Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Tommaso Raso et Heliana Mello (éd.), Spoken corpora and linguistic studies. Amsterdam : John Benjamins Publishing, 2014, 498 p.

Florence Lefeuvre

Texte intégral

  • 1  Des îles Féroé qui sont un pays constitutif du Royaume du Danemark.

1Le livre édité par Tommaso Raso et Héliana Mello est une contribution fondamentale à la recherche sur les corpus oraux. Il rassemble les contributions majeures données lors d’un colloque international au Brésil, à Belo Horizonte, en février et mars 2012, organisé par le « Gruppo di Studio sulla Comunicazione Parlata », qui est un groupe de recherche de la Société de Linguistique Italienne. Les langues appréhendées sont diverses : l’anglais, trois langues romanes (portugais brésilien, français et italien), cinq langues germaniques du nord (danois, féroïen1, suédois, islandais et norvégien), une langue non indoeuropéenne (le mohawk, langue amérindienne) et enfin des langues des signes (américaine et brésilienne). Plusieurs chapitres de l’ouvrage mènent d’ailleurs des études contrastives entre plusieurs langues.

2Ces articles permettent de mettre en évidence les deux problèmes majeurs, selon les auteurs, que soulève l’étude de l’oral spontané :

3i) Qu’en est-il de l’unité d’analyse de référence pour les corpus oraux, sachant que l’unité reconnue jusque-là, la phrase, ne fait pas l’unanimité et paraît même, pour plusieurs auteurs, difficile voire impossible à appliquer aux corpus oraux ?

4ii) Qu’en est-il de la relation entre la prosodie et sa codification ? On ne peut pas réduire l’étude de l’oral aux seules transcriptions. La prosodie est un paramètre essentiel pour étudier, à l’oral, les actes illocutoires et la structure informationnelle.

5Les articles du volume tentent d’apporter leur contribution à ces deux questionnements de fond. Ils s’articulent en quatre sections.

  • 2 Raso Tommaso et Mello Heliana (éd.), C-ORAL – Brasil I : Corpus de referência do português brasilei (...)
  • 3 Cresti Emanuela et Moneglia Massimo (éd.), C-ORAL-ROM, Integrated Reference Corpora for Spoken Roma (...)

6La première section rassemble trois chapitres qui évoquent les pratiques et les conditions requises pour compiler des corpus oraux. Dans le premier chapitre, Heliana Mello met en avant les questions que soulève la compilation d’un corpus d’oral spontané, à partir notamment du C-ORAL-BRASIL I (Raso & Mello 20122), qui est un corpus d’oral spontané informel en portugais brésilien, confectionné d’après le corpus C-ORAL-ROM (Cresti & Moneglia 20053).

7Le second chapitre, écrit par Janne Bondi Johannessen, Øystein Alexander Vangsnes, Joel Priestley et Kristin Hagen, traite des traitements syntaxiques de la variation dialectale à l’oral spontané, en ce qui concerne cinq langues germaniques du nord de l’Europe. Ce corpus comporte des enregistrements audio et vidéo et rassemble 2,8 millions de mots (conversations et interviews).

8Dans le troisième chapitre, Ronice Müller de Quadros, Diane Lillo-Martin et Deborah Chen-Pichler présentent un corpus d’acquisition de la langue des signes dans des contextes linguistiques et environnementaux différents (variant les paramètres de surdité concernant les enfants et leurs parents, ainsi que l’âge des enfants (deux tranches, 1-4 ans et 4-7 ans)). Ce corpus basé sur la vidéo propose des transcriptions alignées à partir du logiciel ELAN (Crasborn & Sloetjes 2008). Ces trois approches montrent la nécessité d’établir un guide clair et explicite pour compiler de façon rigoureuse les corpus.

9La deuxième section, qui comprend trois chapitres, concerne les différentes couches possibles d’annotation de corpus. Le chapitre 4, écrit par Eckhard Bick, évoque l’annotation grammaticale de deux types de corpus, corpus oraux et corpus qui présentent des airs de famille avec l’oralité (e-mails, chat, nouvelles à la télévision, discussions parlementaires). Ces différents genres permettent de comparer les marqueurs linguistiques de l’oralité. Les analyseurs syntaxiques ou parsers tels que PALAVRAS et EngGram peuvent s’adapter à ces traits syntaxiques selon les genres. La segmentation syntaxique, dans les corpus oraux, s’établit grâce à la prosodie. A l’exception du corpus de chat, les performances sont tout à fait intéressantes et se rapprochent de celles des corpus écrits.

  • 4 Cresti Emanuela, Moneglia Massimo, Tucci Ida, « Annotation de l’entretien d’Anita Musso selon la Th (...)

10Alessandro Panunzi et Maryualê M. Mittmann, dans le 5e chapitre de cet ouvrage, présentent une base de données en ligne, riche de plusieurs couches d’annotation, appelée DB-IPIC. Le cadre théorique est celui du « Language into Act Theory » (L-AcT) ou « Théorie de la langue en acte » (cf. Cresti 20114) pour lequel il existe une interface entre les unités informationnelles et les unités prosodiques. Les auteurs proposent une étude comparative entre l’italien et le portugais du Brésil.

11Dans le chapitre 6, Massimo Moneglia étudie les verbes d’action en italien et en anglais dans un corpus d’oral spontané multilingue. Sont repérés des verbes à sens généraux (mettere, to put), qui peuvent avoir une grande variabilité dans leur signification (placer, relier, ajouter, situer) dans ce type de corpus.

12La troisième section traite de la façon dont la prosodie donne des informations sur les différents phénomènes qui interviennent dans l’activité de parole. Elle regroupe quatre chapitres. Le chapitre 7, dont l’auteur est Philippe Martin, s’intéresse à l’intonation dans la phrase, en français. Il montre que les nouveaux outils permettent à présent de se confronter à des corpus de l’oral spontané. Dans le cadre de son modèle (« Dynamic Cognitive Model »), la structure prosodique détache des groupes accentués (de 2 à 7 syllabes, qui porte seulement un accent) qui sont en étroite dépendance avec la syntaxe, comme les parenthèses ou encore les dislocations sur la droite ou sur la gauche.

13Dans le chapitre 8, Klaus Scherer rappelle tout d’abord le modèle qu’il a construit : TEEP, the Tripartite Emotion Expression and Perception Model. Il montre ensuite que les corpus d’oral spontané ne sont pas forcément appropriés pour l’étude des émotions, généralement cachées. Ce sont en fait les corpus où sont représentées les émotions qui se révèlent les plus intéressants pour ce type de recherche. L’auteur présente deux recherches spécifiques, l’une portant sur les marqueurs vocaux de l’émotion selon deux types d’approche (d’après une technique expérimentale psychologique et d’après la représentation des émotions) et l’autre portant sur la compréhension de la communication vocale de quatre émotions majeures (peur, colère, joie, tristesse) à travers le comportement du locuteur.

14Dans le chapitre 9, João Antônio de Moraes et Albert Rilliard décrivent, d’après un corpus audio et vidéo du portugais brésilien, les types d’attitude sur la réalisation des phrases. Les attitudes qui correspondent à des contenus propositionnels sont basées sur des indices auditifs alors que les attitudes qui concernent les relations sociales sont perçues davantage par des indices visuels.

15Le chapitre 10, rédigé par Douglas Biber et Shelley Staples, étudie le lien entre la prosodie et l’expression grammaticale des postures du locuteur, c’est-à-dire des sentiments personnels, attitudes, jugements de valeur, ou opinions. Cette recherche s’appuie sur le corpus de Hong Kong de conversation anglaise qui inclut des locuteurs anglophones natifs et des locuteurs anglophones cantonais. Les auteurs examinent plus précisément le rôle des adverbes : les plus ordinaires, perdant de leur valeur sémantique, surviennent avec peu de proéminence prosodique, alors que les adverbes moins ordinaires, gardant toute leur valeur sémantique, sont toujours marqués par une proéminence prosodique. On peut se demander, avec les éditeurs de l’ouvrage, si la position de ces adverbes dans la phrase n’est pas fondamentale, selon qu’ils se trouvent en début de phrase (et de ce fait plus accentués) ou dans le cours de la phrase, plus intégrés, et donc forcément moins accentués.

16La quatrième section porte sur le rapport entre la syntaxe et la structure informationnelle dans quatre chapitres. L’unité de la phrase est remise en question par les auteurs. Dans le chapitre 11, Marianne Mithun étudie le mohawk, qui appartient à la famille iroquoise, une langue parlée polysynthétique du nord-est de l’Amérique du Nord. Elle propose, comme type d’unités, l’unité informationnelle, qui correspond à une unité sémantique (une nouvelle idée) signalée par la prosodie. Même si la syntaxe de cette langue diffère complètement de celle des langues européennes (et même asiatiques), en revanche la structure informationnelle leur ressemble bien davantage : les locuteurs tendent à présenter une nouvelle idée à un moment donné, au sein d’unités informationnelles ; la structure prosodique correspond à la structure informationnelle plutôt qu’à la structure syntaxique.

17Dans le chapitre 12, les auteurs (Paola Pietrandrea, Sylvain Kahane, Anne Lacheret et Frédéric Sabio) se situent dans le courant initié par les travaux de Claire Blanche-Benveniste, et font part de leurs résultats d’après le projet de recherche Rhapsodie (porteur du projet : Anne Lacheret). Les auteurs mettent à jour trois types de cohésion différents : une cohésion syntaxique, une cohésion illocutoire, une cohésion prosodique qui organisent le discours parlé selon des unités maximales indépendantes : les unités maximales microsyntaxiques (appelées unités de rection), les unités maximales macrosyntaxiques (appelées unités illocutoires) et les unités maximales prosodiques (appelées périodes intonatives). Ces unités n’épousent pas forcément les mêmes frontières. Selon cette répartition, et contrairement à l’hypothèse de Cresti, la prosodie ne présente pas forcément un niveau essentiel pour déterminer les unités macrosyntaxiques. Cela dit, à 87 %, les unités illocutoires correspondent aux périodes intonatives.

18Dans le chapitre 13, Emanuela Cresti se place dans le cadre de la Théorie de la langue en acte (theory of Language into Act), construite d’après la Théorie des actes de langage d’Austin. L’énoncé est l’unité de référence. Le cœur de l’énoncé est une unité d’information nommée Comment. Il correspond pragmatiquement à un acte de langage et il est identifié par des indices prosodiques. Selon ce modèle, la syntaxe est indépendante de la structure informationnelle et prosodique, dans la mesure où le Comment ne correspond pas forcément à une phrase syntaxiquement bien formée. D’après cet auteur, deux types d’énoncés sont largement majoritaires dans le discours parlé quotidien : les énoncés averbaux (38 % dans le C-ORAL-ROM italien) et les énoncés simples (42 % des 62 % restants sont composés du verbe être + attribut nominal). En revanche, la subordination au sens strict, représentée par les subordonnées complétives et les subordonnées relatives, est relativement peu fréquente.

19C’est dans la même Théorie de la langue en acte que l’auteur du chapitre 14, Tommaso Raso, examine les marqueurs de discours pris dans le corpus C-ORAL-BRASIL, en se posant deux questions non encore résolues dans la littérature : comment identifier les marqueurs de discours et comment identifier leurs fonctions spécifiques, puisqu’ils ne prennent pas part dans le contenu propositionnel des énoncés ? Ce sont des unités dialogiques, isolées par des indices prosodiques. Ces unités se distinguent clairement de l’unité Comment en ce que celle-ci est interprétable seule, alors qu’elles ne peuvent l’être qu’en fonction de l’énoncé auquel elles prennent part. Les marqueurs de discours peuvent assurer des fonctions différentes, comme celles de la cohésion ou de l’empathie parmi les locuteurs, fonctions induites à partir d’indices prosodiques.

20Nous terminerons en soulignant qu’il s’agit d’un ouvrage majeur de la littérature sur les corpus oraux, présentant les toutes dernières avancées sur la confection de corpus, sur leurs enrichissements par diverses couches d’annotations, sur la prosodie et enfin sur la syntaxe confrontée à la structure informationnelle. Un ouvrage que toutes les bibliothèques devraient avoir.

Haut de page

Notes

1  Des îles Féroé qui sont un pays constitutif du Royaume du Danemark.

2 Raso Tommaso et Mello Heliana (éd.), C-ORAL – Brasil I : Corpus de referência do português brasileiro falado informal. Belo Horizonte : Editora UFMG, 2012.

3 Cresti Emanuela et Moneglia Massimo (éd.), C-ORAL-ROM, Integrated Reference Corpora for Spoken Romance Languages (Studies in Corpus Linguistics 15). Amsterdam : John Benjamins, 2005, DOI : 10.1075/scl.15.

4 Cresti Emanuela, Moneglia Massimo, Tucci Ida, « Annotation de l’entretien d’Anita Musso selon la Théorie de la langue en acte », Langue française n° 170, 2011, Lefeuvre et Moline éd., p. 95-110.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Lefeuvre, « Tommaso Raso et Heliana Mello (éd.), Spoken corpora and linguistic studies. Amsterdam : John Benjamins Publishing, 2014, 498 p. », Corpus [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2017, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/corpus/3084

Haut de page

Auteur

Florence Lefeuvre

Université de la Sorbonne Nouvelle
Clesthia EA7345

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals