Navigation – Plan du site

Quelques précisions sur l’anaphore notionnelle

Elisabet Johansson-Manoury

Résumés

Le présent article vise à apporter quelques précisons sur l’anaphore notionnelle à l’aide du marqueur SO dans un contexte bien spécifique : SO en fonction attribut de l’objet associé aux verbes make, find, consider et describe. En effet, ce contexte permet de rendre compte de la subtilité de l’anaphore notionnelle. Le but du présent article est de démontrer qu’il y un lien entre la nature de l’antécédent, la façon dont SO anaphorise, la façon dont SO qualifie l’élément sur lequel il porte et la position de SO : antéposé au verbe ou postposé au verbe.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Cet article constitue une suite de E. JOHANSSON-MANOURY (2012). Les deux articles sont extraits d’u (...)
  • 2 Les concepts de notion et d’altérité dans le cadre d’une étude sur le marqueur SO ont été utilisés (...)

1La présente étude1 se situe dans un cadre énonciatif. Plus précisément, nous empruntons, entre autres, les termes de notion et d’altérité2 à la théorie des opérations énonciatives d’Antoine Culioli.

  • 3 Cf. aussi R. MAUROY (1997) qui parle d’anaphore notionnelle et E. GILBERT (2004) qui reprend R. MAU (...)
  • 4 De ce fait, afin de ne pas alourdir cette étude nous n’approfondissons pas la différence entre les (...)

2SO effectue une anaphore à un niveau notionnel3, c’est-à-dire purement qualitatif4. Dans la thèse nous avons démontré que l’antécédent de SO constitue une première mention de la notion et lors de l’anaphorisation s’effectuant à un niveau notionnel il y a déconstruction de la notion véhiculée par l’antécédent. Cette déconstruction permet la reconstruction de la notion par rapport à un point de vue subjectif. L’intervention subjective sur le contenu notionnel anaphorisé permet à la source subjective de re-situer (en p) la notion posée dans l’antécédent sans pour autant en faire une occurrence référentielle de la notion.

3De ce fait, il y a deux façons d’appréhender l’anaphore à partir de la notion antécédente : soit il y a présence de l’altérité au niveau de ce qui est anaphorisé soit, au contraire, il y a absence de l’altérité au niveau de ce qui est anaphorisé. Autrement dit, ce n’est pas la nature de l’antécédent qui est primordiale mais la façon dont SO anaphorise cet antécédent : c’est SO qui construit l’altérité en accord avec le contexte et en accord avec un point de vue subjectif. Nous postulons que le travail effectué sur la notion est étroitement lié à la position du marqueur SO et de ce fait à la façon dont SO qualifie l’élément sur lequel il porte.

2. Les verbes de type : consider, describe, find, make

4A part le fait que ces quatre verbes peuvent tous se construire avec SO, rien ne semble les regrouper, du moins sur le plan sémantique. En effet, seuls les verbes consider et find ont, comme nous le verrons, un trait en commun. Par contre, sur le plan syntaxique ils ont tous la possibilité d’entrer dans une structure transitive complexe selon la terminologie utilisée par Quirk et al. Deux exemples d’illustration:

(1) « ‘ (…) College was dull, we covered the basics and then did a bit of everything – I hated portraiture, architectural and food shots – all the commercially viable stuff – but when I saw his work it struck a chord. Mind you, I wouldn’t risk my life for a shot in the way he did. I’m an awful coward.’ Aiming to visit Sudan and Ethiopia next year to continue her work, I doubt whether many people would consider her so! » (BNC FT7 732)

(2) « At least, Peter had found them disastrous, and he would find them so again if Anna chose to try and charm Colonel Richardson out of his opinion of working clergy wives. »(BNC CMJ 107)

5SO anaphorise, dans le premier exemple, un syntagme nominal, an awful coward, et, dans le deuxième exemple, un syntagme adjectival, disastrous. On notera que l’antécédent de SO qualifie un syntagme nominal qui renvoie au même référent que celui qui est ensuite qualifié par SO, par exemple them en (2). L’élément qualifié par l’antécédent de SO se trouve soit en position de sujet, exemple (1), soit en position d’objet, exemple (2). Par contre, lorsque ce même référent est ensuite qualifié par SO il se trouve toujours en position d’objet. De ce fait SO est attribut de l’objet.

6D’une manière générale, dans une structure transitive complexe, SO ne décrit pas la manière de réaliser le procès, comme c’est le cas lorsqu’il est incident à un verbe dynamique, mais il décrit la manière d’être d’un constituant (pro-)nominal, comme c’est le cas lorsqu’il est incident à un verbe statif.

7On peut citer, à titre de comparaison, l’exemple suivant où les adverbes portent sur le verbe. Dans ce cas le verbe n’a pas le même sens que dans l’exemple précédent :

(3) « Put things in a place where you can find them quickly and easily. » (CCELD)

8Il convient de préciser que la relation entre SO et l’élément qu’il qualifie peut être explicitée de la façon suivante :

  • « IN COMPLEX-TRANSITIVE complementation, the two elements following the complex-transitive verb have a subject-predicate relationship:

She considered her mother a sensible woman. [1]
She considered
her mother to be a sensible woman. [2]
The relationship between the elements
her mother and a sensible woman in [1] and [2] is equivalent to the same elements in the subordinate finite clause in [3]:
She considered
that her mother was a sensible woman. [3] »
(S. Greenbaum et R. Quirk, (1990 : 349)

9Autrement dit, SO entre implicitement dans ce que l’on appelle une proposition réduite. Les analyses qui vont suivre se limiteront, d’une part, à l’étude des verbes concernés et à leur particularité et, d’autre part, à l’étude de la particularité de SO antéposé.

2.1. Le verbe make

10Soit l’exemple suivant :

(4) « We expect him to be noble, and to make us so – yet he knows, and tries to tell us, how very humble man must be. » (Brown Corpus B03 41)

11SO anaphorise le syntagme adjectival noble, c’est-à-dire la propriété attribuée à him dans la relation représentée par him to be noble, et qualifie le syntagme nominal us. Le contexte implique que si c’est la valeur noble qui est visée (cf. to) une valeur complémentaire, humble, n’est pas pour autant complètement exclue.

12Selon S. Greenbaum et R. Quirk (1990 : 349–350), l’attribut de l’objet après un verbe comme make est de type « resulting ». Le verbe make partage ainsi ce trait avec la semi-copule become où l’attribut du sujet est aussi qualifié de « resulting » (cf. par exemple op. cit., p. 210). En fait, become et make indiquent tous les deux un changement d’état. Plus précisément, ils marquent la même opération de passage d’un état1 à un état2. La différence est qu’avec make, on instancie l’agent causateur de cette transition. Ceci est souligné par les définitions suivantes tirées de CCELD :

  • 5 Les exemples cités par CCELD (cf. par ex. He used to make her life hell.) montrent qu’au lieu de « (...)

→ « If something5 makes you a particular thing, (…), it causes you to be or become that thing. »

et

→ « If something makes you late, happy, angry, etc, it causes you to have or acquire the quality or feeling mentioned. »

Pour illustrer ce point on citera l’exemple suivant :

(5) « But it is equally harmful to swing to the opposite extreme: to claim that the enterprise of becoming literate is hard only because teachers make it so, (…). » (BNC EF8 1250)

13Dans cet exemple on comprend que s’il n’y avait pas l’agent causateur teachers la relation < the enterprise of becoming literate / be hard > ne serait pas validée, ou pour être plus précis, teachers est à l’origine de cette validation.

14Lors du passage d’un état1 à un état2 l’altérité est présente d’une façon plus ou moins explicite :

(6) « Top MTM man RICHARD Lines’ fall from grace is almost complete. Only one more thing remains to make it so: David Fyfe taking over Lines’ former position of managing director at the troubled chemicals company MTM. » (BNC K51 1234)

(7) « Sister Dew was a tedious little woman but she must be listened to because of all his parishioners she was the one most likely to take offence. She was a retired hospital nurse and Mark had often wondered why her noble profession, so intimately connected with the great events of life, should have made her so petty-minded. Perhaps it was their very greatness that made her so – one couldn’t be noble all the time. » (BNC HA4 80)

15Dans le premier exemple, le point de départ est p’, /not complete/, marqué explicitement par almost dans la phrase antécédente et le point d’arrivée, ou plus précisément la valeur envisagée, est p, /complete/. Dans le deuxième exemple, il y a opposition entre petty-minded et noble.

  • 6 Toutefois, il convient de préciser que, dans la construction sans SO, le GN2 peut renvoyer à l’imag (...)

16D’une manière générale, une structure transitive complexe comporte, pour reprendre les notations schématiques proposées par P. Larreya et C. Rivière (1991 : 231), la suite GN1 V GN2 GN3 ou GN1 V GN2 Adj. Or, lorsque SO correspond à la place marquée GN3 ou Adj, le GN2 est toujours un pronom. Lorsque SO n’est pas présent, le GN2 représente indifféremment un syntagme nominal ou un syntagme pronominal. Ainsi, la structure transitive complexe contenant SO implique à la fois que l’attribut de l’objet et l’objet sont de l’information connue6. Il en résulte que la phrase est orientée vers le sujet. Or, il arrive aussi que le sujet de la phrase soit un pronom. Dans ce cas la structure transitive complexe avec SO apparaît dans un contexte de type explicatif, comme dans l’exemple (8) ci-dessous, ou de type justificatif, comme dans l’exemple (9) :

(8) « The connection of past events to present experience of conflict is really crucial. Ask yourself again if there are any contact points between the hurts or wrongs of the past and your present difficulties. In Peter’s case, the whole sad business with Julian had made him jumpy to say the least. Peter is now an extremely suspicious person. He has made himself so by resolving never to make the same mistake twice. » (BNC CGE 586)

(9) « Sunray Hotel In a town with over 200,000 holiday beds, this small unprepossessing semi-detached house lying in a quiet residential area has a reputation for being special – in fact for being one of the best small hotels in the resort. What makes it so is the extraordinary care and attention given to every guest by its owner, Jean Dodgson. No one escapes from her warm welcome. The nine bedrooms have en suite facilities and colour TV. There is a comfortable lounge. Jean provides a very good five-course evening meal and will cater for special diets on request. » (BNC CJK 1411)

17Autrement dit, la validation de la relation concernée ne va pas de soi et de ce fait il faut l’expliciter, la justifier.

18Il convient de remarquer que dans le dernier exemple il y a à première vue deux antécédents possibles, le premier est le syntagme adjectival special et le deuxième est le syntagme nominal one of the best small hotels. Or, one of the best small hotels ne fait que spécifier, expliciter special. Ces deux expressions sont donc liées par une forme d’identification, ce qui implique que SO les anaphorise conjointement.

19En résumé, la différence majeure entre SO en position d’attribut du sujet, et SO en position d’attribut de l’objet, comme avec le verbe make, est qu’ici on instancie l’argument, l’agent causateur, qui est à l’origine de l’état, signifié par ce qui est anaphorisé par SO, attribué à l’objet. L’importance donnée au sujet de la construction transitive complexe avec SO est particulièrement évidente avec les verbes de type find et consider.

2.2. Les verbes find et consider

20Les définitions suivantes proposées par le CCELD montrent que les verbes find et consider entrent en relation synonymique :

find → « If you say that you find that something has a particular quality, you are expressing your opinion about it. »

et

consider → « If you consider a person or thing to be something, you have the opinion that this is what they are. »

Soit les exemples suivants:

(10) « Well I had to, I had to wait for about eight months or was it s six months to get one of my lights fixed but for er other things they were quite quick actually. Is that by using the Housing Office on the flat? Yeah. Are they very helpful there? Mm. Yes. I found them so. » (BNC GYM 354)

(11) « ‘I’m Molly Pargeter,’ was all she could think of to say. ‘I’ve seen you with your dog. He’s very beautiful.’ Being English, she thought that a sure way of bestowing pleasure on strangers was to compliment them on their dogs. ‘You find him so? To me it is a most hideous brute. Our walks together are painfully boring. Anyway, he is not mine, this Manrico.’ She pronounced the dog’s name with special contempt. ‘He was dumped on me by your friend when he vanished, promising, of course, to be back in a day or two.’ ‘My friend?’ ‘Your landlord. (…)’«  (BNC FB9 1592)

(12) « She had given in because she found him irresistible and, looking at his strong brown back in the first grey light of dawn, she still found him so. » (BNC CEY 2522)

(13) « The most attractive man in all Ireland, the girl in the shop had said, and perhaps he was. Certainly she found him so, despite what he so obviously thought of her, (…). » (BNC HGY 1249)

(14) « Le Vay was a fool – even other mystics considered him so – who was simply out to make a buck and live hedonistically. Much of his “satanism” was in fact stolen from the fiction of authors like H.P. Lovecraft. » (Source Internet, la page web a expiré)

21Dans l’exemple (10), la phrase antécédente est une interrogative Are they very helpful there ? La réponse par Yes valide la relation < they / be very helpful there > mais n’implique pas explicitement l’opinion subjective du sujet I alors que la suite de la réponse I found them so le fait. De plus I found them so vient en quelque sorte restreindre la réponse par Yes en précisant que c’est (au moins) l’opinion de I.

22Dans l’exemple (11) on oppose you à to me à propos de la propriété attribuée au chien, le premier le qualifie de very beautiful alors que le deuxième le qualifie de a most hideous brute.

23Dans l’exemple (12) il n’y a pas d’opposition entre deux opinions car on a le même sujet, she, dans la phrase antécédente et dans la phrase avec SO. De plus, il n’y a pas de changement ou, plus précisément, il y a absence de changement, marquée par still. Néanmoins, l’altérité est implicitement présente. Ceci pourrait être glosé par : elle aurait pu le trouver autrement, mais ce n’est pas le cas. Autrement dit, l’altérité est en quelque sorte prise en compte pour être éliminée. Le rôle de still est de marquer qu’on a affaire à la même validation pour le deuxième repère temporel que pour le premier. Cette mise en contraste et la nécessité de réaffirmer cette validation pour le deuxième repère temporel soulignent la possibilité d’une altérité entre ces deux moments.

  • 7 En ce qui concerne le terme identifier, et plus précisément « identify », emprunté à la Cambridge G (...)

24Dans l’exemple (13), il y a opposition entre l’énonciateur-narrateur qui dit, à propos de la propriété The most attractive man … attribuée à he/him, perhaps, he was et l’opinion du sujet she dans Certainly she found him so. Dans ce dernier exemple, l’antécédent de SO, The most attractive man … entre dans une structure elliptique : (He was) the most attractive man … Il convient de souligner que ce qui est anaphorisé par SO est une propriété d’origine subjective. De plus, il s’agit seulement de qualifier l’objet him par ce qui est anaphorisé par SO et non de l’identifier7.

25Dans le contexte juste après SO, despite introduit une valeur complémentaire dans la mesure où l’on s’attendait à ce qu’elle ne le qualifie pas en termes flatteurs.

26Pour terminer, dans l’exemple (1), ‘…I’m an awful coward.’, le fait même de dire I doubt whether many people would consider her so implique que la caractéristique attribuée à l’objet n’est pas prise en charge par tout le monde. Il s’ensuit que, encore une fois, une valeur complémentaire est implicitement envisageable. C’est ce que l’on pourrait paraphraser par : « si certaines personnes ne valident pas cette valeur c’est peut-être parce qu’elles en valident une autre ».

27Par contre, l’exemple (14) implique que la propriété attribuée à l’objet ne vaut pas seulement pour l’énonciateur mais qu’elle vaut également pour other mystics. Autrement dit, l’opinion de other mystics concorde avec le jugement subjectif exprimé par l’énonciateur dans la phrase antécédente <Le Vay / be a fool>. Il convient de remarquer que l’adverbe even souligne que la relation est validée pour le sujet contre toute attente. De ce fait, on retrouve le jeu sur une valeur complémentaire :

→ ce qui aurait dû être le cas : <other mystics / not consider him a fool>

→ ce qui est le cas : <other mystics / consider him a fool>

28A titre de comparaison, on peut noter l’impossibilité d’avoir : « *Le Vay was a doctor even other mystics considered him so … » où le syntagme nominal « a doctor » n’exprime pas une opinion de l’énonciateur.

29En résumé, avec les verbes de type find et consider, ce n’est pas l’énonciateur qui est à l’origine de la qualification de l’objet ; l’énoncé implique que c’est le sujet de la phrase qui qualifie l’objet de la propriété anaphorisée par SO. D’ailleurs, avec ces verbes, contrairement au verbe make, le sujet est toujours de type animé-humain. Ces verbes impliquent ce que l’on pourrait nommer une orientation vers le sujet car c’est plus celui qui est à l’origine de l’opinion que l’opinion elle-même qui a de l’importance. De plus, une valeur complémentaire apparaît le plus souvent en opposant différents points de vue.

2.3. La négation

30L’orientation vers le sujet de la phrase contenant SO se confirme lorsqu’on a une négation :

(15) « He had told Mr Rory Knight Bruce of the Evening Standard Londoner’s Diary that ‘whereas people in Cabinet have told me you are fair, I have not found you so. (...)’«  BNC HNK 845)

(16) « ‘She sat down in her usual corner. She needed distance between them as she fought to smother a treacherous joy that he should think her beautiful. She had never considered herself so. Yet his manner made it clear that he was simply stating a fact, not flattering with a compliment. » (BNC H7W 3327)

31En effet, SO n’est pas directement sous la portée de la négation et de ce fait la négation implique plutôt une orientation vers le sujet de la phrase. Dans les deux exemples, il y a opposition entre le sujet de la phrase antécédente et le sujet de la phrase contenant SO. Par exemple, en (15), il y a opposition entre people in Cabinet et le sujet I qui, plus précisément, n’adhère pas à l’opinion exprimée par la relation <you / be fair>.

En ce qui concerne le verbe make, l’exemple suivant est le seul de notre corpus :

(17) « (…) the general criticism that few of the greatest works of music are well composed throughout. Conscientiousness can not make them so; otherwise the form of Brahm’s long movements would be as wonderful as those of Handel’s (…) » (Brown Corpus G42 49)

32Néanmoins, cet exemple confirme que le sujet est à l’origine de l’état attribué à l’objet ou plus précisément, dans cet exemple contenant une négation, que le sujet n’est pas, ne peut pas être, à l’origine de cet état.

2.4. SO en position médiane

33L’hypothèse selon laquelle SO antéposé au verbe constitue un cas de figure différent se confirmera ici à travers l’étude d’un exemple avec le verbe consider, et l’étude de quelques exemples avec le verbe describe. En ce qui concerne ce dernier, il convient de préciser que nous avons aussi relevé des exemples avec SO postposé. C’est précisément ceux-ci qui vont permettre de bien voir la différence entre SO postposé et SO en position médiane.

2.4.1. Le verbe consider

34L’exemple suivant servira de point de départ :

(18) « Monsieur de Buxieres always treated Claudet as his own son, and every one knew that he so considered him. » (Source Internet, disponible à http://www.bookrags.com )

35SO anaphorise his own son. Toutefois, si on remplace SO par l’élément qu’il anaphorise on n’aura pas seulement his own son mais as his own son. Si on remplace SO par la suite en as on aura le schéma S + verbe + objet direct + as + attribut de l’objet, ce que, par exemple, J-R. Lapaire et W. Rotgé (1991 : 274) appellent « les constructions verbales à complémentation prépositionnelle complexe ». Pour ce type de construction, ils avancent deux hypothèses :

  • 8 Nous soulignons.

36→ « 1. AS, en sa qualité de relateur, permet d’associer très étroitement deux termes et d’indiquer qu’ils sont pensés ou traités "ensemble", "en commun". Dans X – AS + N8, le nom est comme accolé à X, ce qui peut produire, pour peu que le contexte y soit propice, l’effet " attribut naturel / systématique" et, par glissement, "caractéristique intrinsèque / définitoire" »

37→ « 2. AS aurait (discrètement) conservé de ALL le pouvoir de rendre un rapport de similitude intégrale ("completely alike", "quite so") au point que les deux termes comparés, quoique distincts, n’en auraient fait plus qu’un seul. D’où son emploi pour marquer l’identité ou l’indissociabilité de deux entités ; caractéristiques que l’on décèle également dans BE (verbe lexical ou auxiliaire). »

  • 9 Pour plus de précisions cf. E. JOHANSSON-MANOURY (2012).

38La propriété anaphorisée par SO antéposé est une propriété définitoire9 ou une propriété présentée comme telle. D’ailleurs, dans l’exemple ci-dessus, la référence anaphorisée par SO et attribuée à l’objet ne relève a priori en aucune manière d’un jugement subjectif de Monsieur de Buxieres, de la phrase. Il s’agit juste de mettre en relation les deux termes. Cette relation peut, comme on l’a vu, d’une part, être explicitée à l’aide de as et, d’autre part, à l’aide du marqueur d’identification be, par exemple :

→ … every one knew that he considered: him to be his own son // that he was his own son

39Autrement dit, la prédication seconde de la construction transitive complexe concerne la relation <Claudet (him) / be his own son>. Cette relation implique une relation d’identification, selon le terme utilisé par Quirk et al. (1985 : 741-742), entre les deux syntagmes nominaux dans la mesure où les deux éléments ont la même valeur référentielle et entrent dans une relation d’identité.

40Toutefois, avec un verbe tel que consider l’opinion du référent auquel renvoie le sujet de la phrase fait partie même de la définition du verbe. Ainsi, la relation, <Claudet (him) / be his own son>, exprimée par la prédication seconde se trouve être le point de vue subjectif de Monsieur de Buxieres. D’un point de vue objectif, et plus précisément, d’un point de vue scientifique, biologique, Claudet n’est pas le (propre) fils de Monsieur de Buxieres.

41A la différence d’un exemple tel que (14), par exemple, avec SO postposé, la subjectivité qui entre en jeu ne se trouve pas directement dans la nature de l’antécédent mais se trouve seulement actualisée par rapport au sujet du verbe consider dans la proposition avec SO.

42Il est clair que cette différence entre SO antéposé et SO postposé est très ténue. Il n’en reste pas moins que la relation établie entre l’élément anaphorisé par SO et l’élément qu’il qualifie n’est pas exactement la même dans le cas de SO postposé et dans le cas de SO antéposé. A titre d’illustration il convient de comparer le dernier exemple avec, par exemple, l’exemple de départ (1) répété ici :

(1) « ‘ (…) College was dull, we covered the basics and then did a bit of everything – I hated portraiture, architectural and food shots – all the commercially viable stuff – but when I saw his work it struck a chord. Mind you, I wouldn’t risk my life for a shot in the way he did. I’m an awful coward.’ Aiming to visit Sudan and Ethiopia next year to continue her work, I doubt whether many people would consider her so! »

43Même si dans les deux cas on peut parler de qualification, le verbe consider implique l’opinion du référent auquel renvoie le sujet de la phrase, la différence entre les deux exemples est que dans l’exemple de départ il s’agit à proprement parler de caractériser le syntagme pronominal en question à l’aide d’un syntagme nominal indéfini alors qu’en (18) il s’agit d’établir une relation d’identification entre le syntagme pronominal et le syntagme nominal défini anaphorisé par SO. Pour différencier ces deux cas de figures Quirk et al. utilisent les termes characterization et identification, ce qui peut ici être représenté comme suit :

Characterization

Identification

She is an awful coward

Claudet is his own son

44Selon Quirk et al., dans le cas d’identification, les deux éléments ont exactement la même valeur référentielle. Or, comme nous le verrons par la suite, grâce à ce qui est anaphorisé par SO le statut du syntagme nominal en question – il s’agit ici de his own son – se trouve précisé : en accord avec la nature de l’anaphore effectuée par SO, le syntagme nominal ne renvoie pas à un individu, à une occurrence de la notion, purement coréférentiel avec Claudet mais seulement à des propriétés notionnelles qualitatives, lesquelles sont attribuées à Claudet. Autrement dit, l’analyse proposée par Quirk et al. ne sera pas retenue ici. Toutefois, il convient de remarquer que l’opposition characterization / identification établie par Quirk et al. nous permet de souligner que l’attribut ne qualifie pas le sujet exactement de la même façon en (1), par exemple, et en (18). Ainsi, la nature de la propriété auquel réfère l’attribut entre en jeu.

45La relation entre l’objet du verbe consider et SO, tous les deux anaphoriques, est en quelque sorte déjà nouée dans la phrase antécédente. A ce propos on peut remarquer que la proposition antécédente en (18) contient une construction transitive complexe avec une suite en as comme objet prépositionnel paraphrasable par : « Monsieur de Buxieres a toujours traité Claudet comme s’il était son propre fils (car pour lui il l’est) » et non une suite en like paraphrasable par : « Monsieur de Buxieres a toujours traité Claudet de la même façon qu’il traite son propre fils ». Cette dernière relation n’entre pas en considération en (18) car il n’est pas question d’un fils biologique à titre de comparaison.

46Si SO peut-être remplacé par as + nom ou par une prédication avec be il convient de remarquer que ce dernier marqueur permet de mettre particulièrement bien en évidence la relation qui s’établit entre les deux syntagmes nominaux et plus précisément la relation qui s’impose entre l’élément anaphorisé par SO et l’objet du verbe dans la prédication seconde d’une construction transitive complexe.

47Malgré l’évidence de la remarque, on peut noter qu’il est impossible d’inverser l’objet et SO, par exemple à partir de :

(19) « From 1776 to 1901, the British Empire was the enemy of the United States, and every patriot so considered it. » (Source Internet, disponible à http://www.schillerinstitute.org)

  • 10 Dans la construction transitive complexe, où l’objet et l’attribut de l’objet sont des anaphoriques (...)

il est impossible d’avoir10 :

(19’) → *From 1776 to 1901, the British Empire was the enemy of the United States, and every patriot it considered so.

Par contre, l’inversion des deux syntagmes nominaux de la phrase antécédente ne pose à première vue aucun problème :

(19’’) → From 1776 to 1901, the enemy of the United States was the British Empire.

Or, il est intéressant de remarquer que si on ajoute la phrase avec SO cela pose problème :

(19’’’) →?*From 1776 to 1901, the enemy of the United States was the British Empire, and every patriot so considered it.

48Autrement dit, malgré le caractère référentiel des deux syntagmes nominaux antécédents, ils n’ont pas là la même nature. La relation établie entre it et SO, qui à cause de leur nature différente apparaît dans un ordre fixe, doit être maintenue dans la phrase antécédente entre les deux syntagmes nominaux dans un ordre fixe dans la mesure où SO anaphorise l’attribut du sujet et it anaphorise le sujet. Plus précisément, les deux syntagmes nominaux antécédents ont le même référent mais ils n’ont pas le même statut et c’est justement SO qui permet de rendre compte de façon évidente de cette différence dans la mesure où, comme on vient de le voir, il ne peut anaphoriser qu’un des deux. Par contre, d’une manière générale, rien n’empêche un pronom, ici it, d’anaphoriser n’importe quel syntagme nominal défini (ici) référentiel.

49Cela signifie que la construction transitive complexe permet d’expliciter la relation établie entre les deux syntagmes nominaux antécédents.

50Tout comme Quirk et al., la Cambridge Grammar utilise le terme identification, mais elle propose une définition différente à propos du type d’exemples qui nous concerne ici. Elle oppose identification à description ou encore, pour le premier cas de figure, on mentionne aussi de « specifying uses of be » et, dans le deuxième cas de figure, elle parle de « ascriptive uses of be ». Elle propose les définitions suivantes à partir de deux exemples (2002 : 266) :

« i His daughter is very bright / a highly intelligent woman [ascriptive]

ii The chief culprit was Kim [specifying]

  • 11 PC = Predicative complement.

51In the ascriptive use, PC11 denotes a property and characteristically has the form of an AdjP or a non-referential NP; the subject is most often referential and the clause ascribes the property to the subject-referent. (…) The specifying use defines a variable and specifies its value. We might represent [ii] therefore as “The x such that x was the chief culprit was: Kim”; it serves to specify, or identify, who the chief culprit was. »

52Autrement dit, dans l’exemple (19’’), où nous avions effectué une inversion des deux syntagmes nominaux, le syntagme nominal The enemy of the United States correspond à la variable et le syntagme nominal the British Empire spécifie la valeur de la variable. Nous dirons plus précisément que la variable est en attente de spécification référentielle du point de vue de son contenu référentiel ou notionnel. Cela implique que même s’il s’agit de deux syntagmes nominaux définis, ayant a priori la même référence, la variable, the enemy of the United States, n’est pas purement référentielle tandis que the British Empire l’est. Or, c’est justement dans cet ordre d’apparition des syntagmes nominaux antécédents que l’anaphore avec SO n’était pas possible (cf. (19’’’)). Par contre, dans l’exemple de départ le syntagme nominal, the British Empire, purement référentiel, se trouve en position sujet et le syntagme nominal, The enemy of the United States, anaphorisé par SO, se trouve en position attribut du sujet. Dans cet ordre d’apparition des syntagmes nominaux, on ne parlera plus de variable et de valeur assignée à cette variable car le point de départ de la relation se trouve être le syntagme nominal the British Empire et c’est à propos de ce syntagme qu’il est prédiqué quelque chose.

53En résumé, les deux syntagmes nominaux n’ont pas exactement le même statut. En fait ils n’ont pas exactement la même valeur référentielle. L’impossibilité d’avoir (19’’’) montre que SO ne peut pas anaphoriser un syntagme nominal purement référentiel. Plus précisément, SO anaphorise un syntagme nominal qui vient qualifier un syntagme nominal référentiel, anaphorisé par it, mais il ne peut pas anaphoriser un syntagme nominal purement référentiel par lui-même. Toutefois, il convient de préciser que la nature de l’antécédent de SO n’implique en aucun cas une propriété d’origine subjective. D’ailleurs, même si on a le verbe consider, il convient de remarquer que le sujet du verbe en question est every patriot. Cela signifie implicitement que la propriété attribuée à the British Empire va de soi pour toute une classe ; elle est en quelque sorte culturellement définie. Autrement dit, l’altérité est exclue au niveau de ce qui est anaphorisé par SO et l’objet qualifié par SO, d’où SO antéposé.

54Par contre dans l’exemple suivant le syntagme nominal antécédent, a great rough boy, contient des termes d’origine subjective. Néanmoins on a SO antéposé:

(20) « He always felt that she was despising him as being a “great rough boy”, though he was never anything of the sort, nor do I believe she ever so considered him. » (Source Internet, disponible à http://www.anotherurl.com)

55Avec ce type d’antécédent, SO postposé et SO antéposé sont également possibles. Toutefois, ils n’ont pas exactement la même interprétation. Dans le cas de SO antéposé, on prédique l’appartenance de he/him à la classe des « great rough boys » d’un point de vue des propriétés. Autrement dit, on reste à un niveau notionnel sans aller jusqu’à extraire un élément occurrentiel de cette classe. Dans le cas de SO postposé, on attribue une qualité qui permet de distinguer he/him d’autres « boys ». Le changement de position de SO entraîne un changement d’interprétation et selon le contexte l’une ou l’autre position sera favorisée. Dans l’exemple ci-dessus l’interprétation donnée à SO antéposé est corroborée par le contexte : he was never anything of the sort où the sort reprend l’idée d’appartenance à une classe. Par exemple, pour ne citer que la défintion proposée par le CCELD pour sort : « you are referring to a particular thing or person in relation to other things or people that have similar natures or qualities … »

Le dernier exemple avec le verbe consider nous permettra d’aborder un autre point :

(21) « Behind them twenty-eight rank and file Lionisers exclaimed and marvelled at the quaint harbour beneath them, their thoughts torn between Dickens and murder. Some of them indeed were under the impression that Sir Thomas’s disappearance from the scene was some kind of re-enactment of The Mystery of Edwin Drood. Would he reappear perhaps like Edwin Drood himself might have done if Mr Dickens had been spared long enough to conclude it? As the party arrived at the small front door of the house, some puffing from the climb, Samuel held up his hand impressively. ‘On top of a breezy hill on the road to Kingsgate,’ he began to quote in low deferential tone, ‘a cornfield between it and the sea.’ He coughed importantly. ‘Ladies and gentlemen, Fort House, known to Bradstonians, as those who live in Broadstairs are called, as Bleak House. Although Bleak House in the great novel is in Hertfordshire, many authorities believe the work was planned here.’ ‘It was not,’ shouted Gwendolen. ‘Thomas told me –’ Samuel smiled, at last able to mention the revered name. ‘May I refer you to an unimpeachable authority: Mr John Camden Hotten, author of a biography of Dickens, and also, he paused impressively, a life of Thackeray, refers to it in 1870 as Bleak House. Obviously Dickens himself so considered it. (...)’«  (BNC H8A 2364)

56A noter d’abord que the house, Fort House, Bleak House, it dans refers to it et it dans considered it ont le même référent. Et SO aussi à première vue puisqu’il anaphorise Bleak House. Or, comme nous le verrons ils n’ont pas tous le même statut.

57La propriété anaphorisée par SO ne renvoie en soi en aucun cas à une notion dont la définition varie selon les locuteurs. L’antécédent de SO est un syntagme nominal dont la nature relève en quelque sorte de l’auto-détermination. La référence anaphorisée par SO et attribuée à l’objet ne relève a priori en aucune manière d’un jugement subjectif du sujet Dickens de la phrase, ni de l’énonciateur principal d’ailleurs. L’énonciateur ne fait que modaliser la relation <Dickens / consider it …> à l’aide de obviously. Cet adverbe signifie simplement qu’il y a un doute, si faible soit-il, de la part de l’énonciateur, sur la relation en question.

58La relation entre ce qui est anaphorisé par SO et l’objet du verbe peut être explicitée comme suit :

→ Dickens himself considered it to be Bleak House

ou encore

→ Dickens himself considered that it was Bleak House

  • 12 Cf. l’analyse de obviously.

59La relation <it / be Bleak House> est ainsi repérée par rapport au point de vue de Dickens. Il convient de rappeler qu’avec un verbe tel que consider l’opinion du sujet de la phrase fait partie même de la définition du verbe. D’ailleurs, dans l’exemple ci-dessus, l’altérité intervient au niveau de l’opposition entre deux positions. D’un côté, il y a ceux qui considèrent que the house = Fort House et, de l’autre, il y a ceux qui considèrent que the house = Bleak House et Dickens, semble12 adhérer à ce dernier point de vue. Par contre, et nous insistons sur ce point, l’altérité n’intervient pas au niveau de la référence car il ne s’agit pas d’une propriété d’origine subjective. En fait, tout se passe comme si ce qui était anaphorisé par SO venait identifier, au sens de la Cambridge Grammar, en spécifiant, le syntagme pronominal it. En résumé :

60Il n’y a pas de confrontation directe entre deux points de vue à propos d’une seule et même notion. Il s’agit finalement de qualifier, plus précisément d’expliciter les propriétés constitutives d’un seul et même référent, représenté par the house / it, de deux façons différentes.

61D’ailleurs, d’une manière générale, le nom, que ce soit Fort House ou Bleak House n’est qu’un attribut de dénomination de ce référent. Toutefois, il convient de souligner que les syntagmes nominaux et pronominaux renvoyant à ce référent n’ont pas le même statut. Le syntagme nominal the house est purement référentiel. Le syntagme nominal Fort House est référentiel dans le sens qu’il s’agit du nom réel de la maison. Il s’agit d’auto-détermination dans la mesure où le nom de la maison renvoie à la maison réelle dont il est question. Les deux syntagmes pronominaux it anaphorisent le syntagme nominal the house avec lequel ils sont co-référents. Et enfin, le syntagme nominal, Bleak House, anaphorisé par SO n’est pas référentiel et ne peut pas l’être s’il est anaphorisé par SO. Malgré le fait que, par exemple, pour Dickens Bleak House renvoie à la maison dont il est question, il s’agit seulement de la maison qui a servi de base de détermination à Bleak House. Bleak House est en fait la maison dont il est question dans le roman de Dickens appelé Bleak House.

62Les particularités mises en évidence dans les pages précédentes pour SO antéposé au verbe consider se retrouvent avec SO antéposé au verbe describe.

2.4.2. Le verbe describe : SO en position médiane et SO postposé

63CCELD propose la définition suivante du verbe describe :

describe → « If you describe someone or something as having a particular quality or as being of a particular type, you say that they have that quality or are that type. »

64Comme le montre la paraphrase avec say il s’agit juste d’introduire, de présenter la propriété attribuée à l’objet. Or, malgré le fait que le verbe describe est un verbe de « dire », et non d’opinion, le sujet du verbe describe n’est pas moins à l’origine de la qualification attribuée à l’objet. De plus, comme nous le verrons, avec le verbe describe nous avons affaire à deux énonciateurs, un énonciateur rapporté, ou énonciateur-origine, et un énonciateur rapportant, ou énonciateur principal. Dans ce cas l’altérité, contrairement au verbe consider, n’intervient pas directement par rapport à la qualification mais plutôt par rapport à la prise en charge de l’énoncé.

Les exemples suivants nous serviront de point de départ :

(22) « The Ghost of Heddon Manor: The manor of Heddon on the south side of Exmoor in Devonshire, where the winds never cease to blow, is an ancient and haunted place. The moor is steeped in legend and superstition, but none are so well documented as the water-spirit of Heddon Manor. It was first recorded in 1834 by Lord Poppleford, who then lived in the manor. Lord Poppleford often dreamt during his sleep and kept diaries of his lengthy (and often highly unusual) night-time experiences. These were kept by his bed and in them he also recorded the water-spirit, as he so described it. He writes: "May 25, 1837. The Water-Spirit visited again last evening. Once again I was made aware of a great sloshing sound that came as if from beneath the very ground on which the manor sits. Having woken me in the dead of night, I listened for over an hour as the sounds paced to and fro. Eventually, they receded. When I woke in the morning, I found that, as before, there were damp stains on the floor and the kitchens were flooded. There was an unholy smell about the manor, as if something wet had died." » (Old Country Houses, T. A. Fleming, 1917, source Internet, disponible à http://www.talesofterror.net)

(23) « I received a phone call from City to remove the stenciling work that read ‘Enza Anderson.com’ from the Church Street sidewalks. I complied without a fuss. The gentleman on the other end was very understanding and very cooperative. I begged for a week’s grace to clean up the ’graffiti’ as he so described it. There I was, 4 in the morning, discreetly cleaning up the stenciling. I’ll never do that again. » (Source Internet, la page web a expiré)

(24) « The second topic of tonight’s discussion concerns last week’s funeral in Hebron. Media reports world-wide have again vilified Hebron’s residents for a ‘pogrom,’ as many have so described it.

65It is imperative to set the record straight. Following the start of the funeral, mourners were attacked by Arabs throwing rocks, cement blocks and iron bars from rooftops. I personally have investigated this matter and have no doubt whatsoever that it is the one and only true account of what happened. And this is not the first time such attacks have occurred. At the funeral of Mordechai and Shalom Lapid, in December, 1994, the same thing happened.

66This time though, people were not about to stand around and just take it, so to speak. The reaction was not long in coming. However the reaction was not solely of civilians. Israeli soldiers, brought into Hebron to protect the public from continued Arab attacks, realizing the danger to human life, did anything and everything possible to safeguard the Jewish mourners. The danger was so great that they were forced to open fire. An Arab girl was killed, most probably by IDF gunfire, due to the massive attack on the mourners at the time of the funeral. » (Brushing Aside Nuisances by D. Wilder, Hebron Arutz 7, Israel National News, source Internet, disponible à http://davidwilder.blogspot.fr)

67En (22), par exemple, SO antéposé anaphorise un syntagme nominal défini, the water-spirit, en fonction complément d’objet du verbe record, et non un syntagme nominal, défini ou indéfini, ou adjectival en fonction attributive comme dans le cas de SO postposé dans une construction transitive complexe. De plus, ce syntagme nominal utilisé par l’énonciateur principal, T. A. Fleming, dans la phrase avec SO est ensuite attribué par ce même énonciateur à l’énonciateur-origine, Lord Poppleford, qui l’utilise de façon purement référentielle en fonction sujet du verbe visit. Autrement dit, le terme anaphorisé par SO est utilisé de façon purement référentielle aussi bien dans la proposition antécédente par l’énonciateur principal que par l’énonciateur-origine dans le texte-origine. Or, nous avons vu que SO ne peut pas anaphoriser un syntagme purement référentiel. Par contre, le syntagme pronominal it, objet du verbe describe, le peut. Il convient de remarquer que six lignes plus haut dans le texte on trouve aussi un syntagme pronominal it qui renvoie au syntagme nominal the water-spirit of Heddon Manor de la phrase précédente. Ce syntagme nominal est présenté par l’énonciateur principal comme étant le thème, c’est-à-dire ce dont il va être question dans le texte. Or, à ce propos il est remarquable de voir que le titre du texte, choisi par ce même énonciateur, est The Ghost of Heddon Manor.

  • 13 C’est-à-dire du QNT et non du QLT comme c’est le cas avec SO.

68Ainsi, contextuellement parlant, la seule interprétation sémantique possible pour le syntagme pronominal it, objet du verbe describe, est the water-spirit. Autrement dit, il semblerait que les deux marqueurs anaphorisent la même chose. Or, étant donné la nature des deux anaphoriques en question, SO et it, nous postulons que it, en tant que syntagme référentiel, renvoie à la construction de l’existence d’une occurrence et que SO vient qualifier ce syntagme référentiel. Plus précisément, nous dirons que it n’a pas de contenu notionnel et que SO apporte cette spécification notionnelle au référent de it. De ce fait, on pourrait dire que it constitue en quelque sorte le côté occurrentiel13 de la notion et que SO reprend la notion elle-même. La relation établie entre ce qui est anaphorisé par SO et l’objet du verbe describe est très étroite dans la mesure où il s’agit juste d’identifier (à ne pas prendre dans le sens d’une opération d’identification) le référent de it. On pourrait dire que it est en cours de définition et que c’est SO qui apporte cette définition. En tout cas, SO ne vient en aucun cas qualifier une occurrence déjà déterminée, il ne fait qu’apporter ses propriétés définitoires.

69La particularité avec le verbe describe est que nous avons affaire à deux énonciateurs, un énonciateur rapportant et un énonciateur rapporté. Ce qui est anaphorisé par SO est attribué par l’énonciateur principal à l’énonciateur-origine. Autrement dit, Lord Poppleford a qualifié, a attribué la notion, ou encore, a désigné ce qu’il a vu comme the water-spirit. D’où le sens du verbe describe ici qui ne signifie pas « décrire » mais plutôt « désigner, appeler, nommer » ou encore « label, categorize ». Selon le point de vue de Lord Poppleford, ce dont il parle est « a water-spirit ». D’ailleurs, dans le texte-origine Lord Poppleford utilise ce terme comme sujet. Par contre, pour le lecteur, ce dont on parle reste encore difficilement définissable car l’énonciateur principal introduit son discours par the ghost. Il convient de remarquer que Lord Poppleford n’a pas du tout décrit the ghost comme the water-spirit. Le point de départ de l’énonciateur principal, T. A. Fleming est the ghost et le seul point de vue de l’énonciateur-origine est the water-spirit. En somme, il s’agit de déterminer ce dont on parle, c’est-à-dire ce à quoi it renvoie et on a en quelque sorte, ce que l’on pourrait figurer comme suit :

70Il convient de préciser qu’il ne s’agit pas du tout de dire que la notion /ghost/ se différencie de la notion /water-spirit/ : mais il s’agit de deux notions P différentes. Toutefois, il y a de l’altérité dans le sens où la même réalité (le même référent) est désignée par des expressions linguistiques différentes, chacune correspondant à une façon d’envisager, de voir, de se représenter, ce référent.

En (22), (23) et (24) SO se trouve dans une subordonnée introduite par as, par exemple (23) répété ici en partie :

(23) « I received a phone call from City to remove the stenciling work (...) I begged for a week’s grace to clean up the ’graffiti’ as he so described it. (...) »

71Or, à ce propos deux traits remarquables ressortent. D’une part, SO postposé n’est pas acceptable et, d’autre part, as seul peut introduire une subordonnée avec le verbe describe comme c’est le cas dans l’exemple suivant :

(25) « It was, as he described it, a turning-point in his life. » (Source Internet, la page web a expiré)

72Pour résumer notre point de vue sur les exemples de type (22),(23) et (24) nous dirons qu’il y a des interférences entre les deux marqueurs, as et SO, qu’il convient de prendre en compte.

73En ce qui concerne as, nous nous appuierons sur l’étude faite par L. Flucha (2001) dans sa thèse, notamment sur les subordonnées en as à valeur de "manière" où elle mentionne le verbe describe et d’autres verbes du même type que describe, tel que call par exemple, à valeur de conformité des prises en charge. Dans ce dernier cas, elle parle aussi de « enchevêtrement de deux valeurs du connecteur : la valeur de manière et la valeur d’identification des prises en charge » (2001 : 234)

La citation suivante reprend le seul exemple qu’elle propose pour le verbe describe suivi de son analyse :

« The traffic was just as Jack had described it. But worse. The broad avenues and huge roundabouts were full of rushing, zigzagging cars, some of them from the same museum as the green Ford.

(...)

Dans [ce] cas, du fait du fonctionnement du procès de q, c’est son terme source qui est à l’origine de la construction de la délimitation qlt du repère, et c’est à travers cette représentation subjective que se construit la délimitation qlt du terme repéré. C’est le rôle de as de construire cette altérité qlt (...) en identifiant la délimitation qlt du repéré à celle du repère. » (op. cit., p. 177)

74Nous partageons entièrement ce point de vue. Pour l’instant, nous pouvons plus particulièrement attirer l’attention sur le fait que c’est le « terme source qui est à l’origine de la construction de la délimitation qlt du repère » car cela va tout à fait dans le sens que nous avons postulé pour SO dans la mesure où c’est le sujet du verbe describe qui est à l’origine de la qualification dans la construction transitive complexe. De plus, il convient d’ajouter que le verbe describe est un verbe de « dire » qui fait intervenir un énonciateur rapportant et un énonciateur rapporté, et de ce fait il se rapproche d’autres verbes du même type que L. Flucha analyse comme suit à partir d’un exemple avec le verbe call :

  • 14 Nous reproduisons l’exemple tel qu’il est cité par L. Flucha, il nous est impossible de le vérifier (...)

« The « evil act », as President Bill Clinton called the bomb in Atlanta, is the14 only the latest terrorist attack in a long and growing list around the world.

(…)

(…) dans ce[t] énoncé[], l’énonciateur S0 reprend à son compte la dénomination choisie par un énonciateur « rapporté » à l’origine de cette dénomination, énonciateur qui correspond au terme source de q (…), President Bill Clinton dans [l’exemple ci-dessus] (…).

Mais le rôle de as ne s’arrête pas là : avec (…) call (…), l’énonciateur rapporté construit une délimitation qlt spécifique pour son terme but, ce qui tend à montrer qu’en plus de l’identification de la dénomination prise en charge par S0 à la sienne, il y a aussi construction d’une altérité qlt dif : en effet, as porte sur la délimitation qlt d’un terme de la relation p, (…) the « evil act » dans [l’exemple ci-dessus]. » (op. cit., p. 233)

Ainsi il y a cumul de deux valeurs du connecteur.

75A partir de là on pourrait penser que lorsque l’on a SO avec le verbe describe dans une subordonnée introduite par as, il y aurait en quelque sorte dissociation des deux valeurs : as garderait la valeur d’identification des prises en charge, SO prendrait comme d’habitude la valeur d’identification des propriétés attachées à un terme de la prédication secondaire et à un terme de la proposition principale. Ou encore, SO marquant toujours une opération d’identification, en tant que terme anaphorique, la qualification du référent de l’objet du verbe describe, telle qu’elle est effectuée par l’énonciateur rapportant s’identifie à celle du même référent effectuée par l’énonciateur rapporté. Associé à as dans nos exemples ci-dessus cela insinuerait que l’énonciateur rapportant explicitement « adopte et reprend à son compte la formulation utilisée par le terme source de la relation dans q », comme L. Flucha (op. cit., p. 233) le souligne. Or, ce n’est pas aussi simple que cela. En effet, en (23) par exemple, le contexte montre explicitement que l’énonciateur rapportant ne reprend pas à son compte la formulation, the graffiti, utilisée par l’énonciateur-origine. De ce fait, les guillemets signifient tout simplement que l’énonciateur rapportant n’est pas à l’origine de cette formulation, il ne fait que la rapporter. En (23), l’énonciateur principal utilise l’expression the stenciling work pour qualifier ce dont il parle. Ensuite it, correspondant à ce dont il est question, se trouve qualifié d’un point de vue de he, sujet du verbe describe, et enfin l’énonciateur principal, dans la phrase suivante, réutilise le terme the stenciling work pour désigner ce dont il parle. Autrement dit, il n’adopte en aucun cas le terme utilisé par le sujet du verbe describe, chacun a sa propre façon de désigner ce à quoi renvoie it. Cela signifie que l’interférence entre les marqueurs as et SO fait que as ne marque pas une identification au niveau des prises en charge, mais plutôt une identification au niveau métalinguistique relative au choix des termes utilisés. La paraphrase suivante permet d’expliciter ce qui est en jeu : « j’emprunte à quelqu’un d’autre le terme de "graffiti" mais je ne suis peut-être pas d’accord sur ce terme, et plus précisément, je ne valide pas, je n’utilise peut-être pas cette notion pour qualifier ce dont on parle ».

76Ainsi, au lieu d’avoir as seul dans une subordonnée avec le verbe describe marquant à la fois une délimitation qualitative et une conformité des prises en charge, le rôle joué par SO, outre la reprise anaphorique à proprement parler, est justement de pouvoir introduire l’altérité subjective et de ne pas marquer une conformité des prises en charge. Ce qui est anaphorisé par SO est toujours repéré par rapport à l’énonciateur-origine uniquement, c’est lui qui prend en charge la qualification attribuée à l’objet du verbe describe.

77Il convient de préciser qu’en (23), tout comme en (22) et en (24), la qualification de it est de type notionnel car il s’agit simplement d’attribuer un contenu notionnel au référent de it, d’où SO antéposé. SO ne porte en aucun cas sur un it déjà identifié, dans le sens de déterminé, it n’anaphorise pas le syntagme nominal the stenciling work. D’où, du moins en partie, l’impossibilité d’avoir SO postposé, par exemple :

(23’) → *I begged for a week’s grace to clean up the ‘graffiti’ as he described it so.

78D’ailleurs, on peut remarquer que si l’on supprime SO la phrase n’est que marginalement acceptable car elle oscille entre un as à valeur temporelle et le as étudié ci-dessus :

→? I begged for a week’s grace to clean up the ‘graffiti’ as he described it.

79Par contre, dans la phrase suivante on retrouve le as dont il a été question plus haut :

→ I begged for a week’s grace to clean up, as he described it, the ‘graffiti’.

80Dans la paraphrase proposée plus haut on avait dit que l’énonciateur n’utiliserait peut-être pas le terme validé par le sujet du verbe describe. Ceci est le cas en (23) où l’énonciateur reprend son propre terme, the stenciling work, et non celui du sujet du verbe describe, the graffiti. Par contre, en (22) on peut remarquer qu’il y a indécision de la part de l’énonciateur rapportant, T.A. Fleming, car dans la suite du texte on trouve tantôt le terme the ghost tantôt le terme the water-spirit : Lord Poppleford never actually saw the ghost. Since that time the water-spirit has only infrequently appeared. De plus, ce texte (c’est-à-dire ayant pour origine l’auteur T. A. Fleming et dans lequel est inséré la citation de Lord Poppleford) est lui-même inséré dans un texte écrit par S. Hatherley (1990) qui commente le contenu comme suit :

81« Possibilities

1. The Water-Spirit is an old Deep One that lives in subterranean caverns beneath Heddon Manor. It is trapped there by an ancient spell, only able to escape into the manor and feed from the larder at limited times.

2. It is a genuine ghost. The restless spirit of a fisherman haunts the manor. The Lord of the Manor wronged him, sending him to his death in a terrible storm. He now haunts the great house and those that live there.

3. It is mere legend and superstition. The combination of a damp, old house and some unusual, windswept, caverns (which produce the sloshing sounds) caused Lord Poppleford to imagine rather more than there was. »

82Autrement dit, il y a des possibilités différentes concernant la qualification notionnelle du référent de it car personne ne sait exactement à quoi on a affaire.

83Pour terminer sur ce type d’exemples, il convient de remarquer que l’exemple (24) est légèrement différent de (22) et (23). Contrairement à ces deux exemples, où il y a deux qualifications notionnelles différentes de it, en (24) il n’y a qu’un seul point de vue exprimé dans le contexte :

(24) « The second topic of tonight’s discussion concerns last week’s funeral in Hebron. Media reports world-wide have again vilified Hebron’s residents for a ‘pogrom,’ as many have so described it. (...) »

  • 15 Nous soulignons.

84L’énonciateur principal introduit la source dès le départ du terme pogrom cité. L’énonciateur dit directement que c’est Media reports qui est à l’origine de ce terme et il ne fait pas comme s’il validait lui-même ce terme. Ainsi, cet exemple tend à confirmer l’hypothèse selon laquelle as, dans une subordonnée avec SO antéposé au verbe describe, ne marque pas une conformité des prises en charge mais concerne uniquement la formulation utilisée. Il convient de préciser que Media reports implique par métonymie les auteurs (cf. le verbe « vilify » : « if you vilify someone, you say or write15 very unpleasant things about them”, CCELD). De plus, le sujet, many, du verbe describe est co-référentiel avec Media reports ou plus précisément avec les personnes auxquelles Media reports réfère par métonymie.

85Par contre, tout comme dans les autres exemples, SO apporte une qualité de type notionnel au référent de it. Rien dans le contexte ne marque une détermination première de it. Toutefois, le contexte permet de comprendre ce à quoi it fait allusion. Plus précisément, following the start of the funeral, mourners were attacked by Arabs, the reaction, Arab attacks, et the massive attack on the mourners at the time of the funeral impliquent, d’une part, que it, purement référentiel, renvoie à ce que l’on pourrait paraphraser par « the event which took place at the funeral » et, d’autre part, que les conséquences de cet évènement ont fait que l’évènement en question a mérité d’être désigné par le terme pogrom.

86En concluant sur les exemples ci-dessus avec SO antéposé nous dirons que si as seul dans une subordonnée avec le verbe describe permet d’associer les prises en charge, SO dans une subordonnée introduite par as avec le verbe describe permet de dissocier les prises en charge, dans la mesure où ce qui est dit, plus précisément la qualification, ne vaut que pour le sujet du verbe describe auquel SO est incident. En (22), par exemple, l’énonciateur pose en quelque sorte l’expression water-spirit et il revient dessus afin de l’attribuer à he. Autrement dit, l’énonciateur s’en démarque. Ainsi, as peut marquer l’identification entre le terme utilisé par l’énonciateur et par Lord Poppleford pour qualifier le référent de it sans que l’énonciateur le reprenne à son compte. En (23), il y a des guillemets qui peuvent signaler que soit il ne faut pas prendre le terme au pied de la lettre, soit il s’agit d’une citation. Les deux ne s’excluant pas mutuellement dans l’exemple en question, bien au contraire cela semble aller dans notre sens dans la mesure où le terme cité ne correspond justement pas à la représentation que l’énonciateur s’est faite à propos du référent en question. En (24), l’énonciateur prend ses distances tout de suite en introduisant la source Media reports avant d’introduire le terme, pogrom, utilisé.

87Afin de mieux appréhender le cas de SO antéposé, nous allons regarder dans quel contexte on trouve SO postposé au verbe describe. Soit les exemples suivants:

(26) « Its collection is unrivalled, with a catalogue of every book published in Britain. Its archive of books is said to reflect 1,000 years of knowledge, providing an index to a nation’s history.

88The closure has been described by some as wanton destruction and by others as the end of an era.

"You walk in there and it’s like a world of its own within the world. It’s world-shaped, dome shaped and it’s like being in a great brain. Virginia Woolf described it so. It’s magical," said the author, David Lodge. »
(Chapter Closes on historical reading room, Sunday, October 26, 1997, (source Internet, disponible à http://news.bbc.co.uk)

(27) « The anthropologist Robert Redfield called the hypothetical situation of our earliest ancestors the folk society, and described it so:

[It is] small, isolated, nonliterate, and homogeneous, with a strong sense of group solidarity. The ways of living are conventionalized into that coherent system we call a "culture." Behavior is traditional, spontaneous, uncritical, and personal; there is no legislation or habit of experiment and reflection for intellectual ends. Kinship, its relationships and institutions, are the type categories of experience and the familial group is the unit of action. The sacred prevails over the secular; the economy is one of status rather than the market. » (Alienation, C. George Boeree, source Internet, disponible à http://webspace.ship.edu)

(28) « But that’s not all - there are also a few original "pop" songs, quirky instrumentals, and a hilarious poem piece called "The Research Psychologist". It took me a little while to understand what Clinger is aiming for here -- an imitation of vapidity so extreme it becomes a perverse sort of originality -- but I think I’ve got it now. My fiancee Laura was apprehensive when I described it so -- she thought perhaps I’d be insulting the artist if I published this description, but under extended analysis it seems clear that this is the only coherent explanation. » (Source Internet, la page web a expiré)

  • 16 A prendre au sens large bien entendu car il peut aussi bien renvoyer à une opération d’anaphore qu’ (...)

89Dans ces exemples SO anaphorise16 une partie d’une prédication, plus précisément, un syntagme nominal complexe, an imitation of vapidity so extreme it becomes a perverse sort of originality en (28), une prédication tout entière, voire un groupe de prédications, it’s like a world… brain en (26) et [it is] small …market en (27). Il s’agit de fournir une description à propos d’un sujet donné. D’ailleurs, en (28) ceci est explicitement marqué dans la phrase avec SO où l’on trouve this description. Ainsi le verbe describe est à prendre dans le sens de « décrire ». SO correspond au contenu de cette description et l’objet du verbe describe correspond à l’objet de discours de cette prédication. En (26) it renvoie à historical reading room que l’on trouve explicité dans le titre. D’une manière générale le titre d’un article constitue ce dont on va parler, ce dont il va être question dans l’article. En (27), it renvoie à the folk society co-référentiel avec the hypothetical situation of our earliest ancestors et, en (28), it renvoie à a hilarious poem called "The Research Psychologist".

90Trois cas de figures légèrement différents, représentés par nos trois exemples, peuvent se présenter. En (26), l’énonciateur présente d’abord toute la description et ensuite celle-ci est anaphorisée par SO dans le but d’en introduire la source. En (27), l’énonciateur présente d’abord la source, Robert Redfield, et ensuite la description elle-même que SO introduit par cataphore. En (28), il s’agit de parler de la description elle-même, l’énonciateur ne travaille ni sur l’introduction de la source ni sur l’introduction de la description. En (26) et en (27) le contexte est neutre et relève directement du discours rapporté. D’ailleurs, ceci est souligné en (26) car la description du même référent fournie par une autre source, David Lodge, est tout simplement du discours rapporté à l’aide du verbe say. Si SO dans les trois exemples peut être paraphrasé par « in the way stated », ou plus précisément « comme cela a été dit » pour SO anaphorique et « comme on va dire » pour SO cataphorique, ou encore, « in that way » (SO anaphorique) et « in the following way » (SO cataphorique), seul l’exemple (28) se double d’une autre interprétation. C’est ce que l’on pourrait paraphraser par : « j’aurais pu ou je pourrais le décrire autrement ». De ce fait, c’est-à-dire lorsque c’est le contenu de la description qui est en jeu, il est possible d’avoir SO antéposé : « … My fiancee Laura was apprehensive when I so described it … ». La paraphrase suivante rend compte de ce changement : « je l’ai décrit ainsi et pas autrement » ce qui signifie que « même si j’avais pu le décrire autrement j’ai écarté ces autres descriptions ». Toutefois, SO postposé est favorisé car le contexte est modalisé par, entre autres, I think I’ve got it now, if I published this description, ce qui permet de ne pas écarter la possibilité d’avoir une autre description. En d’autres termes, et pour résumer sur ces exemples avec SO postposé au verbe describe, la source référentielle de SO est une prédication. Cette prédication a pour sujet, ou thème, le référent du it objet du verbe describe. Plus précisément, le référent de l’objet du verbe constitue l’objet de discours et ce qui est anaphorisé par SO permet de spécifier ce que le sujet du verbe describe dit à propos de cet objet de discours. Les paraphrases montrent que SO a une valeur de manière très nette et il fonctionne comme un adverbe incident au prédicat describe something. Cela signifie que SO est incident au prédicat mais avec une orientation vers l’objet ; ce qui rapproche la construction d’une construction transitive complexe, sans que cela en soit une. SO a une fonction adverbiale et non attributive.

91L’exemple suivant est particulièrement intéressant car il comporte un mélange des traits distinctifs attribués aux exemples précédents, avec SO postposé et SO antéposé :

(29) « The early evolution of angiosperms is poorly understood, while the origin of angiosperms is still as much an "abominable mystery" as when Darwin so described it. » (William C. Burger, source Internet, disponible à http://archive.is)

92En effet, SO est antéposé au verbe describe mais le verbe a le sens de base de « décrire ». De plus, malgré la présence de as, SO postposé n’est pas totalement exclu :

(29’) → The early evolution of angiosperms is poorly understood, while the origin of angiosperms is still as much an "abominable mystery" as when Darwin described it so.

  • 17 Cf. l’analyse déjà citée de L. Flucha.

93Or, as en (29) n’entre pas exactement dans le même type de structure qu’en (22), (23) et (24). En (29) as, conjonction, entre dans une structure corrélative avec as, adverbe : il y a comparaison entre deux moments différents à propos d’une qualité attribuée à un sujet. Autrement dit, il n’y a pas à proprement parler d’identification au niveau métalinguistique relative au choix des termes utilisés, comme en (22), (23) et (24). De plus, en supprimant l’anaphore effectuée par SO on ôte de l’énoncé en question toute identification entre la qualification attribuée au même référent de it, objet de describe, et la qualification attribuée au même référent, the origin of angiosperms, antécédent de it et sujet de la proposition antécédente, sans pour autant donner à as une valeur d’identification des propriétés attachées au terme but de la prédication secondaire et à un terme de la proposition principale et une valeur d’identification des prises en charge comme lorsqu’il est employé sans SO17. C’est SO seul qui apporte cette (première) valeur d’identification et si on le supprime cela donne :

(29’’) → The early evolution of angiosperms is poorly understood, while the origin of angiosperms is still as much an "abominable mystery" as when Darwin described it.

94Dans ce cas il y a indétermination sur l’origine de abominable mystery.

95Par contre en (29), dans la mesure où le (deuxième) as introduit toujours le repère, on pourrait parler d’absence de discontinuité entre deux moments différents en ce qui concerne la validation attribuée à une relation prédicative : d’une part, l’énonciateur valide explicitement, still, la relation prédicative <the origin of angiosperms / be an abominable mystery> pour le moment de l’énonciation (now) et, d’autre part, la validation de la même relation, par Darwin, à un moment donné, when, dans le passé.

96La particularité de cet exemple tient, entre autres, à ce que la qualification opérée par Darwin est non seulement empruntée par l’énonciateur mais est aussi prise en charge par lui grâce à still. Pour que l’énonciateur puisse exprimer son accord à propos du choix d’une valeur il faut bien qu’il travaille sur une valeur p présentée comme stable, d’où la prépondérance pour SO antéposé dans cet exemple. L’antéposition de SO marque une focalisation sur p de la notion anaphorisée, ce qui signifie que l’énonciateur rapportant affirme que c’est de cette façon, et non une autre, que l’énonciateur rapporté Darwin a qualifié le référent de it. Ainsi toute valeur complémentaire au niveau de la relation établie entre ce qui est anaphorisé par SO et it est écartée : l’énonciateur rapportant ne sous-entend en aucun cas que le référent de it aurait pu être qualifié d’une autre façon par Darwin, contrairement à ce qui était le cas en (28) :

(28) « but I think I’ve got it now. My fiancee Laura was apprehensive when I described it so -- she thought perhaps I’d be insulting the artist if I published this description, but under extended analysis it seems clear that this is the only coherent explanation. »

97Malgré la nature du syntagme, nominal (Darwin) et non pronominal, il ne s’agit donc pas seulement pour l’énonciateur d’introduire l’origine de sa citation comme en (26) avec SO postposé mais d’intégrer une partie des propos d’origine dans son propre énoncé qu’il prend en charge, les guillemets ne servent qu’à illustrer le fait que même s’il prend en charge cette qualification, il n’en est pas à l’origine. Le rôle de SO est d’anaphoriser le syntagme nominal an abominable mystery afin de permettre à l’énonciateur principal d’introduire l’énonciateur-origine. Il faut bien voir par ailleurs que l’anaphore est une opération secondaire, et que si, dans le discours, SO anaphorise cette qualification, cela ne reflète pas l’ordre de genèse de l’énoncé :

1 → Darwin describes the origin of angiosperms as an abominable mystery

2 → I describe it as an abominable mystery

  • 18 Nous insistons sur ce point car c’est une caractéristique fondamentale de SO.

98Malgré la validation de la même prédication, aussi bien par Darwin que par l’énonciateur principal, SO, et plus précisément ce qui est anaphorisé par SO et non l’utilisation de la séquence qui lui sert d’antécédent, est toujours18 repéré par rapport à une seule prise en charge, par rapport à un seul point de vue subjectif. Dans l’exemple en question c’est Darwin qui est à l’origine de la prédication citée par l’énonciateur principal. La double prise en charge de la même prédication n’a a priori rien à voir avec SO : c’est still qui implique la prise en charge de l’énonciateur pour un moment donné autre que celui de Darwin et plus précisément à un moment donné postérieur au moment de validation par Darwin.

99En résumé, les guillemets marquent le fait qu’il s’agit de discours rapporté mais l’énonciateur rapportant peut, ou non, selon le contexte, prendre en charge ce qui est rapporté. Par exemple en (29) il y a une prise en charge explicite marquée par l’adverbe still et en (24) il y a une prise de distance explicite marquée par Media reports … have … vilified … qui introduit la source.

100De plus, à propos des exemples (22), (23) et (24) nous avons pu constater que le lien établi entre ce qui est anaphorisé par SO et l’objet it donne un sens particulier au verbe describe ( « désigner, appeler, nommer » ou encore « label, categorize »). Rien de tel dans notre exemple (29) où le verbe describe a le sens de « décrire » et ceci malgré l’antéposition de SO. Toutefois il convient de rappeler qu’en (29) SO postposé n’est pas totalement exclu, alors qu’il l’est en (22), (23) et (24). En fait, il existe une autre différence entre ces exemples. Le syntagme pronominal it, objet de describe, anaphorise un syntagme nominal, the origin of angiosperms, en position sujet de la proposition antécédente. Le syntagme nominal the origin of angiosperms est un syntagme référentiel, ce qui signifie qu’une fois anaphorisé par it, it renvoie au même référent. Le syntagme nominal, an abominable mystery, anaphorisé par SO est un syntagme nominal purement qualitatif et non référentiel qui vient caractériser le référent de it. A la différence des exemples (22), (23) et (24) SO porte ici, sur une occurrence référentielle déjà identifiée, et non à identifier, et même s’il s’agit dans les deux cas d’une qualification d’origine purement subjective, la qualité attribuée à it dans (29) est une qualité qui vient décrire, caractériser le référent de it alors qu’en (22), (23) et (24) la qualification d’origine purement subjective permet d’attribuer une "référence" notionnelle à it.

101D’un point de vue syntaxique, un exemple tel que (29) permet d’aborder le problème de l’analyse fonctionnelle de SO, (antéposé ou non) associé au verbe describe dans le sens de « décrire », lorsque l’antécédent est un syntagme nominal et lorsque l’objet du verbe describe renvoie au sujet de la phrase antécédente. En effet, dans ce cas la relation établie entre SO et l’objet, ici it, est la même que celle établie entre l’antécédent de SO et l’antécédent de it. Autrement dit, SO est en relation étroite avec l’objet car il a une fonction attributive. Si l’antécédent semble bien délimité entre guillemets, "abominable mystery", il convient néanmoins de remarquer qu’à cause du type même du verbe en question on peut hésiter quant à l’antécédent de SO. Les guillemets marquent ici que l’énonciateur principal rapporte les propos d’un autre énonciateur. Or, comme c’est du discours rapporté on peut dire que l’énonciateur rapporté a effectué une prédication à propos d’un sujet, où le sujet se trouve être co-référentiel avec le sujet the origin of angiosperms de la phrase de l’énonciateur rapportant. Cela signifierait que l’énonciateur rapportant ne cite ici qu’une partie des propos de l’énonciateur rapporté. Autrement dit, SO se comporterait comme en (26), (27) et (28).

Dans l’exemple suivant, avec SO postposé, il n’y a pas de guillemets qui viennent délimiter l’antécédent de SO.

(30) « Alexander Pope’s translation of "The Iliad" (1715-20) into heroic couplets has claims, in the eyes of many, to be a great work in its own right. George Steiner has described it so, going on to say that, in terms of epic English literature, it ranks next to the work of Milton. » (The Iliad of Homer by Homer Steven Shankman, source Internet, disponible à http://www.alibris.com)

102SO anaphorise soit un syntagme nominal, a great work, soit une prédication « (it) has claims to be a great work in its own right ». Dans le premier cas, la relation établie entre ce qui est anaphorisé par SO et l’objet du verbe describe est de type purement attributive : « Alexander Pope’s translation … is a great work ». Dans le deuxième cas, il n’y a pas de relation de type attributive entre ce qui est anaphorisé par SO et l’objet du verbe describe : le référent de l’objet du verbe constitue l’objet de discours et ce qui est anaphorisé par SO permet de spécifier ce que le sujet du verbe describe dit à propos de cet objet de discours. Dans ce cas on peut gloser par: « en parlant de Alexander Pope’s translation George Steiner a dit it has claims to be a great work in its own right ». D’ailleurs, cette analyse est privilégiée car la prédication en question est complétée par une autre plus loin, in terms of epic English literature, it ranks next to the work of Milton, explicitement introduite par going on to say that. Avant de terminer sur cet exemple on peut remarquer que contrairement à l’exemple précédent la phrase antécédente n’est pas du tout explicitement prise en charge par l’énonciateur, bien au contraire, car on a in the eyes of many. Cela signifie que l’énonciateur veut juste introduire l’énonciateur rapporté, d’où SO postposé. En résumé, dans le premier cas SO entre dans une vraie structure transitive complexe et a une fonction attributive, il anaphorise un syntagme nominal purement qualitatif, et, dans le deuxième cas, SO a une fonction adverbiale et le verbe describe et l’objet it constituent le prédicat auquel il est syntaxiquement rattaché. Peu importe la fonction syntaxique de SO car ce qui est important est que dans les deux cas ce qui est anaphorisé par SO apporte une qualification (dans le sens de caractérisation, une caractéristique qui permet de décrire l’objet, pour le premier cas de figure et dans le sens de description pour le deuxième cas de figure) à un it déjà identifié. Plus précisément, dans le premier cas, dans une vraie structure transitive complexe, SO qualifie directement l’objet du verbe describe alors que dans le deuxième cas, SO qualifie indirectement l’objet du verbe describe : au travers de l’incidence de SO au verbe, il a une portée vers l’objet.

103Pour revenir à SO antéposé, il convient de remarquer qu’au lieu d’avoir un objet non identifié, comme en (22), (23) et (24), on peut avoir un objet déjà identifié comme dans les deux exemples suivants :

(31) « Let me try my scheme on you, my Lords. I dub it the “team system”, having been dissuaded from calling it the “Manchester United squad system”, although I have to say that, when I so described it to one former Cabinet Secretary who has spoken this evening, he heart-warmingly told me that he had got it in one. » (Source Internet, disponible à http://www.publications.parliament.uk)

(32)« What we can say is this, Melbourne has, over the years, been a true scholary community, open to change while being true to essential academic values. A university is, in Priestley’s words, a “fellowship”. It was a fellowship of around 4,000 souls, students and teachers, in 1935, when he so described it; yet now, against all odds, Melbourne remains, at more than 10 times that 1935 size, a fellowship still. » (The University of Melbourne 150th anniversary, source Internet, disponible à http://archive.uninews.unimelb.edu.au)

  • 19 Il convient de préciser que le syntagme nominal Melbourne sous-entend the University of Melbourne e (...)

104En (31) l’objet, it, du verbe describe renvoie au syntagme pronominal it (calling it, dub it) qui renvoie au syntagme nominal my scheme de la phrase précédente et en (32) l’objet, it, du verbe describe renvoie au syntagme pronominal it, sujet de la principale, qui lui à son tour renvoie au syntagme nominal Melbourne19 de la phrase précédente. Toutefois, la qualification apportée par SO ne concerne ni la caractérisation ni la description du référent auquel renvoie le syntagme pronominal it mais concerne plutôt sa détermination. Cette spécification qualitative peut varier selon le contexte. En (31), par exemple, l’antécédent de SO, The Manchester United squad system, est un syntagme nominal référentiel qui entre dans une relation d’identité avec le référent auquel renvoie le syntagme pronominal it, objet du verbe describe. La qualification apportée par ce qui est anaphorisé par SO permet juste à l’énonciateur d’apporter une spécification subjective sur le nom qu’il donne à ce référent. D’ailleurs, l’antécédent de SO et l’antécédent de l’objet du verbe describe se trouvent déjà dans une construction transitive complexe introduite par le verbe call. Avec le verbe describe on n’est pas loin du sens « nommer ». Le contexte montre que le nom donné à ce référent se trouve par la suite requalifié : I dub it the "team system". Le verbe dub signifie non pas « nommer » mais « surnommer ». Un surnom sert foncièrement à qualifier au travers d’un autre nom, ce n’est pas une simple nomination. Autrement dit, l’énonciateur l’a dénommé de cette façon mais ce n’est pas son vrai nom. Le vrai nom est Manchester United squad system.

105En (32) on pourrait croire qu’il s’agit d’attribuer une caractéristique ou d’effectuer une description à propos du référent de it car SO anaphorise un syntagme nominal non référentiel, a fellowship, en fonction attribut du sujet et l’objet du verbe describe renvoie au sujet de la phrase antécédente et non à un syntagme (pro-)nominal (it et the scheme) en fonction objet comme dans l’exemple précédent. De plus, dans le contexte plus haut on retrouve la prédication effectuée par le sujet de la phrase avec SO :

106« … R. Priestley said: "A university should be a fellowship of students and teachers, living in close and intimate association, with the threehold objective of passing from one generation to another man’s inherited knowledge, extending the boundaries of that knowledge, and learning and teaching how life can be lived in the fullest and best sense". »

107Or, en regardant de plus près on s’aperçoit que ce n’est pas aussi simple que cela. En effet, Priestley n’a pas décrit, du moins pas directement, l’université de Melbourne. L’article indéfini marque qu’il s’agit d’un représentant non défini de toute la classe. La citation ci-dessus est en quelque sorte une explication de la notion /university/ selon les termes choisis par Priestley, c’est-à-dire pour Priestley la notion /university/ correspond ou implique (ou devrait correspondre ou impliquer) à a fellowship …. D’ailleurs, should vient souligner le fait que les critères établis sont intérieurs à l’énonciateur-origine lui-même. Autrement dit, il s’agit de la définition personnelle et subjective de Priestley de la notion /university/ et plus précisément de ses propriétés constitutives. Cela signifie qu’on travaille ici sur la notion même de /university/ et non sur une description à proprement parler de Melbourne. Par la suite, cette qualification s’applique indirectement à Melbourne dans la mesure où il s’agit d’une université. Au travers de la définition de la notion /university/ anaphorisée par SO, l’énonciateur, à l’aide de SO, attribue cette propriété à it, l’objet du verbe describe, coréférentiel avec the University of Melbourne.

108En résumé, l’antéposition de SO constitue un moyen qui permet à l’énonciateur de montrer que la relation, ayant pour origine le sujet du verbe describe, établie entre SO, (plus précisément ce qui est anaphorisé par SO) et l’objet du verbe describe (plus précisément ce à quoi renvoie l’objet) est d’un type particulier. En effet, en (31) la qualification apportée par SO permet non pas de distinguer my scheme d’un autre « scheme en lui attribuant une propriété particulière mais de préciser que ce qui est anaphorisé par SO et l’objet du verbe describe renvoient au même référent tout en attribuant une détermination qualitative à ce référent. En (32), on n’attribue pas une propriété, a fellowship, qui permet de différencier l’université de Melbourne d’autres universités mais, formulé maladroitement, on pourrait dire que c’est parce que Melbourne est une université que c’est a fellowship …. Le travail effectué concerne la notion même de la référence à laquelle renvoie SO et non ce qui différencie cette notion d’une autre. Plus précisément, ce n’est pas la définition de la notion à laquelle SO renvoie qui est en jeu mais c’est la notion à laquelle renvoie l’objet du verbe describe qui se trouve définie d’un point de vue subjectif. SO antéposé est le signe d’une détermination subjective explicite et d’une prise en charge explicite excluant de ce fait l’altérité au niveau de ce qui est anaphorisé par SO même si dans ce cas l’altérité persiste par rapport à un autre point de vue.

Pour terminer, on citera un cas de figure légèrement différent :

(33) « ‘(...) But while I think it intrinsically unlikely that any of my co-habitees, if I may so describe them, should have committed murder, and I know that I didn’t, I don’t know that I can help you very much.’«  (BNC HTG 2752)

109L’antécédent de SO est un syntagme nominal, my co-habitees, référentiel en fonction sujet de la proposition. L’énoncé avec SO suppose que la qualification de them a été posée dans l’antécédent. Dans cet exemple cela sous-entend : <describe x as co-habitees>. Le fait même de pouvoir utiliser une des caractéristiques du sujet x pour le représenter, pour le nommer, montre qu’il s’agit bien d’une propriété définitoire. Il convient de remarquer que si l’on a:

(33’) → But while I think it intrinsically unlikely that any of my co-habitees should have committed murder, and I know that I didn’t, I don’t know that I can help you very much.

110La notion /co-habitee/, et plus précisément une occurrence de la notion utilisée pour désigner les personnes dont on parle, donne simplement de manière objective, dans le sens qu’elle va de soi, un statut au sujet en question. Or, le simple fait d’avoir la proposition avec SO change les données. L’objet du verbe describe, them, se trouve être le sujet auquel l’énonciateur attribue une propriété. La relation établie peut être explicitée par la phrase « They are my co-habitees ». L’ordre de cette relation est fixe et le syntagme nominal anaphorisé par SO se trouve obligatoirement en fonction attributive. A partir d’un syntagme nominal purement référentiel, la proposition avec SO effectue en quelque sorte une séparation en attribuant la notion véhiculée par l’antécédent à un syntagme référentiel (they)/them. Présenté différemment, on pourrait dire que ce qui est anaphorisé par SO et l’objet du verbe describe entrent dans une relation qui tend vers la nomination et l’identité de référent.

111De plus, SO apparaît dans une proposition parenthétique à valeur de commentaire. Il s’agit pour l’énonciateur de revenir sur une expression antérieure. Si bien que la proposition if I may so describe them a une valeur métalinguistique : elle est le signe d’un jugement porté sur une expression linguistique déjà posée. On proposera une glose de type :

Moi, je les appelle ainsi
et, plus précisément :
J’utilise l’expression co-habitee et non une autre.

112En d’autres termes, cela signifie que l’expression co-habitee n’est pas une propriété définitoire du sujet en question. Les personnes en question ne sont pas des « co-habitees » intrinsèquement, par nature ou encore d’un point de vue juridique, mais leur comportement autorise l’énonciateur à les qualifier (et non nommer au sens propre) de « co-habitees ». La proposition parenthétique implique que c’est l’énonciateur, co-référentiel avec le sujet de la proposition en incise, qui est à l’origine de la qualification et de ce fait elle ne vaut peut-être que pour lui. D’un autre côté, cette prise en charge explicite insinue que pour l’énonciateur, d’un point de vue subjectif, cette notion convient tout à fait. Autrement dit, il n’est pas question de l’altérité au niveau de la relation entre l’élément anaphorisé par SO et l’élément qualifié par SO : l’énonciateur ne travaille que sur une notion P sans faire intervenir une quelconque valeur complémentaire.

113En résumé, la propriété attribuée par SO, antéposé, à l’objet du verbe describe, n’est pas en soi une propriété d’origine subjective (la notion /co-habitee/ ne varie pas a priori d’un locuteur à un autre) ; elle est simplement (re-)posée par rapport à un point de vue subjectif.

L’exemple suivant met l’accent sur la nature de l’antécédent :

(34) « My dear friend – if I may so describe him – the previous Foreign Secretary, who resigned from the right hon. Lady’s Government over Europe, was equally thrilled, although he did not express himself – he never does – in quite such colourful language. » (BNC HHX 12801)

L’antécédent dans cet exemple peut être comparé à celui de l’exemple suivant :

(35) « ‘(...) Well! happiness. You know what I wish her? I hope he’s one of those blokes that’ll kick her from dog to devil.’ ‘Don’t say that. She … she was a nice person.’ ‘Huh! Well, I’m glad you found her so, missis.’ ‘Well, I’m sure you did until recently.’ ‘She was only paying me back for what I did for her, and she should have gone on paying me back.’ ‘Some people expect too much.’ ‘Huh! It’s well seen whose side you’re on. I bid you good day, missis.’«  (BNC HWE 928)

114Dans ce dernier exemple on peut interpréter SO comme anaphorisant soit le syntagme nominal a nice person soit le syntagme adjectival nice :

A partir de:
She was a nice person.
I’m glad you found her so.
On pourra avoir:
… found her a nice person
… found her nice
ou encore
… found that person nice
Rien de tel dans le premier exemple ici :
A partir de:
My dear friend, if I may so describe him …
On n’aura pas, par exemple :
… describe my friend dear
ni
… describe my friend as dear
mais
… describe x as my dear friend

115L’antécédent my dear friend est une expression quasi-figée qui ne vient pas simplement attribuer une caractéristique distinctive à l’objet de la phrase avec SO mais il le représente.

116La relation entre la propriété anaphorisée par SO et l’élément auquel cette propriété est attribuée peut être résumée comme suit :

  • 20 Ou « the previous Foreign Secretary ».
  • 21 D’ailleurs, malgré la position sujet du syntagme nominal « my dear friend » la valeur (cf. « value  (...)

117Bien qu’on ait affaire à une opération d’identification (cf. be), celle-ci n’a pas le même effet dans les deux cas. Dans le premier cas, l’énonciateur attribue une propriété distinctive au sujet de la phrase alors que dans le deuxième cas, l’énonciateur utilise en quelque sorte une propriété attribuée au sujet de la phrase pour le représenter. On retrouve ici la distinction faite par Quirk et al. entre characterization pour le premier cas et, pour le deuxième cas, d’identification dans la mesure où le syntagme nominal my dear friend est un syntagme nominal défini ayant la même valeur référentielle que he(him)20. Toutefois, malgré le caractère référentiel de l’antécédent21 de SO, SO ne peut reprendre ce trait car il apparaît obligatoirement en position attributive. De ce fait aucune réversibilité n’est possible et il n’y a pas de relation d’identité pure. Autrement dit, quelle que soit la nature de l’antécédent, SO est le signe d’une qualification dans la mesure où il apparaît toujours en position attributive où c’est lui qui vient qualifier un élément référentiel.

3. Conclusion

118Si la nature qualitative de SO en fonction attributive ne fait aucun doute, il a été nécessaire de préciser comment il convient de situer l’anaphore qualitative à l’aide de SO au niveau notionnel. En effet, en ce qui concerne le marqueur SO, il ne suffit pas de dire que l’anaphore se situe au niveau notionnel dans la mesure où l’antécédent anaphorisé par SO constitue déjà une première mention de la notion concernée. Pour rendre compte de la particularité de l’anaphore effectuée par SO, il a fallu prendre en considération à la fois la façon dont SO qualifie l’élément auquel la propriété anaphorisée est attribuée et la nature de l’antécédent, car il s’est avéré que les deux sont liées. A partir de là il semblerait qu’il y ait deux façons légèrement différentes de présenter l’anaphore notionnelle effectuée par SO.

  • 22 Voire définir les propriétés constitutives d’une notion.

→ SO antéposé anaphorise une propriété qui sert à identifier22 l’élément auquel cette propriété est attribuée et SO postposé anaphorise une propriété qui permet de différencier l’élément auquel cette propriété est attribuée

  • 23 La distinction établie ici concernant l’anaphore qualitative à l’aide de SO fait penser à la distin (...)

119De ce fait, on pourrait dire que SO antéposé concerne plutôt le choix d’une notion P et que SO postposé concerne p par rapport à p’. Cela permet de rendre compte à la fois de l’anaphore d’une propriété définitoire qui ne concerne pas a priori l’altérité et de l’anaphore d’une propriété d’origine subjective. Du fait qu’une valeur complémentaire intervient d’une façon ou d’une autre dans le contexte, il paraît justifié d’utiliser non pas la configuration P pour décrire l’anaphore par SO antéposé mais plutôt, ce que l’on pourrait désigner par P(p), qui signifierait que la notion n’est pas à prendre dans son indétermination maximale. En résumé, quelle que soit la nature de la propriété de l’antécédent, le recours à SO est toujours le signe d’une altérité sur le plan qualitatif23 même si cela ne se présente pas exactement de la même façon.

Haut de page

Bibliographie

COLLINS COBUILD ENGLISH LANGUAGE DICTIONARY, (1987), London : William Collins Sons & Co Ltd.

FLUCHA L., (2001), Le Marqueur as en Anglais Contemporain dans le Cadre de la Théorie des Opérations énonciatives, Thèse de Doctorat, Université de Caen Basse-Normandie.

GILBERT, E., (2004), « Anaphore et qualification : quelques valeurs de so », paru dans Cycnos, Volume 18 n° 2, mis en ligne le 15 juillet 2004, URL : http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=37.

GREENBAUM, S. & QUIRK, R., (1990), A Student’s Grammar of the English Language, London, Longman, 490 p.

GUILLEMIN-FLESCHER, J. (1997) « De la qualité à la qualité »,. La Notion, Editions Ophrys, Paris, pp. 146- 155.

HUDDLESTON, R. & PULLUM, G.K., (2002), The Cambridge Grammar of the English Language, Cambridge, University Press, 1842 p.

JOHANSSON-MANOURY, E., (2004), Le marqueur SO en anglais contemporain : ses emplois en relation avec un élément verbal, Thèse de Doctorat, Université de Caen Basse-Normandie.

JOHANSSON-MANOURY, E., (2012), « Anaphore et fonction attribut du sujet : le cas de SO », ANGLOPHONIA 32, pp. 129-150.

LAPAIRE, J-R. & ROTGE W., (1991), Linguistique et Grammaire de l’Anglais, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 734 p.

LARREYA, P. & RIVIERE, C., (1991), Grammaire Explicative de l’Anglais, Paris, Longman, 320 p.

MAUROY, R. (1997) « It isn’t so », Cahiers de recherche, T. 7, Paris, Ophrys, pp. 171-216.

QUIRK, R., GREENBAUM, S., LEECH, G. & SVARTVIK, J., (1985), A Comprehensive Grammar of the English Language, Harlow, Longman Group Limited, x + 1779 p.

SOUESME, J-C., (1987), Valeurs et emplois respectifs de do et do so, Modèl

Haut de page

Notes

1 Cet article constitue une suite de E. JOHANSSON-MANOURY (2012). Les deux articles sont extraits d’un chapitre de ma thèse intitulé : SO en construction attributive, cf. bibliographie.

2 Les concepts de notion et d’altérité dans le cadre d’une étude sur le marqueur SO ont été utilisés en premier, à notre connaissance, par J.-C. SOUESME (1987). Nous lui sommes donc redevables pour cette idée. Néanmoins, son étude se limite à do so.

3 Cf. aussi R. MAUROY (1997) qui parle d’anaphore notionnelle et E. GILBERT (2004) qui reprend R. MAUROY afin de s’en distancier : « L’idée que nous aimerions défendre et développer ici est que so ne renvoie à l’occurrence que d’un point de vue strictement qualitatif. Cette idée n’a en soi rien de nouveau. C’est par exemple le point de vue qu’adopte R. Mauroy (1997), qui traite so comme un marqueur d’anaphore qualitative (dans un sens qui ne sera toutefois pas le nôtre). E. GILBERT précise : « (…) so ne peut pas être l’image d’une qualité de type notionnel, mais uniquement de type différentiel, directement liée à la subjectivité de l’énonciateur (…) ». A ce propos cf. E. JOHANSSON-MANOURY (2012) où il a été démontré que le marqueur SO peut, contrairement à ce que E. GILBERT affirme, reprendre une propriété notionnelle, définitoire.

4 De ce fait, afin de ne pas alourdir cette étude nous n’approfondissons pas la différence entre les deux dimensions d’une occurrence, respectivement symbolisés par QNT et QLT. Cette distinction n’est pas vraiment pertinente ici dans la mesure où il s’agira d’étudier deux façons différentes d’appréhender l’anaphore notionnelle/qualitative à l’aide de SO.

5 Les exemples cités par CCELD (cf. par ex. He used to make her life hell.) montrent qu’au lieu de « something » on peut avoir « someone ».

6 Toutefois, il convient de préciser que, dans la construction sans SO, le GN2 peut renvoyer à l’image d’un référent dont on présuppose l’existence, cf. par exemple un syntagme nominal de type défini.

7 En ce qui concerne le terme identifier, et plus précisément « identify », emprunté à la Cambridge Grammar, nous y reviendrons dans les pages consacrées à SO en position médiane.

8 Nous soulignons.

9 Pour plus de précisions cf. E. JOHANSSON-MANOURY (2012).

10 Dans la construction transitive complexe, où l’objet et l’attribut de l’objet sont des anaphoriques comme ici, c’est l’objet qui anaphorise le sujet et l’attribut de l’objet qui anaphorise l’attribut de la proposition antécédente. Or, l’impossibilité d’inverser SO et it n’est pas due au fait que le marqueur SO ne peut anaphoriser un syntagme nominal en position sujet, comme nous le verrons dans les pages suivantes, mais au fait que SO doit apparaître en position attribut de l’objet.

11 PC = Predicative complement.

12 Cf. l’analyse de obviously.

13 C’est-à-dire du QNT et non du QLT comme c’est le cas avec SO.

14 Nous reproduisons l’exemple tel qu’il est cité par L. Flucha, il nous est impossible de le vérifier car la source n’est pas précisée.

15 Nous soulignons.

16 A prendre au sens large bien entendu car il peut aussi bien renvoyer à une opération d’anaphore qu’à une opération de cataphore, même si ce dernier cas est rare.

17 Cf. l’analyse déjà citée de L. Flucha.

18 Nous insistons sur ce point car c’est une caractéristique fondamentale de SO.

19 Il convient de préciser que le syntagme nominal Melbourne sous-entend the University of Melbourne et non la ville elle-même, cf. par exemple le titre de l’article.

20 Ou « the previous Foreign Secretary ».

21 D’ailleurs, malgré la position sujet du syntagme nominal « my dear friend » la valeur (cf. « value ») donnée à ce syntagme est explicitée dans le contexte ce qui montre bien, dans cet exemple, qu’en fait c’est le syntagme nominal en opposition, « the previous Foreign Secretary » qui est référentiel.

22 Voire définir les propriétés constitutives d’une notion.

23 La distinction établie ici concernant l’anaphore qualitative à l’aide de SO fait penser à la distinction établie par J. Guillemin-Flescher (1997) entre QLT1 et QLT2 dans son article sur le fonctionnement des procès : « les problématiques font apparaître une distinction entre deux types de valeurs qualitatives : l’une notionnelle, l’autre intervenant après une première opération QNT. Si la valeur QNT peut être construite à partir de QLT1 on ne peut en revanche passer directement de QLT1 à QLT2 ». La différence est que dans le cas de SO l’antécédent constitue le point de départ et cet antécédent constitue une occurrence de la notion située. Autrement dit, c’est comme si on partait d’une valeur QNT afin d’envisager ensuite à la fois une valeur QLT1 et une valeur QLT2. D’où notre distinction entre P(p) et p par rapport à p’. De plus, J. Guillemin-Flescher ajoute : « Par ailleurs, un procès ayant la valeur QLT1 peut définir un autre terme dans l’énoncé ; un procès ayant la valeur QLT2 ne peut que le qualifier ». Cette distinction ressemble à celle que nous avons faite entre le fait que SO peut à la fois identifier/définir une propriété constitutive et différencier/attribuer une caractéristique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabet Johansson-Manoury, « Quelques précisions sur l’anaphore notionnelle »Corela [En ligne], 11-2 | 2013, mis en ligne le 25 novembre 2013, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/corela/2986 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corela.2986

Haut de page

Auteur

Elisabet Johansson-Manoury

Normandie Université, UCBN, CRISCO.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Corela – cognition, représentation, langage est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals