Navigation – Plan du site

« Nous ne doutons pas de votre souffrance » : analyse pragmatique et sociolinguistique du nous de distanciation dans un chat de prévention du suicide

« We do not question your pain »: a pragmatic and sociolinguistic analysis of the distantiation we in a chat dedicated to suicide prevention
Gudrun Ledegen et Albin Wagener

Résumés

Au cœur des interactions, les pronoms personnels tiennent une place déjà largement analysée en linguistique, particulièrement pour ce qui concerne les interactions numériques. C’est dans cette perspective que se situe cet article, qui a pour objet l’étude d’un chat de prévention au suicide, et plus particulièrement des interactions entre appelants en détresse et écoutants bénévoles. Notre étude s’attache à analyser la place singulière du pronom nous au sein de ce corpus, afin d’en saisir les particularités et les fonctions, dans le contexte spécifique de la prévention au suicide ; dans cette optique, nous accordons une importance spécifique au nous de distanciation, dans une logique d’analyse de discours socialement située.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au cœur des interactions interindividuelles, quel que soit le contexte, les pronoms personnels tiennent une place qui a déjà été analysée dans plusieurs contextes, qu’il s’agisse d’interactions générales quotidiennes (Hilgert & Palma 2014), de communication d’entreprise hiérarchisée (Dieltjens & Heynderickx 2003), ou encore de discriminations numériques entre communautés nationales (Wagener 2018) – pour ne citer que ces exemples. Depuis plusieurs décennies déjà, linguistique appliquée et sociolinguistique étudient de manière approfondie l’emploi des pronoms dans des contextes discursifs spécifiques, et les représentations sociales que cela permet de saisir et de comprendre.

2Les interactions numériques n’échappent pas à cette logique, malgré leurs spécificités techniques désormais parfaitement identifiées (Tannen & Trester 2013). Le contexte de notre étude s’enracine quant à lui dans un chat de prévention au suicide, qui a la particularité de mettre en situation des interactions entre des appelants, qui font la démarche de se connecter au chat, et des écoutants, qui sont chargés d’accueillir la parole des appelants. Alors que les appelants se retrouvent en situation de détresse, les écoutants, quant à eux, sont formés à la prévention du suicide et à l’accompagnement que cela requiert ; bénévoles et de bonne foi, leur engagement se positionne dans une démarche libre et non-professionnelle.

3L’étude que nous proposons ici fait suite à une étude du corpus concernant la place parfois curieuse du nous utilisé par les écoutants, dans des contextes variables suivant les conversations numériques avec les appelants. Afin de saisir les particularités de certains de ces nous si spécifiques, nous proposons dans cet article une analyse de corpus qui, ultimement, se donne pour objectif d’isoler les différentes fonctions de ces nous tant utilisés par les écoutants, afin de mieux en saisir la situation pragmatique et sémantique et, ultimement, sociolinguistique.

4Notre étude permettra d’examiner le fonctionnement d’un nous particulier, dit de distanciation, en rapport avec la mise en place d’une situation d’interaction propice à la confidence de la part des appelants venant sur le chat de prévention du suicide.

Présentation du corpus

  • 1 Chaque appelant étant anonyme, nous ne pouvons réunir sous un appelant ses (parfois multiples) rapp (...)

5Le corpus analysé provient d’une association de prévention du suicide, et porte plus particulièrement sur le mois de septembre 2014, un extrait des 10 ans de chats mis à notre disposition. Le corpus examiné ici regroupe 486 conversations, réunissant 8109 prises de parole de 58 écoutants et 16382 prises de parole de la part des 486 appelants1, soit près du double en termes de prises de parole.

6L’estimation de l’âge des appelants par les écoutants pendant leur écoute révèle que les appelants sont majoritairement des adolescents et jeunes adultes, ceux pour qui le dispositif a de fait été créé initialement :

Graphique 1. Âge estimé des appelants

Graphique 1. Âge estimé des appelants

Typologies de « nous » auxquelles manque l’« étrange » nous : « votre souffrance nous touche »

7Nous examinons ici des typologies s’appliquant aux pronoms nous, lesquelles ne mentionnent pas l’« étrange » nous que nous attestons dans notre corpus. Nous confrontons les types documentés avec notre emploi et tentons de cerner sa particularité à travers différents aspects (types de verbes, co-attestation avec un pronom je ou non…), dont, en dernier lieu, son espace déictique et sa valeur pragmatique.

Graphique 2. Fréquences absolues de l’emploi des pronoms je, nous et vous par les appelants et les écoutants

Graphique 2. Fréquences absolues de l’emploi des pronoms je, nous et vous par les appelants et les écoutants
  • 2 « Le diagnostic de spécificité calculé contient deux indications : a) un signe (+ ou –) qui indique (...)

8Le graphique ci-dessus donne à voir les fréquences absolues des pronoms je, nous et vous chez les appelants et les écoutants : on observe ainsi clairement révélant que le sujet central des prises de parole des appelants est très largement leur propre personne, et celui des écoutants leur interlocuteur, vous. Enfin, quand les écoutants utilisent la 1re personne, certes beaucoup moins fréquemment, ils le font aussi majoritairement en je, ainsi que, à près d’1/3 des cas, en employant le nous. Ces fréquences réelles masquent le fait que sur la totalité du corpus, le nous des écoutants obtient une valeur de spécificité lexicale qui indique son sur-emploi (+72). C’est sur les emplois de nous de la part des écoutants que cette étude se penche, afin d’y étudier la valeur de l’« étrange » nous.

  • 3 « Cette dénomination par "inclusif" et "exclusif" ne saurait passer pour satisfaisante ; elle repos (...)

9Labbé (1998 : 4) récapitule les principaux nous, dont les dénominations sont certes critiquables3 mais dont le regroupement pour la catégorie inclusif nous semble en l’occurrence éclairant :

    • 4 Les messages sont reproduits dans leur graphie d’origine.

    le nous inclusif strict : les personnes désignées comme étant moi et vous : Nous terminons nos appels à 23h mais si vous parlez nous continuons4 ; nous allons mettre fin au chat ; notre conversation ; notre dialogue ; notre échange

  1. le nous inclusif large : moi, vous et d’autres ; aussi appelé nous générique (ou indéfini, dans les travaux sociolinguistiques) : Faire ce qui est en notre pouvoir et accepter ce qui ne dépend pas de nous ; on fait son deuil de nos déceptions ; notre société ; notre capital santé

  2. le nous exclusif : le moi de l’instance et d’autres personnes, sans vous : nous vous remercions pour votre confiance ; nous terminons nos appels à 23h mais si vous parlez nous continuons.

10Dans notre corpus, ces trois catégories de nous réunissent a minima deux personnes, respectivement a) l’écoutant et l’appelant, b) l’écoutant, l’appelant et d’autres personnes, et c) l’écoutant et l’association de bénévoles. Le schéma ci-dessous permet de visualiser ces intersections ; le premier et le dernier sont déictiques, alors que le deuxième a une valeur non spécifique (Barbéris 2010).

Figure 1. Représentation des espaces des personnes je, nous, vous il(s) (d’après Labbé, 1998 : 7)

Figure 1. Représentation des espaces des personnes je, nous, vous il(s) (d’après Labbé, 1998 : 7)

11Le nous inclusif strict réunit ici l’écoutant et l’appelant dans une activité partagée : converser, discuter, stopper, se quitter, échanger, faire le tour, prendre le temps, avoir une longue conversation, se comprendre… où les deux personnes sont équitablement engagées.

  • 5 Un autre test d’identification est proposé par Hilgert & Palma (2014 : 9) : « Il s’agit, pour le fr (...)

12Le nous inclusif large, aussi dit générique relève d’un usage sémantiquement générique, dans le sens de Schapira (2010) : elle analyse le pronom nous comme générique, parce qu’il figure dans des phrases génériques, au même titre que l’indéfini on, avec lequel il peut commuter5 :

Nous n’avons pas assez de force pour suivre toute notre raison. (La Rochefoucauld, 42)

On n’est jamais si heureux ni si malheureux qu’on s’imagine. (La Rochefoucauld, 49) (Schapira, cité dans Hilgert & Palma, 2014 : 3)

13Dans notre corpus d’usages de l’écoutant, le nous exclusif est un nous institutionnel, où l’écoutant parle au nom de son association, avec ses règles et fonctionnements communs ; nous avons affaire à des « individus sociaux généraux » ayant « une œuvre commune à accomplir et notamment une œuvre discursive » (Charaudeau & Maingueneau 2002 : 252) : par exemple : notre chat, notre écoute téléphonique, notre secrétariat, notre service, nos permanences, nous terminons nos appels à 23h, nous vous remercions pour votre confiance ; Nous terminons à 23h mais si vous parlez, nous continuons…

le « nous » peut se donner d’office comme la marque d’une parole plurielle renvoyant à un ensemble […]. C’est ce que la première école d’analyse du discours avait désigné du nom de « locuteur collectif » (Amossy, 2010 : 156)

14Enfin, le nous qui nous intéresse en particulier ici est un nous qui s’avère clairement un nous singulier, désignant le locuteur exclusivement (à l’instar des nous de majesté ou de modestie, se situant ainsi dans l’espace bleu du diagramme de la Figure 1 au-dessus). Il passe par la pluralité pour atteindre classiquement un effet de généralisation, mais les verbes auxquels il est associé (cf. plus bas) l’associent à la singularité du locuteur, d’où le sentiment d’étrangeté qui se produit.

nous vous écoutons ; nous comprenons ; il nous semble ; ce que nous avons constaté plus haut ; parlez-nous un peu de vous ; vous nous avez dit qu’il y avait eu une enquête ; votre souffrance nous touche ; nous sommes à votre écoute/disposition ; nous ne doutons pas de votre souffrance ; nous sommes sans réaction de votre part depuis un bon bout de temps ; nous entendons bien votre souffrance et [nous] voudrions pouvoir vous aider

15Ce pronom fort étrange, que nous proposons de baptiser nous de distanciation, relève d’un très haut degré de formalité : l’expression désarçonne souvent les appelants, qui s’inquiètent par exemple de la présence d’autres personnes lors de la conversation et soulignent ainsi l’étrangeté de ce pronom :

Ex. 1 Ecoutant : nous ne doutons pas de votre souffrance
Appelant : vous êtes plusieurs en ce moment, vous dites nous
Ecoutant : non, c’est juste que nous parlons au nom de l’association mais si cela vous gêne je peux employer le JE
Appelant : merci, c’est plus simple pour moi, parce que je parle à une personne et pas un groupe
Ecoutant : Bien reçu et avec toutes mes excuses
Appelant : y a pas de quoi,
Ecoutant : si vous voulez en dire plus sur votre mal être je suis à votre écoute (nous soulignons)

16Ce pronom instaure une grande distance et peut être à l’origine d’une difficulté à se confier de la part de l’appelant. De ce point de vue, c’est alors la situation de confidence qui peut se retrouver parasitée par l’emploi de ce nous, qui instaure une distance là où la confidence exige une forme de proximité, au moins formelle ou temporelle. L’exemple suivant éclaire cette question de manière pertinente, selon nous :

Ex. 2 Ecoutant : bonsoir. Nous sommes à votre écoute
Appelant : bonsoir
Appelant : je suis en souffrance
Ecoutant (19:02:39) : que se passe t il ?
Ecoutant (19:04:20) : Vous avez déja fait un grand pas en vous connectant. Mais vous pouvez faire plus en nous disant votre souffrance
Ecoutant (19:06:00) : Nous sommes obligés de couper car d autres personnes sont en attente. Rappelez nous un peu plus tard. [nom_assoc]
Votre correspondant a quitté cette session.

17Chaque emploi de nous aurait pu en effet être réalisé sous forme de je : Je suis à votre écoute ; en me disant votre souffrance ; je suis obligé de couper ; rappelez-moi

18Dans la conversation suivante, il est intéressant de noter que tout le long de la discussion, l’écoutant maintient la distance par le nous de distanciation et le nous exclusif, institutionnel, sauf, de façon fort remarquable, à la prise de congé finale :

Ex. 3 […]
Appelant  Puis je savoir votre prénom?
Ecoutant : nous travaillions dans l’anonymat le plus complet - cela ne nous semble pas indispensable
Appelant : Pourrai je savoir au moins si vous êtes un homme une femme?
Ecoutant : une femme
Appelant : Ok désole si je vous parais indiscret
Appelant : Donc j aimerai parler de choses intimes
Ecoutant : pas de souci - y a pas d’indiscrétion - tant que vous ne connaissez pas nos "règles" vous ne sauriez être indiscrets
[…] ***
Ecoutant : vous n’êtes pas du tout nulle de dire cela, nous le comprenons très bien
[…]
Ecoutant : il nous semble que vous pensez que quelqu’un à vos côté vous aiderai
[…]
Ecoutant : oui mais nous n’avons pas de baguette magique pour vous apporter ce rêve
[…]
Ecoutant : Nous voyons que nous n’avons pas répondu à votre attente, nous ne sommes que des bénévoles et non des professionnelles, désolée
Appelant : cest rien
Ecoutant : je vous souhaite cependant une bonne nuit
Appelant : au revoir
Votre correspondant a quitté cette session.

19Nous signalons dans l’extrait 3 ci-dessus le passage d’un nous exclusif (nous travaillons ; cela ne nous semble pas indispensable ; nos « règles ») au nous de distanciation. Dans cette dernière partie, l’écoutant se met à distance de l’appelant afin, peut-être, de maintenir une distance relationnelle qui éviterait une trop grande proximité affective – alors même qu’une fois la phase d’écoute officielle terminée, c’est bel et bien le je qui reprend le dessus.

20Enfin, les deux dernières conversations ci-dessous sont remarquables en ce qu’elles ne contiennent pas une seule prise de parole à la première personne je de la part de l’écoutant, mais uniquement le nous de distanciation :

Ex. 4 Ecoutant : Bienvenue sur [nom_assoc].
Appelant : d’accord, bonjour
Ecoutant : nous sommes à votre écoute
Appelant : Je ne sais plu ou j’en suis , je suis paumée en quelques sortes,
Ecoutant : vous nous en dites plus ?
Appelant : Je ne vois pas le bout de que je vais mal
Ecoutant : votre mal-être a certainement un point de départ … vous souhaitez nous en parler
[…]
Ecoutant : OK… nous ressentons bien votre difficulté dans vos relations aux autres … mais de qui s’agit-il ? que disent-ils de vous ?
[…]
Ecoutant : Nous sommes inquiets de votre ressenti par rapport à vos parents …
[…]
Ecoutant : Nous ressentons votre souffrance dans vos relations familiales…vous n’êtes pas comprise…il doit y avoir des raisons ?
[…]
Ecoutant : Vous nous dites votre souffrance d’avoir été salie…
[…]
Ecoutant : nous attendions un peu plus de renseignements …
[…]
Ecoutant : il nous semble que vous devriez parler de votre situation à une personne professionnelle spécialiste …
[…]
Appelant : et j’ai aussi vécu l’abandon
Ecoutant : Vos mots nous touchent…Vous êtes en grande difficultés…Il vous faut trouver une personne qui vous accompagne… Nous vous conseillons de vous rapprocher d’une personne de confiance…à laquelle vous pourrez vraiment vous confier …Nous restons disponibles pour vous écouter…soyez forte pour devenir ce que vous avez envie d’être … Bonne soirée … [nom_assoc]
Appelant : merci à vous, bonne soirée égalemen
Votre correspondant a quitté cette session.

Ex. 5 Ecoutant : Bienvenue sur [nom_assoc]
Appelant : Bonjour
Ecoutant : bonjour
Appelant : Je ne me sent pas bien.
[…]
Ecoutant : Nous comprenons tout à fait l’impasse dans laquelle vous êtes, mais malheureusement personne ne peut le résoudre à votre place ni à la place de votre amie..
[…]
Ecoutant : c’est notre souhait le plus sincère que vous trouviez des points d’harmonies, ce serait formidable pour vous deux
Appelant : Merci
Appelant : aurevoir
Ecoutant : au revoir amicalement [nom_assoc]
Votre correspondant a quitté cette session.

21Il semblerait ici légitime d’évaluer les conditions interactionnelles qui rendent possible ce type d’échange où souffrance et vulnérabilité se font indéniablement jour chez les appelants ; est-ce que ce nous de distanciation sert les écoutants à se protéger d’une proximité ou d’une atteinte affective trop vive, en donnant l’impression d’une distance assez élevée dans la relation – là où les appelants, en situation de détresse et de confidence intime, peuvent paradoxalement avoir besoin de marqueurs relationnels plus réduits pour partager ce qu’ils ont à partager. Ou est-ce qu’il sert à objectiver, précisément aux yeux de l’appelant, le jugement de l’écoutant, qui parle non pas de son point de vue personnel, mais d’un point de vue collectif, reposant sur des savoirs expérientiels. En effet, la situation de mal-être résultant souvent du jugement de l’autre, la situation de chat peut être analysée comme évitant en partie le jugement par l’absence physique de l’autre, et ici, en l’occurrence, par la mise à distance par le biais du nous de distanciation. Même si ce nous de distanciation peut reposer sur une volonté de l’écoutant de se référer à un point de vue collectif qui repose sur des références expérientielles partagées, il n’en reste pas moins que l’emploi de ce nous de distanciation risque de déconnecter la posture de l’écoutant de la réception émotionnelle de l’appelant.

Types de verbes

  • 6 Exceptés les quelques cas soulignés qui pourraient aussi s’interpréter comme des nous exclusifs, in (...)

22La liste des occurrences des exemples attestés ici révèle que quatre types de verbe sollicitent tous un sujet, ou un objet pour la dernière catégorie, qui soit singulier6 et siège actif :

  • Verbes actifs : ce que nous avons constaté plus haut ; mais nous n’avons pas de baguette magique pour vous apporter ce rêve ; nous attendions un peu plus de renseignements ; nous parlons au nom de l’association ; nous travaillions dans l’anonymat le plus complet ; Nous vous conseillons de vous rapprocher d’une personne de confiance…à laquelle vous pourrez vraiment vous confier ; nous vous écoutons ; nous voudrions pouvoir vous aider

  • Verbes d’état : nous ne sommes que des bénévoles et non des professionnelles, désolée ; Nous restons disponibles pour vous écouter ; nous sommes à votre disposition ; nous sommes à votre écoute ; Nous sommes obligés de couper car d autres personnes sont en attente ; nous sommes sans réaction de votre part depuis un bon bout de temps

  • Verbes psychologiques : cela ne nous semble pas indispensable ; il nous semble que vous devriez parler de votre situation à une personne professionnelle spécialiste… ; il nous semble que vous pensez que quelqu’un à vos côtés vous aiderai ; il nous semble ; Nous comprenons tout à fait l’impasse dans laquelle vous êtes ; nous comprenons ; nous entendons bien votre souffrance ; nous le comprenons très bien ; nous ne doutons pas de votre souffrance ; Nous voyons que nous n’avons pas répondu à votre attente ; c’est notre souhait le plus sincère que vous trouviez des points d’harmonies, ce serait formidable pour vous deux ; nous ressentons bien votre difficulté dans vos relations aux autres… ; Nous ressentons votre souffrance dans vos relations familiales… ; Nous sommes inquiets de votre ressenti par rapport à vos parents… Vos mots nous touchent… ; votre souffrance nous touche

  • Objet d’un verbe de dire : en nous disant votre souffrance ; parlez-nous un peu de vous ; Rappelez-nous un peu plus tard ; vous nous avez dit qu’il y avait eu une enquête ; Vous nous dites votre souffrance d’avoir été salie… ; vous nous en dites plus ? ; vous souhaitez nous en parler

23C’est spécifiquement cet aspect qui rend l’emploi du nous de distanciation remarquable, à l’instar d’un nous de majesté ou de modestie, où il s’agit bien d’une personne singulière qui parle de soi à travers une pluralité. Là où le nous exclusif s’emploie pour montrer une somme de compétences professionnelles (nous existons depuis très longtemps comme service ; au tél nous écoutons 24H sur 24 ; Ici nous sommes anonymes), il s’agit avec le nous de distanciation non pas de faire professionnel, la distance se marquerait de façon trop grande, mais tout de même de se montrer collectif, par des savoir-faire expérientiels. Le nous acquiert ici la valeur du on de l’expérience (Loffler-Laurian 1980), où on acquiert justement une valeur personnelle. C’est un je comme amplifié de son expérience d’écoute.

La distanciation de l’étrange nous

24Parcourant de multiples études, Bert Peeters rappelle que le pronom nous est fort peu fréquent dans les pratiques informelles (2006 : 211) :

Tableau 1. Taux d’attestation du pronom nous dans des études portant sur le français informel (d’après Peeters, 2006 : 11)

Référence

Type de corpus

Emploi de nous

Söll (1983)

Corpus parisien, jeunes de 9 ans

0 %

Boutet (1986)

ouvriers

0 %

Fonseca-Greber/Waugh (2003)

14 locuteurs adultes ; petite bourgeoisie ; Suisse

0 %

Fonseca-Greber/Waugh (2003)

13 locuteurs adultes ; petite bourgeoisie ; métropolitain

1 %

Coveney (2000)

30 locuteurs adultes, Picardie

5 %

Laberge (1980)

120 locuteurs (15-89 ans) ; Montréal

- de 2 %

Deshaies (1991)

50 sujets (adolescents et leurs parents), Québec

0,5 %

25Söll ira jusqu’à dire que : « parmi des centaines, voire des milliers d’exemples de pronoms (…), le pronom personnel atone nous n’existe plus […] sans exception aucune, nous se trouve remplacé par on » (1983 : 8). Toutefois, B. Peeters rappelle clairement que l’emploi du pronom nous de la part de locuteurs qui, d’ordinaire, se servent du pronom on tient surtout au passage à un style plus soutenu que celui qui prédomine dans la langue parlée informelle (Coveney 2000 : 466-477), et ces alternances entre on et nous « s’observent chez la plupart des locuteurs, quelle que soit la classe sociale à laquelle ils appartiennent » (Peeters, 2006 : 211).

26Ainsi, le pronom nous étant d’ordinaire déjà fort peu fréquent et relevant d’un haut degré de formalité, le nous de distanciation étudié ici constitue un véritable marqueur de distanciation, de non-implication dans une interaction qui présente par ailleurs de multiples autres traits de formalité (maintien à quasi 100 % du ne de négation ; sujet nominaux ; termes familiers mis entre guillemets ou excusés…) (Ledegen 2019).

27Ces constatations linguistiques, sémantiques et pragmatiques ont l’avantage de pouvoir souligner l’un des points principaux de notre étude : le nous de distanciation constitue bel et bien un marqueur de distanciation particulièrement visible, et qui pourrait être mal perçu par l’appelant dans un contexte de prévention au suicide, où le besoin de confidence nécessite une forme de proximité et des marqueurs linguistiques qui en attestent. Toutefois, cette distanciation se révèle fort efficace pour marquer l’expérience personnelle du nous tout en évitant le jugement envers l’appelant.

Analyse pragmatique des espaces déictiques

28Initialement structurée par Chilton à travers l’analyse critique de discours politiques (Chilton 2004), la théorie de la proximisation, ou théorie critique des espaces déictiques, emprunte autant à la pragmatique linguistique qu’aux sciences cognitives, notamment en mettant en exergue la capacité mentale à se représenter le positionnement des espaces déictiques au sein des textes et des discours, les uns par rapport aux autres, afin de mieux souligner les rapports nourris par et entre ces différents espaces. Pour Bendinelli, l’une des premières linguistes à avoir importé cette théorie interdisciplinaire dans l’analyse de corpus en langue française, l’intérêt de pouvoir isoler les espaces déictiques et les représentations qu’ils portent est autant pragmatique que sociolinguistique (Bendinelli 2011 : 110) :

Les espaces représentationnels donnent une clef de lecture originale aux prises de parole qui les sous-tendent, car ils permettent de ‘voir’ le monde que le locuteur construit et les relations qu’il entretient avec les éléments qui le composent. Chemin faisant, ils offrent la possibilité d’identifier une partie des connaissances convoquées lors de l’interprétation. (…) La figure obtenue reconstruit un prototype des productions prises en compte, elle en subsume les éléments les plus représentatifs, indépendamment des variations thématiques.

29En prenant appui sur ces travaux, nous pouvons précisément replacer le nous de distanciation au sein de la mobilisation des connaissances soulignée par Bendinelli ; comme nous l’avons évoqué plus haut, dans certains cas, ce nous de distanciation peut alors correspondre à une volonté de se référer à des connaissances partagées par d’autres et issues de l’expérience des écoutants. Dans le cas du corpus qui nous concerne, une analyse pragmatique des espaces déictiques liés à l’emploi du pronom personnel nous devient pertinente, dans la mesure où elle permet de faire émerger les espaces déictiques plus ou moins avoués et pourtant contenus, de manière pragmatique et sémantique, au sein de nous. En effet, en fonction des catégories d’analyse que nous avons isolées, nous pouvons délimiter plusieurs types de nous, en fonction de leur positionnement au sein du méta-espace déictique suivant :

Figure 2. Méta-espace déictique du pronom personnel nous dans le corpus

Figure 2. Méta-espace déictique du pronom personnel nous dans le corpus

30Ce schéma nous permet d’abord de distinguer quatre instances, qui sont soit actancielles au sens général, c’est-à-dire qu’elles sont impliquées de manière purement référentielle, soit clairement énonciatives :

  • E représente l’écoutant, instance actancielle énonciative

  • A représente l’appelant, instance actancielle énonciative

  • I représente l’institution qui héberge l’écoutant, instance référentielle situationnnelle

  • CH représente la commune humanité, au sens boltanskien du terme (Boltanski 2009 : 28), instance référentielle qui permet la montée en généralité en dehors même du contexte situationnel précis de l’interaction

31En fonction de son utilisation du pronom personnel nous, rappelons-le ici exclusivement étudiée dans les tours de parole de l’écoutant, l’énonciateur mobilise ici des espaces déictiques différents :

  • Soit l’ED1, qui renferme à la fois l’écoutant et l’appelant dans leur interaction directe ;

  • Soit l’ED2, qui renferme l’écoutant et l’institution qu’il représente, et à laquelle il peut faire référence en fonction de l’évolution de l’interaction écoutant-appelant, en citant son institution de rattachement ;

  • Soit l’ED3, qui renferme à la fois l’écoutant et l’appelant avec la qualité de commune humanité qui les rapproche, espace déictique notamment évoqué avec les nous de vérité générale.

32Ces espaces peuvent être mobilisés de manière conjointe ou successive par l’écoutant, en fonction des enjeux interactionnels qu’il choisit d’actionner ou auxquels il se retrouve soumis.

33En fonction de la typologie de nous que nous avons isolée, nous sommes en mesure de proposer quatre situations distinctes qui mobilisent à la fois des relations spécifiques entre les instances actancielles et les espaces déictiques :

  1. Le nous inclusif, qui fait directement référence à l’interaction en cours entre l’écoutant E et l’appelant A, en tant qu’entité relationnelle pragmatique, engagée dans l’espace déictique ED1, à travers un ensemble d’exemples éclairants :
    Nous ne parvenons pas à nous comprendre et je vais arrêter la conversation

  2. Le nous exclusif installe clairement une relation duale d’appartenance entre l’écoutant E et l’institution I, au sein d’un espace déictique ED2, comme à travers les exemples suivants :
    n’est - ce pas vous qui venez de nous contacter précédemment

  3. Le nous de vérité générale, qui enracine l’écoutant E et l’appelant A dans un lien ontologique avec la commune humanité CH, au sein de l’espace déictique ED3, visible à travers certaines productions discursives :
    nous faisons comme nous pouvons et pas tjrs comme nous voulons !

  4. Le nous de distanciation constitue un je énonciatif qui s’abrite derrière un nous, dans une interaction entre l’écoutant E et l’appelant A, tout en étant amplifié de son expérience d’écoute. Contrairement au nous exclusif qui se positionne du point de vue institutionnel, le nous de distanciation permet à l’écoutant E d’éviter l’intersubjectivité directe avec l’appelant A en élaborant une stratégie de mise à distance. De ce fait, il est installé à la fois au sein des espaces déictiques ED2, en tant que communauté d’écoutants, et ED1, comme le montre l’exemple suivant :
    Hélas oui , nous sommes au courant .

34En analysant les quatre types de nous à travers l’analyse des espaces déictiques et de la proximisation, nous pouvons remarquer certains réflexes intéressants de la part de l’écoutant énonciateur, dans la mesure où celui-ci peut mettre en œuvre une stratégie pragmatique d’évitement de l’intersubjectivité, tout en objectivant son jugement. Ainsi, il se retrouve en capacité de se dégager de la relation immédiate avec l’appelant A, en amplifiant sa position personnelle d’écoutant de toutes ses expériences d’écoute.

35Ainsi, nous pouvons qualifier l’emploi du nous de distanciation de stratégie de dégagement intersubjectif : il est a-interactionnel, tendant à éviter à l’écoutant de trop s’investir dans une relation avec l’appelant. Mais cette limitation d’investissement permet à l’appelant de se livrer, en l’exposant moins ouvertement au jugement de l’écoutant.

Conclusion : le nous de distanciation, un paradoxe interactionnel ?

36Ces stratégies de positionnement sont capitales dans la méthodologie cognitivo-pragmatique de la théorie de la proximisation (Chilton 2004 : 57-58) :

  • 7 « Les entités, ainsi que les relations entre elles, peuvent être représentées comme physiquement né (...)

Entities and the relations among them may be represented as physically necessary, socially imposed or as morally imperative. There is a strong spatial element in this dimension also. (…) We are suggesting that in processing any discourse people ‘position’ other entities in their ‘world’ by ‘positioning’ these entities in relation to themselves along (at least) three axes, space, time and modality. The deictic centre (the Self, that is, I or we) is the ‘origin’ of the three dimensions. Other entities (arguments of predicates) and processes (predicates) ‘exist’ relative to ontological spaces defined by their coordinates on the space (s), time (t) and modality (m) axes7.

37Ces positionnements sont d’autant plus forts qu’ils se retrouvent liés à des modélisations représentationnelles socialement situées (Chilton 2007 : 91-92). Rappelons à ce titre que le corpus analysé ici est exclusivement constitué d’échanges chat – des échanges où l’on pourrait attendre une intersubjectivité (Bober & Paz Dennen 2001) et où celle-ci pourrait constituer un moteur pour atteindre les objectifs assumés d’une interaction dite « de crise » (Stommel & Van Der Houwen 2013). Toutefois, à l’inverse, la trace explicite de jugement, par une implication personnelle forte, pour les appelants, des personnes qui souffrent du jugement de l’autre ferait fuir ces dernies. Les écoutants, à l’aide du nous de distanciation, trouvent une solution pour répondre à cette contrainte particulière du chat de prévention de suicide.

38Plus largement, cette étude du nous de distanciation met également en lumière la question de la formation au sein des associations qui, de manière louable, bénévole et engagée, font tout pour s’investir dans une logique de prévention qui doit être saluée. Néanmoins, les choix linguistiques qui peuvent paraître anodins pour les énonciateurs, nécessitent vraisemblablement une formation complète, surtout si l’on considère la langue comme un medium qui co-construit autant qu’il accueille les représentations des individus, y compris affectives. Comme nous pouvons le voir ici, le simple emploi d’un pronom peut déclencher une série de décisions interactionnelles et d’actes de langage qui pourraient risquer de mettre en péril la confidence des appelants, alors même qu’ils se trouvent dans une forte situation de détresse et de besoin d’écoute mais qui se révèlent une stratégie pertinente d’évitement du jugement.

39Il sera intéressant d’étudier à la représentation de ce nous pour les écoutants concernés, et de savoir pourquoi cette stratégie discursive et lexicale leur paraît adaptée dans ce contexte spécifique de prévention du suicide, même s’il faut également préserver la relative neutralité de l’écoutant et la distance qui doit subsister dans ces échanges anonymes, momentanés mais capitaux pour celles et ceux qui prennent la décision de se connecter au chat.

Haut de page

Bibliographie

Amossy R. (2010). La présentation de soi : éthos et identité verbale. Paris : PUF, L’interrogation philosophique.

Barbéris J.-M. (2010). « “Quand t’es super bobo”… La deuxième personne générique dans le français parisien des jeunes », in Neveu F., Muni Toke V., Durand J., Klingler T., Mondada L., Prévost S. (éd.) Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF 2010 978-2-7598-0534-1, Paris, 2010, Institut de Linguistique Française, DOI 10.1051/cmlf/2010258.

Bendinelli M. (2011). « Anglais de spécialité et logométrie. L’exemple des débats présidentiels américains », ASp 60, 103-123.

Benveniste E. (1966). Problèmes de linguistique générale, I. Paris : Gallimard.

Bober M.J. & Paz Dennen V. (2001). « Intersubjectivity : facilitating knowledge construction in online environments », Educational Media International 38 (4), 241-250.

Boltanski L. (2009). De la critique. Paris : Gallimard.

Cap P. (2013). « Proximization theory and critical discourse studies : a promising connection ? », International review of pragmatics 5 (2), 293-317.

Cap P. (2014). « Applying cognitive pragmatics to critical discourse studies : a proximization analysis of three public space discourses », Journal of pragmatics 70, 16-30.

Charaudeau P. & Maingueneau D. (2002). Dictionnaire d’Analyse du Discours. Paris, Seuil.

Chilton P. (2004). Analysing political discourse. Theory and practice. London : Routledge.

Chilton P. (2007). « Geometrical concepts at the interface of formal and cognitive models », Pragmatics and cognition 15 (1), 91-114.

Dieltjens S. & Heynderickx P. (2003). « The indefinite “we”. Sender and receiver references in top-down communication: a text type-based approach », Journal of Technical Writing and Communication 33 (1), 3-27.

Hilgert E. & Palma S. (2014). « Les pronoms personnels en emploi générique », Cahiers de praxématique, 62, http://journals.openedition.org/praxematique/3958.

Íñigo-Mora I. (2004). « On the use of the personal pronoun ‘we’ in communities », Journal of Language and Politics 3(1), 27-52.

Kerbrat-Orecchioni C. et Traverso V. (éd.) (2007). Confidence : le dévoilement de soi dans l’interaction. Tübingen, Niemeyer.

Kopytowska M. (2015). « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics 11 (2), 133-156.

Labbé D. (1998). « Le ”nous” du général de Gaulle », Quaderni di studi linguistici 4/5, 331-354.

Ledegen G. (2019). « “Bonsoir. Je vais mal”. La difficile expression du dévoilement de soi et de l’empathie dans un chat de prévention du suicide », in Abécassis M., Block M., Ledegen G., Peñalver Vicea M., Le grain de la voix dans le monde anglophone et francophone. Oxford : Peter Lang, 193-214.

Loffler-Laurian A.-M. (1980). « L’expression du locuteur dans les discours scientifiques - ”je”, ”nous” et ”on” dans quelques textes de chimie et de physique », Revue de linguistique Romane 44, 135-157.

Peeters B. (2006). « “Nous on vous tu(e)”. La guerre (pacifique) des pronoms personnels », Zeitschrift für Romanische Philologie 122 (2), 201-220.

Schapira C. (2010). « Nous et eux. Les nationalismes et leur expression dans les media », in Komur-Thilloy G. & Celle A. (dir.), Le discours du nationalisme en Europe. Paris : L’improviste, 179-191.

Stommel W. & Van Der Houwen F. (2013). « Formulations in “trouble” chat sessions », Language@internet, 10, article 3.

Tannen D. & Trester A. M. (2013). Discourse 2.0: Language and new media. Georgetown : Georgetown University Press.

Wagener A. (2018). « Russophobia in Dota 2: a Critical Discursive Analysis of Online Discrimination », International Review of Pragmatics 10 (1): 57-75.

Wagener A. (2019). Discours et système. Bruxelles : Peter Lang.

Haut de page

Notes

1 Chaque appelant étant anonyme, nous ne pouvons réunir sous un appelant ses (parfois multiples) rappels, et comptabiliser ainsi le nombre précis d’appelants.

2 « Le diagnostic de spécificité calculé contient deux indications : a) un signe (+ ou –) qui indique un sur-emploi ou un sous-emploi dans la ou les partie(s) sélectionnée(s) par rapport à l’ensemble du corpus, b) un exposant qui rend compte du degré de significativité de l'écart constaté (un exposant égal à x, indique que la probabilité d'un écart de répartition supérieur ou égal à celui que l'on a constaté était, au départ de l'ordre de 10-x). Exemple : nous F=1270 f= 66+05 indique que la forme nous, présente 1270 fois dans le corpus et attestée 66 dans les textes de la semaine numéro 211 est plus fréquente que ce que laissait espérer une répartition "au hasard". » (Manuel Lexico 3, 2003 : 29). Cette valeur est statistiquement pertinente à partir de 3.

3 « Cette dénomination par "inclusif" et "exclusif" ne saurait passer pour satisfaisante ; elle repose en fait sur l'inclusion ou l'exclusion du "vous", mais par rapport à "eux", les désignations pourraient être exactement inverses. Il sera néanmoins difficile de trouver des termes mieux appropriés. » (Benveniste, 1966 : 234).

4 Les messages sont reproduits dans leur graphie d’origine.

5 Un autre test d’identification est proposé par Hilgert & Palma (2014 : 9) : « Il s’agit, pour le français, des pronoms conjoints nous et vous, en général sans apposition identitaire, dont l’extension catégorielle se déduit du contexte ou du cotexte. Les énoncés qui suivent acceptent tous l’explicitation d’une information identitaire du type classe ou catégorie (voir les exemples b.) et peuvent être réduits à leur contenu générique par la suppression des marques d’énonciation (voir les exemples c.) : […]
(24) a. À partir d’un certain âge, les enfants nous échappent (Gide, Faux-monn., 1925, 1114, TLFi)
b. À partir d’un certain âge, les enfants nous échappent à nous, les parents (interprétation imposée par les antonymes complémentaires enfants – parents)
c. À partir d’un certain âge, les enfants échappent aux parents »

6 Exceptés les quelques cas soulignés qui pourraient aussi s’interpréter comme des nous exclusifs, institutionnels.

7 « Les entités, ainsi que les relations entre elles, peuvent être représentées comme physiquement nécessaires, socialement imposées ou moralement impératives. Il y a également un élément spatial fort dans cette dimension. (…) Nous estimons que, lors du traitement du discours, les individus ‘positionnent’ d’autres entités dans leur ‘monde’ en ‘positionnant’ ces entités en relation avec eux-mêmes sur trois axes (au moins), à savoir l’espace, le temps et la modalité. Le centre déictique (le Moi, c’est-à-dire je ou nous) constitue ‘l’origine’ de ces trois dimensions. D’autres entités (les arguments de prédicats) et processus (prédicats) ‘existent’ relativement aux espaces ontologiques définis par leurs coordonnées sur les axes de l’espace (e), le temps (t) et la modalité (m) » ; notre traduction.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Âge estimé des appelants
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4977/img-1.png
Fichier image/png, 55k
Titre Graphique 2. Fréquences absolues de l’emploi des pronoms je, nous et vous par les appelants et les écoutants
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4977/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 1. Représentation des espaces des personnes je, nous, vous il(s) (d’après Labbé, 1998 : 7)
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4977/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 2. Méta-espace déictique du pronom personnel nous dans le corpus
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/4977/img-4.png
Fichier image/png, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gudrun Ledegen et Albin Wagener, « « Nous ne doutons pas de votre souffrance » : analyse pragmatique et sociolinguistique du nous de distanciation dans un chat de prévention du suicide », Corpus [En ligne], 21 | 2020, mis en ligne le 09 mars 2020, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/corpus/4977

Haut de page

Auteurs

Gudrun Ledegen

Université de Rennes 2

Articles du même auteur

Albin Wagener

Campus Tech / Université Rennes 2 / INALCO

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals