Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10EditorialÉditorial

Editorial

Éditorial

Lucile Garbagnati
p. 3

Texte intégral

1Coulisses publie son numéro 10, c'est l'occasion de faire le point.
Le semestre a été riche de quatre créations régionales. Comme un roman, de Daniel Pennac, adapté par la Compagnie des Grands Luminaires ne nous a pas semblé spécifique des projets de Micheline Uzan, il nous a donc semblé plus judicieux d'attendre un spectacle plus « scientifique ». Depuis son premier numéro, Coulisses suit le travail de J.L. Lagarce et de J.M. Potiron, et rend compte de L’Ile des esclaves, et de Kiki l’Indien. Enfin, Visiteurs, création du C.D.N.

2Le hasard de la programmation met en relief un certain goût pour le théâtre allemand qu'il conviendrait d'analyser.
A l'occasion de la représentation d'Urfaust de Goethe, mis en scène par D. Pitoiset, Marita Gilli publie une étude sur cette version première, peu connue de l'œuvre de Goethe. Le théâtre de la Jacquerie présente la comédie de B. Brecht Maître Puntila et son valet Matti. Liliane David au Centre de Rencontres a dirigé un atelier sur Anarchie en Bavière de Fassbinder. Visiteurs, co-mis en scène par René Loyon et Roger Didym, au C.D.N. de Franche-Comté, première création en langue française, est l'occasion d'un dossier établi par Gérard Jugan. Il complète les articles qu'il a publiés dans les organes du C.D.N. L'ensemble constitue une réflexion rare sur cet auteur.

3Si la programmation change chaque année, les institutions, demeurent. Or, à la tête du Centre de Rencontres, Jean-Jacques Mutin succède à Jacques Fornier, le C.A.H.D. à Pontarlier reçoit de nouvelles missions, le Centre d'Art et de Plaisanterie de Montbéliard est reconnu sur l'ensemble de la région, Coulisses rend compte de ces mutations.

4Les disparitions de Ionesco et de J.L. Barrault ont laissé chacun d'entre nous esseulé. Agés, couverts de gloire, ils nous apparaissaient comme éternels. Rappelons toutefois ce que dit Annie Girardot, à propos de Le roi se meurt: « Je joue la reine Marguerite. C'est la première Reine. Le Roi doit mourir, mais il ne veut pas l'admettre. Elle le sait et le lui dit. C'est en quelque sorte une programmeuse. Je l'aide à passer de l'autre côté. J'aime bien cette pièce… Il s'agit de la mort, de l'accompagnement à la mort, et paradoxalement, j'ai parfois l'impression qu'on est immortel, qu'on ne s'arrêtera pas là. » (Coulisses n° l).
Jacques Houriez, directeur du Centre Jacques Petit, dépositaire des Archives Paul Claudel, évoque les liens qui unissaient le poète et le comédien.

5Ce sommaire résume bien les objectifs de la revue qui se veut à la fois lieu d'information et de réflexion sur l'actualité théâtrale régionale. Elle s'adresse d'ailleurs, faut-il le rappeler, à tous les amoureux du théâtre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucile Garbagnati, « Éditorial »Coulisses, 10 | 1994, 3.

Référence électronique

Lucile Garbagnati, « Éditorial »Coulisses [En ligne], 10 | Printemps 1994, mis en ligne le 15 mars 2019, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/coulisses/2705 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coulisses.2705

Haut de page

Auteur

Lucile Garbagnati

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search