Navigation – Plan du site

Corpus complexes et standards : un retour sur le projet CoMeRe

Complex corpora and standards: a review of the CoMeRe project
Ciara R. Wigham et Céline Poudat

Résumés

Le présent article se propose de revenir sur le projet national CoMeRe (Communication Médiée par les Réseaux) en insistant sur la complexité du corpus développé. Constitué de quatorze sous-corpus variés, le corpus CoMeRe est un corpus de référence de la communication médiée par les réseaux en français. Quatorze enseignants-chercheurs de huit laboratoires différents se sont impliqués dans le projet et ont été guidés par trois mots clés lors de leurs collaborations : variété, standards et accès ouvert.
Le corpus CoMeRe a ainsi été construit sur une hypothèse de variété et contient une gamme étendue d’interactions de la CMR dont nous restituons les différences et les caractéristiques principales (courriels, clavardage, SMS, forums de discussion Internet, blogs, tweets, discussions Wikipédia, interactions provenant de mondes synthétiques). Nous détaillons ensuite comme le corpus CoMeRe a été rendu interopérable : les quatorze sous-corpus ont été standardisés, suivant le modèle de l’espace d’interaction élaboré lors du projet (Chanier & Jin, 2013) d’une part et suivant les propositions de représentation standardisée des corpus de la CMR en TEI (Text Encoding Initiative, 2019) élaborées en lien avec les partenaires européens. Enfin, les collègues tenaient à diffuser le corpus en accès ouvert pour permettre son utilisation par la communauté scientifique. Nous revenons sur les retombées du projet liées à la diffusion du corpus dans la conclusion de notre article.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Le présent article répond à un double objectif dans ce numéro : il s’agira d’une part de revenir sur le projet national CoMeRe (Communication Médiée par les Réseaux) en insistant sur la complexité du corpus de référence développé, constitué de quatorze sous-corpus variés, et sur les standards adoptés en lien avec cette complexité, et d’autre part de rendre hommage à Thierry Chanier qui a été l’initiateur de ce projet et l’artisan de sa réussite.

2Le projet CoMeRe est né en 2014 dans le cadre du consortium de linguistique Corpus Écrits de la TGIR Huma-Num qui avait lancé un groupe de travail sur les ‘Nouvelles formes de communication’. Piloté par Thierry Chanier et Céline Poudat, ce dernier rassemblait en grande partie des chercheurs qui avaient développé différents types de corpus de communication médiée par les réseaux (Computer Mediated Communication, CMC en anglais, CMR en français) au sein de leurs unités de recherche locales.

3Souhaitant travailler en mode ‘projet’ au sein du groupe afin d’inciter une vraie collaboration à une échelle nationale, CoMeRe s’est inspiré de deux projets européens :

  • Le premier, SONAR (STEVIN Nederlandstalig Referentiecorpus, Oostdijk et al., 2008), avait développé et structuré un corpus de référence du hollandais contemporain écrit de 500 millions de mots qui contenait non seulement des genres conventionnels (presse, rapports, etc.), mais également des données provenant des nouveaux médias, telles que le clavardage, les SMS, les forums Internet et les courriers électroniques.

  • Le deuxième, DeRiK (Deutsches Referenzkorpus zur internetbasierten Kommunikation, Beißwenger, Ermakova, Geyken et al., 2013), avait développé un sous-corpus du corpus de référence de l’allemand oral DWDS (DWDS, 2013) représentatif de la communication médiée par les réseaux en allemand.

4En se fixant un délai de deux ans, l’ambition du projet CoMeRe était donc de développer un corpus de référence de la communication médiée par les réseaux en français. Quatorze enseignants-chercheurs de huit laboratoires différents se sont impliqués dans le projet et ont été guidés par trois mots clés lors de leurs collaborations : variété, standards et accès ouvert.

5Le corpus CoMeRe a été construit sur une hypothèse de variété. Partant de l’existant, plusieurs collègues ont contribué en apportant leurs corpus au projet. Structurés dans des formats de représentation différents et, pour la grande majorité, non standardisés, ces corpus comprenaient des interactions de courriels, de clavardage, de SMS, de forums de discussion Internet, des blogs ainsi que des interactions provenant de mondes synthétiques. Parallèlement, afin d’améliorer la représentativité du corpus en y adjoignant d’autres formes de communication qui n’y étaient pas déjà incluses, deux opérations de collectes ont été lancées, notamment pour recueillir des interactions provenant de Twitter et de Wikipedia. De ce fait, la variété de la CMR a été prise en compte, augmentant l’hétérogénéité des données et la complexité du corpus. La section 2 décrit la composition du corpus CoMeRe.

6D’entrée du jeu, le projet avait comme ambition que le corpus CoMeRe soit interopérable, à la fois pour permettre de futures analyses contrastives ou comparatives avec des données provenant d’autres corpus européens de CMR et pour poser les jalons de la construction d’un corpus de référence du français. Les genres de la CMR posant des problèmes de représentation et de traitement inédits et souvent ardus, nous avions pensé qu’il n’était pas déraisonnable de démarrer par le plus complexe. Dans cette optique, un modèle de l’espace d’interaction a été élaboré lors du projet (Chanier & Jin, 2013) ainsi que des propositions pour représenter la CMR suivant les standards de la TEI (Text Encoding Initiative, 2019) (voir Beisswenger et Lüngen dans le présent numéro qui détaille le schéma TEI CMC sous sa forme actuelle). Ces deux aspects seront détaillés dans la section 3.

7Enfin, les collègues tenaient à diffuser le corpus en accès ouvert pour permettre son utilisation par la communauté scientifique. De ce fait, le projet a suivi les recommandations pour des données de recherche préconisées par l’initiative d’Open Data (2013) et a travaillé sur des métadonnées moissonnables pour permettre, en 2015, un dépôt sur la plateforme Ortolang (2019) dans le cadre des coopérations avec le consortium CORLI (Corpus, Langues, Interactions) de Huma-Num. Nous revenons sur les retombées du projet liées à la diffusion du corpus dans la conclusion de notre article.

2. Composition du corpus CoMeRe

8La communication médiée par les réseaux est loin de former un ensemble homogène et sous cette bannière se trouvent réunis des objets et des dispositifs extrêmement différents. Cette section se propose de parcourir les différents dispositifs inclus dans le corpus CoMeRe en tentant de les organiser et de les spécifier à partir d’un ensemble de critères régulièrement convoqués dans la littérature pour les décrire.

9Comme le montre le tableau 1, CoMeRe rassemble un florilège de huit dispositifs intégrant de la CMR écrite – certains dispositifs sont en effet multimodaux, proposant également de la CMR orale ou multimodale.

Tableau 1. Composition du corpus CoMeRe1

Dispositif

Sous-corpus

Description

Blogs

Sous-ensemble du corpus LETEC (LEarning and TEaching Corpus) Infral

1 200 messages produits par 26 apprenants francophones et germanophones sur un blog (273 546 tokens)

Wikipédia (discussions)

Wikiconflits

4 456 messages produits par 3 971 contributeurs autour de sept articles collaboratifs ayant donné lieu à des conflits d’édition (489 000 tokens)

Forums de discussion

Simuligne

2 686 messages entre une soixantaine d’apprenants de français de l’Open University en GB (600 348 tokens pour l’ensemble du corpus Simuligne)

Messagerie instantanée (dialogue en ligne, clavardage)

Corpus de français tchaté

5 millions de tours de clavardage produits par 53 000 participants au réseau IRC francophone Epiknet – domaines variés, de la conversation quotidienne à des interactions spécialisées, voire techniques (72 millions de tokens)

Corpus d’apprentissage FAVI

7 780 tours de clavardage entre 31 apprenants de FLE (77 605 tokens)

Simuligne

6 790 messages entre une soixantaine d’apprenants de français de l’Open University en GB (600 348 tokens pour l’ensemble du corpus Simuligne)

Messagerie Web (webmail, messagerie électronique)

Simuligne

2030 courriels entre une soixantaine d’apprenants de français de l’Open University en GB (600 348 tokens pour l’ensemble du corpus Simuligne)

Service de messagerie SMS (téléphonie mobile)

SMS La Réunion

12 622 SMS donnés pour la science par 884 contributeurs habitant à la Réunion (357 192 tokens)

SMS Alpes

22 052 SMS donnés pour la science par 359 contributeurs habitant les Alpes (449 000 tokens)

88milsms

88 522 SMS donnés pour la science par 422 contributeurs habitant majoritairement autour de Montpellier (1,2 million de tokens)

Second Life (monde synthétique)

Archi 21

669 messages

1 690 tours de parole audio

2 452 actes de communication non verbale

(27 912 tokens)

Twitter

Polititweets

34 273 tweets provenant de 205 utilisateurs de Twitter, sélectionnés sur la base de critères de citation de personnalités politiques, d’affichage politique et d’activisme sur Twitter dans les listes politiques (567 851 tokens)

Intermittent

11 307 tweets émanant de 215 comptes Twitter sélectionnés pour leur intérêt pour la question de l’intermittence du spectacle (180 790 tokens)

LMS (Learning Management System, plateforme d’apprentissage)

Copeas

5 506 tours de parole audio et 1 529 tours de clavardage entre 14 apprenants et 2 tuteurs de FLE (127 228 tokens)

Tridem06

2 809 tours de parole audio, 248 tours de clavardage, 1058 actes de production et

779 billets de blog entre 62 apprenants d’un dispositif d’apprentissage interculturel

(184 594 tokens)

10Chacun de ces huit dispositifs est un lieu de déploiement des interactions médiées par les réseaux (Internet, télécommunications). L’ensemble des interactions représentées dans CoMeRe relève d’une forme de communication à distance médiatisée par un dispositif de la CMR. Construit sur une hypothèse de variété, le corpus CoMeRe avait pour vocation de montrer la diversité de la CMR en veillant à une représentation équilibrée de ses différentes facettes (mono ou multimodalité, communications synchrones ou asynchrones, nature publique ou privée de la communication, variété des situations communicatives…). En ce sens, le corpus mis à disposition permet sans aucun doute à la communauté d’observer et d’explorer les particularités et les variations linguistiques de cette forme de « communication écrite quasi immédiate » dont Anis et Lebrave (1986 : 126) saluaient le caractère inédit il y a plus de trente ans.

11Le corpus CoMeRe rassemble ainsi des genres et des sous-corpus très différents, dont nous restituons certaines des caractéristiques principales dans le tableau 2.

Tableau 2. Caractéristiques des dispositifs CMR et des genres représentés dans le corpus CoMeRe

Dispositif

Dénomination du message

Synchronicité

Sous-corpus

Visée communicative

Visée de l’analyste

Blogs

Post (message)

Asynchrone

Infral

Apprentissage du français

Didactique

Wikipédia (discussions)

Post (message)

Asynchrone

Wikiconflits

Rédaction d’un article encyclopédique

Étude de l’expression linguistique des conflits dans Wikipédia

Forums de discussion

Post (message)

Asynchrone

Simuligne

Apprentissage du français

Didactique

Messagerie instantanée (dialogue en ligne, clavardage)

Message instantané

Synchrone

Corpus de français tchaté

Variée

Étude de la langue du clavardage

FAVI

Apprentissage du français

Didactique

Simuligne

Apprentissage du français

Didactique

Messagerie Web (webmail, messagerie électronique)

E-(mail), courriel (courrier électronique)

Asynchrone

Simuligne

Apprentissage du français

Didactique

Service de messagerie SMS (téléphonie mobile)

SMS, texto

Asynchrone

SMS La Réunion

Variée

Étude du langage et de l’écriture SMS, perspective sociolinguistique (contact des langues)

SMS Alpes

Variée

Étude du langage et de l’écriture SMS, développement de traitements automatiques

88milsms

Variée

Étude du langage et de l’écriture SMS

Second Life (monde synthétique)

Messages instantanés (clavardage), tours de parole (audio), actes de communication non verbale

Synchrone

Archi 21

Apprentissage de l’architecture et du français / l’anglais langue étrangère

Didactique

Twitter

Tweets, micro-messages

Asynchrone

Polititweets

Politique

Étude du tweet politique

Intermittent

Politique

Étude du tweet politique

LMS

Messages instantanés (clavardage), tours de parole (audio), actes de production, post (message)

Synchrone et asynchrone

Copéas

Tridem06

Apprentissage du français / Apprentissage interculturelle

Didactique

12Si les genres sont variés, on peut également observer que les messages eux-mêmes ont des dénominations distinctes et parfois même multiples et concurrentes d’un dispositif à l’autre – même si le terme de message a une valeur hyperonymique et commute facilement avec l’ensemble des appellations. On observe une spécialisation des messages les uns par rapport aux autres au sein de la CMR, selon des critères variés comme la taille (e.g. le tweet ou le SMS sont en moyenne plus courts que le courriel) ou la simultanéité – quatre sous-corpus contiennent de la communication CMR synchrone, c’est-à-dire des communications simultanées qui se tiennent en temps réel : il en va ainsi des trois sous-corpus de clavardage et du sous-corpus Archi21, qui se compose d’interactions dans Second Life ; un monde synthétique qui permet à ses utilisateurs d’incarner des personnages virtuels (avatars) dans un univers créé par les résidents eux-mêmes. Les cinq autres sous-corpus comprennent de la CMR asynchrone, c’est-à-dire que les interactions se tiennent en différé.

13Les sous-corpus à vocation didactique sont particulièrement représentés : la didactique est en effet l’une des disciplines qui s’est le plus engagée dans l’étude de la CMR avec en arrière-plan une évaluation de son intérêt pour l’apprentissage (voir Lacroix, ce numéro). Thierry Chanier a largement contribué à ces développements, comme nous l’avons souligné dans le texte d’hommage qui accompagne ce numéro, et la majorité des sous-corpus intégrés dans CoMeRe dans ce domaine ont été construits dans le cadre de projets dont il était partie prenante – e.g. le projet ANR Mulce (Mulce documentation, 2015) qui avait pour objectif de structurer des interactions provenant de situations didactiques partiellement ou totalement en ligne en corpus d’apprentissage et de les diffuser en accès ouvert (Mulce repository, 2013). Les principaux champs scientifiques d’analyse de la CMR sont représentés : outre la didactique, l’analyse du discours, le TAL et la sociolinguistique sont certainement les domaines linguistiques qui ont le plus investi ces nouveaux objets.

14On note également que les interactions se différencient par des visées communicatives bien distinctes ; outre la visée d’apprentissage (du français pour l’essentiel mais également de l’architecture), on relève un objectif collaboratif pour les interactions des Wikipédiens autour de la rédaction des articles, mais également une visée de communication politique pour les deux sous-corpus de Tweets. Le Corpus de français tchaté et les trois sous-corpus de SMS contiennent pour leur part une grande variété de messages dont il serait exclu d’isoler une visée communicative dominante – caractéristique qui s’accorde avec l’objectif descriptif des chercheurs à l’origine de ces corpus, qui cherchaient à décrire la langue du clavardage et du SMS.

15Les sous-corpus intégrés sont donc variés, tant du point de vue de leurs objectifs et de leurs principes de constitution que de celui des situations communicatives dont ils relèvent. Construit sur une hypothèse de variété, le corpus CoMeRe est particulièrement hétérogène en genres et en dispositifs de communication. Cette hétérogénéité complexifie les possibilités de comparaison et d’analyse des sous-corpus qu’il fédère, requérant une organisation et une structuration standardisées des données, qui ne pourraient être échangées ou comparées sans cette étape.

3. Standards et complexité

16Nous nous sommes par conséquent rapidement trouvés face à un constat un peu paradoxal : plus un corpus est complexe et intègre des données hétérogènes – i.e. plus son degré de variation est élevé – et plus il est indispensable de mettre en œuvre des standards. La standardisation permet d’abord de limiter l’hétérogénéité des données en partant d’une représentation commune à l’ensemble des sous-corpus considérés. Le choix que nous avons fait d’une structuration des sous-corpus suivant les recommandations de la TEI2 rend d’autre part possible l’inscription de CoMeRe dans la communauté internationale, en adoptant les perspectives adoptées. Enfin, ce travail de standardisation s’accompagne d’une procédure d’évaluation de la bonne formation des sous-corpus avant leur diffusion, garantie de leur qualité.

3.1 Modélisation générale de la CMR : paramétrage de la situation communicative

17Première étape de cet effort de standardisation, une modélisation de la situation de communication particulière qui sous-tend l’ensemble des interactions médiées par les réseaux a été développée. Il s’agissait ainsi de proposer une représentation simplifiée mais pertinente, qui se concentrait sur les propriétés les plus décisives et les plus pertinentes pour décrire et contraster chacun des environnements en ligne : la Figure 1 illustre ce modèle de l’espace d’interaction (Chanier et Jin, 2013).

Figure 1. Modèle de l’espace d’interaction (Traduit de Chanier et al., 2014 : 9)

Figure 1. Modèle de l’espace d’interaction (Traduit de Chanier et al., 2014 : 9)

18Chanier et Jin (ibid.) définissent l’espace d’interaction (IS) comme un concept abstrait, situé dans un cadre temporel dans lequel les interactions entre les participants (individus ou groupes) se produisent en ligne. La temporalité est saisie à partir des informations dont dispose le chercheur concernant les horodatages de début et de fin des interactions. Si les mêmes interactants communiquent sur des échelles temporelles plus longues (plusieurs semaines par exemple), on considère que plusieurs sessions d’interaction ont eu lieu. La désignation ‘en ligne’ est définie par les propriétés de l’ensemble des environnements utilisé dans lesquels les interactions sont transmises via des réseaux (Internet, intranet, téléphone…). Ces propriétés concernent le descriptif et les affordances de l’environnement d’interaction en ligne :

  • Est-ce que l’environnement est synchrone ou asynchrone ?

  • Quels sont les modes de communication (oral, textuel, visuel, non-verbal) à disposition des interactants ?

  • Dans un mode particulier, quelles sont les modalités de communication disponibles ? À chaque mode de communication correspond en effet une modalité, c’est-à-dire une forme concrète particulière de communication. Un mode communicationnel peut correspondre à une variété de modalités. Par exemple, dans le cas du mode textuel il peut exister la modalité clavardage, la modalité traitement de texte, la modalité carte conceptuelle ou encore la modalité tableau blanc. À certains modes peut ne correspondre qu’une seule modalité, par exemple, le mode oral ne correspond dans les pratiques qu’à la modalité audio.

  • Est-ce que l’environnement est monomodal ou multimodal ? Offre-t-il par exemple aux locuteurs la possibilité de combiner des modes ou des modalités de communication, que ce soit en associant deux modes de communication (par exemple l’emploi d’une image avec un commentaire textuel ou une production orale accompagnée d’une combinaison de gestes) ou en combinant deux modalités relevant du même mode de communication (par exemple, dans le mode texte, l’environnement peut offrir la possibilité de saisir du texte dans un système de traitement de texte mais également dans un outil de clavardage) ? Dans CoMeRe, nous parlerons de corpus multimodal quand les données font intervenir plusieurs modes, ou quand plusieurs modalités sont associées à un seul mode.

  • L’environnement propose-t-il un seul espace d’interaction ou plusieurs ? Dans certains sous-corpus, les interactants peuvent par exemple naviguer dans plusieurs salles de chat ; dans le cas des sous-corpus provenant des dispositifs d’apprentissage et relevant des plateformes audio-synchrones, il existe ainsi une salle de discussion « classe » et la possibilité pour l’enseignant de fractionner l’espace d’interaction pendant une période prédéterminée en différentes sous-salles « groupe ».

3.2 De la représentation générale aux particularités des dispositifs : illustration de la mise en œuvre de la standardisation TEI à travers deux exemples

19L’identification de l’espace d’interaction et de ses propriétés a permis au projet CoMeRe de proposer des pistes d’extension du schéma de la TEI sur le plan des éléments et des attributs, afin de développer un nouveau standard qui permette de modéliser les interactions médiées par les réseaux (voir Beisswenger et Lüngen, ce numéro, pour une description du CMC-core).

20Ces propositions se situent à deux niveaux : (i) au niveau des métadonnées d’abord, dans l’en-tête TEI (<teiHeader>) et plus précisément dans la section <profileDesc> pour une description des environnements utilisés ainsi que des caractéristiques des interactions et des participants ; (ii) au niveau des interactions elles-mêmes ensuite, dans le corps du texte (<body>).

21Pour illustrer ce passage du modèle standardisé général aux dispositifs particuliers, nous prendrons deux exemples concrets provenant d’environnements CMR différents, sous-tendus par des objectifs interactionnels distincts et construits suivant des visées différentes de recherches. Le premier a trait à l’exploitation du monde synthétique Second Life dans le cadre d’un dispositif d’enseignement-apprentissage de l’architecture d’une part et des langues étrangères d’autre part (sous-corpus ARCHI21, Chanier & Wigham, 2015). Le deuxième exemple s’appuie sur un corpus de tweets provenant de comptes politiques influents (Polititweets, Longhi et al., 2014), développé dans le cadre d’un projet qui cherchait à mieux comprendre les tweets politiques en tant que genre de discours (voir Longhi, ce numéro). Le tableau 3 détaille les propriétés de l’espace d’interaction de chaque sous-corpus.

Tableau 3. Propriétés des espaces d’interactions pour les sous-corpus Archi21 et Polititweets

Propriétés de l’environnement

ARCHI 21

Polititweets

Synchronicité

synchrone

asynchrone

Modes de communication

verbal (oral, textuel), non verbal (proxémique, kinésique, apparence), visuel

verbal (textuel), visuel (vidéos et images), non-verbal (emojis, vidéos et images mimant le gestuel)

Type d’interaction

en bloc (textuel)

en continu (oral)

productions (actions, constructions)

en bloc (textuel, vidéos, images et émojis)

Mono/Multimodal

multimodal

multimodal

Espaces de communication

plusieurs (publics et privés)

publics

Cadre temporel

07/02/2011 - 11/02/2011 avec des séances journalières

2013-2014 avec la majeure partie des tweets envoyés en mars 2014

Participants

17 étudiants et 4 tuteurs divisés en 4 groupes de travail

Utilisation des alias

comptes politiques. Il peut s’agir d’individus, de partis, d’influenceurs, ou de comptes satiriques.

Type de discours

interactions pédagogiques en L2, parole privée

discours politique, parole publique

Configuration de l’en-tête TEI

22L’en-tête du document TEI permet de regrouper des métadonnées concernant les environnements utilisés, les caractéristiques des interactions et les participants.

23Les environnements de CMR sont décrits dans la section <taxonomy> avec un identifiant ainsi qu’un descriptif (<catDesc>) de l’environnement. Ensuite sont détaillés les modes de communication possibles de l’environnement ainsi que leurs spécificités.

24Si nous comparons les deux sous-corpus (Tableau 4), leurs en-têtes décrivent que pour le sous-corpus ARCHI21 la balise <post> fait référence au tour de parole dans le clavardage tandis que pour le sous-corpus Polititweets, elle renvoie au tweet. Dans le corpus provenant du monde synthétique, nous avons également des modes oraux représentés dans le corpus par <u> (utterance), correspondant à des tours de parole audio, ainsi que des modes qui relèvent du non verbal encodés par la balise <prod>. Cette balise décrit les actions, les gestes ou l’apparence d’un participant à travers son avatar. Les spécificités de la syntaxe des messages sur Twitter entraînent pour leur part une utilisation particulière des attributs de la TEI, qui est également documentée, ex. les balises et les attributs utilisés pour annoter les termes d’adresse, les informations concernant le nombre de fois qu’un message a été retweeté ou l’utilisation des hashtags.

25Le <TEI Header> permet ainsi de décrire comment chaque balise, élément et attribut de la TEI a été employé.

Tableau 4. Description des environnements dans le TEI Header

ARCHI21

Polititweets

26La section <textDesc> est pour sa part utilisée pour documenter les interactions dans chaque environnement avec un jeu de métadonnées adaptées. Sont par exemple renseignés dans cette rubrique le niveau de spontanéité des interactions (<preparedness type>), leur objectif communicatif (<purpose>) ou encore l’orientation de la communication vers un seul ou vers plusieurs destinataires (<interaction type> <active>). Le tableau 5 en donne un exemple.

Tableau 5. Description des environnements dans le TEI Header

ARCHI21

Polititweets

27Les métadonnées concernant les participants sont décrites dans la rubrique <person> (voir Tableau 6). Pour les deux sous-corpus, un <id> permet de faire figurer le nom ou le code attribué à l’interactant par les chercheurs lors du recueil des données. Pour le sous-corpus Polititweets, le pseudonyme ou le nom de l’interactant figure également sous <name>, les données provenant de comptes Twitter politiques. Pour ARCHI21, afin de préserver l’anonymat des participants suivant le protocole de recherche, la balise <addName type="alias"> est employée pour faire figurer les autres noms utilisés dans les interactions qui faisaient référence au participant ou à son avatar, tandis que pour Polititweets le screenname, e.g. le nom du compte Twitter de l’interactant est renseigné <addName type="ScreenName">.

Tableau 6. Description des participants dans le TEI Header

ARCHI21

Polititweets

28Le sous-corpus ARCHI21 provenant du domaine de la didactique, plusieurs métadonnées d’ordre sociolinguistique décrivent les participants : leur sexe et leur âge, leur pays d’origine (<residence>) pour permettre aux chercheurs de distinguer les étudiants français des étudiants ERASMUS inscrits dans le dispositif, et de disposer d’une information concernant leur langue(s) maternelle(s) ainsi que les langues étrangères qu’ils pratiquent (<langKnowledge>) : celles-ci pourront en effet avoir une influence sur l’apprentissage de la langue cible lors de la formation en langue étrangère. Le <role> du participant en tant qu’apprenant ou tuteur est également stipulé ainsi que l’institution dans laquelle la personne est inscrite (<affiliation>).

Structuration des interactions dans le corps du texte

29Le <TEI body> permet de structurer les interactions elles-mêmes. Pour les sous-corpus CoMeRe, la balise <div> délimite une interaction. Selon l’environnement, nous avons distingué plusieurs types de divisions :

  • div type="thread" pour structurer des interactions provenant des forums ou des blogs, chaque interaction étant décrite avec l’élément enfant <post> ;

  • div type="logfile" pour les interactions de clavardage et de SMS avec l’élément enfant <post> ;

  • div type="oral-discourse" pour des interactions audio avec l’élément enfant <u> ;

  • div type="multi-modalities" pour les interactions multimodales, qui contiennent des <post> pour les interactions écrites, <u> pour les interactions orales et <prod> pour les interactions dans le mode non verbal.

Figure 2. Capture d’écran du moment de l’interaction dans le monde synthétique

Figure 2. Capture d’écran du moment de l’interaction dans le monde synthétique

30La Figure 3 offre un exemple de structuration dans le <body> des interactions multimodales synchrones du sous-corpus ARCHI21. Trois participants sont en train d’interagir dans le monde synthétique : le premier intervient via l’audio, le second à travers les actes de son avatar et le troisième dans l’espace de clavardage. Nous comprenons qu’il s’agit d’une interaction entre trois participants et non pas d’un seul participant interagissant sous des alias différents, car les identifiants uniques sont distincts. Le participant cmr-archi21-slrefl-es-j3-1-a191, sous son nom alias (@who) tingrabu prend la parole par le mode audio. Son tour de parole est décrit dans la balise <u> et les informations concernant le temps de début et de fin de son tour sont encodées. Lors de son tour de parole, l’avatar d’un autre participant, id="cmr-archi21-slrefl-es-j3-1-a192", sous son alias romeorez, fait l’acte de manger du pop-corn décrit avec l’élément enfant <prod> (mode non verbal). Nous pouvons voir, grâce aux balises temporelles que cette interaction non verbale se chevauche avec le tour de parole de tingrabu. Juste après, toujours en même temps que tingrabu parle dans le mode audio, le participant cmr-archi21-slrefl-es-j3-1-a195 sous son alias tfrez2 envoie un message dans le clavardage, décrit dans l’élément enfant <post>.

Figure 3. Structuration d’une interaction multimodale en TEI

Figure 3. Structuration d’une interaction multimodale en TEI

31Le sous-corpus Polititweets offre d’autres exemples d’interactions asynchrones. L’élément enfant <post> est employé pour les interactions écrites. Comme pour le sous-corpus ARCHI21, l’interactant est identifié au moyen d’un identifiant unique. Vu qu’un tweet consiste en un message envoyé en un bloc, il n’y a pas d’empan temporel : la date et l’heure d’envoi sont décrites dans l’attribut when. Les attributs TEI sont employés pour décrire l’utilisation des termes d’adresse <addressTerm>, le nombre de fois que le tweet a été republié, ou retweeté (<f name="retweetcount">, <numeric value="60">) ou encore l’emploi de hashtags (<distinct type="twitter-hashtag">).

Figure 4. Exemple de tweet du sous-corpus Polititweets

Figure 4. Exemple de tweet du sous-corpus Polititweets

32Ces exemples d’interactions de deux types de sous-corpus de la CMR nous ont permis d’illustrer la mise en œuvre d’un standard malgré la variation des données. Les deux exemples considérés relèvent en effet de différentes temporalités (synchrone/asychrone), de différentes configurations multimodales (texte/ image et vidéo ; audio/clavardage/non verbal) selon les affordances des plateformes, et d’interactions CMR issues de différents domaines (l’éducation/la politique). Un fichier décrivant la structure TEI complète des sous-corpus CoMeRe est d’ailleurs disponible3.

33Nous avons ainsi tenté de restituer les efforts consentis par les membres du projet CoMeRe pour développer une modélisation générale et standardisée de la communication médiée par ordinateur, applicable à l’ensemble des sous-corpus et des genres représentés. La section qui suit propose un bilan de l’exploitation de CoMeRe, et de la complexité des traitements de ce type de données.

4. CoMeRe en perspective

34Diffusé sur Ortolang (CoMeRe Repository, 2014) selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International, le corpus CoMeRe regroupe actuellement quatorze sous-corpus structurés en CMC-TEI et totalise 75M tokens. CoMeRe présente sans aucun doute un intérêt remarquable pour observer la CMR.

35Différents développements se sont poursuivis depuis la mise en ligne de CoMeRe : l’un des sous-corpus, FAVI (Yun & Chanier, 2014), qui est un corpus d’apprentissage du français langue étrangère structurant des échanges par clavardage, a été étiqueté en morphosyntaxe (Riou & Sagot, 2016), l’annotation de surface de l’ensemble du corpus restant encore à réaliser. Sur un autre plan, le schéma TEI proposé par le projet CoMeRe, que nous venons de décrire dans la section précédente, a été retravaillé par des chercheurs impliqués dans le groupe d’intérêt TEI autour de la CMR dans l’objectif de déposer une demande d’enrichissement de la TEI (TEI feature request) pour l’annotation standardisée de la CMR. Il s’agit du résultat d’une collaboration franco-allemande actuellement en cours (voir Beisswenger et Lüngen, ce numéro).4

36Élaboré dans un cadre européen grâce à l’action de Thierry Chanier qui a été le moteur de cette mise en réseau, CoMeRe reste un projet régulièrement cité comme modèle par les consortiums de linguistique de la TGIR Huma-Num (IRCE et IRCOM jusqu’à 2015, et CORLI depuis 2016). Huma-Num, et donc CORLI, s’engagent dans la voie du FAIR data (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable) que CoMeRe (et Chanier) avait déjà empruntée avant l’heure.

37Différentes collaborations initiées dans le cadre du projet CoMeRe sont en outre toujours actives, comme par exemple les travaux sur les discussions Wikipédia qui vont donner lieu à la parution d’un volume dans la collection Studies in Corpus Linguistics chez John Benjamins en 2020, dans le cadre de la coopération toujours productive entre BCL (Nice), CLLE-ERSS (Toulouse), l’institut de la langue allemande (IDS, Mannheim) et l’Université de Mannheim.

38Le dialogue avec l’infrastructure CLARIN (Common Language Resources and Technology Infrastructure, 2019) reste actif. Son objectif est de créer et maintenir une infrastructure pour soutenir le partage, l’utilisation et la conservation pérenne des données linguistiques et des outils de recherche en sciences humaines et sociales. CLARIN travaille également à augmenter la visibilité des corpus CMR, par exemple, en proposant des “familles de ressources” – des sites web qui regroupent des informations concernant des corpus structurés et en accès ouvert provenant d’un domaine spécifique (https://www.clarin.eu/​resource-families/​cmc-corpora) et, par le biais de la formation, en organisant des ateliers pratiques sur l’annotation des données CMR en TEI.

Haut de page

Bibliographie

Anis J. & Lebrave J.-L. (1986). Des textes interactifs ?, Linx, 14(19) : 107-131, [https://doi.org/10.3406/linx.1986.1041].

Beißwenger M., Ermakova M., Geyken A., Lemnitzer L. & Storrer A. (2013). « A German reference corpus of computer-mediated communication », Literary and Linguistic Computing, 28(4) : 531-537, [https://doi.org/10.1093/llc/fqt038].

Chanier T, Poudat C., Sagot B., Antoniadis G., Wigham C.R., Hriba L., Longhi J. & Seddah D. (2014). « The CoMeRe corpus for French : structuring and annotating heterogeneous CMC genres », in Beißwenger M., Oostdijk N., Storrer A. & van den Heuvel H. Building and Annotating Corpora of Computer-Mediated Discourse : Issues and Challenges at the Interface of Corpus and Computational Linguistics, Journal of Language Technology and Computational Linguistics (special issue), 29(2) : 1-30. [http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00953507].

Chanier T. & Jin K. (2013). Defining the online interaction space and the TEI structure for CoMeRe corpora. Projet CoMeRe (Communication Médiée par les Réseaux), IR Corpus-écrits. [http://corpuscomere.org/, comere-is-tei-v2].

Chanier T. & Wigham C.R. (2015). « Archi21 corpus: collaborative language and architectural learning in Second Life », in Chanier T. (éd.) Banque de corpus CoMeRe. Ortolang.fr : Nancy. [https://hdl.handle.net/11403/comere/cmr-archi21].

CLARIN (2019). « Common Language Resources and Technology Infrastructure ». [website] [https://www.clarin.eu/].

CoMeRe Repository (2014). « CoMeRe corpora ». [website] [https://hdl.handle.net/11403/comere].

DWDS (2013). DWDS (2013). « Das Digitale Wörterbuch der deutschen Sprache ». [website] [http://www.dwds.de/].

Longhi J., Marinica C., Borzic B. & Alkhouli A. (2014). « Polititweets, corpus de tweets provenant de comptes politiques influents », in Chanier T. (éd.) Banque de corpus CoMeRe. Ortolang.fr : Nancy. [https://hdl.handle.net/11403/comere/cmr-polititweets].

Mulce repository (2013). « Repository of learning and teaching (LETEC) corpora ». [webservice]. Clermont Université : MULCE.org. [http://repository.mulce.org].

Mulce documentation (2015). « Documentation on Mulce repository and Mulce methodology ». [website]. [http://mulce.org].

Oostdik N., Reynaert M., Hoste V. & Schuurmann I. (2013). « The Construction of a 500-Million Word Reference Corpus of Contemporary Written Dutch », in Spyns P. & Odijk J. (éd.) Essential Speech and Language Technology for Dutch. Berlin : Springer, 219-247.

OpenData (2013) « Principles for “openness” in relation to data and content » .[Document]. Open Knowledge Foundation. [http://opendefinition.org/od/].

ORTOLANG (2019). « Open Resources and TOols for LANGuage ». [website]. ATIFL / CNRS - Université de Lorraine : Nancy. [http://ortolang.fr]

Riou S. & Sagot B. (2016). « Etiquetage morpho-syntaxique du corpus FAVI ». D’après Yun H. & Chanier T. (2014). Corpus d’apprentissage FAVI (Français académique virtuel international) [cmr-favi-tei-v1]. In Chanier T. (éd.) Banque de corpus CoMeRe. Ortolang.fr : Nancy. [https://hdl.handle.net/11403/comere/cmr-favi/cmr-favi-tei-v2]

Text Encoding Initiative (2019). « Text Encoding Initiative Consortium c » [website] [https://tei-c.org/ ].

Yun H. & Chanier T. (2014). « Corpus d’apprentissage FAVI (Français académique virtuel international) ». In Chanier T. (éd.) Banque de corpus CoMeRe. Ortolang.fr : Nancy. [https://hdl.handle.net/11403/comere/cmr-favi/cmr-favi-tei-v1].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Modèle de l’espace d’interaction (Traduit de Chanier et al., 2014 : 9)
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4736/img-1.png
Fichier image/png, 46k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4736/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4736/img-3.png
Fichier image/png, 39k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4736/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4736/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4736/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4736/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 2. Capture d’écran du moment de l’interaction dans le monde synthétique
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4736/img-8.png
Fichier image/png, 578k
Titre Figure 3. Structuration d’une interaction multimodale en TEI
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4736/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 4. Exemple de tweet du sous-corpus Polititweets
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4736/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ciara R. Wigham et Céline Poudat, « Corpus complexes et standards : un retour sur le projet CoMeRe », Corpus [En ligne], 20 | 2020, mis en ligne le 29 janvier 2020, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/corpus/4736

Haut de page

Auteurs

Ciara R. Wigham

Laboratoire de Recherche sur le Langage, Université Clermont Auvergne, France

Articles du même auteur

Céline Poudat

Université Côte d’Azur, CNRS, BCL, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals