Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12EditorialÉditorial

Editorial

Éditorial

Lucile Garbagnati
p. 3

Texte intégral

1Par ces temps de misère universitaire, il n'est pas inutile de rappeler les missions de l'université : formation initiale et continue, recherche, diffusion culturelle, non avec un objectif utilitaire mais avec celui de formation complète de l'individu. Dans cette perspective, le développement des enseignements artistiques est primordial.

2Le théâtre a ceci de particulier, qu'il est davantage considéré comme un genre littéraire que comme « spectacle vivant ». Quelles que soient les méthodes d'approche, historique, biographique, psychanalytique, linguistique et autres, la recherche et l'enseignement sont, le plus souvent, axés sur le répertoire.
Or, le théâtre c'est aussi et surtout l'incarnation d'un texte par un acteur. C'est là que commence la formation de la personne tout entière. Jouer est une ascèse. Il s'agit de faire abstraction de soi, pour donner vie à un autre, d'emprunter le langage d'autrui, en le comprenant tout en laissant l'écart nécessaire pour rester soi-même. C'est faire éclater son désir par les mots, les attitudes d'un autre, c'est éprouver le plaisir d'être à la fois je et un autre, de vivre l'écart fondamental de notre condition et de le faire partager.

3À l'Université de Franche-Comté il existe des formations validantes avec un enseignement de pratique du jeu dramatique ; des initiatives bénévoles permettent aux étudiants cette « incorporation » de la parole d'autrui. Mais que de difficultés derrière ces volontés !!! Les intervenants extérieurs sont payés avec un an de retard, les répétitions ont lieu dans des salles de cours dont on enlève chaises et tables pour les transformer en espace de jeu, comme si en physique ou en chimie, toute salle pouvait devenir salle de travaux pratiques !!!

4« Qui sème la misère, récolte la colère » scandaient les étudiants lors de la manifestation de soutien à l'université du 19 avril 1995. Il est aussi à craindre la lassitude de responsables bénévoles et des étudiants, acculés chaque année à des expédients.
Il ne s'agit pas seulement de donner les conditions minimum pour former des « consommateurs » de culture, mais pour permettre une expérience, à la fois intime et collective, fondée sur l'expérience de soi comme entité psychique et physique, sur la reconnaissance de l'autre. Inscrite au plus profond de la mémoire personnelle, elle permet un regard critique sur soi et le monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucile Garbagnati, « Éditorial »Coulisses, 12 | 1995, 3.

Référence électronique

Lucile Garbagnati, « Éditorial »Coulisses [En ligne], 12 | Printemps 1995, mis en ligne le 15 mars 2019, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/coulisses/3214 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coulisses.3214

Haut de page

Auteur

Lucile Garbagnati

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search