Navigation – Plan du site

Implications extra et pré-linguistiques d’un corpus audiovisuel touchant à l’information spécialisée : quelques réflexions sur le cas du discours sportif télévisé contemporain

Camille Lagarde-Belleville

Résumés

Au cours de cette recherche, nous réfléchissons à la question de la couverture médiatique du domaine sportif. Nous nous concentrons sur l’impact de la présence des médias sur la construction de l’information sportive elle-même. Nous discutons de la position de l’analyste du discours vis-à-vis de ce contexte de production de discours ; production fortement influencée par l’outil technologique. Par exemple, nous montrons que le placement de microphones sur les acteurs de la rencontre sportive pousse l’analyste à considérer ces participants comme des objets et des producteurs de la couverture médiatique. Par l’analyse de ce type de corpus, nous proposons donc d’étudier ces questions de positionnement de l’analyste au sein de ce double contexte de production.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour exemple, au début des années deux mille, Aubel (2000 : 111) livre une analyse de la médiatisat (...)

1Au cours de notre travail de recherche doctoral, il nous est apparu qu’en matière de corpus médiatiques – audiovisuels en ce qui nous concerne –, il ne s’agit pas de considérer le matériau médiatique comme un produit fini, à savoir en tant que données coupées d’un contexte large de production. Si nous parlons dans notre titre d’implications extra et pré-linguistiques, c’est que nous considérons que le chercheur doit prendre en compte le processus global de production médiatique, d’autant plus dans le cas d’une information spécialisée, telle que l’actualité d’une discipline sportive. En effet, cette dernière implique un travail de traitement supplémentaire de la part de l’instance médiatique (notamment via un exercice de sélection et mise à disposition de l’information spécialisée1) sans pour autant se différencier totalement du discours médiatique :

Adressé à une grande majorité de citoyens, ayant pour objet la réalité mondaine (qu’il transforme en "actualité"), le discours d’information ne se caractérise pas par son obscurité sémantique. Si le discours d’information fait certes appel à des discours spécialisés, il n’en produit pas pour autant lui-même. (Calabrese, 2014 : 23)

2Par ailleurs, nous verrons que la question du sport est particulièrement soumise à des lois détaillant son traitement médiatique. Dans l’optique qui est la nôtre, le corpus audiovisuel diffusé résulte, en amont, d’un choix médiatique qui confère une certaine visibilité à un événement (que peut représenter la question : qui ou quoi diffuse-t-on ?) ; c’est ce point que nous nommons implications pré-linguistiques. En outre, par implications extralinguistiques, nous préconisons une réflexion du chercheur sur les conditions de productions et d’implications de l’instance journalistique (de fait : quel(s) impact(s) de l’organe médiatique sur l’information traitée ?). Ainsi, nous montrerons en quoi le contexte de production médiatique prend corps dans ce que nous considérons comme un ancrage pré-linguistique des énoncés, engendré par des préconstruits médiatiques instaurés par l’organe audiovisuel.

3Dans un premier temps, nous exposerons ce que nous entendons par contextualisation pour traiter notre type de corpus. Nous nous intéresserons à la dynamique de nomination de l’événement médiatique. Après avoir présenté notre corpus d’étude, nous exposerons le cas traité dans notre thèse doctorale, de manière à expliciter ce que nous entendons par un ancrage pré-linguistique des énoncés, engendré par les préconstruits médiatiques instaurés par l’organe audiovisuel. Enfin, nous ouvrirons la question de la contextualisation à des interrogations mettant en jeu les conditions de production et les différentes voix à l’œuvre dans la médiatisation sportive.

1. Contextualiser > [Médiatiser > Nommer] l’événement

4Aborder un corpus audiovisuel sous l’angle de la mise en scène médiatique est, à notre sens, mettre en branle une équation considérant que le processus de contextualisation englobe deux actions : médiatiser l’événement (l’inscrire en amont dans une ligne éditoriale) et le nommer (à savoir lui donner corps en discours). Ces considérations font écho à la description proposée par Julien (2009, cité par Londei et al., 2013 : 17) : à savoir qu’« un événement n’a pas "d’être" propre (…) c’est à la façon dont on le trie et dont on le traite, dont il parvient à coaguler autour de lui de la parole et du spectacle, que lui vient sa consistance, ou performance, d’événement. ».

1. 1. Dire, re-dire, et « pré-dire » l’événement médiatique

5L’analyse du discours – Londei et al. (op. cit.) notamment – s’est intéressée à cette mise en discours médiatique. « Dire l’événement », c’est avant tout « le faire passer d’une expérience sensible (…) à des manières de la "dire" », de la nommer, de la raconter (…) » (ibid. : 13). Des recherches antérieures sur ce point avaient déjà montré, dans cette dynamique de nomination, que « la compréhension de l’événement se mue en une compréhension selon l’événement. » (Quéré, 2006, cité ibid. : 20). Pour ce qui est du domaine de spécialisation qui fait l’objet de notre corpus, comme pour l’ensemble des corpus médiatiques, l’activité journalistique s’attache à créer des situations de référence. L’événement pris dans l’information médiatique est mis en mots et en images, décrit et raconté, mais aussi nommé ultérieurement : on compte le « moment singulier (ce qui arrive) » et le moment où « il [prend] forme à l’intérieur d’un système complexe de construction discursive et de temporalité » (ibid. : 12). Barbet (2013 : 207, 209, 214), ayant travaillé sur le cas du toponyme devenu, par métonymie, « nom d’événement », observe que « L’usage du mot exerce (…) des effets mémoriels (…), transportant des émotions emmagasinées dans des mémoires concurrentes (…) » ; en outre, il note que la nomination d’un événement entraîne sa « mise sous description ». Pour l’exemple du sport, l’activité de contextualisation est primordiale, des auteurs comme Escquanazi ayant montré, dès les années 1990, que, dans le domaine du football, la médiatisation du match rejaillit sur le contexte global de la rencontre, en rendant tangible et objet médiatique l’avant rencontre sportive :

La Ligue des Champions propose d’abord son match comme l’attente de ce match. C’est elle qui est le premier spectacle. Au point qu’elle programme le match, comme ce qui va venir combler cette attente. Et le match lui-même se manifeste comme expression de cette attente aussi bien que de lui-même (…) (Escquanazi, 1996 : 118, cité par Derèze, 1996 : 7)

6La contextualisation du discours médiatique sur le sport pose la question, pour Wille (2015 : 40) de l’éthique journalistique attendu que :

Le spectacle sportif médiatisé en tant qu’espace de mise en représentations, aux fonctions symboliques multiples qui peuvent constituer un atour médiatique, devient également un constructeur de sens et le producteur d’un nouvel espace normatif, au sein de l’espace public, ce qui laisse apparaître un principe de responsabilité. (Wille, 2015 : 40)

7Ainsi, toute mise en discours médiatique d’une opposition sportive actualise un point de vue sur la rencontre et ses acteurs. Cependant, nous montrerons dans cet article, qu’avant même la production d’énoncés et d’images sur le match, le fonctionnement interne de sélection de l’objet médiatique et de conditions de production médiatique construit, à l’image d’un éthos pré-linguistique, une représentation préalable au discours. Nous verrons ainsi en quoi certains événements médiatiques peuvent être surreprésentés ou, au contraire, passés sous silence. C’est, à notre sens, un point crucial à prendre en compte dans l’approche du corpus audiovisuel.

1. 2. De l’approche intrinsèque sportive à l’ultra-média

8Dans le cas du sport qui nous intéresse, le rugby, l’approche analytique des ouvrages produits sur ces corpus a fait l’objet de considérations diverses. En effet, l’année 2007, du fait de l’organisation de la Coupe du Monde en France et de ses conséquences sur l’intérêt social pour cette pratique sportive, est un moment particulièrement représentatif des études en Sciences de l’Information et de la Communication et en Analyse du discours sur ce sport. En revanche, pour ce qui est de la contextualisation des corpus médiatiques étudiés, on constate que des ouvrages tels que L’ovale dans la lucarne (Cahuzac, Lochard, 2007) et Rugby, médias et transmission des valeurs (Bonnet, Lochard, 2007), abordent la médiatisation rugbystique sous un angle plus volontiers intrinsèque à la pratique elle-même (il est question d’identité, de valeurs, d’histoire de ce sport, tandis que les rouages médiatiques semblent passer au second plan).

9En 2015, Derèze et al. réunissent un grand nombre de chercheurs des disciplines précitées ayant produit sur ces contextes spécialisés depuis plusieurs décennies afin de croiser leurs regards dans le cadre de l’élaboration de Méthodes d’analyse des productions médiatiques en journalisme sportif. Dans cet ouvrage pluridisciplinaire et pluri-corpus (tous les champs journalistiques étant représentés, sous forme de sous-parties), les auteurs, à l’instar de Papa (2015 : 182) placent leur démarche analytique du côté du fonctionnement médiatique, en liant modes de production et champ sportif large :

Quelle que soit l’approche, il faut analyser très en amont les modes de production et de diffusion de l’événement. Pour y parvenir, il faut entrer dans la complexité de l’organisation de l’événement et avoir une idée précise de son économie globale. Il faut être en mesure d’identifier les protagonistes de la manifestation (…), de décortiquer les dispositifs de couverture média de la manifestation (…) et de répertorier les supports de diffusion que ces différents acteurs vont mettre en place. (…) Il faut, enfin, connaître très précisément le déroulement de la manifestation, les événements qui s’y rattachent (…), le calendrier des compétitions et la qualité des participants. (Papa, 2015 : 182)

10Il apparaît bien, pour reprendre les termes de l’auteure, qu’il s’agit de « décortiquer » les médias engagés dans la couverture médiatique d’une compétition sportive ; démarche qui implique un intérêt pour les droits de diffusion de l’information sportive d’une part, la ligne éditoriale et les moyens médiatiques mis en œuvre de l’autre.

11Ainsi, la contextualisation des données médiatiques sportives se plaçant en amont de l’analyse discursive, nous proposons une approche s’intéressant, pour ce qui est des implications pré-linguistiques, à la visibilité de l’événement et aux préférences médiatiques affichées. En ce qui concerne les implications extralinguistiques, il faut prendre en compte la surmédiatisation.

2. Le profilage pré-linguistique

  • 2 Tous les extraits juridiques proviennent de l’ouvrage Droits des médias. 7e édition, Emmanuel Derie (...)

12La consommation de programmes sportifs télévisés ne peut être analysée via le seul prisme de l’audience : la question des droits de diffusion est un point charnière tant elle inscrit le domaine dans une relation de co-dépendance. Ainsi, nous noterons la criante formulation utilisée par Lardinoit et Tribou (2004 : 126) : « Le sport est un phénomène de société… de consommation. ». La question de la source médiatique est un enjeu majeur dans l’approche méthodologique d’un corpus dans le sens où « la distance du média aux organisateurs d’événements, dirigeants sportifs et sportifs permet ou non la critique. » et dans le cas d’un contrat de diffusion exclusive, la distance critique s’avère plus difficile à mettre en place (Papa, op. cit.). Ainsi, le sport, pris dans un système de business, se voit « soumis à d’autres souverainetés que celle du journaliste détenteur du droit à l’information du public et du respect des sujets d’information. » (Borel-Hänni, 2015). Le droit français des médias fait état de dispositions relatives à un principe de « droit à l’information », et l’information sportive s’avère être le domaine médiatique dans lequel l’ordonnance est considérée comme la plus construite. Le droit à l’information sportive embrasse les articles L.333-1 à L.333-92 du Code du sport, en termes de retransmissions télévisées de rencontres sportives. Ces articles ont pour vocation de circonscrire la prééminence de l’exclusivité médiatique relative à la couverture de certaines compétitions, souscrite à des contributions pécuniaires majeures.

2. 1. Le principe de visibilité de l’événement

13C’est un point crucial dans l’approche de notre corpus, attendu que le rugby, étant soumis à un contrat audiovisuel médiatique d’exclusivité régulièrement renouvelé, se voit principalement présenté au public selon un discours qui reste celui d’une chaîne en particulier. Ainsi, le droit à l’information sportive pose la question d’accessibilité du sport français à un public ne devant pas être automatiquement soumis à une participation financière exigée par les chaînes privées payantes. Pour ce faire, le processus juridique tend à placer les événements sportifs dans la catégories des « événements d’importance majeure », travaillant ainsi cette démocratisation de la diffusion au plus grand nombre au sein de l’article 20-2 de la loi du 30 septembre 1986 : « les événements d’importance majeure ne peuvent être retransmis en exclusivité d’une manière qui aboutit à priver une partie importante du public de la possibilité de les suivre en direct ou en différé sur un service de télévision à accès libre » ; principe rappelé par l’article L.333-9 du Code du sport, assignant toute retransmission de rencontres sportives – reconnue en tant qu’« événement sportif d’importance majeur », à ce principe de diffusion. Une autre prescription sollicitée par l’encadrement légal de l’exclusivité de diffusion du sport accorde le droit aux instances médiatiques posées comme concurrentielles d’émettre de « brefs extraits » du dit événement.

14Notre corpus de thèse doctorale porte sur la mise en scène télévisuelle d’un championnat sportif de première division professionnelle française (le championnat de rugby Top 14 par le groupe télévisuel Canal plus). Lors de cette compétition, quatorze clubs sont opposés sur une année de championnat, par un système de journées d’oppositions comprenant sept matchs chacune. Ce corpus a été pensé comme un support d’analyses en Sciences du langage s’intéressant à la question du sport en tant que discours spécialisé, tout en se mettant à la disposition de diverses études linguistiques (indépendamment de la question sportive et médiatique).

15Canal Plus possédant, depuis sa création, l’exclusivité des droits télévisés du Top 14, son rayonnement engendre la couverture de l’intégralité de la phase régulière ainsi que celle des phases finales ; ainsi, chaque journée de championnat ayant lieu sur un week-end, la chaîne opère une répartition de ces sept matchs sur plusieurs jours, le vendredi et le samedi, voire le dimanche pour certains matchs. Nous tenons à préciser que nous exposons ici uniquement la répartition en vigueur durant la saison 2014-2015 faisant l’objet de notre corpus, puisque le groupe a procédé à des changements durant les saisons suivantes (la répartition reste la même, ce sont les horaires et jours qui peuvent être amenés à changer, tandis que la hiérarchisation demeure). Lors de l’appel d’offre pour l’attribution des droits télévisés du Top 14, la Ligue Nationale de Rugby (LNR) propose plusieurs packs de diffusion de matchs. Pour la diffusion de ses matchs, Canal plus se calque sur un découpage discriminant des matchs de « choix » différents. En effet, le groupe possède trois chaînes prédisposées à la retransmission de rencontres sportives : Canal plus (C+), Canal plus Sport (C+S) et Rugby plus (R+) ; Rugby plus couvrant jusqu’à six canaux suivant le nombre de matchs programmés en simultané. Les diffusions des matchs sont définies en fonction de ce que le monde audiovisuel nomme créneaux de « prime », c’est-à-dire les moments de plus forte exposition médiatique. Par conséquent, la grille Canal plus pour une journée de championnat s’articule autour d’une répartition telle que :

161. Une diffusion de matchs « en décalé » assure une visibilité de choix 1 et 2.
1.1. Le match de choix 1 est programmé en prime, le samedi à 14h45 ou 15h00, sur C+.
1.2. Les matchs de choix 2 sont programmés en prime :
1.1.1. Le samedi à 20h30, 20h45 ou 21h00, sur C+S.
1.1.2. Le vendredi à 20h45, sur C+S.

172. Une diffusion de matchs « en simultané » relègue quatre matchs à des canaux sujets à abonnement supplémentaire (4 euros par mois), le samedi, à 18h30 sur l’ensemble des canaux R+.

18Bien évidemment, une programmation le samedi en milieu d’après-midi est le créneau le plus coté, tandis que la diffusion en simultané oblige le téléspectateur à procéder à un choix, ne pouvant visionner toutes les rencontres. Il est à noter que des programmations exceptionnelles ont lieu pour des affiches que le média juge primordiales.

19Partant de ce constat de partage des rencontres en fonction de ce que le média considère comme étant une affiche de choix 1, 2 ou de diffusion en simultané, nous nous sommes questionnée sur la régularité de cette répartition. Nous pensons qu’une telle étude préalable à l’analyse linguistique de notre corpus était essentielle dans le sens où, si des constantes sont observables dans cette disposition, c’est que le média opère bien une stratification du championnat en termes de valeur accordée à chaque club. Nous sommes également d’avis que cette étape méthodologique est un éclairage majeur de notre corpus, d’où sa place à ce niveau d’avancée d’une recherche en Analyse du discours sur corpus.

20Pour mener à bien cette étape de l’étude, nous avons, pour chaque club, relevé les horaires de diffusion de toutes les oppositions dans lesquelles il était engagé sur la saison 2014/2015, afin de dénombrer le nombre de fois où il se voit diffusé sur C+, C+S ou R+. Pour un club, ce recensement statistique donne lieu à l’obtention de trois diagrammes (dont nous montrons ici un club à titre d’exemple, le Stade Français Paris qui fut sacré champion cette année-là). Nos résultats tiennent dans l’élaboration de trois relevés par club en compétition :

21– une vue globale de l’ensemble des créneaux de diffusions – heures et chaînes – sur la saison 2014-2015 :

22– La répartition en fonction de la triade C+, C+S et R+ :

23– Le décompte des créneaux de diffusion de type prime d’après-midi, prime de soirée et diffusion en simultané :

2. 2. Le principe de préférences médiatiques

24Ces chiffres obtenus, il nous a été possible de regrouper la totalité des résultats dans un seul graphique, matérialisant, par chaîne, la disposition globale des rencontres ; montrant ainsi le club le plus diffusé sur chacune des trois chaînes. Soit les résultats suivants :

25Le constat est sans appel et les tendances suivent une logique parfaite : on établit ainsi que les clubs les plus programmés sur les deux canaux principaux, Toulouse, Toulon et Clermont, sont ainsi les moins diffusés en simultané ; mais surtout, il est à noter que l’inversion est parfaite avec le club d’Oyonnax qui – conclusion qui a dû échapper à la plupart des téléspectateurs cette année-là – est absolument absent de la chaîne phare – zéro fois ! – et très rarement présent en second choix – antépénultième du classement. Une programmation en simultané lui assurant une concurrence directe avec trois autres matchs, Canal plus fait du club d’Oyonnax une formation quasiment invisible du championnat pour un téléspectateur n’ayant pas souscrit aux abonnements complémentaires. On comprend l’appel à l’éthique journalistique appliquée à la médiatisation sportive de Wille (op. cit.) convoqué plus haut.

26En ce sens, nous proposons un parallèle entre les trois clubs les plus vus sur le réseau C+ – Toulouse, Toulon et Clermont – et le club le moins exposé, Oyonnax :

27Concernant les horaires de diffusion, nous avons procédé à l’élaboration d’une vue d’ensemble similaire, montrant quelques variables dans la place accordée à des clubs autres que ceux mis en exergue par la répartition chaîne à chaîne. À l’image du classement général, nous comprenons que les primes – s’ils ne sont pas tous programmés sur le canal principal C+ – sont avant tout accordés à un noyau dur de clubs venant s’ajouter au trio de tête présenté plus haut, à savoir Montpellier, Racing Métro 92, Stade Français Paris et Union Bordeaux-Bègles. Cette sélection de clubs est considérée comme un groupement de clubs attractifs du championnat de par le jeu qu’ils proposent ; tandis que des clubs comme Toulon et Clermont sont avant tout jugés prépondérants par leur masse économique. Pour Toulouse, nous pensons qu’il s’agit principalement d’un poids historique, le club étant le détenteur du record de titres de champions de France (dix-neuf fois sacré).

28Ces relevés permettent tous de disposer d’une vue surplombante montrant effectivement que, avant même d’user de dénominations pour référer aux clubs ainsi qu’aux joueurs, le média habitue son public à des visionnages redondants de clubs, au cœur d’une répartition hiérarchisée des équipes. Ce traitement du sport entre dans une approche inhérente à la notion d’événement médiatique. En effet, les différentes recherches en analyse du discours ont démontré l’impact du média dans la définition arbitraire de ce qui doit ou non avoir valeur d’événement, dans le sens où :

(…) dans la sphère médiatique, nombre de faits sont explicitement catégorisés comme des « non-événements », et si une personnalité ou une entreprise de communication peuvent s’efforcer de « créer l’événement », le cours d’actions ainsi impulsé restera un simple fait tant qu’aucune autre instance ne lui conférera pas le statut d’événement. (López Muñoz, Verine, 2014)

29À l’image d’un ethos prédiscursif, ce profilage pré-linguistique des clubs et des acteurs du championnat, en amont d’une production d’un discours sur un jeu/club/joueur, opère une catégorisation médiatique des clubs, enfermant d’une part les acteurs du jeu dans des représentations préconstruites, d’autre part les téléspectateurs dans une vision prédéfinie de ces sujets. Cette approche contextualisant la production discursive en situation de match est un préambule déterminant pour appréhender le rôle et l’impact du groupe Canal Plus sur la réception et la construction de l’image du sport traité.

3. Extralinguistique : introduction de voix autres, dé-re-contextualisation du discours

30Dans un second temps, outre cet aspect méthodologique, nous proposons de réfléchir à la question de la surmédiatisation du domaine du sport tel qu’il nous intéresse. Nous nous penchons ainsi sur l’impact de la présence de l’organe médiatique sur la construction de l’information sportive elle-même. Nous discutons la place de l’analyste du discours vis-à-vis de ce contexte de production des discours fortement influencé par l’outil technologique. Pour exemple, nous pensons que le placement de microphones sur les acteurs de la rencontre sportive pousse le chercheur à les considérer comme objets et producteurs de la couverture médiatique. Nous engageons le chercheur à se positionner vis-à-vis de ce double contexte de production dans l’analyse de ce type de corpus.

31On parle généralement, notamment après Lochard (2010), d’instance médiatique. Celui-ci note le fait que, pour les émissions de plateau par exemple, le domaine des retransmissions de rencontres sportives implique que l’énonciation médiatique ne peut se cantonner aux seuls commentateurs journalistiques et consultants : le dispositif énonciatif se doit de prendre en compte toute l’équipe technique, du réalisateur au cadreur, en passant par le monteur. Les observations que nous avons présentées précédemment ont pointé l’implication réelle du média Canal plus dans la construction d’une image médiatique du championnat sportif couvert. De récentes émissions de type débat du même groupe audiovisuel – Le Late rugby club notamment – posent, à notre sens, des questionnements quant à un niveau autre d’implications, lié aux modes de production du matériau audiovisuel. Nous proposons dans cette partie de nous pencher sur le cas du port de microphones par les arbitres de la rencontre, ainsi que sur l’installation de dispositifs filmiques en bord de terrain, dans le camp des entraîneurs.

3. 1. Le principe de conditions de production : l’exemple du double contexte des microphones arbitraux

32Traditionnellement les locuteurs garants de l’énonciation journalistique lors du commentaire de rencontre en direct sont le journaliste et le consultant / ancien joueur ; s’est progressivement ajouté l’homme / femme de terrain chargé•e•s de recueillir les réactions à chaud des acteurs. C’est lors de ces interviews que la parole est donnée aux joueurs et aux entraîneurs. Néanmoins, la multiplication des dispositifs d’enregistrement audiovisuel a ouvert l’espace de la médiatisation à des champs extérieurs aux séquences de matchs, comme la caméra effectuant des prises de vue dans les vestiaires, la paluche. Cette caméra tourne sans son, respectant la tradition sportive d’« intimité du vestiaire ». Cette expression usuelle ne met pas en jeu un principe de nudité, bien que les joueurs s’y changent. Elle désigne plutôt le cocon de la préparation mentale et physique, autant collective (par les discours de motivation ou tactiques) qu’individuelle (chacun pouvant disposer d’un moment d’isolement pour suivre le schéma de concentration souhaité). Richard (2007 : 222) travaillant sur la symbolique de ce lieu s’est questionné quant à d’éventuelles dérives de la pratique :

33Même si les consultants de télévision qui pénètrent ces lieux sacrés sont à peu près tous d’anciens voire d’illustres prédécesseurs d’un tel clan, leur appareillage technologique et leur entourage technique ne permettront pas un épanouissement du groupe. Tout n’est pas désormais filmé certes, il reste le prétexte du secret stratégique (militaire), mais le pas sera peut-être un jour franchis...

34Il apparaît qu’à certains égards, certaines séquences récentes d’émissions du groupe Canal Plus concrétisent ces inquiétudes quant à une diffusion sans filtre d’échanges entre acteurs sportifs devenant, à leur insu, eux-mêmes producteurs d’énoncés sur la rencontre diffusés dans le cours du commentaire. Dans le cadre de nos questionnements sur la contextualisation de ce type de corpus, le placement de microphones sur les arbitres de la rencontre pousse le chercheur à s’interroger sur la manière de considérer ces protagonistes en tant qu’objets de la couverture et/ou producteurs d’un discours dont s’empare l’instance médiatique. L’usage que fait le média audiovisuel de ce processus d’intégration de voix autres que journalistiques au commentaire de match construit un double contexte de production médiatique.

  • 3 Pour tous les extraits de corpus : Late Rugby Club, 2017, Canal Plus.

35Initialement, le dispositif auditif placé sur les arbitres d’un match de rugby permet la communication en direct entre les différents arbitres de la rencontre, une partie de rugby étant couverte par quatre arbitres (l’arbitres de champ, les deux arbitres de touche et l’arbitre vidéo placé à l’extérieur de l’enceinte du stade). Ce dispositif se veut indépendant de l’organe médiatique diffusant l’opposition, le groupe Canal plus rappelant cette scission au moindre dysfonctionnement. Par la suite, et dans un souci d’immersion du téléspectateur dans la réalité du terrain, une caméra a été introduite sur le torse de l’arbitre de champ. Si le microphone ne dépend pas de l’organe de diffusion, la fréquence diffuse néanmoins en direct les propos du dit arbitre, que les journalistes en place discutent et intègrent à leur commentaire. Lors d’émission-débats et débriefing de matchs tels que le Late Rugby Club du groupe audiovisuel, ces propos captés via le microphone arbitral font l’objet d’une séquence, à tendance humoristique, le bonus track : pastille de plusieurs minutes enchaînant, sans commentaire journalistique, situations et propos recueillis dans le temps du match et présentés comme des à-côtés de la rencontre. Ainsi, ces extraits3, qui mettent chacun en lumière une question différent :
(1) Arb1 et maintenant ils amènent le tee avec la : : la voiture// (.) c’est un sketch ou quoi//
(2) Arb2 ((s’adressant aux joueurs)) c’est pas l’image du rugby qu’on donne là/ (.) vous jouez j’arbitre d’accord// (.) arrêtez con/
(3) Arb3 ((en montrant son sifflet au soigneur)) tenez (.) vous le voulez// (.) vous le voulez// est-ce que vous le voulez/ (.) vous êtes soignant vous vous occupez de soigner je suis arbitre je m’occupe d’arbitrer\

36En exemple (1), on assiste à une situation anecdotique où un commentaire de l’arbitre tourne en dérision l’usage d’une voiture télécommandée pour l’ajout d’un objet sportif (le tee, support permettant de maintenir le ballon posé droit au sol lors d’un tir au but). Les exemples (2) et (3) mettent plutôt en lumière le double contexte que nous évoquions. En (2), l’arbitre s’adressant aux joueurs est conscient qu’il est, dans le même temps, entendu par le public : en ramenant les acteurs de la rencontre à leur responsabilité quant à l’image qu’ils diffusent, il place le dispositif filmique au centre de sa gestion du match. Enfin, l’extrait (3) apparaît comme une mise en scène de l’arbitre lui-même, construisant une situation ironique sur les rôles d’arbitre et de soigneur, suite à des remarques de ce dernier.

37La question de la contextualisation s’observe, pour ce cas du discours arbitral, dans la diffusion d’un discours externe au discours journalistique. A partir de l’observation de ces trois extraits, le chercheur peut dégager, en matière de contextualisation de propos – ceux de l’arbitre – externes à l’énonciation journalistique, un continuum dans la prise en considération, par l’arbitre, du dispositif audiovisuel. En (2), il s’agit d’une décontextualisation et une recontextualisation de l’activité en cours. En faisant état d’une démarche pédagogique (image du rugby), l’arbitre décontextualise la dimension sportive : par l’évocation du dispositif audiovisuel – caméras et microphones – l’arbitre porte le contexte au-delà de la simple performance sportive. En dépassant le cadre de la situation sportive en elle-même, il place les acteurs sportifs – corps arbitral et joueurs – en tant qu’acteurs médiatiques, garants et responsables d’une image. Le contexte médiatique prend le pas sur le contexte sportif et cette dé/recontextualisation est à l’initiative de cette autoreprésentation de l’arbitre en tant qu’acteur médiatique. Dans une autre mesure, on constate qu’en (1) et (3), la diffusion des propos apparaît comme des « images volées ». Si le (1) n’est qu’un commentaire de l’arbitre, quasiment auto-adressé, il nous semble que le (3) relève plutôt de la relation interpersonnelle, qui n’a, peut-être, pas vocation à être divulguée.

3. 2. Le principe de mise en scène médiatique : dé-re-contextualisation et brouillage des sphères sportives et journalistiques

38En dernier point de réflexion, nous souhaitons montrer en quoi une décontextualisation et recontextualisation des discours est observable, dans la même rubrique, pour le discours des entraîneurs, placés en bord de terrain :
(1) Ent1 ((à son capitaine)) oh Pierrot/ (.) le prochain qui fait un conteste je le sors hein//
(2) Ent2 HORS JEU : : :/ (.) (.) (.) putai : : :n/ (.) merde : : :
(3) Ent3 ((à son joueur)) oh reste dans ton match (.) reste lucide
(4) Ent4 c’est nul çA : :/ (.) c’est nul/

39Les extraits (4) et (6) sont des exemples de mises en scène du discours managérial de l’entraîneur envers ses joueurs (montrant la mise en place de points stratégiques en (4) ou des séquences de motivation (6) et de remontrance). L’exemple (5) est, comme pour l’extrait (1), une mise en scène des états d’âmes avec contestation d’une décision arbitrale. Le (7) est celui qui pose le plus question. Il est une diffusion sans filtre et sans encadrement journalistique, décontextualisé (l’émission intervenant plusieurs jours après le match), d’un commentaire négatif sur le choix et l’exécution d’une action par un des joueurs de la part de son entraîneur. Cette réaction violente de dénigrement du jeu du joueur est enregistrée et diffusée à l’insu de l’entraîneur et relève plus volontiers de la sphère privée (elle est un objet de discussion de vestiaire entre l’entraîneur et son joueur). Ici, l’extrait décontextualisé est recontextualisé en le couplant à une image du joueur jugé fautif mais aussi à une image de ce même entraîneur punissant son joueur en envoyant son replaçant sur le terrain. Cette mise en scène soulève plusieurs questions. Si la présence du microphone près de l’entraîneur permet l’enregistrement de ces images, la diffusion brute est-elle en accord avec l’esprit sportif ? Quel est le rôle du média vis-à-vis de ces images ? Est-ce son rôle de tout diffuser ? En outre, la construction médiatique de l’extrait se base sur un entremêlement de contextes. En toile de fond, on trouve le match « brut » tellement que filmé en temps réel : c’est-à-dire l’action sportive en cours. Le montage audiovisuel vient superposer un contexte autre qu’est celui du domaine de l’entraîneur (en diffusant, sur les images, l’extrait auditif, capté par microphones placés dans la zone entraîneur). A ce mariage de deux sphères et lieux différents, succède un montage fictif qui biaise le concept de recontextualisation du point de vue de l’information journalistique : l’image de l’entraîneur communiquant avec un autre joueur remplaçant est diffusée comme étant la conséquence du commentaire négatif précédent visant l’action en cours (c’est nul ça). La chaîne chronologique [action du joueur 1 – commentaire négatif entraîneur – conséquence entrée joueur 2] est condensée au profit d’un montage journalistique à caractère sensationnel. L’effet de spectacle et de divertissement se substitue à la réalité de l’information.

Conclusions : vers des questionnements éthiques ?

40Par ces différentes applications, nous avons proposé un travail préalable à l’étude discursive d’un corpus audiovisuel. Par le choix de l’information sportive, nous avons pointé le fait que le média produisait, par ses différenciations de programmations de contenu médiatique, un point de vue sur les objets et les acteurs visés par la médiatisation. Dans un second temps, nous nous sommes intéressée à l’extension, permise par les outils d’enregistrements et soutenue par les contrats d’exclusivité de droits de diffusion, du discours journalistique à des acteurs eux-mêmes objet de la médiatisation. Ce dernier point induit selon nous, une réflexion sur la décontextualisation et la recontextualisation de certains discours, voire des questions éthiques. En effet, nous avons pointé le fait que les discours autres tenus, par les arbitres et les entraîneurs, dans le cours de la rencontre, sont diffusés, sans encadrement d’un discours de journaliste ou de consultant. Nous souhaitons dans ce sens parler après Kaciaf et Lagneau (2013) qui, à propos de captation de propos tenus, dans la sphère privée, durant la Coupe du monde de football 2010 en Afrique du sud, observent :

Les médias ont-ils le pouvoir de "créer" seuls et ex nihilo la "réalité" ? Ou se contentent-ils à l’inverse d’en "rendre compte", plus ou moins fidèlement, sans interférer avec elle ? (…) En reproduisant en première page des propos injurieux, énoncés dans le huis clos d’un vestiaire, le quotidien sportif n’a-t-il fait que rendre compte de la réalité ou bien l’a-t-il fabriquée en transformant une banale altercation privée en événement d’ampleur planétaire ? (Kaciaf, Lagneau, 2013)

41Il nous semble que nous avons montré que l’instance médiatique occupe une certaine responsabilité dans la construction journalistique et qu’il s’agit, pour l’analyste du discours, de tenir compte de cette responsabilité en amont de la mise en mots et en images de l’événement médiatique. Préalablement, par les principes de mise en visibilité de l’événement et de préférences médiatiques, l’approche du corpus par l’analyste dégage des préconstruits véhiculés sur le club ou la rencontre couverte. En interne, c’est la manière dont le média intègre la sphère privée sportive qui est à discuter par le chercheur, du moment où l’instance journalistique, comme nous l’avons vu dans le cas des discours arbitraux et managériaux, brouille les sphères privées et publiques.

Haut de page

Bibliographie

AUBEL, O. (2000). La médiatisation d’une pratique sportive secondaire, l’escalade libre, dans la presse sportive spécialisée, Regards sociologiques, 20, 107-125.

BARBET, D. (2013). Dénomination et co-construction de l’événement : le cas « du » Grenelle. In D. Londei, S. Moirand, S. Reboul-Touré, L. Reggiani (éd.). Dire l’événement. Langage, mémoire, société. (207-219). Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.

BONNET, V., LOCHARD, D. (2010). Rugby, médias et transmission des valeurs, Biarritz : Atlantica.

BOREL-HÄNNI, F. (2015). La responsabilité sociale du journaliste comme socle du processus de production de l’information, Communiquer [En ligne], 15, URL : http://communiquer.revues.org/.

Cahuzac, H. , LOCHARD. G. (2007), L’Ovale dans la lucarne. Bruxelles : De Boeck Université.

CALABRESE, L. (2014) Rectifier le discours d’information médiatique. Quelle légitimité pour le discours profane dans la presse d’information en ligne ?, Les Carnets du Cediscor 12, 21-34.

DEREZE, G. (1996). La médiatisation des passions sportives. Présentation du dossier, Recherches en communication, 5, 5-8

Derèze, G., Diana, J.-F., Standaert, O. (2015). Journalisme sportif. Méthodes d’analyse des productions médiatiques, Bruxelles : De Boeck Supérieur.

KACIAF, N., LAGNEAU, E. (2013). Du vestiaire à la Une, de la Une au vestiaire. Sociologie de la mise en visibilité médiatique de l’« affaire Anelka », Politiques de communication, 1, 209-240, URL : https://www.cairn.info/revue-politiques-de-communication-2013-1-page-209.htm

LARDINOIT, T., TRIBOU, G. (2004). Quelle est la spécificité de la gestion du sport ?, Revue française de gestion, 150, 125-130.

LOCHARD, G. (2010). Une approche sémantique du dispositif : l’exemple des événements sportifs à la télévision. In V. Appel, H. Boulanger, L. Massou (dir.). Les dispositifs d’information et de communication. (pp187-199). Bruxelles : De Boeck Supérieur. DOI : 10.3917/dbu.masso.2010.01.0187.

LONDEI, D., MOIRAND, S., REBOUL-TOURE, S., REGGIANI, L. (2013). Les sens de l’événement. In D. Londei, S. Moirand, S. Reboul-Touré, L. Reggiani (éd.). Dire l’événement. Langage, mémoire, société. (11-19). Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.

LOPEZ-MUÑOS, J.-M., VERINE, B. (2014). L’événement : du syntagme au discours, Cahiers de praxématique [En ligne], 63, URL : https://praxematique.revues.org/2336.

PAPA, F. (2015). Analyse l’espace web. De la constitution du corpus à l’analyse du fragment. In G. Derèze, J.-F. Diana, O. Standaert (dir.). Journalisme sportif. Méthodes d’analyse des productions médiatiques. (135-161). Bruxelles : De Boeck Supérieur.

RICHARD, A. (2007). Le discours de l’entraîneur et la prière du prêtre : quand le rugby prend des accents de commandements…religieux. In La planète est rugby. Regards croisés sur l’ovalie (pp 209-223). Biarritz : Atlantica.

WILLE, F. (2015). La responsabilité sociale des journalistes de sport : un impensé collectif. Hermès, la revue, 71, 160-106.

Haut de page

Notes

1 Pour exemple, au début des années deux mille, Aubel (2000 : 111) livre une analyse de la médiatisation de l’escalade, pratique dite « secondaire ». Au gré de ses investigations, il recense les raisons du manque d’intérêt médiatique pour cette discipline : « Les responsables des rédactions des chaînes de télévision soulignent leur incompétence à traiter l’image de la compétition (« les caméras écrasent les difficultés, effacent le vide, on a l’impression que tout le monde peut le faire ») tout comme le caractère relativement inintelligible de la compétition d’escalade (« pas de suspense, aucun risque, pas de performance visible »).

2 Tous les extraits juridiques proviennent de l’ouvrage Droits des médias. 7e édition, Emmanuel Derieux, 2015, p. 247, paragraphes 786 « Insertion entre les émissions ou lors d’interruptions naturelles (relatifs à la publicité) » et 787 « Diffusion des compétitions sportives » ; p. 57, paragraphes 94 « Droit à l’information sportive » et 95 « Événements d’importance majeure ».

3 Pour tous les extraits de corpus : Late Rugby Club, 2017, Canal Plus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Lagarde-Belleville, « Implications extra et pré-linguistiques d’un corpus audiovisuel touchant à l’information spécialisée : quelques réflexions sur le cas du discours sportif télévisé contemporain », Corela [En ligne], HS-27 | 2019, mis en ligne le 30 mars 2019, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/corela/7729 ; DOI : 10.4000/corela.7729

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Corela – cognition, représentation, langage est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • OpenEdition Journals