Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Dossier : Théâtre et villeLes intermittents du spectacle

Dossier : Théâtre et ville

Les intermittents du spectacle

Question d'actualité
p. 4

Texte intégral

La question des intermittents du spectacle ne dépend pas directement des villes, mais d'une politique générale de la culture. COULISSES se fait l'écho des manifestations en publiant partiellement un tract de présentation des intermittents du spectacle.

Qui sont les intermittents du spectacle vivant et de l'audiovisuel ?

1Ce sont des salariés qui pour la plupart travaillent de façon intermittente, et qui peuvent avoir des employeurs multiples. Ce sont par exemple : des comédiens, des musiciens, des metteurs en scène, des danseurs, des artistes de cirque, de music hall, des techniciens de théâtre, de concert, de cinéma et de télévision, des constructeurs de décors, des artistes lyriques, des animateurs artistiques, de radio, des costumiers, des chanteurs, des marionnettistes, des cascadeurs...

La spécificité des métiers du spectacle

2Une grande partie des artistes et techniciens du spectacle et de l'audiovisuel ont une pratique professionnelle spécifique : ils ne sont pas salariés 8 heures par jour, 5 jours par semaine. Ils ne sont rémunérés que lors de spectacles ou de manifestations culturelles, dans tous les cas de manière intermittente. Le reste du temps, ils ont besoin de se former, d'améliorer leur pratique, de créer, de prospecter en vue d'un nouveau travail.

3Pour vivre de leur métier, ils ont besoin d'un complément de revenus que leur apportent les annexes 8 et 10 du régime ASSEDIC, spécifiques aux métiers du spectacle et de l'audiovisuel.
Il faut pouvoir justifier un minimum de 507 heures travaillées par an pour accéder au régime d'intermittent. 45 % des artistes et professionnels du spectacle ne peuvent y prétendre. Dans les 55 % qui restent, la moitié touche moins de 5000F par mois. Si le régime UNEDIC change c'est la moitié de ses allocataires qui seraient au chômage pur et simple, sans toucher d'idemnité.

Si ce régime disparaît, alors disparaissent...

4Les festivals, les arbres de Noël, les fêtes de villages, les concerts, les spectacles son et lumière, les spectacles de rue, le cirque, les animations en milieu scolaire, les stages d'initiation aux disciplines du spectacle, les cours de théâtre, de danse, de musique, les animations commerciales, les fictions TV, les films français...

D'autre part, ce sont tous ces secteurs économiques qui seraient indirectement touchés :

5Imprimerie, secteur hôtelier, transports, PTT, Télécom, confection, fabricants et distributeurs de matériel électrique, de sonorisation et d'éclairage, d'accessoires de spectacle...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Les intermittents du spectacle »Coulisses, 15 | 1997, 4.

Référence électronique

« Les intermittents du spectacle »Coulisses [En ligne], 15 | Hiver 1997, mis en ligne le 26 avril 2019, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/coulisses/4961 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coulisses.4961

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search