Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23VariaL’hétéronymie à l’épreuve de la l...

Varia

L’hétéronymie à l’épreuve de la logométrie : quand Vian rencontre Sullivan

Heteronymy through the logometric lens: when Vian meets Sullivan
Camille Bouzereau, Cécile Pajona et Clara Sitbon

Résumés

Boris Vian crée son hétéronyme Vernon Sullivan en 1946. Or, leurs romans s’inscrivent dans des sous-genres discursifs bien distincts. Dès lors, peut-on parler de deux romanciers pour une même plume ? Quel rôle joue le genre et son impact endigue-t-il tout point de rencontre ? Au contraire, existe-t-il, malgré tout, des liens intertextuels entre les deux œuvres ? Ces questions résultent d’une rencontre entre trois recherches doctorales qui a permis de croiser un concept (l’hétéronymie) à une méthode (la logométrie). Pour répondre à ces questions linguistiques, cet article déroule en effet le protocole méthodologique de la logométrie et propose des premiers éléments de réponse. Pour réaliser cette étude, notre corpus contraste les romans de douze auteurs contemporains et proches génériquement des romans de Boris Vian et de Vernon Sullivan. Ce corpus est disponible sur le logiciel Hyperbase (développé au laboratoire Bases, Corpus, Langage UMR 7320). Le parcours interprétatif de cet article est le suivant : nous partons de résultats issus de la statistique occurrentielle (1) et cooccurrentielle (2) pour aller progressivement vers des zones de textualité réunissant Boris Vian à Vernon Sullivan (3).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’hétéronyme désigne « le nom donné à un autre imaginaire », et ce nom d’emprunt « va de pair avec (...)
  • 2 Pour plus d’informations sur les circonstances de la naissance de cet hétéronyme, consulter Noël Ar (...)
  • 3 J’irai cracher sur vos tombes (1946), Les morts ont tous la même peau, « Les Chiens, le désir et la (...)

Boris Vian (1920-1959), auteur prolifique de la première moitié du XXe siècle, signe, sur une période de production courte (1940-1959), de nombreux écrits de différents genres et formats. En 1946, Boris Vian crée un hétéronyme1, Vernon Sullivan2, qui signe au total quatre romans et une nouvelle, inscrits dans la tradition du roman policier traduit de l’américain et de la Série Noire3. Lorsque Jean d’Halluin sollicite l’aide de Vian pour le lancement de sa nouvelle maison d’éditions, « Les Éditions du Scorpion », c’est pour écrire « quelque chose de bien érotique, un truc du genre Pas d’Orchidées pour Miss Blandish », pour faire concurrence au bestseller de la Série Noire lancée par Marcel Duhamel chez Gallimard en 1945 (Pestureau 2000 : 35). Le cahier des charges de la Série Noire met en avant une volonté de sérialisation du roman policier, une uniformisation de la voix traductive, et une consistance au niveau de la longueur des textes (Lhomeau 2000 : 60-68) : il fallait « couper dans les gamberges » (Touchant 1989 : 14). Si les traductions de la Série Noire restent contestées d’un point de vue traductologique, elles ont posé les jalons d’un style caractéristique du roman policier « traduit de l’américain ». Ces considérations génériques, ainsi que le cahier des charges de la Série Noire, sont à prendre en compte dans le cadre de la présente étude exploratoire qui vise à confronter les textes signés Vian (six romans dont cinq publiés) à ceux signés Sullivan (quatre romans et une nouvelle) pour décrire les points de divergence et de rencontre.

  • 4 Mayaffre 2010.
  • 5 Cet article naît en effet de la rencontre entre trois recherches doctorales (Pajona 2019, Sitbon 20 (...)

Vian et Sullivan, en tant que figures auctoriales, naissent tous deux de la plume de Vian écrivain. Les écrits signés Vian et ceux signés Sullivan appartiennent à des genres distincts. Dès lors, dans le cadre de cet article qui propose d’articuler un concept (l’hétéronymie) à une méthode (la logométrie)4, nous nous sommes posé les questions suivantes5 : quel est l’impact du genre dans l’écriture de ces deux figures auctoriales ? Quelles sont les spécificités relatives au genre et, a contrario, existe-t-il des points de convergence dans leur écriture ?

Présentation du corpus

  • 6 Nous reprenons ici, avec la formule « littérature générale », la terminologie de Gonon et al. (2018 (...)
  • 7 D’où notre appellation « littérature générale ».
  • 8 Leão 2011, Lapprand 1993 et 2012, Pesturau 1980.

Si la logométrie s’est déjà penchée sur l’étude comparative d’un orthonyme et de son hétéronyme (Brunet et Vanni 2019), notre travail ajoute, à la possibilité de retrouver la patte stylistique de Vian dans les écrits signés Sullivan, la particularité de mélanger différents sous-genres (Malrieu et Rastier 2001). Dès lors, dans la constitution de notre corpus, notre premier choix a reposé sur la volonté de mélanger différents sous-genres (romans de littérature générale6 vs romans policiers ou romans de la Série Noire) mais de conserver le même genre discursif : le roman. Si les romans de la Série Noire suivent un cahier des charges bien défini, ce n’est pas le cas des romans de Vian, qui s’inscrivent dans la mouvance de ceux de la moitié du XXe siècle7 avec une influence de l’esthétique surréaliste, un goût du langage qui se retrouve dans ce qui sera, après sa mort, l’OuLipo et de manière générale un ancrage de son œuvre dans les mouvances de son époque8. De ce fait, outre les romans, nous avons sélectionné des œuvres d’auteurs contemporains de la période de rédaction romanesque de Vian (1944-1953). L’usage commun de certains procédés par Vian et Giono (Milcent-Lawson 2013 ; Pajona 2019) a aussi motivé la présence de ce dernier et la proximité de Vian avec le Nouveau Roman et nous a conduits à introduire Robbe-Grillet parmi les différentes partitions possibles. Dans la perspective de comparer Vian à Sullivan, nous avons également sélectionné les vingt premiers romans de la Série Noire. La base est constituée de plus de 2 millions d’occurrences, réparties entre douze auteurs sur une période allant de 1944 à 1953.

Méthode

  • 9 Nous remercions É. Brunet pour son aide et pour ses conseils précieux lors de l’élaboration du corp (...)

Nos analyses reposent sur une articulation du quantitatif et du qualitatif et s’inscrivent dans une perspective logométrique. Notre choix méthodologique porte sur le croisement d’un traitement quantitatif des données reposant sur un traitement semi-automatique global de la textualité dans toutes ses dimensions et destiné à faire émerger des parcours interprétatifs susceptibles de nourrir notre réflexion linguistique et littéraire. Le traitement quantitatif de notre corpus a été́ réalisé avec le logiciel Hyperbase (version Hyperbase 10.0 – 2015 d’É. Brunet et la version web développée par L. Vanni), outil d’exploration documentaire et statistique de base hypertextuelle, produit par l’UMR Bases, Corpus, Langage9. La complémentarité des deux méthodes tournées tantôt sur la quantité, tantôt sur la qualité s’est effectuée en suivant un parcours progressif partant de la constitution d’un corpus contrastif et du repérage de qualités saillantes, pour aboutir à l’identification et à la caractérisation de formes (Rastier 2020).

  • 10 Ainsi, nos recherches pour ce corpus littéraire se sont nourries des articles réunis par Magri et a (...)

Une fois ce corpus constitué, se sont dégagés trois champs de pertinence qui s’inscrivent dans le prolongement des cadrages élaborés dès le premier numéro de cette revue (Mellet et al. 2002). En effet, ces champs de pertinence progressent d’une approche lexico-grammaticale qui prend comme point de départ la statistique occurrentielle (1.), vers une approche textuelle consacrée à la cohérence et aux zones de textualité que la statistique cooccurrentielle permet d’articuler (2.) pour terminer par une analyse des exemples caractéristiques de notre corpus (3.)10. Dans ce cadre, nous partons systématiquement de contextes considérés comme représentatifs grâce à la statistique cooccurrentielle. Ces différents exemples sont par la suite analysés linguistiquement selon différentes strates.

1. De l’impact du genre au point de rencontre

Nos premières recherches reposent sur une démarche lexico-grammaticale pour identifier et analyser les récurrences lexicales et grammaticales propres à chaque auteur du corpus. L’ensemble des résultats vient du logiciel Hyperbase qui permet le calcul des spécificités internes (Brunet 2011 : 83-97) et le calcul de la distribution des fréquences, c’est-à-dire les traits linguistiques surutilisés ou sous-utilisés dans un texte par rapport à leur « norme » d’usage dans le corpus. Le calcul des spécificités est exprimé par un écart réduit et ce sont ces résultats macrostructuraux que nous présenterons avec pour objectif d’observer l’impact du genre dans notre corpus. Dès lors, nous commencerons par la distribution grammaticale et nous continuerons avec les spécificités lexicales.

1.1. La distribution grammaticale : un marqueur générique

Le tableau ci-dessous porte sur la répartition de 7 catégories grammaticales (nom commun, nom propre, adjectif, déterminant, adverbe, verbe, pronom) et l’observation s’attache aux catégories qui revêtent un écart réduit positif (dès lors que la fréquence observée s’écarte du modèle fixé à (+2)).

Tableau 1. Spécificités syntaxiques par auteur

Tableau 1. Spécificités syntaxiques par auteur
  • 11 Hormis pour Burnett qui présente des résultats banals selon le seuil fixé par M. Tournier (1998). L (...)

Les quatre catégories (adjectif, nom commun, déterminant, nom propre) surutilisées par les auteurs de littérature générale relèvent du groupe nominal quand les trois surutilisées par les romans de la Série Noire relèvent du groupe verbal11. A contrario, les catégories verbales sont sous-utilisées par la littérature générale et les catégories nominales par les romans de la Série Noire. Ces résultats mettent en relief une distinction fondamentale décrite en statistique textuelle et en grammaire. Selon H. Bonnard (2001 : 14), les langues indo-européennes systématisent « la distinction de l’événement et de la substance par l’opposition morphologique des verbes et des substantifs ». En statistique textuelle, cette distinction fait consensus depuis P. Guiraud (1954) : ceux qui surutilisent le nom sous-utilisent le verbe et inversement, ceux qui surutilisent le verbe sous-utilisent le nom. Ces résultats rejoignent également le phénomène décrit par É. Brunet (1981) qui démontre l’existence de deux discours typiques en littérature française : le discours nominal vs le discours verbal. Dans notre corpus, ce phénomène tient bien de l’impact du genre : les romans de la Série Noire surutilisent le verbe (cf. « couper dans les gamberges ») – l’événement donc, selon H. Bonnard – et délaissent le nom, quand les romans de littérature générale surutilisent le nom, la substance. Dans ce cadre, les romans de Vian et Sullivan correspondent à deux genres distincts : Vian ressemble à ses contemporains et privilégie un discours nominal quand le second privilégie un discours verbal. Dès lors, ces premiers résultats révèlent que le genre oppose nettement les deux auteurs sur le plan syntaxique et nous interrogent désormais sur l’impact du genre au niveau lexical.

1.2. Le lexique vianesque vs le lexique sullivanesque

Si Vian privilégie le nom/la substance et Sullivan le verbe/l’événement, au service de quels lexiques se mettent ces structures opposées ? Dans la figure (1), l’analyse factorielle des correspondances (AFC) des 300 verbes les plus récurrents de notre corpus (également réalisée à partir de l’écart réduit) distingue, selon l’axe F2, les auteurs de littérature générale des auteurs de roman policier - exception faite pour Sullivan.

Figure 1. AFC des 300 verbes

Figure 1. AFC des 300 verbes

Cet axe F2 rapproche Vian de Sullivan autour de trois catégories : soient les verbes de parole (demander, hésiter, murmurer, conclure, proposer), les verbes de mouvement (revenir, écarter, tourner, pénétrer, suivre, presser, danser) et les verbes de perception (observer, apparaître, disparaître, sentir). Le fait que Sullivan apparaisse parmi les auteurs de littérature générale n’est pas anodin. D’ailleurs, du côté des deux autres quadrants, les auteurs de roman policier se regroupent autour d’un lexique génériquement marqué : tuer, attraper, fouiller, regarder, fouiller, ouvrir, fermer, examiner. Ce premier résultat nous a incitées à poursuivre dans l’analyse, d’autant que l’axe F2 est celui qui participe le moins à l’information pour cette AFC. Si l’AFC des 300 verbes ne permet pas de discriminer génériquement Vian et Sullivan, qu’en est-il du côté de l’AFC des 300 noms les plus utilisés ? Le cas échéant, cette seconde AFC fait-elle émerger un thème commun susceptible de réunir les verbes de mouvement, de parole et de perception perceptibles dans la figure (1) ?

Figure 2. AFC des 300 noms

Figure 2. AFC des 300 noms

Dans cette AFC, les substantifs permettent de discriminer le roman policier des romans de littérature générale : autour du premier facteur de l’AFC, l’axe F1 (l’axe horizontal), s’organise une lecture dichotomique qui repose sur des marqueurs génériques. Au lexique du roman policier (qui rapproche Sullivan de Chandler, Marshall, Burnett et Cheyney à gauche) s’oppose le lexique de la nature et de la terre qui rassemble de l’autre côté Vian, Giono et Queneau. Toutefois, autour de l’axe F2 (auquel Vian participe davantage), figure un lexique pourtant délaissé dans la littérature depuis 1915. En effet, alors que Brunet (1995) parle de l’abandon du corps dans la littérature depuis les années 1915-1946 surgit ici, dans l’hémisphère haut, le lexique du corps auquel vient s’opposer symétriquement le lexique de la terre (hémisphère bas). Le roman policier pratiqué par Chandler, Marshall, et Sullivan réhabilite l’observation du corps et, de son côté, Vian se rapproche de ces auteurs via le lexique du corps avec les termes : pieds, corps, joue, peau, ventre. Cette thématique du corps semble éclairer le lien entre verbes de perception, de mouvement et de parole perceptibles dans la figure (1). Pour confirmer cette hypothèse, nous conduisons notre seconde étude vers la statistique cooccurrentielle qui permet de repérer les thématiques communes susceptibles de rapprocher Vian et Sullivan. Outre les spécificités lexicales, notre intérêt repose également sur la textualité vianesque vs celle de Sullivan et nous nous interrogerons notamment sur ces zones de textualité que la statistique cooccurrentielle permet d’articuler.

2. L’isotropie du corps : un point de rencontre

Autour de quelles thématiques se construisent les œuvres de Sullivan vs celles de Vian et comment s’articulent-elles ? En existe-t-il qui leur sont spécifiques ou bien les deux œuvres tendent-elles plutôt à se distinguer au niveau de certaines sous-thématiques ? Dans ces perspectives, quelle place occupe la thématique du corps ? Pour cette étude, nous partons du cadrage théorique et méthodologique développé par J.-M. Viprey (2005) qui observe la continuité sémantique de son corpus via une statistique cooccurrentielle. Il constate que « les items proches sur le graphe ont des contextes massivement similaires du point de vue de leur constitution lexicale, ils ont les mêmes cooccurrents » (ibid. : 65) et ces résultats le conduisent à la proposition théorique de remplacer la notion d’isotopie par la notion d’isotropie. Il s’agit d’établir une cartographie du texte à travers un calcul cooccurrentiel des thématiques les plus utilisées. Le logiciel Hyperbase permet cette recherche via la fonction Corrélat qui dresse la carte synthétique des cooccurrences (par une AFC).

L’approche cooccurrentielle permet de caractériser un mot par sa micro-distribution par rapport aux autres, c’est-à-dire par son contexte. Le traitement statistique permet de généraliser cette approche pour rendre compte au niveau du texte des structures ou maillages qui se dégagent. La fonction Corrélat regroupe mathématiquement ou graphiquement les mots qui ont le même profil cooccurrentiel, postulant l’idée que les mots qui ont le même profil cooccurrentiel, c’est-à-dire distribués de manière identique dans les paragraphes, ont un rapport sémantique ou thématique. Dans cette perspective, les isotropies représentent des zones de textualité et constitueront notre objet d’étude dans cette seconde section.

Selon ces mots qui forment des réseaux, plusieurs catégorisations sont possibles. Les deux graphiques (figures 3 et 4) rendent compte d’isotropies fondamentales, l’une axée sur la thématique du corps (le quadrant en haut à droite de Sullivan et le quadrant en bas à droite de Vian) et l’autre sur la thématique du quotidien (soit le quadrant en haut à gauche pour les deux figures).

Figure 3. AFC des 300 mots pleins. Regroupement isotropique chez Sullivan

Figure 3. AFC des 300 mots pleins. Regroupement isotropique chez Sullivan

Le premier facteur de l’AFC (F1) révèle, à l’extrême gauche, un lexique du quotidien (boulot, affaire, travail, parents, soirée, ami, enfant, copain) et à l’extrême droite le lexique de l’intime, des différentes parties du corps (ventre, rein, corps, jambe, dos, bouche, peau). À cette lecture horizontale se succède une lecture verticale, autour de l’axe F2, qui oppose la partie haute à la partie basse de l’AFC. L’axe F2 oppose ici deux manières de parler de l’humain en littérature. Figure, en effet, en haut du graphique une représentation de l’humain comme individu, tourné vers l’extérieur (quadrant de gauche) c’est-à-dire vers des questions sociétales et vers l’intérieur (quadrant de droite) avec son rapport au corps. Symétriquement, en bas du graphique, l’humain n’apparaît plus comme individu mais comme personnage stéréotypé, c’est-à-dire comme un prototype du genre policier. Les deux quadrants du bas révèlent un lexique caractéristique du genre policier. On retrouve ainsi les principaux acteurs du roman policier avec les termes police, agent, flic, docteur auxquels s’adjoignent des objets et des lieux caractéristiques du genre avec le réseau revolver, corde, cigarette d’une part et le réseau porte, escalier, salle, rideau, chambre, douche d’autre part. L’étude des principales thématiques semble confirmer la présence du corps et de l’intime dans les romans de Sullivan. Cette AFC révèle également des pistes d’études pertinentes concernant la place de l’humain dans ces œuvres et nous conduit désormais à observer les 300 mots pleins chez Vian.

Figure 4. AFC des 300 mots pleins. Regroupement isotropique chez Vian

Figure 4. AFC des 300 mots pleins. Regroupement isotropique chez Vian

Autour du premier facteur de l’AFC, l’axe horizontal (F1), s’organise une lecture dichotomique opposant le dedans au dehors, l’intime à l’extérieur. À l’extrême droite du graphique figure le rapport au corps (jambe, tête, corps, main, bouche, épaule, peau, figure, bras, cheveu) et au foyer (maison, pièce, intérieur, couloir, escalier, chambre, table). En parallèle, à l’extrême gauche du graphique sont représentées les activités extérieures du quotidien. On retrouve le lexique du travail (travail, travailler, besoin) ainsi que les fonctions spécifiques des romans de Vian (archéologue, professeur), puis un lexique qui repose sur le rationnel (raisons, question, fait, pourquoi, proposer, comprendre). Par ailleurs, l’axe F2 (vertical) oppose le quotidien (quadrants du haut) à l’intime avec l’isotropie du corps (en bas à droite). Ce graphique se concentre sur la place de l’individu de manière générale. Ces AFC révèlent, de surcroît, que l’isotropie du corps est commune aux textes de Vian et de Sullivan et qu’elle fonctionne sur des réseaux sémantiques similaires articulés autour des termes jambe, tête, corps, main, bouche, épaule, peau, figure, bras, cheveu. Ces réseaux forment des noyaux de sens qu’il nous semble légitime d’observer en contexte. C’est ce qu’il s’agira désormais d’analyser pour déterminer si l’impact du genre dans l’écriture du corps est suffisamment fort pour aplanir les points de rencontre de Vian et Sullivan.

3. Extraction et analyse des collocations 

Les termes corps, dos, jambe, et figure fonctionnent ensemble jusqu’à former une isotropie, qu’il s’agisse de la partition Vian ou bien de la partition Sullivan. Quelles observations peut-on faire sur le(s) contexte(s) de ces mots du corps qui ont de fait le même profil cooccurrentiel ?

3.1. Le corps comme un tout : la sexualisation

Une observation sommaire du profil cooccurentiel du terme corps dans les romans signés Vian ainsi que dans ceux signés Sullivan révèle des termes communs désignant différentes parties du corps. Lorsque le corps est envisagé dans sa totalité dans les deux œuvres, c’est systématiquement en relation aux autres parties du corps. Dans cette optique, quel est le lien entre le corps et ses parties, et ce lien se décline-t-il de façon similaire chez Vian et chez Sullivan ?

  • 12 Chaque nuage de mots présente les principaux cooccurrents du mot-pôle recherché. Leur position sur (...)

Figure 5. Profil cooccurrentiel de corps chez Vian12

Figure 5. Profil cooccurrentiel de corps chez Vian12
  • 13 Les cooccurrents sont classés par ordre d’apparition, c’est-à-dire selon la force de la cooccurrenc (...)

Le nuage de mots ci-dessus montre que le profil cooccurrentiel du terme corps comprend les parties du corps (pied, main, œil, tête, cou, bras, peau, chair, veinule, cheveu, crânien)13. Plus intéressante encore est l’apparition de termes qui, liés au corps, ont une connotation sexuelle (drap, lit, horizontal, contact, sensualité, mollesse). En contexte, ce sont systématiquement les parties du corps qui véhiculent la sexualité :

  • 14 Tous les mots cooccurrents apparaissent en gras dans nos exemples.
  • 15 Les romans dont sont issus nos exemples en contexte seront abrégés comme suit entre parenthèses. Po (...)

(1) Colin posa les deux mains14 sur les épaules d’Alise. Il sentait la chaleur de son cou et les cheveux doux et frisés près de sa peau. Il suivit le corps d’Alise avec ses mains. (EJ)15

Dans cet extrait, les parties du corps mentionnées (main, cou, cheveux, peau) entrent dans la description dynamique des caresses de Colin. Le corps, en arrivant à la fin du cheminement des mains de Colin, est perçu comme une désignation elliptique, presque métonymique, renvoyant directement au sexe. Cette dynamisation de la description de la sexualité montre une volonté de passer sous silence l’acte sexuel en se concentrant sur ce qui précède. L’exemple (2) est plus explicite dans cette vision atomisée du corps, liée au cheminement du personnage masculin et à sa montée du désir.

(2) Angel la regarda. [Rochelle] avait enlevé́ sa robe et son corps se dressait, épanoui et robuste, mais marqué, à tous les endroits fragiles, de rides et de cassures imperceptibles en apparence. Ses seins affaissés pesaient sur le tissu frêle du soutien-gorge blanc, et ses cuisses charnues laissaient transparaître des veines sinueuses et bleutées. (AP)

La présence du verbe de perception regarder signale l’importance du point de vue du personnage sur le corps de Rochelle. Cette focalisation est appuyée des termes chargés négativement tels que rides, cassures, affaissés, veines. Chaque terme évoque précisément la position du regard du personnage sur le corps nu de Rochelle. Ainsi, lorsque le corps est mentionné avec la présence de termes précis de l’anatomie, il renvoie toujours au corps nu, prêt à l’acte sexuel.

Il est intéressant de noter que le voile mis sur la sexualité ne touche que les couples ou l’amour. Le sexe sans amour est au contraire marqué par l’hyperbole et la monstration :

(3) À la cent quatorzième tentative, Fromental, vaincu, s’écroula sur le corps odorant de Jacqueline, qui reniflait un brin de laurier d’un air dubitatif. (VP)

Chez Vian, les parties du corps servent à charger sémantiquement le terme corps pour le renvoyer de façon métonymique au sexe. Au contraire, lorsque le corps est envisagé comme un tout, il est traité de façon hyperbolique pour rendre compte de la brutalité d’un acte sexuel dénué de tendresse. Chez Sullivan, le corps est-il traité de la même manière, ou peut-on, au contraire, observer des différences significatives ?

Figure 6. Profil cooccurrentiel de corps chez Sullivan

Figure 6. Profil cooccurrentiel de corps chez Sullivan

Chez Sullivan, le profil cooccurrentiel du mot corps met en avant les parties du corps (tête, main, hanche, mâchoire, dos, cuisse, œil, peau, chair) et surtout celles connotées sexuellement (sexe, bouche, peau, sein). Elles révèlent, en contexte, une tendance à l’explicitation de l’acte sexuel, lorsque le terme corps y est impliqué (contrairement à Vian), et cela se remarque plus particulièrement avec le terme bouche, comme en (4) :

(4) Elle renverse la tête en arrière. Sa bouche à demi-ouverte halète rapidement. Ses yeux se ferment et leurs corps ruisselants de sueur se soudent l’un à l’autre. (EOTTLA)

(5) L’odeur de Sally - l’odeur d’Ann - elle était encore imprégnée. Je sentis mon corps se durcir. (MTMP)

Ces exemples montrent qu’en contexte, certains cooccurrents renvoyant à des sens ou à la perception, revêtent une connotation sexuelle, ce qui confirme l’hypothèse selon laquelle, chez Sullivan, le corps, lorsqu’il est envisagé comme un tout, est vecteur d’une sexualisation figurative. Les cooccurrents sueur, ruisselant et odeur renvoient à la montée du désir sexuel en lien avec la perception du corps. En (5), le verbe durcir modifie la compréhension de corps qui devient ainsi, par une lecture métonymique, le sexe masculin en érection. Cet exemple se rapproche de l’exemple (1) chez Vian où le corps d’Alise « se dress[e] » devant le personnage masculin. L’importance du point de vue de Colin suggère, par le biais d’une hypallage, l’érection du personnage à la vue de ce corps.

Par ailleurs, dans le profil coocurrentiel chez Sullivan, figurent les termes roucoulement et jument, qui, a priori dépourvus de sexualité sont, en contexte, des instruments de sexualisation. En (6), le roucoulement devient la verbalisation du plaisir sexuel :

(6) Je tâchai de penser à des choses excitantes, j’essayai de me représenter le corps de Sheila pendant que nous faisions l’amour […] et ce léger râle rauque, comme un roucoulement. (MTMP)

Dans Les morts ont tous la même peau, le personnage principal est en conflit avec son identité raciale et tend à refouler des pulsions sexuelles violentes envers des prostituées. En (6), il force la montée du désir sexuel en se convainquant que Sheila, sa femme, en est la clé. Ici, bien qu’il soit verbalisé, l’acte sexuel est subtil, presque désigné par euphémisme et contraste fortement avec les actes sexuels mettant en scène les prostituées, qui eux, sont bien plus bestiaux et bien plus directs, comme en (5). Le corps, comme vecteur de sexualisation, qu’elle soit implicite ou explicite, apparaît donc comme un premier élément de convergence, lexicale du moins, entre la partition Vian, et la partition Sullivan. Dans le traitement de la sexualité, Vian se place dans une écriture de la gaze, à l’inverse de Sullivan, qui parle plus explicitement de l’acte sexuel. Néanmoins, le traitement du sexe extraconjugal chez Vian se fait de manière systématiquement hyperbolique et rejoint ainsi Sullivan, dans une écriture exhibitionniste du sexe. Les deux auteurs partagent une vision fragmentée du corps, qu’en est-il alors du traitement de ces différentes parties ?

3.2. Les parties du corps : la violence

Notre analyse se fera en deux volets : l’analyse du bas du corps avec la jambe, et l’analyse du haut du corps avec la figure. Les profils cooccurrentiels de ces termes nous permettent-ils d’identifier d’autres points de convergence lexicale entre les deux figures auctoriales ?

Figure 7. Profil cooccurrentiel de jambe chez Sullivan

Figure 7. Profil cooccurrentiel de jambe chez Sullivan

Outre le lexique de l’anatomie (main, cuisse, bras, dos, poitrine, sein, tête, figure, rein), ce nuage de mots se démarque par la présence de termes violents tels que force, douloureux, braillement, assaillant, bagarre, attaque, et volée. En effet, le terme jambe est souvent vecteur de violence :

(7) Ça doit être son cou que je serre car ça craque sous mes doigts. […] Je rassemble mes forces, et je serre plus fort, des mains et des jambes. (EOTTLA)

(8) Je roule par terre, comme une quille, parce qu’un des quatre a plongé dans mes jambes, et c’est la plus belle bagarre que j’aie jamais vue de ma vie. Si je m’étais contentée de la voir… (EOTTLA)

Il est intéressant de noter que l’exemple (7) dévoile la violence via le terme forces, violence associée à une vision fragmentée du corps (via les substantifs cou et doigts). En (8), il apparaît que certains mots, a priori dépourvus de connotations violentes, tel que le terme quille, deviennent, en contexte, vecteurs de violence avec une pointe d’humour. Ici, quille est l’objet d’une syllepse, renvoyant à la fois au bowling et à la métaphore figée des jambes, vecteur à la fois d’humour et de représentations incongrues. Si la jambe est porteuse de violence chez Sullivan, il en est de même chez Vian, c’est ce qu’il s’agira désormais d’observer avec le profil cooccurrentiel suivant.

Figure 8. Profil cooccurrentiel de jambe chez Vian

Figure 8. Profil cooccurrentiel de jambe chez Vian

Hormis les termes liés à l’anatomie (cellule, poil, ventre, genou, cuisse, bras, épaule, pied, tête), le profil cooccurrentiel du mot jambe chez Vian met en avant une prépondérance du lexique animalier, avec des termes comme scorpion, cheval, taureau, écureuil, pelage. Chez Vian, les animaux ont souvent un traitement similaire à ceux des humains et peuvent même être considérés comme des personnages à part entière (on pense en particulier à la souris dans EJ ainsi qu’au mackintosh dans HR ou à l’étalon dans AC). L’emploi de jambe à défaut de patte signale la personnification des animaux.

(9) Six hommes soutenaient la bête contre le panneau de bois. Un septième et un huitième s’employaient à clouer la jambe gauche de devant. Le clou traversait déjà le paturon, un énorme clou de charpentier à la tête luisante, et un filet de sang coulait sur le poil brun de l’animal. C’était l’explication du cri de douleur perçu par Jacquemort […] Maintenant, on clouait la jambe droite de l’étalon, et Jacquemort eut un frisson en voyant la pointe, enfoncée d’un coup de masse, crever le pelage terni par l’angoisse. Comme tout à l’heure, le cheval laissa échapper un cri bref, horrible. Ses épaules craquaient sous la tension anormale que leur avaient donnée les bourreaux dans leur effort pour appliquer le membre sur la lourde porte. La bête avait les coudes un peu repliés. (AC)

Le substantif jambe est un signal de personnification qui sert une accentuation de la violence. Le remplacement de patte par jambe se met ainsi au service d’une emphase sur le ressenti de la violence par le lecteur. Tout comme les parties du corps orientait le regard dans la thématique du sexe, ici elles entrent dans la construction d’une série de gros plans forçant le regard du lecteur sur les lieux de la violence.

Par conséquent, l’analyse cooccurrentielle du terme jambe rend compte d’un point de convergence entre les deux œuvres, à savoir l’idée selon laquelle une vision fragmentée du corps participe à la création d’un contexte violent. Le second volet de notre analyse consacré au rendement contextuel du terme figure, prolongera notre réflexion sur le traitement de la violence chez Vian et chez Sullivan.

Figure 9. Profil cooccurrentiel de figure chez Vian

Figure 9. Profil cooccurrentiel de figure chez Vian

Du profil cooccurrentiel du terme figure chez Vian ressortent encore une fois les termes liés à l’anatomie (cheveu, œil, main, orbite, dos, bras, front, cou, jambe, doigt) ainsi qu’un lexique lié à la violence avec les substantifs sang, scories, représailles, brisure, tourment, éraflure, dégringolade, marteau, poignée et l’adjectif ravagé. Les cooccurrents, à eux seuls, suggèrent le profil d’une violence subie par la figure.

Vian surutilise figure par rapport à visage. Le terme figure, à la limite de la parlure, porte en lui le sème /violence/ lié à son appartenance aux expressions telles que « casser la figure », « jeter à la figure ». C’est l’un des facteurs qui explique la surutilisation de figure par rapport à visage et le contexte violent dans lequel il évolue :

(10) On avait mis ce qui restait de Barrizone dans une grande caisse et il y tenait juste car l’accident l’avait un peu raccourci. Le reste de son crâne lui recouvrait la figure ; à la place de son visage, on ne distinguait qu’une masse de cheveux noirs frisés. (AP)

(11) De la main gauche, Wolf cloua au sol le débris minable qui suffoquait devant lui en émettant des borborygmes étouffés […]. Sa main droite, fermée en poing, tassa le sable entre les gencives de sa victime […]. L’autre ne bougeait plus. La dernière poignée de sable se répandit sur sa figure noirâtre et s’amassa dans les orbites creuses, recouvrant les yeux injectés de sang, jaillis de leurs orbites. Wolf le regardait. (HR)

Chez Vian, la figure est souvent liée à la mort, puisqu’il s’agit d’un visage figé à jamais. Tout comme la mention de parties du corps précises sert la sexualisation, ici les parties du corps entrent dans une sur-précision obscène décrivant le moindre détail de la violence. Violence d’autant plus gratuite que le terme « noirâtre » en (11) souligne bien que le personnage violenté est déjà mort depuis un moment étouffé par le sable. Il y a donc un mouvement inverse : pour traiter de la sexualité, les parties du corps servent une écriture voilée, ne nommant pas les choses et se concentrant sur l’intimité plutôt que sur l’acte lui-même ; pour traiter de la violence, les parties du corps sont au service d’une vision en gros plan, précise et gratuite. Le choix des termes des parties du corps est porteur de cette volonté de dégoût et d’hyperbolisation allant jusqu’au gore. Les yeux sont remplacés par orbite, le visage par figure, et la précision de la couleur souligne l’inutilité totale de cette barbarie.

Figure 10. Profil cooccurrentiel de figure chez Sullivan

Figure 10. Profil cooccurrentiel de figure chez Sullivan

Chez Sullivan, nous remarquons la présence de lexique de l’anatomie, se référant principalement au haut du corps, avec les termes œil, bras, dos, dent, cheveu, bouche. De surcroît, on peut relever deux éléments saillants dans ce profil cooccurrentiel : la violence, avec les termes sang, coup, poing, assaillant, contusion, projectile, brute, la couleur, avec les termes rouge, bleu et noir, qui, utilisés en corrélation avec les termes contusion et figure, suggèrent une manifestation physique de la violence, comme en (12) :

(12) Je raccroche et je commence à me masser un peu les muscles et les articulations. Je suis truffé de bleus et de contusions et ma figure est enflée un peu partout. (EOTTLA)

De fait, chez Sullivan, plus le corps est fragmenté, plus la violence est extrême, dans la perspective d’une monstration gratuite, comme illustré dans l’exemple (13) ci-dessous :

(13) Je l’ai mordue en plein entre les cuisses. […] Je tâchais de lui mettre une main sur la bouche mais elle gueulait comme un porc, des cris à vous donner la chair de poule. Alors j’ai serré les dents de toutes mes forces. […] J’ai senti le sang me pisser dans la bouche, ses reins s’agitaient malgré la corde. J’avais la figure pleine de sang. À la fin, je me suis mis à lui taper dessus, juste avec mon poing droit d’abord, sur la mâchoire, j’ai senti ses dents se casser et j’ai continué, je voulais qu’elle arrête de crier. […] Alors, je me suis levé pour la terminer à coups de pieds, et j’ai pesé de tout mon poids en mettant un soulier en travers de sa gorge. Quand elle n’a plus bougé, j’ai senti que ça revenait une seconde fois. Maintenant, j’avais les genoux qui tremblaient et j’ai eu peur de tourner de l’œil à mon tour. (JCSVT)

Ici, on remarque la présence de parties du corps visibles dans le profil cooccurrentiel du mot figure (comme sang, coup, poing, œil, dent). On note également une focalisation graduellement plus serrée sur les parties du corps. Plus le personnage s’acharne sur sa victime, plus les parties du corps deviennent précises, qu’il s’agisse des parties du corps qui assènent la violence (dents, poing droit, pied, genoux) ou bien de celles qui la subissent (cuisses, gorge, reins). Tout se passe comme si la fragmentation du corps servait à accentuer la rage qui conditionne la pulsion violente du personnage principal, Lee Anderson, motivé par une soif de vengeance inextinguible.

Chez Vian comme chez Sullivan, le corps reste enfermé dans un espace liminal permanent, entre sexualité et violence. L’extraction et l’analyse des cooccurrents ont montré le pouvoir connotatif de certains termes liés au corps. L’écriture des deux figures auctoriales présente des similarités dans l’isotropie du corps dont l’actualisation discursive s’articule entre la sexualité voire la sexualisation et la violence. C’est dans le traitement de ces sous-thématiques que Vian et Sullivan se distinguent : alors que le premier, même s’il met en avant une certaine tendance à l’exhibition de la violence gratuite, met davantage l’accent sur la métaphore qui permet à son tour de vider les personnages de leur substance, le second, quant à lui, oscille entre violence, brutalité et humour subtil.

Conclusion

Notre travail présente un parcours interprétatif progressant des statistiques à l’analyse linguistique de données saillantes. Dès lors, il permet, grâce à l’articulation de la logométrie au concept de l’hétéronymie, d’apporter un éclairage sur le croisement intertextuel reliant l’écriture de Vian à celle de Sullivan. Nos résultats font ainsi émerger davantage de similarités que de distinctions lexicales entre Vian et Sullivan. Nous l’avons vu, les termes surutilisés chez les deux figures auctoriales ont un traitement contextuel similaire, et participent à la création de réseaux sémantiques proches. Leur écriture est marquée par une vision particulièrement violente et égocentrée de la sexualité, vue non comme un échange entre deux personnes mais comme l’assouvissement d’une pulsion purement masculine. Les distinctions que nous avons mises en avant sont, de fait, bien plus liées à des exigences génériques qu’à des choix stylistiques. L’omniprésence de la violence dans notre corpus, si elle n’est pas étonnante pour les œuvres de Sullivan, ancrées dans le roman noir, est plus surprenante chez Vian, souvent considéré comme un auteur pour adolescents mêlant poésie, fantaisie et ludique. Cette omniprésence brouille la frontière entre Vian et Sullivan tout en l’alimentant. L’écriture prend la forme d’un espace liminal dans lequel les deux figures auctoriales oscillent. Prendre en compte ce phénomène permettrait une connaissance plus approfondie des dynamiques auctoriales dans l’œuvre vianienne : Vian écrivain est la somme des deux figures que sont Vian et Sullivan. Cette étude ouvre de nouveaux pans de recherche (la part de ludique chez Sullivan et de violence chez Vian) et illustre le besoin de décloisonner Vian pour le comprendre dans toutes les facettes de sa complexité.

Haut de page

Bibliographie

 

Bouzereau C. (2020). Doxa et contre-doxa dans la construction du territoire discursif du front national (2000-2017), thèse de doctorat en Sciences du langage soutenue à Nice le 27 novembre 2020.

Bonnard H. (2001). Les trois logiques de la grammaire française. Paris : De Boeck Supérieur.

Brunet É. (1981). « Le vocabulaire français de 1789 à nos jours d’après les données du Trésor de la Langue Française », in L. Delatte (dir.) Congrès Informatique et Sciences humaines. Liège, 111-119.

Brunet É. (1995). « L’évolution du lexique. Approche statistique », CNRS-Editions, Histoire de la langue française 1914-1945 : 95-124. hal-01558757.

Brunet É. (2011). HYPERBASE Manuel de référence. 9.0 Distribué par l’UMR 7039. En ligne. URL : http ://ancilla.unice.fr/bases/manuel.pdf (consulté le 26 avril 2020).

Brunet É. & Vanni L. (2019). « Deep learning et authentification des textes », Texto ! Textes et Cultures, Institut Ferdinand de Saussure, XXIV, 1 : 1-34.

Diwersy S., Gonon L., Goossens V., Kraif O., Novakova I., Sorba J. & Vidotto I. (2021). « La phraséologie du roman contemporain dans les corpus et les applications de la PhraseoBase », Revue Corpus 22.

Gonon L., Goossens V., Kraif O., Novakova I. & Sorba J. (2018). « Motifs textuels spécifiques au genre policier et à la littérature “blanche” », 6e Congrès mondial de la linguistique française, Université de Mons, Belgique. hal-01844465.

Guiraud P. (1954). Les caractères statistiques du vocabulaire français. Paris : Presses universitaires de France.

Kraif O. & Sorba J. (2018). « Spécificités des expressions spatiales et temporelles dans quatre sous-genres romanesques (policier, science-fiction, historique et littérature générale) », 14th International Conference on Statistical Analysis of Textual Data (JADT 2018), Tor Vergata University & Sapienza University, Jun 2018, Rome, Italie, 392-399. hal-01844460

Jeandillou J.-F. (1999). Esthétique de la mystification : tactiques et stratégies littéraires. Paris : Les Éditions de Minuit.

Jeandillou J.-F. (2001). Supercheries littéraires : la vie et l’œuvre des auteurs supposés. Genève : Droz.

Lapprand M. (1993). Boris Vian : la vie contre. Ottawa : Presses de l’Université d’Ottawa.

Lapprand M. (2006). V comme Vian. Québec : Presses Universitaires de Laval.

Leão B. V. (2011). « Boris Vian, un précurseur de l’OULIPO », Caligrama : Revista de Estudos Românicos 9 : 235-245.

Lhomeau F. (2000). « Le véritable lancement de la Série Noire », Temps Noir, La Revue des Littératures Policières 4. Paris : Joseph K., 50-128.

Malrieu D. & Rastier F. (2001). « Genres et variations morphosyntaxiques », Revue Texto.

Mayaffre D. (2010). « Vers une herméneutique matérielle numérique. Corpus textuels, logométrie et langage politique », Thèse d’Habilitation, Université́ Nice Sophia Antipolis.

Mayaffre D. & Viprey J.-M. (dir.) (2012). La cooccurrence, du fait statistique au fait textuel, Revue Corpus 11.

Magri V. (dir.) (2006). Corpus et stylistique, Revue Corpus 5.

Mellet S. (dir.) (2002). Corpus et recherches linguistiques, Revue Corpus 1.

Pajona C. (2019). Les procédés de fictionnalisation dans l’œuvre romanesque de Boris Vian, thèse de doctorat en Sciences du langage soutenue à Nice le 11 mars 2019.

Pestureau G. (1980). « Masques et confidences de Boris Vian », Esprit Créateur 20(3) : 46-54.

Pestureau G. (2000). « Vernon Sullivan, romancier ‘noir’ », Temps Noir, La Revue des Littératures Policières 4. Paris : Joseph K., 34-50.

Sitbon C. (2019). Boris Vian, faiseur de hoax : pour une démystification de l’Affaire Vernon Sullivan. Leiden/Boston : Brill.

Touchant J.-L. (1989). « Un visage caché de la Noire », 813, Les Amis de la Littérature Policière 28 : 13-14.

Tournier M. (1998). « Banalité spécifique dans le discours syndical : adverbes et adjectifs de l’insistance », in S. Mellet et M. Vuillaume (dir.) Mots chiffrés et déchiffrés : mélanges offerts à Étienne Brunet. Paris : Champion, 305-316.

Vian B. (2010). Œuvres romanesques complètes, tome I. Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade.

Viprey J.-M. (2005). « Philologie numérique et herméneutique intégrative », in J.-M. Adam et U. Heidmann (dir.) Sciences du texte et analyse du discours : enjeux d’une interdisciplinarité́. Genève : Slatkine érudition, 51-68.

Haut de page

Notes

1 L’hétéronyme désigne « le nom donné à un autre imaginaire », et ce nom d’emprunt « va de pair avec l’invention d’une biographie fictive, d’un portrait de caractère » (Jeandillou 1999 : 80). De plus, parce que l’hétéronyme implique la création de tout un univers fictif, « il devient le pivot autour duquel gravitent un ou plusieurs mondes imaginaires » (Sitbon 2019 : 64).

2 Pour plus d’informations sur les circonstances de la naissance de cet hétéronyme, consulter Noël Arnaud (1970 : 161-166) ainsi que la notice à J’irai cracher sur vos tombes, dans le premier tome des Oeuvres Complètes de Boris Vian (2011 : 1159-1161).

3 J’irai cracher sur vos tombes (1946), Les morts ont tous la même peau, « Les Chiens, le désir et la mort » (1947), Et on tuera tous les affreux (1948), Elles se rendent pas compte (1950).

4 Mayaffre 2010.

5 Cet article naît en effet de la rencontre entre trois recherches doctorales (Pajona 2019, Sitbon 2019, Bouzereau 2020) dont le dialogue a pu aboutir à cette étude innovante dont nous proposons ici les premiers résultats. Ce projet a été financé par le programme UCA-JEDI ANR-15-IDEX-01.

6 Nous reprenons ici, avec la formule « littérature générale », la terminologie de Gonon et al. (2018), de Kraif et al. (2018), puis de Diwersy et al (2021). Cette étiquette terminologique leur permet de comparer les spécificités lexico-grammaticales des romans de la littérature dite « blanche » ou « générale » aux spécificités des romans policiers.

7 D’où notre appellation « littérature générale ».

8 Leão 2011, Lapprand 1993 et 2012, Pesturau 1980.

9 Nous remercions É. Brunet pour son aide et pour ses conseils précieux lors de l’élaboration du corpus et l’analyse des premiers résultats.

10 Ainsi, nos recherches pour ce corpus littéraire se sont nourries des articles réunis par Magri et al. (2006) et, en raison de notre intérêt pour la statistique cooccurrentielle, notre travail s’est nettement enrichi du cadrage théorique et méthodologique porté par Mayaffre et Viprey (2012).

11 Hormis pour Burnett qui présente des résultats banals selon le seuil fixé par M. Tournier (1998). L’apparition de Chandler avec les auteurs de « littérature générale » est liée à une particularité de notre corpus : Raymond Chandler, dans la période sélectionnée, a été traduit par Vian (pour Le Grand sommeil, 1948) puis par Vian et sa femme, Michelle (pour La Dame du lac, 1948). Comme nous l'avons mentionné en introduction, les romans traduits de l’américain de cette époque ont des exigences traductives assez souples. Lapprand souligne d’ailleurs la prise de liberté de Vian dans ses traductions. Vian procéderait, selon lui, à une réécriture personnalisée qui révèlerait sa signature (1993 : 105-106).

12 Chaque nuage de mots présente les principaux cooccurrents du mot-pôle recherché. Leur position sur la figure est aléatoire, seule la taille des mots rend compte de la force de la cooccurrence avec le mot-pôle.

13 Les cooccurrents sont classés par ordre d’apparition, c’est-à-dire selon la force de la cooccurrence.

14 Tous les mots cooccurrents apparaissent en gras dans nos exemples.

15 Les romans dont sont issus nos exemples en contexte seront abrégés comme suit entre parenthèses. Pour Vian : L’Écume des jours (EJ), L’Automne à Pékin (AP), Vercoquin et le plancton (VP), L’Arrache-cœur (AC), L’herbe rouge (HR). Pour Sullivan : Et on tuera tous les affreux (EOTTLA), Les morts ont tous la même peau (MTMP), J’irai cracher sur vos tombes (JCSVT).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Spécificités syntaxiques par auteur
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6711/img-1.png
Fichier image/png, 299k
Titre Figure 1. AFC des 300 verbes
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6711/img-2.png
Fichier image/png, 510k
Titre Figure 2. AFC des 300 noms
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6711/img-3.png
Fichier image/png, 245k
Titre Figure 3. AFC des 300 mots pleins. Regroupement isotropique chez Sullivan
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6711/img-4.png
Fichier image/png, 249k
Titre Figure 4. AFC des 300 mots pleins. Regroupement isotropique chez Vian
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6711/img-5.png
Fichier image/png, 303k
Titre Figure 5. Profil cooccurrentiel de corps chez Vian12
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6711/img-6.png
Fichier image/png, 362k
Titre Figure 6. Profil cooccurrentiel de corps chez Sullivan
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6711/img-7.png
Fichier image/png, 350k
Titre Figure 7. Profil cooccurrentiel de jambe chez Sullivan
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6711/img-8.png
Fichier image/png, 343k
Titre Figure 8. Profil cooccurrentiel de jambe chez Vian
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6711/img-9.png
Fichier image/png, 372k
Titre Figure 9. Profil cooccurrentiel de figure chez Vian
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6711/img-10.png
Fichier image/png, 253k
Titre Figure 10. Profil cooccurrentiel de figure chez Sullivan
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/6711/img-11.png
Fichier image/png, 374k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Bouzereau, Cécile Pajona et Clara Sitbon, « L’hétéronymie à l’épreuve de la logométrie : quand Vian rencontre Sullivan »Corpus [En ligne], 23 | 2022, mis en ligne le 08 février 2022, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/corpus/6711 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corpus.6711

Haut de page

Auteurs

Camille Bouzereau

Bases, Corpus, Langage (UMR 7320), Université Côte d’Azur
camille.bouzereau@univ-cotedazur.fr

Articles du même auteur

Cécile Pajona

Bases, Corpus, Langage (UMR 7320), Université Côte d’Azur
cecile.pajona@univ-cotedazur.fr

Clara Sitbon

Department of French and Francophone Studies, The University of Sydney
clara.sitbon@sydney.edu.au

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search