Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Compte renduAnna Jaubert, La Stylisation du d...

Compte rendu

Anna Jaubert, La Stylisation du discours, Paris, Classique Garnier, 2023, 290 pages

Damon Mayaffre

Texte intégral

1Dans une écriture serrée scientifiquement mais toujours agile, Anna Jaubert nous livre, 30 ans après Lecture pragmatique (Hachette, 1990), le fruit de plusieurs décennies de réflexion théorique et pratique sur la stylistique.

2La problématique ambitieuse de cette « stylistique pragmatique » trouve ici sa justification dans un suffixe : la « stylisation » du discours nous dit le titre, plutôt que le « style ». C’est ainsi une conception dynamique qui se déploie sur presque 300 pages, 3 grandes parties, 7 chapitres, 200 références bibliographiques et des index des noms propres et des notions.

3De fait, c’est en tant que processus plus qu’en tant que résultat que le style doit être pensé. Cette approche du style, qui se revendique plusieurs fois de la pensée de Gustave Guillaume, notamment de son « temps opératif », permet de résoudre les difficultés auxquelles se heurte la stylistique depuis Charles Bally ; elle permet de rendre compte d’un objet complexe et pluriel qui, réifié ou abordé de manière statique, nous échappait à chaque fois qu’on prétendait l’apprivoiser. Le style ? Un style ? Du style ? Quel style !

4La première partie de l’ouvrage, au fort contenu, apparait fondamentale puisque qu’elle définit le cadre théorique et épistémologique du travail. C’est grâce à un « point de vue génétique » sur le style (p. 17 et suivantes) qu’Anna Jaubert développe son caractère processuel fait de gradations, d’étapes, de transitions, bref « d’états de style » (p. 19). L’auteure propose un schéma, intitulé « La Diagonale du style » (p. 25), qui synthétise cette pensée en mouvement et discute au fond l’idée cardinale d’appropriation (autre mot suffixé en -tion) ; le style comme appropriation de la langue bien sûr selon la définition ballyenne mais le style aussi comme choix et variations individuels du discours avec des saillances singulières qui ont potentiellement vocation à se stabiliser en patrons stylistiques. L’énonciation au sens plein d’actualisation ou d’appropriation singulière de la langue est alors revisitée et réaffirmée comme concept clef de la linguistique contemporaine (p. 39 et suivantes). Le genre, lui, dans la lignée des travaux de Mikhaïl Bakhtine ou Jean-Michel Adam, devient le palier intermédiaire essentiel pour comprendre la stylisation du discours, c’est-à-dire cette dynamique qui chemine et progresse, non pas de manière linéaire mais en zig zag (p. 25), entre la langue ou « pôle universalisant » et les discours ou « pôle particularisant » ; les genres qualifiés de « médiateurs » ou de « profileurs de styles » (p. 159) apparaissent d’autant plus remarquables dans le processus qu’ils ont vocation à être transgressés et reconfigurés aussitôt qu’ils sont canonisés, pour de meilleurs effets de rupture et de réinvention stylistiques.

5La deuxième partie de l’ouvrage traite des « Lieux d’émergence » du style (p. 77 et suivantes), car si le temps et le mouvement président à la compréhension de la stylisation, les styles peuvent être situés dans le corpus, « au raz du texte » nous dit l’auteure, particulièrement dans diverses saillances ou, plus fondamentalement, dans la phrase, dont le « statut stylistique » est longuement discuté dans l’ouvrage. Ainsi, il est une des forces de la pensée d’Anna Jaubert d’articuler un point de vue rhétorique et littéraire, toujours servi par des exemples élégants empruntés au théâtre et à la littérature classiques, au roman contemporain voire au cinéma actuel, avec des considérations grammaticales plus formelles : « … la syntaxe, puissante machine d’organisation et d’intégration, qui érige une unité grammaticale instable en mesure d’un style accompli » (p. 77).

6Quelques travaux de l’école niçoise qu’Anna Jaubert a longtemps animée viennent appuyer ce développement : l’étude de la phrase de Claude Simon par Marie-Albane Watine ou Ilias Yocaris, celle de Jean Rouaud par Geneviève Salvan s’ajoutent aux illustrations célèbres offertes par Proust ou Cohen pour réexaminer la notion d’écriture (p. 154 et suivantes).

7Enfin dans la troisième partie de l’ouvrage, Anna Jaubert adopte un point de vue surplombant et propose de traiter les « carrefours notionnels » (p. 288 et suivantes) qui lui paraissent importants pour aborder une stylistique contemporaine unifiée.

8C’est d’abord le rapport entre style et idiolecte qui est interrogé. Quasi-synonymes pour beaucoup de chercheurs, les deux notions qu’Anna Jaubert estime effectivement connexes sont néanmoins distinguées, car le style renvoie explicitement ou implicitement à des considérations esthétiques auxquelles l’idiolecte ne prétend pas. Si dans les deux cas, c’est la singularité de la performance linguistique, « le spécifique » (p. 188), qui sont visés, l’idiolecte renvoie à une performance individuelle naturelle ou « brute » (p. 187) ; le style, lui, est l’effet d’un art.

9C’est ensuite le rapport entre style et éthos – éthos discursif – qui est envisagé notamment dans la lignée des travaux de Ruth Amossy. Ici aussi le raisonnement est élaboré et dialectique. L’intersection des deux concepts est évidente autour de la singularisation voire « l’incorporation » des discours. Mais l’éthos nous situe plus clairement que le style du côté de la réception et du social. Bien que lui-même traversé par les conventions ou par les genres, le style est une signature pro ego du locuteur lorsque l’éthos est toujours ad alternum, adressé à, et constitue un effort de représentation pour l’autre.

10C’est enfin l’articulation entre style et littérarité qu’Anna Jaubert travaille. Dans la pensée courante, le style est d’abord associé au « style littéraire » et, de fait, les traits styliques des grands auteurs ou ceux des courants littéraires constituent les styles les mieux établis ; ceux qui donnent ce surplus de valeur le plus évident aux discours. Conclusif de l’ouvrage, cette section permet à Anna Jaubert d’aller au plus profond de sa pensée, abordant des questions majeures toujours pendantes, celle des Belles-Lettres, celle du rapport étroit entre texte et style (faire texte/faire style), celle du « décalage pragmatique » (p. 249 et suivantes) nécessaire aux effets des styles littéraires, celle de la spécificité de la littérature mais en même temps celle de la continuité entre le discours ordinaire et le discours littéraire, celle enfin que nous exprimons de manière caricaturale : est-ce la littérature qui crée le style ou le style qui crée la littérature ? Et qui des deux précède l’autre ?

11L’ouvrage par la profondeur de ses références très actuelles ou plus anciennes, par l’effort constant de théorisation, par l’analyse de nombreux exemples s’adresse à un large public universitaire dans un champ souvent labouré mais encore en friche. Il démontre en quoi la stylistique pragmatique débouche sur une « stylistique unifiée », englobante et intégrative. Avec son modèle souple et cohérent, Anna Jaubert nous invite à penser de manière magistrale cette unification.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damon Mayaffre, « Anna Jaubert, La Stylisation du discours, Paris, Classique Garnier, 2023, 290 pages »Corpus [En ligne], 25 | 2024, mis en ligne le 15 janvier 2024, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/corpus/8684 ; DOI : https://doi.org/10.4000/corpus.8684

Haut de page

Auteur

Damon Mayaffre

CNRS – Université Côte d’Azur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search