Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Questions généralesThéâtre, t’es âtreOu : Les braise...

Questions générales

Théâtre, t’es âtre
Ou : Les braises du feu sacré

Jean-Paul Colin
p. 6-9

Texte intégral

1Les jeux de mots sont justifiés quand ils produisent du sens, quand ils concourent à la compréhension d'un terme, quand ils éclairent le signifié référentiel et culturel par la rencontre (faussement) accidentelle des sons, des lettres, des voix qui circulent à travers les mots.

2Le théâtre est souvent associé, dans l'imaginaire collectif, à la passion, à l'enthousiasme (au sens grec de « transport divin » et pourquoi pas au sens « trivial » (?) de « transports en commun ») ; c'est-à-dire à la chaleur, à la « flamme » des héros tragiques, qui se consument en violences rentrées-exprimées, et ne laissent, à la fin du spectacle, qu'un petit tas de cendres chaudes que les applaudissements dispersent aux quatre vents du succès… Le théâtre, c'est « comment brûler les planches sans se faire incendier » ! Mais, à l'origine, c'est la notion de voir qui l'emporte sur les autres.

3Le mot de théâtre apparaît en français vers 1200 ; il est, comme on sait, d'origine grecque : les Latins, sous la forme theatrum. l'ont copié de Θεατρον ; il est dérivé du verbe Θεαομαι, contempler, issu du substantif féminin θεα, action de regarder, contempler. Son environnement sémantique est donc étroitement lié à celui de spectacle, qui vient du latin spectare, regarder, et apparaît en français à la même époque, vers 1200. Est-ce à dire qu'il faille l'associer automatiquement à la passivité d'un regard de consommateur, voire de voyeur ? Ce serait aller trop vite en besogne. Notons en effet les dérivés anciens : le grec est riche de mots forgés sur Θεατρον, que nous avons ou bien perdus, ou bien redécouverts tardivement, en les prenant pour des néologismes. Tels sont θεατριζω, donner une représentation théâtrale ; θεατροκοπειν, rechercher les applaudissements sur la scène  ; θεατρικοσ, « théâtrique », qui concerne le théâtre, se rapporte au théâtre ; θεατρισμα, représentation théâtrale ; et, plus précisément « actifs ». θεατροκρατια, domination exercée par le théâtre (dans Les Lois, de Platon) ; Θεατρομανειν, être passionné pour le théâtre, avec le corollaire indispensable Θεατρομανια, passion du théâtre (pourquoi pas cette mania-là ?) et enfin le technique θεατροπωλησ, qui loue un théâtre à un entrepreneur de spectacles, et 1e facétieux et aristophanesque θεατροτορύνη, qui désigne une courtisane, « écumeuse » de théâtre, lieu propice s'il en est, à la co…mmunication ! Cette richesse lexicale témoigne déjà, à elle seule, de l'importance sociale du théâtre chez les Anciens.

4De tout temps, comme on dit dans les dissert's quand on ne sait pas par où commencer, de tout temps, donc, les Hommes se sont réunis autour de quelques-uns de leurs semblables pour se voir singés : plaisir circulaire et spéculaire de l'auto-sado-masochisme. Puis ils ont sophistiqué cet espace, le transformant en demi-cercle creusé dans la colline, pour une meilleure vision et une meilleure audition. Cette excavation de la scène – demi-pièce montée… à l'envers – a produit le mot amphithéâtre (qui apparaît en 1532 chez Rabelais), préfixé à l'aide de la préposition αμφι, « autour de », qui a donné le grec αμφιθεατρον, puis, chez Pline le latin amphitheatrum ; il est en français accompagné de son adjectif amphithéâtral (1548, dans l'Art poétique de Sébillet), qui a un rare sosie : amphithéâtrique (1866, Larousse du XIXème siècle). Les autres créations par antéposition sont assez rares : cabaret-théâtre et café-théâtre datent des années 1965-70 (alors que café-concert remonte à la fin du XIXème siècle). Une Histoire du café-théâtre a été publiée par B. da Costa en 1978. Enfin, l'anti-théâtre naît le 4 décembre 1972 sous la plume d'un journaliste de L'Express, même si, dans les faits, on peut penser qu'il a été inventé par Ionesco en 1950 avec La Cantatrice chauve.

5Revenons au mot de base : théâtre a d'abord le sens de « construction en plein air, puis en salle ». Le théâtre romain n'était plus creusé à mi-pente, mais construit de toutes pièces, c'était un édifice ne devant rien à la « nature ». C'est au XVIIème siècle – ce qui ne saurait guère nous étonner – que théâtre prend le sens d'« endroit où jouent les acteurs » (1616), puis de « représentation » (1636, date du Cid de Corneille). Mais dès le XIVème siècle on rencontre l'acception essentielle « art visant à représenter une suite d'événements », et au XVIème siècle apparaît le sens d' « ensemble d'œuvres dramatiques ». Quant au sens figuré et péjoratif, il s'exprime vers 1660 dans les tonitruantes condamnations ex cathedra du théâtre par l'Aigle de Meaux, je veux dire Bossuet… A noter une extension d'emploi intéressante, dans l'aire francophone africaine, où théâtre a aujourd'hui le sens unique de « représentation », et où l'on dit faire un théâtre pour « représenter une pièce ».

6Les créations par suffixe sont nettement plus nombreuses : l'adjectif théâtral date de 1520, calqué sur le latin theatralis, il est transformé en substantif : le théâtral, par Malraux en 1951, mais il faudra attendre 1842 pour que soit attesté théâtralité, nettement plus abstrait et d'emploi plus rare. C'est Voltaire qui crée, en 1764, l'adverbe théâtralement. Le XVIIIème siècle, dans ce domaine, est peu productif : on relève comme une curiosité l'adjectif théâtrifié, forgé par Lesage dans Le Diable boîteux (1707) pour parler d'un vieux comédien confit dans son art.

7Au début du XIXème siècle, un auteur audacieux, J. Marly, « réinvente » la théâtromanie des anciens Grecs, en 1806, ainsi que l'adj.-substantif théâtromane (1805). Curieusement, ce siècle « fou de théâtre » va produire pas mal de termes péjoratifs : le plus célèbre est sans doute théâtreuse, qui stigmatise, en 1896, dans la Revue encyclopédique, une mauvaise actrice (le féminin a précédé le masculin !). Dans le même registre, on notera théâtrier, création de J.-K. Huysmans, dans L'Oblat (1903), qui désigne ainsi un « fabricant de pièces de théâtre », et, quelque peu ambigu, le verbe théâtriser, sous la plume d'E. Gautier, en 1879. Quant au bâtiment lui-même, Littré a relevé dans son Supplément le méchant théâtricule, « petit théâtre de rien du tout », utilisé par L'Indépendance belge en 1868. Le théâtrophone (1881), en revanche, était une invention géniale, qui permettait d'écouter à domicile les sons retransmis d'un concert ou d'une pièce de théâtre.

8Le XXème siècle siècle apporte une dimension analytique, « scientifique » au domaine, avec théâtraliser, en 1927 (Benjamin Crémieux), et théâtralisation (6 avril 1969, L'Observateur). Le mot théâtralisme connaît, d'après le Grand Robert, en 1845, une première attestation demeurée isolée, puis il est réinventé en 1915 par Valéry, et repris en 1951 par le psychologue Piéron. Denis Lagache, dans La Psychanalyse (1955), emploie le mot savant de théâtrothérapie. Au domaine de la psycho-pathologie figure l'adjectif théâtraliste, qui s'applique, en 1971, aux grands hystériques. Le lexicologue anglais Ken George a relevé dans La Quinzaine littéraire, le l6 septembre 1986, le théâtralocentrisme. Enfin, L'Express, en mars 1965, parle de la Comédie-Française comme d'une théâtrothèque. Tous ces termes, si savants soient-ils, ont le mérite d'une certaine clarté, et traduisent le fait que le théâtre (et son double) sont relus, réinterprétés à l'aide des multiples et nouveaux instruments d'analyse fournis par les « sciences humaines ».

Types emblématiques des théâtres de Paris. Par Cham, 1819-1879 (Bibliothèque nationale, Paris)

Types emblématiques des théâtres de Paris. Par Cham, 1819-1879 (Bibliothèque nationale, Paris)

Tous les types de consommateurs d’émotions théâtrales, sont ici représentés au milieu du XIXème siècle : le vaudeville, le mélodrame, la pièce classique, le drame romantique ou historique, le mime, le « boulevard du Crime », le cirque trouvent ici leur emblème.

Phot. © Bibl. nat./Photeb

9Venons-en à présent aux groupes de mots forgés sur le noyau théâtre, et commençons, bien sûr, par la pièce de théâtre : c'est chez Guez de Balzac, vers 1630, qu'on trouve ce groupe, contemporain du Cid et, comme on l'a vu, du sens « représentation » : ce qui est, historiquement et thématiquement, tout à fait cohérent. Quant au coup de théâtre, il est enregistré, dans son sens spécifiquement théâtral, « action brutale et inattendue dans une pièce », en 1743 dans le Dictionnaire de Trévoux et en 1762 au sens général, « dans la vie », dans celui de l'Académie française. On trouve aussi, de façon plus irrégulière, nettement moins figée, des tours tels que héros, roi ou personnage de théâtre (généralement en mauvaise part), décor(s) de théâtre (vers 1830), changements de théâtre (Mme de Sévigné, au figuré, vers 1680), habits, masques, mot de théâtre, etc. Mais bête de théâtre, plutôt laudatif au sens d'« acteur passionné pour son métier, et qui ne vit que pour la scène », et déjà relativement figé, surgit en octobre l964 dans Paris-Match (d'après B. Quemada). Un physique de théâtre, de sens également positif, a été popularisé dans les années 50 par le chansonnier Saint-Granier.

10Très nombreuses, en revanche, sont les expansions par postposition d'un adjectif ou d'un complément. Dans la première catégorie, le théâtre peut être historiquement romain, élisabéthain… et même français ! Institutionnellement, on tend à opposer profane ou religieux, municipal ou national (1964, Larousse), privé ou subventionné (1872, Littré), populaire (sans doute à partir de 1895, date de la fondation du Théâtre du peuple à Bussang par Maurice Pottecher) ; esthétiquement et fonctionnellement parlant, on distinguera le théâtre lyrique (1835, d'après Robert), pur (1936, Albert Thibaudet), total (1966) musical (assez souvent employé par R. Rolland, à partir de 1908, dans son roman La Foire sur la place ; un adjectif théâtro-musical a été relevé en 1975, et même : socio-théâtro-musical en 1976 !), improvisé, symboliste (vers 1890), surréaliste (vers 1925), du boulevard (1964, Larousse) ou de boulevard (Littré, en 1872, enregistrait théâtre des boulevards, « ceux où l'on jouait le mélodrame » ; on voit qu'il y a eu passage du lieu au « genre », puis « changement de genre » : quelle évolution pour ce seul concept !). La fameuse formule « Au théâtre ce soir » existe depuis 1690 : de Caillères nous précise que « Il y a théâtre ce soir » est une locution de la Cour ! Enfin, on notera avec un certain sourire que le théâtre filmé ou télévisé n'est pas du théâtre, et qu'il n'existe guère de cinéma théâtralisé

11Dans la seconde catégorie, on trouve le théâtre d'eau (en 1671, à Versailles), théâtre aux armées, de marionnettes (dès 1848, dans une lettre de G. Sand), d'ombres (1959, Robert), de poche (vers 1950), de verdure (1923, Larousse), en plein vent (1867, Littré), en rond (vers 1950), forain (1840, A. de Musset), etc. On peut même mentionner un amusant théâtre à maillots (sic), qui désignait, en 1882, les (audacieux) établissements exhibant des actrices en maillot !

12Les noms composés sont assez rares : Hugo, dans L'Homme qui rit (1869), appelait charrette-théâtre la scène mobile desdits forains ; notons plus près de nous film-théâtre, employé par Cocteau en 1919 pour affirmer que les films de Chaplin ne relevaient pas de cette catégorie, théâtre-théâtre (1927), redondance qui nous renvoie au « théâtre pur », et théâtre-ballet, théâtre-spectacle (1927, B. Crémieux). Quant au célèbre Théâtre-Guignol des Lyonnais, le Nouveau Larousse illustré l'enregistre en 1901, mais il a été précédé de théâtre de Guignol 1866 chez Littré) et même de théâtre à la Guignol dès 1852 dans un arrêté du Préfet du Rhône (5 novembre).

13On épargnera ici au lecteur l'énumération de tous les mots trop particuliers concernant d’« illustres théâtres », dont les noms sont historiquement liés à leur directeur ou animateur (de Molière à Planchon, en passant par Dullin, Copeau, Barrault, etc.). Il n'est pas jusqu'au fameux Théâtre libre d'Antoine, fondé en 1887, qui ne donne naissance à un adjectif, évidemment polémique, sous la plume de L.-F. Céline, qui s'en prend, en 1937, dans Bagatelles pour un massacre, aux « théâtrelibristes ».

14Il paraît logique de terminer ce survol historique par l'acception généralisante du mot théâtre, qui en vient à désigner, selon Littré, le « lieu où se passe quelque événement » : nous ajouterons que l'événement en question doit avoir une certaine importance, voire une certaine majesté, sous peine de friser la parodie et le ridicule en même temps. Non que ce sens soit récent : il remonte à Perceforest, au XVème siècle. Et le plus souvent, hélas ! il réfère à un lieu de catastrophe humaine ou naturelle, de guerre ou d'orvale (comme disent les vieux franc-comtois). Et Furetière, en 1690, enregistrait théâtre de la guerre, qui est depuis devenu théâtre d'opérations (1903, Nouveau Larousse illustré) ou des opérations (1915), voire théâtre d'opérations extérieur (1964, Larousse).

15Quant à la péjoration qu'entraîne parfois le mot que nous étudions ici, et qu'a inaugurée Bossuet (v. ci-dessus), elle est moins répandue que celle qui affecte le cinéma : on dira plus facilement : C'est du cinéma ! ou faire du ou son cinéma que faire du théâtre ou c'est du théâtre ! pour parler d'une attitude à la fois simulatrice et prétentieuse : marque du fait que le cinéma est plus « populaire » que le théâtre, pour quantité de raisons culturelles et idéologiques (et pas seulement financières, bien entendu). Les beaux mots de théâtrophilie et de théâtrophile n'existent pas encore…, contrairement à cinéphilie et cinéphile. Ne pourrait-on, chers spectateurs, les inventer ? Le mot crée quelquefois la passion afférente !

Haut de page

Table des illustrations

Titre Types emblématiques des théâtres de Paris. Par Cham, 1819-1879 (Bibliothèque nationale, Paris)
Légende Tous les types de consommateurs d’émotions théâtrales, sont ici représentés au milieu du XIXème siècle : le vaudeville, le mélodrame, la pièce classique, le drame romantique ou historique, le mime, le « boulevard du Crime », le cirque trouvent ici leur emblème.
Crédits Phot. © Bibl. nat./Photeb
URL http://journals.openedition.org/coulisses/docannexe/image/2737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Colin, « Théâtre, t’es âtre
Ou : Les braises du feu sacré
 »
Coulisses, 10 | 1994, 6-9.

Référence électronique

Jean-Paul Colin, « Théâtre, t’es âtre
Ou : Les braises du feu sacré
 »
Coulisses [En ligne], 10 | Printemps 1994, mis en ligne le 15 mars 2019, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/coulisses/2737 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coulisses.2737

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Colin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search