Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Le théâtre universitaire de Franc...CorpsCorps

Le théâtre universitaire de Franche-Comté
Corps

Corps

p. 72-73

Texte intégral

Etudiants venus en corps
Se lancer à corps perdu
Se donner corps et âme
Prendre soi-même à bras le corps
Dire le monde corps et biens
Donner corps au visage
Faire corps avec le personnage
Corps gris errants
Corps noirs négateurs
Corps de toutes les couleurs
Corps blancs innocents
Croire encore, en corps, en chœur
A un monde meilleur
Offrir au spectateur
Avec ces corps à corps
Ce qui lui tient au corps
Et que de tous ces corps
S'élève toute pure la note de l'accord.

Joseph Melcore
Animateur-Metteur en scène.

A l'origine

1L'année 92-93 a été très dense pour le T.U.F.C. qui a créé plusieurs spectacles pour des circonstances précises : Fureur de lire, Centenaire du Kursaal, et a été le maître d'œuvre du projet Cymbeline d'après Shakespeare, co-production européenne de huit théâtres universitaires, en cinq langues. Aussi, a-t-il semblé judicieux de laisser « carte blanche » au groupe pour la création annuelle.

2Curieusement, cette liberté a retrouvé les préoccupations du T.U.F.C., puisque les étudiants ont choisi de mettre en scène le monde tel qu'ils le voient.

3En effet, depuis sa création en octobre 1986, les quinze créations du T.U.F.C. ont toujours eu un rapport avec l'actualité, qu'elle soit locale, nationale ou internationale ; qu'il s'agisse d'une participation à un spectacle collectif dont il est l'un des éléments comme Kursaal Story, mis en scène par J. Vingler ou Cymbeline créé en l'honneur de l'ouverture des frontières de l'Europe en 1993.

Un parti-pris

4Toutes les productions du T.U.F.C relèvent du même parti-pris : quel que soit le nombre d'étudiants, entre trente et cinquante, chacun doit trouver sa place dans le spectacle. Le « chœur », où chaque membre doit inventer son personnage, est privilégié aux dépens du « héros ».

5Corps est donc, en juin 93 une création collective de quarante-trois étudiants de toutes disciplines, mis en scène par Joseph Melcore, repris en 94 par vingt-trois d'entre eux.

Le spectacle : Le théâtre ou la voie de quelque chose.

6Les comédiens sont constamment en scène. Ils forment et reforment une douzaine de tableaux adoptant un personnage différent gris, noir, ou coloré. Pour décor la boîte noire, pour accessoires trois échelles, des ballons et des chaises. Il n'y a pas de discours, pas d'intrigue. Les scènes violentes ou tendres, issues de l'imaginaire du groupe et de chacun de ses membres, appellent à celui du public et de chacun des spectateurs.

7On pourrait reprendre à propos de Corps ce que dit A. Artaud :

Tout ce magnétisme, et toute cette poésie et ces moyens de charme directs ne seraient rien, s'ils ne devaient mettre physiquement l'esprit sur la voie de quelque chose, si le vrai théâtre ne pouvait nous donner le sens d'une création dont nous ne possédons qu'une face, mais dont l'achèvement est sur d'autres plans.

Le théâtre et son double. Gallimard-Idées 1964.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Corps »Coulisses, 10 | 1994, 72-73.

Référence électronique

« Corps »Coulisses [En ligne], 10 | Printemps 1994, mis en ligne le 15 mars 2019, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/coulisses/3065 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coulisses.3065

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search