Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Le théâtre allemand à Besançon. S...Anarchie en Bavière de Rainer Wer...

Le théâtre allemand à Besançon. Saison 1993-1994

Anarchie en Bavière de Rainer Werner Fassbinder,
ou comment rire de ce qui est grave

Liliane David
p. 32-33

Texte intégral

Un atelier du Centre de Rencontres – Centre de formation aux arts et techniques du spectacle

D'abord citer Adamov, 1964 :

Il faut absolument, si déjà le monde continue, et je crois qu'il continuera (et oui malgré) et si le théâtre continue (et il continuera lui aussi…) que celui-ci se trouve contraint de se situer toujours aux confins de la vie dite individuelle, et de la vie dite collective, tout ce qui ne relie pas l'homme à ses propres fantômes, mais aussi, mais encore, à d'autres nommes et partant à d'autres fantômes, et cela dans une époque donnée, et elle non fantomatique, n'a pas le moindre intérêt, ni philosophique, ni artistique.

La pièce – l'auteur

11969. Fassbinder écrit Anarchie en Bavière. Nous sommes à l'époque des lendemains qui déchantent, mais nos désirs sont intacts.
Suivent les années moroses, les années de confusion. Confusion du politique, du désir.
Aujourd’hui, on n'ose plus désirer. Et c'est là que Fassbinder redevient actuel. Anarchie en Bavière, on l'aura compris, est une pièce du désir. Fassbinder explore les micro-fascismes individuels, qui juxtaposés produisent les catastrophes de l'Histoire. Elles ont un moteur ces catastrophes, ce sont les hommes avec leurs désirs mal formulés, leurs frustration accumulées, leurs perversions émotionnelles qui rendent possibles les scénarios de guerre civile nationales, régionales, les guerres privées, les guerres locales, Sarajevo, Somalie, Rwanda… Le meurtre, le sida, la mort…

2Avec Anarchie en Bavière, on retrouve la fonction sociale et historique du Théâtre. Vingt-cinq ans déjà depuis 69. C'est une vieille histoire pleine d'avenir. Fassbinder fait vibrer la vocation cathartique du théâtre. Nous rions de nous, de nos marxismes, de nos maoïsmes, de nos…-ismes soixante-huitards et nous rions aussi de nous aujourd'hui, pauvres, stériles, sans utopie, sans philosophie, sans …isme justement. Nous rions de ce qui nous fait peur.

La mise en scène

3L'humour pervertit la lourdeur didactique du propos. Fassbinder n'est pas loin de Brecht.

4On égare le spectateur dans différents niveaux de jeu. La mise en scène se sert de la pesanteur pédagogique pour amener les personnages à devenir des clowns. Ça commence par des chansons et ça finit par une mise à mort. Ça se passe dans une guinguette bavaroise avec costumes, bières, choucroute et fantaisie et chaque scène est traitée comme un numéro de music-hall. Nos « maîtres » ont besoin de la tristesse pour commander alors développons une philosophie de la joie. Approprions-nous le désir et la joie ; la joie désarme le fascisme.

Les comédiens

5Amateurs ! Une force de vie. S'il y a réussite, elle appartient à ce groupe. Ils ont développé tout au long du travail de découverte, d'exploration du texte, une force de communauté, d'amitié, qui a permis au texte de délirer, de s'enfoncer dans la cruauté, dans le grotesque, dans l'érotisme, dans la sexualité. Spinoza : « La joie est le passage de l'Homme d'une moindre à une plus grande réflexion. »

Anarchie en Bavière

Anarchie en Bavière
Haut de page

Table des illustrations

Titre Anarchie en Bavière
URL http://journals.openedition.org/coulisses/docannexe/image/2910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liliane David, « Anarchie en Bavière de Rainer Werner Fassbinder,
ou comment rire de ce qui est grave
 »
Coulisses, 10 | 1994, 32-33.

Référence électronique

Liliane David, « Anarchie en Bavière de Rainer Werner Fassbinder,
ou comment rire de ce qui est grave
 »
Coulisses [En ligne], 10 | Printemps 1994, mis en ligne le 15 mars 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/coulisses/2910 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coulisses.2910

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search