Skip to navigation – Site map

HomePrésentationCall for papers – closedN° 43 – Reviviscences de Faust

N° 43 – Reviviscences de Faust

Date limite d’envoi : 15 avril 2011
Julia Peslier

Reviviscence. A. 1. Acte de reprendre vie, retour à la vie. (…)
3. P. anal. Fait pour une chose de renaître, de réapparaître.
B – au fig. 1. Fait pour un phénomène émotionnel, moral, intellectuel de réapparaître,de se reproduire.
(ATLIF)

Numéro coordonné par Julia Peslier

Propos

Archéologie, intempestivité ou (in)actualité de Faust ? De quel temps Faust est-il le contemporain ? Du monde médiéval ? quelle antiquaillerie de carnaval alors, entre pactes et plumes teintées de sang, cornes de bouc, costume rouge du diable ! De celui de Goethe et de Marlowe, dans la reconfiguration entre pensée médiévale, alchimie et sciences du monde moderne ? Ou bien est-ce du nôtre qu’il nous faut le tirer, le pousser et le ré-enchanter ?

Souvent identifié comme l’un des derniers mythes hérités du monde médiéval, Faust trouve une nouvelle vivacité dans les arts, de la littérature à l’opéra, du théâtre au cinéma. Pour l’opéra : songeons à Georges Aperghis (Faust et Rangda, 1987), John Adams et Peter Sellars (Doctor Atomik, 2005), Pascal Dusapin (Faustus, The Last Night, 2006), Philippe Fénelon (Faust, 2007), il est régulièrement joué en ciné-concert (Rami et Bachar Khalifé, Jean-François Zygel). En littérature : à la traduction inédite et nouvelle de l’UrFaust, Faust I et Faust II, aux éditions Barthillat, la réédition des Gestes et Opinions du Focteur Faustroll, pataphysicien de Jarry (établie et commentée par le Collège de Pataphysique, aux Éditions de la Différence), la publication de Faust une histoire naturelle Jean-Didier Vincent et Jean-François Peyret, et de divers romans (Le Troisième Faust de Marc Petit, Méphisto Valse d’Olivier Pourriol pour ne citer que les plus récents) témoignent de l’actualité de la figure. À l’écran, ce sont des variations et des réminiscences faustiennes quiont hanté les salles obscures avec The Piano Tuner of Earthquakes, des frères Quay (2005) ou encore L’Imaginarium du Docteur Parnassus, de Terry Gilliam (2007) ; et bien d’autres émanations du diable et du pacte sont à l’œuvre dans des films récents.

Ces nouvelles (ré)créations faustiennes, données dans la cour des Grands (car comment écrire un Faust après Goethe ou tourner après Murnau ?), sont ainsi un motif de s’interroger sur le travail de la mémoire à l’œuvre dans ces œuvres, où Faust totalise un savoir sur le monde, qu’il soit livresque, musical, ou cinématographique.

C’est alors le temps de replonger dans nos vieux classiques faustiens, pour en dépoussiérer les lectures, et les confronter à leurs nouvelles métamorphoses sur les différentes scènes artistiques. Personnage qui est aussi un livre, dont l’être d’encre et de papier se tisse de palimpsestes, la figure faustienne, sous l’infléchissement de Goethe, se fait Ur-Faust, puis Faust I, puis II – n’attendrait-on pas dès lors le Faust III ? Celui-là est Faust-Phoenix, selon une expression de Pessoa qu’il fait contraster avec le Faust-legend, Faust reviviscent que Valéry retrouve dans ses manuscrits préparatoires de « Mon Faust ». Loin d’un archétype faustien, ou d’une poétique de la variation qui supposerait une quelconque essence faustienne, la figure de Faust est généalogique, politique et mouvante de par son historicité.

La reviviscence ne signifie pas forcément la sortie d’un oubli qui aurait plongé le personnage en momie empoussiérée dans des œuvres classiques ou dans l’enfer des bibliothèques. C’est davantage son actualité et sa plasticité dans les arts que ce numéro se propose d’explorer. La chronologie sera bouleversée à dessein pour mettre à l’œuvre un anachronisme productif. Croirait-on encore au Diable, à tant ressusciter la figure de son compère ès esprit, mais de l’espèce des hommes ? Aurait-on tellement cédé à la mélancolie des savoirs, pour y retourner sans cesse, face au crâne vide des vanités, abandonné sur le rayonnage des cabinets d’études et la table de travail ? En 1940, Valéry note dans ses « Études pour Mon Faust », que le héros de Goethe serait « condamné à revivre. 100 ans après » et, méditant sur Goethe, il remarque :

3eme Faust 
compose au bout de vingt ans cette Œuvre de catastrophe
Faust est le personnage européen par excellence.
Le voici qui reparaît au bout de cent ans. L’heure est excellente
Toute une mythologie réalisée. Hommes volants, Centaures d’acier
Des peuples prêts à mettre des masques
Papiers dépiécés, traités, contrats, titres et billets.
(folio 37 du dossier « Etudes pour ²Mon Faust² », Bibliothèque Nationale de France)

Qu’en sera-t-il, près de deux siècles plus tard, pour l’horizon 2011 ? Quels Faust nous parlent encore et de quoi ? C’est à ces questionnements variés que les articles de ce numéro automnal de la revue Coulisses pourront se livrer.

Ces articles s’inscriront dans diverses optiques, esthétiques et poétiques, d’approches monographiques ou comparatistes, littéraires, musicologues, dramatiques ou pluridisciplinaires, au carrefour entre les arts et les sciences. Quelques chantiers sont ici proposés, parmi d’autres possibles :

  1. Traduction, adaptation pour un autre art, réécriture et mises en scène.

  2. Opéra et arts du spectacle : quelles problématiques pour un Faust, figure de l’érudit aux grimoires, transposée dans un autre univers de création

  3. Faust et ses figures apparentées : Achab, Frankenstein, Swann (Phantom of the Paradise), Diable et autres esprits

  4. Lectures comparatistes entre différents Faust, renaissants, classiques, modernes et contemporains.

Envoi des articles

Les articles sont à envoyer sous format word jusqu’au 15 avril 2011 et comprendront jusqu’à 25 000 signes (espaces non compris), à l’adresse suivante : julia.peslier[at]free.fr

Ils indiqueront le titre de la communication et seront accompagnés d’une courte notice bio-bibliographique (coordonnées de l’auteur, affiliation, intérêts de recherche).

Les notes en bas de page seront réduites au minimum (pour des contraintes observées de lisibilité dans la revue).

Bibliography

Orientation bibliographique sur la figure de Faust
Domaine français seulement. On pourra se rapporter à la bibliographie de Hans Henning, Faust-Bibligraphie, Berlin, Aufbau Verlag, 1966-1976 notamment, ainsi qu’aux différentes bibliographies des ouvrages ci-dessous selon les objets d’étude.)

Amartin-Serin, Annie, La Création déifiée, l’homme fabriqué dans la littérature, Paris, PUF, Littératures européennes, 1996, part. I, chap. 2 : « Homonculus, mandragore et Golem » p. 31-56.

Backès, Jean-Louis, « Présentation », dans Histoire du docteur Johannes Faustus, suivie de La tragique histoire du docteur Faustus par Christopher Marlowe, Paris, Imprimerie Nationale éditions, « La Salamandre », 2001.

Bianquis, Geneviève, Faust à travers quatre siècles, Paris, Aubier/éditions Montaigne, « L’Histoire littéraire », 1955. (1ère édition 1935, Librairie Droz)

Bosseur, Jean-Yves, Votre Faust, miroir critique, Thèse de doctorat, Université de Paris 8, 1974.

Cunin, Maurice, Faust à l’Opéra, (Gounod, Berlioz, Boito), Thèse de doctorat en littérature comparée, dirigée par Pierre Brunel, Université Paris-Sorbonne, 1993.

Dabezies, André, Le Mythe de Faust, Paris, Colin, 1973.

Dabezies, André, Visages de Faust au xxe siècle, littérature, idéologie et mythe, publication de la Faculté des Lettres et Sciences humaines Paris III, Paris, Presses Universitaires de France,1967.

Dédeyan, Charles, Le Thème de Faust dans la littérature européenne, T. I & II, Paris, Lettres Modernes, 1961 et 1967.

Faust, homme Renaissance, sous la direction de Jacques Le Rider et Bernard Pouderon, Paris, Beauchesne, « Christophe Plantin », 2010.

Faust, modernisation d’un mythe, études réunies par Béatrice Dumiche et Denise Blondeau, actes du colloque présenté à Reims, par l’UFR des lettres de l’Université de Reims, les 25 et 26 mai 2001, Paris-Budapest, L’Harmattan, 2006.

Faust, ou la mélancolie du savoir, sous la direction de Jean-Yves Masson, Paris, éditions Desjonquères, « Littérature & Idées », 2003. Ce recueil rassemble les communications prononcées lors du colloque international organisé à l’université de Nanterre et au théâtre du Châtelet, juin 2000, Paris.

Faust, revue Europe, 1997, n° 813-814.

Faust, textes de Y. Centeno, A. Dabezies, C. Dédéyan, P. Deghaye, H. Henning, G. Mahal, P. Spriet, K. Theens, Paris, Albin Michel, « Cahiers de L’Hermétisme », 1977.

Faust 20: échos de l’égo, le démon de Faust ou l’homme et ses démons, textes réunis et présentés par Pascal Noir, La Revue des Lettres Modernes, Paris-Caen, Lettres modernes Minard, 2001.

Kace Centeno, Yvette, « Magie et alchimie, ou les Métamorphoses du Faust deGoethe », traduit par Patrick Quillier, dans Magie et Littérature, Albin Michel, « Les Cahiers de l’Hermétisme », 1989, p. 92-101.

Magnier, Vincent, Faust à l’écran (1920-1997), Thèse de doctorat, dirigée par Pierre Brunel, Unversité de Paris-Sorbonne, 2000.

Peslier, Julia, La Pensée à l’œuvre. Chantiers de Faust ouverts par Goethe (Valéry, Pessoa, Mann, Boulgakov), Thèse de doctorat de littérature comparée, dirigée par Tiphaine Samoyault et Jean-Michel Rey, Université de Paris 8, 2007

Nerval, Gérard de, « Introduction à Faust de Goethe suivi du second Faust », cité dans L’Esthétique de Nerval, Jacques Bony, édition SEDES, 1997.

Rohmer, Éric, L’Organisation de l’espace dans le Faust de Murnau, thèse de doctorat en philosophie, dirigée par Jean Mitry, Université de Paris 1, 1972. Publiée dans la collection « 10/18 », en 1977 et régulièrement rééditée.

Stead, Evanghélia, « Les deux Faust I d’Engelbert Seibertz, illustrateur in-folio de Goethe », La Lecture littéraire (Reims), n° 5-6 [Lire avec des images au xixe siècle en Europe], 2002, p. 45-57, fig. 26-53.

Stead, Evanghélia, « Le voyage des images du Faust I de Goethe. Lecture, réception et iconographie extensive et intensive au xixe siècle », in L’Image à la lettre, N. Preiss et J. Raigneau éds., Paris-Musées et Les Éditions des Cendres, 2005, p. 137-168, 10 fig.

Stead, Evanghélia, « Le Faust d’un épigone par le texte et par le crayon : sur “Le Petit-fils de Faust” de Félicien Champsaur (Entrée de clowns, 1885) », Communication au colloque franco-allemand Faust, modernisation d’un modèle, Reims-Aachen, 25 et 26 mai 2001 ; Paris, L’Harmattan, 2006, p. 141-155, 4 ill.

Tanzi, Roberta, L’Europe de Faust, mythographie de la crise dans « Mon Faust » de Paul Valéry, thèse de doctorat de littérature française et comparée, dirigée par Maria Teresa Giaveri et Michel Jarrety, Université Paris 4 et Université de Naples, 2009.

Tavares, Pedro Heliodoro de Moraes Branco, Noms de Faust : traits du sinthome dans le Mythe de Faust, thèse de doctorat en psychopathologie et psychanalyse, dirigée par Marie-Claude Lambotte et Sérgio Medeiros, Université de Paris 7, 2007.(consultable en ligne : http://www.tede.ufsc.br/teses/PLIT0294-T.pdf)

Thinès, Georges, Le Mythe de Faust et la dialectique du temps, L’Age d’Homme, « Essais », 1989.

Reibel, Emmanuel, Faust : la musique au défi du mythe, Paris, Fayard, « Les chemins de la musique », 2008.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search