Navigation – Plan du site

Les formules d’allocution nominales dans les Tragédies de Sénèque

Étude morpho-syntaxique et pragmatique
Colette Bodelot et Estelle Verdier

Résumés

Le but de cet article est de déterminer les propriétés morpho-syntaxiques et pragmatiques des formules d’allocution nominales dans le discours tragique de Sénèque. Après une brève présentation du rôle joué par ces formules d’allocution dans l’énonciation dramatique, on procédera à une étude plus formelle. D’un point de vue morphologique, on analysera les différentes marques de ces séquences : l’emploi du vocatif latin vs. nominatif, la particule o. L’étude syntaxique se limitera d’abord à la structure interne de la formule. Au vu de certains exemples ambigus, on s’attachera à distinguer l’apostrophe du prédicatif, de l’épithète et de l’apposition. On examinera en outre dans quels cas le pronom personnel tu s’avère être un nominatif ou un vocatif fonctionnel. Dans une optique macro-syntaxique, l’article se terminera sur une analyse de la relation que la séquence allocutive nominale entretient avec le reste de l’énoncé. Comme il existe une affinité particulière entre le vocatif et l’impératif, tous les types d’actes de langage ne sont pas représentés à part égale dans la proposition-hôte.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1  Le corpus est constitué de Hercules furens, Troades, Phoenissae, Medea, Phaedra, Oedipus, Agamemno (...)

1Cette étude se propose d’illustrer par différents exemples tirés des Tragédies de Sénèque1 la variété des tours nominaux dont use le locuteur pour s’adresser à une ou plusieurs personnes ou entités abstraites ou concrètes.

2Après une définition rapide de son rôle discursif, nous étudierons la constitution morpho-syntaxique interne de la formule d’allocution, pour nous interroger ensuite sur sa position dans la phrase : « extraposée » ou « hors rection », la séquence d’allocution nominale est-elle aussi « hors énoncé » ?

2. La participation de la formule d’allocution nominale à la construction d’une sphère relationnelle qui structure l’interaction dialogale

3Définissons d’abord la place que l’allocution occupe dans le discours dramatique.

2.1. L’allocution au cœur de l’énonciation dramatique 

4Le théâtre constitue un mode d’énonciation singulier : il suppose l’enchâssement d’un ensemble de situations de communication, de dialogues entre personnages à l’intérieur d’une scène d’énonciation globale où s’associent locuteur, allocutaire, moment et lieu.

5Dans un discours, deux actants, un locuteur et un allocutaire, procèdent à un échange (Kerbrat-Orecchioni, 1997, ch. 2). Chaque discours définit le statut que se confère le locuteur et celui qu’il confère à son destinataire pour légitimer son dire.

6Dans la communication théâtrale, les répliques s’enchaînent entre les personnages qui, tour à tour, deviennent émetteur et récepteur et cherchent à s’influencer par la parole.

7La parole est donc une activité sociale et le langage verbal est, par essence, fait pour être adressé ; cette fonction est, dès la phase d’encodage, inscrite dans le discours de l’émetteur, implicitement ou explicitement, notamment au moyen des marques d’allocution, comme c’est souvent le cas dans les propos des personnages sénéquiens. Au fur et à mesure que le discours s’installe entre les interlocuteurs, ces marques se multiplient et les allocutaires en usent chacun à leur tour dans le circuit d’échange dit dialogal (Kerbrat-Orecchioni, 19952, 15).

2.2. Un relationème caractéristique de l’interaction verbale

  • 2  Il se peut que l’on omette parfois de joindre à l’expression formule d’allocution l’adjectif nomin (...)

8Le terme d’allocution vient du latin adlocutio qui signifie, entre autres, parole ou expression vers, en direction de. L’étymologie (Sweetser, 1990) installe donc les formules d’allocution2 au cœur même de la communication et d’une situation interactionnelle.

9Ces formules apparaissent comme des relationèmes, des moteurs de la relation interpersonnelle qu’est l’échange verbal. Pourvues d’une valeur déictique (exprimer la 2e personne, c’est-à-dire référer au destinataire du message), elles contribuent à établir ou à maintenir ladite relation. Apparaissant en sus des marqueurs normaux de validation interlocutoire – pronoms personnels, formes verbales de 1ères et 2es pers. –, elles représentent une sorte de surenchère énonciative à visée pragmatique : par leur usage, le locuteur insiste davantage sur l'identité de la personne ou de la chose interpellée et se positionne lui-même par rapport à l'interpellé. Ainsi, Phèdre qui interpelle sa nourrice s'identifie elle-même comme alumna par rapport à la nutrix en question (Dickey, 2002, 205) :

(1) Phaedr. 177-178 : Phèdre :
Quae memoras scio
uera esse, nutrix ; « Ce que tu rappelles est vrai, je le sais, nourrice ; »

2.3. Dialogue dramatique vs. monologue et soliloque

10Les marques d’allocution interviennent surtout en contexte dialogal. Mais il est nécessaire de mentionner l’exception du monologue, qui s’entend comme un discours auto-adressé. Chez Sénèque, le monologue peut comporter des formules d’allocution à l’attention du locuteur lui-même, de divinités, de personnages absents de la scène ou décédés, donc être d’une certaine façon aussi adressé à une altérité. À preuve les formules d’allocution nominales qui ouvrent le prologue de Médée :

(2) Med. 1-12 : Médée :
Di conjugales tuque genialis tori,
Lucina, custos quaeque domituram freta
Tiphyn nouam frenare docuisti ratem,
et tu, profundi saeue dominator maris,
clarumque Titan diuidens orbi diem
…, uoce non fausta precor.
« Dieux du mariage, toi Lucine, gardienne du lit nuptial, toi de qui Tiphys apprit à conduire le merveilleux navire, futur dompteur des mers, toi cruel dominateur de la mer profonde, toi Titan qui répartis pour la terre la clarté du jour, …, je lance vers vous une prière, d’une voix qui n’appelle pas le bonheur. »

11De même lorsque Clytemnestre s’adresse à son âme :

(3) Ag. 108 : Clytemnestre :
Quid, segnis anime, tuta consilia expetis ?
« Pourquoi, cœur mou, recherches-tu un parti sûr ? »

12Le personnage est ici seul sur scène ; mais un énoncé monologal peut être considéré comme virtuellement dialogal, étant donné que la présence de l’autre est inscrite dans son discours.

13Reste à mentionner le dispositif énonciatif particulier du soliloque : il s’agit à la fois de quelqu’un qui se parle à lui-même et de quelqu’un qui, en compagnie, est seul à parler. Les tragédies de Sénèque présentent de nombreux exemples de soliloques comme les vers 920 à 969 de Thyeste, dont le début est reproduit en (4) : Thyeste est aux côtés d’Atrée, muet, et s’adresse à son âme :

(4) Thy. 920-921: Thyeste :
Pectora longis hebetata malis,
iam sollicitas ponite curas :
« Mon cœur, meurtri par de longs malheurs, laisse désormais angoisses et peines.»

14Après avoir ainsi mis en relation énonciation dramatique, allocution et interaction, livrons-nous à un examen plus formel de la séquence d’allocution nominale, et cela aussi bien d’un point de vue morphologique que syntaxique.

3. La constitution interne de la formule d’allocution nominale stricto sensu

3.1. Les différentes marques formelles de la séquence

3.1.1. La marque flexionnelle du vocatif : un indice infaillible de la fonction interpellative

15Un indice sûr de l’interpellation nominale est en latin la marque flexionnelle du vocatif. Mais le vocatif ne se distingue en principe du nominatif qu’à la deuxième déclinaison du singulier pour les noms en –us. Chez Sénèque, ce vocatif en –e est surtout attesté pour des adjectifs ou participes qualificatifs. Les cas où il marque un nom commun ou un nom propre sont beaucoup moins fréquents.

  • 3  Dans Herc. f., Tro., Phoen. et Ag., c’est le cas pour 7 vocatifs sur 76.

16Le vocatif formel est accompagné dans environ un cas sur dix3 de la particule o :

(5) Phoen. 182-183 : Antigone :
Pauca, o parens magnanime,miserandae precor
ut uerba natae mente placata audias.
« Ces quelques mots de ta pitoyable fille, ô père magnanime, je t’en supplie, écoute-les l’esprit tranquille. »

17À côté des vocatifs en –e provenant d’un nom propre en –us (type Bacche (Oed. 407a), Pyrrhe (Tro. 666), Phoebe (Thy. 793), etc.)se rencontrent aussi des vocatifs masculins en –a ou en –e provenant d’un nom propre en –es, d’origine grecque : Oresta (Ag. 933); Alcide (Phaedr. 1217), Vlixe (Tro. 576), Pylade (Ag. 941);il s’agit là encore de thèmes nus dépourvus de la désinence –s propre au nominatif ; sur le même modèle sont formés les vocatifs Theseu (Herc. f. 637), Atreu (Thy. 513),en face des nominatifs Theseus, Atreus ; une transcription directe du grec est aussi la forme Oedipu (Phoen. 178).

  • 4  Sur la prédication ou l’énonciation supplémentaire que le mi accompagnant un vocatif fonctionnel s (...)

18L’emploi familier d’un nom propre accompagné de mi4 ou d’une autre forme de meus est fréquent dans les Lettres de Sénèque (mi Lucili) mais entièrement absent dans les Tragédies.

3.1.2. La particule o : un indice faiblement discriminant 

  • 5  Pour o + accusatif exclamatif, voir p. ex. Tro. 956 : O manum Paridis leuem !
  • 6  Voir en (6) le point d’exclamation après horrida.

19Les apostrophes revêtant la forme casuelle du nominatif sont infiniment plus nombreuses ; la particule o,du fait qu’elle n’intervient ici encore que sporadiquement et qu’elle est susceptible d’accompagner aussi une exclamation5, n’est qu’un critère faible d’identification. Comme en latin le facteur prosodique n’est guère plus fiable, étant donné l’absence d’enregistrement en direct et le caractère peu sûr des signes de ponctuation ajoutés par les éditeurs modernes6, il en résulte des cas ambivalents où la distinction entre apostrophe rhétorique et exclamation paraît difficile :

(6) Tro. 1056-1058 : Le messager :
O dura fata, saeua, miseranda, horrida!
Quod tam ferum, tam triste bis quinis scelus
Mars uidit annis ?
« Ô durs destins, cruels, pitoyables, horribles ! Mars a-t-il vu durant ces dix années un crime aussi sauvage, aussi sinistre ? »

20Dans certains cas, en revanche, le o indique d’emblée qu’une structure complexe, telle une proposition relative indéfinie, qui ne se prête guère à un emploi interpellatif, ne peut tenir lieu que de formule allocutive :

(7) Thy. 13-15 : L’ombre de Tantale :
O quisquis noua
supplicia functis durus umbrarum arbiter
disponis, …:
« Ô toi, qui que tu sois, maîtreimpitoyable des ombres, qui mets en place pour les défunts de nouveaux supplices, … : »

3.2. L’agencement syntaxique de la séquence

3.2.1. Nombre et catégorie des mots ou constituants en présence

21Les Tragédies de Sénèque, qui attestent un niveau de langue très soutenu, comportent plus que d’autres textes des formules d’allocution complexes. Ainsi, selon Dickey (2002, 32-33), 29 % de ces apostrophes sont faites de plus d’un mot (sans compter le o), 14 % de plus de trois termes.

22Les noyaux nominaux de la séquence allocutive peuvent être constitués de noms (communs ou propres), de pronoms, d’adjectifs substantivés ou de propositions relatives, auxquels s’ajoutent des déterminants, des adjectifs, des compléments nominaux, des adverbes ou des subordonnées ; plusieurs noyaux nominaux peuvent être juxtaposés ou coordonnés ; ils peuvent aussi donner lieu à des expansions appositives.

3.2.2. Hiérarchisation structurelle de la séquence : lieux d’ambiguïté

23De l’étoffement particulier des formules d’allocution résultent certaines difficultés d’interprétation concernant les rapports qui existent entre les constituants de la séquence. Contentons-nous de signaler quelques problèmes soulevés par ce qui semble souvent à tort être l’emploi d’un nominatif à la place d’un vocatif.

24Apostrophe vs. Prédicatif

25Il s’agit de cas où un adjectif au nominatif semble, à côté d’un vocatif et en séquence avec un verbe à la 2e pers., se prêter à un emploi allocutif :

(8) Med. 644-645 : Le chœur :
fratrem, Meleagre, matris
impius mactas …
« par un crime impie, tu immoles le frère de ta mère, Méléagre, … »

  • 7  Voir aussi iratus dans Herc. f. 1202.
  • 8  Rosén (1991, 136) dit que les « praedicativa » « dénotent des qualités éphémères, … » ; voir aussi (...)

26Impiuspourrait s’intégrer comme adjectif qualificatif en –e à la formule d’allocution7. Mais figurant au nominatif, il donne lieu à une autre interprétation satisfaisante : celle de complément prédicatif qui, syntaxiquement, représente un constituant du syntagme verbal et qui, pour cette raison, « caractérise lesdits individus non pas d’une façon générale, mais uniquement pendant le déroulement du procès exprimé par le SV » (Touratier, 1994, 421)8 :

  • 9  Cf. Ag. 958-959.

(9) Phoen. 571 : Jocaste :
Victor hinc spolia auferes,… ?9« Vainqueur, emporteras-tu de là des dépouilles, …? »

27Victor ne peut pas y être allocutif : non encore actualisé au présent de l’interlocution, il envisage une hypothèse future contemporaine de auferes.

  • 10  Selon Rosén (1991, 136), ce trait distingue les prédicatifs des attributs de l’objet à l’accusatif (...)
  • 11  Voir la commutation syntaxique possible de l’adjectif prédicatif avec un complément adverbial, com (...)

28Omissible car non appelé par la valence du verbe10, le prédicatif représente une sorte d’adjectif circonstant11 qui qualifie, sémantiquement, par rapport à leur état physique ou moral, les participants au procès. Non lié particulièrement à la personne de l’allocutaire, il peut se rencontrer avec n’importe quelle personne :

(10) Phoen. 222-224 : Œdipe :
Ego castam manumnefandus, incestificus, exsecrabilis,
attrecto ?

« Moi, criminel, incestueux, maudit, palper une main pure ? »

29Figurant à une forme neutre (qui peut être un nominatif ou un vocatif), le syntagme en question se prête occasionnellement à une double lecture, allocutive ou délocutive, surtout lorsque le temps de l’allocution coïncide avec celui du procès verbal à la 2e pers. :

  • 12  C’est nous qui mettons les virgules entre parenthèses et proposons deux traductions différentes.Vo (...)

(11) Herc. f. 1012 : Amphitryon :
Quo(,) misera (,) fugis ?12
« Où vas-tu, malheureuse / dans ton malheur ? »

30Prédicatif vs. épithète vs. apposition

31Dans certains des cas cités, on peut en plus hésiter entre l’interprétation comme prédicatif, constituant du SV, et appositif, constituant du SN. L’ordre des mots étant libre en latin, l’un et l’autre ne se distinguent guère par leur positionnement respectif par rapport au verbe et au nom ; ils semblent au contraire avoir un rôle sémantique comparable de prédication incidente, rattachée à un individu avec lequel l’un et l’autre s’accordent (Touratier, 1991, 44).

32Ces facteurs d’ambiguïté rendent incertaine la délimitation exacte de la séquence allocutive nominale. Il arrive ainsi qu’on hésite, pour des constituants apparents de la formule, entre l’interprétation épithétique, appositive ou prédicative :

(12) Phaedr. 922-924 : Thésée :
Siluarum incola
ille efferatus, castus, intactus, rudis,
mihi te reseruas ?
« Habitant des forêts, qui te veux farouche, chaste, pur, vierge, est-ce pour moi que tu te réserves ? »

  • 13  Sur l’emploi de ille dans l’allocution, voir Svennung (1958, 286-288).

33Comment faut-il segmenter le groupe nominal siluarum incola…rudis : faut-il tout d’abord rattacher ille13 à efferatus, castus, intactus, rudis ou, malgré le rejet, à siluarum incola ? Ensuite, les qualificatifs en –us, avec ou sans ille, représentent-ils, au nominatiuus pro uocatiuo, des constituants de la séquence vocative ? Si oui, à quel titre : comme épithète ou comme apposition ? Ou bien s’agit-il de prédicatifs, auquel cas le nominatif est justifié par les règles d’accord ? Autant de questions auxquelles il paraît difficile de répondre, chaque solution impliquant évidemment une intonation différente.

34Ailleurs se pose, à l’intérieur de la séquence allocutive, la question de savoir si l’on a affaire à un support + apport appositif, avec coréférence, ou à une coordination de termes d’adresse, isofonctionnels mais non coréférentiels :

(13) Oed. 1059-61 : Œdipe :
Violenta Fata et horridus Morbi tremor
maciesque et atra Pestis et rabidus Dolor,
mecum ite, mecum.
« Morts violentes, tremblement horrible de la Maladie, Maigreur, Peste couleur de nuit, Douleur qui enrage, venez avec moi, venez avec moi, venez. »

  • 14  Sur la relation « synecdochique » ou « inclusive » fréquente en cas d’apposition à valeur explicat (...)
  • 15  Cet argument peut plaider contre l’interprétation épithétique des adjectifs en –us dans (12). Serb (...)

35La ponctuation et la traduction proposées par Chaumartin invitent à une interprétation non appositive. Mais ne suffit-il pas de donner à uiolenta Fata le sens de « Destins cruels » pour en faire un hyperonyme14 par rapport aux fléaux énumérés par la suite et coordonnés par polysyndète ? Cette hypothèse peut être confortée par les formes en ‑us dont on dit qu’elles sont de préférence employées à la place du vocatif dans les appositions (Svennung, 1958, 249-251)15.

36Dans certains exemples, le nominatiuus pro uocatiuo ne nous aide toutefois guère à distinguer l’apposition de la coordination. À preuve :

(14) Herc. f. 1065-1077 : Le chœur :
Tuqueo domitor
Somne malorum, requies animi,
pars humanae melior uitae,
uolucre o matris genus asteriae,
frater durae languide Mortis,
ueris miscens falsa, futuri
certus et idem pessimus auctor,
pax o rerum, portus uitae,
lucis requies noctisque comes,
qui par regi famuloque uenis,
pauidum leti genus humanum

cogis longam discere noctem :
placidus fessum lenisque foue,
… ;
« Et toi, ô Sommeil, dompteur de nos maux, repos de notre âme, meilleure part de la vie humaine, ô fils ailé de ta mère étoilée, frère alangui de l’impitoyable Mort, toi qui mêles le vrai au faux, indicateur, sûr mais très piètre à la fois, de l’avenir, ô paix de l’univers, port de la vie, repos du jour, compagnon de la nuit, qui viens également pour le roi et l’esclave, qui forces le genre humain, terrifié par le trépas, à faire l’apprentissage de la longue nuit, de ton calme et de ta tendresse adoucis sa fatigue, … ; »

  • 16  Un autre exemple où le nominatif (iratus Atreus), en positionnement final, témoigne d’une « compac (...)

37On a un seul allocutaire : le sommeil. Il y a une succession de trois séquences clairement signalées comme allocutives par la particule o. Mais existe-t-il ou non à l’intérieur des trois séquences un rapport appositionnel entre un premier élément support introduit par o et les autres groupes nominaux ? Ce rapport ne semble exister de façon sûre qu’entre noctis comes et les relatives qui forment une unité de sens. En revanche, si l’on considère la deuxième séquence o matris genus asteriae…,on voit que dans son sillage se situent un GN avec un vocatif, languide, et un GN avec deux nominatifs, certus et pessimus. Malgré l’identité de la fonction syntaxique, il y a disparité casuelle. Le marquage morphologique se relâche ici au fur et à mesure qu’on avance dans la séquence et le nominatif, cas de la non-dépendance, ne semble alors valoir que par sa « fonction référencielle de ‘désignation’ » (Serbat, 1996, 32)16.

38Reste enfin à élucider le statut de tu, qui, antéposé aux séquences marquées par o, semble ici évincé de la formule d’allocution.

  • 17  Sur la question, voir Vairel (1986) ; Serbat (1996, 95-98).

39Comme tu possède d’une façon constante le trait sémantique de 2e pers., on pourrait s’attendre à ce qu’il soit particulièrement apte à figurer au vocatif17.

40Mais, comme le dit Serbat (1996, 95) « pour pouvoir être déclaré V (fonctionnel, sinon formel) il faut que tu ajoute à son signifié déictique lexical (2e personne) une valeur supplémentaire, d’adresse, dans une position extérieure à la charpente phrastique ». Ces deux valeurs supplémentaires semblent assurées dans (15), où la forme verbale accompagnant tu figure à une personne autre que la 2e, et dans (16), où le tu est repris par une forme du personnel à un cas oblique (Vairel, 1986, 46) :

  • 18  Cf. Phoen. 166-171 ; Med. 1-12.
  • 19  Cf. Med. 71-74 ; Phaedr. 959-965.

(15) Phaedr. 1207-1208 : Thésée :
tuque semper, genitor, irae facilis assensor meae :
morte facili dignus haud sum18
« Et toi, mon père, qui fus toujours trop prompt à seconder mes fureurs, j’ai mérité une mort horrible, … » (trad. L. Herrmann)
(16) Ag. 356-366 : Le chœur :
Tuque, o magni gnata Tonantis,
incluta Pallas,
quae Dardanias saepe petisti
cuspide turres,
te permixto matrona minor
maiorque choro
colit et reserat ueniente dea
templa sacerdos :
tibi nexilibus turba coronis
redimita uenit, tibi grandaeui lassique senes
compote uoto reddunt grates
libantique manu uina trementi19.
« Et toi, la fille du puissant dieu du Tonnerre, illustre Pallas, qui souvent as atteint de ta lance les tours dardaniennes, les femmes, jeunes et vieilles, t’honorent en mêlant leurs chœurs, et le prêtre ouvre ton temple à ta venue ; déesse, pour toi vient la foule ceinte de couronnes enlacées, à toi des vieillards épuisés par leur grand âge, leur vœu accompli, rendent grâce et font des libations de vin d’une main tremblante. »

41La possibilité de considérer tu comme sujet ou apposition au sujet n’est en revanche pas exclue lorsque le verbe de p réfère à la 2e pers. :

  • 20  Cf. Tro. 315-317.

(17) Ag. 404 : Tu pande
Phoen. 312 : tu tantum impera :
Phoen. 483 : Tu pone ferrum, …
(18) Herc. f. 1303-1304 : Amphitryon :
Natum potes seruare tu solus mihi,
eripere nec tu ;20
« Mon fils, toi seul tu peux me le conserver, mais pas me l’arracher ; »

42Dans le dernier exemple, l’adjectif au nominatif (solus) est un indice favorable à l’interprétation de tu comme sujet au nominatif.

  • 21  Cf. Thy. 1077-1079. La même interprétation est possible pour tu et uos dans Ag. 940-943.

43La même interprétation reste possible lorsque tu est, comme dans (14), séparé du groupe verbal par des séquences vocatives21 : celles-ci constituent alors à elles seules la formule d’allocution ; elles ne fonctionnent pas en apposition à tu,qui est lui un nominatif formel et fonctionnel.

44Avec un verbe à la 2e pers., l’interprétation de tu comme nominatif semble en revanche exclue en cas de coordination à un vocatif :

  • 22  Cf. Phaedr. 959 sqq.

(19) Phaedr. 1191-1192 : Phèdre :
Audite, Athenae, tuque, funesta pater
peior nouerca 22:
« Écoutez, citoyens d’Athènes, et toi, père encore pire qu’une funeste marâtre ! »

45Après avoir passé ainsi en revue différentes opacités structurelles internes à la séquence, focalisons notre attention sur la place qu’elle occupe dans l’énoncé.

4. La place de la formule d’allocution nominale dans l’énoncé

4.1. Un élément de structuration macro-syntaxique

4.1.1. Absence de rection prédicative

46Une propriété fondamentale qu’on reconnaît à la séquence vocative est son caractère asyntaxique, c'est-à-dire l’absence de rection exercée sur elle par un élément quelconque de la proposition-hôte (Serbat 1996 : 103-105).

4.1.2. Position détachée ou incidente

47Cette propriété asyntaxique explique que la séquence vocative :

48- soit parfois employée isolément, formant à elle seule un énoncé complet :

  • 23  Cf. Tro. 301-303.

(20) Tro. 342-343 : Agamemnon :
Ex uirginis concepte furtiuo stupro
et ex Achille nate, sed nondum uiro.23« Toi, né de la violence faite dans le secret à une vierge et fils d’Achille, mais quand il n’était pas encore un homme. »

49- occupe dans la grande majorité des cas une position liminaire dans l’énoncé, plus souvent frontale que finale, ou constitue en bloc une incise au sein de p :

(21) Herc. f. 637 : Hercule :
Theseu, resiste, ne qua uis subita ingruat.
« Reste, Thésée, afin d’empêcher quelque soudain coup de force. »
(22) Herc. f. 912-914 :Hercule :
Populea nostras arbor exornet comas,
te ramus oleae fronde gentili tegat,
Theseu ;
« Que le peuplier orne ma chevelure et toi, Thésée, que te couvre un rameau d’olivier, le feuillage de ta nation ; »
(23) Ag. 310 : Le chœur des Mycéniennes :
Canite, o pubes inclita, Phoebum !
« Chante Phébus, ô jeunesse illustre ! »

50Dans de rares cas, elleest disjointe par des éléments appartenant à p :

  • 24  Cf. Ag. 940-941. Pour un exemple avec discordance casuelle, cf. Thy. 176-180  (n. 16).

(24) Ag. 783 : Agamemnon :
o cara salue terra.24
« salut, ô terre bien-aimée ! »

4.1.3. Solidarité sémantique et pragmatique avec p

51Tout comme la séquence vocative, syntaxiquement évincée de la charpente phrastique, peut être tactiquement et prosodiquement imbriquée dans p, de la même façon elle entretient souvent un contact sémantique, de coréférence appuyée, avec un constituant de p : une désinence verbale ou un pronom de la 2e pers. :

(25) Phoen. 288-290 : Antigone :
Si nulla, genitor, causa uiuendi tibi est,
haec una abunde est, ut pater natos regas
grauiter furentes,
« Si tu n’as, père, aucune raison de vivre, en voici une qui suffit abondamment ; guider en père tes fils, proies d’une si violente fureur. »

  • 25  Voir aussi Jakobson (1963, 216).

52Une observation analogue peut être faite au niveau pragmatique : l’apostrophe ressemblant à une activité déictisante qui, par le biais de la situation énonciative, désigne de façon immédiate l’allocutaire, G. Guillaume (1919 / 1975, 300) a appelé le vocatif « une sorte d’impératif nominal »25. À ce titre, la formule allocutive est particulièrement apte à figurer, à un niveau macro-syntaxique, dans des énoncés qui prennent directement à partie l’interpellé en lui lançant, sur le mode injonctif, un appel à réagir, au niveau de l’action, de la parole ou de la perception.

4.2. Un élément interférant avec la modalité phrastique et la force illocutoire de la proposition-hôte

53Les fonctions pragmatiques et énonciatives de la séquence allocutive permettent de la mettre en rapport avec les modalités de phrase de la proposition-hôte et les actes de langage directs ou indirects qu’elle accomplit.

  • 26  Terme utilisé par Cervoni (1992, 17) pour désigner le support matériel ou la forme grammaticale de (...)

54D’après Détrie (2006, 20), le concept d’acte de langage est lié aux théories de l’énonciation et aux instances émettrices et réceptrices. On admet d’ordinaire que les modalités phrastiques26 sont au nombre de quatre : impérative, déclarative, interrogative, exclamative (Pinkster, 1988, 285-323). La modalité de la phrase indique directement ou indirectement le type d’acte que le locuteur veut accomplir. Quand il y a correspondance entre la modalité et l’acte de langage, on parle d’un acte de langagedirect, en cas de non-correspondance, d’un acte de langage indirect.

55La formule d’allocution est-elle compatible avec les quatre modalités de phrase évoquées ? Si oui, ces modalités sont-elles représentées à part égale ?

4.2.1. Compatibilité des formules d’allocution nominales avec la modalité impérative et sa force illocutoire

56La modalité impérative est essentielle pour notre étude : elle supporte, dans les tragédies, une majorité d’actes de langage directifs, les actes de langage optatifs y étant très rares. Les actes directifs qui entrent dans le sillage d’une formule d’allocution se caractérisent par des formes verbales à l’impératif et au subjonctif. Chez Sénèque, l’impératif prédomine.

57Les verbes qui figurent à l’impératif, au contact d’une formule d’allocution nominale, transmettent très souvent un ordre, en proposant à l’allocutaire des lignes de comportement à suivre. Les formules d’allocution incluses dans de tels énoncés participent à l’expression de l’ordre ainsi qu’à sa réalisation. L’ordre émane fréquemment de quelqu’un ayant une autorité supérieure. L’effet perlocutoire montre que le destinataire réalise normalement l’action exigée. Le rapport d’autorité est le plus net quand le destinataire est un esclave, un groupe, un personnage sans nom… Lorsque Phèdre s’adresse à ses esclaves, la formule d’allocution famulae renforce la nuance d’ordre qui apparaît à travers l’impératif :

(26) Phaedr. 387-388 : Phèdre :
Remouete, famulae, purpura atque auro inlitas
uestes, procul sit muricis Tyrii rubor.
« Écartez, servantes, ces habits teints de pourpre et d’or, loin d’ici l’éclat rouge du murex tyrien. »

58Mais les personnages tragiques savent aussi se lancer à eux-mêmes des ordres. C’est le cas de Phèdre qui fait pression sur elle-même en mêlant impératifs et formule d’allocution, ce qui constitue un martèlement illocutoire :

(27) Phaedr. 592 : Phèdre :
Aude, anime, tempta, perage mandatum tuum.
« Ose, mon âme, essaie, parachève toi-même la mission. »

59S’ajoute parfois une nuance moins contraignante : celle de l’incitation, très présente avec des formules d’allocution. Quoiqu’elle se fonde moins sur l’autorité du locuteur, l’effet recherché est néanmoins toujours la réalisation de l’action stipulée :

(28) Herc. f. 1063-1064 : Le chœur :
Soluite tantis animum monstris,
soluitesuperi, ...
« Délivrez son esprit de ses aberrations monstrueuses, délivrez-le, ô dieux,… »

60Dans un contexte religieux, l’incitation se confond avec la prière et l’invocation. Les formules invocatoires nominales reposent d’abord sur une exigence d’identification (Guittard, 1998, 74; peuvent s’y ajouter des expansions qualificatives. Le verbe de 2e pers., en liaison avec une formule d’allocution, chez Sénèque, est toujours à l’impératif. Une prière adressée à une divinité implique usuellement une certaine déférence. Mais quand la supplication se fait pressante, on s’éloigne de la prière pour se rapprocher de l’ordre. C’est l’indice d’un profond désarroi tragique associé à un désir ardent de voir changer les choses :

(29) Phaedr. 406-412 et 423 : La nourrice :
Regina nemorum, sola quae montes colis
et una solis montibus coleris dea,
conuerte tristes ominum in melius minas.
O magna siluas inter et lucos dea
clarumque caeli sidus et noctis decus,
cuius relucet mundus alterna uice,
Hecate triformis, en ades coeptis fauens.
Ades inuocata, iam faue uotis, dea :
« Reine des bois, qui habites, solitaire, les montagnes et, entre toutes les déesses, es adorée dans les montagnes solitaires, donne meilleur cours aux sombres événements dont nous menacent des présages. Ô déesse, puissante parmi les forêts et les bosquets sacrés, astre brillant du ciel et parure de la nuit, dont le rôle est d’éclairer, quand vient ton tour, l’univers, Hécate au triple visage, viens, sois là, accorde ta faveur à mon entreprise. … Réponds à mon invocation, exauce maintenant mes vœux, déesse. »

61Considérons ensuite le subjonctif. Ce sont des ordres à la 3ème pers. sans aucune tierce personne intermédiaire entre le locuteur et l’interlocuteur : le locuteur interpelle directement son allocutaire ; ce n’est cependant pas à lui mais, par exemple, à une partie de son corps qu’il enjoint d’exécuter l’ordre. Chez Sénèque, ces directives sont rares. Elles établissent une distance entre le locuteur et la personne à qui l’ordre s’adresse :

(30) Med. 465-466 : Médée :
 – Ingratum caput,
reuoluatanimus igneos tauri halitus
… ;
« Ingrat personnage, que ton esprit se remémore l’haleine de feu des taureaux, … ; »

62Les directives à la 1ère pers., en liaison avec des formules d’allocution, sont aussi très rares chez Sénèque. Il s’agit d’exhortations qui impliquent à la fois l’intérêt du locuteur et celui du destinataire. Les 1ères pers. du pluriel relevées dans Thyeste comprennent à chaque fois la personne du locuteur et une personne différente du je. Il s’agit d’encouragements échangés entre Atrée et Thyeste, qui, vu les circonstances, sonnent bien faux :

(31) Thy. 970-971 : Atrée :
Festum diem, germane, consensu pari
celebremus : …
« Célébrons, d’un commun accord, frère, ce jour de fête : … »

63Qu’en est-il enfin des ordresnégatifs liés à des formules d’adresse ?

64Le tour impératif ne + impératif présent est très en vogue à l’époque impériale et caractéristique de la langue poétique. En liaison avec une formule d’allocution, il s’emploie pour demander le non-accomplissement de l’action désignée :

(32) Ag. 796 : Agamemnon :
Ne metue dominam, famula.
« Ne crains pas ta maîtresse, esclave. »

65La modalité impérative peut aussi impliquer un acte de souhait. Ces actes assortis de formules d'allocution sont souvent liés chez Sénèque à la prière. Ils s’expriment surtout à la 3ème pers. au subjonctif. L’interlocuteur interpellé n’est pas vraiment en mesure de réaliser l’action souhaitée, surtout quand la réalisation du contenu dépend d’un facteur extérieur, lorsque sont impliqués une divinité, une notion abstraite ou un être fantastique. L’optativité relève de l’imagination et nous transporte dans un monde fictif. Le souhait ne vise pas un effet communicatif concret. La formule d’allocution permet de savoir quel est le destinataire du souhait ou qui pourrait bénéficier de sa réalisation. Ainsi en (33), où Thyeste souhaite qu’Atrée, apostrophé avec un terme de parenté, obtienne la reconnaissance des dieux pour tout ce qu’il fait :

(33) Thy. 530-531 : Thyeste :
Di paria, frater, pretia pro tantis tibi
meritis rependant. « Que les dieux t’accordent, frère, des récompenses en proportion égale à tes si beaux mérites. »

66Le regret d’Andromaque à l’adresse de son fils Astyanax s’exprime au moyen de utinam + subjonctif imparfait / plus-que-parfait :

(34) Tro. 556-558 : Andromaque :
Vtinam quidem esses, nate, materna in manu,
nossemque quis te casus ereptum mihi
teneret aut quae regio !
« Ah ! mon fils, si du moins tu étais dans les bras de ta mère et si je savais le malheur qui t’a arraché à moi et le pays qui te retient ! »

67Si les formules d’allocution interviennent dans les tragédies beaucoup plus rarement en liaison avec un acte de langage optatif qu’avec un acte de langage directif, c’est sans doute parce que les personnages sont en proie à des passions si fortes que leurs aspirations se manifestent plus souvent sous forme d’ordres et de requêtes que sous forme de prières et de souhaits.

68Force nous est donc de constater qu’il y a bien souvent alliance entre les formules au vocatif et l’impératif, vraisemblablement parce que leurs formes se rapprochent et que tous les deux ont pour fonction d’interpeller le destinataire.

4.2.2. Compatibilité des formules d’allocution nominales avec la modalité déclarative et sa force illocutoire

69La modalité déclarative correspond à différents actes de langage qui peuvent être en rapport avec des marqueurs d’adresse.

70Force illocutoire directe : les assertions

71Une phrase déclarative dans un acte de langage direct peut accomplir une assertion soit positive, soit négative. Le locuteur en assertant se pose comme croyant ce qu’il énonce et il informe son interlocuteur de son état de croyance, parfois en l’interpellant pour attirer son attention. On trouve la phrase déclarative chez Sénèque tantôt à l’indicatif, tantôt au subjonctif de toutes les personnes. Mais il ne nous a pas été possible de relever des formules d’allocution dans des déclaratives au subjonctif (de possibilité).

72A contrario,avec l’indicatif, le locuteur fait croire que ce qu’il énonce est vrai et réel. Chez Sénèque, le temps de l’indicatif le mieux représenté dans ce genre d’énoncés est le présent.

73Dans (35), le verbe à l’indicatif présent figure à la 1ère pers : le locuteur mentionne son savoir qu’il présente comme vrai et réel :

(35) Phaedr. 177-178 : Phèdre :
Quae memoras scio
uera esse, nutrix ; « Ce que tu rappelles est vrai, je le sais, nourrice. »

74Mais une formule d'allocution nominale au vocatif peut aussi accompagner une proposition assertive dont le verbe est aux 2e et 3e pers. de l’indicatif :

(36) Phaedr. 1244 : Le chœur :
Theseu, querelis tempus aeternummanet :
« Thésée, l’éternité te reste pour répandre tes plaintes : »

75Force illocutoire indirecte

76On sait qu’il est possible de donner un ordre sous forme déclarative au moyen du futur de l’indicatif à la 2e pers. Il s’agit d’une demande dont le ton peut varier et exprimer un ordre plus ou moins catégorique :

(37) Phoen. 178 : Œdipe :
Audies uerum, Oedipu :
« Tu vas entendre la vérité, Œdipe : »

77L’extrême rareté de ce cas de figure s’explique sans doute par le parallélisme entre impératif et vocatif.

78Le cas des performatifs

  • 27  Cf. Phaedr. 888-890.

79Les formules d’allocution que l’on rencontre dans les tragédies avec des verbes à la 1ère pers. de l’indicatif présent peuvent être des invocations lors de prières aux dieux (Guittard, 1998). Ces verbes sont des verbes comme precor, inuoco… en emploi performatif : en les prononçant, le locuteur effectue l’action de prier27:

(38) Phaedr. 663-664 : Phèdre : 
Te, tesoror, quacumque siderei poli
in parte fulges, inuoco ad causam parem : « Toi, toi, sœur, quel que soit l’endroit où tu brilles dans le ciel étoilé, je t’invoque pour une pareille cause ; »

80D’autres verbes performatifs sont employés en dehors de tout contexte de prière. Citons un emploi du verbe flagito suivi d’une proposition infinitive et accomplissant un acte directif :

 (39) Herc. f. 1242-1243 : Hercule :
Arma, arma, Theseu, flagito propere mihi
Subtracta reddi :
« Ces armes, ces armes qu’on m’a soustraites, Thésée, j’exige qu’on me les rende bien vite. »

4.2.3. Compatibilité des formules d’allocution nominales avec la modalité interrogative et sa force illocutoire

81Il est remarquable de voir que, chez Sénèque, les formules d'allocution apparaissent surtout dans des questions partielles. Les personnages sénéquiens sont des êtres si torturés et passionnés que leurs questions visent à aller au fond des choses et appellent des réponses assez étoffées.

82Force illocutoire directe

83L’interrogation peut révéler chez le locuteur un réel déficit informationnel accouplé à un désir de savoir. Les interrogatifs les mieux représentés dans les phrases avec des formules d’allocution sont les pronoms sujets quis, quid ou les circonstants qui marquent le lieu, le temps, la cause, le but, le moyen et la manière. L’exemple (40) nous montre un tel acte de questionnement véritable de la part de la nourrice (même si Médée ne lui répond pas et ne l’écoute pas) :

(40) Med. 380 : La nourrice :
Alumna, celerem quo rapis tectis pedem ?
« Toi que j’ai nourrie, vas-tu, de ce pas rapide, hors de ta demeure ? »

84Force illocutoire indirecte

85Mais les formules d’allocution apparaissent aussi, chez Sénèque, dans des interrogatives à force illocutoire indirecte. On ne saurait énumérer toutes les questions oratoires des huit tragédies tant elles sont nombreuses : dès lors qu’un personnage interpelle dans une question le destin, une divinité ou un ancêtre, un sentiment qui l’habite ou sa propre âme, nous savons que ces destinataires ne pourront lui répondre. Le locuteur se pose alors normalement la question à lui-même et la réponse lui paraît évidente. S’il use de formules d'allocution, c’est pour se situer dans l’interrogation ou pour se rapprocher des dieux ou de ses ancêtres et les inviter en quelque sorte à se poser eux-mêmes la question (Hoff, 1979 n. p., 192).

86Avec certaines questions oratoires, la formule d’allocution renvoie toutefois à un destinataire présent en face du locuteur. En ce cas, il est obligé de se construire intérieurement la réponse à la question rhétorique posée par le locuteur, et cela fréquemment sous forme d’une assertion négative, dans la mesure où les questions oratoires rencontrées avec des formules d’allocution sont généralement positives. À preuve la question suivante qui peut être interprétée comme une question rhétorique, orientée vers une assertion négative : Nemo uos… deflere digne poterit :

(41) Herc. f. 1227-1228 : Hercule :
Quis uos per omnem, liberi, sparsos domum deflere digne poterit ?
« Vous, enfants, éparpillés sur le sol de toute notre demeure, qui pourra vous pleurer dignement ? »

87La modalité interrogative peut aussi exprimer un acte de langage directif. Orlandini (1980, 103-140) nomme ce type d’interrogations des « questions rhétoriques volitives ». Le locuteur attend alors une réaction au niveau du faire. L’ordre est négatif si la négation est absente de l’interrogation (42); l’ordre est affirmatif s’il y a présence d’une négation dans la question (43) :

(42) Med. 937 : Médée :
Quid, anime, titubas ?
« Pourquoi, mon âme, chancelles-tu ? »
(43) Herc. f. 109 : Junon :
Iuno, cur nondum furis ?
« Junon, pourquoi ne déploies-tu pas encore ta fureur ? »

88Ce type d’ordre négatif est bien représenté chez Sénèque. Mais les ordres, surtout positifs, exprimés à l’impératif sont beaucoup plus fréquents que ceux donnés sous forme d’une interrogation, du fait certainement du parallélisme entre impératif et vocatif.

89On trouve enfin chez Sénèque des questions délibératives que le personnage se pose à lui-même pour marquer son désarroi :

(44) Tro. 1058-1059 : Le messager :
Quid prius referens gemam,
tuosne potius an tuos luctus, anus ?
« Qu’exposerai-je d’abord en gémissant, plutôt tes douleurs ou les tiennes, vieille femme ? »

90Dès lors que l’on étudie l’interrogation, il faut mentionner la réponse : on ne trouve aucune formule d’allocution nominale dans les réponses, parce que les personnages sénéquiens ne répondent pas souvent aux questions qu’on leur pose, et surtout parce que celui qui pose la question est censé écouter la réponse sans qu’il ait besoin d’être interpellé.

4.2.4. Compatibilité des formules d’allocution nominales avec la modalité exclamative et sa force illocutoire

91Reste à parler de la modalité exclamative. Celle-ci exprime la réaction du locuteur face à un état de fait donné ou envisagé. Égocentrée, elle ne vise pas un échange verbal : elle a trait à la fonction expressive et émotive du langage (Jakobson, 1963, 214). C’est le locuteur qui est au premier plan, dans la mesure où l’exclamation représente son humeur, son attitude. Dans le corpus, les énoncés exclamatifs associés à une formule allocutive sont rares :

  • 28  Cf. Oed. 6-7.

(45) Phaedr. 1114-1117 : Thésée :
O nimium potens,
quanto parentes sanguinis uinclo tenes,
natura, quam te colimus inuiti quoque : occidere uolui noxium, amissum fleo.
« Ô trop puissante Nature, combien est fort ce lien du sang par lequel tu tiens enchaînés les pères et comme nous respectons ton ordre même malgré nous. J’ai voulu que meure un coupable et je pleure sa perte. »28

92Quanto et quam reflètent une réaction affective de Thésée face à la puissance de la nature, qu’il apostrophe. Ces vers traduisent une tension contradictoire par rapport à un monde d’attente (Martin, 1987, 94-95). Une formule d’allocution peut donc apparaître en modalité exclamative lorsqu’il y a imbrication d’un contexte allocutif et émotif.

93Les formules d’allocution nominales sont ainsi surtout compatibles avec les trois premières modalités étudiées. Leur emploi est très restreint en modalité exclamative. La plupart de ces formules apparaissent au contact de l’impératif car il existe entre eux une étroite parenté énonciative. D’une façon générale, c’est dans les phrases à valeur directive qu’elles sont très présentes. Elles apparaissent aussi de préférence avec des actes de langage directs, sans doute, parce que servant à apostropher explicitement le(s) destinataire(s) de l’énoncé, elles sont elles-mêmes, par nature, directes.

5. Conclusion

94Nombre des traits morpho-syntaxiques et pragmatiques de la formule d’allocution que nous venons de mettre en lumière – sa constitution d’un thème nominal nu, volontiers associé au thème verbal nu que représente l’impératif, l’opacité fréquente de sa structuration interne, sa position syntaxique hors phrase mais ses implications sémantiques et pragmatiques dans l’énoncé – sont des procédés d’encodage caractéristiques d’un fait de discours direct dont le signifié n’est pleinement activé que dans une situation de (co-)énonciation. Cela explique que des phénomènes oraux, telle l’intonation, qui pour une langue « morte » comme le latin ne peut, hélas, être appréhendée qu’imparfaitement, sont absolument indispensables pour lever les ambiguïtés.

Haut de page

Bibliographie

Bodelot, C. (2000). Espaces fonctionnels de la subordination complétive en latin. Etude morpho-syntaxique et sémantico-énonciative. Louvain-Paris : Peeters.

Bodelot, C. (éd.) (2007). Éléments « asyntaxiques » ou hors structure dans l’énoncé latin. Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal.

Bodelot, C. (2007). Syntaxe liée vs. syntaxe non liée ou de l’utilité de distinguer une macro-syntaxe de la (micro-)syntaxe en latin, in Bodelot, C. (éd.), p. 15-33.

Calboli, G. (éd.) (1980). Papers on Grammar, I. Bologna : Clueb.

Cervoni, J. (1992). L’énonciation. Paris : PUF.

Détrie, C. (2006). De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale. Paris : CNRS éditions.

Dickey,E. (2002). Latin Forms of Address, From Plautus to Apuleius. Oxford : University Press.

Guillaume, G. (1919 / 1975). Le Problème de l’article et sa solution dans la langue française. Paris : Nizet ; Québec : Presses de l’Université Laval.

Guittard, Ch. (1998). Invocations et structures théologiques dans la prière à Rome. Revue des Etudes Latines, 76, p. 71‑92.

Hoff, F. (1979, n. p.). Le système linguistique de l’interrogation en latin classique. Thèse de doctorat présentée à l’Université de Strasbourg II, sous la direction de H. Fugier.

Jakobson,R. (1963). Essais de linguistique générale. Paris : Editions de Minuit.

Joffre, M. D. (2007). Ocelle mi (Plaut. Trin. 245), un emploi hors structure ?, in Bodelot, C. (éd.), p. 123-135.

Kerbrat-Orecchioni, C. (19952). Les interactions verbales, I. Paris : Armand-Colin.

Kerbrat-Orecchioni, C. (1997). L’énonciation. De la subjectivité dans le langage. Paris : Armand-Colin.

Martin, R. (1987). Langage et croyance. Les « univers de croyance » dans la théorie sémantique. Bruxelles : Mardaga.

Orlandini, A.(1980). Vnius figurae crudelis euentus or On Rhetorical Questions, in Calboli, G. (éd.), p. 103-140.

Pinkster, H. (1988). Lateinische Syntax und Semantik.Tübingen : Francke Verlag.

Rosén, H.(1991). Encore du ‘praedicativum’, in Touratier, C. (éd.), p. 135-140.

Serbat, G. (1996). Grammaire fondamentale du latin. Tome VI : L’emploi des cas en latin, vol. 1 : Nominatif, Vocatif, Accusatif, Génitif, Datif. Louvain-Paris : Peeters.

Svennung, J. (1958). Anredeformen. Vergleichende Forschungen zur indirekten Anrede in der dritten Person und zum Nominativ für den Vokativ.Uppsala : Almqvist & Wiksells ; Wiesbaden : Otto Harrassowitz.

Sweetser, E. (1990). From Etymology to Pragmatics. Metaphorical and Cultural Aspects of Semantic Structure.Cambridge : University Press.

Touratier,C. (éd.) (1991). Compléments prédicatifs et attributs du complément d’objet en latin. Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence – Aix-Marseille I.

Touratier, C. (1994). Syntaxe Latine. Louvain-la-Neuve, Peeters.

Vairel, H. (1986). Le problème du cas de tu : nominatiuus tantum, uocatiuus tantum, aut uterque ? Revue de Philologie, 1, p. 31-57.

Verdier, E. (2004, n. p.). Les formules d’allocution dans Phèdre, Médée, Œdipe et Thyeste de Sénèque. Mémoire de Maîtrise, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, sous la direction de C. Bodelot.

Haut de page

Notes

1  Le corpus est constitué de Hercules furens, Troades, Phoenissae, Medea, Phaedra, Oedipus, Agamemnon, Thyestes. En raison du doute qui pèse sur leur authenticité, Hercules Oetaeus et Octauia ont été exclus de notre inventaire.Sauf indication contraire, les exemples sont cités et traduits d’après la « Collection des Universités de France », texte établi et traduit par F. R. Chaumartin (Paris, 1996 ; 1999).

2  Il se peut que l’on omette parfois de joindre à l’expression formule d’allocution l’adjectif nominale,qu’il faut  sous-entendre.

3  Dans Herc. f., Tro., Phoen. et Ag., c’est le cas pour 7 vocatifs sur 76.

4  Sur la prédication ou l’énonciation supplémentaire que le mi accompagnant un vocatif fonctionnel superpose à l’acte d’interpellation premier, voir Joffre (2007).

5  Pour o + accusatif exclamatif, voir p. ex. Tro. 956 : O manum Paridis leuem !

6  Voir en (6) le point d’exclamation après horrida.

7  Voir aussi iratus dans Herc. f. 1202.

8  Rosén (1991, 136) dit que les « praedicativa » « dénotent des qualités éphémères, … » ; voir aussi Pinkster (1988, 229-231).

9  Cf. Ag. 958-959.

10  Selon Rosén (1991, 136), ce trait distingue les prédicatifs des attributs de l’objet à l’accusatif, par ex.

11  Voir la commutation syntaxique possible de l’adjectif prédicatif avec un complément adverbial, commutation qui ne préjuge pas de l’équivalence sémantique des deux constructions (Pinkster, 1988, 233-236 ; Rosén, 1991, 139). Touratier (1994, 422) précise que « l’adjectif circonstant restreint l’extension de la relation logique qu’exprime le verbe à l’aide d’une particularité qui concerne un des actants du procès verbal, alors que l’adverbe circonstant restreint cette extension à l’aide d’une particularité qui vise la forme même du procès. »

12  C’est nous qui mettons les virgules entre parenthèses et proposons deux traductions différentes.Voir aussi Herc. f. 1033.

13  Sur l’emploi de ille dans l’allocution, voir Svennung (1958, 286-288).

14  Sur la relation « synecdochique » ou « inclusive » fréquente en cas d’apposition à valeur explicative, voir  Bodelot (2000, 112 et passim).

15  Cet argument peut plaider contre l’interprétation épithétique des adjectifs en –us dans (12). Serbat (1996, 109) parle en ce cas d’une « compacité réduite » de la séquence vocative.

16  Un autre exemple où le nominatif (iratus Atreus), en positionnement final, témoigne d’une « compacité réduite » est Thy. 176-180.

17  Sur la question, voir Vairel (1986) ; Serbat (1996, 95-98).

18  Cf. Phoen. 166-171 ; Med. 1-12.

19  Cf. Med. 71-74 ; Phaedr. 959-965.

20  Cf. Tro. 315-317.

21  Cf. Thy. 1077-1079. La même interprétation est possible pour tu et uos dans Ag. 940-943.

22  Cf. Phaedr. 959 sqq.

23  Cf. Tro. 301-303.

24  Cf. Ag. 940-941. Pour un exemple avec discordance casuelle, cf. Thy. 176-180  (n. 16).

25  Voir aussi Jakobson (1963, 216).

26  Terme utilisé par Cervoni (1992, 17) pour désigner le support matériel ou la forme grammaticale de la phrase.

27  Cf. Phaedr. 888-890.

28  Cf. Oed. 6-7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colette Bodelot et Estelle Verdier, « Les formules d’allocution nominales dans les Tragédies de Sénèque », Corela [En ligne], HS-8 | 2010, mis en ligne le 27 juin 2011, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/corela/1825 ; DOI : 10.4000/corela.1825

Haut de page

Auteurs

Colette Bodelot

Université Clermont-Ferrand II, LRL

Estelle Verdier

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Corela – cognition, représentation, langage est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • OpenEdition Journals