/​awards/​professional/​2009/​poster-advertising/​17219/​tree/​)

27Dans ce dernier visuel, la situation représentée ne contient aucun élément insolite et semble relativement “normale”. L’arbre, en particulier, n’est pas le résultat d’une compression avec un parapluie, un animal sauvage, une explosion nucléaire ou un système pulmonaire. Il n’est pas non plus une instanciation atypique d’un effet domino. Des ouvriers font une pause à l’ombre de son feuillage, et n’importe qui, après une dure journée de labeur (c’est manifestement le cas), en ferait autant. Sans la présence du logo et du titre (Forests for life), ce genre d’image ne déclencherait pas d’interprétation supplémentaire, si ce n’est en écho aux tableaux prenant pour thème le repos du paysan dans le contexte du travail aux champs (par exemple, Midi - Repos du travail de Van Gogh ou Reapers, Noonday Rest de Linnell). Cependant, le logo active un second espace d’entrée qui contient la vision écologique que le WWF porte sur la forêt, résumée dans le titre, et selon laquelle la forêt est une condition essentielle de la vie sur Terre. Dès lors, la scène, qui paraît “normale” à première vue, doit être relue à l’aune de cet autre espace d’entrée pour aboutir à une imagerie très différente. L’abri qu’offre le feuillage (projeté à partir de l’espace de la foresterie) doit désormais s’interpréter comme un abri plus général et plus abstrait où la vie sur Terre trouve des conditions de développement optimales (projeté depuis l’input associé à la conception que le WWF a de la forêt). Dans cette structure émergente, un certain nombre d’inférences, impossibles ou requérant une explicitation plus didactique – et donc moins percutante – si l’on s’en tient aux seuls espaces d’entrée, deviennent alors directement accessibles. C’est en particulier le cas de la sorte de folie inconsciente dont les ouvriers se rendent coupables, et qui est analogue à celle de cet individu qui coupe la branche sur laquelle il est assis. On notera que ce réseau d’intégration (et la structure émergente qui en découle) est aujourd’hui conventionnalisé dans le milieu du militantisme écologique : on en trouve de nombreuses instanciations (visuelles et/ou textuelles) sous la thématique générale du “dernier arbre”.

4. Discussion

28L’intégration conceptuelle est à notre connaissance le seul outil théorique permettant de rendre compte de la complexité conceptuelle des exemples que nous venons de passer en revue. Cependant, un reproche lui est souvent adressé : il s’agirait d’une théorie qui peut tout expliquer à bon compte et qui serait donc trop puissante du fait de ses contraintes faibles. Comme le souligne à juste titre Broccias dans une revue qui date de 2004, « the question obviously arises as to what is not blending. » (Broccias, 2004). C’est Gibbs (2000), un psychologue qui travaille à la fois dans le domaine de la psychologie cognitive et dans le cadre de la linguistique cognitive, qui émet les critiques les plus sérieuses contre l’intégration conceptuelle. En bon psychologue, il alerte sur le fait qu’il y a plusieurs principes qui sont fondamentaux en psychologie, mais qui ne sont pas respectés par la théorie de l’intégration conceptuelle.

29(i) L’importance de la falsification en psychologie nous conduit à la question de ce que la théorie prédit. Or, en l’état actuel, la théorie de l’intégration conceptuelle est essentiellement post-hoc et ne fait pas de prédiction qu’on pourrait vérifier (ou invalider).

30(ii) Une prédiction possible pourrait être que les stimuli qui exigent plus d’espaces et plus de projections conceptuelles seraient aussi ceux qui exigent un effort cognitif additionnel (classiquement mesuré par la méthode de la chronométrie mentale). Mais d’autres hypothèses peuvent expliquer les mêmes observations : fréquence des mots / des images, familiarité, âge d’apprentissage, etc., c’est-à-dire tous ces facteurs dont on sait qu’ils ont un impact important sur le traitement cognitif. Or, la théorie de l’intégration a tendance à faire comme si ces hypothèses alternatives n’existaient pas.

31(iii) L’absence de distinction entre processus de compréhension et produit de la compréhension proprement dite. Cela revient à se demander si tous les sujets ont réellement besoin de créer des espaces intégrés complexes pour comprendre, par exemple, l’image de la Figure 3 (le parapluie climatique) ? Ceci n’est pas démontré.

32(iv) L’absence de prise en compte des différents niveaux de représentation mentale. La notion de représentation mentale est très débattue en psychologie cognitive et l’intégration conceptuelle ne tient pas compte de ce débat.

33Dans cette discussion, nous revenons sur le bien-fondé de ces critiques.

34Le point qui nous semble important à prendre en considération est que la cognition humaine se caractérise par une course au sens, ou encore ce que Le Ny (2005 : 118) appelle un « bondissement au sens », dont on peut montrer expérimentalement l’existence, par exemple, grâce à l’effet Stroop. Un autre exemple, rapporté par Kleiber (2000 : 44), concerne le proverbe (4). Un étudiant qui n’en connaissait pas le sens originel l’avait réinterprété à sa façon et aboutissait à un résultat opposé à celui communément admis : ‘Quelqu’un d’actif ne devient pas gâteux’. Or, cette interprétation n’est pas moins optimale que la version “officielle”, et consiste simplement à doter la mousse d’un trait négatif et non souhaitable (contrairement à l’interprétation reçue, qui conçoit la mousse comme positive et souhaitable).

(4) Pierre qui roule n’amasse pas mousse.

35Il y a donc une raison très simple au fait que les principes d’optimalité qui règlent le processus d’intégration soient peu contraignants : notre capacité à « comprendre » une scène ou une phrase est elle-même peu contrainte et connait rarement l’échec (pour autant que l’image ou la phrase soient correctement formées).

36Afin d’examiner ce point de façon plus précise, revenons à la Figure 3. Comme nous l’avons déjà mentionné, la suppression du texte et du logo rend le visuel sous-déterminé. Mais sous-déterminé ne veut pas dire incompréhensible, puisque même sans ces indices linguistiques, la plupart des sujets trouveront un moyen de donner du sens à l’objet insolite : un objet décoratif, une tentative d’imitation des tableaux de Magritte, l’idée qu’un arbre permet de se protéger de la pluie, etc. Le texte et le logo sont donc à comprendre comme des indices qui orientent l’intégration vers un certaine solution. Mais quel est précisément la nature du mécanisme permettant cette sorte d’élagage conceptuel ?

37Le slogan They [anaphoriquement, les forêts, ou bien l’arbre du visuel qui les représente métonymiquement] are the climate umbrella of our planet est une occurrence d’une construction connue sous le nom de xyz construction et dans le cas présent, donne lieu à ce qu’il est convenu d’appeler une xyz metaphor dont (5) est un autre exemple (Fauconnier & Turner 2002, Turner 1991).

(5) Vanity is the quicksand of reason.

‘La vanité, c’est les sables mouvants de la raison’

38La métaphore xyz permet de mettre en place une relation d’analogie entre un x (vanity), un y (quicksand) et un z (reason) et conduit à inférer un élément w qui n’est pas mentionné dans la phrase. Dans le cadre de l’intégration conceptuelle, un premier espace d’entrée porte sur les caractéristiques humaines (vanité, raison, etc.) tandis que le second (moins abstrait) concerne le voyage et le danger que représente les sables mouvants. L’élément manquant w est alors le voyageur qui est issu du second espace d’entrée et dont le voyage est mis en péril par la présence de sables mouvants. Dans l’espace intégrant, nous disposons alors de deux éléments, raison/voyageur et vanité/sables mouvants, structurés par le frame du voyage (et des dangers afférents).

39Dans le cas du slogan de la Figure 3, les choses sont un peu différentes : comme nous l’avons dit, l’élément y correspond à une expression construite à partir d’éléments issus des deux espaces d’entrée (climate vient de l’espace écologie qui contient aussi forests et planet, tandis que umbrella vient de l’espace des parapluies). Une métaphore xyz standard aurait été la suivante : les forêts sont le parapluie de notre planète, qui donnerait toutefois lieu à une intégration beaucoup plus sous-déterminée dans la mesure où la nature de la protection offerte (qui correspond à l’élément w) ne serait plus aussi nettement spécifiée (les sujets auraient donc plus de latitude pour en identifier une). Dans la cas présent, w correspond à un principe d’équilibre complexe entre stockage du CO2 et réchauffement climatique, qui demanderait de longues explications pour être correctement rendu. Tout l’intérêt du slogan de la Figure 3 est justement de simplifier ce contenu en ciblant l’essentiel (le caractère protecteur) et d’en réduire la complexité par compression à l’aide de l’expression climate umbrella (techniquement, cet exemple illustre un principe d’optimalité que Fauconnier & Turner [2002] appellent Achieve Human Scale).

40Dans ce contexte, la question consiste à se demander s’il existe des variantes de la même affiche capables de provoquer de l’incompréhension, ou en d’autres termes, une variante dont les éléments ne pourraient plus être intégrés et qui, par conséquent, ne ferait plus sens pour les sujets. Considérons la Figure 12 dans laquelle un arbre de Noël se substitue à l’arbre original. Bien que ce soit toujours un arbre, il a aussi pour effet d’activer le schéma de la nuit de Noël avec tous ses actants et leurs relations. Une solution pourrait consister à interpréter l’affiche comme véhiculant un message du type : ‘du fait de l’abattage des sapins, la période de Noël s’avère être un désastre écologique’. Mais dans ce cas, on ne comprend pas pourquoi l’arbre de Noël est conçu comme étant une partie du parapluie (qui, du reste, est préférentiellement perçu comme fermé, du fait de sa forme), c’est-à-dire une partie du dispositif de protection alors qu’il est maintenant perçu comme l’origine de la menace. Un visuel dans lequel, par exemple, un grand nombre de sapins de Noël (décorés de la même manière) seraient abattus et traineraient sur le sol serait beaucoup plus cohérente avec ce genre de message. On pourrait aussi redonner un peu de cohérence à l’image en remplaçant le logo du WWF par une représentation du père Noël : ce serait alors le père Noël lui-même - pour qui l’arbre est nécessairement un sapin décoré - qui ferait passer un message de prévention contre la déforestation. Mais dans le cas présent, le schéma de Noël constitue bien un reste non intégrable qui a pour effet de rendre l’image difficilement compréhensible.

41Nous pouvons poursuivre cette expérience en faisant cette fois varier la partie qui correspond à l’artefact, en substituant par exemple au mât du parapluie le manche d’une brosse à dent et en adaptant le slogan de la façon suivante : They are the climate toothbrush of our planet (Figure 13). Les manipulations graphiques devant demeurer minimales pour contrôler l’effet de chaque composant graphique, l’objet insolite ainsi obtenu demande un léger effort d’imagination pour exploiter la similarité qui existe entre les branches d’un arbre et les poils de la brosse à dent.

42Quoi qu’il en soit, l’image pose à nouveau des problèmes importants au niveau interprétatif. En particulier, très peu d’éléments du dispositif de protection spécifiés dans l’espace d’entrée associé au brossage des dents (où nous avons affaire à un nettoyage par frottement dans le cadre d’une protection contre les caries) semblent correspondre aux éléments propres à w qui, rappelons-le, n’est pas mentionné dans le slogan mais doit être inféré sur la base de la xyz metaphor. Comme nous l’avons déjà dit, w correspond à un principe relativement abstrait qui met en jeu un équilibre complexe entre absorption du CO2, réchauffement climatique, etc. Or, dans le cas de la Figure 13, ce principe trouve très peu de contreparties dans le frame du brossage de dents. Plus grave encore, une conséquence bien connue d’un brossage régulier est l’usure de la brosse qui doit être remplacée au bout d’un temps limité, ce qui semble entrer en contradiction directe avec les objectifs qu’on suppose être ceux de WWF, puisque arbre et brosse sont compressés dans le blend. Si dans la Figure 12, le schéma de Noël posait un sérieux problème, ici, c’est donc le frame du brossage des dents qui reste difficilement intégrable et qui rend l’interprétation de l’image problématique.

43Les deux figures que nous venons d’évoquer ont en commun de ne pas respecter certains principes d’optimalité, en particulier relevance (dans l’ouvrage de 2002) ou good reason principle (dans la version de 1998). Le fait que de tels exemples “négatifs” puissent exister n’a pas fait l’objet, à notre connaissance, d’une grande attention de la part des chercheurs s’inscrivant dans le cadre de l’intégration conceptuelle. La plupart du temps, au contraire, on a surtout cherché à souligner le caractère très ouvert de l’intégration en mettant en avant le large spectre des interprétations possibles pour un même énoncé (en fonction des attentes, du contexte, de l’arrière-plan culturel, etc.). Les Figures 12 et 13 montrent pourtant que si le processus d’intégration est un mécanisme très puissant, il connait toutefois des limites intrinsèques dont il faudrait vérifier qu’elles correspondent aussi à celles des sujets humains. Dans cette optique, des figures équivalentes à 12 et 13 (en contraste avec la Figure 3, où l’intégration est optimale), mais plus simples et mieux contrôlées, pourraient constituer un matériel expérimental permettant de tester les principes constitutifs de l’intégration conceptuelle et rendre la théorie minimalement falsifiable. En particulier, elles permettraient de tester avec précision les différents principes d’optimalité qui gouvernent l’intégration. En retour, de telles expériences pourraient permettre de préciser la contribution exacte de chaque principe d’optimalité, leur potentiel recouvrement et leur possible relation d’interdépendance (afin d'éviter le risque d’un effet confondu entre principes distincts). Rappelons à ce propos que le nombre des principes d’optimalité a pu varier d’une publication à l’autre : s’ils sont cinq dans Fauconnier & Turner (1998), ils passent à huit dans l’ouvrage de 2002 (compression, topology, completion, promoting vital relations, web principle, unpacking, relevance, recursion), ce qui semble indiquer que leur inventaire n’est pas stabilisé. L’idéal serait donc de focaliser son attention sur l’un de ces principes et de proposer un stimulus (image et/ou texte) où il a une valeur maximale et une seconde où sa valeur est minimale (tout en maintenant constant les autres principes d’optimalité, ce qui n’est pas une mince affaire dans la mesure où ils sont souvent interdépendants), puis vérifier que ces deux conditions ont un effet mesurable (en comportemental ou non). Certes, la constitution d’un tel matériel peut s’avérer difficile à élaborer et exiger un niveau de précision dans la définition de chaque principe qui n’est sans doute atteint ni dans l’article de 1998 ni dans l’ouvrage de 2002. Mais c’est le prix à payer pour que l’intégration conceptuelle passe le cap de la simple théorie pos-hoc et puisse prétendre au statut de théorie falsifiable.

5. Conclusion

44En s’inscrivant dans une tradition qui remonte (au moins) à Bartlett 1932, l’intégration conceptuelle fait le choix de travailler sur des représentations mentales riches et complexes. En cela, elle s’oppose aux approches formelles ou structuralistes qui réduisent le sens à une valeur de vérité ou à une liste de traits distinctifs. Pareil choix ouvre toutefois la porte à des dynamiques difficilement prédictibles (ce qui est valable pour l’ensemble de la sémantique cognitive, mais qui prend un tour extrême dans le cas de l’intégration conceptuelle). Le processus d’intégration n’est donc pas déterministe et varie en fonction de nombreux paramètres : activation de tel ou tel contenu dans un espace mental donné, sélection de contreparties dans deux espaces d’entrée, projections sélectives vers l’espace intégrant, etc. Par exemple, si une même xyz construction a pour effet d’activer la recherche d’un w, ce w peut toutefois varier considérablement selon les contenus activés, les projections réalisées, etc., et donner potentiellement lieu à des résultats très différents (Fauconnier & Turner 1991 : 167). Le haut degré d’ancrage cognitif (entrenchment) d’un espace mental (par exemple, l'utilisation d’un parapluie) ou d’un réseau d’intégration complet (par exemple, la thématique du dernier arbre) peut certes contraindre le processus d’intégration mais, dans l’ensemble, Fauconnier et Turner insistent surtout sur la très grande latitude de l’imagination et la multitude de choix différents qu’elle peut faire. Les seules contraintes qui s’appliquent à ce dispositif sont les principes d’optimalité, ce qui permet de pouvoir ordonner les différentes solutions entre elles (sur une échelle d’optimalité). Cependant, nous suggérons aussi qu’il existe des données « négatives » (c’est-à-dire pas ou très peu optimales) qui constitueraient une assise solide sur laquelle on pourrait s’appuyer pour rendre la théorie falsifiable. S’il est vrai que l’arbre formel cache la forêt conceptuelle, il faut toutefois veiller à ne pas s’y perdre.

Haut de page

Bibliographie

Barsalou, L. W. (1992). Frames, concepts, and conceptual fields. In A. Lehrer & E. F. Kittay (Éds.), Frames, fields, and contrasts : New essays in semantic and lexical organization (p. 21‑74). Lawrence Erlbaum Associates, Inc.

Bartlett, F. C. (1932). Remembering : A study in experimental and social psychology. Cambridge: Cambridge University Press.

Broccias, C. (2004). Book reviews. Cognitive Linguistics, 15(4), 575‑594. https://doi.org/10.1515/cogl.2004.15.4.575

Coseriu, E. (2000). Structural semantics and « cognitive » semantics. Logos and Language : Journal of General Linguistics and Language Theory, I, 19‑42.

Coulson, S., & Kutas, M. (1998). Frame-shifting and sentential integration (UCSD Cognitive Science Technical Report Postscript Version 98.03).

Coulson, S., & Kutas, M. (2001). Getting it : Human event-related brain response to jokes in good and poor comprehenders. Neuroscience Letters, 316(2), 71‑74. https://doi.org/10.1016/S0304-3940(01)02387-4

Desagulier, G. (2005). Modélisation cognitive de la variation et du changement linguistiques. Thèse de doctorat. Université de Bordeaux. https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01393210

Fauconnier, G. (1994). Mental Spaces: Aspects of Meaning Construction in Natural Language. Cambridge : Cambridge University Press.

Fauconnier, G. (1997). Mappings in Thought and Language. Cambridge : Cambridge University Press.

Fauconnier, G. & Turner, M. (1998) Conceptual Integration Networks. Cognitive Science 22:133-187.

Fauconnier, G. & Turner, M. (2002) The Way We Think : Conceptual Blending and the Mind's Hidden Complexities. Basic Books. New York.

Fillmore, C.J. (1975). An alternative to checklist theories of meaning. In Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society, vol. 1, 123–131.

Fillmore, C.J. (1977). Topics in lexical semantics. In R. Cole (Ed.) Current Issues in Linguistic Theory. Bloomington : University of Indiana Press, 76-138.

Fillmore, Charles (1982) ‘Frame semantics’, in Linguistic Society of Korea (ed.), Linguistics in the Morning Calm. Seoul: Hanshin Publishing, 111–37.

Fillmore, C. J. (1985). Frames and the semantics of understanding. Quaderni di Semantica, 6(2), 222‑254.

Fodor, J. (1983). The Modularity of Mind. Cambridge : Cambridge University Press.

Gibbs Jr., R W. (2000). Making good psychology out of blending theory. Cognitive Linguistics 11. 347-358. doi:10.1515/cogl.2001.020

Katz, J & Jerry A Fodor. 1963. The structure of a semantic theory. Language 39(2). 170–210.

Kleiber, G. (2000). Sur le sens des proverbes. Langages, 139, 39‑58.

Lakoff, George. 1987. Women, Fire, and Dangerous Things: What Categories Reveal about the Mind. Chicago : University of Chicago press.

Le Ny, J.-F. (2005). Comment l’esprit produit du sens. Éditions Odile Jacob.

Loftus, E. F., & Palmer, J. C. (1974). Reconstruction of automobile destruction : An example of the interaction between language and memory. Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior, 13(5), 585‑589. https://doi.org/10.1016/S0022-5371(74)80011-3

Mervis, Carolyn B & Eleanor Rosch. 1981. Categorization of natural objects. Annual review of psychology 32(1). 89–115.

Minsky, M. (1975). A Framework for Representing Knowledge. In P. H. Winston (Éd.), The Psychology of Computer Vision. McGraw-Hill.

Minsky, M. (1985). The Society of Mind (1. Touchstone ed). Simon & Schuster.

Rosch, Eleanor. 1978. Principles of categorization. In Eleanor Rosch & Barbara B. Lloyd (eds.), Cognition and categorization, 27–48. Hillsdale, N.J.: Lawrence Erlbaum Associates.

Rosch, Eleanor & Carolyn B Mervis. 1975. Family resemblances: studies in the internal structure of categories. Cognitive psychology 7(4). 573–605.

Rumelhart, D. E. (1980a). Schemata : The Building Blocks of Cognition. In R. J. Spiro, B. C. Bruce, W. F. Brewer, R. J. Spiro, B. C. Bruce, & W. F. Brewer (Éds.), Theoretical Issues in Reading Comprehension : Perspectives from Cognitive Psychology, Linguistics, Artificial Intelligence and Education. Erlbaum. http://ebookcentral.proquest.com/lib/qut/detail.action?docID=5122947

Rumelhart, D. E. (1980b). Understanding understanding (No 8101). Center for Human Information Processing, UNiversity of California, San Diego La Jolla, California.

Rumelhart, D. E., & Ortony, A. (1977). The Representation of Knowledge in Memory. In R. C. Anderson, R. J. Spiro, & W. E. Montague (Éds.), Schooling and the Acquisition of Knowledge (1re éd.). Routledge. https://doi.org/10.4324/9781315271644

Schank, R. C., & Abelson, R. P. (1977). Scripts, plans, goals and understanding : An inquiry into human knowledge structures (Repr). Psychology Press.

Turner, M. 2000. « L’invention du sens ». Leçon donnée au Collège de France le 13 juin 2000. https://markturner.org/cdf/cdf2.html

Haut de page

Notes

1 Cet exemple et l’analyse qui suit sont repris de la thèse de l’un des auteurs (Desagulier 2005). Quelques modifications sont ici apportées par rapport à l’analyse originale.

2 Le lien entre ces différentes notions est abordé et référencé en début de Section 2

3 On fera remarquer que l’image pourrait se traduire linguistiquement par une xyz metaphor (cf. infra) : La déforestation est le cancer (des poumons) de la planète. L’analogie permet de rendre compte de l’image avec un pouvoir explicatif équivalent au blending. Selon Philippe Monneret (communication personnelle), il s'agit d'une analogie homogène, fondée sur la similitude entre l’image de la forêt amputée d’une partie de ses arbres et une représentation idéalisée (donc simpliste) des poumons humains. Cette similitude repose sur trois propriétés communes : la forme des organes, leur symétrie et la présence de bronches/chemins. A partir de cette similitude, le passage à la limite, typique de l’analogie, traite la forme comme s’il s’agissait de poumons humains. On passe alors de la similitude à l'identification, l'analogie étant définie comme un processus d'identification motivée par la présence d'une similitude. Par conséquent, l’altération d'une partie de la forêt peut être interprétée comme une altération des poumons, donc comme le stéréotype de l'altération pulmonaire qu'est le cancer des poumons. L'analogie avec le cancer évoque une autre idée : la progression. Le cancer est supposé progresser, car rien dans le visuel n'évoque un éventuel processus de guérison. Philippe Monneret relève également qu’hors-contexte, l’image peut être interprétée comme faisant partie d’une campagne anti-tabac, donc de sensibilisation au risque de cancer des poumons. Seul le contexte permet de bloquer cette réversibilité. Pour une comparaison entre le blending et l’analogie, nous renvoyons le lecteur à la contribution de Mariangela Albano et de Philippe Monneret dans le même numéro.

4 La surprise est un déclencheur de l’intégration conceptuelle. Sur ce point, on peut consulter les travaux de Coulson et Kutas (1998, 2001) sur le frame-shifting. Dans la même optique, on notera que Minsky (1980) notait déjà le rapport qui existe entre humour et frame-shifting (p. 185‑186).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Cadre interprétatif dans un espace de base
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-1.png
Fichier image/png, 35k
Légende Figure 2. Projection inter-espaces
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-2.png
Fichier image/png, 96k
Légende Figure 3. Blend
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-3.png
Fichier image/png, 88k
Légende Figure 3.
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Figure 4.
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Figure 5. WWF: Deforestation & lungs campaign (Advertising Agency: TBWA/Paris, 2008).
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende Figure 6.
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Figure 7.
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 8.
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 9.
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Figure 10. “Bomb” (Saatchi & Saatchi Romania, Bucharest, 2008)
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Figure 11. (© WWF Thailand, 2009, https://www.dandad.org/​awards/​professional/​2009/​poster-advertising/​17219/​tree/​)
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure 12.
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Figure 13.
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/15980/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Gréa et Guillaume Desagulier, « Arbre formel ou forêt conceptuelle ? »Corela [En ligne], HS-39 | 2023, mis en ligne le 09 juin 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/corela/15980 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corela.15980

Haut de page

Auteurs

Philippe Gréa

UMR 7114 MoDyCo, Université Paris Nanterre

Articles du même auteur

Guillaume Desagulier

UMR 7114 MoDyCo, Université Paris 8, Université Paris Nanterre, Institut Universitaire de France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search