Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Les adjectifs-adverbes hérités du...

Les adjectifs-adverbes hérités du latin en ancien roumain. Le XVIe siècle (Corpus CAR.XVI)

Adjective-adverbs inherited from Latin in Old Romanian. 16th century (Corpus CAR.XVI)
Adrian Chircu

Résumés

Dans notre étude, nous poursuivons les analyses portant sur la classe des adverbes roumains que nous avons menées déjà depuis longtemps, en nous proposant de relever des aspects particuliers ayant trait à cette partie de discours. L’intérêt envers le roumain se justifie par le fait que cet idiome s’est avéré à maintes reprises très conservateur par rapport au latin, à cause de son isolement du continuum roman.
Essentiellement, il s’agit de nuancer et de souligner certains aspects méconnus, liés aux ainsi-dénommés adverbes-adjectifs roumains. À l’appui de notre investigation, nous exploitons un corpus formé de textes datant du XVIsiècle (Corpus CAR.XVI) qui sont largement valorisés en grammaire diachronique roumaine et, récemment, en linguistique romane.
Le type d’adverbes mentionné ne caractérise pas seulement le roumain car il est aussi attesté sporadiquement dans les autres langues romanes et généralement dans quelques dialectes du complexe linguistique italo-roman.
L’interprétation des faits de langue sera faite en prenant en compte plusieurs perspectives, en particulier les perspectives étymologique, quantitative et fonctionnelle, ce qui assure une meilleure compréhension et facilite une analyse appropriée, complexe et quasi-complète, à la fois.

Haut de page

Texte intégral

« L’ancien roumain est très riche en formes adverbiales »
(Densusianu 1997 : 588)

1. Préliminaires

  • 1 Il faut préciser que les premiers textes roumains qui nous sont parvenus sont, pour la plupart, des (...)

Ces dernières années, en morphologie comme en syntaxe, les grammairiens romanistes se sont de plus en plus intéressés aux faits de langues contenus dans les anciens textes patrimoniaux des cultures néolatines, qu’il s’agisse des écrits originaux ou des traductions1.

Cette tendance observée dans les recherches linguistiques actuelles s’explique principalement par le fait que le type de textes susmentionné est toujours susceptible de fournir de nouvelles informations à l’égard des développements ultérieurs que nous pouvons observer jusqu’à nos jours.

Une telle entreprise a été aussi appliquée au domaine linguistique roumain, suite à l’édition relativement récente et soutenue d’ouvrages rédigés durant les premiers siècles de la culture écrite roumaine.

En ce qui concerne la présente étude, nous nous rallions à ce genre d’investigation, en considérant qu’il est nécessaire de relever des particularités liées à la classe des adverbes qui a été marquée par des changements et des réorganisations internes considérables, lors du passage du latin à la langue roumaine.

À l’appui de notre investigation, nous avons principalement fait appel au Corpus de l’ancien roumain (CAR ; en roumain Corpusul limbii române vechi), élaboré par l’Institut de linguistique « Iorgu Iordan – Alexandru Rosetti » de l’Académie roumaine. Constitué d’un nombre significatif de textes originaux ou traduits, est issu de tous les sous-dialectes daco-roumains et date de la période comprise entre 1521 et 1780 qui est considérée par les spécialistes comme celle de « [l’]ancien roumain » (ILRLV 1997 et CLRV 2016).

Généralement, le CAR a été exploité à l’occasion de l’élaboration des ouvrages fondamentaux de grammaire diachronique roumaine, parmi lesquels nous rappelons C. Stan, O sintaxă diacronică a limbii române vechi (2013), G. Pană Dindelegan et al. (éd.), Diachronic Variation in Romanian (2015), G. Pană Dindelegan (coord.), The Syntax of Old Romanian (2016), G. Pană Dindelegan et al. (coord.), Variaţie diacronică şi diatopică. Note gramaticale (2019), G. Pană Dindelegan (coord.), Dicţionar de interpretări gramaticale. Cuvinte mici, dificultăţi mari (2020), M. Maiden et al., The Oxford History of Romanian Morphology (2021), etc.

2. Les adjectifs-adverbes dans les autres langues romanes et en roumain

En ayant comme point de départ ces considérations générales sur l’état des recherches actuelles en linguistique roumaine et en tenant compte des faits de langue contenus dans les pages des ouvrages constituant le CAR, nous envisageons de poursuivre des analyses commencées il y a quelque temps (Chircu 2008, Chircu-Buftea 2011, Chircu 2020), dans lesquelles nous nous sommes proposé de décrire, de manière synthétique, les adverbes latins, romans et/ou roumains, lors du passage du latin aux langues romanes.

Suite à ces premières analyses entreprises, nous avons constaté, entre autres choses, qu’il était cependant nécessaire de nuancer certaines recherches antérieures et de relever des aspects méconnus ou moins connus liés aux ainsi-dénommés adverbes-adjectifs roumains hérités, en essayant aussi de dresser leur inventaire.

L’intérêt particulier pour ces adverbes se justifie par leur présence, dès les premiers textes rédigés, datant du XVIe siècle, et par le caractère très conservateur de cet idiome par rapport au latin, malgré la réorganisation évidente du système adverbial roman.

Le choix d’une telle démarche appliquée à la langue roumaine s’explique par le fait que, jusqu’à nos jours, nous n’avons pas une image, ne serait-ce qu’approximative, de l’état des adjectifs-adverbes hérités du latin au XVIe siècle, certains d’entre eux connaissant un tel emploi seulement en roumain et témoignant de l’essor de ce moyen d’enrichissement lexical, plus précisément de la dérivation lexicale (implicite ou zéro).

2.1. Les adjectifs-adverbes romans. Considérations générales

Il faut préciser, dès le début, que les adjectifs-adverbes ne caractérisent pas seulement la langue roumaine car ils sont aussi présents dans d’autres langues romanes ou dans leurs dialectes.

À ce propos, en valorisant les contributions de ses prédécesseurs, Édouard Bourciez soutient que « les circonstances de manière s’exprimaient ordinairement à l’aide des adverbes comme rapide, fortiter, etc., mais la forme neutre de l’adjectif pouvait parfois les suppléer (cf. lat. cl. multum, facile, recens) et ce procédé d’abord poétique devint assez fréquent à la décadence : torvum clamat (Virg.), cernis acutum (Hor.), subridens amarum (Apul.), severum vivitur (Prud.) (Bourciez 1967 : 112) » ; il conclut que « l’Orient, pour exprimer la manière, adopta l’emploi normal de l’adjectif neutre (roum. frumos vorbeşti ‘tu parles joliment’, credincios ‘fidèlement’, comod ‘commodément, etc.’). Les autres langues romanes garderont trace de cet usage, mais seulement avec certains adjectifs courts et spéciaux, cf. vocifero : altum clamo, Gl. Reich. 742 (it. alto, basso, chiaro, piano, breve, en Sicile bonu, veru, beḍḍu ; esp. alto, bajo, cierto, quedo, seguro ; fr. haut, bas, fort, clair, net, vite, soudain, aussi anc. fr. soef, brief, estroit, etc.) » (Bourciez 1967 : 260).

À son tour, Martin Glessegen considère que, « dans le complexe italoroman (sarde, it. mérid., frioulan, dalmate), la forme de l’adverbe coïncide souvent avec celle de l’adjectif » (Glessgen 2007 : 193).

Les dialectes italiens de sud présentent de nombreuses similitudes avec le roumain, ressemblances qui s’expliquent par l’isolement de deux domaines linguistiques périphériques du continuum roman, ce qui a permis la préservation des certains traits particuliers, comme celui-ci.

À notre tour, nous avons constaté, il y a plus de 15 ans, que « par rapport aux autres langues romanes qui emploient adverbialement des adjectifs dans des situations bien déterminées, le roumain a développé ce procédé et presque tout adjectif qualificatif peut-être employé adverbialement, surtout les adjectifs provenant des autres langues romanes » (Chircu 2008 : 252), comme l’italien et même le latin savant.

2.2. Les adjectifs roumains à valeur adverbiale. Brève présentation

Dans la linguistique roumaine, tous les spécialistes sont d’accord pour dire que l’usage des adjectifs en tant qu’adverbes représente une constante qui s’explique par l’héritage latin et qui a connu ensuite un large essor.

À ce propos, nous avons retenu les remarques de Sextil Puşcariu qui précise que le roumain ne connaît pas le suffixe adverbial -mente et que « ce dernier est inconnu de la Dalmatie et d’une partie de l’Italie de Sud ; en revanche, nous employons l’adjectif adverbialement, exactement comme l’Italie de Sud » (Puşcariu 1937 : 33).

Dans la même lignée, A. Graur tient à préciser qu’en roumain, « on a toujours employé un autre moyen, notamment la forme neutre de l’adjectif singulier […] qui peut acquérir [une] valeur d’adverbe (bun ‘bon’, frumos ‘beau’, limpede ‘clair’). Cette formule est aujourd’hui la plus employée » (Graur 1963 : 112).

  • 2 Sens métaphorique : ‘directement, franchement, sincèrement’.

Deux ans après, ce linguiste classique reprend ses discussions sur cette particularité, en affirmant « [qu’]en latin, on tirait des adverbes, à l’aide des suffixes -e et -(i)ter, de la plupart des adjectifs ; en plus, on employait des adjectifs, à l’ablatif et, surtout, à l’accusatif, au singulier, avec une fonction adverbiale. Le roumain a gardé cette dernière formation, c’est-à-dire qu’il accorde une valeur adverbiale à la forme type de l’adjectif qui pourrait être celle de l’accusatif singulier neutre mais aussi celle de l’accusatif masculin et même celle du nominatif des deux genres (dans le cas des adjectifs à une seule forme, l’adverbe concorde également avec le nominatif et l’accusatif féminin) ; marea e verde ‘la mer est verte’ ; i-am spus verde ‘je lui ai dit vertement’2 » (Graur 1965 : 28).

Dans les pages de la première monographie de l’adverbe roumain, G. Ciompec mentionne ces adverbes, en affirmant que « l’adverbialisation des adjectifs représente le procédé le plus productif. Connu depuis le latin classique, il a acquis en roumain une extension encore plus grande qu’en latin ou dans les autres langues romanes, en développant de manière propre la classe des adverbes modaux […] ; en principe, tout adjectif qualificatif peut être employé adverbialement, les restrictions étant d’ordre sémantique » (Ciompec 1985 : 75).

M. Sala constate aussi « [qu’]en roumain, par exemple, l’adverbe revêt, le plus souvent, la forme de l’adjectif au masculin singulier-neutre : frumos ‘beau, joli/joliment’, greu ‘lourd, difficile/lourdement, difficilement’, urât ‘laid/laidement, mal’, sauf lorsqu’il s’agit des adjectifs en -esc […]. Le phénomène n’est que sporadique dans les autres langues romanes (it. chiaro, fr. clair, esp. claro) » (Sala 1999 : 146).

Les auteurs du nouveau traité d’histoire de la langue roumaine remarquent également qu’en ce qui concerne l’adverbialisation des adjectifs, nous avons affaire à un procédé « continu et étendu en roumain d’une manière spécifique (par rapport au latin ou aux autres langues romanes) » (ILR 2018 : 456), opinion partagée par les grammairiens anglais et roumains qui ont rédigé le dernier ouvrage de morphologie diachronique paru aux Éditions Oxford, en 2021.

Ceux-ci précisent qu’un bon nombre d’adverbes roumains « ont une forme identique à celle du masculin singulier des adjectifs : clar ‘clair/clairement’, corect ‘correct/correctement’, des ‘souvent’, frumos ‘beau/bellement’, rău ‘mauvais, mal’» (OHRM 2021 : 426).

2.3. Critères d’identification et de sélection et des adjectifs-adverbes

  • 3 Pour la présence de ces constructions en italien dialectal méridional, voir Ledgeway, Silvestri (20 (...)

Ayant comme repère ces premières remarques sur la classe des adjectifs-adverbes romans et roumains, plus précisément la spécificité de ce type d’adverbes (le roumain emploie constamment l’adjectif en tant qu’adverbe : ea cântă frumos ‘elle chante bien’ ou l’adjectif garde assez souvent sa valeur adjectivale auprès d’un verbe, en le modifiant : ei merg bucuroşi ‘ils avancent heureux’)3, nous considérons qu’il est important de mener l’analyse plus loin à l’égard de cette caractéristique, en glosant des textes datant du XVIe siècle car ils représentent des témoignages réels de cette classe spéciale d’adverbes.

Les analyses d’ordre diachroniques menées jusqu’à présent sont plutôt d’ordre général et ne rendent pas compte de la présence effective et globale de ces adverbes particuliers ainsi que de leur usage dans les premiers textes roumains, datant des prémices de la culture roumaine écrite.

G. Ciompec considère « inutile l’enregistrement de tous les adverbes ainsi obtenus, identifiés dans les anciens textes, en nous limitant à l’illustration du phénomène par quelques exemples » (Ciompec 1985 : 75) et C. Vasile constate que « la plupart des adverbes ont une forme identique à celle de l’adjectif masculin-neutre singulier » et que « le phénomène est généralisé en roumain » (Vasile 2013 : 31).

Il faut aussi mentionner que, à ce jour, les chercheurs n’ont pas eu à leur disposition une perspective d’ensemble sur l’usage effectif de ces adjectifs-adverbes au XVIe siècle. Le corpus mentionné au début nous permettra d’ailleurs d’observer la dynamique à l’intérieur des textes ainsi que la variation de certains adverbiaux.

3. Les adjectifs-adverbes roumains. Analyse du corpus CAR.XVI

En tenant compte du corpus annoncé (CAR.XVI), nous avons procédé à l’identification des adjectifs-adverbes hérités du latin susceptibles de recevoir une préposition en antéposition. Pour cela, nous avons consulté d’abord le vocabulaire fondamental du roumain réalisé par A. Graur, dont les éléments constitutifs sont pour la plupart d’origine latine (Graur 1954 : 61). Cet ouvrage de référence nous a donc permis d’établir l’inventaire quasi-complet des adjectifs hérités du latin présents en ancien roumain et susceptibles d’être employés adverbialement, en considérant qu’il ne diffère pas essentiellement de la situation actuelle.

3.1. Critères de sélection des adjectifs-adverbes

  • 4 Cet adjectif connaît un usage spécial, désignant la couleur des cheveux.

Dans un premier moment, nous avons exclu les noms de couleur (par exemple, alb ‘blanc’, albastru ‘bleu’, galben ‘jaune’, negru ‘noir’, verde ‘vert’) auxquels s’ajoutent des adjectifs qualificatifs tels que cărunt ‘poivre et sel’4, orb ‘aveugle’, putred ‘pourri’, sătul ‘rassasié’, sterp ‘stérile’, subţire ‘fin, mince’, surd ‘sourd’, trist ‘triste’, vechi ‘vieil, vieux’ qui sont rares dans les textes anciens et qui n’ont pas d’emploi adverbial, à cause de leurs significations particulières.

La limitation aux adjectifs hérités du latin à valeur adverbiale nous a aussi permis de ne pas prendre en compte les adjectifs-adverbes d’origine slave qui ont assez souvent un comportement similaire (tels que iute ‘vite, piquant/rapidement, lesne ‘pas cher, facile/facilement, prost ‘simple, stupide/simplement, stupidement’) ou d’origine grecque (ieftin ‘pas cher’, proaspăt ‘frais/fraîchement’), malgré leur usage général en ancien roumain.

Nous avons aussi renoncé, dans l’inventaire dressé par A. Graur, aux emprunts d’origine latino-romane (comun ‘commun/communément’, direct ‘direct/directement’, prezent ‘actuel/actuellement’, propriu ‘propre/proprement’, etc.) car leur présence est signalée tardivement en roumain (principalement au XIXe siècle).

3.2. Inventaire

Suite à cette sélection primaire, nous avons réussi à réaliser un inventaire assez complet et valide des adjectifs pour notre recherche, ce qui nous a permis d’identifier certaines constantes structurelles et fonctionnelles et d’observer que la situation de ces adjectifs en ancien roumain ne diffère pas essentiellement de celle qui a été présentée par A. Graur.

Cet état de choses est confirmé par les discussions ponctuelles (passim) à l’égard des adjectifs hérités du latin par les auteurs des ouvrages de grammaire historique roumaine qui ont décrit la langue du XVIe siècle (Densusianu 1925, Densusianu 1926-1927, Densusianu 1928-1929, Rosetti 1932, Coteanu 1981, Densusianu 1997, ILR 2018 : 391-394, OHRM 2021).

  • 5 Ce choix s’explique par le fait qu’ils sont hérités du latin. Pour la plupart, ils ont des correspo (...)
  • 6 Pour des aspects concernant les étymons latins des adjectifs-adverbes, nous avons consulté les ouvr (...)

La liste des adjectifs faisant partie du vocabulaire fondamental du roumain contemporain qui sont susceptibles de connaître un emploi adverbial5 au XVIe siècle est la suivante6: acru ‘aigre’ (< lat. acer ‘pointu, perçant’), adânc ‘profond’ (< lat. aduncus ‘crochu, recourbé’), ager ‘agile’ (< lat. agilis ‘que l’on mène facilement, qui se meut aisément, agile’), amar ‘amer’ (< lat. amarus ‘amer, pénible’), aspru ‘âpre’ (< lat. asper/asperus ‘rugueux, âpre’), blând ‘doux’ (< lat. blandus ‘caressant, flatteur), bun ‘bon’ (< lat. bonus), cald ‘chaud’ (< lat. pop. caldus < lat. cl. calidus ‘chaud’), chiar ‘clair’ (< lat. clarus ‘clair, brillant, intelligible’), des ‘souvent, fréquent’ (< lat. densus ‘épais, serré, fréquent, plein, condensé’), deşert ‘vide, désert, privé de’ (< lat. desertus ‘désert, inculte’), drept ‘droit, honnête’ (< lat. directus ‘qui est en ligne droite’), dulce ‘doux’ (< lat. dulcis ‘doux, agréable, suave’), ferice ‘heureux’ (< lat. felicis ‘fécond, fertile, pour qui tout vient heureusement, heureux’), foarte ‘fort’ (< lat. fortis ‘fort, solide, courageux’), frumos ‘beau’ (< lat. formosus ‘beau, bien fait, de belles formes’), gras ‘gras’ (< lat. grassus/crassus ‘épais, gras, dense’), greu ‘lourd, grave, pesant, difficile’ (< lat. gravis ‘lourd, pesant, de basse (voix), alourdi’), gros ‘gros’ (< lat. grossus ‘gros, épais’), îngust ‘étroit’ (< lat. angustus ‘étroit’), întreg ‘entier’ (< lat. integrus/integer ‘non touché, intacte, non entamé), larg ‘large’ (< lat. largus ‘copieux, abondant, large’), lat ‘large, étendu’ (< lat. latus ‘large, étendu’), limpede ‘limpide, clair’ (< lat. limpidus ‘clair, transparent, limpide’), lin ‘doux, tranquille, calme’ (< lat. lenis ‘doux, modéré, calme’), lung ‘long’ (< lat. longus ‘long, étendu, qui dure’), mare ‘grand’ (< lat. mas, maris ‘mâle, viril’), mărunt ‘en pièces, en détail, petit’ (< lat. minutus ‘petit, menu’), mic ‘petit, pas grand’ (< lat. *miccus ‘petit’), moale ‘mou, sans force’ (< lat. mollis ‘souple, flexible, mou, tendre’), neted ‘plan’ (< lat. nitidus ‘brillant, luisant’), nou ‘nouveau’ (< lat. novus ‘nouveau, étrange’), plin ‘plein’ (< lat. plenus ‘plein’), rar ‘rare’ (< lat. rarus ‘peu serré, peu dense, espacé, peu fréquent’), rău ‘mal, mauvais’ (< lat. reus ‘accusé, culpable’), rece ‘froid, frais’ (< lat. recens ‘frais, jeune, récent’), repede ‘rapide’ (< lat. rapide/rapidus ‘qui entraîne, rapide’), sătul ‘rassasié’ (< lat. satullus ‘assez rassasié’), scurt ‘court, bref’ (< lat. *excortus ‘court, bref’), sec ‘sec’ (< lat. siccus ‘sec, sans humidité’ ), sigur ‘sûr’ (< lat. securus ‘exempt de soucis, tranquille, calme’), singur ‘seul’ (< lat. singulus ‘chacun un, un seul, seul’), strâmb ‘tordu, faux’ (< lat. strambus ‘tordu’), strâmt ‘étroit, serré’ (< lat. *strinctus/strictus ‘serré, étroit, sévère’), u(şor) ‘léger, facile’ (< lat. levis ‘léger, peu pesant, de peu d’importance, doux’), tare ‘fort, dur’ (< lat. talis ‘de cette qualité, de ce genre’), târziu ‘tard’ (< lat. tardivus ‘tard, lent’), vârtos ‘beaucoup, fort, dur, très’ (< lat. *virtuosus/virtus ‘qui a des qualités’), viu ‘vif, vivant’ (< lat. vivus ‘vif, vivant, animé, en vie’).

Cependant, nous avons exclu de la liste les adjectifs quantitatifs mult ‘beaucoup’ (< lat. multus ‘beaucoup’) et puţin ‘peu’ (< lat. *paucinus ‘peu, petit’) qui connaissent de multiples valeurs et différentes fonctions au sein de l’énoncé mais qui font partie de la classe des indéfinis, avec un rôle de quantificateurs. Par contre, nous avons rajouté à la liste l’adjectif pedestru ‘à pied’ (< lat. pedester ‘qui est à pied, pédestre’) et l’adverbe de provenance adjectivale cătelin ‘doucement’ (< lat. *cautelinus ‘doux, doucement’), répandus à l’époque mais qui, de nos jours, ont un caractère dialectal.

Ayant cet inventaire initial comme point de repère pour notre démarche, nous avons parcouru attentivement un nombre significatif de macro- et micro-textes anciens (au nombre de 22), datant du XVIe siècle. Malgré l’écart temporel évident, notre supposition liée à une similitude d’emploi adverbial des adjectifs latins hérités en ancien roumain se confirme, ce qui témoigne d’une continuité à cet égard.

Le corpus investigué illustre que certains adjectifs ne connaissent pas un usage adverbial (ce qui pourrait s’expliquer par des possibles restrictions sémantiques) dans les pages des anciens textes intégrés dans le corpus mais cela ne signifie pas qu’ils n’étaient pas présents, dans la langue parlée ou dans d’autres textes. Ceux-ci sont : acru, adânc, ager, aspru, cald, îngust, lat, limpede, gras, gros, mărunt, moale, neted, rar, rece, repede, sigur, singur, strâmt, târziu, vechi, viu.

3.3. Interprétation des données recueillies

Il reste donc un nombre de 28 adjectifs employés en fonction adverbiale (vois les deux Annexes) dont nous marquons le numéro des occurrences entre parenthèses : amar (13), blând (1), bun (3), cătelin (6), chiar (17), des (2), deşert (12), drept (110), dulce (16), ferice (51), foarte (269), frumos (13), întreg (1), larg (2), lung (3), lin (6), greu (17), mare (8), nou (3), pedestru (3), plin (2), rău (118), scurt (2), sec (1), strâmb (20), tare (140), uşor (23), vârtos (445).

Le décalage important des occurrences se justifie aussi par les dimensions des textes retenus pour notre analyse qui, pour la plupart, sont des traductions de textes religieux slavons qui circulaient dans les pays roumains. Il faut donc entrevoir une certaine fidélité par rapport aux modèles suivis, y compris à l’égard des structures syntaxiques implicites qui contiennent différents adverbes – en grande partie, des circonstanciels de manière – dont les rôles et fonctions sont divers, autant du point de vue sémantico-fonctionnel que du point de vue syntaxique.

Au total, dans les pages des 22 textes retenus, on dénombre 1307 (voir Annexe 2) occurrences d’adjectifs-adverbes qui apparaissent de manière différenciée dans les textes (voir les Annexes 1 et 2) mais la plupart sont des déterminants des verbes.

  • 7 Chiar ‘clair’ connaît essentiellement un emploi adverbial en ancien roumain.
  • 8 Mare ‘grand’ garde en roumain son usage adverbial au niveau dialectal jusqu’à nos jours, en tant qu (...)
  • 9 Dans les grammaires académiques roumaines récentes (GALR II 2008 : 279-280, GR 2013 : 445 et GBLR 2 (...)

Avant de discuter de leur usage, nous offrons pour chacun des exemples tirés des textes extraits du corpus CAR.XVI : amar – şi lu săruta şi amaru plânge (CSIX.1580-91 : 80r) ‘et il l’embrassait et il pleure amèrement’ ; blând – şi tuturora blând luminează lumină (CC2.1581 : 217) ‘et il éclaircit doucement la lumière pour tous’ ; bunbunru e mie leagea rrostului (PH.1500-10 : 190) ‘et pour moi va bien la loi des dits ?’; cătelincătelin, cătelin, voi goni înaintea ta (PO. 1582 : 257) ‘doucement, doucement, je courrai devant toi’ ; chiar – c-am luat chiar (GB.1520-1640 : 89v) ‘que j’ai pris exactement/vraiment’7 ; des – şi mai des datori suntem (CC2.1581 : 218) ‘et souvent nous sommes obligés’ ; deşertdeşert grăi cineş cătră soţul său (CP.1570 : 17r) ‘en vain disait chacun à son compagnon’ ; dreptdereptu să înblaţi foarte (CTd.~1600 : 107) ‘marchez très droit’ ; dulce – şi atâta cânta bine şi dulce (FD.1592-604: 517v) ‘et il chantait si bien et doucement’ ; fericeferice e de toţi cari se vor nedejdi pri-nsul (PH.1500-10 : 2r) ‘heureux pour tous ceux qui vont espérer par lui’ ; foarte - foarte mă rog domnietale (DÎ.1521-600 : 1r) ‘je vous supplie fortement’ ; frumos – că frumos se grăieaşte (CC2.1581 : 110) ‘qu’on parle bellement (litt.)’ ; greu – şi cu urechile greu auziră (CT.1560-1 : 27r) ‘et ils entendirent à peine de leurs oreilles’ ; întreg – mai întreg den aceaste lucrure ce ne-s puse noao înainte (CC2.1581 : 383) ‘plus entièrement que ces choses qui sont mises devant nous’ ; larg – încă mai largu iaste scris în mărturie (DÎ.1521-600 : xc/1r) ‘et encore plus largement est écrit dans le témoignage [cf. expression : c’est écrit dans le marbre]’ ; lung - Nu lungu anii să aibă (CP.1570 : 291) ‘il ne vivra pas longtemps’ ; lin – şi la al tău răpaus lin să venim (CPr.1566 : 206) ‘et à ton repos on vient doucement’ ; mare – cine făcu să sufle vântul de către Apus vârtos mare8 (PO.1582 : 211) ‘qui fit souffler le vent occidental très fort’ ; nou – nu nou9 să fie ce e întru noi ascunsă (CP.1570 : 410-411) ‘que ne soit pas nouveau ce qui est entre nous caché ; pedestru – şi vrea însuşi pedestru se meargă (CV.1563-83 : 9r) ‘et il veut lui-même s’en aller à pied’ ; plinşi téi înplut plin de amarul iadului (CTd.~1600 : 103r) ‘et tu t’es pleinement rempli de l’amertume de l’Enfer’ ; rău – e se neştine chinuiaşte rreu întru noi (CV.1563-83 : 67v) ‘et si quelqu’un souffre durement entre nous’ ; scurt – că eu scurtu v-am scris (CPr.1566 : 577) ‘car je vous ai brièvement écrit’ ; sec – şi ei mănâncă vinerea sec (DÎ. 1521-1600 : xciii/1v) ‘et eux mangent sec le vendredi’ ; strâmb – despre acest lucru mulţi grăiesc strâmb (CC1.1567 : 224v) ‘sur ce sujet beaucoup parlent faux’ ; taretare să se veaghe şi se se străjuiască (Prav.1581 : 234v) ‘qu’il veille et se garde attentivement’ ; uşor – ce iaste mai iuşoru a zice slăbitului (CT. 1560-1 : 71r) ‘c’est plus facile à dire au faible’ ; vârtos – mai vârtos a spori şi a ajuta lor (CL.1570 : 21r) ‘accroître encore plus et les aider’.

De toutes ces entrées, se détachent foarte, tare et vârtos qui sont essentiellement utilisés adverbialement et déterminent principalement un verbe (1-3), avec une valeur lexicale autonome (Stan 2013 : 308). Ces adjectifs-adverbes connaissent généralement des usages semblables à ceux des autres langues romanes (en français, par exemple, il a frappé fort à la porte) :

(1) iară deregătorii elinilor foarte se înălţară (CC2.1581 : 558)
‘et les dirigeants des Hellènes s’élevèrent’

(2) să rabde tare şi foarte ce le se va tâmpla (CC2.1581 : 220)
‘qu’ils supportent fortement ce qui leur va se passer’

(3) atunci vârtosu plânge (CSIX.1580-91 : 79r)
‘alors il pleut beaucoup/fort’

Mais il existe des cas où nous avons affaire à des emplois particuliers de ces trois derniers adverbes où ils sont des modificateurs de gradation auprès des adjectifs (4-5), des adjectifs participes (6-7) ou des adverbes (8-9). Ils déterminent assez rarement des GPrép - Préposition + nom (10). Leur place dans cette fonction est relativement libre ; elle peut se situer soit avant (4, 8-10), soit après le mot déterminé (5-7), avec une prédominance pour la postposition (Stan 2013 : 308).

Nous pouvons observer toutes ces particularités d’usage dans les exemples suivants qui illustrent la dynamique qui existait en ancien roumain :

(4) că-i era foarte dragă miiarea (FD.1592-604 : 489r)
‘que le miel lui était très cher’

(5) Irod văzu Isus bucuros foarte (CT.1560-1 : 174v)
‘Hérode très heureux vit Jésus’

(6) că mare-i Domnul şi lăudat foarte (CTd.~1600 : 3r)
‘que Dieu est grand et très loué’

(7) şi scârbiţi fură foarte (CT.1560-1 : 37r)
‘et ils étaient très dégoûtés’

(8) noi rugăm foarte tare şi zioa şi noaptea (CPr.1566 : 477)
‘nous prions très fort le jour, comme la nuit’

(9) e aceaea foarte amănuntul se se cearce de rândul nunteei (Prav.1581 : 224r)
‘et que celle-ci soit recherchée très en détail à l’occasion des noces’

(10) scârbă era aceasta şi foarte cu necuviinţă (CC2.1581 : 525)
‘dégoût était celui-ci et très impoli’

L’adjectif-adverbe tare est répertorié soit avec sa valeur lexicale autonome (11-12), marquant, auprès d’un verbe, sémantiquement, l’intensité de l’action, soit en tant que modificateur d’intensité au superlatif des adjectifs (13) ou des adverbes (14) :

(11) Hristos aicea între apostoli tare ceartă (CC1.1567 : 13r)
‘Le Christ ici parmi les apôtres admoneste fort’

(12) şi Cain mânie-se tare (PO.1582 : 22)
‘et Caïn se fâche fort’

(13) aceia era iuţi tare (CC1.1567 : 66r)
‘ceux-ci étaient très âpres’

(14) încă ies tare departe den împlutul legiei (CC1.1567 : 114r)
‘et encore ils sortent si loin du contenu de la loi’

Quant à l’autre modificateur d’intensité, vârtos, celui-ci connaît un très large emploi et se trouve présent dans tous les textes. À l’intérieur de l’énoncé, il fonctionne indépendamment (15), accompagné ou non par le modificateur de comparatif mai ‘plus’ (16), illustrant un figement mai vârtos ‘encore plus, surtout, encore fort’, ou en tant que modificateurs de gradation superlative (19), déterminant des adjectifs et des adverbes :

(15) nevoiţi-vă vârtos întru chemarea voastră (CPr.1566 : 176)
‘forcez-vous encore plus pour votre appel’

(16) păsaţi mai vrătos cătră oile ce-s perite (CT.1560-1 : 18v)
‘passez surtout vers les brebis qui sont mortes’

(17) că vârtos tare îndrăgiia fata lui Iacob (PO.1582 : 117)
‘car il aimait tellement la fille de Jacob’

(18) într-una den sâmbete vârtos de dimineaţă vineră
‘un des samedis, tôt dans la matinée ils vinrent’

(19) [piatra] era amu vârtos mare (CC2.1581 : 146)
‘[la pierre] était maintenant très grande’

Nous observons un emploi particulier de ferice qui apparaît seul (20), imposant, dans certains cas, un datif (21). Mais, le plus souvent, il est accompagné de la préposition de, en laissant entrevoir une certaine tendance au figement qui exige un accusatif (22-23). La dernière situation est aussi repérable en roumain actuel parlé ou dialectal, ce qui témoigne d’une continuité :

(20) mai ferice easte mai vârtos a da decâtu a lua (CV.1563-83 : 12r)
‘plus heureusement il est plus vertueux de donner que de prendre’

(21) ferice cărora se lăsară fărădelegile (PH.1500-10 : 25v)
‘heureusement pour ceux qui abandonnèrent les infamies’

(22) ferice de bărbatul cinre va upovoi pri-nsul (PH.1500-10 : 27v-28r)
‘heureusement pour l’homme qui se dirigera vers lui’

(23) ferice de acela cine dobândeaşte viiaţa de veac (CC1.1567 : 218v)
‘heureusement pour celui qui obtient la vie éternelle’

L’inventaire des adjectifs-adverbes que nous avons dressé nous a permis de constater que, du point de vue quantitatif, leur nombre n’est pas très élevé et que leur distribution dans les textes est assez hétérogène et oscillante. On a pu observer qu’il n’y a pas de texte qui contienne tous les adverbes intégrés dans notre inventaire des adjectifs hérités du latin et adverbialement employés.

Dans la plupart de textes, il y a une prédominance d’usage auprès des verbes (principalement en dépendance des verba dicendi, verba laborandi, verba movendi, etc.) qui ont le rôle de GV et les adverbes, une fonction de circonstanciel de manière.

Il existe aussi un nombre limité d’adjectifs-adverbes qui sont spécialisés en tant que marqueurs du comparatif et du superlatif (foarte, tare et vârtos), une particularité qui explique également le nombre élevé de leurs occurrences.

4. Conclusions et perspectives

Les analyses de corpus que nous avons menées sont sans nul doute nécessaires pour les recherches en morphologie actuelles car, par l’intermédiaire de celles-ci, nous pouvons observer, d’un côté, la dynamique et le rôle des formes grammaticales en ancien roumain et, de l’autre, vu le patrimoine linguistique latin hérité, les similitudes qui existent entre les différentes langues romanes.

Nous espérons que la présente étude, basée sur le corpus CAR.XVI, a apporté de nouvelles informations concernant l’héritage et l’épanouissement d’une classe spéciale d’adverbes qui n’a pas participé, en roumain, au processus dérivatif adverbial effectué à partir d’un adjectif féminin, comme c’est le cas pour les autres langues romanes (Chircu 2008) (par exemple, it. certa/certamente ‘certainement’, esp. oscura/oscuramente ‘obscurement’, fr. claire/clairement, port. íntima/íntimamente ‘intimement’, cat. vana/vanament ‘vainement’, etc.)

  • 10 Pour l’italien, voir à l’égard du sujet traité ci-dessus, les contributions citées supra à la note  (...)

La langue roumaine s’avère, encore une fois, « ni plus, ni moins romane que l’italien10, le français et tout autre : elle est simplement une langue romane, sans comparatif, car la notion de ‘romane’ est absolue et ne comporte pas de degrés » (Puşcariu 1937 : 51).

Des études comparatives comme celle-ci, appliquées à toutes les langues romanes, pourront nous permettre d’observer les aspects communs et différenciateurs, dans leur évolution.

Haut de page

Bibliographie

a) corpus

CAR.XVI = Corpus de l’ancien roumain. Le XVIe siècle, constitué ad hoc, à partir de Corpusul limbii române vechi, réalisé par l’Institut de linguistique « Iorgu Iordan – Alexandru Rosetti » de l’Académie roumaine qui intègre, pour cette recherche, les textes suivants :

AI.1551-1583 = ---. Apostolul Iorga, in Codicele popii Bratul, ediţie de text de A. Gafton. Iaşi : Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”, 2003, 476-479.

CB.155960 = ---. Codicele popii Bratul, ediţie de text de A. Gafton. Iaşi : Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”, 2003, 1-458.

CC1.1567 = Coresi, Tâlcul evangheliilor, in Tâlcul evangheliilor şi molitevnic rumânesc, ediţie critică de V. Drimba, cu un studiu introductiv de I. Gheţie. Bucureşti : Editura Academiei Române, 1998, 31-187.

CC2.1581 = Coresi, Carte cu învăţătură, publicată de S. Puşcariu şi A. Procopovici, vol. I (Textul). Bucureşti : Atelierele Grafice Socec & Co, 1914, 1-563.

CCat.1560 = Coresi, Catehism, text stabilit, studiu filologic, studiu lingvistic şi indice de A. Roman Moraru, in I. Gheţie (coord.), Texte româneşti din secolul al XVI-lea. Bucureşti : Academia Română, 1982, 101-105.

CL.1570 = Coresi, Liturghier, text stabilit, studiu introductiv şi indice de A. Mareş. Bucureşti : Academia Română, 1969, 127-148.

CP.1570 = Coresi, Psaltirea slavo-română (1577), în comparaţie cu psaltirile coresiene din 1570 şi din 1589, text stabilit, introducere şi indice de S. Toma. Bucureşti : Academia Română, 1976, 35-662.

CPr.1566 = Coresi, Lucrul apostolesc (Apostolul), ediţie îngrijită de I. Bianu. Bucureşti : Tiparul „Cultura Naţională”, 1930, 1-632.

CPrav.1560-2 = Coresi, Catehism, text stabilit, studiu filologic, studiu lingvistic şi indice de Gh. Chivu, in I. Gheţie (coord.), Texte româneşti din secolul al XVI-lea. Bucureşti : Academia Română, 218-231.

CS.1580-619 = ---. Codex Sturdzanus, studiu filologic, studiu lingvistic, ediţie de text şi indice de cuvinte de Gh. Chivu. Bucureşti : Academia Română, 237-300.

CT.1560-1 = Coresi, Tetraevanghel (1560-1561), comparat cu Evangheliarul lui Radu de la Măniceşti (1574), ediţie alcătuită de F. Dimitrescu. Bucureşti : Academia Română, 1963, 39-167.

CTd.~1600 = ---. Codicele Todorescu, in Codicele Todorescu şi Codicele Marţian, studiu şi transcriere de N. Drăganu. Bucureşti : Librăriile Socec & C. Sfetea, 1914, 191-229.

CV.1563-83 = ---. Codicele voroneţean, ediţie critică, studiu filologic şi studiu lingvistic de M. Costinescu. Bucureşti : Academia Română, 1981, 229-400.

DÎ.1521-600 = ---. Documente şi însemnări româneşti din secolul al XVI-lea, text stabilit şi indice de Gh. Chivu, M. Georgescu, M. Ioniţă, A. Mareş şi A. Roman-Moraru, introducere de A. Mareş. Bucureşti : Academia Română, 1979, 95-212.

FD.1592-604 = Floarea darurilor, in Cele mai vechi cărţi populare în literatura română, vol. I, text stabilit, studiu filologic şi lingvistic, glosar de A. Moraru, Bucureşti, Editura Minerva, 1996, 119-82.

FT.1571-5 = ---. Fragmentul Todorescu, text stabilit, studiu filologic, studiu lingvistic şi indice de I. Gheţie, in I. Gheţie (coord.), Texte româneşti din secolul al XVI-lea. Bucureşti : Academia Română, 1982, 336-343.

GB.1520-1640 = ---. Glosele Bogdan, text stabilit, studiu filologic, studiu lingvistic şi indice de M. Georgescu, in I. Gheţie (coord.), Texte româneşti din secolul al XVI-lea. Bucureşti : Academia Română, 1982, 422-438.

PH.1500‒10 = ---. Psaltirea Hurmuzaki, vol. I (Textul), studiu filologic, studiu lingvistic şi ediţie de I. Gheţie şi M. Teodorescu, Bucureşti, Editura Academiei Române, 2005, 85-211.

PO.1582 = ---. Palia de la Orăştie (1581-1852). Text – Facsimile – Indice, ediţie îngrijită de V. Pamfil. Bucureşti : Academia Română, 1968, 1-317.

Prav.1581 = ---. Pravila ritorului Lucaci, text stabilit, studiu introductiv şi indice de I. Rizescu. Bucureşti : Academia Română, 1971, 161-183.

SB.1592-1638 = Rosetti. A. (éd.). Scrisori româneşti din Arhivele Bistriţei (1592-1638). Bucureşti : Casa Şcoalelor, 1944, 27-75.

TS.1551-3 = ---. Evangheliarul slavo-român de la Sibiu, studiu introductiv filologic de E. Petrovici, studiu introductiv istoric de L. Demény. Bucureşti : Academia Română, 1971, 121-354 (facsimile).

b) ouvrages, études et articles

Bourciez É. (1967). Éléments de linguistique romane, cinquième édition, révisée par l’auteur et par les soins de Jean Bourciez. Paris : Klincksieck.

Chircu A. (2008). L’adverbe dans les langues romanes. Études étymologique, lexicale et morphologique (français, roumain, italien, espagnol, portugais, catalan, provençal). Cluj-Napoca : Casa Cărţii de Ştiinţă.

Chircu A. (2015). « Un tipar locuţional adverbial în limba română veche: pre larg, pre scurt, pre lesne », in R. Zafiu, I. Nedelcu (éd.), Variaţia lingvistică: probleme actuale, vol. I (Gramatică, istoria limbii române, filologie, dialectologie). Bucureşti : Editura Universităţii din Bucureşti, 11-19.

Chircu A. (2020). « Corpus of Old Romanian Adjective-Adverbs, Derived Adverbs and Prepositional Phrases », in G. Schneider, Ch. Pollin, K. Gerhalter, M. Hummel (éd.) Adjective-Adverb Interfaces in Romance. Open-Access Database, disponible à l’adresse https://gams.unigraz.at/o:aaif.roapaaif (consulté le 15 juillet 2021).

Chircu-Buftea A. (2011). Dinamica adverbului românesc. Ieri şi azi. Cluj-Napoca : Casa Cărţii de Ştiinţă.

Ciompec G. (1985). Morfosintaxa adverbului românesc. Sincronie şi diacronie. Bucureşti : Ştiinţifică şi Enciclopedică.

Coteanu I. (1981). Structura şi evoluţia limbii române : de la origini până la 1860. Bucureşti : Academia Română.

Densusianu O. (1997). Histoire de la langue roumaine, vol. I (Les origines) – II (Le seizième siècle), ediţie critică şi note de V. Rusu, prefaţă de B. Cazacu. Bucureşti : Grai şi Suflet & Cultura Naţională.

Densusianu O. (1928-1929). Limba română în sec. al XVI-lea. Morfologia. Bucureşti : Litografia Constanţa Dumitrescu.

Densusianu O. (1926-1927). Lexicul secolului XVI. Bucureşti : Litografia Constanţa Dumitrescu.

Densusianu O. (1925). Limba română în secolul al XVI-lea. Bucureşti : Litografia Constanţa Dumitrescu.

Gheţie I. (coord.). (1997). Istoria limbii române literare. Epoca veche (1532-1780). Bucureşti : Academia Română. (ILRLV)

Glessgen M. D. (2007). Linguistique romane. Domaines et méthodes en linguistique française et romane. Paris : Armand Colin.

Graur A. (1965). La romanité du roumain. Bucarest : Académie roumaine.

Graur A. (1963). La langue roumaine. Esquisse historique. Bucarest : Meridiane.

Graur A. (1954). Încercare asupra fondului principal lexical al limbii române. Bucureşti : Academia Română.

Guţu Romalo V. (coord.). (2008). Gramatica limbii române, vol. I. Cuvântul, vol. II. Enunţul. Tiraj nou, revizuit. București : Academia Română, 2008. (GALR)

Hummel M., Chircu A., García Sánchez J. J., García Hernández B., Koch S., Porcel Bueno D., Wissner I. (2019). « Prepositional adverbials in the diachrony of Romance: a state of the art », Zeitschrift für romanische Philologie 135(4) : 1080-1137.

Ledgeway A. (2016). « The dialects of southern Italy », in A. Ledgeway, M. Maiden (éd.) The Oxford Guide of Romance Languages. Oxford : Oxford University Press, 246-269.

Ledgeway A. & Silvestri G. (2016). « L’accordo degli avverbi aggettivali e del participio passato nei dialetti meridionali », in P. Del Puente (éd.) Atti del IV Convegno internazionale di dialettologia - Progetto A.L.Ba. Venosa : Osanna, 163-185.

Ledgeway A. & Gerhalter K. (2020). « Corpus of Adjective-Adverbs in Southern Varieties of Italy », in G. Schneider, Ch. Pollin, K. Gerhalter, M. Hummel (éd.) Adjective-Adverb Interfaces in Romance. Open-Access Database, disponible à l’adresse https://gams.uni-graz.at/o:aaif.itaaaif (consulté le 25 août 2021).

Maiden M. et al. (2021). The Oxford History of Romanian Morphology. Oxford : Oxford University Press. (OHRM)

Mareş A. (coord.). (2016). Crestomaţia limbii române vechi, vol. I (1521-1639). Bucureşti : Academia Română. (CLRV)

Pană-Dindelegan G. (coord.). (2020). Dicţionar de intţerpretări gramaticale. Cuvinte mici, dificultăţi mari. Bucureşti : Univers Enciclopedic Gold.

Pană-Dindelegan G. et al. (éd.). (2019). Variaţie diacronică și diatopică. Note gramaticale. Bucureşti : Editura Universităţii din Bucureşti.

Pană Dindelegan G. (coord.). (2016). Gramatica de bază a limbii române. Ediţia a II-a. Bucureşti : Univers Enciclopedic Gold, 2016. (GBLR)

Pană-Dindelegan G. (éd.). (2016). The Syntax of Old Romanian. Oxford : Oxford University Press.

Pană-Dindelegan G. et al. (éd.). (2015). Diachronic Variation in Romanian. Cambridge Publishing Scholars : Newcastle upon Tyne.

Pană-Dindelegan G. (éd.). (2013). The Grammar of Romanian. Oxford : Oxford University Press. (GR)

Puşcariu S. (1937). Études de linguistique romane. Cluj-Bucureşti : Monitorul Oficial şi Imprimeriile Statului & Imprimeria Naţională.

Rosetti A. (1932). Limba română în secolul al XVI-lea. Bucureşti : Cartea Românească.

Sala M. (1999). Du latin au roumain, traduction de Claude Dignoire. Bucarest-Paris : L’Harmattan & Univers Enciclopedic.

Sala M. & Ionescu-Ruxăndoiu L. (éd.). (2018). Istoria limbii române, vol. I, Bucureşti : Univers Enciclopedic Gold. (ILR)

Stan C. (2013). O sintaxă diacronică a limbii române vechi. Bucureşti : Editura Universităţii din Bucureşti.

Vasile C. (2013). Adverbul românesc între continuitate latină, specific balcanic şi evoluţie internă. Bucureşti : Muzeul Naţional al Literaturii Române.

c) dictionnaires

DELL = Ernout A. & Meillet A. (1932). Dictionnaire étymologique de la langue latine. Paris : Klincksieck.

DER = Ciorănescu A. (2002). Dicţionarul etimologic al limbii române, ediţie îngrijită şi traducere din limba spaniolă de T. Şandru Mehedinţi şi M. Popescu Marin. Bucureşti : Saeculum I. O.

DL-R = Guţu G. (1983). Dicţionar latin – român. Bucureşti : Ştiinţifică şi Enciclopedică.

GDILF = Gaffiot F. (1967). Dictionnaire illustré latin-français. Paris : Hachette.

PEW = Puşcariu S. (1975). Etymologisches Wörterbuch der rumänischen Sprache, Zweite, unveränderte Auflage. Heidelberg : Carl Winter – Universitätsverlag.

REW = Meyer-Lübke W. (2009). Romanisches Etymologisches Wörterbuch, 7., unveränderte Auflage. Heidelberg : Universitätsverlag Winter.

Haut de page

Annexe

Annexes - Occurrences des adjectifs-adverbes dans le Corpus CAR.XVI

Annexe 1

Annexe 2

Haut de page

Notes

1 Il faut préciser que les premiers textes roumains qui nous sont parvenus sont, pour la plupart, des traductions de textes religieux rédigés en slavon et en grec.

2 Sens métaphorique : ‘directement, franchement, sincèrement’.

3 Pour la présence de ces constructions en italien dialectal méridional, voir Ledgeway, Silvestri (2016 : 163-185) et, aussi, Ledgeway et al. (2020).

4 Cet adjectif connaît un usage spécial, désignant la couleur des cheveux.

5 Ce choix s’explique par le fait qu’ils sont hérités du latin. Pour la plupart, ils ont des correspondants employés adverbialement dans les autres langues romanes. Nous ne nous rapportons pas aux adjectifs-adverbes qui proviennent du superstrat slave ou de l’adstrat (grec, hongrois, latin savant, français, allemand, russe, etc.) de la langue roumaine.

6 Pour des aspects concernant les étymons latins des adjectifs-adverbes, nous avons consulté les ouvrages lexicographiques suivants : DELL, DER, DL-R, GDILF, PEW et REW.

7 Chiar ‘clair’ connaît essentiellement un emploi adverbial en ancien roumain.

8 Mare ‘grand’ garde en roumain son usage adverbial au niveau dialectal jusqu’à nos jours, en tant qu’intensificateur de gradation (năcăjită mare iera ‘elle était très affligée’) ou adverbe de manière (vorbeşte mare ‘il parle avec arrogance, avec mépris’). En français dialectal, son équivalent grand apparaît comme intensificateur : Il fait grand beau ‘très ensoleillé (en parlant du temps)’.

9 Dans les grammaires académiques roumaines récentes (GALR II 2008 : 279-280, GR 2013 : 445 et GBLR 2016 : 482), dans les expressions impersonnelles du type verbe + adj. (este clar ‘c’est clair’ ; voir en ancien roumain le cas de este bun ‘c’est bien’, este uşor ‘c’est facile’), l’adjectif est considéré adverbe (modal), théorie à laquelle nous adhérons.

10 Pour l’italien, voir à l’égard du sujet traité ci-dessus, les contributions citées supra à la note 3. À consulter aussi Ledgeway (2016 : 246-269).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrian Chircu, « Les adjectifs-adverbes hérités du latin en ancien roumain. Le XVIe siècle (Corpus CAR.XVI) »Corpus [En ligne], 23 | 2022, mis en ligne le 02 mars 2022, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/corpus/6971 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corpus.6971

Haut de page

Auteur

Adrian Chircu

MCF-HDR en linguistique roumaine et romane
Université de Cluj-Napoca
CLARD
Roumanie
adichircu@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search