Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Parangons inférentiels dans l’Atl...

Parangons inférentiels dans l’Atlas linguistique du finnois de Lauri Kettunen. Une approche réalisationnelle en morphologie flexionnelle d’un corpus dialectal fennique

Principal parts and inference in the Linguistic Atlas of Finish Language by Lauri Kettunen. A Paradigm Function Morphology Approach of inflection patterns of a Finnic corpus
Jean Léo Léonard

Résumés

L’atlas linguistique finnois de Lauri Kettunen (1940), accessible en ligne, a été initialement conçu par son auteur en fonction de variables de phonologie diachronique. Cependant, en raison de l’intrication de la phonologie dans la morphologie flexionnelle nominale et verbale du finnois, ces données se prêtent aisément à une lecture en termes de taxinomie morphologique. Le finnois apparaît alors comme bien moins « agglutinant » sur le plan typologique, et bien plus inférentiel, ou de type fusionnel. Nous appliquons le modèle PFM (Paradigm Function Morphology) dans cette perspective, en proposant une modélisation diasystémique des classes flexionnelles du finnois. L’approche diachronique de Kettunen, fondée sur des étymons et des schèmes concaténatifs « agglutinants » invite par ailleurs à remonter plus haut dans l’histoire de la langue. On voit alors, comme d’un système somme toute simple de bipartition entre radicaux thématiques et athématiques, de disyllabes et d’imparisyllabiques, le diasystème finnois a évolué vers une complexification croissante, tout en préservant les structures fondamentales héritées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous n’adhérons aucunement à la vision évolutionniste qui prédominait encore à l’époque pré-néogram (...)

1Les langues ouraliennes, dont les langues de la sous-famille fennique des langues finno-ougriennes, sont souvent citées comme représentant l’archétype de langues agglutinantes – autrement dit, d’une morphologie flexionnelle et lexicale strictement concaténative et incrémentielle, à exposants monovalents et transparents. Cependant, nombre de langues ouraliennes ne sont que partiellement, voire marginalement incrémentielles, du point de vue de leur morphologie flexionnelle (cf. Samvelian 2008, pour le mordve). Certaines, comme le live (Viitso 1981, 2007) et l’estonien (Viitso 2003), ou le same (Picard 2020) se caractérisent au contraire par une forte tendance inférentielle : par des règles de choix de radicaux allomorphiques (autrement dit, par des alternances morpholexicales) et par des exposants polyvalents et souvent opacifiés par la fusion avec les allomorphes radicaux (inférentialité). Nous ne débattrons pas ici la question de savoir si le type incrémentiel strict (ou agglutinant strict) existe réellement, empiriquement, dans les langues du monde. Selon nous, il reste heuristique en tant qu’archétype, un peu à la manière des types wébériens en sociologie, qui n’ont d’existence qu’abstraite, comme modèles idéels simples, servant de grille réductionniste pour observer des réalités complexes1.

  • 2 Acronyme valant pour Atlas Linguistique Finnois de (Lauri) Kettunen. Le fac-similé de l’atlas lingu (...)
  • 3 Cf. Léonard (2021), pour une application de PFM à la morphologie flexionnelle fennique, nord (finno (...)

2Nous explorerons, dans le cadre de la Morphologie des Fonctions Paradigmatiques, ou Paradigm Function Morphology (Stump 2001, 2015), la diversité des Règles de Choix de Radicaux (RCR) et de Règles d’Exponence (RE) ainsi que les Règles Morphonologiques (RMP) du diasystème finnois à travers un corpus empiriquement riche en données pertinentes, mais sous-exploité de ce point de vue : l’atlas linguistique de Lauri Kettunen (1930, 1940, abrégé ici en ALFK)2, dont les données ont été conçues afin de délimiter les aires dialectales du finnois, mais qui se fondent, en bonne logique néogrammairienne, sur la grammaire davantage que sur le seul lexique, plus précisément sur des variables structuralement déterminées par des contraintes morphonologiques de gabarits phonologiques réalisant la flexion, nominale et verbale3.

  • 4 Cf. Léonard (2016b). La/la deuxième relecteur/trice de cet article a raison de suggérer une certain (...)
  • 5 On croit généralement que les néogrammairiens ignoraient la dialectologie, ou en étaient des advers (...)

3Le corpus de l’atlas linguistique du finnois de Kettunen (ALFK) est, selon nous, l’archétype d’un produit de la pensée néogrammairienne, telle qu’elle a pu subsister dans un pays comme la Finlande, qui a fait de cette approche canonique en linguistique historique une cause nationale, depuis les travaux pionniers d’Eemil Nestor Setälä (1864-1935)4. On connaît généralement les prémisses de la théorie néogrammairienne : 1) inexorabilité (dans le lexique) des lois phonétiques, en vertu des lois physiologiques gouvernant la parole ; 2) hors de ce déterminisme aérodynamique, les exceptions aux lois phonétiques s’expliquent par ces facteurs externes que sont l’emprunt (xénolexique) et l’analogie (métatypie), relevant respectivement de l’histoire sociale de la langue et de l’interprétation du système de la langue, sur le plan cognitif, par les locuteurs. Un ouvrage collectif paru récemment (cf. Léonard 2016a) montre que les néogrammairiens ont non seulement préfiguré le programme empirique et épistémologique de leur plus illustre successeur en linguistique générale Ferdinand de Saussure (1857-1913), mais qu’ils ont posé aussi les jalons de ce que les structuralistes et fonctionnalistes allaient appeler la distribution complémentaire (désormais DC), en tenant le plus grand compte de la position phonotactique (positions initiale, préconsonantique, postconsonantique, finale, pour les consonnes) et prosodique (atone vs. tonique pour les voyelles) des segments. Une de leurs grilles d’analyse pour ce faire n’était autre que la morphologie flexionnelle et dérivationnelle. La présente étude se fixe pour objectif de montrer la teneur heuristique d’une telle démarche aujourd’hui encore, à travers l’ALFK5. Dans la mesure où Kettunen avait retenu pour concevoir ses cartes d’atlas des paradigmes flexionnels qui s’avèrent être des parangons (ou principal parts) pour les degrés fortis et lenis de la flexion nominale et verbale fennique, son atlas fournit une somme encore sous-exploitée de paradigmes d’un grand intérêt pour la linguistique générale. Outre le modèle de Stump, nous tiendrons compte de la taxinomie de référence des CF (Classes Flexionnelles) du finnois standard selon le Dictionnaire de référence du finnois contemporain (le NSSK : Nykysuomen sanakirja), afin d’aboutir à une typologie diasystémique pertinente en linguistique théorique et formelle. La démarche proposée ici est novatrice, dans la mesure où l’ALFK n’a jusqu’à maintenant jamais fait l’objet d’une telle approche : tout au plus, il a servi abondamment à argumenter sur la nature et l’extension géographique des aires dialectales dans les travaux et les manuels de linguistique diachronique ou de dialectologie finnoise (Rapola 1966, [1947]-1969), ou en dialectométrie (Wiik 2004). Son potentiel pour la morphologie flexionnelle reste inexploité, ou bien cantonné au domaine restreint des études de dialectologie finnoise.

4Notre argumentaire suivra ces grandes lignes : après avoir exposé les aires dialectales de référence, telles que définies par le Centre des Langues Nationales de Finlande (le CLNF) dans la section 1, en contextualisant succinctement les composantes géohistoriques du réseau dialectal finnois, nous décrirons la taxinomie (ou critérologie présidant à une classification) des CF du finnois, dans la section 2. Nous procèderons en deux temps : en (2.1), par la diachronie, en (2.2), par la synchronie. La section (2.1.1) montrera l’incidence de la Mutation Consonantique (MC) sur la Distribution Complémentaire (DC) des allomorphies radicales. La section (2.1.2) modélisera la taxinomie néogrammairienne des CF dans l’état de langue reconstruit pour le proto-finno-ougienne/fennique commun (2000 à 1000 avant notre ère), en trois macro-classes flexionnelles. En (2.2), nous appliquerons PFM à quelques-unes des CF du finnois contemporain, à titre d’illustration de la méthode. La section 3 montrera la puissance heuristique de notre modèle d’analyse diasystémique des données de l’ALFK, couplé au dispositif PFM, en appliquant ce dispositif d’abord aux substantifs (section 3.1), puis aux verbes (section 3.2). Enfin, nous tirerons des conclusions intéressant la linguistique générale et la linguistique de corpus (section 4).

1. La taxinomie des aires comme grille diasystémique

5La carte ci-dessous représente les huit principaux dialectes du finnois. Il s’agit de la carte canonique, aisément téléchargeable sur le site du Kotimaisten Kielten Keskus6 [Centre des Langues Nationales de Finlande], ou CLNF, sur la base des propositions initialement argumentées par Lauri Kettunen dans un volume annexe de son atlas linguistique (Kettunen 1930)7, reprises et réduites par Rapola dans son introduction désormais classique à la dialectologie finnoise (Rapola [1947]-1969).

Figure 1. Taxinomie aréologique (ou carte des aires dialectales) du finnois

Figure 1. Taxinomie aréologique (ou carte des aires dialectales) du finnois

6Il n’y a guère la place ici de présenter le détail de ces aires – dialectes et sous-dialectes –, de cette carte de référence par ailleurs aisément accessible sur Internet8. Les principales données de cette classification se résument à une division majeure (ou dichotomie) entre les dialectes occidentaux (aires 1 à 6) et les dialectes orientaux (aires 7 et 8), et à une gamme de sous-dialectes : deux pour le dialecte sud-occidental (1a-b), de la région de Turku, ancienne capitale de la Finlande, cinq pour l’amphizone que constitue le dialecte transitionnel sud-occidental (2a-e), six pour le dialecte centre-occidental du Häme (3a-f), etc. La région de l’Ostrobotnie, au centre et au nord de la côte ouest du pays, se divise en plusieurs dialectes différenciés : l’aire 4 (ostrobotnien méridional), l’aire 5 de l’Ostrobotnie centrale et septentrionale, avec ses deux sous-dialectes (5a-b). Le dernier dialecte occidental est celui du « grand nord », subdivisé en 5 variétés (6a-e). Viennent ensuite les deux grands dialectes orientaux : celui du Savo d’une part, subdivisé en huit sous-dialectes (7a-h), et les dialectes du sud-est (8a-d), dont le tropisme est nettement carélien. On notera que l’aire 8a est transfrontalière, flanquée de l’aire 8b au sud, et que deux micro-aires ont émergé de manière discontinue de part et d’autre de la frontière, au nord (8c à l’ouest, 8d à l’est). Il est impossible d’entrer dans les détails géohistoriques de ces structures aréologiques internes complexes, mais elles ont tout à voir avec des dynamiques populationnelles centrifuges (ou diastoles aréologiques) à partir des dialectes-pivots que sont, à l’ouest, les dialectes 1 (Sud-Ouest, désormais SW), 3 (Häme), 4 (Ostrobotnie sud, ou OS), dans des zones anciennement urbanisées, ainsi qu’à l’est, région davantage rurale et moins densément peuplée, où les dialectes du Savo (7a-h)9 se sont diffusés par fronts pionniers par écobuage et cultures sur brûlis. Le dialecte 8 (Sud-est, désormais SE) a une histoire complexe, en raison des vicissitudes historiques qui l’ont rendu transfrontalier, mais aussi parce qu’il a pour centre Viipuri (Viborg en suédois, Выборг en russe), importante ville hanséatique, fondée par les Suédois en 1293 au nord de l’isthme de Carélie, avec des apports de population finnoise de l’hinterland, sur un substrat carélien (v. Kettunen 1930 : 167-175).

7Nous allons considérer cette taxinomie aréologique comme un moyen, non comme une fin, afin de mettre en valeur les ressources que représente le corpus de l’ALFK. Nous associerons les étiquettes de la carte de la figure 1 avec les index des Classes Flexionnelles (CF) verbales et nominales du finnois.

2. Taxinomie des Classes Flexionnelles finnoises

8Afin de réaliser une saisie globale des CF tant verbales que nominales du finnois, nous ferons se succéder deux approches complémentaires : en diachronie, selon un modèle néogrammairien (section 2.1), et en synchronie, en intégrant la variation dialectale telle que nous la livre l’ALFK (section 2.2).

2.1. Diachronie

2.1.1. L’incidence de la Mutation Consonantique

9L’une des grandes lois phonétiques fondatrices du paradigme de la linguistique diachronique fennique et same (lapon) est la mutation consonantique interne (Cf. Léonard 2016b). Le mécanisme est simple, car il relève d’une modulation de l’enveloppe de sonorité à l’échelle du mot phonologique, en situation de concaténation : l’attaque de la syllabe thématique s’affaiblit, si elle est occlusive, lorsque le thème branche une coda suffixale (_CSuff), comme en (1), pour les mots-types tapa ‘coutume’, pata ‘pot’, reki ‘traineau’ :

  • 10 Les conventions de notations sont celles du finnois standard ou de la variante utilisée pour noter (...)

(1) Concaténation +CSuff
Degré fort vs. faible :
Nominatif Sg : Génitif/accusatif Sg
tap: *taβa+n > fin. std. tavan
pat: *paδa+n > fin. std. padan
rek: *reγe+n > fin. std. reen10

10De même, si la consonne médiane est une géminée, elle se simplifie au degré faible, quand la syllabe thématique est couverte par un suffixe assumant une position de coda. En revanche, si la concaténation se fait avec une syllabe pleine (_CVSuff), ou un simple noyau syllabique (_VSuff), l’attaque du suffixe ne peut interagir avec le domaine CV thématique :

(2) Concaténation +(C)V : degré fort seulement
Nominatif Sg : Essif Sg : Partitif Sg
tapa : tapana : tapaa
pa
ta : patana : pataa
re
ki : rekenä : rek

  • 11 La forme rekiä existe cependant bel et bien, mais elle vaut pour la cellule du partitif pluriel, et (...)

11Comme le laissent voir les exemples en (1) et (2), la concaténation n’est donc pas strictement incrémentielle en finnois, sans quoi on aurait les formes de génitif/accusatif Sg !*tapan, !*patan, !*rekin, et !*rekinä, !*rekiä à l’essif et au partitif sg11, au lieu de padan, reen, rekenä, rekeä.

  • 12 L’accolade basse note ici, dans ruis, un hiatus, sans pour autant se réaliser comme une constricti (...)
  • 13 Les domaines susceptibles d’alterner de manière inférentielle dans la flexion sont signalés en gras (...)

12Ainsi, en ce qui concerne la variable néogrammairienne du degré faible de l’occlusive intervocalique entre deux noyaux syllabiques brefs, l’ALFK offre, entre autres, selon une grille d’analyse typiquement néo-grammairienne, pour les substantifs, les cartes n° 38 (reki)Fortis reessä, riessä ‘traineau’ nominatif sg vs. inessif sg ; 40 (mäki)Fortis mäet, mäjet, mäit ‘colline’ nominatif sg vs. génitif/accusatif pl ; 41 (joki)Fortis joen, jojen, joven ‘rivière’ nominatif sg vs. génitif/accusatif sg ; 44 (rukii-)Fortis ruis, ruvis, ruis12, rujis ‘seigle’ nominatif sg à thème sigmatique ; 45 (rako)Fortis raot, raut, ravot ‘sillon’ nominatif sg vs. génitif/accusatif pl ; 46 (teko)Fortis teot, teut, tevot (glose : idem) ‘fait’ ; 47 (maku)Fortis mausta maosta, mavusta ‘goût’ nominatif sg vs. élatif sg. Pour les verbes, l’ALFK offre les cartes suivantes, parmi d’autres : 37 (jaka-)Fortis jaan, jajan, joan ‘diviser’ infinitif vs. présent 1 sg ; 39 (teke-)Fortis teen, tehen, tien (glose : idem) ‘faire’ ; 42 (luke-)Fortis luen, luven, lujen ‘compter’ (idem) ; 43 : (kokoa-)Fortis koota, kouta, kovota infinitif ‘rassembler’13. Nous avons retenu ces items afin d’observer un éventail de contextes -VCV- pour l’incidence des séquences vocaliques sur les hiatus consécutifs à l’amuïssement des attaques thématiques : mélodies o-i, u-i, a-o, e-o, a-u pour les noms, et a-a, e-e, u-e, o-o pour les verbes.

13Ce survol permet de se familiariser avec la MC dans le réseau dialectal finnois : on perçoit combien les allomorphes radicaux au degré faible (ou lenis) des noms et des verbes fléchis peuvent différer des thèmes lemmatiques. Pourtant, nous n’avons là qu’un aperçu centré sur ce mécanisme d’alternance radicale, relevant à la fois des RCR (radicaux fortis vs. lenis) et des RMP, puisque, comme indiqué en (1) et en (2), c’est l’entrave du thème par une coda suffixale qui enclenche le degré faible et cause cette variation. Mais avant d’étudier de plus près l’apport heuristique de l’ALFK pour la linguistique de corpus, il est nécessaire de décrire dans les grandes lignes les deux principaux états successifs du système de CF du finnois : d’abord en diachronie (section 2.1.2), puis en synchronie (section 3).

2.1.2. Taxinomie néogrammairienne des CF en fennique commun

  • 14 Hakulinen (1979 : 79-84) rappelle qu’il faut compter cependant avec des variantes de ces thèmes en (...)

14Lauri Hakulinen, auteur de l’ouvrage de référence Structure et développement de la langue finnoise (Hakulinen 1979) n’est pas l’un des derniers Néo-grammairiens, au même titre que Lauri Kettunen, mais il en est l’héritier indirect sur le plan de la synchronie – voire direct, dès qu’il s’agit de diachronie. Hakulinen reprend à Erkki Itkonen la théorie des trois voyelles thématiques du protofennique ou fennique primitif commun : -e et -a, -ä (autrement dit, -A, en tenant compte de l’harmonie vocalique palato-vélaire). Ce modèle est résumé en (3). Nous avons assigné de notre propre chef des CF aux différentes séries de thèmes : d’une part les CF thématiques (voyelles -e, -A), dont le noyau syllabique peut varier contextuellement, mais reste robuste14, d’autre part les CF potentiellement athématiques, faisant alterner un radical à voyelle thématique avec un allomorphe à consonne finale (CF II/III et CF III : les alternances se manifestent notamment dans la dérivation, si bien que nous n’avons pas jugé utile de détailler comme ailleurs les principales classes lexicales). Les CF I/a-b ont pour thème une voyelle basse -A, tandis que les CF II/a-b ont une voyelle moyenne -e. La CF II/b a produit, comme on peut en juger dans le tableau, une riche gamme de thèmes innovants, disyllabiques ou compressés en monosyllabes, donnant lieu à une floraison de CF dans la langue moderne et ses dialectes.

(3) Système de CF reconstruit pour le fennique commun, d’après Häkkinen (1985 : 65) et Hakulinen (1979 : 79-84)

CF I/a : Thèmes en -a

CF I/b : Thèmes en

Substantifs :
*kota- ‘maison, foyer’
*ilma- ‘air’
*jalka- ‘pied’
*kala- ‘poisson’
*muna- ‘œuf’

Verbes :
*aja- ‘conduire, mener’
*anta- ‘donner’
*maksa- ‘payer’

Substantifs :
*emä- ‘mère’
*ikä- ‘âge’
*pesä- ‘nid’
*śilmä- ‘œil’
*perä- ‘fond’

Verbes :
*vetä- ‘tirer’
*elä- ‘vivre’

Numéral :
*neljä- ‘quatre’

CF II/a : Thèmes en -e

CF II/b : thèmes en -ŋe/-Ce, -ŋV

Substantifs :
*kive- ‘pierre’
*nime- ‘nom’

Verbes :
*ime- ‘sucer’
*kulke- ‘marcher’
*kuule- ‘entendre’
*pure- ‘mordre’
*tule- ‘venir’

Numéraux :
*ykte- ‘un’
*kakte- ‘deux’
*kolme-‘trois’
*viite- ‘cinq’
*kuute- ‘six’

Substantifs :
*ŋe > *jäe- > jää ‘glace’
*piŋe- > > *pii- ‘dent’
*pyŋe- > > *pyy ‘gelinotte’
*ŋe-, *ŋä-,> > *sää ‘temps, climat’
*tyŋe- > tyve- > tyvi ‘souche’
*śuve- > *suv- > suu
*yje- >> ‘nuit’

Verbes :
*naje- >> nai- ‘marier’
*śoje- > soje- > soi- ‘sonner’
*viiγe- > viie- > vie- ‘emmener’
*leve- > lev- > lyö ‘frapper’
*keje- > *kej- > kieh- ‘bouillir’

CF II/III : radicaux athématiques disyllabiques

CF III : radicaux athématiques trisyllabiques

*tule-/tul-‘feu’
*tuule-/tuul- ‘vent’
*une-/un- ‘rêve’
*vere/ver- ‘sang’
*
mies-/miehe-

*matala/matal-‘bas’
*
humala/humal- ‘houblon, saoul’
*jumala/jumal- ‘dieu’
*
ahkera/aher- ‘affairé’
*
askele/askel ‘pas’

15À ces CF « héritées » s’ajoutent, dans un esprit néogrammairien, les CF induites par l’intégration massive de xénolexique issu de trois sources : langues baltes (letton, lituanien, vieux prussien, etc.), langues germaniques (suédois, norrois, bas-allemand) et langues slaves (vieux russe), qui vont considérablement enrichir, au fil du temps et des contacts de langues et de cultures, la table des CF. Il s’agit le plus souvent de thèmes consonantiques issus du germanique (kuningas ‘roi’) ou des langues baltes (ratas ‘roue’, tuhat ‘mille’), malgré la prégnance des transphonologisations qui ont adapté les emprunts au moule fennique (ex : protoslave *svoboda > vapaa, cf. russe cвобо́да mais on notera la voyelle longue, innovante en tant que support thématique, face aux thèmes en -A bref hérités, issue de l’effacement de la coronale intervocalique voisée, correspondant à une spirante, ou C lenis, du protofennique). Mais surtout, c’est la CF II/b qui, par le phénomène dit de contraction et par la coalescence des constituants syllabiques, qui va donner pléthore d’imparisyllabiques (monosyllabiques, plus précisément, comme le montre le résultat des évolutions dans la cellule du tableau supra), dans les langues et les dialectes modernes, tels que les radicaux jää, sää, pii, suu, pyy, yö, nai, syö, lyö, etc. avec leurs multitudes de voyelles thématiques secondaires (v. [3], cellule CFII/b supra).

2.2. Taxinomie des CF en finnois contemporain : standard et diasystème

16Le résultat de cette complexification du lexique et de ses composantes phonologiques, notamment en fin de mot, en termes de supports désinentiels, aboutit à un tableau qui peut paraître déroutant de prime abord : le grand dictionnaire du finnois standard (NSSK) recense pas moins de 82 déclinaisons (ou CF nominales et adjectivales), et 45 conjugaisons, ou plutôt, modèles flexionnels. Une vingtaine de ces nouvelles CF relèvent du xénolexique ; une dizaine sont issues des compressions syllabiques d’anciens thèmes en -e de la CFII/b en (3) supra. La langue compte quinze cas : aux trois cas grammaticaux (nominatif sg zéro, pl -t, accusatif sg -n, pl -t, génitif sg -n, pl -ien/ -(t)ten), s’ajoutent onze cas dits « sémantiques », distribués entre le plan externe (adessif -llA, allatif -lle, ablatif -ltA) et le plan interne (inessif -ssA, illatif -Vh/-hVn, élatif), et les états prédicatifs (essif -nA, translatif -ksi), pluralisés à l’aide de l’infixe -i- ou adverbiaux (instructif -in, comitatif ineen, prolatif -tse).

  • 15 Au sg, l’accusatif est syncrétique avec le génitif, de même qu’au pluriel, l’accusatif est syncréti (...)

17La taxinomie flexionnelle du NSSK se fonde sur la dichotomie entre bases monoradicales ou yksivartaloisia nomineja, comptant 31 CF ou modèles (CF nomino-adjectivale 1 ou modèle 1 valo ‘lumière’, CF 2 arvelu ‘estimation’, CF 3 autio ‘désert’, etc.) et les bases biradicales (autrement dit, à deux RCR, en finnois kaksivartaloisia nomineja) : CF 1 thématique tuohi, tuohen nominatif, génitif sg vs. athématique tuohta partitif sg ‘écorce de bouleau’, etc. (50 CF ou modèles selon le NSSK). Le tableau 1 reprend quelques-uns de ces modèles (4 sur 31), à titre d’illustration de la méthode taxinomique de ce dictionnaire de référence, et des parties principales, ou parangons, que sont les trois principaux cas grammaticaux15. Les choix de segmentation (tirets hauts) des lemmes de risti ‘croix’ et de pää ‘tête, bout’ (rist-i, pä-ä) sont ceux du NSSK – pas les nôtres, comme nous le verrons bientôt.

Tableau 1. Quelques modèles de déclinaison selon la taxinomie du NSSK : les bases monoradicales (items : valo ‘lumière’, arvelu ‘estimation’, autio ‘désert’, risti ‘croix’, pää ‘tête’)

Nombre

Singulier

Pluriel

Cas

Lemme au

Nominatif

Génitif

Partitif

Essif

Illatif

Génitif

Partitif

Illatif

CF1

valo

-n

-a

-na

-on

-jen,

-in

-ja

-ihin

CF 2

arvelu

-n

-a

-na

-un

-jen,

-iden

-itten

(-in)

-ja

-ita

-ihin

CF 3

autio

-n

-ta

(-a)

-na

-on

-iden,

-itten,

(-in)

-ita

-ihin

CF 4

rist-i

-in

-iä

-inä

-iin

-ien,

(-ein)

-ejä

-eihin

CF 28

pä-ä

-än

-ätä

-änä

-ähän

-iden,

-itten,

-itä

-ihin

18On voit que ces CF trouvent, outre la régularité relative des bases flexionnelles, ou des allomorphes radicaux (RCR), une justification dans les contrastes entre exposants (suffixes casuels et de nombre) – autrement dit, en termes de RE. Or, selon nous, la segmentation proposée par le NSSK pose problème, car elle multiplie inutilement les exposants, et découpe de manière abusive les radicaux. Cet a priori est patent pour les CF 4 et 28 du tableau 1, comparées aux CF 1-3 au-dessus. Alors que les exposants suffixaux sont univoques, autonomes et transparents dans les trois premières séries (radicaux valo, arvelu, autio versus exposants suffixaux -n, -a, -na, -Vn, -jen/-in, -ja, -ihin), il n’en va pas de même pour les deux dernières (risti, pää), dont l’un des items (risti) relève du xénolexique, avec un thème en -i au nom sg qui n’alterne pas en -e comme thème-pivot au génitif sg, à la différence des lexèmes hérités. Le NSSK en fait donc un radical athématique en rist, et reporte la voyelle thématique sur l’exposant : -in, -iä, -inä, -iin, -ien/(-ein), -ejä, -eihin. La segmentation de l’item pää, monosyllabe issu du dissyllabe étymologique *ŋe, de la CF II/b décrite en (3) supra, est encore plus déconcertante, du point de vue d’un modèle de type Mots et Paradigmes, puisque la voyelle longue est tronquée afin de créer ad hoc un support vocalique à l’exposant, dont la liste s’atomise encore davantage, puisqu’on doit désormais compter avec une série -än, -ätä, -änä, -ähän, -iden/(-itten), -itä, -ihin. Nul doute que cette taxinomie peut s’avérer ergonomique, du point de vue de la dictionnairique, ou création et conception de dictionnaire. Mais elle n’est en rien probante, ni heuristique, ni fonctionnelle, du point de vue de la morphologie théorique. Nous ferons référence à cette taxinomie selon le principe de « Noblesse oblige », car c’est celle entérinée par le dictionnaire de référence du finnois standard, le NSSK. Nous utiliserons donc la numérotation de ce système en index des CF : par ex. RCRCF1 s’appliquera à un item de la classe valo, comme infra, à titre purement indicatif, car il n’y a pas la place ici pour argumenter ni pour proposer une taxinomie alternative. En revanche, il va de soi que nous appliquerons une segmentation conforme à un modèle Mots et Paradigmes, sous la surface de ces étiquettes canoniques. Ainsi, pour une CF aussi régulière que la CF1, item valo ‘lumière’, la répartition en RCR et en RE ne posera aucun problème, comme dans ce qui suit :

  • 16 Ces représentations PFM sont triviales, et se lisent ainsi : pour une RCR indexée CF1 (selon la tax (...)

(4) Bloc 1 :
RCRCF1: Radical X (valo, σ {Cas: { }, Nombre : {sg}) ↔ < valo, σ >16

Bloc 2 :
(i) RE :
X σ {Cas {génitif}, Nombre {sg}} → Xn < valon, σ >
(ii) RE :
X σ {Cas {partitif}, Nombre {sg}} → Xa < valoa, σ >
(iii) RE :
X σ {Cas {essif}, Nombre {sg}} → Xna < valona, σ >
(iv) RE :
X σ {Cas {illatif}, Nombre {sg}} → XVn < valoon, σ >
(v) RE :
X σ {Cas {génitif}, Nombre {pl}} → Xjen |-in < valojen | valoin σ >
(vi) RE :
X σ {Cas {partitif}, Nombre {pl}} → Xja < valoja, σ >
(vii) RE :
X σ {Cas {illatif}, Nombre {pl}} → Xihin < valoihin, σ >

Bloc 3 :
RMP1 : √Noyau σ {αPAL β(/i, e/{ })} Suff < Vn > HarmVoc.

19La RMP1, la plus triviale dans la hiérarchie, en tant que paramètre d’harmonisation intersylabique se lit comme suit : la voyelle de la racine lexicale (√Noyau) se définit par un ensemble de traits alternants de la classe palato-vélaire, le trait palatal étant marqué (αPAL) ; cette classe harmonique inclut une sous-classe de voyelles neutres /i, e/, agissant comme ”défaut” : σ {αPAL β(/i, e/{ })}. L’application de cette composante taxinomique de la règle figure à droite de la double flèche, indiquant que toute voyelle suffixale alignera son timbre sur ces contraintes taxinomiques (Suff < V> HarmVoc).

RMP2a : < Vj # < Vk > > < Vj < Vj > ># / Suff < (h)Vn >ILLATIF

RMP2b : < Vj # Suff < i >< Vk > > < Vk < Vk> ># / < V(h)Vn >ILLATIF

20RMP2a se lit comme suit : une voyelle thématique, ou de borne radicale (V#) assimile toute voyelle concaténée pour former une séquence flexionnelle à l’illatif, dans le cadre segmental (h)Vn. C’est ainsi qu’on a aussi bien nom. sg. valo → ill. sg. valoon que pääpäähän. RMP2b est une extension cyclique de la précédente règle, qui décale d’un cran vers la droite le domaine d’application de cette copie progressive de la voyelle, et qui vaut pour le pluriel de l’illatif : nom. sg. valo → ill. sg. valoihin que pääihin.

21En revanche, pour une CF aussi ad hoc que la CF4 du NSSK, notre dexcription PFM sera la suivante, pour les parties principales ou parangons retenus par le NSSK :

(5) Bloc 1 :
RCR
CF4: Radical X1 (risti, σ {Cas: { }, Nombre : {sg}) < risti, σ >
RCR
CF4: Radical X2 (risti, σ {Cas: {partitif, illatif}, Nombre : {pl}) < riste, σ >

Bloc 2 :
(viii) RE :
X1 σ {Cas {génitif}, Nombre {sg}} → Xn < ristin, σ >
(ix) RE :
X1 σ {Cas {partitif}, Nombre {sg}} → Xä < ristiä, σ >
(x) RE :
X1 σ {Cas {essif}, Nombre {sg}} → Xνa < ristinä, σ >
(xi) RE :
X1 σ {Cas {illatif}, Nombre {sg}} → XVn < ristiin, σ >
(xii) RE :
X1 | X2 σ {Cas {génitif}, Nombre {pl}} → Xjen |-in < ristien | ristein σ >
(xiii) RE :
X2 σ {Cas {partitif}, Nombre {pl}} → Xja < riste, σ >
(xiv) RE :
X2 σ {Cas {illatif}, Nombre {pl}} → XVn < risteihin, σ >

22Dans ce modèle de déclinaison, deux allomorphes radicaux s’opposent en fonction de l’alternance de la voyelle thématique : X1 risti versus X2 riste. Il découle de ce qui précède que si, fort heureusement, on se saurait imposer de manière doctrinaire une taxinomie flexionnelle par-dessus toutes les autres, dans la mesure où tout geste de saisie des classes flexionnelles doit en amont répondre à des besoins précis, à une ergonomie, comme celle qui contraint le choix taxinomique du dictionnaire de référence du finnois standard (le NSSK), la voie reste ouverte pour concevoir, tester et proposer des modèles alternatifs dans ce domaine, qui touche à l’une des opérations fondamentales de toute activité de traitement de données, qu’elles soient unitaires (langue standard) ou diversifiées (diasystème) : la segmentation. PFM est, de ce point de vue, un outil particulièrement heuristique, car cette théorie se prête à des traitements exploratoires des données, et permet de falsifier les modèles, en fonction de la cohérence logique interne au système taxinomique créé, fondé sur l’emboîtage réaliste (conditions de bonne formation) des radicaux (RCR) et des affixes ou clitiques (RE), sans négliger les conséquences de l’ajustement entre ces deux briques constitutives, en termes d’épellation phonologique, en surface (RMP).

3. Puissance heuristique de PFM pour l’ALFK et potentiel empirique de l’ALFK pour PFM

23Nous allons ici envisager l’apport de PFM au corpus dialectal que constitue l’ALFK, et sa réciproque : le potentiel empirique de cet atlas pour une théorie relevant de Mots et Paradigmes. Nous l’appliquerons à une dizaine d’items (7 noms et 4 verbes), d’ores et déjà énumérés dans la section 2.1.1. Il importe de rappeler que l’ALFK n’a pas été initialement conçu par son auteur, Lauri Kettunen, pour apporter des données sur la morphologie flexionnelle des dialectes finnois. Aucunement, même. L’objectif de sa collecte, de sa cartographie et de sa mise en forme en termes de sémiologie graphique, était de répondre à des questions néogrammairiennes, sur l’extension dans le temps et dans l’espace de lois phonétiques, telles que la lénition des occlusives intervocaliques. C’est principalement ce point que nous retiendrons, en montrant combien, à la lumière des théories modernes, aussi bien en phonologie qu’en morphologie flexionnelle, l’auteur a atteint bien au-delà de sa cible épistémologique de l’époque : ses données de « phonétique historique », conçues à une époque où le modèle dominant en diachronie, du moins en Finlande, était encore le modèle néogrammairien, s’avèrent a posteriori dévoiler une mine d’or pour la morphologie théorique et son association avec la morphonologie. Enfin, rappelons qu’il n’y a là nullement un effet d’aubaine ou du hasard : c’est bien parce que le modèle néogrammairien était profondément ancré dans l’analyse morphologique des langues, notamment dans la prise en compte de la flexion – même si la dérivation n’était pas en reste (cf. Pinault 2016) –, que les données produites par les grilles d’analyses du dispositif néogrammairien fennique restent d’actualité, et continuent d’apporter une moisson inépuisable de phénomènes, pourvu qu’on se donne les moyens de les valoriser aujourd’hui, plus de 80 ans après la parution de l’ALFK, qui est l’un des plus beaux fleurons de ce paradigme de recherches comparatistes.

  • 17 Cf. Léonard (2012) sur le caractère heuristique de cette distinction fondée sur la magnitude aréolo (...)

24Pour ce faire, nous procéderons en deux temps : d’abord les noms (3.1), ensuite les verbes (3.2). La carte n° 38 de l’ALFK (reki)Fortisreessä, riessä ‘traineau’ nominatif vs. inessif servira d’illustration générique de la méthode. Ensuite, nous appliquerons la méthode à la carte 37 (jaka-)Fortisjaan, jajan, joan ‘diviser’ infinitif vs. présent 1 sg, afin de circonscrire la phénoménologie d’un verbe. Enfin, nous proposerons un tableau synthétique rendant compte des données de notre échantillon. Toutes les cartes de l’ALFK sont fort heureusement consultables en ligne sur le site http://kettunen.fnhost.org/​ ; pour chaque item analysé, nous indiquerons en note le lien donnant accès à la carte en ligne. Nous qualifierons les lois phonétiques observables de Règles Diasystémiques, abrégées en RDS. Ces RDS ne seront pas toutes « néogrammariennes » en termes de téléologie, autrement dit, d’inexorabilité, puisque d’aucunes seront certes de grande extension, tandis que d’autres seront d’extension plus endémique. Les premières seront qualifiées de RDSM (règles diasystémiques majeures) ; les secondes, de RDSm (règles diasystémiques mineures)17.

3.1. Substantifs

3.1.1. Carte n° 38 de l’ALFK18 (reki)Fortis reessä, riessä

25La phénoménologie est simple, ici : le paramétrage en phonologie historique se résume au sort de l’approximante *γ à l’intervocalique, entre deux noyaux palataux (*reke/reγe-), aboutissant d’une part, à une division entre une forme lenis quasiment généralisée, à effacement de l’attaque intervocalique entre deux noyaux brefs, en position post-tonique, avec émergence d’une voyelle longue secondaire – nominatif sg reki vs. inessif sg rees(sä). Ce phénomène relève a posteriori de la « contraction »19, et il consiste en une coalescence, ou fusion de la voyelle radicale et de la voyelle thématique dans un même noyau syllabique radical, soit le label possible RDSM_FUSION (cf. étiquette EFFAC dans tableau 2 infra, en retenant le processus déclencheur, issu de la MC). Il est attesté à l’ouest dans une vaste zone incluant les aires 1-7 et 10. D’autre part, la lénition aboutit çà et là, de manière endémique, voire sporadique, à un type reje, dans des poches qui pourraient être rétentrices d’une trace de l’ancienne attaque lenis sous une forme palatalisée, comme approximante palatale glidée j (aires 3d et le nord de 6a-b, ainsi que Lempaala, en Ingrie, au nord de l’aire 8b, non loin de Saint-Pétersbourg), mais que nous considérons plutôt comme une saturation de position squelettale vide, en situation de hiatus. Nous qualifierons ce phénomène simplement de glidaison, soit RDSm_GLID. Toutes les autres aires sont secondaires à cette bipartition entre contraction et glidaison : au centre-est du réseau dialectal, une aire compacte avec diphtongaison décroissante a émergé : reissä20 – c’est la vaste aire 7, qui correspond au Savo, puissant dialecte territorialement expansif depuis la fin du Moyen-Âge (du xive au xvie siècle, en culminant au xve siècle, dans une logique d’expansion géopolitique de l’empire suédois, contre l’expansion russe à l’est). On peut qualifier les thèmes en -ei- par le processus de diphtongaison décroissante (RDSM DIPHT_DECR). Un autre phénomène, autant asymétrique que concurrent, consiste en un processus inversé : la diphtongaison croissante : ries(sä) (RDSm DIPHT_CROIS), qui découle d’une RDSM largement attestée par ailleurs, qui veut que les voyelles moyennes toniques longues subissent une diphtongaison ouvrante : *ee > ie (> ), *oo > uo (> ua)21. Cette isoglosse néogrammairienne est si puissante qu’elle contribue à distinguer le fennique nord (finnois, carélien) du fennique sud (estonien, vote). Mais ici, dans le cas d’une voyelle moyenne palatale tonique longue secondaire en contexte *-eCe-, carte 38, on se trouve face à une innovation locale, limitée aux aires 7b et à la partie orientale de l’aire 8 (Isthme de Carélie). Enfin, un ultime endémisme est attesté en ingrien, au sud de Saint-Pétersbourg : reees(sä), avec un hiatus coupant une voyelle longue secondaire, rhizotonique, suivie de la voyelle thématique homorganique (le thème en -e). Cette variable peut se décrire comme RDSm HIATUS.

  • 22 Afin de simplifier et de ne traiter que les formes lemmatiques fournies par l’ALFK, nous ne prenons (...)

(6) Bloc 1 :
RCR
CF8* : Radical X1 (reki, σ {Cas : {nominatif }, Nombre : {sg}) < reki, σ >
RCR
CF8*: Radical X2 (reki, σ {Cas: {génitif/accusatif ­| inessif | élatif }, Nombre : {sg}) < ree | reje |rei | rie | reee σ >22

Bloc 2 :
RE :
X σ {Cas {inessif}, Nombre {sg}} → X2s(sä) < rees(sä), | reees(sä) | reissä | ries(sä), σ >

26Ces éléments (règles diasystémiques, extension aréale et indexation des aires selon la carte de la fig. 1) sont rassemblés dans le tableau 2 infra. C’est ce format que nous utiliserons pour le traitement du reste de notre échantillon de corpus. Un tel tableau permet de réduire la complexité des observables, en sériant les phénomènes (RCR, d’ordre morphologique versus RDS & dynamiques aréologiques), afin de montrer comment le corpus de l’ALFK s’avère non pas seulement riche en données – car on n’attend rien d’autre d’un atlas linguistique, après tout –, mais aussi en perspectives empiriques, bien au-delà de son champ épistémologique initial.

Tableau 2. Distribution aréale et processus liés à la diversification des RCR dans l’ALFK : variable néogrammairienne (*reKe : -eCe-, dans flexion nominale)

*reke

*reγe

Règles diasystémiques

Extension DS

Aire

X1

X2

reki

ree

EFFAC

Majeure 1

1-7a, h & 8W

reki

reje

GLID

mineure

3d, 6a-b & 8bN

reki

rei

DIPHT_DECR

Majeure 2

7c-f

reki

rie

DIPHT_CROIS

mineure

7b & 8E

reki

reee

ALLONG & HIATUS

mineure

ingrien S

27Cette ventilation des faits permet aussi de renseigner les différents types de RDS et, partant, d’affiner le modèle néogrammairien, en amont historiographique de la présente recherche, en suggérant une hiérarchisation des lois phonétiques observables dans un espace dialectal. Car la RDSM_EFFAC, par exemple, remplit toutes les conditions pour être qualifiée de loi néogrammairienne au sens strict du terme : régularité sans exception en tant que lénition aboutie, comme gouvernement interconsonantique, puisque contrôlé par la coda suffixale. C’est même une loi d’extension majeure de rang 1, car elle contribue aux subdivisions de rang phylogénétique supérieur (fennique nord vs. fennique sud). La RDSm GLID (eγe eje) peut se qualifier d’épiphénomène de la lénition de l’attaque intervocalique en contexte palatal – comme licenciement (ou légitimation) par la coda (_CSuff), saturant la position squelettale de l’attaque thématique -VCV-, laissée vide et livrée au hiatus V_V, ou VV) par une approximante palatale au lieu de l’ancienne vélaire douce étymologique. Les deux lois locales DIPHT_DECR et DIPHT_CROIS opposent d’une part une loi néogrammairienne plus locale, car restreinte à un secteur restreint du dialecte 7 (Savo), mais de vaste extension toutefois – à savoir, DIPHT_DECR (ee > ei) –, ce qui lui donne la taille d’une aire majeure de rang 2, car elle contribue à la division majeure interne au domaine du fennique nord, entre finnois occidental et finnois oriental à, d’autre part, une loi phonétique endémique au sud-est du domaine (ee > ie) – à savoir, DIPHT_CROIS en 7b et 8E –, elle-même induite par une grande loi néogrammairienne de diphtongaison ouvrante des voyelles moyennes (cf. supra), par métatypie. Enfin, la variable ingrienne méridionale ALLONG & HIATUS (eγe eee), de nature cumulative, comme le suggère son étiquette avec éperluette, est une innovation locale, en partie métatypique, qu’on ne saurait négliger, car elle manifeste plus que toute autre le marquage du hiatus, tout en se posant comme aire latérale (ou périphérique), donc à la fois rétentrice et innovatrice.

3.1.2. Phénoménologie de la flexion substantivale à C thématique lenis dans l’ALFK

28Le HIATUS (noté <  > dans la tradition dialectologique finlandaise, ex : reee) implique nécessairement un effacement de l’attaque intervocalique relevant d’un contexte d’allophonie lenis, soit HIATUS ⸧ EFFAC. De même, on assiste à une cascade d’implications dérivées de l’effacement, puisque la contraction aussi bien que les diphtongaisons (croissante et décroissante) découlent, en chronologie relative, de ce processus de sape segmentale. Selon Rapola (1966 : 53-116), la glidaison (GLID), l’aspiration (ASPIR, dans la séquence diachronique *teγe- > tee > tehe (> tee-), thème lenis du verbe ‘faire’) et la labialisation (LAB) sont également des résultats de l’effacement, partiel ou total, de l’attaque intervocalique en contexte lenis, plutôt qu’une résilience ou résurgence de l’ancienne approximante ou spirante. Nous penchons également en faveur de cette hypothèse, qui nous semble, comme à Rapola, réaliste sur le plan aréologique (dynamique des aires géolinguistiques, sous forme d’aires mineures enchâssées), mais qui nous semble aussi plus heuristique que le postulat d’une hypothétique « trace » de l’ancien segment dans sa position squelettale, puisque, dans ce cas, la consonantisation du hiatus est dépendante du timbre du noyau syllabique adjacent (ex : teko : teγo- > teko : tevon ‘fait, acte’ nominatif sg : gén/accusatif sg), par propagation régressive de la labialité de V2 sur la position de C2 laissée vide par l’effacement de la consonne médiane radicale, déclenché par la MC en contexte lenis). D’où l’importance, déjà signalée, des séquences mélodiques, reportées dans la première colonne du Tableau 3.

29Le tableau 3 récapitule selon la même disposition des données, des variables et des aires, les réflexes des autres lexèmes de notre échantillon impliquant la lénition d’une attaque thématique (-VCV-). Chaque carte déploie un éventail de solutions morphonologiques locales d’ajustement du radical (RCR) à un exposant suffixal (RE), selon les fonctions paradigmatiques définies en (6) supra.

30Le terme fortis correspond ici à l’allomorphe radical noté X1, tandis que le terme lenis noté X2 correspond au thème lenis : étymologiquement *joke (> joki) ’rivière’, au nominatif sg. s’oppose au thème oblique faible *joγe-, branchant les cas génitif/accusatif, inessif ou élatif, dans les exemples donnés par l’ALFK. Les règles diasystémiques constituent un ensemble fini parcimonieux, dont l’application cyclique est prédictible, et se distribuent de manière relativement variable (quoique souvent cohérente) dans les aires canoniques, telles que définies dans la Figure 1 supra. La colonne de l’extension diasystémique rend compte des aires majeures en compétition (Majeure 1 vs. Majeure 2), contre les aires mineures, qui sont soit endémiques (diverses aires locales sporadiques, isolats ou hapax, etc.), soit d’anciennes aires majeures devenues des aires résiduelles (ou aires latérales récessives). Les données montrent clairement que l’on est loin d’un système incrémentiel, tant les deux allomorphes tendent à se distinguer sur le plan syllabique – car somme toute, chacun de ces processus ressortit à des procédés de resyllabation par hiatus, effacement de l’attaque intervocalique, fusion ou coalescence de traits de palatalité (GLID) ou de labialité (LAB), diphtongaison croissante et décroissante, ou allongement du noyau syllabique de la racine lexicale.

Tableau 3. Substantifs à lénition d’attaque simple interne, intervocalique, ALFK

  • 23 Ces cartes sont consultables en ligne, sur les liens suivants : http://kettunen.fnhost.org/html/ket (...)

Carte

ALFK23

Fortis

Lenis

Règles diasystémiques

Extension DS

Aire

41

X1

X2

rivière’

CF 8*

Mélodie

o-i

*joke

*joγe

joki

joe, (joi)

EFFAC (& REHAUS)

Majeure 1

7

joki

joen

HIATUS

mineure

1, 8

joki

joje, jojè

GLID

Majeure 2

3-4, 6c-d, 8c

joki

juoje

DIPHT CROIS & GLID

mineure

7b, 8E

joki

jove, jovè

LAB

mineure

2b, 3d, 6a-c, 8a, 8d

joki

joo

FUSION

mineure

3f, 8a

44

X1

X2

seigle’

CF 68*

u-i

*rukii-

*ruγis

rukii-

ruvis, ruis

HIATUS ( | LAB)

Majeure 1

1-3W, 5-7

rukii-

ruis

EFFAC

Majeure 2

3E, 4, 8

rukii-

rujis

GLID

mineure

6d

X1

X2

45

*rako

*raγo

sillon’

CF 1*

a-o

rako

rao, raò

HIATUS

Majeure 1

1a, 2b-c, 4C, IngrSW

rako

rao, rau

EFFAC

Majeure 2

7d-h, 4

rako

ravo, ravò

LAB

Majeure 3

5-6, 7a-c

rako

raa(v)o

ALLONG_V (& LAB)

mineure

8a, c

rako

raa

FUSION

mineure

3fN,7bS

rako

roa, rua

DIPHT CROIS

mineure

7b, 8aNE

rako

roavo, ruavo

DIPHT CROIS & LAB

mineure

8

46

X1

X2

‘fait, acte’

teko

teo-, teu-

EFFAC (& REHAUS)

Majeure 1

4, 7a,7d-h

CF 1*

e-o

teko

tevo-, tevò-

LAB

Majeure 2

1b, 2c, 3, 7b-c, 6e

teko

teo-, teò-

HIATUS

mineure

1a, 2b-c

teko

tee(v)o-

ALLONG_V (& LAB)

mineure

8aW

teko

tie(v)o-

DIPHT CROIS (& LAB)

mineure

8aE

X1

X2

47

maku

mao-, mau-, maa-

EFFAC (& FUSION)

Majeure 1

4, 7d-h, 8

goût’

maku

mavu-

LAB

Majeure 2

2a, 5, 6c-d, 7a-c, 8d, CarE

CF 1*

a-u

maku

mau-, maù-

HIATUS

mineure

1, 2b-c

31Si l’on compare les différents bouquets d’allomorphies diasystémiques en tenant compte des relations de compétition des aires, mais aussi de leurs imbrications, on obtient des sous-systèmes cohérents, qui sont autant de grammaires flexionnelles locales. Dans la mesure où les paradigmes retenus en (6) sont des parangons, ou parties principales, la teneur systémique des allomorphies est très dense. On pourra constater, en activant les cartes mises en ligne correspondantes, que loin du chaos, c’est plutôt l’ordre et la prédictibilité relative des aires et, partant, de ces grammaires locales qui prédominent. En résumé, le mécanisme prépondérant qui ordonne ces contrastes allomorphiques inférentiels oppose bel et bien les parlers de l’ouest (1-6) à ceux de l’est (7,8), mais en comptant avec des “jokers” que sont certains sous-dialectes qui, tantôt se rallient à l’un ou l’autre des deux versants, oriental et occidental : les aires 7a-c du Savo méridional interagissent intensément avec les aires 3d,f du Häme sud-oriental, tandis que les aires 8a-b se subdivisent souvent en reproduisant le contraste est-ouest, en échangeant avec leurs proches voisins des aires 7 à l’est (Savo sud) et 3 au centre-ouest (Häme SE). Nous allons voir dans la section 3.2 ci-après qu’il en va de même pour les allomorphies verbales de cette série des radicaux à attaque thématique simple sous mutation consonantique fortis/lenis. Les mêmes mécanismes cycliques s’appliqueront de manière tout aussi imbriquée, en cascade, dans cet ensemble de paradigmes, que dans le domaine substantival. Seuls les traits flexionnels (personne et complexe ATMV) diffèreront, dans les représentations des traits sous-catégorisant les allomorphes radicaux (RCR) et leurs attributs affixaux (RE). Mais aussi bien les RDS que les RMP resteront les mêmes.

3.2. Verbes : aperçu de la phénoménologie de la flexion à C thématique lenis dans l’ALFK24

32Nous avons retenu un échantillon de quatre cartes représentatives du contexte -VCV- dans les radicaux, avec application de la mutation consonantique – Tableau 4. On retrouve les mêmes RDS, sauf une : HIATUS_ASPIR, pour luke-/luCe- ‘compter’, dont le degré faible dans les aires 6a-b et 3b est tehe-, avec aspiration en position de hiatus, en contexte vocalique homorganique, entre deux voyelles antérieures moyennes. Cette option diasystémique s’avère être endémique, de l’ordre du quasi-hapax, et la forme ressortit d’ailleurs davantage à une résolution de glottalisation comme marquage du hiatus que d’une trace de l’ancienne spirante ou approximante vélaire *γ (*teγeC > tee > te?e > tehe), d’autant plus que sa distribution aréologique est insolite (dans le sens de non corrélée aux dynamiques aréales connues, en raison du caractère d’hapax structural de cette résolution du hiatus par aspiration).

Tableau 4. Verbes à lénition d’attaques simples internes, en position intervocalique, ALFK

  • 25 A l’infinitif I, correspondant à un infinitif non participial, à la différence des infinitifs en -m (...)

Carte

ALFK

Fortis

Lenis

Règles diasystémiques

Extension DS

Aire

c. 37

X1

X2

‘diviser’

CF 9*

Mélodie

a-a

*jaka-

*jaγa-

jaka-

jaa-

EFFAC

Majeure

1-7

jaka-

jaja-

GLID

mineure

3d, 5aS, 5bC, 6aN

jaka-

joa-, jua-

DIPHT_DECR

c. 39

*teke-

*teγe-

faire’

CF 33

e-e

teke-

tee-

EFFAC

Majeure 1

1-2, 3a, c-e, 4-6c-d

teke-

tie-

DIPHT CROIS

Majeure 2

3a, c-f, 7,8

teke-

teje-

GLID

mineure

6cN

teke-

tehe-

HIATUS_ASPIR

mineure

6a-b, 3b

c. 42

*luke-

*luγe-

compter’

CF 13

u-e

luke-

luve-

LAB

Majeure 1

3f, 7-8

luke-

luje-, lujè-

GLID

Majeure 2

2a, 3-6c-d

luke-

lue-, lue-, lu(v)e-

HIATUS (& LAB)

mineure

1-2, 6a-b

c. 43

*kokoa-

*koγo(δak)25

‘rassembler’

CF 38*

o-o

kokoa-

koo-

EFFAC

Majeure 1

1-6, 7g

kokoa-

kou-

DIPHT DECROIS

Majeure 2

7c-h

kokoa-

kuo-

DIPHT CROIS

mineure

8E

kokoa-

kovo

LAB

mineure

3d, 7a, 8d, 5b, 6b-dN

33La phénoménologie globale des données du Tableau 4 est analogue à celle observée pour les substantifs, et aboutit à la même diversité prédictible de RCR dans le diasystème, avec un recoupement relativement analogue des aires, ce qui conforte la robustesse de notre tentative de modélisation des RDS.

4. Conclusion et perspectives

34Ce bref aperçu des ressources empiriques que fournit a posteriori le corpus de l’ALFK nous mène aux considérations suivantes :

a) Un atlas linguistique conçu selon une architecture néogrammairienne des variables phonologiques d’une langue hautement flexionnelle, comme le finnois, s’avère recéler potentiellement un thésaurus de données exploitables pour la morphologie flexionnelle et, partant, pour les théories morphologiques modernes, de type Mots et Paradigmes, comme PFM.

b) La perspective phonologique continue de donner des clés et d’assurer une primauté interprétative, mais en synchronie, car les étymons néogrammairiens, avec les attaques fortis et lenis postulées pour la protolangue, ont été remplacées de longue date dans le diasystème par des allomorphes conditionnés par le hiatus et les effacements consonantiques des attaques thématiques simples sous MC. On voit donc la synchronie émerger de la diachronie de manière souveraine, dans un espace dialectal.

c) Cet espace dialectal observable en synchronie déploie la complexité inférentielle et non plus incrémentielle des fonctions paradigmatiques de la langue dans toute son extension (et son expansion diasystémique). Cependant, cette expansion, sur le plan de la diversité interne de la grammaire, reste parcimonieuse, cohérente et prédictible, en raison d’une chaîne d’opérations désignées ici sous le terme de RDS. Dit en peu de mots, la complexité des RCR reste contenue : elle est déterminée par l’application cyclique d’un nombre limité de règles – aussi bien phonolexicales – et, partant, grammaticales – que diasystémiques.

d) Si la taxinomie des CF s’est certes complexifiée, depuis la phase supposée du proto-ouralien (cf. [3] supra) à trois macro-classes flexionnelles, n’oublions pas que les 82 modèles de déclinaisons et les 45 modèles de conjugaison du NSSK ne sont qu’un artefact ergonomique conçu à des fins techniques, dictionnairiques. L’analyse des données de l’ALFK fait certes apparaître de nouveaux thèmes flexionnels (diphtongaux, coalescents, etc.), mais ceux-ci ne sont jamais que des développements récents et prédictibles des thèmes précédents. Notamment, les mécanismes qui président à la fusion et à la contraction syllabique ne font jamais que continuer les tendances déjà à l’oeuvre dans la phénoménologie de la CF II/b en (3), selon une logique (dia)systémique de longue durée – une constante, autrement dit, un paramètre. L’évolution et la diversification des langues n’est en aucune manière exponentielle : elle est paramétrée, contrainte et prédictible, comme le montre l’analyse de notre échantillon issu de l’ALFK.

  • 26 Pour une recontextualisation récente du paradigme épistémologique néogrammairien dans l’histoire de (...)

e) Tout comme la CF proto-ouralienne II/b en (3) a pu produire pléthore d’imparisyllabiques monosyllabiques en son temps, nos exemples issus de l’ALFK ont montré qu’imperturbablement, l’évolution gabaritique du finnois n’a cessé de produire des formes compressées (fusion) ou à saillance augmentée (dipthongaisons secondaires), rappelant l’inexorabilité des lois phonétiques des néogrammairiens – à ceci près que, plutôt que de lois inexorables, il s’est plutôt agi de paramètres typologiques récurrents et de chaînes évolutives enchâssées, avec l’économie de moyens dons nous avons fait état. Ce que les néogrammairiens appelaient jadis “lois phonétiques inexorables” ne sont autre chose, après tout, que des constantes typologiques – en ce sens, la typologie du début du xxie siècle est en partie fille du comparatisme néogrammairien de la fin du xixe siècle26.

35Enfin, nous conclurons en encourageant les linguistes d’aujourd’hui à effectuer un retour vers les modèles et théories des néogrammairiens, dont la technè ou la méthode reste méconnue, trop souvent résumée à ce raccourci : “lois phonétiques inexorables contre emprunt et analogie”. Leur philosophie du langage et leur dispositif analytique des faits de langues étaient tout aussi profondément fondés sur la notion de système et de règles que les grammaires structurales ou génératives modernes. Les thésaurus qu’ils nous ont légué, comme l’ALFK, sont de véritables cavernes d’Ali Baba pour la linguistique du xxie siècle, y compris la linguistique de corpus, pourvu qu’on se donne les moyens de redimensionner leurs données.

Abréviations

36* forme reconstruite en diachronie

37!* forme alexicale (irrecevable)

38| : ou, ou bien

39& : et

40⸦ : inclut

41⸧ : implique

42ALFK : Atlas Linguistique Finnois de L. Kettunen (1940)

43ATMV : Aspect-Temps-Mode-Voix ; SKS : Suomalaisen Kirjallisuuden Seura [Société de Littérature Finnoise]

44C : Consonne ; dans les codes des aires dialectales C = centre

45CF : Classe Flexionnelle

46CLNF : Centre des Langues Nationales de Finlande (Kotimaisten Kielten Keskus)

47DIPHT CROIS : Diphtongue croissante

48DIPHT DECROIS : Diphtongue décroissante

49E : est ; W : ouest ; C : centre ; N : nord ; S : sud

50EFFAC : Effacement (amuïssement)

51GLID : Glidaison

52LAB : Labialisation

53MC : Mutation Consonantique

54NSSK : Nykysuomen Sanakirja (dictionnaire de référence du finnois standard).

55PFM : Paradigm Function Morphology

56RCR : Règle de Choix de Radicaux

57RE : Règle d’Exponence

58RMP : Règle Morphonologique

59RDS : Règle Diasystémique

60RDSM : Règle Diasystémique majeure

61RDSm : Règle Diasystémique mineure

62SE : Sud-Est

63Sg : Singulier

64SW : Sud-Ouest

65V : Voyelle

Haut de page

Bibliographie

Goldsmith J. & Laks B. (2021). Aux origins des sciences humaines. Linguistique, philosophie, logique, psychologie 1840-1940. Paris : Folio.

Häkkinen K. (1985). Suomen kielen äänne- ja muotorakenteen historiallista taustaa [L’arrière-plan historique de la structure phonologique et morphologique de la langue finnoise]. Turku : Suomen Kielen Laitos, Fennistica 6.

Jacob A. (1973). Genèse de la pensée linguistique. Paris : Armand Colin.

Hakulinen L. (1979)27. Suomen kielen rakenne ja kehitys [Structure et développement de la langue finnoise]. Helsinki : Otava.

Kettunen L. (1930). Suomen murteet II. Murrealueet. Helsinki : Suomalaisen Kirjallisuuden Seuran Toimituksia.

Kettunen L. (1940). Suomen murteet III. A. Murrekartasto ja B. Selityksiä murrekartastoon. Helsinki : Suomalaisen Kirjallisuuden Seuran Toimituksia.

Kettunen L. (1960). Suomen lähisukukielten luonteenomaiset piirteet [Les caractéristiques propres des langues fenniques]. Helsinki : Mémoires de la Société Finno-Ougrienne, n° 119.

Léonard J.L. (2012). Eléments de dialectologie générale. Paris : Michel Houdiard.

Léonard J.L. (2016a). « Introduction », in J.L. Léonard (éd.) Actualité des néogrammairiens, Mémoires de la Société de Linguistique de Paris XXIII : 1-13.

Léonard J.L. (2016b). « Les (post)néogrammairiens face au vepse (fennique oriental, ouralien) », in J.L. Léonard (éd.) Actualité des néogrammairiens, M.S.L.P., XXIII : 213-241.

Léonard J.L. (2021). « Paradigm Function Morphology Applied to the Southern Finnic Dialect Network », in M. Russo (éd.) Paradigm Function Morphology Applied to the Southern Finnic Dialect Network. Lancaster : Nova Science Publishers, 343-377.

Petit D. (2016). « Mécanisme et organisme dans la linguistique, des Néo-grammairiens », in J.L. Léonard (éd.) Actualité des néogrammairiens, M.S.L.P., XXIII : 69-105.

Pinault G.-J. (2016). « Flexion, dérivation et composition nominale selon les Néo-grammairiens », in J.L. Léonard (éd.) Actualité des néogrammairiens, M.S.L.P., XXIII : 107-137.

Picard F. (2020). Morphologie flexionnelle verbale des langues sames : modélisation de la complexité diasystémique d’un système flexionnel, thèse de doctorat, dir. J.L. Léonard, Sorbonne Université (inédit).

Rapola M. (1966). Suomen kielen äännehistorian luennot [Cours de phonétique historique de la langue finnoise], Rapola M. ([1947]-1969). Johdatus Suomen murteisiin [Introduction aux dialectes finnois]. Helsinki : SKS.

Samvelian P. (2008). « La conjugaison objective en erzya (mordve) : une approche réalisationnelle », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 53-1 : 333-361.

Stump G.T. (2001). Inflectional Morphology. A Theory of Paradigm Structure. Cambridge : Cambridge University Press.

Stump G.T. (2015). Inflectional Paradigms. Content and Form at the Syntax-Morphology Interface. Cambridge : Cambridge University Press.

Viitso T.R. (1981). Läänemeresoome fonoloogia küsimusi. Tallinn : Keele ja Kirjanduse Instituut.

Viitso T.R. (2003). « Structure of the Estonian language : Phonology, morphology and word formation », Estonian language. Linguistica Uralica supplementary series, vol. 1, edited by Mati Erelt. Tallinn : Estonian Academy Publishers, 9-129.

Viitso T.R. (2007). « Livonian Gradation : Types and Genesis », Linguistica Uralica 43 : 45-62.

Wiik K. (2004). Suomen murteet : Kvantitatiivinen tutkimus, [Les dialectes finnois : étude quantitative]. Helsinki : SKS.

Haut de page

Notes

1 Nous n’adhérons aucunement à la vision évolutionniste qui prédominait encore à l’époque pré-néogrammairienne d’August Schleicher (1821-1868), héritée des premiers comparatistes indo-européanistes, dont Franz Bopp (1791-1867), qui postulait une dérive évolutive, allant du type isolant (ou compositionnel) au type flexionnel/synthétique (ou inférentiel), en passant par le type agglutinant (ou incrémentiel). Les langues associent le plus souvent, en synchronie, une combinaison intriquée de ces différents « types », et la diversité interne à toute « famille de langue » (ouralien, altaïque, niger-congo, etc.) s’ingénie toujours à montrer à quel point cette gamme de types constructionnels peut varier, y compris en associant des procédés additionnels, de manière marginale ou centrale, comme le polysynthétisme ou l’introflexion (Umlaut et Ablaut, métaphonie, morphologie non concaténée, comme en afro-asiatique, notamment en sémitique) – d’ailleurs prise en compte par les néogrammairiens à travers leur théorie de l’ablaut (cf. Petit 2016). La notion de gamme holographique en synchronie et dans les diasystèmes est donc plus heuristique que celle de dérive évolutive. L’un.e des évaluateurs.trices du présent article a raison de nous rappeler qu’il convient de « distinguer la langue objet et le langage de description. ‘Incrémental’ et ‘inférentiel’ sont des propriétés du second, non de la première. Comme chacun sait, il est parfaitement possible de décrire des phénomènes morphologiques de type fusionnel au moyen d’un modèle incrémental. Et tout aussi possible de décrire des phénomènes de type agglutinant au moyen d’un modèle inférentiel. » C’est ce que nous avons tenté de faire ici à l’aide du modèle Paradigm Function Morphology, de Stump. Nous n’avons pas non plus renoncé à des termes plus centrés sur la langue, comme fusion, qui nous sert dans le traitement des règles diasystèmiques en morphonologie, infra section 3. Mais nous avons tenté de déplacer le débat sur la typologie concaténative des langues, en transcendant les termes d’agglutinant et d’agglutinance, pour nous trop connotés de typologie évolutionniste schleicherienne.

2 Acronyme valant pour Atlas Linguistique Finnois de (Lauri) Kettunen. Le fac-similé de l’atlas linguistique en question est accessible en ligne sur le lien http://kettunen.fnhost.org/.

3 Cf. Léonard (2021), pour une application de PFM à la morphologie flexionnelle fennique, nord (finnois) et sud (estonien).

4 Cf. Léonard (2016b). La/la deuxième relecteur/trice de cet article a raison de suggérer une certaine prudence dans cette catégorisation : « Même si Kettunen connaissait bien les travaux des néogrammairiens, il n’est pas évident qu’il puisse être considéré comme un des leurs à part entière. » Par certains aspects de son œuvre, Lauri Kettunen peut en effet être considéré même comme épistémologiquement proche du structuralisme, par son goût pour la typologie des langues, comme dans son ouvrage « sur les caractéristiques propres des langues fenniques » (1960), mais on pourrait difficilement le classer comme structuraliste ou comme fonctionnaliste pour autant, tant sa grille d’analyse dominante, prégnante, reste celle du dispositif néogrammairien défini par Setälä. Une façon modérée et prudente de qualifier Kettunen serait donc de le positionner dans un entre-deux, entre néogrammairiens et structuralistes. Il n’en reste pas moins que l’ALFK fonde tout son dispositif analytique des variables et isoglosses phonologiques en diachronie sur le modèle néogrammairien édifié par Setälä – d’où la liberté que nous prenons ici d’affilier Kettunen à la tradition néogrammairienne. Voir Goldsmith et Laks (ibidem) pour une historiographie fine des courants de pensée linguistique entre fin du xixe siècle et début du xxe siècle. Selon eux, même la catégorisation de « néogrammairiens » pour les plus célèbres d’entre eux reste sujette à caution : Hermann Paul écrivit lui-même « Il n’y a donc pas d’école néogrammairienne bien qu’il y ait une orientation néogrammairienne » (cité par Goldsmith et Laks, op. cit. 186).

5 On croit généralement que les néogrammairiens ignoraient la dialectologie, ou en étaient des adversaires effrénés. C’est parce qu’on retient surtout des postures comme celle de Jules Gilliéron (1854-1926) en France, dont la géolinguistique, comme paradigme émergent, s’opposait aux « lois phonétiques inexorables », qu’on attribue de manière stéréotypée aux néogrammairiens un antagonisme envers la dialectologie ou les dialectologues. Or, ces savants appelaient de leurs vœux au développement d’une dialectologie des parlers modernes, comme horizon heuristique au-delà des langues anciennes. Ils étaient même, sur ce point, enthousiastes et dithyrambiques envers les vertus heuristiques des faits dialectaux, que certains d’entre eux, comme Leskien, avaient commencé à rassembler (v. Jacob 1973 : 126-138), si bien qu’ils ne s’attendaient nullement à la contradiction, parfois violente, qu’ils reçurent des dialectologues, lorsque vint leur tour de promouvoir leur champ de recherches, conçu comme concurrent, plutôt que complémentaire ou connexe – une ironie du sort somme toute triviale, en sociologie des sciences.

6 https://www.kotus.fi/kielitieto/murteet/suomen_murteet.

7 L’auteur avait divisé son œuvre en trois volumes : en 1930, un recueil de textes transcrits en alphabet phonétique finno-ougriste, ainsi que le volume II (Kettunen 1930) qui classe et détaille de manière très précise, sur le plan historique et géographique, les aires dialectales, numérotées de I à X, en chiffres romains (les sous-dialectes figuraient en chiffres arabes, spécifiés à l’aide d’une lettre minuscule, ex. IX7b et IX7c pour ce qui est indexé comme aire 7a dans la carte du CLNF (Centre des Langues Nationales de Finlande), v. infra, Figure 1, valant pour le sous-dialecte du Häme central de la région du lac Päijänne, région du Päijät-Häme). La taxinomie aréologique (ou classement des aires dialectales) de Lauri Kettunen de 1930 s’avère plus détailliste, et donc atomiste, que celle retenue actuellement par le CLNF, mais elle est argumentée avec une foule de détails historiques et géographiques du plus haut intérêt.

8 Voir la page citée précédemment du CLNF : https://www.kotus.fi/kielitieto/murteet/suomen_murteet, et https://fi.wikipedia.org/wiki/Suomen_murteet, aisément traduisible en ligne.

9 L’aire 7i est celle de l’exclave savo du dialecte dit « de Värmland » (Vermlannin murre), par implantation de populations de langue finnoise venues défricher des terres en Suède centrale ainsi qu’en Norvège à la fin du xvie siècle. On parle de Skogfinns en Norvège et de Skogsfinnar en Suède.

10 Les conventions de notations sont celles du finnois standard ou de la variante utilisée pour noter phonétiquement les dialectes. Elles sont très proches de l’A.P.I. (<j> vaut pour un glide palatal, <y> vaut pour la voyelle labiopalatale haute, comme dans le français « lu », <k> une occlusive vélaire, etc.), mais notons cependant que les trémas signalent des voyelles palatales : <ö> pour une voyelle labiopalatale moyenne comme en français dans « lieu », <ä> pour une voyelle basse palatale, comme dans l’anglais cat ‘chat’, pat ‘tapoter’, brat ‘gamin’. Les notations en caractère grecs β, δ, γ restituent des fricatives voisées, en réalité des approximantes, respectivement bilabiale, interdentale et vélaire, reconstruites par la démarche comparative à échelle interdialectale, mais aussi finno-ougrienne (langues de la Volga) ; <ś> vaut pour une fricative alvéopalatale. Le système phonologique du finnois se résume ainsi : type CV(C)CVC et harmonie vocalique palatovélaire (i et e sont neutres), consonnes hors xénolexique : p, t, ts, k, v, s, h, m, n, r, l, j, w ; voyelles : monophtongues i, e, ä, y, ö, u, o, a, diphtongues décroissantes ei, öi, äi, oi, ai, ey, öy, äy, eu, ou, au, fermées yi, ui, iu, iy, croissantes ie, yö, uo.

11 La forme rekiä existe cependant bel et bien, mais elle vaut pour la cellule du partitif pluriel, et s’analyse en rek+i+A – la voyelle majuscule notant un archiphonème soumis à l’harmonie vocalique palatale, que le lecteur aura identifiée sans peine dans les exemples concernant cet item : rekenäreke+nA à l’essif sg. L’alternance de la voyelle thématique reki / reke- est due à une autre loi néogrammairienne ressortissant au protofennique tardif, de rehaussement de -e thématique en position finale (*e > i /_#).

12 L’accolade basse note ici, dans ruis, un hiatus, sans pour autant se réaliser comme une constriction glottique.

13 Les domaines susceptibles d’alterner de manière inférentielle dans la flexion sont signalés en gras dans les lemmes entre parenthèses, qui figurent ici au nominatif singulier pour les noms, et au thème de présent 3 Sg pour les verbes ; la forme du finnois standard est la première de la liste pour chaque item : par ex. dans 40 (mäki) mäet, mäjet, mäit ‘colline’, mäet est la forme standard (au nominatif/accusatif pluriel). La liste est bien plus complète sur la page http://kettunen.fnhost.org/?i=1, et elle correspond en tous points à un sommaire canonique d’étude de phonétique historique des dialectes finnois ou fenniques selon la théorie distributionnelle (avant l’heure) et morphologiste des Néo-grammairiens finlandais.

14 Hakulinen (1979 : 79-84) rappelle qu’il faut compter cependant avec des variantes de ces thèmes en fonction de RMP telles que la MC ou le rehaussement de la voyelle basse avant un -i de pluriel : par exemple pour la CF I/a ci-dessous, vanha ‘vieux’/vanho-i-na essif pl ; kotoFortis / *kodaLenis ‘maison, chez soi’, kot-i-a, partitif pl. ; maksa-n ‘je paie’, makso-i-n ‘je payai(s)’, makse-ttu ‘payé’ ; otta-vatFortis ‘ils prennent’, ota-tLenis ‘tu prends’. Aussi loin qu’on remonte dans la reconstruction, l’incrémentialité est toujours soumise à des conditions d’inférentialité par les RMP.

15 Au sg, l’accusatif est syncrétique avec le génitif, de même qu’au pluriel, l’accusatif est syncrétique avec le nominatif, ce qui permet d’en faire ici l’économie.

16 Ces représentations PFM sont triviales, et se lisent ainsi : pour une RCR indexée CF1 (selon la taxinomie du NSSK), un radical X unique se décrit comme le lexème VALO, associé à un ensemble (sigma) de traits morphosyntaxiques de cas et de nombre, tel que sa réalisation forme un ensemble insécable valo. La parenthèse vide indique que la catégorie est décrite par défaut, et correspond à un ordre de généralité supérieur. La lecture des représentations est analogue pour les RE qui suivent, mais les cas sont renseignés, puisque ce bloc traite des sous-catégorisations qu’ils enclenchent dans le bloc des RCR, où les allomorphes radicaux, ou thèmes, sont indiqués par des X numérotés, selon l’éventail de leur DC.

17 Cf. Léonard (2012) sur le caractère heuristique de cette distinction fondée sur la magnitude aréologique des aires, en relation d’imbrication et d’implication structurale – l’idée, cependant, est aussi ancienne que la chronologie relative, mais projetée sur le plan géolinguistique.

18 http://kettunen.fnhost.org/html/kett038.html.

19 Le terme consacré en finnois pour la contraction syllabique est supistuminen, dérivé du verbe supistua ‘se contracter’, dérivé réflexif de supistaa ‘contracter, presser’ ; cependant, en linguistique finnoise, ce terme est plutôt utilisé pour des phénomènes équivalents survenant dans le domaine suffixal, et non radical comme ici – il existe même dans le domaine verbal une CF appelée supistumaverbit, ou « verbes à contraction », avec séquences -V(+C)A > -AA, ex. kuormataFortis ‘charger’ et kuormatkaaFortis ‘chargez !’ versus kuormaanLenis ‘je charge’. Le phénomène est analogue à celui observé ici dans l’alternance reke-Fortis/ree-Lenis. Nous prenons sur nous de généraliser ce terme au domaine radical (celui des RCR), en tant que macro-RMP.

20 Pour cet item diasystémique, Kettunen note dans son atlas une réalisation non apocopée ni simplifiée du suffixe d’inessif : -ssA, alors qu’ailleurs dans le réseau dialectal, le suffixe peut être réduit, comme l’indiquent les parenthèses dans les autres exemples.

21 Cf. http://kettunen.fnhost.org/html/kett155.html.

22 Afin de simplifier et de ne traiter que les formes lemmatiques fournies par l’ALFK, nous ne prenons ici en compte dans ces représentations PFM que les cas flexionnels retenus pour l’exemplification des tokens dans les cartes de l’ALFK. La description en ce qui concerne le système flexionnel est plus complexe, puisque X1 peut également s’appliquer à d’autres fonctions paradigmatiques que celles indiquées dans ces quelques lignes.

23 Ces cartes sont consultables en ligne, sur les liens suivants : http://kettunen.fnhost.org/html/kett041.html (carte 41 : joki) ; http://kettunen.fnhost.org/html/kett044.html (carte 44 : rukii-, cas oblique) ; http://kettunen.fnhost.org/html/kett045.html (carte 45 rako) ; http://kettunen.fnhost.org/html/kett046.html (carte 46 teko) ; http://kettunen.fnhost.org/html/kett047.html (carte 47 : maku).

24 Ces cartes sont consultables en ligne, sur les liens suivants : http://kettunen.fnhost.org/html/kett037.html (carte 37 jaka-) ; http://kettunen.fnhost.org/html/kett039.html (carte 39 teke-) ; http://kettunen.fnhost.org/html/kett042.html (carte 42) ; http://kettunen.fnhost.org/html/kett043.html (carte 43 : kokoa-/koota).

25 A l’infinitif I, correspondant à un infinitif non participial, à la différence des infinitifs en -mA.

26 Pour une recontextualisation récente du paradigme épistémologique néogrammairien dans l’histoire des idées, voir Goldsmith et Laks (2021 : 177-190).

27 Quatrième édition : parue initialement en deux volumes, en 1941 et 1946, à un tournant de l’histoire de la Finlande, du point de vue de sa construction nationale. Il s’agit là d’un ouvrage de référence tout aussi prestigieux et incontournable que le NS. On trouvera une traduction anglaise parue chez l’éditeur londonien Routledge en 1997 : The Structure and Development of the Finnish Language.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Taxinomie aréologique (ou carte des aires dialectales) du finnois
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6393/img-1.png
Fichier image/png, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Léo Léonard, « Parangons inférentiels dans l’Atlas linguistique du finnois de Lauri Kettunen. Une approche réalisationnelle en morphologie flexionnelle d’un corpus dialectal fennique »Corpus [En ligne], 23 | 2022, mis en ligne le 02 mars 2022, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/corpus/6393 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corpus.6393

Haut de page

Auteur

Jean Léo Léonard

Dipralang, EA 739
Université de Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search