Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24VariaVœux présidentiels à la nation : ...

Varia

Vœux présidentiels à la nation : empathie politique ou politique du pathos ?

President’s New Year’s message to the nation: Political empathy or pathos politics?
Wilfried Segue

Résumés

Les vœux du nouvel an à la nation constituent un genre d’allocutions présidentielles traditionnellement rattachées aux grands discours du Président de la République. Le temps du bilan de l’année écoulée, de même que l’annonce de l’agenda politique pour l’année qui suit, sont autant de sujets dans la communication politique de l’Élysée pour s’adresser aux citoyens et leur parler d’eux-mêmes, du pays, du récit national en cours et à écrire. Le cas échéant, les vœux aux Français constituent une opportunité dans le calendrier pour actualiser la vision ou le projet politique que porte le Président, renouveler aussi l’image de celui-ci dans le regard du citoyen. Cependant, la scène englobante d’énonciation infléchit ce genre discursif vers un certain lyrisme : la solennité du 31 décembre appelle en effet un temps de pause pour porter un regard réflexif sur l’expérience citoyenne empirique, en particulier sur le « faire commun » en tant que membre de la communauté nationale. Dans ce contexte d’énonciation, le discours du chef de l’État met donc en jeu et actualise l’imaginaire social collectif autour du sentiment d’appartenance à un destin national évocateur. Or, si le pathos est bien inscrit dans l’écriture des vœux du nouvel an à la nation, son emploi surprend l’auditeur ou le lecteur attentif car il déjoue l’empathie du Président envers le citoyen et réoriente l’usage de ces discours. La rhétorique du pathos dans les vœux a tendance au contraire à inverser le rapport d’identification et d’adhésion du citoyen à un projet pour la nation dicté par le chef de l’État. Et cette intention politique sous-jacente se joue notamment dans les ressorts stylistiques de la littérarité et dans le travail sur le verbe présidentiel prétendument lyrique et porteur d’une proposition de récit actualisé et souhaité au nom de et pour la nation française.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

  • 1 Voir Jean-Marc Leblanc dans sa thèse, Les vœux présidentiels sous la Cinquième République (1959-200 (...)
  • 2 Finniss-Boursin Françoise, Les discours des vœux des Présidents, La France au fond des yeux, 1992.
  • 3 « Existe-t-il, dans nos traditions politiques, exercice plus solennel et plus anodin, en apparence, (...)
  • 4 Aristote, La Rhétorique.
  • 5 Forget Danielle, « Le pathos mis à contribution dans les discours à grande circulation », Corela, H (...)

1Les vœux du nouvel an à la nation sont l’occasion d’une énonciation politique ritualisée1 par laquelle le chef de l’État s’adresse aux Français les yeux dans les yeux pour faire le bilan de l’année écoulée et leur présenter un ensemble de projections politiques pour l’année qui suit. Ces discours peuvent donc être considérés comme des « bilans-programmes » ou « bilans-perspectives »2 qui engagent par ailleurs dans leur écriture une dimension émotionnelle chez le locuteur et l’allocutaire, et que la solennité singulière de la situation d’énonciation requiert3. Dans ce genre de discours présidentiels, l’enjeu énonciatif se déplace. Dès lors, il s’agit de reconstruire artificiellement une dimension phatique entre le Président et ses allocutaires. Les vœux cherchent une autre voie (voix) qui permette au chef de l’État non seulement de renouveler la manière dont il accède aux citoyens mais surtout d’actualiser aux yeux de ces derniers le pacte Républicain selon lequel il doit incarner la nation sur un plan symbolique. Dans l’élaboration du discours, cette recherche phatique ne se joue donc plus nécessairement dans un travail exclusif sur le logos politique, la capacité de convaincre d’un bilan annuel voire d’un agenda politique par l’art du raisonnement4, mais bien sur le pathos : ce que le discours donne à entendre comme charge émotionnelle du je, une rhétorique du lyrisme qui serait une autre voie linguistique pour faire adhérer le citoyen au propos et à l’imaginaire commun que le discours est censé construire. C’est notamment ce que Danielle Forget, pour qui « le pathos dispute sa fonction dans ses rapports avec l’ethos, mais surtout avec le logos auquel on l’a souvent opposé »5 met au jour dans son étude des discours à grande circulation, tel que le discours politique :

  • 6 Ibid.

Le pathos se présente à travers des stratégies de communication par lesquelles le locuteur mise prioritairement, pour la persuasion, sur ses propres affects et leur transmission. Les affects apparaissent dans l’énonciation avec une charge telle (au sens d’intensité) qu’elle est susceptible d’influencer le destinataire, contribuant en conséquence à la persuasion. Bien sûr, il arrive que la transformation des opinions d’autrui n’est pas explicite : dans certaines situations, on peut échanger du pathos par compassion, par exemple, sans que les objectifs persuasifs soient au premier plan. Malgré tout, la persuasion ou du moins, la transformation des rapports entre énonciateurs s’en trouve tout de même affectée en bout de ligne. Ainsi, pathos et interaction sont intimement liés6.

  • 7 « Les vœux assurent à la fois la fonction de représentation du « président-étendard » à la tête de (...)

2Il y a donc une dimension politique dans l’inscription du pathos dans le discours présidentiel de même qu’il y a un enjeu politique dans la perpétuation des vœux à la nation comme discours présidentiel rituel7. Cependant, dans un contexte de démonétisation de la parole politique, a fortiori de celle du chef de l’État, comment cette tradition des vœux du nouvel an à la nation peut-elle se maintenir et garder du sens pour les citoyens ? Comment le travail sur la force expressive de la langue, la littérarité du pathos, sert-il ou trahit-il des intentions politiques égotiques ? Comment cette littérarité du pathos engage-t-elle une redéfinition des lettres du récit national propre à chaque Président ?

3Notre propos est ici de faire émerger du sens, de proposer une grille de lecture critique de ce corpus de discours présidentiels ramenés à ceux de Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron 2017-2021, au regard de leurs enjeux politiques. Nous posons que ceux-ci engagent très fortement la littérarité dans l’efficience du discours présidentiel adressé à la nation. Pour ce faire, nous ne nous cantonnerons pas à une analyse logométrique ni à une analyse diachronique, par Président. Nous suivrons une méthodologie plus globale qui consiste à interroger la présence de lemmes et de lexèmes potentiellement porteurs de signification politique et idéologique dans la parlure des Présidents et à les passer au crible d’une enquête comparative et d’une analyse qualitative. Il s’agit en effet de voir en quoi ces indices linguistiques témoignent d’une grammaire rhétorique propre à ce type de discours, qui, le cas échéant, dépasse l’ego du chef de l’État et qui l’oblige dans son contexte socio-culturel. Ou au contraire, de voir comment ces marqueurs d’un discours ritualisé sont révélateurs d’une personnalité politique qui cherche à s’incarner dans et par le verbe, et comment ces indices de littérarité masquent ou trahissent des intentions politiques tacites propres à chaque Président-locuteur.

1. Fonction emphatique du discours ou discours en pathos ?

4Bien que tous les Présidents de la Ve République aient eu une attitude différenciée à cet égard, le contexte d’énonciation et le rendez-vous pris avec les Français à date fixe le 31 décembre à 20h00 est certainement propice à l’épanchement du moi (je) présidentiel et à la recherche d’une certaine intimité avec les citoyens allocutaires du discours :

  • 8 Finniss-Boursin (1992), op. cit.

Les vœux à la télévision, c’est une mise en scène élaborée, où chaque détail compte. C’est un mélange de solennité et d’intimisme : pour la solennité, l’image du palais de l’Élysée, la musique qui précède le discours, le cadre du bureau présidentiel. Pour l’intimisme, la couleur de la télévision, qui rend le président plus proche quand il arrive à 20 heures dans le salon où on se prépare à réveillonner8.

5Il s’agit donc à certains moments clés du discours de faire entendre une voix plus intime, quand bien même le Président de la République s’adresse à la nation. Le pathos devient le lieu d’une polyphonie ou d’une diffraction dans la tessiture vocale du Président de la République, entre la voix de l’État qu’il incarne et celle, plus personnelle, que le discours lui prête :

Ce soir, c’est la dernière fois que je vous présente mes vœux comme Président de la République.
C’est pour moi un moment d’émotion et de gravité. Je veux le partager avec vous, Françaises et Français de toutes origines, de toutes convictions, de toutes confessions, de métropole et d’outre-mer. Je veux d’abord vous parler de ce que vous avez enduré cette dernière année lorsque notre pays a été frappé par de terribles attentats : celui de Nice le 14 juillet dernier mais aussi de Magnanville, de Saint-Étienne-du-Rouvray. Je pense en cet instant aux victimes, à leur famille, aux blessés qui souffrent dans leur cœur et dans leur chair.
Je sais aussi l’inquiétude qui est toujours la vôtre face à cette menace terroriste qui ne faiblit pas, comme hélas en témoigne ce qui s’est produit à Berlin ces derniers jours. (Hollande, Vœux 2017) (Nous soulignons)

6Dans ce rendez-vous traditionnel entre le Président et les citoyens se joue aussi une sorte de rencontre symbolique qui passe notamment par les mots du chef de l’État et la manière dont le discours reconnaît publiquement les peines, le cas échéant les situations délicates que vit personnellement chaque citoyen :

J’ai une pensée particulière pour ceux qui sont dans la peine et le désarroi, spécialement nos otages pour qui nous continuerons à mobiliser toutes nos forces jusqu’au jour de leur libération, et pour nos soldats qui passent cette fin d’année loin de leur famille en risquant leur vie pour défendre nos valeurs et notre liberté. (Sarkozy, Vœux 2010)

7Dans notre corpus, le pathos est articulé à l’ethos du chef de l’État qu’il réoriente vers une figure tutélaire empathique voire rassurante. Considérons ici quelques exemples pris dans le répertoire des trois Présidents qui nous intéressent dans cette étude :

Je pense à vous qui êtes obligés de travailler cette nuit au service des autres et à vous, soldats français en opérations loin de vos foyers et qui risquez votre vie pour défendre nos valeurs.
Je pense aussi à vous qui êtes seuls et pour qui cette soirée sans personne à qui parler sera une soirée de solitude semblable à toutes les autres.
Je pense à vous, que la vie a éprouvés, et que la tristesse ou la douleur tiennent à l’écart de la fête.
A chacun de vous je veux adresser un message d’espérance, un message de foi dans la vie et dans l’avenir. Je voudrais convaincre même celui qui en doute qu’il n’y a pas de fatalité du malheur.
Au milieu des joies et des peines que l’existence réserve à chacun d’entre nous, nous pouvons, par l’effort de tous, bâtir une société où la vie sera plus facile, où l’avenir pourra être regardé avec davantage de confiance. […] (Sarkozy, Vœux 2007)

J’ai une pensée particulière pour ceux qui sont dans la peine et le désarroi, spécialement nos otages pour qui nous continuerons à mobiliser toutes nos forces jusqu’au jour de leur libération, et pour nos soldats qui passent cette fin d’année loin de leur famille en risquant leur vie pour défendre nos valeurs et notre liberté. (Sarkozy, Vœux 2010)

Fidèle à une belle tradition, je présente à chacune et à chacun d’entre vous mes vœux les plus chaleureux pour la nouvelle année. (Hollande, Vœux 2012)

Avant de vous présenter mes vœux, je tiens à vous parler de ce que nous avons en commun et de plus cher : c’est-à-dire de notre pays. (Hollande, Vœux 2013)

Alors, mes chers compatriotes, ce soir je m’adresse à vous avant qu’une nouvelle année ne s’ouvre. Il y aura des difficultés, il y aura sans doute des choses que nous n’avons pas prévues ; vous aurez peut-être dans vos vies personnelles des moments de doute, des drames, mais n’oubliez jamais que nous sommes la Nation française. (Macron, Vœux 2017)

Pour la troisième fois depuis le début de mon mandat, j’ai l’honneur de m’adresser à vous le 31 décembre. (Macron, Vœux 2019)

  • 9 Jean-Marc Leblanc, (2005), op. cit., p. 314.
  • 10 « Alors à nos concitoyens qui sont dans cette situation, je veux dire qu’ils appartiennent à une gr (...)
  • 11 La formule est de Christian Le Bart dans L’ego-politique, essai sur l’individualisation du champ po (...)

8La formule d’adresse à vous est un premier indicateur tangible de cette recherche phatique empathique. Sa récurrence dans l’ensemble du corpus la donne comme quasiment attendue dans la grammaire rhétorique de ce type de discours présidentiel, quelles qu’en soient les variations depuis le début de la Ve République : « la classe du rituel et des vœux s’articule en effet selon trois pôles énonciatifs, je, vous, ils/ceux »9. Dans la communication politique, l’usage des vœux à la nation est de recréer, de renforcer ou de rappeler le « fil » symbolique tendu entre le chef de l’État et les membres de la communauté nationale, qui se situe avant tout dans l’expression d’une relation de cœur10. Bien qu’elle ait une distribution très inégale dans l’ensemble du corpus parmi les trois Présidents, comme l’indique le graphique ci-après, la formule « à vous » sert bien à ancrer les vœux dans la rhétorique du pathos, dans la mesure où ils rejouent constamment « l’interpellation du citoyen comme individu »11 en convoquant le souvenir d’une expérience intime ou collectivement partagée.

  • 12 Entretien avec Marie de Gandt, plume de Nicolas Sarkozy, avril 2020.
  • 13 Expression de Nicolas Sarkozy dans Passions (2019) : « je pourrais entrer de plain-pied dans la vie (...)

9Cependant, l’écart de distribution de cette formule entre les Présidents confirme, dans la rhétorique du pathos, l’analyse suivante : Nicolas Sarkozy, voulant se tenir à distance d’une parole qui « se dilue »12 dans un discours technocrate, compense par une rhétorique qui renforce le pathos comme un moyen pragmatique d’entrer « de plain-pied »13 dans le vécu notamment douloureux des Français. En suremployant cette formule par rapport aux deux autres Présidents, il signifie qu’il est une oreille attentive à l’expérience individuelle, parfois douloureuse, des citoyens et qu’il la considère de près et avec empathie. À l’opposé, sur cet indicateur, le discours du Président Hollande confirme qu’il privilégie une communication et une rhétorique politiques appuyées sur les faits, les résultats et le rappel de l’Histoire. Le Président Macron se situe dans un intermédiaire.

Figure 1. Distribution statistique de l’expression « à vous » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

Figure 1. Distribution statistique de l’expression « à vous » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

[Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]

10En changeant d’angle et en considérant cette fois les trois Présidents indifféremment, on observe que les corrélatifs de la formule « à vous » dans l’ensemble du corpus sont assez signifiants, quelque restreint soit ce corpus :

Figure 2. Corrélatifs de l’expression « à vous » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

Figure 2. Corrélatifs de l’expression « à vous » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

[Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]

11L’étude des corrélatifs ou cooccurrences révèle en effet un premier niveau de réseau lexical qui articule le locuteur (je, m’) à l’allocutaire (vous) dans un champ sémantique de la dévotion : adresse, service, travailler, vie. Nous pouvons considérer ce réseau lexical comme une toile de fond de la fonction phatique des vœux : ceux-ci servent en effet à réunir le Président et les citoyens dans un rendez-vous annuel dans lequel il est notamment question de l’engagement politique de celui-ci.

2. Une rhétorique thématique attendue mais ambivalente dans son usage

12Une fois le pacte phatique mis en place, celui-ci fait place à une rhétorique du pathos, plus ouvertement élaborée dans le corpus des vœux à la nation. Parmi les thématiques signifiantes identifiées dans ces discours, nous en retenons ici trois : la France, l’espoir ou l’espérance et le besoin. Au plan de la communication politique, ce sont en effet trois entrées thématiques clés dans l’interpellation des Français qui devraient contribuer à susciter l’adhésion de ceux-ci, en particulier au destin de la nation. Mais la mise en mots de ces thèmes cache en fait d’autres enjeux politiques en grande partie relatifs à l’idéologie ou à la vision du récit national et du destin du pays que porte chaque Président.

2.1 Variation sur le thème de la « France »

13Il s’agit là d’un thème incontournable du rituel des vœux du nouvel an. S’adressant aux Français les yeux dans les yeux, le Président de la République évoque en ce rendez-vous solennel le pays et son destin. Sur l’ensemble des occurrences du lemme France dans notre corpus, l’enquête lexicométrique par hyperbase met au jour trois grandes tendances : une exploitation quantitative très irrégulière et contrastée dans le discours du Président Sarkozy, une présence massive chez le Président Hollande et une nette sous-exploitation chez Emmanuel Macron. Là encore, sur le plan de la littérarité du discours politique, le travail du pathos autour du thème France dans l’ensemble du corpus dévoile autant de positionnements et de visions politiques différentes, en fonction du contexte socio-politique dans lequel se fait l’énonciation :

Figure 3. Distribution diachronique du lemme « France » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

Figure 3. Distribution diachronique du lemme « France » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

[Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]

14Constamment surreprésenté dans le discours du Président Hollande, le lemme France est traité dans la communication politique du Président comme un véritable sujet de lyrisme national républicain, en particulier, comme nous l’avons vu plus haut, lorsque la confiance de l’opinion en son modèle républicain est (très) fortement compromise. Dans un contexte social où l’Élysée souhaite répondre à une crise majeure de confiance de l’opinion, les vœux 2014 se distinguent ainsi fortement par une fréquence d’emploi particulièrement élevée. Le discours, construit sur l’anaphore « La France, c’est … » a vocation à développer un lyrisme national, à réveiller chez les allocutaires une adhésion identificatoire à une certaine représentation de la nation, et tire ipso facto ces vœux vers l’incantation républicaine :

La France, c’est un grand pays, elle est la cinquième puissance économique du monde. La France, elle prend ses responsabilités chaque fois que la paix est menacée, grâce à l’intervention de nos soldats en Afrique, en Irak, et je veux les saluer partout où ils se trouvent, ils font honneur à leur drapeau.
La France, c’est une diplomatie active, qui cherche inlassablement la solution à des conflits comme en Ukraine où je me suis impliqué personnellement, ou au Proche-Orient.
La France, elle fait avancer l’Europe. C’est elle qui a porté la priorité de la croissance avec le plan d’investissement de 315 milliards d’euros, qui va être lancé dès 2015 par la Commission européenne.
La France, elle est reconnue pour ses innovations, pour sa culture, pour le talent de ses entrepreneurs, […]
La France, ce n’est pas une nostalgie, c’est une espérance. […] c’est en faisant preuve d’initiative que nous réussirons […] c’est en redressant notre propre compétitivité, c’est en mobilisant tous les leviers économiques pour nous écarter de la stagnation en Europe et c’est en donnant une assise démocratique à la zone euro. […] c’est en défendant fermement nos règles communes : la laïcité, l’ordre républicain, la sécurité des personnes, la dignité de la femme.

  • 14 Par habitus discursif, nous faisons référence au commentaire de ses Plumes sur le recours au regist (...)
  • 15 Dominique Maingueneau, op. cit.
  • 16 Sébastien Ledoux : « la mise en intrigue de l’histoire élaborée par les historiens libéraux du XIXe(...)

15L’anaphore porte ainsi un pathos qui déroge singulièrement à l’habitus discursif14 du Président Hollande. Celui-ci, au regard de la scène englobante15 de ce discours, cherche sans doute à réactiver et à réaffirmer les lettres d’un récit national en péril dans un pathos qui va puiser son souffle dans l’historiographie de la IIIe République : redonner confiance aux Français dans le destin d’une France qui retrouve le chemin de la grande Histoire16. Et l’historien Jean Garrigues y voit la trace d’une filiation gaullienne qui perce dans l’incarnation politique des trois Présidents, quoique beaucoup plus caractéristique d’Emmanuel Macron :

  • 17 Jean Garrigues, entretien du vendredi 7 octobre 2022.

Au-delà même de [la présidentialité d’Emmanuel Macron], il y a un rapport particulier au récit national qu’il veut réhabiliter en contrepied de ce qu’était le discours de François Hollande qui ne s’inscrivait pas dans cette tonalité particulière. Mais il faut bien voir aussi que, à la faveur notamment des événements de novembre 2015, on voit aussi dans le discours hollandais ces réminiscences, cette volonté là aussi de reprendre corps et lien avec le récit national17.

  • 18 Idée d’un des sens à donner aux vœux en tant que rituel politique proposée par Jean-Marc Leblanc da (...)

16Effectivement, même si l’anaphore « La France, c’est » précède d’un an le discours des Vœux de 2015, il est très tentant de rattacher cet emploi à cette lecture historienne. Mais justement que nous dit ce recours au lyrisme dans ce contexte socio-politique ? L’anaphore de France est-elle le signe d’un retour sur le devant de la scène d’une lecture finaliste du destin national ou une simple itération d’une représentation collective éculée que le Président a du mal à dépasser et à actualiser ? Ou ne se joue-t-il pas dans cet indicateur de littérarité une stratégie de communication politique qui consisterait à « transformer les défaites en victoires, affirmer et magnifier la puissance d’un État » au demeurant flétrie ?18

17En l’occurrence, il semble que l’anaphore cantonne plutôt le discours à une boucle incantatoire qui menace de tourner à vide et que, par conséquent, la formule « La France c’est… » soit réduite à la formulation d’un vœu pieu. Dans la voix hollandienne, la variation thématique sur le lemme France semble alors paradoxalement manquer de souffle et donne à entendre un chant national qui reste dépourvu d’une véritable proposition renouvelée et incarnée.

18De même, dans les vœux du Président Sarkozy, les quelques accents lyriques que le lemme France fait résonner sont autant d’échos à cet imaginaire collectif endogène construit dans le même héritage historique de la IIIe République : « En 2012, le destin de la France peut une fois encore basculer » (Sarkozy, Vœux 2011). Nous retrouvons en effet quelques traces isolées d’un lyrisme issu de la nostalgie d’une France universelle, matriarcale et attendue en particulier sur la scène des politiques décisionnelles internationales :

Urgence que la France se remette à parler avec tout le monde pour qu’elle puisse jouer le rôle qui doit être le sien au service de la paix et de l’équilibre du monde, au service de ceux qui souffrent, des enfants et des femmes martyrisés, des persécutés, de ceux qui attendent au fond de leurs prisons que la France parle et agisse pour eux.
Urgence que la France devienne exemplaire en matière d’environnement, de qualité de la vie, de développement durable.
Alors que la France montre la voie !
Notre vieux monde a besoin d’une nouvelle Renaissance. Eh bien, que la France soit l’âme de cette Renaissance ! Voici mon vœu le plus cher pour cette année qui vient. (Sarkozy, Vœux 2007)

L’isolement de la France serait une folie ! (Sarkozy, Vœux 2010)

19Mais là encore, sur cette question de l’expression du lyrisme républicain, les vœux à la nation du Président Sarkozy sont en porte à faux avec l’incarnation et l’idéologie politique que celui-ci prétend renvoyer au public, ainsi qu’avec une certaine lecture de l’identité nationale qu’il revendique même a posteriori :

  • 19 Nicolas Sarkozy, Passions, éditions de L’Observatoire, 2019, p. 9, p. 197.

Il y a une continuité historique du peuple français qui aujourd’hui encore me fait rêver.
De même que je ne vois pas au nom de quoi l’invocation des racines chrétiennes, et juives, de la France serait contraire à la laïcité. Car il s’agit juste de la reconnaissance d’un fait historique incontestable. L’Église de France et les rois de France ont ensemble construit, façonné, enfanté la France19.

  • 20 « La loi portant interdiction de la burqa sera appliquée dans l’esprit comme dans la lettre. », Nic (...)

20Ce qui déjoue les attentes ici, c’est qu’alors que les vœux 2010 annonçaient la loi interdisant le port de la burqa dans l’espace public20, le discours ne s’empare pas de ce sujet pour réaffirmer les convictions idéologiques du Président Sarkozy. Au contraire, tout épanchement lyrique sur une vision linéaire et finaliste de l’identité française est tenu ostensiblement à distance, à l’inverse du discours précité de François Hollande. Le discours neutralise ainsi le pathos autour du lemme France pour s’en tenir aux simples prises de décisions politiques et ainsi, sans doute, ménager un propos qui puisse être audible par une large part des citoyens et accueilli sans (trop de) polémique. En ce sens, le Président Sarkozy, sans doute conscient de la posture clivante qu’il incarne à l’échelle nationale sur la question identitaire, est le locuteur de notre corpus qui s’aventure le moins sur les chemins hasardeux d’un lyrisme symbolique élaboré autour de l’imaginaire collectif de France.

  • 21 Comme le montre Damon Mayaffre dans une analyse lexicométrique dans Macron ou le mystère du verbe, (...)

21Sur cet indicateur de littérarité du discours et sur cette question de la variation incantatoire du lemme France, si l’on compare avec le Président Macron, étonnamment, alors que l’opinion publique vit avec l’idée reçue d’un Président jupitérien, en surplomb, ce dernier Président est de loin le président qui exploite le moins le lemme France ou l’expression La France21 :

Figure 4. Distribution thématique du syntagme « la France » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

Figure 4. Distribution thématique du syntagme « la France » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

[Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]

  • 22 Ibid., Mayaffre (2021).

22Comme le révèle aussi le travail de Damon Mayaffre, ce non-usage est contrebalancé a contrario chez lui par un emploi surabondant du lemme européen22. La distribution de européen révèle quasiment une sorte de miroir inversé du lemme France dans les discours des vœux et confirme, en l’occurrence, qu’Emmanuel Macron serait davantage incarné comme le Président de l’Europe, avec à l’appui une vision décentrée de la place de la France et de son destin dans le monde :

Figure 5. Distribution thématique du syntagme « la France » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

Figure 5. Distribution thématique du syntagme « la France » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

[Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]

23Ce qui est remarquable dans ce cas c’est qu’alors qu’il s’agit de discours adressés aux citoyens français, censés être dotés d’une portée référentielle éminemment nationale, les discours du 31 décembre du Président Macron semblent rompre nettement avec un lyrisme républicain construit essentiellement sur des références culturelles historiques nationales (endogènes) comme nous l’avons vu précédemment chez le Président Hollande, pour lui substituer un pathos et un lyrisme exogènes :

Sur le plan européen, l’année 2018 sera aussi décisive. Vous le savez, je me suis pleinement engagé dans cette bataille car je crois très profondément que l’Europe est bonne pour la France ; que la France ne peut pas réussir sans une Europe elle aussi plus forte. Mes chers concitoyens européens, 2018 est une année toute particulière et j’aurai besoin cette année de vous. Je souhaite en effet que par ces consultations citoyennes, vous puissiez vous exprimer, dire ce que vous voulez pour l’Europe quelques mois avant nos élections européennes et permettre à vos gouvernants de dessiner un grand projet ; nous avons besoin de retrouver l’ambition européenne, de retrouver une Europe plus souveraine, plus unie, plus démocratique parce que c’est bon pour notre peuple. Je crois très profondément que l’Europe peut devenir cette puissance économique, sociale, écologique et scientifique qui pourra faire face à la Chine, aux États-Unis en portant ces valeurs qui nous ont faits et qui sont notre histoire commune. J’ai besoin de votre détermination pour ce sursaut européen et j’ai besoin qu’ensemble nous ne cédions rien ni aux nationalistes ni aux sceptiques.
Pour ma part, je continuerai à travailler avec chacun de nos partenaires européens et tout particulièrement avec l’Allemagne. Ce colloque intime avec nos amis allemands est la condition nécessaire à toute avancée européenne ; elle n’exclut pas le dialogue avec tous nos autres partenaires mais elle est ce par quoi tout commence. (Macron, Vœux 2017) (Nous soulignons)

24Chez le Président Macron, l’analyse de la littérarité du pathos met donc au jour un certain dysfonctionnement dans le pacte politique tacite qui scelle la mission de représentativité des citoyens qu’endosse le Président de la République. Il y a en effet un détournement de ce qu’un discours de Président adressé aux Français implique en termes de construction ou de co-construction de l’imaginaire collectif commun dont il est censé être le porte-drapeau. De fait, le lyrisme européen relègue au second plan l’horizon identitaire national et, de ce fait, ne parle pas aux Français de ce qu’ils sont mais de ce qu’ils devront être dans les chapitres du récit national à venir que le Président souhaite écrire au nom de tous : des hommes et des femmes déracinés d’une identité nationale, qui se reconnaissent et qui embrassent au contraire un destin plus large que celui de leur pays. Chez le Président Macron, on le sait, l’Histoire du pays s’écrit avant tout au niveau de l’Histoire de l’Europe politique. Dès lors, le rattachement à un champ référentiel culturel extra national tout autre que celui de la France devient problématique et pose ici la question politique de l’incarnation de l’identité nationale dans le discours du Président. Là encore, nous pouvons nous interroger sur ce que nous dit ce recours au lyrisme européen dans ce contexte politique et dans ce contexte d’énonciation. Est-il l’indicateur d’une vision et d’une représentation d’un destin national surdimensionné (qui excède littéralement l’échelle territoriale) porté aux yeux des Français par le représentant doté d’une influence politique également surdimensionnée ou est-ce là aussi le signe d’une vacuité manifeste dans la proposition d’écriture du récit sur le plan national ?

2.2 Des vœux d’« espoir » en question…

  • 23 Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition, 1986-1992.

25Une lecture qualitative des discours de ce corpus nous a aussi amené à pointer un certain emploi du lexique de l’espoir dont le Dictionnaire de l’Académie française rappelle que le terme à un second sens porteur d’une certaine littérarité : « par extension, avec un sens proche de celui d’espérance : mouvement qui porte à espérer, qui rend capable d’espérer »23.

Figure 6. Recherche thématique des lemmes « espoir » et « espérance » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

Figure 6. Recherche thématique des lemmes « espoir » et « espérance » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

[Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]

  • 24 Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition (1990) : Espérance :
    1. Sentiment qui porte à atten (...)

26Bien que le lemme espérance, au demeurant présent dans le corpus, ait une connotation sans doute plus littéraire du fait de son acception religieuse et du sens contemplatif qui en découle24, nos trois Présidents lui préfèrent le terme espoir : le corpus dénombre 20 occurrences du lemme (contre 10 du lemme espérance).

Figure 7. Distribution diachronique des lemmes « espoir » et « espérance » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

Figure 7. Distribution diachronique des lemmes « espoir » et « espérance » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

[Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]

27Alors que la répartition de espérance est assez équilibrée parmi les trois locuteurs (3 occurrences chez Sarkozy, 4 chez Hollande et 3 chez Macron), les emplois de espoir sont concentrés dans une écrasante majorité dans le discours du Président Macron, notamment dans les vœux 2018 (7 occurrences) et 2020 (7 occurrences), ce qui en fait presque une signature stylistique du Président. Le fait que celui-ci, d’une part préfère de loin le terme espoir à celui d’espérance, d’autre part qu’il surexploite ce lemme dans son discours, est sans doute l’indice d’un contre-pied volontaire à une certaine tendance personnelle à se complaire dans l’abstraction et dans une langue élitiste. Ainsi, l’espoir se veut en apparence doté d’une portée tangible dans l’expression du devenir du pays. Si le contexte de la pandémie de Covid19 en 2020 peut aisément expliquer ce pic d’emplois dans les vœux du Président, le thème du discours de 2018 en revanche (annonce des réformes de l’organisation du secteur public et du système des retraites) ne le laissait a priori en rien présager. Dans ce discours pourtant, Emmanuel Macron renouvelle le pathos et le lyrisme autour de l’anaphore sur ce lexème :

Je veux avoir un mot pour tous ceux qui, au quotidien, permettent à notre République d’œuvrer à la plus grande dignité de chacun : nos militaires qui ce soir, encore, sont pour nombre d’entre eux, à des milliers de kilomètres de leur famille ; nos pompiers, nos gendarmes, nos policiers, nos personnels soignants, les élus de la République, les engagés bénévoles des associations, tous ceux qui tissent le lien de la Nation, œuvrent à la fraternité quotidienne et qui ce soir, je le sais, sont aux côtés des plus vulnérables, des plus fragiles auxquels je pense tout particulièrement.
Enfin, je veux former un troisième et dernier vœu. Un vœu d’espoir.
Espoir en nous-mêmes, comme peuple.
Espoir en notre avenir commun.
Espoir en notre Europe […]
Je crois très profondément dans cette Europe qui peut mieux protéger les peuples et nous redonner espoir. […]
Je nous en sais capables. Et c’est là que réside cet espoir pour 2019. […] je crois dans cet espoir français et européen que nous pouvons porter. (Nous soulignons)

28Le lyrisme, rendu notamment dans le rythme, l’anaphore et la présence du je, sert un pathos qui, dans le discours du Président Macron, prend la forme d’une profession de foi pro domo dans la rhétorique d’un pragmatisme politique : (Espoir en nous-mêmes/ Espoir en notre avenir commun/ Espoir en notre Europe). En ce sens, il subvertit le pacte énonciatif construit autour du caractère solennel et intime du 31 décembre pour réorienter la fonction et l’usage du discours. Au contraire, perce au grand jour l’ego politique du Président qui peine à dissimuler ce qui relève plutôt d’un ethos de conquérant européen, un personnage qui se veut garant d’un destin supranational et qui foule quelque peu au pied l’espoir citoyen avant tout en un destin écrit à l’échelle nationale.

29Ainsi, nous pouvons dire que le lyrisme et le traitement du pathos dans la rhétorique politique du discours des vœux ont tendance à dévoyer la fonction empathique de ces discours politiques en intégrant notamment une rhétorique égotique qui vient frelater le rapport d’identification du citoyen à la nation. C’est pourtant ce que le discours est censé renforcer. Paradoxalement, les vœux traditionnels du nouvel an ne sont pas des vœux véritablement adressés aux Français en tant que collectif de personnes individuées et agrégées dans l’espoir partagé en un destin commun. Les vœux semblent au contraire envisager les Français comme un collectif politique exogène et sur lequel, par la voix du Président de la République, le discours projette une certaine idée de la place de la nation dans le concert de la communauté internationale. Le discours décide même pour le citoyen du rôle à jouer dans un récit dont l’intrigue ne se joue plus sur la scène nationale. Dans le discours, on bascule dès lors d’une empathie citoyenne de circonstance vers un lyrisme du besoin politique.

2.3 « À chacun de vous je veux adresser un message d’espérance, un message de foi dans la vie et dans l’avenir »25, besoin du pathos ou pathos du « besoin » ?

  • 25 Sarkozy, Vœux 2007.

30Dans l’ensemble du corpus des vœux à la nation, nous comptons 27 occurrences du lexème « besoin » :

Figure 8. Recherche thématique « besoin » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

Figure 8. Recherche thématique « besoin » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

[Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]

31Ce lexème invite un autre thème dans la rhétorique des vœux, de façon discrète mais non moins significative à nos yeux. Le traitement logométrique par hyperbase révèle un emploi diachronique très déséquilibré de besoin parmi nos trois locuteurs. Le seuil de spécificité supérieur à 4 dans les vœux 2017 d’Emmanuel Macron nous interpelle au regard de ceux, par ailleurs nettement plus réduits, sur le même thème au sein de notre corpus :

Figure 9. Distribution lemme « besoin », indice de spécificité dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

Figure 9. Distribution lemme « besoin », indice de spécificité dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

[Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]

32Cet écart amène à une nouvelle lecture comparative avec les usages chez les deux autres Présidents. Le tableau thématique de cooccurrences et de poly-cooccurrences confirme l’intuition que ce lexème entre dans une certaine poétique lyrique du discours et qu’il est travaillé comme tel dans l’écriture puisqu’on lui associe étroitement le nom imaginaire (4e position), les pronoms personnels Elle (la France) (2e position) et je (6e position), le nom sursaut (9e position) et l’adjectif grand (11e position) :

Figure 10. Recherche co-occurrences de « besoin » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

Figure 10. Recherche co-occurrences de « besoin » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

[Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]

33L’emploi du lemme besoin inscrit donc dans ce corpus un autre fil rouge rhétorique, celui de la nécessité que le discoureur cherche à rendre sensible chez le citoyen en s’adressant en particulier à son instinct. En ce sens, nous observons que ce lexème est souvent employé, surtout par les Présidents Sarkozy et Macron, dans un réflexe langagier interpelant sur les plans sémantique et symbolique :

[…] nous avons besoin de ce que j’appelle une politique de civilisation (Sarkozy 2007)

Notre vieux monde a besoin d’une nouvelle Renaissance. Eh bien, que la France soit l’âme de cette Renaissance ! Voici mon vœu le plus cher pour cette année qui vient. (Sarkozy 2007)

[…] je reste persuadé que le monde a besoin d’une Europe forte, indépendante, imaginative. (Sarkozy 2008)

Pour préparer l’avenir, notre pays a besoin d’investir dans tous les domaines (Hollande 2012)

En 2014, nous aurons besoin de la mobilisation de tous pour gagner cette bataille. (Hollande 2013)

La France a besoin de mouvement. Elle a besoin d’actions. Elle a aussi besoin d’engagement. (Hollande 2015)

[…] nous avons besoin de retrouver l’ambition européenne, de retrouver une Europe plus souveraine, plus unie, plus démocratique parce que c’est bon pour notre peuple. (Macron 2017)

Nous avons en effet besoin de repenser un grand projet social pour notre pays, c’est celui-ci que je déploierai durant l’année qui s’ouvre. (Macron 2017)

[…] depuis que je suis élu Président de la République, j’ai pu constater dans notre pays ces miracles de solidarité, d’engagement et d’enthousiasme ; c’est de cela dont j’ai besoin et c’est pour cela que j’ai besoin de vous. (Macron 2017)
(Nous soulignons)

34On observe alors que les indicateurs de pathos et de rhétorique lyrique tels que nous les avons analysés plus haut opèrent un étonnant glissement à rebours d’une telle scène d’énonciation. La rhétorique du besoin déroge au registre de l’émotion attendu dans des vœux solennels du nouvel an et tire le discours vers une rhétorique plus sèche en apparence, qu’on qualifiera volontiers de pathos du pacte social. L’analyse logométrique et l’observation du nuage de mots réduit aux substantifs associés au lemme « besoin » confirment cette lecture :

Figure 11. Nuage de mots en co-occurrences du lemme « besoin » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

Figure 11. Nuage de mots en co-occurrences du lemme « besoin » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français

[Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]

35Si l’on considère l’ensemble du corpus, a priori, par le prisme du besoin le discours cherche à créer un réseau d’associations sémantiques signifiantes, dans lequel certaines idées relatives à l’histoire sociale et la politique du citoyen (peuple, civilisation, engagement, partenaire, imaginaire, enthousiasme, mobilisation) répondent à d’autres termes d’un champ référentiel ancré dans l’économie. Ces mises en correspondances sémantiques justifient en filigrane une certaine idéologie libérale (plan, insertion, facteur, ambition, faveur) et donnent à entendre aux citoyens une nouvelle partition sur laquelle une logique libérale se substitue au thème du cœur, censé dominer le lyrisme du discours du 31 décembre. Ce qu’on désignera ici par pathos du pragmatisme infléchit d’autant plus l’exhortation collective à prendre part au récit national. Une enquête plus approfondie sur la place du lemme besoin dans le lyrisme pragmatique des vœux à la nation révèle d’autres intentions politiques, sans doute plus détournées. Quand bien même ce dernier fil rouge rhétorique est exploité de façon très inégale sur l’ensemble des vœux présidentiels, il reste un ressort discursif qui trahit trois préoccupations politiques chez le discoureur : le lien social, l’emploi ou encore l’adhésion à un imaginaire collectif national, voire européen sur lequel nous nous arrêterons ici plus particulièrement :

[…] nous avons besoin de ce que j’appelle une politique de civilisation (Sarkozy, Vœux 2007)

Notre vieux monde a besoin d’une nouvelle Renaissance. Eh bien, que la France soit l’âme de cette Renaissance ! Voici mon vœu le plus cher pour cette année qui vient. (Sarkozy, Vœux 2007)

[…] je reste persuadé que le monde a besoin d’une Europe forte, indépendante, imaginative. (Sarkozy, Vœux 2008)

La France a besoin de mouvement. Elle a besoin d’actions. Elle a aussi besoin d’engagement. (Hollande, Vœux 2015)

[…] nous avons besoin de retrouver l’ambition européenne, de retrouver une Europe plus souveraine, plus unie, plus démocratique parce que c’est bon pour notre peuple. (Macron, Vœux 2017)

[…] c’est pourquoi notre recherche est déterminante et notre culture est ce socle commun de notre imaginaire, un imaginaire dont nous avons besoin, un imaginaire d’avenir où chacune et chacun doit pouvoir se retrouver. (Macron, Vœux 2017) (Nous soulignons)

36Dès lors, dans la rhétorique lyrique des vœux, l’usage du lemme besoin joue quelque chose de l’ordre d’un aiguillon qui vient piquer l’instinct primaire du citoyen : sa pulsion sociétale, la protection de son être social, ses repères dans le sens de l’Histoire et du récit national. Le lyrisme du besoin substitue alors à une intimité du cœur une intimité de l’instinct ou de l’hybris qui se veut plus tangible et ancrée dans une appréciation conjoncturelle et dans l’expérience individuelle du pacte républicain du vivre-ensemble. Pour autant, cette réorientation thématique dans les vœux et en particulier la façon dont la langue – la littérarité – cherche la persuasion du citoyen par l’émotion, donne une autre lecture de ce que sont nos trois Présidents de la République et de la manière dont ils incarnent leur ambition politique.

37Dans l’approche comparative, la tendance révèle surtout un écart flagrant d’usage entre le Président Macron et le Président Hollande, ce qui isole ce dernier dans notre corpus. Chez François Hollande, l’emploi du lexème besoin est à la marge et participe essentiellement de la construction de l’ethos d’un chef d’État à laquelle le Président Hollande était très attaché durant tout son mandat : un Président de gauche qui, pour autant, n’en demeurait pas moins crédible dans son discours et sa politique de gestion des affaires financières de l’État :

Pour préparer l’avenir, notre pays a besoin d’investir dans tous les domaines : dans nos filières industrielles et agricoles, dans le logement, dans l’environnement, dans la santé, dans la recherche, dans les nouvelles technologies. (Hollande, Vœux 2012)

  • 26 « nous avons été élus, j’ai été élu, pour redresser la France, pour la hisser au plus haut niveau d (...)
  • 27 François Hollande, op. cit., 2018.

38Aucun foyer d’un quelconque lyrisme dans cet emploi, besoin s’apparente plutôt à un acte de langage et prend une valeur performative dans le discours. Nous rappelons que le Président Hollande était soucieux d’incarner avant tout une personnalité politique responsable et efficace dans la gestion de la crise économique que le pays traversait alors26. Seul le contexte exceptionnel des attentats de 2015 rompt avec la méthode d’une parole stylistiquement neutre, sans effet de style particulier, la parole d’un « Président normal » revendiquée par le chef de l’État27. Trois occurrences du lexème besoin, soulignées par le rythme ternaire, inscrivent le pathos dans le discours aux Français en tissant un imaginaire lyrique autour de la pulsion de vie à la fois individuelle et collective :

La France a besoin de mouvement. Elle a besoin d’actions. Elle a aussi besoin d’engagement. (Hollande, Vœux 2015)

39Chez Sarkozy, au contraire, le lemme besoin inscrit une rhétorique pragmatique ambivalente : dès la prise du pouvoir en 2007, le terme ouvre une lecture des vœux vers un lyrisme idéologique et une vision nostalgique du récit national : « Notre vieux monde a besoin d’une nouvelle Renaissance. Eh bien, que la France soit l’âme de cette Renaissance ! Voici mon vœu le plus cher pour cette année qui vient » (Sarkozy 2007).

40Mais c’est chez le Président Macron que cet emploi prend un tour des plus singuliers et signifiants. Le lemme besoin sature littéralement le discours de 2017 (12 occurrences pour un seul discours !), ce qui l’isole des autres vœux (1 occurrence dans celui de 2018, 2 occurrences dans celui de 2019, aucune en 2020 ni en 2021). Mais cette omniprésence de besoin dans le discours de 2017 lui confère, notamment par le recours à l’anaphore, un certain lyrisme marqué au poing du discoureur dans une affirmation du nouveau moi-Président face aux Français :

[…] je respecterai et toujours à la fin, je ferai car c’est ce dont notre pays a besoin et c’est ce que vous attendez de moi.

Mes chers concitoyens européens, 2018 est une année toute particulière et j’aurai besoin cette année de vous

J’ai besoin de votre détermination pour ce sursaut européen et j’ai besoin qu’ensemble nous ne cédions rien ni aux nationalistes ni aux sceptiques.

J’ai besoin que nous allions plus loin sur ce plan-là aussi et que nous rompions avec les habitudes passées, que nous retrouvions ce goût en commun d’un avenir dont nous décidons pour nous-mêmes.

|…] depuis que je suis élu Président de la République, j’ai pu constater dans notre pays ces miracles de solidarité, d’engagement et d’enthousiasme ; c’est de cela dont j’ai besoin et c’est pour cela que j’ai besoin de vous. (Macron, Vœux 2017)

41Ce qui est frappant dans l’emploi du lemme besoin dans les vœux d’Emmanuel Macron c’est qu’il est très étroitement lié à l’ego du chef de l’État par le prisme du pronom personnel je. Ainsi chevillé à l’image linguistique du Président dans son discours, cet emploi signifie deux choses essentielles de l’incarnation de celui-ci : une tendance à utiliser l’expression dans une sorte de mécanique analogue à l’usage de « need » en anglais (langue orale) et la tendance à en faire un marqueur linguistique fort. Besoin, dans la rhétorique stylistique du Président Macron entérine ainsi cette tendance générale dans ce corpus à créer par le verbe un appel d’air, une nécessité politique chez les citoyens en interpellant les passions (désirs égotiques et pragmatiques) des Français. Mais contrairement aux deux autres Présidents qui font l’objet de cette étude, chez Emmanuel Macron c’est par le prisme du moi que cette incantation au besoin d’autrui et chez autrui est mise en musique. Dans un lyrisme qui a vocation à sublimer ce dessein politique en rapprochant le cœur du Président (expression du moi) du citoyen engagé, le Président redéfinit et redistribue les rôles dans l’intrigue d’un nouveau récit national européen dont il se veut l’auteur. Et ce qui est remarquable chez le Président Macron c’est que l’expression de ce besoin en début de quinquennat (2017) met en lumière un ego présidentiel qui se complait, à travers l’émulation qu’il cherche à susciter chez les Français, dans un soliloque lyrique qui peine à dissimuler un hybris dominant le besoin effectif et conjoncturel du citoyen, voire celui – symbolique – de la nation elle-même.

Conclusion

  • 28 Dans la communication de l’Élysée, un certain nombre de ces discours sont étiquetés « Défis et prio (...)
  • 29 Nous nous référons ici à l’opposition sémantique que fait Pierre Rosanvallon entre la politique qui (...)
  • 30 Voir Le Bart, « La mise en scène du moi, De la vérité à la sincérité des convictions », L’ego-polit (...)

42Dans les discours présidentiels des vœux à la nation, l’épanchement du je et l’expression de l’émotion et de l’empathie sont un fil conducteur obligatoire et une matière à écrire commune aux trois locuteurs de notre corpus, quelle qu’en soit la discrétion dans la tessiture vocale du chef de l’État. Mais qu’est-ce que la littérarité du pathos nous dit de ces trois Présidents de la République qui se présentent et s’adressent directement aux Français le 31 décembre ? Que se joue-t-il dans cette rhétorique du lyrisme des vœux ritualisés à la nation ? Pour nous, au-delà de l’image empathique et de la nécessaire stratégie communicationnelle « de plain-pied » du chef de l’État avec les Français, au-delà de la visée argumentative des vœux et de la volonté de persuader – par une rhétorique prétendument du cœur – d’un bilan et d’un programme politiques, le pathos engage aussi politiquement le locuteur dans sa manière d’incarner la fonction présidentielle et d’inviter le citoyen à prendre une place dans un destin collectif évocateur. D’une certaine manière, la littérarité du pathos oblige le Président à se positionner, en regardant les Français les yeux dans les yeux, en fonction du rapport intime qu’il entretient avec le récit national et de l’orchestration de celui-ci qu’il prétend diriger d’une année sur l’autre. En l’occurrence, notre étude met au jour un écueil commun à nos trois Présidents et trois manières différentes d’y répondre. Derrière la contrainte formelle de devoir parler aux Français du bilan de la France et des « défis » à relever au cours de l’année qui suit28 se trouve une difficulté à donner du souffle dans l’exhortation du Président aux citoyens. Dans ce face à face solennel avec les Français, le lyrisme socio-libéral à l’œuvre dans l’écriture de ces vœux réduit la proposition de récit – tant dans le bilan annuel que dans les défis à remporter – à la politique à défaut d’en faire un rendez-vous qui renouvelle le politique29. Face à ce constat, Sarkozy se montre plutôt comme un héritier d’Ernest Lavisse sur un mode mineur, mais dans son cas l’incantation nationale a tendance à se jouer sur une partition européenne. Hollande, quant à lui et contrairement à Macron, semble s’ingénier à évacuer tout ego présidentiel fortement personnifié aux prises avec un sens actualisé de l’Histoire du pays, ce qui donne un effet de sourdine ou de mezzo rauque à son discours. En effet, cette posture l’amène à se réfugier derrière l’itération d’un lyrisme national sans doute dépassé, sans réel renouveau de proposition pour piquer l’imaginaire collectif. Seul Macron se distingue et se fait entendre dans une voie (voix) lyrique forte, très étroitement chevillée à l’ego présidentiel et à un hybris du besoin ambivalent. Il y a chez ce dernier Président un goût à peine masqué pour la mise en scène d’une figure de conquérant européen, aux yeux duquel l’imaginaire collectif circonscrit au récit national est périmé et doit être dépassé par une agrégation des volontés individuelles nationales dont il se fait le dépositaire. Pour l’ensemble de nos Présidents, la littérarité du pathos trahit ainsi, au moment où ils s’adressent aux Français, une lecture présidentielle de l’identité nationale assez insaisissable, voire précarisée en cette fin de Ve République. Et, n’en déplaise au caractère solennel de ce rendez-vous, le discours rituel du 31 décembre n’est pas ou n’est plus le lieu stratégique d’un renouvellement du souffle épique dans la mise en récit de l’histoire du pays30. Paradoxalement pour des vœux du nouvel an adressés à la nation, ceux-ci tirent plutôt vers un imaginaire et une proposition de récit qui ne cherchent plus dans l’oreille des Français la résonance persistante d’une partition commune à entonner sur une note fortissimo et dans un chœur national véritablement mis à l’honneur.

Haut de page

Bibliographie

Aristote, La Rhétorique.

Charaudeau P. (2005). Le discours politique, Les Masques du pouvoir. Paris : Vuibert.

Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition, 1986-1992.

Finniss-Boursin F. (1992). Les Discours des vœux des Présidents de la République, La France au fond des yeux. Paris : Librairie générale de droit et de jurisprudence.

Forget D. (2016). « Le pathos mis à contribution dans les discours à grande circulation », Corela HS-19, Le point de vue pris au mot.

Garrigues J. (2019). La République incarnée, De Léon Gambetta à Emmanuel Macron. Paris : Perrin.

Hollande F. (2018). Les leçons du pouvoir. Paris : Stock.

Le Bart C. (2013). L’ego-politique, essai sur l’individualisation du champ politique. Paris : Armand Colin.

Leblanc J.-M. (2005). Les vœux présidentiels sous la Cinquième République (1959-2001), Recherches et expérimentations lexicométriques à propos de l’ethos dans un genre discursif rituel. Thèse sous la direction de Pierre Fiala.

Ledoux S. (2021). La Nation en récit, des années 1970 à nos jours. Paris : Belin.

Maingueneau D. (2014). Analyser les textes de communication. 2e éd., Paris : Armand Colin.

Mayaffre D. (2021). Macron ou le mystère du verbe, Ses discours décryptés par la machine. La Tour-d’Aigue : Éditions de l’Aube.

Rosanvallon P. (2000). La démocratie inachevée. Paris : Gallimard.

Rosanvallon P. (2021). Les épreuves de la vie. Paris : Le Seuil.

Sarkozy N. (2019). Passions. Paris : Éditions de L’Observatoire.

Haut de page

Notes

1 Voir Jean-Marc Leblanc dans sa thèse, Les vœux présidentiels sous la Cinquième République (1959-2001), Recherches et expérimentations lexicométriques à propos de l’ethos dans un genre discursif rituel, Chap. 1, Le statut du président, 2005, pp. 40-44.

2 Finniss-Boursin Françoise, Les discours des vœux des Présidents, La France au fond des yeux, 1992.

3 « Existe-t-il, dans nos traditions politiques, exercice plus solennel et plus anodin, en apparence, que la présentation de ses vœux aux Français par le président de la République, le 31 décembre de chaque année ? », Baille, Francis, Préface de Finniss-Boursin Françoise, 1992.

4 Aristote, La Rhétorique.

5 Forget Danielle, « Le pathos mis à contribution dans les discours à grande circulation », Corela, HS-19, Le point de vue pris au mot, 2016.

6 Ibid.

7 « Les vœux assurent à la fois la fonction de représentation du « président-étendard » à la tête de ses troupes, la fonction de personnalisation et de personnification du pouvoir et de la République, la continuité et la pérennité des institutions. » Leblanc (2007).

8 Finniss-Boursin (1992), op. cit.

9 Jean-Marc Leblanc, (2005), op. cit., p. 314.

10 « Alors à nos concitoyens qui sont dans cette situation, je veux dire qu’ils appartiennent à une grande Nation et que les mille fils tendus qui nous tiennent, sont plus forts que leur solitude et je leur adresse une pensée fraternelle. » Macron, Vœux 2017.

11 La formule est de Christian Le Bart dans L’ego-politique, essai sur l’individualisation du champ politique, Armand Colin, 2013.

12 Entretien avec Marie de Gandt, plume de Nicolas Sarkozy, avril 2020.

13 Expression de Nicolas Sarkozy dans Passions (2019) : « je pourrais entrer de plain-pied dans la vie de tous les jours de mes compatriotes », p. 145.

14 Par habitus discursif, nous faisons référence au commentaire de ses Plumes sur le recours au registre de l’émotion dans ses discours de Président : « Pour l’expérience que j’en ai, chez Hollande, la dérive émotionnelle dans le texte, je ne l’ai jamais vue, pas assez d’une certaine façon. C’était pas son registre. », propos de Christophe Prochasson dans un entretien du 25 octobre 2021.

15 Dominique Maingueneau, op. cit.

16 Sébastien Ledoux : « la mise en intrigue de l’histoire élaborée par les historiens libéraux du XIXe siècle, qui inscrivent la France dans une histoire universelle qu’elle accomplit dans une marche vers la liberté triomphante depuis la Révolution de 1789 », La nation en récit, pp. 38-39.

17 Jean Garrigues, entretien du vendredi 7 octobre 2022.

18 Idée d’un des sens à donner aux vœux en tant que rituel politique proposée par Jean-Marc Leblanc dans sa thèse, Les vœux présidentiels sous la Cinquième République (1959-2001), Recherches et expérimentations lexicométriques à propos de l’ethos dans un genre discursif rituel, p. 44, 2005.

19 Nicolas Sarkozy, Passions, éditions de L’Observatoire, 2019, p. 9, p. 197.

20 « La loi portant interdiction de la burqa sera appliquée dans l’esprit comme dans la lettre. », Nicolas Sarkozy, Vœux 2010.

21 Comme le montre Damon Mayaffre dans une analyse lexicométrique dans Macron ou le mystère du verbe, Ses discours décryptés par la machine, Éditions de l’Aube, avril 2021, pp. 285-292.

22 Ibid., Mayaffre (2021).

23 Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition, 1986-1992.

24 Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition (1990) : Espérance :
1. Sentiment qui porte à attendre avec confiance un bien que l’on désire.
2. RELIGION : Chez le croyant, attente ardente de l’accomplissement des promesses divines. Dans le judaïsme, l’espérance du Messie. Dans le christianisme, l’espérance est une des trois vertus théologales. Dans l’islam, l’espérance de la rétribution des justes.
3. Sentiment d’attente confiante appliqué à un objet particulier.

25 Sarkozy, Vœux 2007.

26 « nous avons été élus, j’ai été élu, pour redresser la France, pour la hisser au plus haut niveau dans la compétition économique mondiale, pour la rendre plus forte, plus créatrice d’emplois, plus solidaire et plus juste. Voilà ma mission, voilà notre ambition ! », Discours de commémoration de la mort de Jean Jaurès, Carmaux, le 24 avril 2014.

27 François Hollande, op. cit., 2018.

28 Dans la communication de l’Élysée, un certain nombre de ces discours sont étiquetés « Défis et priorités pour le gouvernement », qui pourrait faire office de sous-titre aux vœux.

29 Nous nous référons ici à l’opposition sémantique que fait Pierre Rosanvallon entre la politique qui relève des affaires de l’État et le politique qui suppose une vision : « Se référer au politique et non à la politique, c’est parler du pouvoir et de la loi, de l’État et de la nation, de l’égalité et de la justice, de la citoyenneté et de la civilité, bref de tout ce qui constitue une cité au-delà du champ immédiat de la compétition partisane pour l’exercice du pouvoir, de l’action gouvernementale au jour le jour et de la vie ordinaire des institutions. », Rosanvallon, La Démocratie inachevée, 2000.

30 Voir Le Bart, « La mise en scène du moi, De la vérité à la sincérité des convictions », L’ego-politique, essai sur l’individualisation du champ politique, 2013, p. 133.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Distribution statistique de l’expression « à vous » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français
Crédits [Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/7633/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 2. Corrélatifs de l’expression « à vous » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français
Crédits [Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/7633/img-2.png
Fichier image/png, 112k
Titre Figure 3. Distribution diachronique du lemme « France » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français
Crédits [Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/7633/img-3.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure 4. Distribution thématique du syntagme « la France » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français
Crédits [Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/7633/img-4.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 5. Distribution thématique du syntagme « la France » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français
Crédits [Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/7633/img-5.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 6. Recherche thématique des lemmes « espoir » et « espérance » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français
Crédits [Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/7633/img-6.png
Fichier image/png, 425k
Titre Figure 7. Distribution diachronique des lemmes « espoir » et « espérance » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français
Crédits [Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/7633/img-7.png
Fichier image/png, 123k
Titre Figure 8. Recherche thématique « besoin » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français
Crédits [Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/7633/img-8.png
Fichier image/png, 813k
Titre Figure 9. Distribution lemme « besoin », indice de spécificité dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français
Crédits [Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/7633/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Figure 10. Recherche co-occurrences de « besoin » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français
Crédits [Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/7633/img-10.png
Fichier image/png, 371k
Titre Figure 11. Nuage de mots en co-occurrences du lemme « besoin » dans le corpus présidentiel des vœux annuels du nouvel an adressés aux Français
Crédits [Hyperbase - graphique sous droit @Segue 2022]
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/7633/img-11.png
Fichier image/png, 192k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wilfried Segue, « Vœux présidentiels à la nation : empathie politique ou politique du pathos ? »Corpus [En ligne], 24 | 2023, mis en ligne le 15 janvier 2023, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/corpus/7633 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corpus.7633

Haut de page

Auteur

Wilfried Segue

MARGE EA 3712 Université Jean Moulin Lyon 3
ERMES UPR 1198 Université Nice Côte d’Azur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search