Navigation – Plan du site

Manifestations formelles de l’accompli et de l’inaccompli en faana-faana

(parler wolof du Saloum)
Mamour Dramé

Résumés

Le présent article est lié à l’analyse des marques de TAM (Temps, Aspect, Mode) en wolof1. Il tente de présenter la manifestation, dans les paradigmes de conjugaison, de l’opposition accompli / inaccompli en wolof faana-faana. A terme, nous souhaitons que cet exposé soit un apport supplémentaire aux études dialectologiques que nous avons faites depuis nos premiers travaux en linguistique et une source de documentation pour les comparaisons dialectales que nous envisageons ultérieurement.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

ABREVIATIONS

ANT : antériorité
CAUS : causatif
CIRC : circonstanciel
DEF.PROC : défini proche
DEF. ELOI : défini éloigné
DIR : directionnel
EMPH.C : emphatique du complément
EMPH.S : emphatique du sujet
EMPH.V : emphatique du verbe
HYP : hypothétique
IMP : impératif
INACC : inaccompli
LOC : locatif
NAR : narratif
OBLI : obligatif
P : personne
PART : partitif
PAS HAB : passé habituel
PAS IND : passé indéterminé
PFT : parfait
PL : pluriel
POS : possessif
PREP : préposition
PRES : présentatif
PROJ : projectif
REC : réciproque
REL : relatif
SG : singulier
TEMP : temporel
1SG : 1ère personne du singulier
2SG : 2ème personne du singulier
3SG : 3ème personne du singulier
1PL : 1ère personne du pluriel
2PL : 2ème personne du pluriel
3PL : 3ème personne du pluriel

1. Introduction

1Le faana-faana, variante dialectale du wolof parlé au Saloum, se démarque des autres parlers centraux (les parlers du Cayor, du Ndiambour, du Djolof, du Baol) et de l’Ouest (celui du Cap-vert) par son éloignement géographique. Dans le cadre de la localisation de sa sphère d’usage, nous pouvons dire, en prenant comme points de repères les trois départements de la région de Kaolack (Kaolack, Kaffrine, Nioro du Rip), que le faana-faana est une variante parlée dans un espace géographique qui se situe entre le sud-est du département de Kaolack, la partie ouest du département de Kaffrine et la zone nord du département de Nioro du Rip, particulièrement dans les communautés rurales de Latmengué, Ndoffane, Keur Madiabel, Paoskoto, Thiare, Mabo, Ndionik et Birkelane. Elle comporte une sous-variante parlée dans la région de Kaffrine.

2Dans cet article, nous cherchons à comprendre comment la polarité aspectuelle est formellement encodée en faana-faana ? Répondre à cette question nécessite une réflexion menée sur l’opposition de l’aspect en faana-faana. Cette réponse nous servira, tout au moins, à avoir une matière première brute pour, ultérieurement, comparer les dialectes wolof et pour des études typologiques.

3Ce travail a pour objectif de décrire le système de conjugaison du faana-faana en nous focalisant sur l’opposition accompli / inaccompli. L’article s’articule autour de quatre sections. Dans un premier temps, nous présentons la morphologique du morphème de l’inaccompli en détaillant le contraste accompli / inaccompli à travers les paradigmes de conjugaison propres au faana-faana (2). Ensuite, nous observons la combinaison de l’inaccompli avec d’autres morphèmes (3). Enfin, nous précisons les différentes valeurs que peut porter l’inaccompli selon les éléments avec lesquels ils fonctionnent (4). Mais avant toutes choses, nous indiquons rapidement la façon dont nous appréhendons les termes d’aspect, d’accompli et d’inaccompli.

1.1. L’aspect

4Par définition, l’aspect se distingue du temps linguistique par sa neutralité dans la deixis temporelle et correspond à la manière de considérer le procès dans son déroulement temporel. Il renvoie à la façon dont la situation est représentée en elle-même. Ainsi il est défini par Feuillet, J. (1988 : 86) en ces termes : « On peut définir l’aspect comme la manière dont on envisage le déroulement d’un procès dans le temps ».

5La polarité aspectuelle caractéristique du wolof est l’opposition de phase qui est d’ailleurs la plus répandue dans les langues. Il comporte deux pôles : l’aspect accompli et l’aspect inaccompli. Nous n’avons pas porté notre choix sur le couple accompli / inaccompli par simple suivisme terminologique mais parce que l’aspect en wolof est un aspect grammatical, c’est-à-dire un aspect dont le signifié renvoie à celui d’un tiroir verbal et défini en tant que rapport entre le déroulement du procès et un repère temporel qui lui est extérieur. Cette catégorie aspectuelle s’oppose à l’aspect dans les langues slaves qui est un aspect lexical, c’est-à-dire un aspect opposant un procès conçu et comportant un seuil à franchir et un procès dépourvu de toute limitation de cette nature. Ceci correspond aux propos de Creissels, D (1995 : 175) lorsqu’il affirme que : « Le système verbal slave peut se comprendre comme un cas extrême de systématisation d’une distinction de verbes dont le signifié inclut la notion de franchissement d’un seuil (les verbes dits “perfectifs”) et d’autres qui n’ont pas cette implication (les verbes dits “imperfectifs”) »

1.1.1. L’accompli

6L’accompli exprime un procès parvenu à son terme. Il se situe soit dans l’actuel soit dans l’inactuel. En dehors de l’action déjà réalisée ou de l’état achevé, l’aspect accompli peut être utilisé pour la description d’un état ou la caractérisation d’un être ou d’une chose. En wolof, il est exempt de toute marque formelle dans tous les paradigmes de conjugaison, l’absence de marque étant significative.

1.1.2. L’inaccompli

7L’inaccompli correspond à l’aspect de l’action toujours en cours de réalisation, celui qui n’est pas encore parvenu à son terme. En wolof, il apparaît formellement comme la catégorie marquée de l’opposition aspectuelle. Il est caractérisé, d’un point de vue morphologique, par une forme généralement isolée (di) ou sa variante suffixale (-y) et s’oppose, de ce fait, à l’accompli, caractérisé par une absence de marque morphologique.

2. Accompli et inaccompli dans les différents paradigmes de conjugaison

  • 2 La forme verbale est définie par Guillaume Segerer (2002 : 12) comme étant un « ensemble morphologi (...)

8Les paradigmes de conjugaison ou modèles de conjugaison se définissent comme des ensembles de formes verbales2, lesquelles formes sont structuralement composées de verbes, de marques de personne, de nombre, de mode, de temps, d’aspect et de négation. Dans le faana-faana, comme dans la langue wolof en général, le complexe verbal est formellement constitué d’une base verbale lexicale, d’une part, d’une marque personnelle antéposée pour la plupart, postposée ou suffixée à la base, d’autre part. La marque personnelle en question, est un morphème porte-manteau qui intègre des déterminations apportant au procès des valeurs liées à la personne, au nombre, au temps, à l’aspect, au mode et à la négation.

9Dans le cadre de cette présentation, nous nous proposons de distinguer les modèles de conjugaison du faana-faana aux deux catégories aspectuelles (accompli et inaccompli) et aux formes affirmative et négative.

10En faana-faana, les marques aspectuelles caractéristiques de l’inaccompli apparaissent sous différentes formes selon des contraintes phonologiques, morphophonologiques, paradigmatiques et syntaxiques. Ces formes correspondent aux morphèmes da, -ay, et d-. La forme da, autonome en règle générale, est, soit antéposée au thème verbal (cf. 2.1.1.1.), soit préfixée à une marque personnelle (cf. 2.1.1.2.) ; -ay est suffixé aux marques personnelles alors que le marqueur d- peut non seulement être préfixé à des marques de personne, mais il peut également être préfixé à d’autres éléments grammaticaux tels la marque de la négation ou les morphèmes du passé.

11Si le complément d’objet ou de lieu fait l’objet d’une indexation, le marqueur de l’inaccompli doit se déplacer sur l’indice pronominal objet, comme l’illustrent les exemples b. ci-dessous.

2. 1. Accompli et inaccompli à l’affirmatif

12Les modèles de conjugaison qui feront l’objet d’une analyse à l’accompli et à l’inaccompli sont ceux du mode indicatif (2.1.1), du mode injonctif (2.1.2.) et du mode subordinatif (2.1.3.).

2.1.1. Le mode indicatif

13Le mode indicatif renvoie au mode global de l’énoncé déclaratif simple. Dans ce mode, l’accompli traduit une action achevée ou un état acquis tandis que l’inaccompli correspond à une action inachevée. Il comporte six modèles : le narratif (2.1.1.1.), le parfait (2.1.1.2.), l’emphatique du sujet (2.1.1.3.), l’emphatique du verbe (2.1.1.4.), l’emphatique du complément (2.1.1.5.) et le présentatif (2.1.1.6.).

2.1.1.1. Le narratif

14Le narratif est un modèle de conjugaison non emphatique employé en récit. La consonne alvéolaire n- des 1PL et 3PL se palatalise systématiquement en ñ en wolof faana-faana.

15Par rapport aux autres paradigmes du système verbal wolof, le narratif se particularise par :

16– sa simplicité morphologique qui justifie d’ailleurs son appellation de « minimal » par E. Church (1981) et sa qualification de paradigme inanalysable par S. Robert (1989) ;

17– son statut de véritable pronom à la troisième personne du singulier et du pluriel. Dans ces personnes, la marque pronominale est susceptible de remplacer un syntagme ou un lexème sujet.

18L’expression formelle de la valeur aspectuelle « inaccompli » dans cette variante est facilement repérable au narratif. Cette valeur apparaît sous la forme isolée da qui occupe la position syntaxique postposée à toutes les marques personnelles et celle antéposée au lexème verbal et dont l’apparition est conditionnée par le paradigme.

2.1.1.2. Parfait

19Le parfait est formellement marqué par l’élément na, antéposé ou amalgamé aux marques personnelles. Contrairement à l’armature syntagmatique dominante en wolof où les marques personnelles précèdent le lexème verbal, les indices personnels du parfait se positionnent après le radical verbal.

20Le parfait traduit, en soi, un procès achevé, ce qui n’est pas le cas pour l’inaccompli qui porte une marque morphologique. En faana-faana, l’inaccompli du parfait apparaît sous deux formes de valeur grammaticale différente :

21– La forme dénommée Inaccompli 1, exprimée par l’élément da qui se charge d’une valeur prospective et préfixée à toutes les marques de personne du parfait et dont le choix s’explique par une raison d’ordre syntaxique. La forme da est ici un support des marques de temps-aspect-mode.

22– La forme dénommée Inaccompli 2, où l’élément da apparaît deux fois dans la forme verbale : en étant préfixée à la marque de personne, postposée à cette dernière et antéposée au lexème verbal. Dans cette construction, la marque de l’inaccompli renferme une valeur habituelle. Son choix est lié à la syntaxe et au paradigme en question.

23Formellement, les marques de personne de cette conjugaison proviendraient, comme les autres personnels d’ailleurs, selon Eric Church (1981 : 71), des marques de personne du minimal (Narratif ici) en raison de leur étroite parenté. Ainsi, la reconstruction des pronominaux de toutes les conjugaisons de cette études sera faite à partir des marques de personne du minimal dans les gloses.

24La contraction de la deuxième personne du singulier danga et la forme da à l’inaccompli 2 aboutit à la forme daŋ avec la chute de la voyelle -a et la réduction de la prénasale ng en un segment nasal ŋ.

25Les formes pleines des première et troisième personne du pluriel sont identiques, nañ, leur voyelle finale -u tombe systématiquement aussi bien à l’accompli qu’à l’inaccompli.

2.1.1.3. L’emphatique du sujet

26L’emphatique du sujet est une modalité qui sert à la mise en relief du sujet et à son identification parmi tous les sujets possibles d’un énoncé. Sa traduction en français correspond à l’expression c’est X qui…Le marqueur modal de l’emphatique du sujet est le segment –a, postposé au sujet de l’énoncé qui est soit une unité lexématique, soit une marque personnelle caractéristique de cette modalité.

27Comme au narratif, le morphème de l’inaccompli à l’emphatique du sujet, en faana-faana, est facilement localisable dans la forme verbale en raison de sa position détachée de la marque de personne qu’il suit immédiatement et du radical verbal qu’il précède immédiatement. Son emploi est guidé par une contrainte paradigmatique.

2.1.1.4. L’emphatique du verbe

28Le morphème caractéristique de l’emphatique du verbe est le marqueur fa. C’est un schème énonciatif où le focus porte sur le verbe, qu’il s’agisse d’un verbe d’action ou d’état. Il explique ou élargit un énoncé précédent d’où son appellation de modalité explicative par certains spécialistes.

29En faana-faana, le morphème de l’inaccompli à l’emphatique du verbe correspond aux deux marqueurs da et -ay. Ces deux formes de l’inaccompli ne constituent pas des variantes dans ce paradigme mais leur apparition est conditionnée par la personne. Le marqueur aspectuel da est placé entre les deux personnes faa (1SG) et fangeen (2PL) et le radical verbal. La forme -ay est suffixée aux autres personnes pour des raisons morphophonologiques. Elle apparaît intégralement si sa voyelle initiale n’a pas fait l’objet d’une contraction avec la voyelle finale du morphème personnel.

  • 3 cf Dramé, M., Mamour., 2012, 2.3.3. La coalescence, pp. 67-69, R7.

30La forme fañooy des première et troisième personne du pluriel résulte de la fusion de la forme pleine de ces deux personnes fañu et le marqueur -ay de l’inaccompli. En wolof, une des règles morphophonologiques fait état de la contraction des deux voyelles -u (en position finale) et a- (en position initiale) qui aboutit à la voyelle longue oo3.

31La voyelle finale -u des première et troisième personnes du pluriel tombent systématiquement à l’accompli.

2.1.1.5. L’emphatique du complément

  • 4 Le terme complément renvoie ici à tout constituant dans l’énoncé qui ne joue pas le rôle de sujet o (...)

32L’emphatique du complément complète le triptyque des constructions emphatisantes qui constituent, de ce fait, un système en wolof. Il porte l’emphase sur le complément4pour l’expression d’une identification.

33Il est caractérisé, sur le plan formel, par la marque distinctive la qui représente la marque formelle du complément focalisé et permet la construction d’énoncés à prédicat non-verbal et d’énoncés à prédicat verbal. Ce monème est repérable aux premières et troisièmes personnes du singulier et du pluriel et est non apparent dans les deuxièmes personnes du singulier et du pluriel.

34Comme à l’emphatique du verbe, l’inaccompli de l’emphatique du complément est marqué par le matériel formel da qui apparaît à la première personne du singulier et à la deuxième personne du pluriel et le marqueur -ay, suffixé aux autres personnes et dont le choix est conditionnée par une raison morphophonologique. La suffixation de -ay à la forme pleine lañu (identique à la première et à la troisième personne du pluriel) aboutit à la contraction des deux voyelles u- et -a en oo.

2.1.1.6. Le présentatif

35Le présentatif est une modalité énonciative qui saisit le procès dans son déroulement, l’action se déroule sans avoir atteint son terme.

36Dans sa structure morphologique, le présentatif renvoie à un dispositif complexe constitué :

37– des formes pronominales du narratif, exceptées les deuxièmes personnes du singulier et du pluriel ;

38– d’un morphème a préposé à ng- qui marque la mise en relief du sujet ;

39– d’un marqueur ng- qui lui est spécifique et qui représente sa base ;

40– d’une forme -ee suffixée au marqueur ng-.

41L’opposition aspectuelle au présentatif est inopérante en wolof parce que le présentatif est une modalité qui porte, en soi, l’inaccompli. C’est l’identité sémantique entre la nature cursive du procès présentatif et l’inachèvement dans le procès inaccompli qui neutralisent cette opposition aspectuelle. La forme -ee résulterait de la contraction du segment de détermination spatio-temporelle –i (locatif), suffixé à ng- et du marqueur de l’emphatique du sujet –a, repris après l’élément de détermination spatio-temporelle. Par exemple : a ng-i-a = a ngee. Le présentatif constitue la seule conjugaison qui ne prend aucun des différents marqueurs de l’inaccompli inventoriés ci-dessus. Compte tenu de la similarité formelle caractéristique des marques personnelles du minimal et du présentatif, Eric Church (1981 : 71), affirme la formation des personnels du présentatif à partir de ceux du narratif.

2. 1. 2. Le mode injonctif

42L’injonctif renvoie au mode des ordres et des directives qui peuvent être stricts ou atténués. Chacun des deux pôles de l’aspect porte un sens qui lui est spécifique. L’accompli traduit une action envisagée dans sa globalité alors que l’inaccompli renvoie à une action envisagée dans son déroulement. L’injonctif comporte deux modèles qui sont l’impératif (2.1.2.1.) qui véhicule un ordre strict et l’obligatif (2.1.2.2.) qui donne un ordre atténué.

2.1.2.1. L’impératif

43L’impératif ou modalité de l’ordre direct comporte deux personnes seulement :

44– la deuxième personne du singulier -al ;

45– la deuxième personne du pluriel -leen.

46En faana-faana, l’inaccompli de l’impératif s’exprime par la forme da, seulement préfixée à la marque personnelle ou préfixée et reprise isolément à la deuxième personne du pluriel, et par sa variante d-, préfixée à la deuxième personne du singulier dont elle est le support qui assume ici une fonction syntaxique.

2.1.2.2. L’obligatif

47L’obligatif ou modalité de l’ordre indirect véhicule des directives, des contenus sémantiques de souhait, de recommandation, entre autres. Il partage le même marqueur formel que le parfait na dont il se démarque par la position antéposée de la marque personnelle, postposée au parfait. Le marqueur na est combiné avec la marque personnelle aux deuxièmes personnes du singulier et du pluriel à l’obligatif alors qu’il s’élide à ces mêmes personnes au parfait. Ses marques de personne apparaissent comme suit :

48Le marquage formel de l’inaccompli se fait à l’obligatif par les marqueurs da et -ay. Sauf à la deuxième personne du pluriel où c’est seulement la forme da qui y est attestée pour une raison phonologique (le -ay est seulement suffixé aux formes qui se terminent par une voyelle), les deux formes sont interchangeables à toutes les autres personnes, preuve de leur statut de variantes dans ce paradigme. La voyelle finale -u de la forme pleine des première et troisième personne du pluriel chute régulièrement.

2.1.3. Le mode subordinatif

49Le mode subordinatif ou « relatif » est, selon A. Dialo (1983 : 60), le mode de la dépendance. Il comporte deux modèles de conjugaison : le temporel (2.1.3.1.) et l’hypothétique (2.1.3.2.) formellement marqués par les morphèmes discontinus bi…ee, ba…ee (temporel), bu…ee et su…ee (hypothétique). Ces modèles forment des propositions dépendantes.

2.1.3.1. Le temporel

50Le temporel a les mêmes marques personnelles que le narratif (cf 2.1.1.1.). D’un point de vue syntaxique, les morphèmes bi / ba sont antéposés à la marque de personne alors que l’élément -ee est suffixé au radical verbal. Les formes pronominales de base du temporel sont celles du narratif.

51Au temporel, l’inaccompli est formellement marqué par les morphèmes -ay et da. -ay est le marqueur de toutes les personnes sauf la deuxième personne du pluriel dont la marque est le morphème isolé da. L’apparition de -ay a un soubassement morphophonologique parce qu’il est toujours attesté dans la position où il ferme le groupe de morphèmes qui traduit le temps, l’aspect et le mode. Quant au morphème da, son utilisation est liée ici à la contrainte phonologique qui l’exige si l’indice sujet se termine par une consonne. En effet, le suffixe -ee, porté par le radical verbal, s’est spécialisé dans l’expression de l’antériorité. Le marqueur -ay est formellement apparent si sa voyelle initiale n’a pas fait l’objet d’une contraction avec la voyelle finale du morphème personnel.

2.1.3.2. L’hypothétique

52Les marques personnelles de l’hypothétique sont formellement identiques à celles du narratif (cf 2.1.1.1.). D’un point de vue syntaxique, le morphème bu / su est antéposé à la marque de personne alors que l’élément -ee est suffixé au radical verbal. Les formes pronominales de base du temporel sont celles du narratif.

53A l’hypothétique, la catégorie d’aspect « inaccompli » est formellement marquée par les formes :

54» -ay, suffixée aux premières personnes du singulier et du pluriel et à la troisième personne du pluriel. Cette suffixation s’explique par la morphophonologie comme analysée avec le temporel.

55» da, notée dans les deuxièmes personnes du singulier et du pluriel, dans la troisième personne du singulier. Son emploi à la deuxième et à la troisième personne du singulier est liée à l’amalgame de la marque de l’hypothétique avec celle de la personne et son usage à la deuxième personne du pluriel s’explique par la contrainte phonologique notée avec la deuxième personne du pluriel qui se termine par une consonne.

56Le suffixe -ee, porté par le radical verbal à l’accompli, traduit l’hypothétique.

2.2. Accompli et inaccompli négatifs

2.2.1. Le mode indicatif

2.2.1.1. Narratif négatif

57Le narratif affirmatif n’a pas de forme négative correspondante. Il partage le même négatif notionnel que le parfait (cf 2.2.1.2.).

2.2.1.2. Parfait négatif

58La négation du parfait aux deux aspects accompli et inaccompli correspond au négatif simple pour l’accompli et au négatif emphatique construit avec la forme isolée da pour l’inaccompli.

59L’énoncé négatif simple renvoie à la négation de l’actualité du procès au moment de l’énonciation. Les marques personnelles constitutives de son paradigme sont suffixées au radical verbal et se présentent comme suit :

60Le négatif emphatique est inclus, selon Voisin-Nouguier (2002 : 44), dans les conjugaisons emphatisantes puisqu’il permet de nier le procès en tant que notion (sans référence au temps d’énonciation) pouvant également avoir une valeur de négation de l’habitude. Il est formellement construit à partir de la consonne d- de l’inaccompli da qui lui attribue, de ce fait, une valeur projective à laquelle sont suffixées les marques personnelles du négatif simple exceptée la troisième personne du singulier qui ne porte pas la marque de personne et la deuxième personne du pluriel.

61Au parfait, la catégorie « accompli » est amalgamée avec les marques personnelles du négatif simple qui traduisent naturellement un procès achevé. La catégorie « inaccompli », quant à elle, est doublement marquée. Elle est marquée par le marqueur d- de l’inaccompli, d’une part, et par le morphème da, noté à toutes les personnes et placé entre la marque de personne et le radical verbal, d’autre part, pour une raison paradigmatique. La marque d- est conditionnée par une raison syntaxique parce qu’elle sert de support aux marques de négation et de personne.

2.2.1.3. L’emphatique du sujet négatif

62A l’emphatique du sujet, l’inaccompli négatif, en ce qui le concerne, est formellement marqué par le bloc dut, noté à toutes les personnes et placé entre la marque de personne et le radical verbal. La forme dut est composée du marqueur de l’inaccompli d- et du morphème négatif -ut. Cette forme négative de l’inaccompli à l’emphatique du sujet, dut, est aussi caractéristique des paradigmes de l’emphatique du complément, du temporel et de l’hypothétique à l’inaccompli négatif, son choix est par conséquent paradigmatique.

2.2.1.4. L’emphatique du complément négatif

63A l’emphatique du complément, l’inaccompli négatif est traduit par le morphème dut, noté à toutes les personnes et placé entre la marque de personne et le radical verbal comme à l’emphatique du sujet.

2.2.1.5. L’emphatique du verbe négatif

64A l’emphatique du verbe, l’expression de l’inaccompli négatif est construit avec la forme dut, noté à toutes les personnes et placé entre la marque de personne et le radical verbal.

2.2.1.6. Le présentatif négatif

65La modalité présentative n’a pas de forme négative en raison de son sémantisme. Les notions de présentatif et de négatif sont sémantiquement incompatibles. Cependant, il est possible pour exprimer la négation dans cette forme d’avoir une suppléance idiomatique restreinte avec nekk « être », comme le signale A. Dialo (2012 : 13), par exemple :

66L’énoncé yoonam nekku ci correspond donc à l’accompli négatif du présentatif dont la forme « inaccompli » est :

67Cette forme « inaccompli négatif » du présentatif est traduite par le marqueur d- de l’inaccompli qui porte la marque négative -u.

2.2.2. Le mode injonctif

2.2.2.1. L’impératif négatif

68En faana-faana, l’inaccompli de l’impératif négatif s’exprime par la forme da, caractéristique du paradigme et syntaxiquement placée à la position antéposée du radical verbal.

2.2.2.2. L’obligatif négatif ou prohibitif

69L’obligatif négatif est marqué à l’inaccompli par l’indice de polarité da, spécialisé dans ce paradigme. La voyelle finale -u de la forme pleine de la troisième personne du singulier, des première et troisième personnes du pluriel chute régulièrement.

2.2.3. Le mode subordinatif

2.2.3.1. Le temporel négatif

70Au temporel négatif, la catégorie aspectuelle « inaccompli » est formellement matérialisée par le morphème dut occupant toujours la position antéposée du radical verbal.

2.2.3.2. L’hypothétique négatif

71A l’instar du temporel négatif, l’hypothétique négatif est formellement reconnaissable à l’inaccompli par le morphème dut, antéposé au radical verbal.

3. Dispositions formelles de l’inaccompli et d’autres morphèmes

72Les morphèmes spécialisés dans le marquage de l’aspect inaccompli peuvent faire l’objet d’une combinaison avec d’autres éléments grammaticaux tels que la marque du parfait, les formes temporelles exprimant le passé (indéterminé ou habituel) et la marque de négation.

3.1. L’inaccompli et le parfait

3.2. L’inaccompli et la marque du passé indéterminé –oon

3.3. L’inaccompli et la marque du passé habituel –aan

3.4. L’inaccompli, la négation et la marque du passé indéterminé –oon

3.5. L’inaccompli, la négation et la marque du passé habituel –aan

4. Valeurs sémantiques de l’inaccompli

73L’inaccompli correspond à une action, une suite d’actions ou à un état dont l’aboutissement n’est pas pris en compte au moment de l’énonciation. Compte tenu de son sémantisme qui ne donne aucun terme à l’action ou l’état exprimé, il renferme trois valeurs fondamentales qui sont :

4.1. Le cursif

4.2. L’habituel

4.3. Le projectif

6. Conclusion

74Au terme de l’analyse de l’opposition aspectuelle accompli / inaccompli en faana-faana, nous avons relevé que l’expression formelle de l’aspect s’oppose à un marquage zéro et produit, en règle générale, un système binaire avec un pôle accompli non marqué ou constituant un amalgame de catégories sémantiques résistant à toute analyse et un pôle inaccompli formellement identifiable par les marqueurs da, -ay, et d-.

75Le marqueur da apparaît, en général, syntaxiquement postposé aux marques de personne et antéposé au radical verbal (narratif affirmatif, parfait affirmatif, etc.). Il exprime la polarité « inaccompli » soit à toutes les personnes d’un modèle de conjugaison (narratif affirmatif, parfait affirmatif et négatif, emphatique du sujet affirmatif, impératif affirmatif et négatif, obligatif affirmatif et négatif), soit à certaines personnes d’un modèle de conjugaison (emphatique du verbe affirmatif, emphatique du complément affirmatif, temporel affirmatif, hypothétique affirmatif). L’élément da apparaît dans les deux formes de l’inaccompli du parfait. Il est préfixé à la marque de personne qui précède le radical verbal dans l’une des formes et à la fois préfixée à la marque personnelle et reprise isolément à l’autre forme.

76Les deux marqueurs da et -ay ne sont pas des variantes dans la plupart des conjugaisons, la présence de l’un ou de l’autre est conditionnée par la personne avec laquelle il est construit. Ils se répartissent ainsi selon les personnes à l’intérieur de chacun des paradigmes suivants : emphatique du verbe affirmatif, temporel affirmatif et hypothétique affirmatif. C’est seulement à l’obligatif affirmatif que da et -ay possèdent le statut de variante, les deux formes sont susceptibles d’apparaître à toutes les personnes sauf à la 2PL où seul le morphème da est attesté.

77La variété -ay, toujours suffixée à la marque de personne qui est immédiatement suivie du lexème verbal, n’apparaît pas sur tout un paradigme de conjugaison. Il constitue le marqueur inaccompli soit à la quasi-totalité des personnes d’un modèle (obligatif affirmatif où il est interchangeable avec da sauf à la 2PL où ce dernier apparaît seul, temporel affirmatif sauf la 2PL marquée par le morphème da), soit à certaines personnes seulement (de l’emphatique du verbe affirmatif, de l’emphatique du complément affirmatif, de l’hypothétique affirmatif). Sa voyelle initiale peut être ou non contractée à la voyelle finale de la marque personnelle.

78La forme segmentale consonantique d- exprime l’inaccompli à toutes les personnes des paradigmes de l’emphatique du sujet négatif, de l’emphatique du verbe négatif, de l’emphatique du complément négatif, du temporel négatif, de l’hypothétique négatif et du parfait négatif. Elle occupe, la position préfixée à la marque de personne (ou à la marque de négation suivie ou amalgamée avec la marque de personne) qui est antéposée au lexème verbal (parfait négatif, impératif affirmatif et emphatique du sujet négatif, par exemple).

79Compte tenu de sa spécialisation dans l’expression du procès inachevé, les valeurs fondamentales de l’inaccompli sont le cursif, l’habituel et le projectif.

Haut de page

Bibliographie

Creissels, D., (1995). Eléments de syntaxe générale, Paris, Presses Universitaires de France.

Dialo, A., 2012). « Le mode dans les systèmes verbaux des langues du Sénégal : organisation et stratégies », Dakar, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département de Linguistique et Sciences du Langage, TBR n° V

.…………. .(1983). Eléments systématiques du wolof contemporain, Dakar, CLAD, 85p.

Dramé, M., 2015) - Dialectologie wolof. Caractéristiques du faana-faana (Saloum), Saarbrücken,

Allemagne, Editions universitaires européennes, 72p.

……………..(2012). Phonologie et morphosyntaxe comparées de trois dialectes wolof, Thèse de Doctorat Unique, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Facultés de Lettres et Sciences Humaines, Département de Linguistique et sciences du langage, 475p.

……………...(2004) - Contribution à la lexicologie wolof-l’exemple de la variante du Saloum : le faana-faana, Dakar, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Département de Linguistique et Sciences du Langage, 131p.

Church, E., (1981). Le système verbal du wolof, Département de Linguistique Générale et de Langues Négro-Africaines de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, 365p.

Feuillet, J., (1988). Introduction à l’analyse morphosyntaxique, Paris, Presses Universitaires de France, 223p.

Robert, S., (1989). Système verbal et énonciation en wolof, Thèse de doctorat de 3ème cycle, Université de Paris 7, 397p.

Segerer, G., (2002). La langue bijogo de Bubaque (Guinée Bissau), Collection Afrique et langage 3, Peeters, Louvain-Paris, 310p.

Voisin-Nouguier, S., (2002). Relations entre fonctions syntaxiques et fonctions sémantiques en wolof, Thèse de doctorat, Université Lumière Lyon 2, Faculté des Lettres, Sciences du, Langage et Arts, Département Sciences du Langage, 371p.

Haut de page

Notes

1 En dehors du wolof faana-faana, le wolof cité dans cette étude correspond au wolof standardisé par des conventions orthographiques, des grammaires et différents aménagements pour le système éducatif formel et l’alphabétisation. Il renvoie au wolof fondamental ou général et est parlé par la grande majorité des locuteurs wolophones. Il est reflété par des ouvrages en wolof tels que les ouvrages de Amadou Dialo (1981, 1983, 1984), l’ouvrage de Jean Léopold Diouf (2001) et son dictionnaire wolof-français et français-wolof (2003), celui de Omar Ka (1981) et le dictionnaire wolof-français publié par Aram Fal, Rosine Santos, Jean Léonce Doneux en 1990 et http://www.ettubwolof.org. Il constitue notre wolof de référence ici et nous l’appelons wolof tout court dans la suite du texte.

2 La forme verbale est définie par Guillaume Segerer (2002 : 12) comme étant un « ensemble morphologique minimalement constitué d’une base verbale lexicale, d’un indice sujet obligatoire et d’un morphème aspectuel ».

3 cf Dramé, M., Mamour., 2012, 2.3.3. La coalescence, pp. 67-69, R7.

4 Le terme complément renvoie ici à tout constituant dans l’énoncé qui ne joue pas le rôle de sujet ou de verbe en fonction prédicative.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-1.png
Fichier image/png, 588k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-2.png
Fichier image/png, 43k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-3.png
Fichier image/png, 90k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-4.png
Fichier image/png, 118k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-5.png
Fichier image/png, 103k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-6.png
Fichier image/png, 15k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-7.png
Fichier image/png, 93k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-8.png
Fichier image/png, 32k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-9.png
Fichier image/png, 23k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-10.png
Fichier image/png, 97k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-11.png
Fichier image/png, 79k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-12.png
Fichier image/png, 45k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-13.png
Fichier image/png, 115k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-14.png
Fichier image/png, 128k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-15.png
Fichier image/png, 114k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-16.png
Fichier image/png, 30k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-17.png
Fichier image/png, 13k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-18.png
Fichier image/png, 123k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-19.png
Fichier image/png, 99k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-20.png
Fichier image/png, 96k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-21.png
Fichier image/png, 19k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-22.png
Fichier image/png, 76k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-23.png
Fichier image/png, 24k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-24.png
Fichier image/png, 12k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-25.png
Fichier image/png, 46k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-26.png
Fichier image/png, 45k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-27.png
Fichier image/png, 76k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-28.png
Fichier image/png, 60k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-29.png
Fichier image/png, 49k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-30.png
Fichier image/png, 95k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-31.png
Fichier image/png, 13k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-32.png
Fichier image/png, 26k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-33.png
Fichier image/png, 22k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-34.png
Fichier image/png, 25k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-35.png
Fichier image/png, 27k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-36.png
Fichier image/png, 25k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-37.png
Fichier image/png, 23k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-38.png
Fichier image/png, 54k
URL http://journals.openedition.org/corela/docannexe/image/5535/img-39.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mamour Dramé, « Manifestations formelles de l’accompli et de l’inaccompli en faana-faana », Corela [En ligne], 16-1 | 2018, mis en ligne le 02 juillet 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/corela/5535 ; DOI : 10.4000/corela.5535

Haut de page

Auteur

Mamour Dramé

Université Cheikh Anta Diop - Dakar dramemamour@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Corela – cognition, représentation, langage est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • OpenEdition Journals