Navigation – Plan du site

De « Besançon Ville Ouverte aux Jeunes » au « Festival des Idées »

Les organisateurs de BVOJ
p. np

Texte intégral

L’idée « Besançon Ville Ouverte aux Jeunes »

1Lorsqu’à l’automne 85, la Ville de Besançon pose le principe d’organiser une manifestation « jeunesse », elle part d’un simple constat : Besançon et sa région compte une population jeune importante dans laquelle se retrouvent une multitude de groupes, troupes, associations et individus qui participent à l’animation de la cité à travers différents modes d’expression : musique, théâtre, danse, photo… Peu intégré dans le milieu culturel officiel, ce public est peu organisé, très éclaté, difficile à appréhender. Il se heurte à de nombreuses difficultés pour faire aboutir ses projets souffrant d’un manque chronique de moyens et ne recevant pas toujours les soutiens nécessaires. Plus qu’à son état civil, sa jeunesse est liée à cette absence de méconnaissance et de prise en compte.

2Mieux qu’un long discours ou la mise en place d’une quelconque structure, la Ville a choisi de s’ouvrir aux idées, projets, aspirations et besoins de tous ces partenaires. Par un recensement large et la mise en œuvre d’une démarche de collaboration pour créer ensemble un projet fort qui allait bientôt s’appeler « Besançon Ville Ouverte aux Jeunes ». Soutenir la jeune expression et la jeune création régionale, la présenter au public pour la faire connaître et reconnaître. Tels étaient dès l’origine (et restent) les objectifs prioritaires de BVOJ ; seule manifestation exclusivement consacrée à la création régionale, seule manifestation où le public est acteur.

De BVOJ au « Festival des Idées »

3Dès l’automne 88, le succès obtenu par les trois premières éditions avait permis de constater que l’idée d’un rendez-vous annuel de la jeune création était désormais bien installée. Plusieurs centaines de participants avaient démontré l’existence d’une création méconnue ou mal connue, à faire connaître et reconnaître. L’idée BVOJ était validée, véritable photographie annuelle des pratiques culturelles nouvelles.

4Une évolution était cependant souhaitable visant à accompagner une démarche d’approfondissement et d’amélioration de la qualité des projets présentés dans BVOJ. Evolution délicate puisqu’elle devait concilier des objectifs apparemment contradictoires : accroître l’ouverture et la mobilisation du plus grand nombre de partenaires, susciter des démarches plus professionnelles et intégrer la jeune création régionale. Sans chercher à résoudre cette contradiction mais sans se paralyser pour autant, la Ville prit alors le pari de cultiver le paradoxe et de proposer BVOJ selon un schéma unique mais dans une démarche à double détente :

  • donner sinon carte blanche du moins « carte BVOJ » à de jeunes créateurs locaux = occasion (pour beaucoup unique) de concevoir et mettre en œuvre un projet de création originale présenté comme un temps-fort de BVOJ.

  • prolonger et développer un recensement large de toutes les initiatives existantes.

5Le pari portait également sur la volonté de faire vivre ensemble des partenaires différents dans des modes d’expression différents et de tendre à la rencontre.

6Pari très largement gagné, dès 1989 grâce à tous les participants aux 60 manifestations de BVOJ et aux plus de 12 000 spectateurs. Evénement de l’année culturelle bisontine, véritable festival de la création régionale BVOJ pouvait donc en 90 devenir « BVOJ – Festival des Idées ».

1990…

7Plus de 60 spectacles en 10 jours – 1 500 participants – acteurs – plus de 13 000 spectateurs dans les salles. La 5e édition de BVOJ, la première du Festival des Idées a atteint ses objectifs.

8Sans céder à la facilité avec des projets ambitieux et risqués, des créations originales conçues spécialement pour BVOJ et dont beaucoup marqueront l’année culturelle. « ENZO » création jazz, « 3 contes de l’honorable fleur » création à Besançon d’un opéra de chambre, « SOWETO » et le « Signe du Feu » créations danse, « Colin-Mail-Art » grande exposition pédagogique sur l’art postal… Avec « AXIS » création musicale en hommage à Jimi HENDRIX. L’originalité et la qualité étaient au rendez-vous proposé par les jeunes créateurs, le public également.

9De par sa nature, BVOJ n’a pas de contours ou contenus prédéfinis. La manifestation n’existe que parce qu’existent une jeune expression et une jeune création. La reconnaissance de la pratique théâtrale sous de nombreuses formes, dans différents lieux (école, université, associations…) justifiait que BVOJ 90 ait une couleur théâtre prononcée.

10En une vingtaine de spectacles et une soirée jeu-théâtral proposée par des ateliers-théâtre, le public a pu constater la richesse et la diversité du théâtre régional = photographie contrastée associant les élèves des collèges et la recherche théâtrale, l’exercice d’ateliers et la relecture des classiques.

11Le « Théâtre universitaire » et Coulisses ont bien voulu garder en mémoire cette photographie. Qu’ils en soient remerciés ainsi que tous ceux qui ont soutenu, aidé et bien entendu participé à « BVOJ 90 – Festival des Idées ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Les organisateurs de BVOJ, « De « Besançon Ville Ouverte aux Jeunes » au « Festival des Idées » », Coulisses, 2 | 1990, np.

Référence électronique

Les organisateurs de BVOJ, « De « Besançon Ville Ouverte aux Jeunes » au « Festival des Idées » », Coulisses [En ligne], 2 | Automne 1990, mis en ligne le 04 juillet 2017, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/coulisses/1577 ; DOI : 10.4000/coulisses.1577

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • OpenEdition Journals