Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21-1Pour une pragmatique de 2nd degré...

Pour une pragmatique de 2nd degré : le système des auxiliaires modaux en anglais

Catherine Douay et Daniel Roulland

Résumés

Les auxiliaires modaux anglais sont généralement présentés comme la prise en charge subjective de l’énoncé. Cela complète avantageusement les catégories logiques classiques par la prise en compte de faits axiologiques et intersubjectifs. Cependant, s’il n’y a que des prises en charge subjectives, comment expliquer en contrepartie l’objectivité relative du sémiotique ? Cet article essaie d’apporter des réponses en évitant la circularité de l’histoire ou de la convention. L’objectivité n’est pas un héritage du passé, mais un produit de l’activité communicationnelle en contexte présent. Il convient donc de distinguer soigneusement l’interprétation subjective du signe en contexte effectif de sa construction et de son adaptation dans la langue. Une définition dynamique du système du langage telle que la propose la Théorie de la Relation Interlocutive (Douay & Roulland 2014) permet d’expliquer ensemble et de relier les deux versants de l’Acte de langage, l’usage d’un côté et la construction systémique de l’autre. Le système modal anglais est particulièrement révélateur à cet égard.

Haut de page

Texte intégral

[Mais] le réel perçu ne fait pas monde. Tout ce qui est perçu aurait beau être perçu dans sa réalité, ce serait une réalité lisse et monotone, qui ne pourrait pas elle-même être saisie, au deuxième degré, comme étant réelle ou comme faisant un tout, dépourvue qu’elle serait de la négation et des idées de possibilité et de nécessité. Tout le réel, sans reste, aurait beau être perceptible par la vue, l’ouïe, le toucher ou autres, cela ne nous donnerait pas encore le monde, c’est-à-dire une structure totale d’entités objectives et un milieu commun à tous. (Francis Wolff, 2020 : 13)

Introduction1

  • 1 Nous remercions nos relecteurs de CORELA, dont les observations nous ont permis de préciser les poi (...)
  • 2 Gosselin (2017 : 97) relève dans le prolongement des travaux de F. Brunot une « tradition spécifiqu (...)
  • 3 Pour Bally, le dictum et le modus sont les deux parties qui constituent la « phrase explicite », et (...)
  • 4 La perspective strictement linguistique qui nous intéresse ici est à distinguer soigneusement « des (...)
  • 5 Selon Gosselin (2010 : 467), il s’agit « d’inscrire une représentation dans un discours ». Par cett (...)

1L’étude de la modalité verbale est partagée entre deux grandes orientations selon la manière dont on distingue dictum et modus2. D’une part, la tradition logique du possible et du nécessaire entretient ce que Gosselin (2010) appelle des conceptions « étroites ». D’autre part, des conceptions « larges » s’intéressent aux attitudes du locuteur vis-à-vis du contenu propositionnel. Selon Bally (1932), l’énoncé se présenterait ainsi d’abord comme une représentation virtuelle, une « vue de l’esprit » (le dictum), qui devrait être « actualisée » en contexte par un sujet évaluateur3. Les données linguistiques4 montrent de nombreux phénomènes qui touchent davantage à la validation des énoncés qu’à leur actualisation. La question reste de savoir ce qui est « validé ». Le dictum est-il, comme l’écrit Vion (2004 : 98), un énoncé mis « à distance » afin de verbaliser une « réaction » à son propos ? Est-ce qu’il s’agit d’un « fait » qu’on évalue (Cherchi, 1988 : 26) ? Est-ce, comme l’écrit Benveniste (1974 : 187), l’énoncé d’une relation qu’on affecte d’une « assertion complémentaire », et pour quelle raison ? Plus généralement, les modalités linguistiques sont-elles, comme les définit Gosselin (2010), des « modes de validation des représentations »5 ?

  • 6 La notion de communication est interprétée de diverses manières, mais assez généralement comme une (...)

2Les voies d’exploration sont très nombreuses. L’une d’elles demeure peu frayée, qui est celle d’une définition systémique des modalités, où les interactions s’organisent dans un rapport complexe entre sous-systèmes et système global. Le problème est que, dans cette hypothèse, le degré d’auto-détermination et d’auto-référence que le langage-système devrait posséder est très élevé. La logique ne peut pas apporter de solution, pas davantage que des conceptions fondées sur des images mentales individuelles que le langage publierait. Et inversement, si les catégories linguistiques étaient déterminées par la logique ou l’usage, le langage ne pourrait pas être un système faute d’auto-référence. Si la diversité des langues ne correspond pas à l’unité de la raison, on voit aussi que l’usage manifeste toujours une interpénétration inextricable entre sens linguistique et valeur communicationnelle6 sans qu’il soit possible d’en fixer précisément la démarcation.

3C’est cette interpénétration que cette étude essaie d’explorer et qu’elle souhaite expliquer par la nature systémique du langage. Dans ce cadre, c’est l’interaction entre les acteurs de la communication qui détermine à la fois les formes de langue, leur propre statut d’acteur et la façon dont ils observent le monde. C’est de cette interaction que naissent les choses, et non l’inverse. Ce que les acteurs perçoivent et conçoivent prend forme par le langage, et si les objets du langage correspondent aux objets du monde, c’est parce que les systèmes sont eux-mêmes des réalités du monde :

[En effet,] le langage qui nous permet de dire le monde ne nous lie à des objets qu’à mesure qu’il nous lie en même temps à des interlocuteurs qui en parlent aussi. La conséquence en est qu’il est impossible de parler à quelqu’un sans présupposer qu’il y a une même chose dont on parle. L’objectivité est une donnée immédiate de l’interlocution [...]. Nous ne parlons peut-être que pour pouvoir vivre dans un monde commun. (souligné dans le texte) (F. Wolff, 2020 : 19) 

4Le système est donc pragmatique par nature, pourrait-on dire. Et pour éviter les réductionnismes du « tout-structural » comme du « tout-pragmatique », on doit considérer avant toute chose le point de « fusion » que constitue l’usager en situation interactionnelle, avec le tout premier réseau communicationnel qu’est le rapport interlocutif.

5Meunier (1974 : 8) explique très justement que la modalité est un domaine « saturé d’interprétations » et « renvoie à des réalités linguistiques très diverses ». Par conséquent, « [P]arler de modalités, sans plus de précisions, c’est s’exposer à de graves malentendus ». Nous avons donc restreint l’étude aux verbes auxiliaires de mode en anglais, compte tenu de leur place très importante dans son système verbal.

1. Le processus d’objectivisation

6Gosselin formule une définition générale particulièrement utile :

Nous définirons, en première approximation, la modalité comme la relation qui unit une proposition à une instance qui lui confère sa validité. Selon cette définition générale toute proposition assertée se trouve donc énoncée sous une modalité déterminée (…). Ainsi dire il pleut c’est présenter une proposition comme objectivement vraie au moment où elle est énoncée – même si l’on sait par ailleurs (en fonction de considérations non linguistiques) que ce jugement est fondé sur une croyance ou sur une perception du sujet qui l’énonce. (Gosselin, 2001 : 5)

7Le dictum se distinguerait ainsi du modus par le besoin d’être « validé » du fait de son origine mentale dans le sujet. Ceci expliquerait la permanence du lien dictum / modus : toute la finesse de nos évaluations proviendrait d’un large espace modal entourant nécessairement une proposition initiale qui serait objectivisée en retour. Reste cependant la question de cette « objectivisation ». Reste aussi la problématique de l’émergence de la représentation à son stade individuel initial : la structuration de cette représentation implique des opérations qui ne peuvent pas être distinctes de l’organisation du langage, réputé chargé de les manifester. Aussi Culioli (1999a) maintient-il à juste titre une forme d’actualisation liée au sujet « agissant ». Filippi-Deswelle (2019 : 13sq) explique à ce propos comment l’énoncé demande de la part du sujet un ajustement à ses représentations aussi bien qu’à celles d’autrui : la modalité est une « opération de mesure », et le sujet est un « asserteur-mesureur ». Le statut du co-énonciateur est ainsi tout à fait capital dans le repérage, même si, dans la citation de Culioli qu’elle mentionne, « autrui » est placé entre parenthèses :

(…) l’origine de cette situation réside sans nul doute dans la triple activité de représentation, référenciation, et régulation, où se noue l’ordre temporel avec l’aspectuel et le modal. On pourrait même avancer la proposition, certes conjecturale, que la catégorie de la modalité se construit d’abord à partir de la représentation du sujet comme agissant sur le monde (et sur autrui) ; d’où la représentation linguistique de l’assertion, de l’injonction, de l’interaction, qui ont, pour socle, la téléonomie, la valuation, la capacité d’agir, donc de vouloir faire, ou l’expérience de subir. (Culioli, 1999a : 173 ; cit. Filippi-Deswelle, 2019 : 16)

8Dans une définition systémique du langage, les choses sont différentes en ce qu’autrui doit être mis en première place, avant même le sujet, au sens où c’est le rapport entre les deux actants qui les détermine eux-mêmes en tant que tels. Ainsi, le modèle interlocutif de la TRI (Théorie de la Relation Interlocutive, Douay & Roulland 2014) poursuit le questionnement sur la question de l’objectivisation. Il introduit en effet une exigence préalable : pour qu’un « sujet » puisse « évaluer » son énoncé et en signaler la « mesure » d’adéquation avec une « bonne » valeur, il faut qu’il dispose d’un matériau linguistique qui lui permette de différencier radicalement l’énoncé mesurant de l’énoncé mesuré. Et il faut que cela se fasse à un autre niveau qu’à celui de l’activité effective en contexte. La « subjectivité » d’un énoncé peut dans la pratique être postulée, du fait de l’individualité de l’énonciateur, ce qui donne une assiette solide à l’approche énonciativiste. Mais la question de l’objectivisation demeure en partie irrésolue.

  • 7 Pennec (2021: §54) rappelle l’importance de cette boucle pour la TOE: « […] si je produis du texte, (...)

9Dans la triade élémentaire sujet – monde - autrui, la clé de l’objectivité ne peut pas être le monde qui, précisément, reste en permanence à connaître. Mais le sujet ne dispose pas, a priori et à lui seul, des moyens qu’il lui faudrait pour sortir de sa subjectivité foncière et prendre la distance requise par rapport à sa propre activité. Il ne reste donc qu’autrui qui puisse détenir cette clé, et pas simplement en tant que sujet « autre », car cela reviendrait à la situation individuelle. Il doit donc y avoir une forme de coordination et de connectivité entre le sujet et autrui, raison pour laquelle Culioli introduit le « co-énonciateur » et la « boucle sémiotique7 ». Mais il doit y avoir en plus et surtout une forme de connectivité transcendante, en quelque sorte, entre ces deux partenaires par rapport au monde. C’est précisément cette connexion qui constitue le signe linguistique.

  • 8 Benveniste (1966 : 260) parle de « polarisation » mais récuse l’égalité et la symétrie entre les de (...)

10La solution du modèle de la TRI est que sujet et autrui sont en relation de symétrie8, c’est-à-dire que toute modification de l’un entraîne une modification inverse chez l’autre relativement au pivot central du signe. C’est une relation d’équivalence qui respecte à la fois l’identité des deux termes opposés (ils sont structurés de la même manière) et leur différence (ce sont des entités distinctes, donc des centres de contextualité distincts). Cette relation de symétrie peut donc se figurer comme une équation spécifique, que nous appelons la relation interlocutive. Ce qu’on peut appeler l’objectivité trouve sa raison d’être dans cette symétrie entre le sujet et autrui car, au-delà de leurs différences, le signe commun, qui effectue une sélection commune, échappe à l’individualité. Et, démultiplié par autant d’interlocuteurs que l’on veut, ce signe s’objectivise à proportion. L’équation interlocutive peut donc se résumer à l’équivalence [signe pour soi = signe pour autrui].

11Dans ce rapport, autrui ne peut pas être un « autre sujet », pas plus que le sujet ne serait un « autre autrui », sauf à retourner l’opération et la refaire. Les deux actants sont unis par le même signe dans le même rapport qui les construit ensemble et les distingue en même temps de part et d’autre. À ce niveau de connectivité, les deux organismes individuels effectivement engagés dans le monde deviennent les deux faces symétriques intégrées d’une même et unique instance qui est le système proprement dit (le système du signe linguistique), et notre équation peut alors s’écrire avec des variables comme [α = β].

  • 9 Pour cette raison, la notion d’unité est la clé principale des opérations linguistiques, y compris (...)

12Le fait que deux organismes distincts (les interlocuteurs) deviennent les deux parties symétriques α et β d’une même instance structure celle-ci au 2nd degré. L’étude systémique du langage est alors possible selon deux principes simples. Le premier est que la description linguistique doit être basée sur la pragmatique de l’usage en contexte, dont la « langue » est la forme objectivisée. Le second est qu’on doit rendre compte des procédures d’objectivisation par une intégration symétrique dans un système dynamique de structuration du « discours ». La problématique communicationnelle du langage résout ainsi le paradoxe de la connectivité de deux entités distinctes en faisant systématiquement UN de DEUX9.

  • 10 Guillaume accordait la première place en système au rapport entre puissance et effet. Mais la notio (...)

13Pour ce qui nous intéresse ici, l’équation interlocutive montre que, dans le système connectif qui intègre les interlocuteurs, le locuteur est en relation avec son propre symétrique. On peut comprendre en ce cas pourquoi la modalité est inséparable de l’énoncé : elle marque le rapport de 2nd degré que le locuteur entretient lui-même avec sa propre expression, dès les premières étapes de sa construction. Un deuxième fait est que les personnes empiriques en contexte d’usage effectif sont, par le signe qu’elles utilisent, des parties symétriques « objectivisées » du système, mais elles sont aussi chacune une entité effective entière, qui détient l’intégralité du système et en dispose individuellement. Par conséquent, entre le signe du système et le signe du contexte d’usage s’installe par définition une interprétation obligée10, qui se développe sur les ressources communicationnelles dégagées par le système. Par conséquent, cette interprétation est une variante contextuelle d’adaptation aux circonstances et aux actants réels et ne peut pas être confondue avec la valeur invariante et systémique du signe, même alors qu’elle en relève directement.

2. Configurer la relation interlocutive

  • 11 Gosselin (2010 : 26) parle de la modalité épistémique comme « pragmatiquement inférée ».

14Dans notre perspective interlocutionnelle, le point de départ de la modalité linguistique n’est pas le rapport sujet-objet, mais le rapport interlocutif. Les modalités de type aléthique et épistémique sont des interprétations contextuelles11 et les enjeux interactifs n’en sont jamais véritablement absents.

  • 12 Voir Douay & Roulland (2019 : §38). Dans une perspective énonciative. les types de modalité sont na (...)
  • 13 « [C]’est le langage qui fait du réel un monde. [...] Le monde, c’est le réel appréhendé comme un t (...)

15La perspective systémique est d’abord une désubjectivisation12. La relation interlocutive met en effet en rapport les deux « contextualités» distinctes que sont les références et les interprétations de chacun des interlocuteurs, car il s’agit de personnes parlantes et écoutantes différentes, qui occupent des espaces et des temps vécus séparément. Ce rapport constitue donc une instance de contact vécu qui est, de ce même fait, problématique, car les interlocuteurs ignorent a priori leurs états respectifs. Ils doivent se coordonner par une connexion mutuelle qui est la communication, que le langage systématise13. Faute de cela, leurs appréciations respectives resteraient rudimentaires et probablement non conscientes. Dell Hymes (1981), dans le domaine sociologique de l’interaction et de la négociation du sens, nous rappelle très justement à ce sujet que le sens se partage, mais que ce partage ne peut pas nous être simplement donné (cf. Douay, 2000). C’est forcément un processus (sharing process).

  • 14 Nous reprenons l’expression de Francis Jacques qui parle de « l’improbable accord de deux totalités (...)
  • 15 « Le langage ne se contente pas de totaliser le réel, il le constitue en entités « objectives » - e (...)

16Dans le domaine linguistique, le processus interconnecte les ensembles « mentaux » de perceptions et d’actions, qui sont vécues et interprétées subjectivement. Tout en étant organiquement similaires, ces ensembles « mentaux » de perceptions et d’actions vécues individuellement sont a priori « privés14 », dans le sens où ils ne résultent jamais exactement des mêmes sélections d’objets sur les mêmes fonds, et ne sont pas nécessairement compatibles. Par conséquent des « accordances » formelles nécessaires sont réalisées par l’interconnexion et comme elles n’existent pas a priori, la connexion est une opération à renouveler en permanence. Les termes communiquants α et β disposent donc tous deux d’un médium communicationnel qui fait et refait constamment le lien entre eux. Le réel, peut-on dire avec F. Wolff (2020 : 16), « devient monde parce qu’on en parle à quelqu’un15».

17Ce médium, c’est le signe linguistique, élément commun interconnectif, utilisé par chacun de la même manière avec la même valeur. Aucune communication n’est possible entre les termes communiquants s’ils ne disposent pas de ce signe à valeur égale. Il est donc illusoire de définir le sens ou la valeur d’un signe « en soi » de manière statique. Tout signe donne lieu à des interprétations dont on peut d’ores et déjà discerner les contours. À l’interprétation α du locuteur, premier et promoteur, traitant de son univers propre, on peut ajouter l’interprétation β de l’interlocuteur, avec une détermination inverse. Cela fait deux interprétations symétriques. Il faut un support formel commun, libre de toute contextualité particulière, ce qui fait une troisième interprétation pivotale.

  • 16 Un de nos relecteurs rappelle que c’est « plutôt la fluctuation et la plasticité qui sont inscrites (...)

18On conçoit à la fois le caractère conceptuel de cette troisième interprétation désubjectivisée et décontextualisée, mais aussi son caractère obligé, qui permet incidemment de comprendre la problématique de l’actualisation : si tout emploi du signe donne lieu à trois interprétations possibles, dont une centrale et commune, les valeurs α et β peuvent aussi apparaître comme des individualisations de cette valeur commune, et des mises en contexte alternatives. En réalité, c’est le vécu individuel, analysable selon les interprétations α et β, qui est objectivisé par la forme sémiotique commune dans les conditions détaillées plus haut. Cette forme apparaît dans son état dictionnairique, figé et virtuel, grâce à la recension lexicographique qui détermine une moyenne des emplois. Cette manière de voir explique surtout à quel point chaque emploi d’un signe le déstabilise16 et prépare de futures évolutions.

19Il est essentiel cependant de ne pas confondre les termes systémiques α et β avec des interlocuteurs empiriques. Au niveau systémique, α et β déterminent des angles d’observation à partir desquels peuvent s’établir et se structurer par interprétation les points de vue des personnes réelles en rapport d’interaction effective. Mais la raison d’être du système reste l’objectivisation des situations et personnes réelles, seul moyen d’assurer la pérennité et l’universalité de la communication. La désubjectivisation consiste donc à prendre toutes les distances possibles par rapport aux contextes effectifs de l’interaction. Le système établit des types de contextualisation libérés des contextes réels pour que le rapport interlocutif puisse avoir lieu. Pour éviter tout risque de confusion, la notion de contextualité désigne l’univers de chacun des termes communiquants α et β au niveau systémique, et contexte d’usage le contexte effectif en jeu lors de l’utilisation du signe basé sur l’interprétation. Nous nous proposons ainsi de montrer que les auxiliaires modaux anglais relèvent d’un système interlocutif de constructions de langue dont les termes premiers sont les termes communiquants α et β et la relation interlocutive qui les associe. Les notions de pouvoir et devoir sont directement générées par les opérations du système sur lui-même, et à ce titre, ce sont des notions strictement linguistiques.

  • 17 L’apparence de fixité d’un système (par exemple le maintien sur plusieurs générations d’un même éta (...)
  • 18 L’approche fonctionnaliste de Jakobson est un très bon exemple.

20En résumé, l’équation [α = β] est une relation entre interlocuteurs que l’interprétation contextuelle et le tour de parole adaptent sans cesse. C’est pour cela que le sens est toujours interprétatif. Un système est tout le contraire d’une structure fixe : c’est une opération permanente d’adaptation17. On peut opposer ainsi deux grandes tendances dans sa définition. Selon une approche qu’on peut appeler « interactionniste », un système serait un groupement relativement fortuit et chaotique d’éléments individuels qui interagissent, et ces interactions élémentaires font évoluer l’ensemble globalement (Rieu, 1991 : 222). Selon ce type d’explication, la question du système est empirique, et les règles ou « lois » linguistiques proviennent de sédimentations d’usages et de routines. L’approche inverse, « fonctionnaliste », considère qu’il s’agit d’un ensemble d’éléments organisés en rapport les uns avec les autres de manière à remplir une certaine fonction18. Ni l’une ni l’autre de ces définitions n’est viable à terme. En effet, le hasard et le chaos sont contraires à l’organisation, et chaque interaction engage une disruption de l’état initial. Inversement, le fonctionnalisme postule bien une forme d’intégration, mais n’a pas d’explication interne pour les fonctions communes. Son programme revient à transposer dans le système linguistique des déterminations exogènes et à rigidifier l’organisation, ce qui est contraire à l’adaptation.

21En revanche, ces deux tensions ont chacune un aspect positif : la disruption est aussi essentielle pour l’adaptation que la rigidification l’est pour la continuité. Si une relation parvient à les faire se compenser l’une l’autre, c’est-à-dire si elles peuvent être intégrées dans un même ensemble commun, et relativisées l’une par rapport à l’autre, alors nous avons un système. C’est pour cette raison que le système est toujours de 2nd degré, ce que les définitions courantes ne prennent pas en compte. Disruption et rigidification sont bien utilisables si on les fait s’appliquer non pas à des individualités, mais à des couples interconnectés, où chaque terme est relatif à la même connexion. En effet, le couplage interactif, s’il est calibré et délimité de manière unitaire, est à même de donner une même assiette à deux opérations qui sont pourtant intégralement concurrentes. C’est exactement ce que fait le signe et ce que nous allons examiner maintenant.

  • 19 Pour une étude détaillée des trois configurations, voir Douay & Roulland (2014).

22Nous voyons ainsi se profiler le système linguistique général : une égalité symétrique entre les deux polarités α et β, images des interlocuteurs, avec 3 configurations possibles selon l’angle d’observation choisi19. En premier lieu, α représente l’élément disruptif et adaptatif qui pratique des sélections différentielles : c’est la configuration 1 (ou C1). Symétriquement positionné, β représente l’élément qui maximalise la continuité et la rigidification jusque dans les conséquences de l’opération : c’est la configuration 2 (ou C2). La configuration centrale du signe linguistique lui-même est la configuration « zéro » ou CØ ou encore le Rapport Interlocutif Direct (ou RID), en raison de l’interchangeabilité des deux termes. Les formes linguistiques dédiées à chacune des configurations peuvent être appelées marque ou marqueur CØ, C1 ou C2.

3. MUST marqueur de la configuration CØ

  • 20 Le nom « commun » (par ex. word, tree, freedom) fonctionne de manière similaire, à ceci près qu’il (...)
  • 21 On exceptera ici un petit groupe de verbes proches du champ modal mais qui ne partagent pas tous le (...)

23La marque centrale implique l’égalité entre les deux contextualités locutive et allocutive. Quand on emploie un signe dans cette configuration « zéro » (CØ), on pose l’égalité de l’interprétation, puisque α et β sont permutables. Cette définition universelle garantit l’unité du signe par absence de divergence interprétative. Pour donner un exemple simple, le nom « propre » en anglais sans détermination (par ex. Mary) est la marque unitaire et « universelle » de désignation d’une personne, une convention qui dirige l’attention précisément par son caractère unitaire20. Il est intéressant de noter que cette configuration du signe est singulièrement adaptée au dynamisme du système qui la porte puisqu’elle en est le centre. Ainsi la trouve-t-on avec valeur de désignation ou d’appel, ou bien, pour le verbe, dans des emplois de nomination (infinitif) ou des emplois impératifs. Si cette analyse est juste, nous avons dans les modaux un représentant de la configuration CØ, qui implique les deux termes communiquants α et β à égalité21. L’auxiliaire de mode MUST correspond à cette définition. La position centrale en système explique qu’il soit isolé d’une part, et qu’il soit particulièrement défectif (pas de forme distincte de passé). En outre, sa valeur générale est précisément celle d’une forme de nécessité non-contradictoire. S’il s’agit là de la forme centrale du système des auxiliaires modaux anglais, la modalité verbale prendrait racine dans le besoin simple pour la parole de « remplir son contrat », faire que ce qui convient d’un côté convienne à égalité de l’autre.

  • 22 Il s’agit bien sûr d’un faire systémique et non pragmatique.

24La validation consiste donc à abstraire la proposition des différentes interprétations individuelles pour la faire exister par elle-même comme unité commune. C’est la ratification du partage. Inverser le phénomène reviendrait à poser qu’il s’agit de sémantiser le sémiotique en le subjectivisant. Au contraire, c’est en faisant passer l’énoncé dans un contexte unitaire commun qu’on fait passer ce qui demeure un « dire » individuel à un « faire » communicationnel effectif, la définition même de l’acte de langage. MUST dit ainsi que la parole-signe porteuse du « dire » doit correspondre équationnellement à un « faire »22. Cela se fait par la « norme » ou la normalité commune et peut se résumer comme une exigence. Elle marque ainsi une proposition « qui ne peut pas ne pas être ». Le caractère central de ce verbe auxiliaire modal en anglais, déjà signalé par le fait qu’il ne montre pas de distinction entre présent et passé, se manifeste sur le plan sémantique par son indifférence à la distinction interlocutive comme on le voit en (1), où la construction verbale must see est intégrée à une composition nominale :

(1) The Sound and Light Show on Parliament Hill is a must-see attraction in Canada's Capital Region and a perfect activity for a summer evening.
[Le spectacle son et lumière sur la colline du Parlement est une attraction incontournable et une activité parfaite pour une soirée (exemple et traduction site Linguee)]

25La traduction par « attraction incontournable » est très judicieuse. Il ne s’agit ni de choix sélectif ou personnel, ni d’alignement sur une loi ou une institution. MUST signifie simplement qu’assister au spectacle fait naturellement partie de la visite, et qu’on ne peut s’y soustraire sous peine de rater une partie de l’essence du lieu. Quand un locuteur empirique utilise MUST, c’est pour porter l’obligation directement et au plus profond.

  • 23 Nous utilisons à l’occasion des exemples dits « construits », quand ce sont des emplois simples, tr (...)

26Cet usage est très courant comme en (2), où un médecin conseille à son patient d’arrêter de fumer23 :

  • 24 Sauf indication contraire, les traductions proposées sont les nôtres. Selon un de nos relecteurs, D (...)

(2) You must stop smoking = il faut que vous arrêtiez de fumer24

27Ce médecin cherche bien à convaincre son interlocuteur d’arrêter de fumer, mais il présente cette obligation comme une exigence de raison, et qui s’impose comme une forme d’évidence. De là la force injonctive de l’emploi radical de MUST qui ne laisse formellement place à aucune divergence de vue. Comme le dit parfaitement l’expression « cela va de soi », nul espace n’est laissé aux points de vue divers.

28De même, l’emploi épistémique de MUST repose sur un caractère de quasi-évidence. Selon Lapaire & Rotgé (1991 : 483), c’est un emploi qui contredit l’emploi radical, et cela amène les auteurs à conclure que MUST n’a pas de sens invariant : dans le cas épistémique, on observerait l’expression d’une « congruence », du fait de l’évidence de la relation Sujet / Prédicat, mais dans le cas radical, on verrait à l’inverse l’expression d’une « non-congruence », puisque cet emploi implique une pression, et une relative résistance du sujet. C’est exact sur le plan pragmatique, mais il convient de distinguer entre le sens systémique formel et le sens circonstancié et interprété en contexte d’usage. La « non-congruence » de la valeur radicale est inférable en contexte : si X dit à un interlocuteur paresseux « You must work harder », il entend bien le contraindre. Mais le choix de MUST, et non de SHOULD, ou HAVE + TO V ou d’autres formes, montre que X estime pertinent en la circonstance de présenter l’obligation comme une exigence de normalité. On retrouve en fait la congruence justement remarquée pour l’épistémique. La forme systémique ne dit rien d’autre. Le critère congruence / non-congruence est d’une grande utilité dans l’analyse des cas d’emploi en contexte, et des relations inter-personnelles, et il rejoint en cela le concept très précieux de pertinence. Mais le calcul de pertinence est pragmatique et il n’intervient pas directement dans la construction systémique de l’équation interlocutive. Ainsi, l’explication que nous avons donnée pour les emplois radicaux de MUST vaut pour les emplois épistémiques, réputés vecteurs d’une inférence « logique » comme en (3) :

(3) It must have rained a lot last night because the tracks were churned up with lots of mud.
[Il a dû pleuvoir beaucoup cette nuit car il y avait énormément de chemins défoncés, avec de la boue. (course Paris-Dakar, exemple site Linguee)

29Dans le contexte, le journaliste dit inférer de ses observations qu’il a plu énormément la nuit précédente. CAN, WILL ou MAY pourraient porter une inférence similaire ou proche. Ce qui caractérise MUST, c’est que le contexte amène à cette inférence d’une façon consensuelle et normative chez tous les observateurs éventuels et, comme en (3) « incontournable ». La différence avec it rained a lot est tout à fait minime en termes d’information, pourtant MUST porte une présomption modale qui, toute mécanique qu’elle apparaisse, ponctue le discours journalistique d’une marque de travail et de réflexion sur les faits rapportés, suite à diverses inférences.

4. La configuration C1 et le possible

  • 25 L’imperfectivité, dans le cadre interlocutif, a trait aux opérations ou processus décrits dans un d (...)

30Avec MUST, le système objectivise maximalement la proposition, selon la configuration CØ. Mais d’autres problèmes peuvent surgir, que l’exigence seule ne peut pas résoudre. C’est d’abord le cas où les difficultés se situent au niveau de la conception et de l’émission de la proposition. Nous avons alors la configuration C1, qui se caractérise par son centrage α. Pour que ce centrage α soit effectif, il faut également un acte de sélection unitaire. Dans la situation initialement ouverte où cet acte est effectué par le locuteur sur sa propre contextualité, α est opposé à d’autres α (autres sujets) concurrents. Par conséquent, nous devons nous attendre à ce que l’opération dans l’état de système C1 opère une très forte et très explicite différenciation interlocutive, qui peut s’interpréter de diverses manières, toutes impliquant ce que nous appelons une opération générale de disruption. Cette opération est sélective et réflexive, car le système se prend finalement lui-même comme objet, et donc internalisante. Du fait des alternatives concurrentes, et du fait que le système n’a pas accès à sa frontière propre, on a en C1 des effets d’imperfectivation au sens le plus général du terme25. Le système se dessine une carte interne, celle de ses parties ou composantes, à l’intérieur de la frontière. Autrement dit, il traite de son organisation interne.

31Du point de vue modal, nous obtenons la polarité du possible qui, comme on le voit, ne vient pas de l’indéfinition ou de l’incertitude, mais de l’alternative explicite. Le possible est le domaine de l’ouverture et de la concurrence. Nous pouvons inscrire dans cette configuration les auxiliaires modaux CAN et, avec une distinction importante que nous expliquerons plus loin, MAY.

4.1. CAN marqueur C1

32Les grammairiens sont habitués à utiliser des valeurs descriptives. Par exemple, un emploi de CAN comme dans Mary can speak English (= Mary peut / sait / est capable de parler anglais) sera décrit comme exprimant une capacité intellectuelle ou autre caractérisant le sujet Mary. Ce type de description est parfaitement correct dans le cadre contextuel traité. Mais dans un contexte différent il faudra, pour un autre emploi de CAN, apporter des nuances importantes ou même changer de sens. Prenons par exemple le slogan politique Yes We Can du président Obama en campagne électorale :

(4) And tonight, I think about all that she's seen throughout her century in America - the heartache and the hope; the struggle and the progress; the times we were told that we can't, and the people who pressed on with that American creed: Yes we can.
[Ce soir, je songe à tout ce qu'elle a vécu au cours de son siècle parmi nous : la douleur et l'espoir ; la lutte et le progrès ; les moments où on nous disait : non, vous ne pouvez pas, alors que d'autres ne cessaient de proclamer le credo américain : oui, nous le pouvons.] (trad. Le Monde, 8 novembre 2008)

33Il s’agit du discours de 2008 à Grant Park, Chicago, à propos de Ann Nixon Cooper, âgée de 106 ans. Cet emploi ne correspond pas à une attribution de capacité. Obama se sert de CAN pour souligner et rappeler au contraire la force et la volonté éternelles des Etats-Unis. Il oppose explicitement cette force et cette volonté à une ou des alternatives défaitistes (we were told that we can’t) qu’il entend combattre. L’adversité n’est pas ici bien précise (pessimisme, opinions politiques contraires, etc.) mais la possibilité est bien affichée comme une assertion polémique. La forme CAN n’en dit pas plus. C’est au final à l’interprétant de faire, par inférence, le lien contextuel avec la situation et de repérer les alternatives éventuellement mises en cause.

34Il nous paraît que la traduction du slogan par Oui, nous le pouvons ! ne rend pas compte du sens de l’auxiliaire. CAN touche ici à la capacité d’agir (pour changer le monde) des auditeurs, à leur confiance, leur sens de l’initiative et leur désir de mobilisation. Il a ici une valeur conative très nette : Obama, dans son rôle de leader d’opinion et de chef politique, veut donner à ses partisans la force et la confiance qui l’animent, lui, et dont eux auraient selon lui besoin. Son slogan de 2012 sera d’ailleurs dans la même ligne : Forward ! (En avant !). Il aurait donc été plus exact de traduire cette combativité, par exemple avec Mais si ! On peut ! Et pour cette même raison, comme nous le verrons plus loin, il serait impensable d’avoir *Yes we may ! dans ce contexte.

  • 26 Saussure parlait d’un « amas confus de choses hétéroclites sans lien entre elles » (CLG, p. 25).

35On peut sans doute répondre que nous avons affaire ici à une harangue, donc à une utilisation rhétorique de l’auxiliaire. En combinaison avec son sens propre, CAN se verrait localement (sur)chargé de significations et d’intentions personnelles à destination de l’auditoire. La force conative serait due non à la nature de CAN mais à son utilisation. Le risque est grand dans ce cas de réserver le sens du signe à un espace logique strict (en l’occurrence, les catégories de pensée du pouvoir et du devoir) et de ne laisser à la linguistique qu’une partie interactionnelle abordée de façon exclusivement empirique. Or ce dualisme pose de sérieux problèmes. On comprend pourquoi la pragmatique linguistique a choisi de se consacrer à l’usage en contexte, aux interactions, inscrites en situation, susceptibles de généralisation (conduites, routines, gestion des contextes). Mais on voit que cela consiste en retour à déporter la partie systémique et unitaire du signe vers d’autres sciences et à appauvrir d’autant l’armature générale qui permettrait de rendre compte de l’unité au sein de la variété ingérable des contextes26. L’unité sémiologique est alors perdue.

36Nous savons que la clé du système est la sélection. Et avec (4) nous voyons se résoudre cette question de la sélection : le président Obama confronte l’adversité et il invite son auditoire à le suivre dans les choix qu’il fait face à d’autres choix qu’il rejette. CAN marque la possibilité en posant une sélection face à d’autres. Nous pouvons dire aussi que CAN place la sélection unitaire sous la responsabilité directe de l’émetteur : le président Obama utilise un auxiliaire qui répond exactement à son souci du moment, donner confiance et unité à son auditoire face aux doutes, oppositions politiques et difficultés du temps.

37Autre exemple en (5) : il est question de l’état des forces politiques en présence en Grande-Bretagne dans le bras de fer qui oppose Conservateurs et Travaillistes à propos de la sortie de l’UE :

(5) Even without the Brexit Party, led by Nigel Farage, who has already been able to field close to 600 candidates in a general election, the Tories, because of Boris Johnson, can easily defeat Labour, and with the egg on “Corbyn Chicken’s” face, he is soon to depart from party politics, because even Labour wants him gone.
https://www.redstate.com/​diary/​markvol/​2019/​09/​08/​brexit-boris-remainers
[Même sans l’appui du Parti du Brexit, sous la houlette de Nigel Farage, qui a déjà pu présenter près de 600 candidats lors d’élections générales, les Tories, grâce à Boris Johnson, peuvent aisément battre les Travaillistes, et avec la réputation de couard que s’est faite Corbyn, il est probablement proche de la retraite politique, car même les Travaillistes n’en veulent plus.]

38Comme en (4), le locuteur engage avec CAN une forme de polémique dans le sens où il s’oppose explicitement à une opinion contraire. C’est ce qui est à l’origine de l’effet « positivant » souvent relevé pour cet auxiliaire. On pourrait gloser ainsi : contrairement à ce que le défaut d’appui de Nigel Farage pourrait laisser penser, les Tories peuvent quand même vaincre les travaillistes. On aurait la même nuance sans easily, qui vient juste renforcer la tonalité polémique. Cette analyse interlocutive montre, incidemment, l’importance de la prosodie qui permet de jouer sur les divers plans et paramètres en jeu. Accentuer fortement CAN, avec une forme pleine, renforce l’interprétation polémique.

39Si CAN en (4) et (5) implique une opposition et des choix contraires, il n’en est pas toujours ainsi. Un cas comme (6) montre la faculté de parler plusieurs langues comme une capacité qui n’est pas particulièrement opposée à d’autres :

(6) Lara Croft is a very intelligent woman and she can speak many languages. In her official guide book it's stated that she speaks a dozen of them. I believe she can speak every language of the countries she's explored.
https://www.quora.com/​How-many-languages-does-Lara-Croft-speak
[Lara Croft est une femme très intelligente, et qui peut parler plusieurs langues. Dans son guide officiel, il est précisé qu’elle en parle une douzaine. Je suis certain qu’elle est capable de parler la langue de tous les pays qu’elle a explorés].

40Pour autant, on observe en premier lieu que la sélection opérée par CAN, certes non polémique ici, demeure contrastive : le personnage parle plusieurs langues, et pas seulement l’anglais, et c’est un signe d’intelligence et d’une capacité peu communes. Même si on atténue cet aspect contrastif, CAN marquera toujours une sélection du locuteur, reposant sur son observation et son expérience, ce qui nous ramène toujours au centrage α. Le passage à l’acte effectif n’est pas en cause car, nous l’avons déjà évoqué, l’observation reste interne au sein de la contextualité α, et l’action effective n’est pas l’objet du propos. Ce qui compte, c’est la saisie de l’opération au niveau d’α.

4.2. MAY vs CAN

41La meilleure preuve de ce centrage α de CAN est l’existence, dans le système, de l’auxiliaire MAY qui, lui aussi, marque la possibilité, mais de manière totalement différente.

42Un cas typique est celui de la permission comme en (7) :

(7) Mary may speak English now = Mary est autorisée à parler anglais maintenant (voir note 23)

  • 27 Une remarque d’un de nos relecteurs tendrait à attribuer la dimension combative et revendicative de (...)

43Avec MAY on pose de même une ou des alternative(s) puisque c’est ce qui fait le possible. Cependant, MAY introduit une distance et une dimension légale qui paraît indiquer que la responsabilité du locuteur en l’affaire n’est plus celle, directe, de CAN. Pour être précis, le locuteur paraît dégager sa responsabilité propre, en renvoyant la possibilité à une autorité qui domine et contrôle l’ensemble, peut-être un règlement, une coutume, ou un rôle hiérarchique supérieur que le locuteur relaierait ou assumerait lui-même. Ce peut être aussi le fait de circonstances. Dans ce cas, on voit que la possibilité marquée par MAY n’est plus combative ou revendicative comme l’était celle de CAN : l’élément d’opposition a disparu27. Tout se passe donc comme si MAY possédait à la fois les deux centrages α et β : auxiliaire du possible, il relève de C1 et du centrage sur α, mais son effet de dépersonnalisation le qualifie en C2, avec par conséquent un centrage de type β. On aurait donc deux axes C1 / C2 qui se croiseraient.

44MAY possèderait de ce fait un caractère hybride. Dans le cas de la permission (7), il laisse inférer des alternatives, mais il convient d’examiner leur statut plus précisément. De fait, ces alternatives ne paraissent pas « actives » et concurrentes. Elles sont en quelque sorte « désactivées » : on ne les prend pas en compte, et on n’en considère donc pas le détail. Or, on se souvient que C2 est marqué par la continuité et la rigidification. Cela expliquerait la situation : les alternatives vont forcément être posées, mais elles seront purement formelles, non effectivement disponibles, et donc sans effet. L’annulation de la contradiction explique ainsi la force injonctive de MAY dans le cas de la permission. Ainsi, comme nous le reprendrons un peu plus loin, un effet de familiarité est souvent relevé dans l’octroi d’une permission avec CAN, effet qui provient selon nous de la sélection α en concurrence d’une possibilité inverse de même niveau. Au contraire, avec MAY, les alternatives sont décrétées sans pertinence ou non applicables, ce qui rend volontiers l’énoncé autoritaire et péremptoire, assimilable à un ordre puisque finalement sans appel : dire à quelqu’un You may leave the table ! peut équivaloir à une forme polie de Leave the table!

45Comparons les deux auxiliaires dans un avertissement comme celui de (8) à propos d’un appareil de chauffage dans une chambre d’hôtel :

(8) Beware! The surface CAN / MAY be hot!
[Attention ! Cette surface peut être très chaude / Risque de brûlure] (voir note 23)

46Avec CAN, le locuteur attire l’attention sur la chaleur de l’objet considéré, et il présente le danger de brûlure en opposition à une possible inattention d’un utilisateur ou à une opinion contraire. L’interprétation est quelque peu dramatisée et poussée dans un sens intensif. Cela correspond au centrage α. Au contraire, MAY déplace l’avertissement sur les possibilités circonstancielles de brûlure, avec une recommandation de méfiance dans des conditions non définies. Il ne s’agit plus alors du comportement du radiateur ou des actants, mais de la simple existence d’un risque. Des conditions individuelles, nous sommes passés aux incidences contextuelles et aux conséquences de la chaleur de la tôle. De plus, quand CAN évoque un calcul direct des propriétés du radiateur et des actants, MAY dépersonnalise l’avertissement. Le ciblage est totalement différent. Cela s’explique par la frontière qui sépare α et β : CAN est d’autant plus sélectif qu’il traite de l’organisation interne d’une contextualité, et des propriétés différentielles respectives de ses composantes, alors que MAY traite de l’au-delà de la frontière et de l’extérieur. Ainsi, avec MAY, le possible n’est plus définitoire mais circonstanciel.

  • 28 Cf. Lapaire et Rotgé (1991 : 488) : « Comme nous avons la combinaison MAY (= non assertif) + –ED (= (...)

47On notera par ailleurs que, comme dans tous ses emplois, MAY n’est pas ici par lui-même vecteur d’incertitude. Il ne l’est pas davantage que CAN. Provenant de la racine proto-germanique *mag-, de l’indo-européen *magh- qui a donné en français « mécanisme », « machine », « moyen », « magie », etc, MAY pose que la prédication dispose de « moyens » d’exister, ce qui consacre le déport externe typique de β. Le mot dismay (découragement, consternation, désarroi) évoque bien une perte de moyens, comme en français le nom apparenté de même racine « émoi » (v. fr. esmai). Et ce « moyen » peut fort bien être asserté par un locuteur. L’incertitude ne fait pas partie du sens de l’auxiliaire, mais est inférable de la complexité et de l’instabilité du milieu ambiant. L’incertitude est d’ailleurs incompatible avec la stabilité et l’exactitude que requiert tout système et ce ne peut pas être un vecteur de construction. Les énoncés peuvent en revanche en traiter, mais seulement en tant qu’objet. On peut même plutôt observer que MAY, marqueur C1, a justement pour rôle de limiter l’incertitude. Un énoncé comme He may have missed his train sélectionne une proposition qu’il convient de considérer, non pas pour convoquer de l’incertitude, mais bien pour en sortir, par exemple en avançant une raison de l’absence ou du retard du personnage. C’est particulièrement net avec la forme de prétérit MIGHT, encore trop souvent réputée plus hypothétique que la forme de présent28. L’exemple (9) est d’un type très courant volontiers utilisé en grammaire comme illustration d’un degré d’incertitude encore supérieur à celui que véhiculerait MAY :

(9) You’d better take an umbrella. It might rain = Tu ferais mieux de prendre un parapluie. Il pourrait pleuvoir. (DeepL: il risque de pleuvoir)

  • 29 Dans ce cas, l’usage d’une forme qui marque le différentiel dans le système de la langue est interp (...)

48Sans aller très loin, car cela exigerait une étude approfondie du prétérit, nous pouvons bien au contraire constater dans les emplois de ce type que MIGHT renforce bien quelque chose mais ce n’est absolument pas l’incertain : ce qui est en cause, c’est le rapport interlocutif, avec une marque relationnelle de différentiel, interprétée ici contextuellement (et donc subjectivement) comme une forme de pression sur l’interlocuteur29. Ce qui se produit, c’est que, bien que la pluie demeure une possibilité (C1 avec centrage α), cette possibilité est purement circonstancielle (MAY). Mais, de plus, le prétérit est une marque C2 dans le couple présent-passé et c’est alors lui qui accentue l’effet de pression car il impose à l’interlocuteur de prendre en compte expressément la pluie pour en tirer les conséquences présentes. Apparaît là en combinaison, avec pourtant un auxiliaire du possible, une véritable et subtile forme de nécessité.

49C’est justement en raison de cette association trompeuse de MAY avec l’incertain que certains cas d’emploi sont réputés problématiques dans un cadre classique. Associer MAY, comme nous le proposons, au « moyen », et au pouvoir qu’il déclare, permet pourtant d’expliquer ces emplois. C’est le cas notamment de MAY qu’on appelle « scientifique ». Il s’agit d’un usage rhétorique qui, selon les grammaires, permettrait d’atténuer une assertion en en diminuant le niveau de certitude. Son caractère scientifique s’expliquerait surtout par un souci de prudence et d’objectivité de la part de l’auteur :

(10) Entirely new species of particles are needed to explain invisible "dark matter" in space, which exists in quantities vastly greater than ordinary matter. Such particles may also be discovered at the LHC. Theorists suggest that these particles may be described by a mathematical framework known as supersymmetry, which posits a shadow partner particle for every known particle (illustrated).
(Siegfried, Tom (2012) “Behind the Higgs”, Science News, Vol. 182, 2, pp. 26-27. [COCA])
[Il faut des types de particules entièrement nouveaux pour pouvoir expliquer la « matière noire » dans l’espace, qui existe en quantité bien plus grande que la matière ordinaire. Ces particules peuvent aussi être mises en évidence au GCH (Grand Collisionneur de Hadrons). Certains théoriciens pensent qu’elles peuvent être décrites par le formalisme mathématique connu sous le nom de supersymétrie, qui prédit une particule partenaire pour chacune des particules connues (comme illustré)].

(11) Interference fringes may be observed using a light-emitting laser to illuminate a double slit.
https://physics-ref.blogspot.com/​2019/​02/​interference-fringes-may-be-observed.html
[On peut observer des franges d’interférence en envoyant un faisceau laser éclairer une double fente]

  • 30 Les différences de position syntaxique (en principale ou en subordonnée) entre (10) et (11) n’ont p (...)

50En (10), may be discovered peut à la rigueur se comprendre comme l’énoncé d’une hypothèse (les particules en question demeurant théoriques) mais may be described n’est pas une formulation prudente ou atténuée. MAY dit simplement que la science dispose de la supersymétrie (supersymmetry) comme moyen de décrire les particules et de les expliquer30. (11) est très explicite en ce sens : si on dispose du laser, alors on observe les bandes d’interférence. Là comme ailleurs, MAY traite des exploitations et non pas des conditions. Ce qui est intéressant, c’est qu’il y a une nuance d’interprétation qui est à peu près celle-ci : (11) signifie qu’il est toujours possible de faire l’observation, mais n’implique pas qu’elle soit faite. En paraphrasant un peu, on aurait : le laser donne le moyen d’observer des interférences, si on veut les observer : on a une sorte de réserve minimale quant à la mise en œuvre effective. Cette réserve, nous le savons, vient de la présence formelle d’alternatives. Donc, en (10) et (11) les rédacteurs, très subtilement, paraissent tenir compte des impondérables des observations, mais en réalité MAY désamorce tout potentiel confrontationnel entre les alternatives de pure forme et leur permet par conséquent, en convoquant l’environnement extérieur (C2), de s’appuyer sur des protocoles impersonnels et sur des observations expérimentales éventuellement faites par d’autres, comme le confirme le très fréquent recours au passif (ici be distinguished, be observed) pour amener à une authentique conclusion ou un fait indubitable. MAY, ainsi, contribue à conférer aux propos l’objectivité attendue d’un scientifique.

51Comme on peut s’y attendre, CAN redeviendra prédominant par rapport à MAY dans des contextes différents où le scientifique entend se démarquer explicitement de thèses ou hypothèses contraires aux siennes. On constatera dans les exemples ci-dessous (12) et (13) que MAY ne conviendrait pas du tout à l’argumentation :

(12) The hope is that these embryonic starter cells –if exposed to just the right chemical signals –will generate new neurons to replace those ravaged by age. Experts once assumed that this miraculous process occurred only in the womb. But stem cells can now be maintained in test tube. (Newsweek, 2001)
[Ce que nous espérons, c’est que ces cellules souches embryonnaires – pourvu qu’on les expose aux signaux chimiques corrects – vont générer de nouveaux neurones qui viendront remplacer ceux qui sont dégradés du fait de l’âge. Autrefois, les experts pensaient que ce processus miraculeux ne se produisait que dans l’utérus. Mais les cellules souches peuvent désormais être conservées en tubes d’essai].

(13) The world expert on the social behavior of apes and monkeys argues that we are wrong to assume we’re the only species to have culture. As he tells Emma Bayley, it can be found throughout the animal kingdom, too. (Focus, 2001)
[Selon l’expert mondial des comportements sociaux des grands singes et des autres singes, nous avons tort de croire que nous sommes la seule espèce à avoir une culture. Comme il le déclare à Emma Bailey, le fait culturel se rencontre également dans tout le règne animal].

52En (12) la conjonction but et l’adverbe now confirment l’effet correctif de CAN qui permet ici au locuteur de rectifier une croyance aujourd’hui dépassée (glose : contrairement à ce que pensaient auparavant les experts). Comme nous l’avons déjà souligné, la force polémique varie en fonction du degré d’accentuation dont peut être affecté CAN (prononciation faible ou forte). Même chose pour (13) : le locuteur s’oppose explicitement à la thèse courante selon laquelle nous serions la seule espèce à avoir une culture (noter de même wrong, only et too).

53Comme nous l’avons vu plus haut, l’angle d’observation C1 de MAY est intégré à un grand centrage interlocutif β de type C2. De ce fait, les alternatives sont réputées présentes en parallèle, mais sans confrontation ou disruption interlocutive. On peut considérer que nous avons affaire à une neutralisation de ces alternatives, au sens où elles sont désamorcées. De fait, la grande caractéristique de C2 est ce qu’on peut appeler un alignement des valeurs, selon le patron général de l’alignement de l’interlocuteur récepteur sur les choix de l’émetteur. Dès lors, les alternatives à la valeur β sont d’autres valeurs β, également soumises aux mêmes déterminations. Cet alignement s’observe dans les emplois dits « concessifs » de MAY comme (14) et (15) :

(14) Certainly it had a freshness and credibility about it which was in stark contrast to some of the other end-of-the-year events which, however exciting or impressive some individual performances and achievements may have been, still involved direct or incidental features which do little for the public perception of the sport.(BNC)
[Il est exact qu’il y avait là une fraîcheur, une authenticité qui contrastaientt très nettement avec d’autres événements de fin d’année. Même si certaines performances et réussites individuelles ont pu paraître excitantes et impressionnantes, elles n’en laissaient pas moins voir plus ou moins explicitement des aspects qui n’améliorent pas vraiment la perception du sport par le grand public].

(15) Nancy may be American but she hates pop-corn.
(Groussier M-L. & Rivière, C. (1996) Les mots de la linguistique : lexique de linguistique énonciative, Paris, Ophrys, rubrique « Concession »)
[Nancy a beau être américaine, elle déteste le pop-corn]

54Selon l’analyse de la concession par Ducrot (1980), le locuteur se donne une « apparence d’objectivité » :

(…) on se présente comme étant capable d’envisager d’autres points de vue que le sien. Par là même, on valorise son point de vue qui semble issu d’un effort de clairvoyance, d’honnêteté, et non pas d'un parti-pris. (Ducrot, 1980 : 225)

  • 31 L. Dufaye (2001 : 286-287), à propos de son exemple (393) « A fool ? Well, I may be a fool but I wi (...)

55Si la force argumentative de l’énoncé est de fait très nette dans ces emplois dits concessifs, on rappellera que MAY n’a pas en soi de valeur concessive. La raison déterminante qui explique le recours à MAY est le souci du locuteur de signaler explicitement à la fois l’existence de la proposition (ici Nancy / be American) et sa non-pertinence dans son argumentation. L’auxiliaire annule en fait la contradiction qu’elle pourrait présenter. MAY permet ainsi au locuteur de faire état d’une objection potentielle, de là l’apparence d’objectivité de l’énoncé, tout en la déclarant sans incidence sur son propos principal. La valeur concessive de MAY est encore plus difficile à défendre dans l’exemple (15), car la nationalité américaine de Nancy ne relève pas d’un point de vue du locuteur mais figure dans l’argument comme un fait attesté. Autrement dit, en disant Nancy may be American, le locuteur ne concède rien, mais il annule simplement la possible objection en la déclarant non contradictoire31 et, par inférence, non pertinente (= peu importe pour mon propos que Nancy soit Américaine).

56Nous pouvons reprendre la valeur de permission, comme en (16) :

(16) (student) Can I go to the bathroom sir?
(teacher) I’m sure you can, but you may not.
https://www.onestopenglish.com/​support-for-teaching-grammar/​modal-verbs-1-article/​144870.article
[(élève) Je peux aller aux toilettes, Monsieur?
(professeur) Vous pouvez y aller, certainement, mais je vous l’interdis].

57À l’élève dont il juge la demande trop familière, le maître répond qu’il a certainement la capacité de se rendre aux toilettes, mais que ça lui est interdit. CAN marque le centrage α qui place les deux interlocuteurs au même niveau de sélection concurrente. L’élève, lui, utilise CAN assez naturellement pour savoir si, oui ou non, le maître va le laisser partir. Le maître, qui trouve l’auxiliaire irrespectueux de la hiérarchie qu’il entend maintenir, corrige ce centrage personnel et il refuse l’application circonstancielle.

58En matière d’interdit, il est fréquent de rencontrer CANNOT comme en (17) avec les mêmes caractères que la forme positive. MAY NOT donne l’interdiction comme formalisée de manière explicite, ce que ne fait pas CANNOT :

(17) Can we go home now, please? – No, you can’t
(Longman Dictionary of Contemporary English, 3rd ed., 1995 / can)
[On peut rentrer chez nous, s’il-vous-plaît? – Non, pas question].

59Comme en (18) qui suit, CANNOT peut cependant formuler un interdit règlementaire, ce qui en apparence empiète sur le domaine de MAY :

(18) The goalkeeper can’t handle the ball outside the penalty area
(Longman Dictionary of Contemporary English, 3rd ed., 1995 / can)
[Le gardien de but n’a pas le droit de prendre la balle à la main en dehors de la surface de réparation].

60En réalité ici, il s’agit bien d’un règlement mais ce n’est pas exactement la lettre réglementaire que le locuteur évoque : il parle de l’organisation interne d’un jeu, et du rôle du gardien de but. La nuance est mince mais aisément percevable, malgré la légalité mentionnée dans la traduction française. De plus CANNOT implique une interprétation polémique ou corrective que l’absence de contexte suffisant dans le dictionnaire ne permet pas d’apprécier, et que les recherches sur corpora ne permettent pas toujours d’observer, du fait de la nécessité d’interpréter les énoncés et de reconstruire les relations contextuelles qui les structurent.

5. La configuration C2 et le nécessaire

61La configuration C2 se caractérise par un centrage β qui marque l’opération à son stade ultime. La valeur obtenue de cette manière n’est pas concurrentielle, et elle n’explicite pas de choix véritable. Au contraire, le terme β, qui est le terme récepteur, est un terme non sélectionnant par lui-même. On peut le définir comme aligné et bloqué sur des choix qui ne sont pas les siens. En deuxième lieu, tout élément aligné ainsi se trouve dans une situation parfaitement identique aux autres : le terme β se trouve être exactement dans la même position que tout terme récepteur des choix effectués au niveau α. Donc, alors que C1 est marqué par la différence, C2 est typique de l’identité. Là où α devait en C1 se démarquer d’autres α possibles, β est réputé identique à tous les β éventuels. On peut poser β comme sous-sélectionné. D’où vient alors son caractère unitaire ? La réponse est précisément dans l’identité qui n’autorise aucune différenciation, ce qui amène chaque β à être comme tous les autres un terme final pour l’opération, sans alternative contrastive.

62La clé de C2 est ainsi la suppression de la différence qui se fait par un processus d’alignement et de rigidification des états de système. Pour cela, C2 exclut toute localité, au sens où aucune situation ne peut être opposée à d’autres situations. La frontière, pourrait-on dire, se ferme. De ce fait, l’observation porte désormais sur des interactions externes des entités en cause, et non plus sur leur organisation intérieure. Alors que le centrage α détermine une valeur possible, distinguée d’autres valeurs et promue de manière sélective, le centrage β détermine au contraire une valeur alignée, identique aux autres, au final nécessaire et inéluctable. Enfin, du fait de l’alignement, C2 provoque des effets de dépersonnalisation et des effets d’imposition de la proposition posée comme non négociable.

63Nous avions, pour la grande polarité C1, les deux auxiliaires CAN et MAY dont nous avons expliqué ce qui les associe et ce qui les distingue. Nous nous retrouvons maintenant du côté de la polarité C2 avec également deux marqueurs SHALL et WILL. Nous allons montrer que le rapport entre les deux auxiliaires est de même nature que celui qui réunit CAN et MAY.

  • 32 Vieil-anglais sculan (devoir, être obligé), du PIE *skel- (être obligé ou en dette). Le vieil-angla (...)

64L’auxiliaire SHALL, lié étymologiquement à la notion de dette32, est, comme on le sait, l’auxiliaire typique de l’imposition et de l’inéluctabilité. Il est en affinité avec toute stratégie d’imposition d’une prédication en marquant l’absence de négociation possible, voire de justification. C’est en ce sens qu’il est interlocutivement l’auxiliaire typique de la nécessité, opposée à la possibilité. C’est l’auxiliaire de la légalité absolue qui ordonne et, le cas échéant, condamne. Avec SHALL, la nécessité (dont se sert contextuellement l’énonciateur) est dite ne jamais procéder directement de lui :

(19) He who lives by the sword shall die by the sword (Mathieu, 26,52)
[Qui vit par l’épée périra par l’épée]

65Dans les slogans politiques ou les harangues, il est intéressant de noter que cet auxiliaire sert volontiers à entraîner les auditeurs ou lecteurs vers un avenir résolutif final, situé au-delà de difficultés présentes et garanti. SHALL a pour effet de souligner l’inéluctabilité de la victoire politique, par exemple, au terme d’un combat ou d’un parcours éventuellement difficile ou long comme ce qu’évoque (20) :

(20) We shall overcome (protest song)
[Nous vaincrons].

66Le locuteur qui utilise SHALL donne à sa promesse politique une force sans égale, puisqu’absolue. L’avenir de l’opération est d’autant moins négociable qu’elle est totalement dépersonnalisée. À nouveau, comme nous l’avons déjà souligné à propos de CAN et MAY, il faut faire très attention à ne pas confondre la valeur systémique de l’auxiliaire et sa valeur contextuelle effective, qui peut être teintée de très nombreuses interprétations pragmatiques plus ou moins subjectives (promesse, menace, garantie, pression sur autrui, …).

67Dans l’exemple (21) ci-dessous, SHALL ponctue le discours de W. Churchill du 4 juin 1940 à la Chambre des Communes, de détails qui évoquent tous des situations sombres et terribles, des combats violents et longs (whatever the cost may be), mais au bout desquels les troupes alliées iront (on to the end) et vaincront sans fléchir (flag) et sans manquer à leur engagement, ou faillir (fail) :

(21) Even though large tracts of Europe and many old and famous States have fallen or may fall into the grip of the Gestapo and all the odious apparatus of Nazi rule, we shall not flag or fail. We shall go on to the end, we shall fight in France, we shall fight on the seas and oceans, we shall fight with growing confidence and growing strength in the air, we shall defend our Island, whatever the cost may be, we shall fight on the beaches, we shall fight on the landing grounds, we shall fight in the fields and in the streets, we shall fight in the hills, we shall never surrender (…)
[Même si de grandes parties de l'Europe et de plusieurs vieux et réputés États sont tombés ou risquent de tomber sous l'emprise de la Gestapo et de tous les autres instruments du régime nazi, nous ne faiblirons pas, nous n'échouerons pas. Nous irons jusqu'au bout, nous nous battrons en France, nous nous battrons sur les mers et les océans, nous nous battrons avec toujours plus de confiance ainsi qu’une force grandissante dans les airs, nous défendrons notre Île, peu importe ce qu'il en coûtera, nous nous battrons sur les plages, nous nous battrons sur les terrains de débarquement, nous nous battrons dans les champs et dans les rues, nous nous battrons dans les collines ; nous ne nous rendrons jamais (…)] (Trad. Wikisource, A. Beaulieu)

68SHALL s’explique assez aisément par la dépersonnalisation de type C2 qui est la meilleure garantie du succès des opérations. Si Churchill avait employé WILL, la contextualisation aurait été toute autre : elle aurait été marquée par l’espoir et la confiance. Ici, il est question d’un destin historique tragique. Pour le montrer, on peut regarder (22) : dans son discours du 5 avril 2020 au château de Windsor, en pleine crise sanitaire du Covid-19, la reine Elizabeth II, contrairement à Churchill, n’emploie pas SHALL, mais WILL :

(21) Together we are tackling this disease, and I want to reassure you that if we remain united and resolute, then we will overcome it. I hope in the years to come everyone will be able to take pride in how they responded to this challenge, and those who come after us will say the Britons of this generation were as strong as any, (…) While we have faced challenges before, this one is different. This time we join with all nations across the globe in a common endeavor. Using the great advances of science and our instinctive compassion to heal, we will succeed, and that success will belong to every one of us. We should take comfort that while we may have more still to endure, better days will return. We will be with our friends again. We will be with our families again. We will meet again. But for now, I send my thanks and warmest good wishes to you all.
[Ensemble, nous luttons contre cette maladie, et je tiens à vous assurer que si nous restons unis et résolus, nous la vaincrons. J'espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de ses actes face à cette crise. Et ceux qui nous succéderont diront que les Britanniques de cette génération étaient aussi forts que n'importe qui. (…) Bien que nous ayons déjà fait face à des défis, celui-ci est différent. Cette fois, nous nous joignons à toutes les nations du monde dans une entreprise commune, en utilisant les grandes avancées de la science et notre compassion instinctive pour guérir. Nous réussirons - et ce succès appartiendra à chacun de nous. Nous devrions être rassurés que même si nous avons encore plus à endurer, des jours meilleurs reviendront : nous serons à nouveau avec nos amis ; nous serons à nouveau avec nos familles ; nous nous reverrons. Mais pour l'instant, je vous adresse à tous mes remerciements et mes meilleurs vœux.] (Trad. https://www.monarchiebritannique.com)

69La tonalité du discours de la reine, alors même que la phrase we will meet again rappelle le titre d’une chanson de la seconde guerre mondiale, est très différente du discours de combat de Churchill : ce que la reine évoque n’est pas tant le destin et l’inéluctabilité d’un dénouement, que la confiance présente qu’elle veut exprimer en l’union et en l’organisation de la résistance à la pandémie, sa foi en l’avenir. Elle assure ses auditeurs que les qualités de la nation (Britons and those who come after us) et des autres nations (we join with all nations) finiront par entraîner la victoire.

70Cette différence de tonalité s’explique par le fait que Churchill oblitère avec SHALL les conditions menant à la résolution finale, car il entend convaincre avant tout de la nécessité de la lutte, quel que soit le prix à payer. En tant que marqueur C2, SHALL impose l’inéluctabilité à tous les niveaux. Son emploi est bien entendu un moyen de couper court à la discussion et de souligner que, quelles que soient les objections ou les résistances, la fin annoncée doit se produire. Au contraire, WILL traite de conditions et de propriétés qui doivent amener un certain état. Comme on le sait, il ne parle pas d’inéluctabilité mais plutôt de prévision logique, et conserve d’ailleurs pour l’avenir qu’il décrit une indétermination notable et une garantie relativement faible. On retrouve là, dans un centrage β général, des caractéristiques de la configuration C1 qui lui confèrent une forte sensibilité aux appréciations personnelles. En l’occurrence, la reine lance un appel à l’union.

  • 33 L’interprétation rassurante ou non dépend bien entendu du contexte et des inférences contextuelles. (...)

71Contrairement à l’impersonnel SHALL33, WILL marque donc un engagement personnel dans la prédiction, ce qui en fait une forme hybride, par un centrage α relatif, malgré son appartenance avec SHALL à la configuration du nécessaire. Cet engagement personnel est lié à une situation locale, et aux conditions plus qu’aux conséquences qui doivent suivre. La volonté (ou l’obstination, notamment si WILL est accentué), l’habitude, ou simplement la nature des choses, sont autant de qualifications inférables en contexte à partir de cela :

(23) “[Minister for Justice Brian Lenihan] is tackling the wrong end of the industry,” he says as he orders me a drink. “Nine people out of 10 will have a pint after work.” He shrugs, wondering why he should be the exception.
(The Irish Times, 26 avril 2008)
« [Le ministre de la justice Brian Lenihan] prend l’industrie par le mauvais bout », ajoute-t-il en me commandant un verre. « 9 personnes sur 10 aiment boire une bière après le boulot. » Il hausse les épaules, en se demandant pourquoi il ferait exception].

(24) Will you honor each other as man and wife for rest the of your lives?
(non-denominational standard wedding vows, Texas Wedding Ministers, 2014)
[Consentez-vous à vous prendre pour époux pour le reste de vos vies ?]

(25) While the cat’s away, the mice will play (proverbe)
[ Quand le chat n’est pas là, les souris dansent]

(26) Accidents will happen (id°)
[Il y aura toujours des accidents]

(27) Truth will out (id°)
[La vérité finit toujours par triompher / se savoir]

72La séquence can (and) will ou if can (then) will est tout-à-fait représentative des deux faces systémiques de la détermination : la face première de sélection d’une option, et la face seconde de la détermination qui conduira les choses à leur terme garanti par la sélection. WILL consiste à appliquer environnementalement ce que marque la sélection par CAN :

(28) Labour can and will make a land fit for heroes to live in.
(Affiche politique du parti travailliste en 1922)
[Le parti travailliste peut et va construire un pays digne de héros]

(29) If anything can go wrong, it will.
(une des versions de la loi de Murphy)
[Si ça peut mal se passer, ça se passera mal]

73Dans le second cas, la séquence CAN / WILL accompagne une relation de cause à conséquence (si... alors). Ceci indique à quel point cette séquence logique est portée par la relation systémique « naturelle » de la communication linguistique.

74Comme nous l’avons illustré avec l’exemple (21), le SHALL de Churchill ajoute une nuance solennelle, prophétique ou sentencieuse, du fait de la dépersonnalisation. En revanche, cet auxiliaire est employé, même classiquement recommandé, dans un registre soutenu pour les sujets de 1ère personne (I / we SHALL + verbe), dans la mesure où il évite rhétoriquement de se mettre personnellement en avant et de valoriser ses propres options face aux alternatives. Ainsi en est-il en (30) où l’autrice passe à SHALL en 1ère personne alors qu’elle utilise WILL pour décrire son article :

(30) This article will begin with an overview of historical comments on the origins of the healer role. I shall then show that, contrary to what may be seen as anthropological and medical expectations, traditional healing practices in Tonga have not shown a decline since the days of European contact.
(Claire D. F. Parsons, « Developments in the Role of the Tongan Healer », The Journal of Polynesian Society, 92, 1983, p.31).
[Cet article débutera par une revue historique des commentaires sur les origines du rôle de guérisseur. Ensuite, je montrerai que, contrairement à ce l’anthropologie et la médecine laisseraient penser, les pratiques traditionnelles de guérissage dans les îles Tonga ne montrent pas de déclin depuis les premiers contacts avec les européens.]

  • 34 Rappelons que le vecteur basique de SHALL (et de WILL) est C2, c’est-à-dire un transfert dans un co (...)

75À ce propos, on peut d’ailleurs interroger l’idée assez répandue selon laquelle SHALL traduirait la volonté de l’énonciateur, par opposition à WILL qui marquerait la volonté du sujet grammatical. Le locuteur a à sa disposition l’entière panoplie des auxiliaires, et SHALL apparaît comme un vecteur fort de contrainte qu’il utilise volontiers pour imposer son point de vue. Cependant, il faut noter que rien en système ne signale la responsabilité du locuteur dans la contrainte exercée. L’alignement caractéristique de C2 affecte tous les participants à l’identique, ce qui laisse l’origine de la contrainte indéterminée et parfois volontiers transcendante (Dieu, la loi, la nature des choses). L’autorité qu’on peut inférer de cet alignement est déclarée dépasser le locuteur, quel que soit son degré d’adhésion. Ce peut être d’ailleurs l’inverse de sa volonté, comme en (31) ci-dessous, où le locuteur déplore une prise de pouvoir par les femmes qu’il juge excessive34 :

(31) [Because] woman has her duties and man has his. I may be old-fashioned, but that is my view. Why, what is the world coming to? I was saying to Dr Walker only last night that we shall have a woman wanting to command the Channel fleet next.
(Sir A. Conan Doyle, Beyond the City, 1892, Ch. V).
[Parce que] la femme a ses devoirs à elle, et l’homme les siens. Peut-être que je suis vieux-jeu, mais c’est ainsi que je vois les choses. Bon sang ! Où tout cela va-t-il nous mener ? Encore hier soir, je disais au docteur Walker qu’à continuer ainsi, on aura bientôt une femme qui s’avisera de demander le commandement de la flotte de la Manche].

76Une autre idée qu’il faut interroger est celle selon laquelle SHALL serait archaïsant, et en voie de disparition. Ce n’est vrai que partiellement, et dans certains registres d’expression. Il demeure très courant dans les textes écrits, mais aussi dans plusieurs registres oraux, y compris dans les conversations familières. On l’emploie couramment, de manière intéressante pour notre propos, quand il s’agit de demander son avis à l’interlocuteur. Il est ainsi toujours très employé dans des questions avec I ou we :

(32) Shall I wrap it up for you ?(question typique d’un vendeur à un client) (voir note 23)
[Je vous fais / vous voulez un papier-cadeau ?]

(33) Shall we go to the movies tonight?
[On va au cinéma ce soir ?]

(34) Let’s go, shall we?
[Bon alors, on y va?]

77L’angle d’observation β permet d’expliquer très simplement ces emplois. Ce genre de formulation donne en effet à l’interlocuteur le pouvoir de décision : avec SHALL le locuteur déclare s’aligner par anticipation sur les options de cet interlocuteur. D’une certaine manière le locuteur emploie SHALL pour se dessaisir de la responsabilité de la décision. C’est ce que WILL ne permet pas de faire, d’où la persistance de ce genre de formule avec SHALL, malgré sa tonalité un peu guindée.

6. Vue d’ensemble du système

78On voit donc que, tout comme SHALL, l’auxiliaire WILL a une valeur systémique C2, ce qui fait d’ailleurs que nos grammaires les associent régulièrement à juste titre comme expressions du futur. Mais la situation est, comme toujours, un peu plus complexe. WILL apporte des nuances opposées à celles de SHALL, et possède des traits systémiques de type C1 qui en font un auxiliaire hybride, exactement comme MAY l’est vis-à-vis de CAN. À partir de là, on peut conserver une catégorisation thématique et poser un couple CAN-MAY pour la modalité du possible (C1) et un couple WILL-SHALL pour la modalité du nécessaire (C2). Sur le plan de l’usage, cette répartition est pleinement justifiée. En revanche, des obstacles sémiologiques sont visibles. D’une part, MAY et SHALL possèdent des caractéristiques communes fortes (moindre fréquence à l’oral, caractère formel, mais aussi impersonnalisation relative, moindre implication du sujet et poids plus important des circonstances des procès, conséquentialité), et c’est la même chose pour CAN et WILL de leur côté (caractéristique du sujet, dispositions favorables, conditionnalité). D’autre part, il faudrait justifier dans le système la place des catégories logiques du possible et du nécessaire dont les auxiliaires seraient la manifestation, ce qui nous éloigne du plan strictement linguistique.

79Si, en revanche, on associe CAN et WILL d’un côté, et MAY et SHALL de l’autre, on retrouve une base interlocutive authentique. D’une part, CAN et WILL marquent un centrage α fort, où on retrouve la conditionnalité, les dispositions du sujet, la relative indétermination des conséquences. D’autre part, MAY et SHALL à l’inverse, marquent un centrage β très net, avec conséquentialité, pression des circonstances, et dépersonnalisation importante. Par conséquent, nous devons considérer que nous avons affaire à un dédoublement similaire sur une polarité interlocutive primaire de type αβ. On peut résumer cela dans le tableau ci-dessous en séparant les deux axes géométriquement, le premier horizontal et le second vertical : 

Figure 1. Les deux axes de relation entre auxiliaires en anglais

  • 35 En français, on observe une répartition similaire avec du côté α le savoir et le vouloir, et du côt (...)

80L’hybridité de WILL et de MAY s’explique par leur relatif décentrement vis-à-vis de la configuration globale dont ils relèvent35. Pour être complet, il faut ajouter au tableau le modal MUST. Dans le modèle interlocutif, il a, comme nous l’avons vu, un rôle particulièrement important. Il relève de la configuration centrale CØ, qui a la particularité d’indifférencier les contextualités αβ et d’en refuser la hiérarchisation. Nous pouvons donc établir le tableau général comme suit :

Figure 2. La place en système de MUST

  • 36 Il y a paradoxe au sens où les deux partenaires de la communication doivent partager à l’identique (...)

81Si nous tenons globalement la relation modale comme une construction sémiologique dont la raison d’être est la résolution du paradoxe communicationnel36, nous pouvons expliquer le croisement des deux axes. La première résolution, celle qui concerne MUST, se place au niveau des deux contextualités « primaires » α et β, en tant que pôles actifs de la communication. Cette résolution peut être qualifiée de première dans le modèle interlocutif. L’exemple de la permission discutée en (7) peut être repris en opposant à nouveau CAN et MAY :

(35) Mary CAN / MAY may speak English now = Mary est autorisée à parler anglais maintenant.

82Nous avons là une illustration de l’axe horizontal : avec CAN, tout laisse inférer que la possibilité est estimée ou accordée par le locuteur, tandis que MAY, plus « formel », implique une évaluation ou une forme d’autorité distanciées. Le centrage α est donc visible avec CAN, et nous avons fait la même observation pour WILL.

83L’axe vertical, pour sa part, met en jeu une symétrie seconde, qui ne joue plus directement sur la relation entre les partenaires mais paraît toucher à l’énoncé lui-même. Si un locuteur oppose CAN et WILL, il pose en effet une résolution qui concerne son effection directe, et plus spécifiquement la frontière entre l’intérieur et l’extérieur du système. Quand un état ou une action sont en cause, utiliser CAN montre un calcul sur les ressources propres du système considéré, alors qu’utiliser WILL permet de projeter cet état ou cette action au-delà de la frontière systémique. Il en est de même pour MAY et SHALL de leur côté. Le statut hybride de WILL et de MAY est à cet égard tout à fait révélateur de l’organisation générale. Ainsi, si WILL, auxiliaire du « futur », paraît souvent indéterminé, c’est en raison de son appartenance à un centrage α qui cantonne les évaluations modales au niveau de la conception et interdit de garantir objectivement l’effection. SHALL, au contraire, marque une forme d’inéluctabilité totale qui renforce formellement cette garantie. Il est donc intéressant de définir MAY dans le même centrage interlocutif qui concerne directement l’effection, alors même que sa position relative à SHALL le fait remonter aux conditions, mais à distance du domaine d’appréhension directe des interlocuteurs effectifs.

Conclusion

84Aujourd’hui, comme le constate L. de Saussure (2016 : 11), les frontières entre des champs d’étude traditionnellement séparés (syntaxe, sémantique, pragmatique, phonologie, prosodie) se trouvent « de plus en plus difficiles à cerner et à établir de manière cloisonnée ». Et il ajoute :

La jonction entre différents étages de l’analyse linguistique est donc dans l’esprit du temps depuis un certain nombre de décennies, et c’est en somme le point de départ des analyses qui change et donne la tonalité des approches [...]. (id°)

85L’intérêt des études (re)définissant morphèmes et constructions syntaxiques en lien avec les usages et processus discursifs n’est plus à démontrer, et on ne peut que se réjouir de cette orientation vers ce que l’auteur appelle une « pragmatique de la langue » :

L’époque où l’on imaginait une sorte de branchement linéaire de ces domaines comme autant de modules de l’appareillage linguistique semble aujourd’hui laisser la place à une manière d’envisager les processus langagiers moins réductrice et plus dynamique. (id°)

86Ce décloisonnement, avec l’importance désormais accordée à l’inférence, à la déixis, à la contextualité, s’opère donc de manière très bénéfique. Ce que nous nous sommes efforcés de montrer ici à travers l’étude des auxiliaires modaux anglais, c’est qu’il permet également de renouveler positivement les recherches sur l’organisation systémique en expliquant en profondeur le lien étroit et non dichotomique entre système (langue) et usage (discours). En particulier, nous avons voulu montrer qu’il est possible de définir les notions modales comme des notions linguistiques, dont la valeur est déterminée au niveau du système de la langue, alors même qu’elles impliquent directement l’acte de langage et le discours.

  • 37 “Systems have never really had a good press. They seem to suggest that there is more order and reas (...)

87Force est cependant de constater que l’exploration systémique des phénomènes langagiers est loin de faire l’unanimité chez les linguistes. De façon générale, comme le formule Baecker (2001 : 59), « les systèmes n’ont jamais vraiment eu bonne presse ». L’une des raisons selon lui en est que le terme semble impliquer qu’il y a « plus d’ordre et de raison dans le monde qu’on est généralement prêt à l’admettre, et qu’on est en mesure d’expliquer »37. Et il est vrai que déceler un ordre rationnel dans le prodigieux foisonnement des faits et usages pragmatiques relève de la gageure. L’excès d’ordre et de raison qu’implique la notion de système contredirait en effet, si tel était le cas, la liberté de pensée et de parole qui caractérise le langage.

88Une autre raison, selon nous, est que reconnaître une véritable systématique dans le langage revient à admettre qu’il s’agit d’un phénomène auto-organisé, à l’opposé de toute primauté ou primarité de causalités externes. Or cela peut heurter une tradition toujours encline à voir dans le langage et ses catégories grammaticales la manifestation de la raison ou de la pensée, ou des traces de la matérialité et de l’activité de l’organisme dans le monde. On peut ainsi arguer à beaucoup d’égards, comme Hjelmslev l’avait d’ailleurs lui-même formalisé explicitement, que la « langue » saussurienne doit sa systématicité à la théorie qui l’observe et non à sa nature propre, même si on peut postuler qu’elle est consubstantielle à la théorie et à son objet. F. de Saussure écrivait d’ailleurs dans le CLG :

  • 38 Cf. E. Sofia (2017).

Bien loin que l’objet précède le point de vue, on dirait que c’est le point de vue qui crée l’objet, et d’ailleurs rien ne nous dit d’avance que l’une de ces manières de considérer le fait en question soit antérieure ou supérieure aux autres. (CLG, Ch.3 « Objet de la linguistique », §1)38

  • 39 Pour C. Kerbrat-Orecchioni, il faut « recentrer » la linguistique sur son objet propre » par la not (...)

89Inversement, pour Guillaume, la langue a bien un ordre « secret » qui lui est propre, et que l’observation doit découvrir, mais, selon lui, cet ordre est historique et finaliste du fait que ce qui fonde la langue, c’est l’Homme face à l’Univers, c’est-à-dire un rapport de rationalité pure. D’un côté comme de l’autre, la systématicité n’appartiendrait donc pas au phénomène lui-même, mais lui serait en quelque sorte imposée du dehors39.

90Nous affirmons au contraire que le langage est un système précisément grâce à sa capacité d’auto-organisation de sa propre activité en tant que langage. Le système du langage est par conséquent auto-référentiel. L’enjeu est de comprendre que l’usage influence les structures de chaque langue, mais que le langage a ses lois propres de constitution et de maintien. Dans ces conditions, la question du système n’est pas tant celle de l’émergence, en grande partie fortuite, d’un rapport entre des termes. La question est celle de la préservation de ce rapport. Cette question du maintien du rapport est inséparable de celle de son adaptation aux changements contextuels, ce qui limite fortement les capacités de la routine et de la répétition dont on se contente trop facilement. De sorte que la question du système devient nécessairement la question de son adaptation, et si l’adaptation doit être intégrée à la structure générale, la question est celle de l’organisation de cette adaptation.

91Ce sont précisément ces conditions systémiques de constitution et de maintien que la TRI entend mettre au cœur de la recherche linguistique. Éluder cette question conduirait paradoxalement à exclure le langage lui-même d’une étude véritablement linguistique. L’étude des actes ou actions pragmatiques effectifs réalisés dans et par le langage doit donc intégrer une étude de l’acte de langage lui-même en tant qu’activité systémique. C’est là l’objet d’une pragmatique de 2nd degré. Il s’agit de s’intéresser à ce que le signe est par nature, et ne surtout pas le limiter à une valeur contextuelle ou une autre. Ce qu’on dit est important, mais est important aussi, surtout pour la linguistique, « comment » on le dit « nécessairement » :

S’il n’y avait pas de « choses » dans le monde, il n’y aurait pas de noms pour les dire ; mais, inversement, supprimons par la pensée tous les noms du langage, il ne reste pour nous aucune chose dans le monde. De telle sorte qu’il est strictement impossible de savoir s’il y a des choses pour nous parce que nous pouvons les nommer, ou si nous pouvons nommer les choses parce qu’il y en a dans le monde. Ainsi, pour savoir ce qu’est ce monde, il suffit de savoir comment on le dit nécessairement. (souligné dans le texte) (F. Wolff, 2020 : 52).

Haut de page

Bibliographie

Bally, Charles (1932) « Syntaxe de la modalité explicite », Cahiers Ferdinand de Saussure, Libraire Droz, Genève, 3-13 (-1965).

Baecker, Dirk (2001) « Why Systems? », Theory Culture & Society, 18 (1), 59-74,
https://doi.org/10.1177/026327601018001005

Benveniste, Emile (1966) Problèmes de linguistique générale, t. 1, Paris, Gallimard.

Benveniste, Emile (1970) « L’appareil formel de l’énonciation », Langages, 17, 12-18.

Benveniste, Emile (1974) Problèmes de linguistique générale, t. 2, Paris, Gallimard.

Cherchi, Lucien (1988) La Grammaire anglaise au fil des textes, Dijon, Éditions de l’Aleï (-1986).

Culioli, Antoine (1990) Pour une linguistique de l’énonciation, Opérations et représentations, 1, Gap, Paris, Ophrys.

Culioli Antoine (1999a) Pour une linguistique de l’énonciation, Formalisation et opérations de repérage, 2, Gap, Paris, Ophrys.

Culioli, Antoine (1999b) Pour une linguistique de l’énonciation, Domaine notionnel, 3, Gap, Paris, Ophrys.

Culioli, Antoine (2003) « Un linguiste face aux textes saussuriens », in Simon Bouquet (éd.), L’Herne. Saussure. Paris, Éditions de l’Herne, 137-149.

Dell Hymes, H. (1981) In Vain I Tried to Tell You, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Douay, Catherine (2000) Eléments pour une théorie de l’interlocution. Un autre regard sur la grammaire anglaise, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Douay, Catherine & Daniel Roulland (2014) Théorie de la Relation Interlocutive. Sens, signe, réplication, Limoges, Lambert-Lucas (rééd. 2018).

Douay, Catherine & Daniel Roulland (2019) « UP à contre-sens », Corela, 17-1,  http://journals.openedition.org/corela/8037

Ducrot, Oswald et al. (1980) Les mots du discours, Paris, Éditions de Minuit.

Ducrot, Oswald (1993) « A quoi sert le concept de modalité ? », in Dittmar, N. & Reich, A. (eds) Modality in Language Acquisition, Berlin, de Gruyter, 111-129.

Dufaye, Lionel (2001) Les modaux et la négation en anglais contemporain, thèse de doctorat, Cahiers de Recherche, n° spécial, Paris, Ophrys.

Filippi-Deswelle, Catherine (2019) « Avant-propos » à Quinze études de cas sur les modalités linguistiques, Publications Électroniques de l’ERIAC, Epilogos 6, 7-40.

Gilbert, Eric (2001) Vers une analyse unitaire des modalités. « May, must, can, will, shall ». Cahiers de recherche en grammaire anglaise, Modalité et opérations énonciatives, 8, 23-99.

Gosselin, Laurent (2001) « Le statut du temps et de l'aspect dans la structure modale de l'énoncé. Esquisse d'un modèle global », Syntaxe et sémantique, 1, 2, 57-80.

Gosselin, Laurent (2010) Les modalités en français. La validation des représentations, Etudes Chronos, Amsterdam - New York, Rodopi.

Gosselin, Laurent (2015) « De l’opposition modus / dictum à la distinction entre modalités extrinsèques et modalités intrinsèques », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, CX-1, 1-50.

Gosselin, Laurent (2017) « Les modalités appréciatives et axiologiques. Sémantique des jugements de valeur », Cahiers de Lexicologie 111, 97-119.

Jacques, Francis (1979) Dialogiques, Paris, PUF.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine (1990) Les interactions verbales, tome 1, Paris, Armand Colin (vol. 2 et 3 : 1992, 1994).

Kerbrat-Orecchioni, Catherine (1998) « La notion d’interaction en linguistique : origine, apports, bilan », Langue Française, 117, 51-67.

Lapaire, Jean-Rémi & Rotgé, Wilfrid (1991) Linguistique et grammaire de l’anglais, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Le Querler, Nicole (2004) « Les modalités en français », Revue belge de philologie et d’histoire, 82, 3, 643-656.

Meunier André (1974) « Modalités et communication », Langue française, 21, 8-25.

Meunier, André (1979) « Points de repère historiques pour l’étude de la notion de modalité », Documentation et recherche en linguistique allemande contemporain - Vincennes, 21, Mélanges de syntaxe et de sémantique, 17-24.

Nef, Frédéric (1976) « De dicto, de re, formule de Barcan et sémantique des mondes possibles », Langages, 43, 28-38.

Pennec, Blandine (2021) « Positionnements énonciatifs évolutifs : le cas des réajustements discursifs », Anglophonia 32, URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/3944

Rieu, Alain-Marc (1991) « De la structure au système dans la théorie sociale : Système naturel, système artificiel et système social », in Frank Tinland, Systèmes naturels / systèmes artificiels, Seyssel, Editions Champ Vallon, 212-225.

Saussure Louis de (2016) « Introduction. Pour une pragmatique de la langue », Syntaxe et Sémantique, 1, 17, 11-16.

Schiffrin, Deborah (1994) Approaches to Discourse, Oxford, Blackwell.

Sofia, Estanislao (2017) « Système et systématicité chez Ferdinand de Saussure », Linx, 74, http://journals.openedition.org/linx/1748

Vion, Robert (2004) « Modalités, modalisations et discours représentés », Langages, 4, 156, 96-110.

Visser, Fredericus Theodorus (1969) An Historical Syntax of the English Language, Vol. III, First Half, « Syntactical Units with Two Verbs », Leiden, E.J. Brill.

Wolff, Francis (2020) Dire le monde, éd. augm., Paris, Librairie Anthème Fayard / Pluriel.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions nos relecteurs de CORELA, dont les observations nous ont permis de préciser les points de vue développés ici.

2 Gosselin (2017 : 97) relève dans le prolongement des travaux de F. Brunot une « tradition spécifiquement française » dans le traitement des modalités « appréciatives et / ou axiologiques ».

3 Pour Bally, le dictum et le modus sont les deux parties qui constituent la « phrase explicite », et la modalité en est la « pièce maîtresse », « opération active du sujet parlant » ((1932 [-1965] : 35). Voir critique de Bally (1932) par Ducrot (1993). Pour Le Querler (2004 : 646) : « la modalité est l’expression de l’attitude du locuteur par rapport au contenu propositionnel de son énoncé ».Voir aussi Vion (2004) et sur l’origine de la distinction dictum / modus, Nef (1979) et Meunier (1979).

4 La perspective strictement linguistique qui nous intéresse ici est à distinguer soigneusement « des approches inspirées de la logique formelle » (Gosselin (2015 : 2).

5 Selon Gosselin (2010 : 467), il s’agit « d’inscrire une représentation dans un discours ». Par cette inscription, la représentation cesse « d’être purement individuelle et mentale pour intégrer l’espace discursif de l’interlocution, où elle prend la forme d’un jugement ». Le sujet expose sa représentation « au débat en lui assignant un certain mode de validation, c’est-à-dire une certaine prétention à la validité ».

6 La notion de communication est interprétée de diverses manières, mais assez généralement comme une interaction complémentaire par rapport à une problématique initiale du sens. Pour nous, il s’agit au contraire de l’opération centrale du système du langage. Le terme doit être pris dans son sens étymologique : « être en rapport mutuel » (Robert) pour mise en commun, partage.

7 Pennec (2021: §54) rappelle l’importance de cette boucle pour la TOE: « […] si je produis du texte, il faut que je produise un texte tel qu’il soit reconnu par autrui comme ayant été produit en vue d’être reconnu comme devant être interprété. » (Culioli (2003 : 144).

8 Benveniste (1966 : 260) parle de « polarisation » mais récuse l’égalité et la symétrie entre les deux termes, à juste titre, puisqu’il se place au niveau interpersonnel de l’usage. En revanche, la TRI revendique ce principe de symétrie au niveau de la construction du signe. Voir aussi Benveniste (1970).

9 Pour cette raison, la notion d’unité est la clé principale des opérations linguistiques, y compris en sémantique avec l’unité conceptuelle des signes, ou en phonologie avec l’homophonie remarquable des phonèmes, de même qu’en morpho-syntaxe avec l’invariance des morphèmes grammaticaux et des constructions.

10 Guillaume accordait la première place en système au rapport entre puissance et effet. Mais la notion d’« interprétation », rare et assimilée à une variante, n’est pas retenue par lui comme opératoire.

11 Gosselin (2010 : 26) parle de la modalité épistémique comme « pragmatiquement inférée ».

12 Voir Douay & Roulland (2019 : §38). Dans une perspective énonciative. les types de modalité sont naturellement organisés de façon inverse. Comme on le sait, Culioli classe ainsi en type 1 la modalité de l’assertion, et en type 4 la modalité intersubjective, mais il convient cependant de tenir un large compte de l’interpénétration quasi-permanente de ces valeurs.

13 « [C]’est le langage qui fait du réel un monde. [...] Le monde, c’est le réel appréhendé comme un tout ordonné, c’est aussi le réel mis en commun. Et c’est le langage qui totalise et ordonne le réel, c’est lui qui fait du réel une objectivité partagée. » (souligné dans le texte) (F. Wolff, 2020 : 12)

14 Nous reprenons l’expression de Francis Jacques qui parle de « l’improbable accord de deux totalités privées » (Jacques, 1979 : 48).

15 « Le langage ne se contente pas de totaliser le réel, il le constitue en entités « objectives » - et pas seulement réelles - parce qu’il permet qu’elles soient partagées par tous - ce que la perception ne peut. Autrement dit l’objectivité du monde est un effet de l’interlocution de tous ceux qui peuvent en parler. Que le langage fasse du réel un ordre commun est son ouvrage le plus évident : sans langage chacun aurait sans doute son petit bout de réel, mais nous ne cohabiterions pas dans le même monde. Dire le monde, c’est parler des choses, mais c’est aussi en parler à quelqu’un : l’autre est toujours implicitement présent dans ce qu’on dit. » (F. Wolff, 2020 : 14).

16 Un de nos relecteurs rappelle que c’est « plutôt la fluctuation et la plasticité qui sont inscrites au cœur de la langue » (Culioli, 2005 : « Stabilité et déformabilité en linguistique », in Pour une linguistique de l’énonciation) ». Dans notre perspective, le signe se construit au contraire par l’objectivisation et par la stabilité qu’elle lui procure, conditions mêmes de sa communicabilité. La plasticité et la fluidité s’expliquent dans l’usage effectif, par les variations contextuelles et les différences d’interprétation locales.

17 L’apparence de fixité d’un système (par exemple le maintien sur plusieurs générations d’un même état de langue) cache toujours en réalité le dynamisme reconstructif. Qu’une langue maintienne un temps une apparence conservatrice et relativement stable ou au contraire manifeste des séries de réadaptations brutales dépend entièrement des sollicitations des contextes d’usage et n’implique en rien la nature du système lui-même qui, sans cesse, se répète en s’adaptant et tient constamment ensemble ces deux extrémités de son évolution.

18 L’approche fonctionnaliste de Jakobson est un très bon exemple.

19 Pour une étude détaillée des trois configurations, voir Douay & Roulland (2014).

20 Le nom « commun » (par ex. word, tree, freedom) fonctionne de manière similaire, à ceci près qu’il ouvre une classe référentielle en s’appuyant sur la différenciation contextuelle. C’est pour cette raison que les déterminants ou le nombre créent des effets de classe pour les noms propres (a Mary, the Mary, this Mary, lots of Marys, etc.) sans les transformer en noms communs pour autant.

21 On exceptera ici un petit groupe de verbes proches du champ modal mais qui ne partagent pas tous les caractères paradigmatiques des auxiliaires modaux à proprement parler. On peut remarquer les similitudes de sens présentées par diverses constructions concurrentes comme BE ABLE, ALLOWED + TO V, HAVE + TO V. Ce sont des expressions qui utilisent l’infinitif dit « complet » du verbe en, et par conséquent qui entrent dans des paradigmes complexes à propositions (ici des infinitives), ce qui permet de les distinguer des auxiliaires modaux, intégrés à la conjugaison, mono-propositionnels et morphologiquement défectifs. NEED et OUGHT (voire USED), ou même DARE, sont souvent considérés comme des auxiliaires modaux, mais il convient de les mettre à part, du fait qu’ils ont aussi des emplois en TO (NEED / OUGHT / USED + TO V), et que leurs emplois modaux sont relativement restreints à certains contextes, voire certains usages figés.

22 Il s’agit bien sûr d’un faire systémique et non pragmatique.

23 Nous utilisons à l’occasion des exemples dits « construits », quand ce sont des emplois simples, très usuels et très couramment entendus, et qui ne présentent aucune ambigüité ou difficulté d’interprétation. Le recours à des corpus en ce cas peut donner à entendre qu’il s’agit d’emplois exceptionnels, et en diminue le caractère productif.

24 Sauf indication contraire, les traductions proposées sont les nôtres. Selon un de nos relecteurs, DeepL propose ici « vous devez arrêter ». Cependant la traduction par la tournure impersonnelle « il faut » nous semble celle qui correspond le mieux au sens de MUST même si le locuteur se fait le relais de la nécessité. Dans notre exemple, on infère bien entendu que le médecin adhère à cette nécessité et la fait sienne, mais MUST permet de la signifier sur un mode dépersonnalisé qui en accroît la force de persuasion. En tout état de cause, il n’y a pas de rapport terme à terme entre les systèmes modaux du français et de l’anglais.

25 L’imperfectivité, dans le cadre interlocutif, a trait aux opérations ou processus décrits dans un développement interne, et ainsi maintenus en-deçà de la « frontière » systémique qui les sépare de l’exploitation dans l’environnement. Les opérations liées à α, quelles qu’elles soient, sont « imperfectives » en ce sens internalisant et réflexif.

26 Saussure parlait d’un « amas confus de choses hétéroclites sans lien entre elles » (CLG, p. 25).

27 Une remarque d’un de nos relecteurs tendrait à attribuer la dimension combative et revendicative de CAN au seul contexte effectif. Ce serait là vider la forme de sa valeur systémique et en faire donc une forme sans contenu. Dans notre modèle, les valeurs de différentiel ou d’identité intersubjectives sont précisément les valeurs relationnelles de base qui constituent le système de la langue et qui sont interprétées en contexte discursif par les personnes réelles. Du fait de cette pragmatique de 2nd degré, c’est la forme interlocutive (relationnelle) qui structure le contexte, et non l’inverse.

28 Cf. Lapaire et Rotgé (1991 : 488) : « Comme nous avons la combinaison MAY (= non assertif) + –ED (= contrefactuel), l’interprétation de MIGHT est très souvent : degré de probabilité faible (de la réalisation de la relation S / P) (…). Avec la surcharge apportée par –ED, deuxième marqueur de la non-assertion, l’énonciateur nous fait part de sa plus grande ignorance concernant les chances de réussite de la relation S/P. » (souligné dans le texte).

29 Dans ce cas, l’usage d’une forme qui marque le différentiel dans le système de la langue est interprété en discours comme une forme de pression sur autrui. Il convient de ne pas oublier que les formes unitaires de langue, de définition objectivante, sont interprétées de manière variable en discours effectif. L’observation donne toujours des valeurs contextualisées et donc nécessairement « subjectives ».

30 Les différences de position syntaxique (en principale ou en subordonnée) entre (10) et (11) n’ont pas d’incidence notable sur l’interprétation de MAY.

31 L. Dufaye (2001 : 286-287), à propos de son exemple (393) « A fool ? Well, I may be a fool but I win in the end », explique que « l’énonciateur reprend les termes du co-énonciateur et lui concède la validité de son propos » et qu’« il ne prend ainsi en charge que la seconde partie de son énoncé ». Dans d’autres cas, il observe que c’est « moins évident », quand les propos du co-énonciateur ne sont pas repris, mais au contraire anticipés pour « prévenir une éventuelle objection ». Il s’agit moins de concéder que de « se prémunir contre d’éventuelles critiques » : (394) « I may not be black myself but I do understand the hurt they feel when people hate them for no reason ».

32 Vieil-anglais sculan (devoir, être obligé), du PIE *skel- (être obligé ou en dette). Le vieil-anglais scyld (cf. all. Schuld) a le sens de « culpabilité » (être condamné à payer une faute, être en dette par rapport à cette faute).

33 L’interprétation rassurante ou non dépend bien entendu du contexte et des inférences contextuelles. A propos de l’exemple suivant : “O Susie I will always love you! I shall always love you!”A. Bain, Higher English Grammar, 1879, cit. Visser (1969 : 1605), cit. E. Gilbert (2001 : 84) rend compte de la différence entre SHALL et WILL en ces termes : “It is as if the speaker thinks his assertion with will too weak, since it depends upon his will and he is conscious that there is a possibility of his will not being constant. He therefore adds a construction in which the promise is not represented as coming from himself but as coming from Providence or Fate, and consequently as sure to be kept”. Une promesse peut être aussi « forte » avec WILL qu’avec SHALL, mais elle n’est pas fondée sur les mêmes critères.

34 Rappelons que le vecteur basique de SHALL (et de WILL) est C2, c’est-à-dire un transfert dans un contexte environnemental autre que le système lui-même, qu’on peut assimiler rapidement à une projection dans l’avenir. Ici, avec SHALL, c’est l’inéluctabilité menaçante de la prise de pouvoir par les femmes, et l’incapacité à changer le cours de choses, qui sont mises en avant sur cette base.

35 En français, on observe une répartition similaire avec du côté α le savoir et le vouloir, et du côté β le pouvoir et le devoir. Étymologiquement, on a un rapport clair en anglais entre CAN et le savoir, WILL et le vouloir, MAY et le moyen ou la puissance, SHALL et la dette.

36 Il y a paradoxe au sens où les deux partenaires de la communication doivent partager à l’identique leurs états pour se comprendre, alors qu’ils sont irrémédiablement différents.

37 “Systems have never really had a good press. They seem to suggest that there is more order and reason in the world than any of us is ready to admit and able to account for.”.

38 Cf. E. Sofia (2017).

39 Pour C. Kerbrat-Orecchioni, il faut « recentrer » la linguistique sur son objet propre » par la notion d’interaction et de communication inter-personnelle en situation. Or, le système en l’état, avec sa définition actuelle, n’a pas « vocation à communiquer » et contraint au « bricolage » (1998 : 63).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Les deux axes de relation entre auxiliaires en anglais
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/16159/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Légende Figure 2. La place en système de MUST
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/16159/img-2.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Douay et Daniel Roulland, « Pour une pragmatique de 2nd degré : le système des auxiliaires modaux en anglais »Corela [En ligne], 21-1 | 2023, mis en ligne le 12 juin 2023, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/corela/16159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corela.16159

Haut de page

Auteurs

Catherine Douay

Université de Picardie – Jules Verne

Articles du même auteur

Daniel Roulland

Université Rennes 2/ACE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search