Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Le théâtre universitaire de Franc...CorpsDécouverte d’une spectatrice

Le théâtre universitaire de Franche-Comté
Corps

Découverte d’une spectatrice

p. 75

Texte intégral

Ce texte nous a été envoyé par une spectatrice qui s'était attardée après le spectacle, le placotage, comme l'appelle le Centre d'Art et de Plaisanterie. Sans doute a-t-elle été émue des remarques extrêmes : appel au suicide ou naïveté.
Le spectacle commence avec l'entrée des spectateurs. Pour des raisons de confort, les personnes qui ont besoin de s'installer, handicapés, personnes âgées, prennent place avant le début du spectacle. Elles assistent donc à la mise en place des comédiens et entendent le tout début de la bande son.

1« Les spectateurs entrent dans trente secondes ».
Silence. Moi, calée dans mon fauteuil. (Sic).

2Et puis, derrière mon dos, la musique des vagues de l'océan fait vibrer, au sens vrai du terme, je ne sais quoi en moi ; bruit de ressac qui met en mouvement les autres spectateurs.
Et là, frissons, vision, frissons, écoute. La vague d'ondes va-t-elle finir par me pousser sur la scène, d'ailleurs aucune barrière. Je vérifie : je suis tellement près d'eux, au même niveau.

3Les Corps gris, gestuelle de cauchemar, yeux fixes dénués de vie, divaguent et chutent. Je le connais, le sens tout près, non je le ressens. Je me vois il y a longtemps, peut-être.
Je reçois en plein front l'image de ma désolation. Attrapée, engloutie, en presque apnée, touchée au creux de l'estomac.
« Arrête, non c'est pour semblant, c'est pour de faux, ce n'est rien qu'un jeu. »
Bloc de corps gris, chaise en protection. En avant vers le public. « Ca y est, vous êtes aussi acteurs et vous savez qu'ils ont peur. »
De par ma place, je peux voir le public. Visages fermés, visages gênés, visages troubles. Aucune expression d'indifférence blasée.
L'envie de demander à ce moment précis : « y-a-t-il un corps gris dans la salle ? »
Retour au spectacle : corps gris, dépendance matérielle, pauvreté intérieure. L'angoisse, la grisaille de la vie, la peur, la mort.

4Oh quel soulagement : le soleil, la chaleur, les couleurs ; de la musique ; des gestes aisés, coulés, liés, légers ; des yeux vivants, des sourires.
Une énorme immense gigantesque femme enceinte. Elle accouche d'un Monde vierge et joyeux. Mais renaît le mal : les corps noirs, saloperie de nature humaine, non saloperie du pouvoir.
Le tableau final – Plein feu, puis le projecteur se resserre sur deux visages fondants d'amour, qui se rapprochent délicatement pour s'embrasser.

5A la sortie j'entends des remarques : « J'ai trouvé la fin frisant la mièvrerie,… trop de symboles, trop naïf… »

6Je découvre les spectateurs avertis, jouant leur rôle de critique. Il y avait réellement des corps gris dans la salle, par leur discours, je les ai reconnus : pauvres, ou snobs, ou malheureux, très malheureux. Bizarre, ils sont habillés de noir de la tête aux pieds. Pauvres de ne pas se laisser aller à apprécier cette candeur.

7J'ai vu des enfants avec les ballons de couleur à la fin. Ils avaient l'air heureux.
Moi ? Je suis ressortie de la salle avec un arc en ciel dans les yeux. Que le théâtre vive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Découverte d’une spectatrice »Coulisses, 10 | 1994, 75.

Référence électronique

« Découverte d’une spectatrice »Coulisses [En ligne], 10 | Printemps 1994, mis en ligne le 15 mars 2019, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/coulisses/3081 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coulisses.3081

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search