Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13-2Incidences sémantiques de la suff...

Incidences sémantiques de la suffixation sur la réduplication verbale en wolof

Augustin NDIONE

Résumés

En wolof, la conjugaison est réalisée par le biais d’une base lexicale à laquelle sont attachés des affixes portant des marques de IPAM (Indice ; Personne ; Aspect-Temps ; Mode) (Perrin 2005 : 22) et mettant en exergue les rôles sémantiques et grammaticaux. En wolof, la réduplication est productive au niveau de plusieurs catégories lexicales (noms, verbes, adverbes). Certaines dérivations verbales sont construites simultanément par la réduplication et suffixation, je propose ici d’analyser et de décrire l’interrelation entre ces deux processus et la construction du sens.

Haut de page

Texte intégral

Liste des abréviations

1int : interrogatif

21sg : première personne du singulier sujet

3inacc : inaccompli

4b.v : base verbale

5red : rédupliquant

6suf.vb : suffixe verbalisant

7caus : causatif

83sg : troisième personne du singulier sujet

9dem : démonstratif

10pft : parfait

11gen : génitif

12pres : présentatif

13appl : applicatif

14adv : adverbe

15emph.2sg : emphatique 2ème pers. singulier

16n : nom

17m.cl : marqueur de classe

18loc : locatif

19idéo : idéophone

20ex : exitif

21inv : inversif

22benef : bénéfactif

23loc-adv : locution adverbiale

24pro : pronom

Introduction

  • 1 Les exemples analysés dans ce travail sont issus d’un corpus constitué par diverses lectures et rec (...)

25La réduplication est, en wolof, l’un des moyens privilégiés de dérivation. On relève, entre autres, une dérivation de verbe à nom, de nom à verbe, de nom à nom. Mais, en dehors de cette fonction première, la réduplication a des fonctions sémantiques, elle permet, par exemple, de construire l’homogénéisation. Dans cet article, nous nous proposons de montrer dans un premier temps que la réduplication verbale est un moyen d’homogénéiser les valeurs référentielles construites, et dans un second temps, nous montrons comment les suffixes verbaux « -lu » et « -i » influent sur l’homogénéisation construite par la réduplication. Les analyses s’appuient sur des outils empruntés à la Théorie des Opérations Prédicatives et Enonciatives (TOPE) notamment sur les concepts de repérage, de notion et de domaine notionnel. Notre propos s’articule autour de trois points : d’abord, à l’aide d’exemples1 nous montrons comment se construit la structure de la réduplication verbale en wolof, ensuite nous procédons à l’analyse, et enfin nous traitons de l’interaction entre la réduplication et la suffixation, afin de définir leur apport respectif à la construction du sens de l’énoncé.

1. Les réduplications verbales : vue d’ensemble

26La forme rédupliquée en wolof peut être construite à partir de simplex nominaux, verbaux ou idéophoniques. Il existe, par ailleurs, une réduplication verbale dite figée, car ni la base ni ce qui correspondrait à la copie ne jouissent d’une existence simple, c’est-à-dire de correspondant lexical non rédupliqué.

27Considérons un premier exemple, la forme rédupliquée est construite à partir d’un simplex verbal : En (1), [Mbagnick s’en prend ouvertement à son ami Mbar qui l’interpellait discrètement] :

1.

Loo

ma-

-y

tàpp

tapp-

-al

-e

nii

int.2sg

1sg

inacc

b.v

red

suf.vb

appl

adv

pourquoi.tu

me

tapoter sans arrêt

ainsi

Pourquoi me tapotes-tu ainsi sans arrêt ?

28Dans cette construction en (1), la réduplication est accompagnée d’un suffixe « -al » que nous n’analyserons pas dans cette étude, car comme nous l’avons dit dans l’introduction, nous nous limitons, ici, à la description des suffixes « -lu » et « -i ». Cependant, nous pouvons voir qu’il y a une valeur de pluralisation que nous relevons en (1), qui semble absente en (2). Au niveau de la construction de la réduplication en (1), nous notons qu’il y a une dérivation à partir d’une unité simple verbale « tàpp » attestée dans la langue renvoyant à l’idée de « taper », comme nous le voyons en (2) ci-dessous :

2.

Loo

ma-

-y

tàpp

-e

nii

int.2sg

1sg

inacc

b.v

appl

adv

pourquoi.tu

me

taper

ainsi

Qu’as-tu à me taper ainsi ?

  • 2 Bonne à tout faire (employée de maison)

29Considérons (3) où un simplex nominal est rédupliqué et permet de dériver un composé verbal. En (3), [s’adressant à sa bonne2, Nafi veut lui faire comprendre qu’elle doit diversifier les plats qu’elle cuisine et donc ne pas cuisiner à chaque fois la même chose] :

3.

Da-nga

wara

ay

ay

-le

togg

yi

ci

ayubès

gi

emph.v-2sg

b.v

n

red

suf.vb

n

m.cl

loc

n

m.cl

tu

devoir

faire alterner

plat

les

dans

semaine

la

C’est que, tu dois alterner les plats durant la semaine.

30Dans cet exemple, la réduplication « ay-ayle » est construite à partir d’une base simple nominale « ay » (tour de rôle). Nous interprétons la juxtaposition d’une base à une copie comme étant le résultat d’une opération de détermination, en ce sens que la base dans cette situation, on a besoin d’une détermination supplémentaire pour construire le sens qui est associé à l’ensemble de la forme. Ainsi, avec la réduplication, il est question d’une relation de déterminant à déterminé. En effet, une telle approche est envisageable eu-égard à la morphosyntaxe du wolof, car dans un syntagme, nous avons souvent le noyau qui est suivi de l’extension (nag.u seet > bœuf du marié), ou encore dans les structures qualificatives ou un terme qualifié est suivi d’un terme qualifiant (nag wu weex > bœuf qui est blanc). Dans ces différentes constructions on note qu’il y a dans un premier temps désignation et dans un second temps prédication, ou encore, on pose l’existence d’un élément avant de le qualifier. De fait, nous montrons que la structure de la réduplication en wolof est sous la forme d’une base qualifiée par la copie.

31En outre, rappelons qu’on parle de réduplication quand il est possible d’isoler un simplex (voir 1 et 3), c’est-à-dire une forme simple servant de base à la construction. Moravcsik (1978 : 301) a d’ailleurs défini ce critère comme l’une des caractéristiques fondamentales de la réduplication. Toutefois, en wolof, il est possible d’identifier des formes rédupliquées n’ayant pas de correspondants non-rédupliqués, nous considérons ces formes comme des réduplications figées ou encore comme des cas de réduplication lexicalisée, comme en 4a et 5 ci-dessous :

32En (4a), [il s’agit de Mbagnick qui suite à une dispute avec son voisin, s’en va d’un pas lourd se plaindre auprès du chef de quartier ; sa maman voulant le rattraper se rend compte qu’il est loin et dit :]

4a.

Mu

ngale

di

daaxër

daaxër

di

dem

3sg

dem

inacc

ideo

red

inacc

b.v

Il

là-bas

marcher d’un pas lourd

partir

Le voilà qui part marchant d’un pas lourd

33En (4a), la forme rédupliquée « daaxër-daaxër » est une réduplication figée, car il est impossible d’isoler un élément simple « daaxër ». Cette construction rend compte de la façon dont Mbagnick se déplace d’un pas décidé pour aller se plaindre. Il s’agit d’une réduplication, car nous analysons la construction comme une forme de « juxtaposition » entre deux éléments. On observe également une interdépendance à la fois morphosyntaxique et sémantique des deux unités « daaxër ». La relation entre les deux unités est telle que dans cette construction, elles sont contigües, du coup (4b) n’est pas attesté :

4b. * Mu ngale di daaxër di dem.

  • 3 Fête du nouvel an musulman.

34L’exemple (5) est un autre exemple de réduplication figée : [lors de la fête de tamxarit3, les villageois ont cotisé pour acheter un boeuf afin de permettre à tous d’avoir de la viande, Mbagnick décrit la scène à son frère] :

5.

Da.nu

toŋ

-toŋ

nag

wi

emph.vb.1pl

ideo

red

n

m.cl

nous

répartir en tas

boeuf

le

Nous avons réparti en tas la viande du bœuf.

35En (5), c’est la forme « toŋ-toŋ » qui rend compte de l’idée de répartir de la viande. Avec cette forme rédupliquée, on a construit une caractéristique apportée à la viande, il s’agit de la propriété « être en partie » qui est construite par le biais de la réduplication. En effet, avec « toŋ-toŋ » on relève une forme de juxtaposition, que nous interprétons comme une relation de détermination supplémentaire due à la présence du deuxième terme de la construction. Cette relation explique l’interdépendance entre ces deux termes, étant donné que l’un des critères définitoires de la réduplication est l’interdépendance entre une base et une copie.

36Enfin, avec la série d’exemples de formes rédupliquées, ci-dessus, il y a une problématique relative à la détermination ; parler de détermination revient à parler de relation de déterminant à déterminé, et donc dans une certaine mesure, d’une relation de repéré à repère. Ainsi, cette relation de détermination s’analyse comme une relation de repérage.

37Dans ce qui suit, nous rappelons succinctement ce que l’on entend par relation de repérage et ensuite nous montrons comment ce concept est utile pour décrire la réduplication.

2. Le repérage, la notion et le domaine notionnel

  • 4 Marqueur s’entend comme trace d’une ou plusieurs opérations, c’est-à-dire un représentant linguisti (...)

38Pour décrire la réduplication, nous nous appuyons sur la Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives (TOPE). Dans ce cadre, l’énoncé est considéré comme l’espace où interagissent les opérations (linguistiques abstraites) intervenant dans la construction du sens. Or, un énoncé est la combinaison des unités linguistiques, ou encore un agencement de marqueurs4. Par conséquent, notre travail consiste à cerner la manière spécifique par laquelle la réduplication représente une opération donnée. Pour ce travail, nous aurons régulièrement recours à deux concepts centraux : le repérage et la notion.

2.1. Le repérage

  • 5 « Terme doit être compris dans son sens étendu, c’est-à-dire, tout objet construit dans le système, (...)

39Le concept de repérage implique une mise en relation de deux termes5 : x pour noter le terme repéré et y pour le terme repère. Le terme « terme » est employé ici au sens le plus large (cf. Paillard 1992 : 76). Selon Culioli (1982 : 4) : « le concept de repérage est lié au concept de localisation relative et à celui de détermination. Dire que x est repéré par rapport à y signifie que x est localisé (au sens abstrait du terme), situé par rapport à y. » Ou pour reprendre les termes de Osu (2011 : 16) « repérer c’est considérer un élément linguistique comme le point de référence par rapport auquel est situé, localisé, défini ou déterminé un autre élément linguistique. Par conséquent, un élément repéré est un élément qui, grâce à un système de repérage, acquiert une valeur déterminée. ». La relation de repérage est donc toujours binaire. Un terme repère est de caractère stable tandis qu’un terme repéré acquiert sa stabilité par le biais de la détermination. L’opérateur de mise en relation «  » (epsilon) est utilisé pour rendre compte de cette relation qui peut prendre plusieurs valeurs, notamment, l’identification, la différenciation et la rupture.

2.2. Notion et domaine notionnel

40Les concepts de notion et de domaine notionnel permettent de rendre compte d’une façon rigoureuse et cohérente des phénomènes mis en jeu par la réduplication. La notion renvoie à un système complexe de représentations structurant des propriétés physiques et culturelles. Elles sont donc spécifiques aux cultures, et varient de langues à langues, d’individus à individus. Au fond, la notion est une représentation mentale, une entité hybride, se situant à la frontière entre le linguistique et l’extra- ou non-linguistique. Donc, si un mot d’une langue donnée ou plusieurs mots peuvent renvoyer à une notion, aucun de ces mots ne correspondra à la notion représentée. Un mot ne peut capter que des propriétés d’une notion donnée. A partir d’une notion, on construit un domaine notionnel, c’est-à-dire, une occurrence de notion ou encore, une manifestation spatio-temporelle d’une notion. Cela implique que la notion subisse un certain nombre d’opérations de détermination – au sens de quantification (qnt) / qualification (qlt), la première consistant à rendre fragmentable la notion hors fragmentation. Ce domaine ainsi construit peut se structurer en zone relativement à la notion : l’intérieur noté « p », l’extérieur « p’« et la frontière « ni p » « ni p’« mais compatible avec « p » et « p’« .

2.3. Analyse de la réduplication

41Nous proposons d’analyser les formes rédupliquées relevées dans les exemples (1) à (5), en considérant la base comme Occ1 et la copie Occ0, nous réécrivons la relation comme suit : < Occ1 Occ0 >

42De telle sorte que la première mention est ramenée à la seconde, dans une forme de relation de qualification qui fait que la base qui n’était pas de caractère stable se retrouve stabilisée par la copie et ce faisant, une telle construction permet de créer une zone où les propriétés ont un caractère stable.

43Nous constatons, dans ce cas, qu’il y a une construction incarnant les propriétés du centre du domaine en question. Ce centrage est dû à la détermination qualitative supplémentaire que la seconde occurrence apporte à la première. La relation d’interdépendance entre la base et la copie dans ces exemples implique la qualification de la base par la copie. La juxtaposition, donc la réduplication, s’analyse comme la trace de l’opération de repérage à valeur d’identification. Cette réduplication apparaît donc comme un moyen de construire une zone où toute altérité est supprimée, en d’autres termes, la zone est homogénéisée.

44Dans la dernière partie de notre analyse, nous examinons l’influence de la suffixation de « -lu » et « -i » sur l’homogénéisation construite par la réduplication.

3. Réduplication verbale et suffixation

  • 6 Corbin (1999 : 70)

45Les éléments que nous analysons dans cette partie sont considérés comme des marques de construction ou de dérivation verbale. On entend par marque constructionnelle, le fait que la dérivation verbale passe inévitablement par la présence des marqueurs en question, ici les suffixes qui ont donc une capacité catégorisatrice6.

3.1. « -lu » : Ré-introduction d’altérité

  • 7 Voir Church (1981 : 170)

46Le marqueur « -lu » est certes employé dans des cas de réduplications verbales, mais, il peut également être employé avec des verbes simples non rédupliqués comme en (7) ci-dessous. Dans ce cas, il est considéré comme un bénéfactif-causatif7.

6.

Togg

na-a

ceeb

b.v

1sg-pft

n

cuisiner

je

riz

J’ai cuisiné du riz.

7.

Togg

-lu

na-a

ceeb

b.v

ben.caus

1sg-pft

n

cuisiner

faire

je

riz

J’ai fait cuisiner du riz

  • 8 Creissels et Nouguier-Voisin (2008 : 9)

47Dans cet exemple (7), le suffixe « -lu » est un moyen de construire une valeur causative pour l’action de cuisiner ; Il ajoute donc à la valence du verbe un causateur à l’action de « cuisiner ». Ce causateur a, avec cette dérivation, la particularité d’être interprété comme le bénéficiaire de l’action ainsi réalisée. Ainsi, on peut gloser cela comme suit « j’ai fait cuisiner du riz pour moi ». Ce suffixe est employé exclusivement avec des verbes transitifs et ce, dans des constructions où il est impossible de mentionner l’agent8, ou plus précisément l’agent de « cuisiner » est indéterminé, contrairement à l’agent du « faire cuisiner » qui est bien présent et il s’agit du pronom « naa ». Ainsi, en (6) et (7), le verbe a la même construction, cependant au niveau sémantique, il y a une différence en ce sens que le prédicat est présenté en (7) comme ayant un autre actant non mentionné dans la construction et occupant le rôle d’agent (celui qui cuisine).

48A partir de (7), nous dérivons (8) ci-dessous où nous introduisons une réduplication :

8.

Togg

-togg

-lu

na-a

ceeb

b.v

red

suf.vb

1sg-pft

n

faire semblant de cuisiner

je

riz

J’ai fait semblant de cuisiner du riz.

49La question qui se pose, dès lors, est celle de savoir si nous avons affaire au même suffixe dans les constructions simples et dans les constructions rédupliquées ?

50En (8), la forme rédupliquée « togg-togg-lu » permet de construire une idée de « faire semblant de cuisiner ». De fait, il n’est « pas vraiment question de cuisiner », il est question de « plus ou moins cuisiner ». Ce faisant, l’occurrence, par la présence du suffixe « -lu », semble valider les propriétés d’une zone frontière entre p (cuisiner) et p’ (autre que cuisiner) de telle sorte que l’énonciateur est en position indéterminée vis à vis de pp’.

51Considérons d’autres exemples où la réduplication est en interaction avec la suffixation de « -lu » pour construire du sens.

52En (9), [Mbagnick qui accueille son ami d’enfance Ngagne chez lui, remarque que ce dernier est gêné et ne semble pas à son aise. Voulant qu’il se mette à l’aise, Mbagnick lui dit] :

9.

Bul

gan

gan-

-lu

fii

sa

kër

la.

nég.2sg

n

red

suf-vb

loc

poss.2sg

n

emph.cl

toi.ne

jouer à l’hôte

ici

ta

maison

être

Ne joue pas l’hôte (l’invité), ici, c’est chez toi.

Ne fais pas semblant d’être un hôte, ici, c’est chez toi.

53En (9), la forme « gan-gan-lu » est issue de la réduplication du nominal « gan b- ». Ainsi, en partant de la forme simple renvoyant à « un invité », l’introduction de la copie construit la réduplication, et la dérivation verbale est introduite par le suffixe. L’interaction entre la suffixation et la réduplication rend compte de l’idée de « jouer à l’invité » ou plus exactement de « faire semblant d’être un invité ». Par ailleurs, nous rappelons que la forme rédupliquée nue, donc non suffixée « *gan-gan », eu égard à la description que nous avons proposé de la réduplication au chapitre précédent (3.3.), serait une forme d’homogénéisation d’une zone de telle sorte que « l’on ne sorte pas » de la zone représentant les propriétés « être invité », et c’est, donc, l’introduction de « -lu » qui réintroduit de l’hétérogénéité dans la zone.

54En (10) [Quand il est venu voir Mbagnick, Ngagne est venu avec un ami qui passe son temps à se vanter et à se faire passer pour un super héros. En discutant en aparté avec Ngagne, Mbagnick lui dit] :

10.

Sa

waa

ji-i

mën

na

rëy

rëy-

-lu

lool.

poss.2sg

n

m.cl-dem

v

pft.3sg

v

red

suf

adv

ton

gars

pouvoir

faire le gros dos

beaucoup

Ton gars-là fait beaucoup le gros dos. (fait semblant d’être fort)

55En (10), la réduplication « rëy-rëylu » est construite à partir d’un simplex verbal « rëy » (être gros). A partir de la représentation des propriétés de « être gros », la forme rédupliquée suffixée rend compte, ici également, d’une idée de faire semblant, d’où une sorte d’approximation, nous pensons donc qu’il y a une sorte d’inadéquation, d’inexactitude dont seule la forme rédupliquée suffixée permet de rendre compte. Comme nous l’avons noté par ailleurs, ici, il n’est pas envisageable d’avoir le simplex *rëy ou encore le simplex suffixé *rëylu.

56Ainsi, nous soutenons que l’adjonction du suffixe « -lu » à une forme rédupliquée est un moyen de construire une forme verbale véhiculant une idée d’approximation, une idée proche donc d’une atténuation.

57A la lumière des données décrites ci-dessus, l’analyse que nous proposons est qu’avec la réduplication, comme nous le notions dans la section précédente, il y a un phénomène d’homogénéisation d’une zone. Ce phénomène d’homogénéisation suppose la construction d’une zone où l’altérité est prise en compte mais elle est supprimée, du coup les occurrences sélectionnables ne sont que celles qui vérifient les propriétés « p » en question. En lien avec la structuration du domaine notionnel, nous pensons qu’avec la réduplication, les occurrences construites sont des représentations de l’intérieur du domaine.

58La présence du suffixe « -lu » a pour effet le changement d’état de fait, c’est ainsi que ce suffixe joue le rôle d’inverseur en ce sens que sa présence suffit à réintroduire de l’altérité dans la zone ainsi construite. C’est comme si ce suffixe jouait le rôle d’inverseur de polarité, rendant également validables des propriétés que la forme rédupliquée nue tend à exclure. Ainsi, au lieu de valider les propriétés de « p » voire de « vraiment p », avec « -lu » il va être possible de valider les propriétés de la frontière, en somme des propriétés hybrides, donc « pas vraiment p ». Ce faisant, les gloses que nous proposons pour ces exemples à savoir « faire semblant de » ou « jouer à » vont de pair avec cette valeur d’approximation qui est véhiculée dans ce cas précis par l’inversion marquée par –lu. En gros, dans le faire-semblant, on pourrait dire qu’il y a du « faire », et il y a aussi du « faire croire » (faire croire à quelqu’un que le « pas-vraiment-faire » soit finalement interprété comme équivalent de ce qu’il y a « vraiment-à-faire »). « Faire en sorte que le faire semble être autre qu’il n’est ». D’où une certaine localisation autour de la frontière.

  • 9 L’adjonction permet de dériver une forme rédupliquée verbale à partir d’une base simple appartenant (...)

59L’analyse que nous proposons, permet de poser que si le suffixe « -lu » a une valeur causative dans ses emplois avec des bases non-rédupliquées, il ne conserve pas cette valeur et a plutôt une valeur inversive ou d’hétérogénéisation, quand il est associé à la réduplication. Cependant, aucun élément de la langue ne nous permet de poser l’existence de deux suffixes différents. Ce que nous notons c’est qu’avec la réduplication, le suffixe a une fonction catégorisatrice9 en plus de la valeur qu’elle introduit, ce qui n’est pas le cas quand il est affixé à une base verbale simple. C’est donc la nature de la base qui permet d’actualiser l’une des valeurs possibles de ce suffixe.

3.2. « -i » : marqueur de quantification

60Le suffixe verbalisant « i » est considéré dans la littérature sur le wolof (Ka (1981) ; Diallo (1983) et Church (1981), tous trois repris par Nouguier-Voisin (2002 : 85)) comme un marqueur de l’inversif dans certains de ces emplois, ou un marqueur exitif (éloignant) dans d’autres emplois, comme le montrent les deux exemples (11) et (12).

11.

Lu-tax

nga

teg

ma

sa

loxo

tegg-i

ko

gaaw

loc-adv

2sg

b.v

1sgO

poss.2sg

n

b.v-inv

3sgO

adv

pourquoi

tu

poser

moi

ta

main

poser.inv

la

vite

Pourquoi poses-tu ta main sur moi, enlève-la rapidement.

61En (11) nous relevons la valeur inversive du suffixe « i », qui permet de construire l’idée d’enlever quelque chose que l’on a préalablement posé.

12.

Maa

ngi

lekk-i

gaaw

ca

laax

ma

bala

moo

jeex

pres.1sg

pres

b.v-ex

adv

pro

n

m.cl

prep

emph.3sg

v

je

aller manger

vite

de

bouillie

la

avant

elle

être fini

Je vais vite aller manger de la bouillie, avant qu’elle ne soit finie.

62En (12) nous relevons la valeur exitive du suffixe « -i », il est question ici de rendre compte de ce déplacement pour réaliser l’action de la base verbale non suffixée. En somme, du verbe non suffixé « lekk » (manger) on construit une forme suffixée « lekk-i » (aller manger).

63La question que l’on se pose maintenant, est de savoir comment appréhender l’interrelation entre la réduplication et la suffixation de « -i ».

64Considérons, un premier exemple (13), [Mbagnick décrit l’attitude de son neveu Théo qui apercevant sa mère était tout heureux de la retrouver] :

13.

Dafa

gis

yaay-

-am

rèkk

di

cëpp

cëpp

-i

emph.3sg

b.v

n

poss.3sg

adv

inacc

ideo

red

suf.vb

c’est qu’il

voir

mère

sa

seulement

sautiller

Il a seulement vu sa mère et s’est mis à sautiller.

65Dans l’exemple ci-dessus, la forme rédupliquée et suffixée « cëpp-cëpp-i » est construite à partir d’une forme simple « cëpp » qui est catégorisée par Diouf (2003 : 82) comme un idéophone, soit « à l’idée associé au bruit sourd que l’on fait à la réception en sautant ». La réduplication suffixée, quant à elle, ne renvoie pas à un bruit de saut, mais, comme nous le voyons en (13) renvoie plutôt à « sautiller ». L’idée de sautiller peut se comprendre comme une multiplication de sauts. Autrement dit, avec la réduplication « cëpp-cëpp-i », on soutient qu’il y a une construction d’une pluralité, qui apparaît comme allant de pair avec l’idée d’homogénéisation d’une zone qui accompagne la réduplication.

66En (14), [Nafi qui est l’épouse de Ngagne sait que son mari est dans une situation difficile car ayant perdu son emploi mais ce dernier ne baisse pas les bras et ne cesse d’aller à la recherche d’un emploi, elle en parle à sa mère] :

14.

Dafa

yendoo

tuñ

tuñ

-i

ci

wutt-

um

liggéey

emph.3sg

b.v

ideo

red

suf.bv

loc

n

gen

n

c’est qu’il

passer la journée à

idée de bouger

dans

recherche

de

travail

Il a passé la journée à aller ça et là à la recherche d’un emploi.

67En (14), la forme rédupliquée « tuñ-tuñ-i » est une forme figée sans correspondant simple non-rédupliqué, la construction renvoie à « se déplacer sans cesse en marchant vite ». Dans la glose en français, nous relevons la présence de « sans cesse », ce qui renvoie à l’idée que Ngagne va à plusieurs endroits pour chercher du travail, dit autrement, dans un français local « il entre et sort pour trouver un emploi ». Ainsi, avec « tuñ-tuñ-i », on rend compte d’une idée d’une multiplication d’action, on peut voir là une construction proche de la « pluriactionnalité », il est question d’une pluralité de déplacement.

68Considérons un dernier exemple (15), où la forme rédupliquée est suffixée avec « -i ». En (15), [Mbagnick voit sa nièce qui a un comportement suspect, il ne sait pas ce qui lui arrive, inquiet il l’interroge] :

15.

Ya

ngi-

-y

pacc

pacc-

-i

xana

da-nga

biir

2sg

pres

inacc

ideo

red

suf

int

emph-2sg

n

tu

idée de cracher

est-ce-que

être-tu

ventre

Tu craches sans arrêt, serais-ce que tu es enceinte ?

  • 10 La pluralité comme valeur construite par la réduplication est considérée comme étant une conséquenc (...)

69En (15), la forme rédupliquée « pacc-pacc-i » (cracher sans arrêt) permet de construire une répétition de l’action de « cracher », d’où l’idée de pluralité. Cependant, notons qu’une telle valeur est souvent considérée comme allant de pair avec la réduplication dans les langues, comme le faisait voir Régier (1998 : 4)10. En wolof, cette valeur est le résultat de la réduplication dans certains emplois (cf. ex 1) ; mais dans d’autres emplois cela semble provenir de la relation entre la réduplication et l’adjonction du suffixe « -i ». Par ailleurs, une analyse des autres suffixes pouvant s’adjoindre à une forme rédupliquée comme « -al » en (1) permettrait de voir tant la valeur de la réduplication que celle de la suffixation dans la construction de la pluralité.

70Enfin, l’analyse que nous proposons de la présence du suffixe « -i » avec la réduplication est celle selon laquelle la pluralité, relevée en (13), (14), et (15), apparaît comme une dispersion voire donc comme plusieurs réalisations d’une action. Ainsi en (13), quand il est question de « cëpp-cëpp-i » qui a plus ou moins pour équivalent sautiller, on peut gloser cela en « plusieurs petits sauts » ; en (14) « tuñ-tuñ-i », il est question de « réaliser plusieurs déplacements en hâte » et enfin en (15) « pacc-pacc-i » nous relevons bien qu’il s’agit d’une « multiplication de l’action de cracher ». Le pluriel est à voir, à la suite de Jarrega (2000) et de Paillard (2006), comme la construction de « x » occurrences d’un élément ; c’est, donc une opération quantitative en ce sens que la quantité « x » d’occurrences est une quantité non nulle et non quelconque.

71Avec les formes rédupliquées du wolof, nous notons que la suffixation de « -i » tout en étant un dérivatif verbal, est un moyen de construire la pluralité. La réduplication est comme nous l’avons noté un moyen d’homogénéisation, ainsi, elle permet de construire qualitativement une propriété. Avec la suffixation, nous avons donc affaire à une opération de quantification qui est assimilable a plusieurs réalisations d’une action ; donc une existence plurielle qui ne dit rien de la ressemblance ou de la différence entre les réalisations. Cette ressemblance / différence entre les réalisations se superpose, donc, au processus d’homogénéisation dont la réduplication est le marqueur.

72La valeur de pluralisation que nous avons analysée avec l’adjonction de « -i » à une forme rédupliquée semble donc être une valeur différente de celles qui lui étaient attribuées, à savoir une valeur inversive et une valeur exitive (éloignant) quand ce suffixe était attaché à une forme verbale simple non-rédupliquée.

Conclusion

73La réduplication est le fait d’identifier l’occurrence introduite par la base à l’occurrence représentative du domaine, introduite par la copie ; elle est au final un moyen de construire une propriété centrale, définitoire et une caractéristique d’un sujet ou d’un procès. Cette propriété se définit essentiellement par le processus d’homogénéisation qui semble être attestée dans la quasi-totalité des constructions rédupliquées. Toutefois, comme nous l’avons vu, l’adjonction de certains suffixes permet d’introduire des nuances sémantiques. Ainsi, l’adjonction de « -lu » est un moyen de réintroduire une forme d’hétérogénéité dans le domaine. L’introduction de « -i » est à voir comme une forme de quantification qui est introduite et qui permet de rendre compte de la pluralité que construit la réduplication suffixée, donc une hétérogénéité dans le sens de répétition par opposition à la continuation. Ces deux suffixes ont également une fonction de dérivation car ils sont les moyens de construire la catégorie verbale des éléments rédupliqués qui rappelons-le n’existent pas sans la suffixation. En somme avec ce type de construction, réduplication et suffixation ne peuvent aller l’une sans l’autre et contribuent ensemble à la construction des valeurs (hétérogénéisation et pluralisation) en question.

Haut de page

Bibliographie

Corbin, Danielle. (1999). « Pour une théorie sémantique de la catégorisation suffixale. » Faits de langues. Volume 7 : N° 14. pp. 65 – 77.

Creissels, Denis et Nouguier-Voisin, Sylvie. (2004). « The verbal suffixes of Wolof coding valency changes and the notion of co-participation. » Reciprocity and reflexivity. Berlin.

Culioli, Antoine. (1982). La genèse du texte : les modèles linguistiques. Collection « textes et manuscrits ».

Diouf, Léopold. (2003). Dictionnaire wolof-français et français-wolof. Paris : Khartala.

Jarrega, Maria. (2000). « Le rôle du pluriel dans la construction du sens des syntagmes nominaux en français contemporain. » Thèse de doctorat en sciences du langage. Paris X Nanterre.

Moravcsik, Edith A. (1978). « Reduplicative constructions » in Greenberg, Joseph H. (Ed). Universals of Human language. Vol 3 : Word Structure. pp. 297 – 334.

Ndione, Augustin. (2013). « Contribution à une étude de la différence entre la réduplication et la répétition en français et en wolof. » Thèse de Doctorat en sciences du langage. Université de Tours.

Osu, Sylvester. (2011). « Entre énonciation, phonologie et ethnolinguistique : contribution à la description de l’ikwéré ». Dossier HDR. Université d’Orléans.

Paillard, Denis. (2006). « Quelque(s) N. » Actes du colloque `Indéfinition et prédication’, Presses universitaires de la Sorbonne, pp. 417 – 428.

Paillard, Denis. (1992). « Repérages : construction et spécification. » La théorie d’Antoine Culioli : ouvertures et incidences. Paris : Ophrys.

Perrin, Loïc Michel. (2005). « Des représentations du temps en wolof. » Thèse de doctorat en Linguistique. Université Paris 7-Denis Diderot.

Regier, Terry. (1998). « Reduplication and the arbitrariness of the sign. » Gernsbacher, M. et Derry, S. (Eds). Proceedings of the twentieth annual conference of the cognitive science society. Lawrence Erlbaum Associates. Mahwah. pp. 887 – 892.

Haut de page

Notes

1 Les exemples analysés dans ce travail sont issus d’un corpus constitué par diverses lectures et recueils dans les écrits en wolof, mais aussi diverses enquêtes de terrains menées dans le but de relever l’importance du phénomène de réduplication en wolof. Ces enquêtes ont été menées entre janvier 2008 et janvier 2010 à Tours et à Paris, et ensuite entre juillet 2012 et juillet 2013 au Sénégal. Nous remercions tous ceux qui nous ont aidés à constituer ce corpus, tant les enquêteurs que les informateurs.

2 Bonne à tout faire (employée de maison)

3 Fête du nouvel an musulman.

4 Marqueur s’entend comme trace d’une ou plusieurs opérations, c’est-à-dire un représentant linguistique d’opérations langagières. Ainsi, chaque marqueur (unité) contribue à la construction du sens associé à l’énoncé dans lequel il apparaît.

5 « Terme doit être compris dans son sens étendu, c’est-à-dire, tout objet construit dans le système, du moment qu’il entre dans une relation, qu’il s’agisse de notions, de relations (on a alors une relation entre relations), de coordonnées énonciatives…etc. » Culioli, 1982 : 5.

6 Corbin (1999 : 70)

7 Voir Church (1981 : 170)

8 Creissels et Nouguier-Voisin (2008 : 9)

9 L’adjonction permet de dériver une forme rédupliquée verbale à partir d’une base simple appartenant à une autre catégorie (verbe, nom).

10 La pluralité comme valeur construite par la réduplication est considérée comme étant une conséquence de la présence des différentes copies, en effet, dans ce cas, on retrouve les valeurs dites iconiques en ce sens que la pluralité provient du nombre de copies relevé dans une construction rédupliquée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Augustin NDIONE, « Incidences sémantiques de la suffixation sur la réduplication verbale en wolof »Corela [En ligne], 13-2 | 2015, mis en ligne le 30 novembre 2015, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/corela/4121 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corela.4121

Haut de page

Auteur

Augustin NDIONE

Université de Tours – Laboratoire Ligérien de Linguistique (UMR 7270)
tino.ndione@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search