Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHS-16Le terrain comme enseignement

Le terrain comme enseignement

Vers une réflexivité engagée
Albinou Ndecky et Fanny Martin

Résumés

Dans le texte qui suit, nous questionnons les choix théoriques ainsi que le rôle du chercheur dans le processus de construction des observables. Nous souhaitons donc interroger la question du lien entre la théorie et le terrain. Pour ce faire, nous posons les choses autrement. En effet, nous nous demandons si un travail de terrain à visée qualitative pourrait être strictement lié ou conditionné par les choix théoriques effectués en amont. Ou, au contraire, s’il est envisageable de parler d’une forme de « bricolage », c’est-à-dire d’un choix pratique, qui est pragmatique, stratégique, mouvant et auto-réflexif.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nous questionnons dans cet article les choix théoriques et le rôle des chercheurs dans le processus de construction des observables sur deux terrains très différents. La théorie, comme point de départ de notre réflexion, va nous amener à poser autrement la question du lien entre théorie et pratique de terrain. En effet, nous nous demandons ici si un travail de terrain à visée qualitative pourrait être strictement lié ou conditionné par les choix théoriques effectués en amont ou bien s’il est envisageable de parler d’une forme de « bricolage », c’est-à-dire d’un choix pratique, qui est pragmatique, stratégique mouvant et auto-réflexif.

2Nous aborderons dans un premier temps nos terrains d’enquête respectifs, qui seront donc le socle de notre réflexion. Nous mettrons ensuite en évidence les axes méthodologiques et les perspectives épistémologiques de ces deux expériences de terrain pour asseoir notre questionnement.

1 Une enquête à Goudomp (Sénégal)

1.1 Goudomp, ville carrefour

3Notre recherche doctorale nous a conduit à mener nos enquêtes de terrain à Goudomp, une ville située dans la région de Sédhiou en Casamance, au sud du Sénégal. Grâce à sa position géographique de ville carrefour, à ses activités économiques, elle attire quotidiennement des populations et/ou commerçants des autres villages environnants, des autres régions du Sénégal tout comme ceux des pays voisins (Gambie, Guinée Bissau, Guinée Conakry et Mali). Le plurilinguisme se manifeste concrètement là où ses monolinguismes convergent, sur les pistes, les marchés, les ports et, de façon plus générale, dans la ville à laquelle aboutissent les pistes et où se trouvent les marchés et les ports (Calvet, 1994 : 11). Cette ville se présente aujourd’hui comme un véritable « marché aux langues » (Calvet, 2002), un laboratoire linguistique en somme.

4Partant ainsi de l’idée que la ville « […] n’existe qu’en fonction d’une circulation [flux de discours] et de circuits [réseaux sociaux]» (Mongin, 2005 : 92), il est important de constater que « la place de la ville est désormais inséparable des flux avec lesquels elle se trouve en tension » (Mongin, 2005 : 18). En effet, contrairement à certaines villes du Sénégal où le plurilinguisme n’est pas aussi dense, où la gestion des langues apparaît simple à cause du fait que le wolof y est utilisé comme seul langue véhiculaire dans les échanges interethniques et autour duquel gravitent souvent les autres langues minoritaires du milieu, la situation goudompoise se révèle complexe. Ces difficultés semblent largement tributaires de l’origine diverse de sa population ainsi que de son caractère très hétérogène.

5Que se passe-t-il donc lorsque des locuteurs de premières langues différentes se rencontrent ? En quelle langue vont-ils communiquer ? Une tentative de réponse à ces questions nous conduit à affirmer avec Juillard (2010 : 63) que « la complexité et l’enchevêtrement des relations, des identités et des langues, à l’intérieur des concessions familiales et des zones de voisinage au sein des quartiers […] » sont tels qu’il est difficile voire impossible de prédire ou de systématiser les choix de langues. On comprend dès lors que mener une enquête sociolinguistique sur un tel terrain ne peut qu’être complexe. Alors, comment y enquêter ? C’est justement cette complexité qui nécessite tout d’abord que nous accédions au terrain.

1.2 Accès au terrain

1.2.1 Les difficultés d’abord

6Les difficultés du terrain goudompois nous conduisent inévitablement à revenir sur quelques « non-dits » inhérents à toute enquête de terrain et sur lesquels la plupart des chercheurs passent souvent sans mot dire. Cet exercice nécessite, si ce n’est d’en fournir une définition arrêtée, à tout au moins d'en circonscrire le terme et de le situer. Cela renvoie aux relations que chaque chercheur développe en fonction de son expérience de la recherche, de sa connaissance préalable du terrain, de ses capacités d’adaptation et de ses dispositions sociales propres.

7Ainsi, une recherche qui nécessiterait la connaissance et/ou la maîtrise d’une langue étrangère peut être considérée comme difficile dans le sens où elle requiert : a) soit la mise en place et la mise en pratique de stratégies d’ajustement en matière linguistique ; b) soit le recours à une traduction. Elle implique également la connaissance parfaite des pratiques rituelles/culturelles locales et auxquelles le chercheur est a priori étranger. Ces difficultés seront certainement plus facilement surmontées par une personne qui entretient un lien fort avec « son » terrain (ce qui fut notre cas), parce qu’elle y est née, y a vécu, ou encore que ses parents ou proches en sont originaires. Mais dans ce cas, « d’autres questions que les partisans de l’objectivité du chercheur pourront apparaître, comme par exemple la nécessaire mise à distance du chercheur par rapport à son objet et son terrain » (Agier, 1997 : 73).

1.2.2 Contourner les difficultés

8Contourner les difficultés était plus qu’une nécessité pour nous d’autant plus que l’enquête était conduite sur un terrain de « fortes tensions linguistiques ». Cela implique qu’il a fallu que nous « rentrions ou accédions au terrain ». Ce processus était non seulement long mais a engagé aussi force stratégie et énergie. Cette phase a conditionné la suite de notre enquête. Mais avant tout qu’est-ce qu'entrer sur le terrain ? En effet, entrer sur le terrain ne signifie pas ou du moins ne se résume pas à la prise des contacts et à la fourniture des garanties de neutralité sous couvert du statut de chercheur. Comme tout type d’enquête, les enquêtes de terrain exigent du chercheur qu’il se donne des stratégies. Dans le cas des enquêtes en sociolinguistique, les « stratégies » relèvent de difficultés propres au terrain et sont corolaires à l’intensité des difficultés perçues ou réelles. Pour cette raison, l’enquête de terrain ne va pas de soi, ni pour le chercheur, ni pour les enquêtés. D’ailleurs, ces derniers se situent souvent entre deux pôles : a) soit ils acceptent d’exprimer ouvertement leur méfiance vis-à-vis de l’enquêteur ; b) soit ils le font de manière détournée.

9De là, deux principales « stratégies » peuvent être déployées. Dans un premiers temps, le chercheur se doit d’accepter, et donc de composer avec les conditions bien souvent fixées par les enquêtés. Cela signifie, en d’autres termes, que l’accord des enquêtés est subordonné à l’acceptation par le chercheur des conditions fixées par les premiers. Ces limites concernent le plus souvent les personnes qu’il est autorisé à rencontrer, les questions qu’il pourra ou non poser aux membres du groupe étudié, le respect de l’anonymat… La deuxième stratégie, de loin la plus importante d’ailleurs à notre avis, consiste pour le chercheur à faire reconnaître sa légitimité à enquêter. Pour ce faire, il lui faut tenter d’ « effacer » son statut « d’étranger » et se fondre dans la masse populaire en s’investissant dans son terrain, en acceptant « d’entrer en relation avec des gens d’une autre culture, qu’elle soit proche ou lointaine » (Caratini, 2004 :23). Le chercheur est donc pris dans des tensions permanentes qui sont, entre autres, les impératifs personnels, professionnels et plus encore éthiques.

10Toutefois, quelle que puisse être la stratégie adoptée, l’idée n’est pas de devenir « l’un d’entre eux » (c’est-à-dire l’un des futurs enquêtés). Bien au contraire, il s’agit de pénétrer les interactions quotidiennes de la population étudiée. En fin de compte, le chercheur se trouve ainsi confronté à des réalités fluctuantes, changeantes et à la fois contradictoires. Qu’il le veuille ou non, il devient un acteur de cette réalité sociale ; donc co-constructeur de ce qu’il appellera plus tard « données » d’enquête. Quel était donc notre positionnement en tant que chercheur enquêtant dans sa propre communauté ?

1.2.3 Objectivité/distanciation vs subjectivité/engagement

11La question de l’appartenance du chercheur à la communauté étudiée a longtemps fait l’objet de débat dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales. Pour les tenants de la « neutralité » scientifique, mener une recherche « chez soi » ou « à domicile » empêcherait le chercheur de garder cette distance qui lui permettrait de dire la science de manière « objective », « neutre ». Aujourd’hui, ces mêmes idées sont défendues par la plupart des tenants de la « linguistique positiviste » (Robillard, 2007 ; 2008). Pour ces derniers, l’étude de la langue doit être menée sans tenir compte de son contexte de production parce que la linguistique n’aurait d’objet que la langue en elle-même. Or, si on en croit Blanchet :

Nombreux sont ceux qui ont montré que le chercheur en science de l’Homme étant un humain, que le linguiste étant pétri de langage, il ne peut pas s’abstraire de lui-même et construire effectivement un objet ainsi dissocié de lui-même. L’auto-analyse est alors une condition et un objectif de l’activité de la recherche. Assumer explicitement la subjectivité semble être la seule attitude possible sur le plan éthique. (2000 : 97)

12Autrement dit, il n’y a pas de démarche scientifique n’obéissant qu’à une nécessité propre, indépendante des acteurs individuels et collectifs qui la produisent car « la réalité sociale n’est ni objective ni subjective, mais intersubjective, c’est-à-dire qu’elle est ce que nous chercheurs, constitués par la structure des significations partagées [notre part du social] tout en constituant celle-ci, sommes d’accord pour dire ce qu’elle est. », (Eloy & Pierozak, 2009 : 17-18).

13Notre lecteur aura compris, à travers les lignes qui précèdent, notre positionnement théorico-méthodologique. En effet, nous nous réclamons de la posture assumant la présence du chercheur dans son travail de recherche avec toutes les implications que cela comporte. Mais une fois impliqué, quelle technique devrons-nous utiliser pour accéder à l’information voulue et sur laquelle devra se fonder notre future analyse ? Voilà l’une des questions principales qui nous ont conduit à porter un regard réflexif sur notre propre pratique de recherche à mesure que nous nous « frottions » à notre terrain d’enquête.

1.2.4 Approche de la réflexivité

14Notre retour à Goudomp n’a pas fait de nous forcément « un gars du coin ». Nous étions conscient que, bien que nous soyons un fils du terroir, notre retour à Goudomp ne suffisait pas à faire de nous un membre à part entière de la communauté dont nous entreprenions d’étudier les pratiques langagières en synchronie. Aux yeux de la plupart de habitants de cette ville, nous n’étions plus ce fils ou ce neveu qu’ils avaient vu naître et grandir, ni non plus ce frère, ce cousin ou encore ce simple ami d’enfance avec qui on avait eu à partager des moments aussi bien de joie que de peine. En effet, les quelques mois passés en France suffisaient largement pour faire de nous non pas « un gars du coin » mais plutôt « un étranger goudompois ». Alors face à une telle situation, quelle pouvait être notre action ? Nous n'étions ni vraiment extérieur au groupe (du fait que nous étions un natif de la ville), ni vraiment un membre à part entière du groupe que nous étudiions (car étant un chercheur en formation). Il nous revenait alors de jouer sur notre double appartenance pour intégrer notre terrain d’enquête, le baliser.

1.2.5 Le balisage du terrain

15Nous entendons par balisage de terrain le travail qui a précédé le début de notre collecte de données. C’est un travail en amont qui a consisté à user de certaines techniques d’approche qui ont mis nos futurs interviewés en confiance ; ce qui nous a permis au bout du compte d’extraire d’eux des informations. Deux semaines ont été consacrées à cette phase de (ré)adaptation et/ou de (ré)intégration dans notre « royaume d’enfance », notre société ; c’est-à-dire au sein des familles, du groupe de copains ou d’amis d’enfance.

  • 1 C'est d'ailleurs cela qui nous a poussé à n’avoir, durant tout notre séjour, qu’une seule tenue que (...)

16De retour à Goudomp, à la fois en tant que fils du terroir et doctorant, il s’agissait alors de contrôler cette double appartenance (sociale et scientifique), d’être réflexif, non pas pour l’annuler ou l’effacer totalement, mais plutôt pour la maîtriser afin de pouvoir s’en servir au mieux lors de la conduite de l’enquête. Face à la classe des aînés ou des vieux, il nous fallait redoubler d’attention pour ne pas manquer à des saluts. Aussi avons-nous accepté toutes les invitations à déjeuner ou à dîner qui nous ont été faites. Avec les camarades d’âge par contre, les choses étaient à la fois simples et complexes ; il nous fallait maintenir le « juste milieu ». En effet, face à certains d’entre eux qui n’ont pas eu la chance de faire de longues études, il nous a fallu toujours rester « naturel », donc prudent et ne rien faire apparaître d’intellectuel aussi bien à travers notre habillement1 que notre manière de parler. Mais au-delà de ce comportement vestimentaire et langagier, nous participions à tout ce qui pouvait réunir les jeunes de notre âge. Les principales activités qui nous ont rassemblées ont été des parties de pêche à la ligne au bord du fleuve, souvent le matin et des parties de thé accompagnées de jeu de cartes sous le manguier (« grand place ») après les repas de midi. Le soir, la principale activité était le football. Et, c’est une fois que nous étions « sûr » d’avoir « bien brisé » - en partie - la plupart de ces obstacles qui semblaient s’ériger entre nos futurs interviewés et nous-même, et que la confiance s’était installée, que l’enquête a effectivement pu commencer.

1.3 Le recueil des données

1.3.1 Demande d’autorisation

17Dans le manuel des bonnes pratiques mis au point pour orienter les chercheurs travaillant sur les données orales, il est reconnu que :

La définition du « consentement éclairé » et sa traduction dans des formes de relation sociale (le contact avec les informateurs) et des formes matérialisées (les documents échangés et signés) sont sensibles au contexte et aux objets de l’enquête, ainsi qu’aux conditions socioculturelles du groupe dans lequel cette enquête se déroule. (Baude, 2006 : 69)

18Mais qu’est-ce qu’une demande d’autorisation de collecte de données ou encore le « consentement éclairé » ? On pourrait la définir comme étant une mise au point d’un formulaire d’autorisation à soumettre aux futurs informateurs ou interviewés. Il est cependant important de faire dépendre cette autorisation de l’information préalable donnée aux personnes concernées car sans information, la demande d’autorisation n’a pas d’objet ni de sens. Voilà pourquoi on parle de « consentement éclairé », dans le sens où l’acceptation de l’enregistrement est étroitement dépendante de la compréhension des finalités pour lesquelles il est effectué. La demande d’autorisation de collecte des données peut donc être vue comme un contrat moral signé entre l’informateur et le chercheur. Elle définit de manière explicite l’objet de la recherche et l’usage qui doit être fait des futures données enregistrées.

1.3.2 Quand faire la demande ?

  • 2 Par exemple, un chercheur menant une recherche sur la crise universitaire de l’année académique 200 (...)

19Le choix du moment de demande d’autorisation est capital. Il dépend en général du mode d’approche des personnes enregistrées par le chercheur. Le moment où se situe l’information et la demande d’autorisation peut donc être choisi en relation avec les effets envisagés sur la structuration de l’activité à enregistrer. Très souvent, le moment de l’information et de la demande d’autorisation sont choisis de manière à ne pas perturber l’activité de l’enquête aussi bien du point de vue des participants que de l’enquêteur lui-même2. Le choix du « bon moment » devient de ce fait plus que nécessité. En ce qui nous concerne et pour des raisons de commodité, cette demande a été faite en deux temps distincts et qui correspondent aux deux phases de notre enquête.

  • 3 Au nombre de vingt-quatre. Nous avons finalement exploité dix-huit entretiens (six femmes et douze (...)

20Concernant la première phase, c’est-à-dire le recueil des discours in situ, spontanés, nous avons jugé nécessaire d’enregistrer d’abord la parole des locuteurs avant de revenir vers eux pour faire une demande d’autorisation à exploiter les données collectées. Notre lecteur aura peut-être raison de croire que, bien que théorisé ci-dessus, nous avons « failli » à la mise en pratique des règles du code de la déontologie. Mais il pourrait tout de suite comprendre, en même temps, que cela répond exactement aux objectifs que nous nous sommes fixés au départ. En effet, le but visé dans cette phase d’enquête est de voir et de comprendre le comportement langagier du locuteur Mancagne évoluant dans ce milieu pluriel, c’est-à-dire de voir comment il « navigue » entre les langues dans sa vie de tous les jours. Ainsi, recueillir sa parole fluctuante en évitant les biais devient dès lors plus que nécessaire. Or, commencer par lui adresser une demande d’autorisation de collecte de données l’aurait amené à se contrôler à chaque fois qu’il nous voyait ou que nous discutions. Il s’agit donc des raisons principales qui nous ont amenées à profiter de certains moments d’échange que nous avons eus sur différents sujets pour enregistrer ces entrelacs de parole. Et c’est seulement après des heures voire des jours que nous sommes revenu vers eux. Ce retour vers les personnes concernées nous a été facilité par le fait que, en tant que membre résident dans la communauté étudiée, nous connaissions tout le monde. Nous avons donc profité de l’occasion pour procéder d’une pierre deux coups. L’autorisation demandée pour exploiter les données enregistrées est en même temps une demande d’accord pour une interview. C'est d'ailleurs ce qui explique le fait que les personnes interviewées soient constituées en majorité de ceux dont la parole a déjà été recueillie in situ3.

21Ce qu’il est important de noter ici, c’est notre agréable surprise durant cette deuxième phase de l’enquête, c’est-à-dire lors de la demande d’accord pour une interview : en effet, aucune autorisation n’a été rejetée. Cela pourrait s’expliquer par l’énorme différence qui existe entre les peuples du monde, aussi bien sur le plan culturel que législatif. En effet, bien que vivant dans un pays « démocratique » avec une législation qui définit les droits ainsi que les devoirs de tout citoyen, la communauté mancagne est restée toujours attachée à ses valeurs ancestrales fondées principalement sur le droit coutumier. On comprend aisément pourquoi la question de savoir si les personnes concernées pouvaient nous permettre d’exploiter leur parole dans notre recherche ait été suivie d’une série de réponses dénotant un certain étonnement, voire une surprise. C’est ainsi que nous avons reçu entre autres les réponses suivantes :

we ukë neenaniŋ ? (Qu’est-ce qui t’en empêche ?)
Bënuura hila ! (Bien sûr !)
U’wo wi iṭo ihepar ! (Tu n’as même pas besoin de demander !)
I dodo ji iwo nayanṭ ! (Tu fais comme si tu étais un étranger !)
Mëme uko uŋkaŋ ki iṭo pëhepar + iko yuŋ yo yi bambaabu (Je ne sais pas pourquoi tu me le demandes, ça c’est une affaire de Blanc, etc.).

22Au final, aucune demande n’a été rejetée. Cela nous amène à conclure que le fait que nous soyons membre de la communauté étudiée nous a ouvert grandement les portes d’accès à l’information souhaitée. En lieu et place de la méfiance, c’est plutôt l’enthousiasme que nous avons pu constater. Les répondants se sont sentis intéressés pour contribuer aux recherches d’un des leurs ; d’autant que lesdites recherches portaient sur leur propre communauté.

2 Les pratiques langagières et la structuration de répertoires linguistiques dans une résidence pour personnes âgées en Picardie

2.1 Le choix du terrain

  • 4 Nous nous référons ici au tracé proposé par Raymond Dubois. Nous renvoyons notre lecteur à cet ouvr (...)

23Dans le cadre de notre travail de recherche sur la structuration de répertoires linguistiques en situations ordinaires, en Picardie, notre première orientation a été de choisir où nous pourrions réaliser notre enquête au cœur de l’aire géographique et linguistique picarde4. Notre recherche avait pour but de comprendre comment les personnes dans des situations de communication diverses mobilisent les ressources linguistiques dont elles disposent et, s’il y a lieu, quels types de discours épilinguistiques émergent de ces mêmes situations. La langue régionale et sa présence effective dans la région était un élément pertinent et nous avons souhaité soulever une question fondamentale : dans quel(s) lieu(x) et espace(s) de la langue et dans quelle(s) situations devions-nous enquêter pour servir notre problématique ?

24Après avoir étudié l’histoire de la région, et notamment l’inadéquation entre l’aire administrative et l’aire linguistique picarde, nous avons ciblé une zone rurale, mais dynamique, à proximité d’Amiens dans l’aire linguistique picarde et une seconde zone avec les mêmes caractéristiques mais en dehors de l’aire linguistique picarde.

25Dans ce travail de recherche, nous nous sommes questionnée sur les données que nous étions susceptible de récolter. Cependant, nous savons qu’il n’est pas possible pour le chercheur de connaître d’avance quels seront les résultats du travail de recherche, même si, effectivement, nous pouvons dresser des probabilités de départ. Ainsi nos premières hypothèses ont-elles été de supposer que nous serions davantage en contact avec la langue picarde si nous enquêtions auprès de personnes âgées et c’est donc vers ce premier espace social que nous nous sommes dirigée. Nous évoquerons ici l’entrée sur le premier des deux terrains évoqués ci-dessus.

2.2 Un espace atypique et en tension : les maisons de retraite

  • 5 La catégorie d’âge s’étendait de 60 à 110 ans.

26Enquêter sur une population de personnes âgées5, était une bonne occasion d’observer la vitalité du picard dans cette sphère (considérant les variables géographique et d’âge). En nous dirigeant vers ce terrain, nous souhaitions trouver un lieu propice à la discussion, à l’échange entre personnes âgées, pour observer différentes situations de communication. Aussi, l’espace social de la maison de retraite était-il le lieu qui nous paraissait rassembler nos différentes attentes. De plus, nous avions comme espoir que les personnes hébergées dans ces institutions seraient particulièrement disponibles et accepteraient auprès d’elles la présence d’une enquêtrice.

27Les maisons de retraite font partie du paysage urbain et sont des espaces qui ne sont que très peu étudiés. Elles se situent au cœur des villes et sont des espaces sociolinguistiques atypiques et imprévisibles. Le chercheur peut y observer différents types de variations ainsi que des rapports complexes entre individuation et communauté. Plus explicitement, ce sont des lieux dans lesquels on remarque deux tendances opposées mais complémentaires : un rapport au même et une volonté de distanciation, de différentiation, c’est-à-dire un dyptique construit autour du même et du différent à travers notamment, mais non exclusivement, le langage.

28En effet, les facultés de communication sont créatrices et révélatrices de différences et de constitutions conscientes et inconsciences des groupes. Il n’est pas rare dans ce milieu d’entendre des commentaires comparatifs des personnes entre elles. En effet, les personnes s’observent, se reconnaissent et s’identifient selon diverses catégories, que l’institution contribue involontairement à constituer. En effet, devient différent aux yeux des autres celui qui, par pathologie, maladie, ou diminution des capacités physiques et/ou langagières, s’écarte progressivement, involontairement et inconsciemment du groupe. Notre approche progressive du terrain n’a pu s’effectuer sans la construction d’un état des lieux des connaissances sur les pathologies inhérentes de la vieillesse et de la dépendance et sans allers-retours constants entre théorie, acquis, et enseignements du terrain.

29Ainsi, ce terrain qui constitue un des terrains de notre travail de thèse nous a apporté un fond de connaissances humaines et nous a invité à une pratique réflexive in situ de l’enquête.

2.3 Accès au terrain et comment gérer les difficultés et les obstacles

30Nous nous sommes aperçue dès nos premiers contacts pour trouver notre lieu d’enquête que l’accès à ces espaces serait particulièrement complexe et notamment dans l’optique d’une éventuelle communication des résultats et des analyses issues de l’enquête. Dans notre recherche d’établissements, nous avons essuyé plusieurs refus. Nous avons contacté sept établissements avant de trouver une institution pour nous accueillir. Les stigmatisations que ces lieux renvoient rendent la tâche du chercheur complexe pour investir ce type d’espaces. Le chercheur se trouve face à un univers qui n’est pas valorisé ni perçu positivement. L’accès à l’institution est, comme nous l’avons expliqué, délicat et parfois difficile. Il faut déployer de nombreux efforts, dans des orientations notamment administratives, pour réussir à convaincre les établissements du bien-fondé de notre démarche.

  • 6 C’est effectivement ainsi qu’il faut également présenter notre terrain, car ces établissements ont (...)

31De plus, l’acceptation du chercheur sur place est une autre donnée complexe. Ces espaces sociaux sont des lieux très protégés, qui souhaitent préserver la tranquillité et la sécurité des résidents et bien entendu leur image. Ce sont des lieux fortement stigmatisés, non pas en rapport à l’établissement lui-même, mais en relation à la gestion de la vieillesse et de la dépendance mais aussi et surtout car ce sont des lieux qui accompagnent les résidents vers la fin de vie6. Dans cette perspective nous avons exposé clairement nos intentions et orientations de recherche lors de nos prises de contact. Cependant, il s’avère qu’un seul établissement, sur les sept que nous avions sollicités, a accepté de nous recevoir.

2.4 Demandes d’autorisation

  • 7 Notre recherche sociolinguistique, n’avait aucunement à voir avec ces problématiques, cependant, il (...)

32Nos premières approches de ces lieux nous ont conduit à envisager ces espaces comme des espaces en tension au sein desquels laissaient se profiler des problématiques complexes, comme par exemple la gestion de la vieillesse7.

33Nous avons donc insisté plus encore sur l’éthique du chercheur et sur les principes déontologiques de la recherche. Notre attitude et notre comportement sur le terrain étaient éminemment importants. Notre premier réflexe avant même l’entrée sur le terrain a été d’avertir la directrice de notre travail et de la solliciter pour nous faciliter l’intégration auprès des personnes âgées et du personnel.

34Expliquer l’objet de notre recherche à des personnes âgées serait complexe et pourrait laisser percevoir des comportements d’incompréhension, de méfiance et d’auto-surveillance qui auraient compliqué notre tâche. Nous avons donc laissé la directrice expliquer notre présence et l’objet de notre travail aux résidents. Celle-ci a donc annoncé lors d’un rassemblement (animation), que nous travaillions sur un projet universitaire, que nous serions amenée à venir plusieurs fois dans l’institution. Elle a précisé que nous prendrions le temps de discuter avec les personnes qui le souhaitaient pour réaliser notre travail, tout en sachant que nous prendrions quelques photos, vidéos et utiliserions un enregistreur.

35Nous avons donc mené notre travail essentiellement auprès de personnes avec lesquelles la directrice avait discuté en notre présence et dont nous avions le consentement éclairé, ainsi que celui de la famille via le dossier administratif de l’établissement.

36Notre démarche de demande d’autorisations a donc précédé le travail sur le terrain et a été pour nous un temps fort de notre recherche. Nous avions pensé que cela serait plus simple pour effectuer cette enquête. Nous évoquerons ensuite toute la complexité de notre éthique à la fois pensée et mise en pratique dans notre partie intitulée « recueil de données ».

37À partir de ces différents éléments, nous avons pu commencer notre travail de terrain et nous nous sommes rendue compte que même si les personnes étaient particulièrement disponibles, et avenantes, il nous fallait trouver un moyen de les aborder sans susciter chez elles de comportements de crainte ou de gêne. Dans le cadre de cette étude nous nous sommes longuement interrogée sur la connaissance de notre terrain, sur notre insertion et sur les modes de recueil des données et notre pratique de l’enquête. C’est ce que nous allons expliciter ci-après.

2.5 Le balisage du terrain

38Nous entendons par balisage, le travail qui a précédé la collecte de données, sous-entendu la première approche du terrain. Nous avons déjà explicité notre perspective éthique ci-dessus. Nous nous concentrerons donc ici sur les premiers contacts avec les résidents et sur la manière dont nous avons, en effet, investi progressivement notre terrain.

39Si l’accès était autorisé, il nous a fallu ensuite nous faire accepter par les résidents et le personnel pour pouvoir travailler sur place, à leurs côtés, au quotidien. Notre arrivée sur le terrain a donc été délicate, car inévitablement nous étions en marge de cette communauté. Nous avons été logiquement et naturellement considérée comme étrangère à cette communauté de résidents non seulement parce que les personnes ne nous connaissaient pas, nous ne faisions pas partie de leur environnement, puisque nous n’intervenions pas auprès d’elles comme un personnel accompagnant, ni en tant qu’animatrice, ni comme un membre du personnel médical, mais aussi et surtout parce que la différence d’âge avec les enquêtés était importante (de trente cinq à quatre-vingt ans). Il nous a donc fallu négocier et légitimer notre place sur le terrain avant de débuter notre travail.

40Nous sommes donc venue deux après-midis par semaine pendant deux semaines pour discuter avec les personnes et pour faire en sorte qu’elles s’habituent à notre présence, dans ce qui était leur lieu de vie. Nous nous installions dans la salle commune ou dans des espaces communs, là où les personnes se retrouvaient pour jouer aux cartes, pour lire les journaux, pour discuter, pour attendre les animations et aussi pour prendre le goûter, avec pour objectif d’entrer en communication, le plus naturellement possible avec elles. Un des objectifs de notre travail était de provoquer des conversations ordinaires pour ne pas susciter d’insécurité notamment linguistique à l’égard de la langue régionale. Il était pour nous important de développer un lien de confiance, de créer une certaine familiarité avec les résidents, pour pouvoir ensuite leur parler librement. En effet, divers points, comme le statut d’universitaire, le carcan de l’entretien, mais aussi le statut d’ « étrangère » à l’établissement ajoutés également au fossé générationnel pouvaient être des facteurs d’influence négative sur notre travail.

41Enquêter sur un terrain, pour le chercheur c’est aussi faire entrer sa personnalité, l’ensemble de ses ressources, de ses connaissances humaines et scientifiques au profit de la thématique de recherche pour faire en sorte que la relation à l’enquêté soit productive. Mais le chercheur ne peut en faire l’apprentissage qu’en situation. L’enquêtrice que nous sommes a donc dû adapter son comportement et son approche de cet espace pour faire en sorte que notre relation aux enquêtés soit fructueuse et basée sur la confiance.

2.6 Le recueil des données

  • 8 Les situations de parler ordinaire ne mettaient pas (autant que des entretiens à proprement parler) (...)

42La constitution de notre corpus nous a conduit à nous interroger sur notre méthodologie d’enquête. Après un temps de réflexion et l’observation au quotidien de notre terrain nous avons opté pour une collecte de données large et dépendante des circonstances de la vie ordinaire et des aléas de l’institution8.

43Le cadre même de notre enquête a finalement épousé notre entrée sur le terrain. Les interactions qui avaient lieu dans cet espace étaient propices au cadre de notre travail, alors que nous avions imaginé que de simples entretiens seraient suffisants. La collecte des données s’est donc effectuée par l’intermédiaire d’activités diverses, lors de goûters, de conversations ordinaires avec un ou avec plusieurs témoins. Nous avons augmenté le nombre de nos visites et nous avons assisté aux diverses animations proposées par l’établissement, ainsi avons-nous multiplié les opportunités de discuter avec les résidents. Nous avons pu à la fois observer, participer aux conversations et questionner les pratiques langagières et linguistiques.

44Notre enquête a duré environ six mois. Cette collecte de données était dépendante des circonstances de vie de l’institution. Les imprévus sur le terrain ont été nombreux. Nous nous sommes parfois retrouvée face à l’absence, à l’arrivée ou au départ des personnes, pendant les activités d’animation, dues à la fatigue, à la maladie, et aux multiples pathologies qui parfois ont rendu ces moments délicats à observer. Notre travail a été ponctué de situations délicates et difficiles : la maladie, la mélancolie, la tristesse des résidents n’étaient parfois pas propices au travail de recherche. Plusieurs décès ont eu raison de la bonne vie dans l’établissement et chacun de ces événements a été une épreuve douloureuse à passer pour les résidents. Nous avons dû composer avec les aléas et les surprises du terrain qui ont été des facteurs déterminants pour nos actions.

  • 9 Nous avons à plusieurs reprises évoqué le passé et dès lors les enquêtés basculaient vers un récit (...)

45Les ressources se sont trouvées être et devenir l’ensemble des moyens qui permettaient d’entrer en contact verbal et communicationnel avec les personnes, tout en multipliant les paramètres autour de la présence du chercheur, des animateurs et des lieux. Il était alors question d’entamer la conversation avec les personnes et progressivement de trouver un sujet et une thématique qui permettaient de dialoguer9.

  • 10 Nos objectifs étaient donc d’aborder la thématique des langues par l’intermédiaire des récits de vi (...)

46Au cœur de ces récits, le chercheur peut observer différents types de variations ainsi que des rapports complexes entre passé, présent et avenir auxquels se greffent les éventuelles pathologies notamment mémorielles. La place de la langue était donc particulièrement intéressante dans le cadre de ces récits ainsi que les émotions qui les traversaient10.

  • 11 Les discours sont en effet caractéristiques de ces dynamiques identitaires que l’on peut situer aut (...)

47Parmi les thèmes fédérateurs11, nous relevons essentiellement : les enfants, les petits-enfants et dans un contexte plus large la famille ; la/les guerre(s) ; les conditions de vie ; les métiers ; le lieu de vie, les déménagements éventuels. Notre posture d’écoute compréhensive a été un des leitmotive de ce travail interactif. Nous écoutions, entretenions et relancions la conversation dès que cela était possible.

48L’enquêtrice que nous sommes a donc dû s’impliquer et trouver, dans sa relation aux enquêtés, un juste équilibre entre implication et distanciation. Une part d’ambigüité réside et persiste dans le fait que l’enquêteur n’est jamais certain de pouvoir atteindre cette posture et quand bien même il pense l’avoir atteinte, dans la mouvance de l’interaction, il ne peut jamais être certain de la maintenir. C’est ce lien indicible qui repose sur la confiance et qui existe entre le chercheur et l’enquêté qui permet l’interaction et la co-construction du savoir.

3 Le terrain comme apprentissage in situ

49À travers nos expériences de terrain, nous interrogeons donc le lien entre la théorie et le terrain. Les choix théoriques et le rôle du chercheur dans le processus de construction des observables nous apparaissent ainsi être des éléments à mettre davantage en lumière. Nous postulons pour perspective de réflexion qu’un travail de terrain à visée qualitative ne peut être strictement lié ou conditionné par les choix théoriques effectués en amont par le chercheur.

50Dans le cadre de nos travaux respectifs, nous arrivons au constat que même si le chercheur travaille selon une ligne directrice, une méthodologie d’enquête en somme, il est toujours rattrapé par le terrain. Au-delà des premiers choix que le chercheur est amené à effectuer en amont et qui établissent en quelque sorte son ancrage épistémologique, celui-ci reste dépendant de la part d’imprévus et d’une nécessaire adaptabilité. Une fois sur le terrain, les choix du chercheur sont pleinement induits par la fluctuation et par la mouvance même du terrain, par ce qu’il apprend (de et) sur cet espace, par ce qu’il découvre ou redécouvre dans l’ici et maintenant de son travail. Le chercheur se trouve face à des situations parfois inattendues, des surprises, des aléas, auxquels il doit faire face.

51Ce vertige résonne également avec la personnalité du chercheur qui, formant un ensemble, conditionnent des situations uniques de recherche au cœur desquelles celui-ci s’attrait parfois à une forme de « bricolage ». Défini par Santiago (2006 : 216) comme « quelqu’un qui, grâce à l’implication subjective dans son travail, produit des idées, mais mobilise aussi sa corporéité pour arriver à obtenir des solutions pragmatiques ingénieuses afin de résoudre un certain nombre de problèmes concrets », le chercheur ne peut atteindre ses objectifs qu’en détournant les objets (idées, outils, activités) de leurs buts premiers d’utilisation. Plus encore, s’il les utilise, il le fait de manière originale et non pas sous une forme canonique comme c’est le cas dans les postures positivistes.

52Si en effet, les premiers choix théoriques peuvent déterminer les orientations du travail de recherche, nous estimons que l’expérience de terrain se révèle être, pour nous sociolinguistes qualitativistes, bien décisive et déterminante pour la construction des observables et qu’il est important pour le chercheur de les raconter. En effet, lorsque le chercheur brave son terrain, il est pleinement influencé par les surprises, les imprévus, les goûts et les dégoûts qui y naissent, si bien qu’il est souvent difficile voire impossible de se cantonner à une méthodologie prédéfinie à l’avance. Cela est aussi du au fait que l’enquêteur n’est pas seul sur le terrain, il se construit dans sa relation à l’autre, aux autres .

53Dans le cadre de la recherche qualitative, au xxième siècle, il nous semble qu’un assemblage, une association, un bricolage, ou encore une mosaïque d’approches s’avèrent nécessaires pour tenter d’appréhender la réalité. Plutôt que de se fier aux «compartimentations» premières de l’enquête qualitative, le sociolinguiste praticien de l’enquête de terrain se doit d’agir « en faisant ce qu’il peut et avec ce qu’il a à sa disposition » (Blanchet, 2009 : 341). Le terrain sur lequel on mène l’enquête « […] n’est pas une chose, ce n’est pas un lieu, ni une catégorie sociale, un groupe ethnique ou une institution […] c’est d’abord un ensemble de relations personnelles où “on apprend des choses”. “Faire du terrain”, c’est établir des relations personnelles avec des gens » (Agier, 2004 : 35).

54Le travail du chercheur peut se définir comme une activité de terrain, au cœur de laquelle celui-ci établit des relations dont il peut extraire la quintessence des discours, le positionnement des sujets parlants vis-à-vis de l’objet d’étude. Partant de là, on pourrait avancer avec Blanchet que, « […] en termes d’observables, tout est bon à prendre, ça dépend de ce qu’on en fait, puisque les observables réunis en corpus et présentés dans un discours scientifique ne fondent pas prioritairement la connaissance mais en témoignent en alimentant le processus interprétatif » (2009 : 350). Partant de l’hypothèse que faire du terrain c’est établir des relations, nous ne pouvons résolument pas nous contenter d’appliquer une méthodologie. Il est donc nécessaire de questionner le positionnement du chercheur dans cette singulière relation qui s’établit entre théorie, terrain et sujet parlant. Plus encore, la posture du chercheur l’invite sans cesse, à chaque étape de son travail, à effectuer des allers-retours réflexifs pour investir dans sa réflexion et sa méthodologie les éléments dynamiques de la situation dans laquelle il se trouve alors engagé.

55La difficulté ne serait donc plus d’appliquer un protocole d’enquête mais bien de le dépasser et de déterminer comment dans l’ici et maintenant de l’enquête in situ, le chercheur peut saisir la quintessence d’un travail de terrain à travers sa relation à l’enquêté. Dans cette orientation, les savoirs et les ressources que nous sommes amenés à rencontrer au fil de nos parcours de réflexion permettent à nos travaux et nos orientations d’épouser des perspectives modernes à travers la complexité humaine.

Conclusion

56Tout au long de ce texte qui présente deux expériences d’enquête menées sur deux terrains différents, avec de nombreuses divergences et certains points communs, c’est en effet nos expériences réflexives in situ qui nous ont rapproché. Le chercheur est confronté à de nombreuses difficultés, à des obstacles, qui l’invitent et l’obligent à s’interroger en permanence, à la fois sur ses actions, son positionnement, ses objectifs.

57Ainsi comme l’écrit Heller (2002 : 19), « Les dimensions déontologiques et politiques découlent aussi de la prise de position ontologique des chercheur(e)s. Dès que je conçois la recherche comme une forme d’action sociale, je dois poser des questions sur les raisons pour lesquelles je fais la recherche, et sur les conséquences non seulement pour moi, mais pour toutes les personés concernées, de ce que je fais et de comment je le fais. Qu’est ce que j’ai le droit ou l’obligation de faire ? Qui décide ? Comment évaluer les conséquences de mes actions ? ». Le positionnement du chercheur est donc interdépendant de l’alliance de la théorie et du terrain (la récursivité au sens de Morin). Cette alliance est soutenue par des allers-retours constants et successifs que le chercheur est amené à effectuer entre ces deux pôles (Blanchet, 2000 ; 2009).

58Que le terrain soit connu du chercheur ou pas, que son histoire le rattrape ou non sur le terrain, un trait commun caractérise toutes les enquêtes, il s’agit du perpétuel « danger » de tout ordre qui les entoure. Ce « danger » peut être aussi bien physique qu’émotionnel. Bien que non maîtrisé, le « danger » est ici connu et accepté parce que permanent durant tout le processus de collecte de données. Il découle des difficultés liées à la situation ethnographique de la société sur laquelle le chercheur mène ses enquêtes. Qu’elles soient réelles ou situationnelles, les difficultés conduisent le chercheur à gérer en permanence la certitude de l’incertitude. De ce fait, celui-ci se doit d’utiliser des stratégies qui le conduisent à contourner toutes ces difficultés ou, à défaut, de limiter les biais.

59Nous avons pu constater, selon la communauté, la culture auprès desquelles nous enquêtions, que l’attitude du chercheur et ses connaissances du terrain étaient donc mises à l’épreuve tout en montrant finalement que plus qu’un comportement réflexif, c’est une réflexivité engagée, in situ, qui émerge. À cet effet, la pratique de l’enquête de terrain pourrait être vue comme émergeant des fondations les plus profondes de la démarche « scientifique » en la transformant du début à la fin. Ladite « pratique propose ainsi des tâches et sert de juge suprême de la théorie, de critère de vérité ; elle dicte la manière de construire les concepts et de formuler les lois » (Vygotski cité par Santiago, 2006 : 212).

60En ce sens, c’est effectivement l’implication réflexive du chercheur qui invite celui-ci à se questionner, à relativiser et à remettre en cause sans cesse ses méthodes d’investigation, ses orientations épistémologiques tout comme ses objets de recherche, dans la perspective d’une réflexivité engagée.

Haut de page

Bibliographie

Agier, Michel (2004), La sagesse de l'ethnologue. Paris : Armand Colin.

Beaud, Olivier (2006), Corpus oraux : guide des bonnes pratiques. Orléans : Presses Universitaires d’Orléans.

Bertucci, Marie-Madeleine (2010), « Place de la réflexivité dans les sciences humaines et sociale : quelques jalons », in Robillard, Didier de (dir.), Réflexivité herméneutique : vers un paradigme de recherche ?, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 43-55.

Bizeul, Daniel (2007), « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique, n°1, Volume 57, 69-89.

Bizeul, Daniel (1998), « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause », Revue française de sociologie, 39-4, 751-787.

Blanchet, Philippe (2000), La linguistique de terrain : méthode et théorie – Une approche ethnosociolinguistique, Rennes : PUR.

Blanchet, Philippe (2009), « Sur le statut épistémologique de la notion de “corpus” dans le cadre ethnométodologique », in Auzanneau Michelle (eds), La mise en œuvre des langues dans l’intéraction, Paris : L’Harmattan.

Calvet, Louis-Jean (1994), Les voix de la ville : Introduction à la sociolinguistique urbaine, Paris : Payot.

Canut, Cécile (2007), Une langue sans qualité. Limoges : Lambert Lucas.

Canut, Cécile (2008), Le spectre identitaire. Entre langue et pouvoir au Mali, Limoges : Lambert.

Caratini, Sophie (2004), Les non-dits de l’anthropologie, Paris : PUF.

Duranti, Alesandro (2009), « L’oralité avec impertinence. Ambivalence par rapport à l’écrit chez les samoans et les musiciens de jazz américains », L’Homme, n° 189, 23-48.

Franceschini, Rita (1998), « L’observateur et le système de la recherche linguistique : réflexions de méthodologie à la lumière du changement épistémologique », Cahiers de L’Institut de Linguistique et des Sciences du Langage, n°10, Université de Lausanne, 68-89.

Heller, Monica (2002), Eléments d’une sociolinguistique critique, Paris : Didier.

Juillard, Caroline (2010), « Analyse sociolinguistique du contact entre langues et groupes joola et mandinka, à Ziguinchor », Journal of Language Contact – THEMA 1., 47-68, en ligne sur www.jlc-journal.org

Lohisse, Jean (1998), Les systèmes de communication. Approche socio-anthropologique, Paris : Armand Colin.

Mongin, Olivier (2005), La condition urbaine. La ville à l’heure de la mondialisation. Paris : Seuil.

Paillé, P. (ed.) 2006, La méthode qualitative : posture de recherche et travail de terrain, Paris : Armand Colin.

Santiago, Michel (2006), « La tension entre théorie et terrain », in P. Paillé (ed.) La méthodologie qualitative. Posture de recherche et travail de terrain, Paris : Armand Colin.

Haut de page

Notes

1 C'est d'ailleurs cela qui nous a poussé à n’avoir, durant tout notre séjour, qu’une seule tenue que nous ne lavions que la nuit à chaque fois que cela était nécessaire.

2 Par exemple, un chercheur menant une recherche sur la crise universitaire de l’année académique 2008/2009 en France pourrait voir sa demande refusée par le professeur tenant la classe s’il l’a faite au moment où les étudiants sont en cours. Ou encore, du point de vue de l’enquêteur lui-même, une demande d’autorisation en ouverture de la conversation peut modifier l’organisation du déroulement séquentiel de cette ouverture.

3 Au nombre de vingt-quatre. Nous avons finalement exploité dix-huit entretiens (six femmes et douze hommes) d’une longueur moyenne de quarante minutes chacun.

4 Nous nous référons ici au tracé proposé par Raymond Dubois. Nous renvoyons notre lecteur à cet ouvrage car nous ne pouvons nous étendre davantage sur ce sujet dans le cadre de cet article. DUBOIS R. (1957) Le domaine picard, délimitation et carte systématique, Arras/Sus-Saint-Léger.

5 La catégorie d’âge s’étendait de 60 à 110 ans.

6 C’est effectivement ainsi qu’il faut également présenter notre terrain, car ces établissements ont cette fonction d’accompagnement de fin de vie.

7 Notre recherche sociolinguistique, n’avait aucunement à voir avec ces problématiques, cependant, il est évident qu’elles pouvaient traverser l’esprit des chefs d’établissements.

8 Les situations de parler ordinaire ne mettaient pas (autant que des entretiens à proprement parler) nos interlocuteurs en situation de méfiance et/ou d’insécurité linguistique dans le face à face avec l’enquêtrice.

9 Nous avons à plusieurs reprises évoqué le passé et dès lors les enquêtés basculaient vers un récit proche du récit de vie. Nous posions alors des questions plus précises qui nous permettaient d’approcher la thématique des pratiques langagières.

10 Nos objectifs étaient donc d’aborder la thématique des langues par l’intermédiaire des récits de vie, en tentant parfois de susciter le récit de moments forts pour observer d’éventuelles variations de répertoires. Et c’est dans cette perspective que nous avons pu relever de nombreux codes mixing et switching dans le cadre des interactions.

11 Les discours sont en effet caractéristiques de ces dynamiques identitaires que l’on peut situer autour de la volonté de mettre en relief une ville d’origine, une langue, un territoire, une catégorie socioprofessionnelle, un corps de métier, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albinou Ndecky et Fanny Martin, « Le terrain comme enseignement »Corela [En ligne], HS-16 | 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 27 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/corela/3746 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corela.3746

Haut de page

Auteurs

Albinou Ndecky

Laboratoire LESCLAP-CERCLL EA-4283Université de Picardie Jules Verne (Amiens)Université Gaston Berger de St-Louis (Sénégal)ndeckyalbinou@yahoo.fr

Fanny Martin

Laboratoire LESCLAP-CERCLL EA-4283Université de Picardie Jules Verne (Amiens)fanny.martin@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Corela – cognition, représentation, langage est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search