Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Dossier : Théâtre et villeDes spectacles qui témoignent de ...Les clowns de la Chiffogne

Dossier : Théâtre et ville
Des spectacles qui témoignent de la ville

Les clowns de la Chiffogne

Françoise Chambefort
p. 17-18

Texte intégral

Les Clowns de la ChiffogneAfficher l’image
Crédits : Françoise Chambefort

Le chemin de l'émotion :
Chercher son clown... et le trouver

1Être clown, prendre le temps, être là tout simplement avec son corps, ses émotions, son regard, son histoire, ses petits gestes spontanés. Être là avec sa gêne, l'envie de sortir, le plaisir de jouer et d'entendre rire, faire monter l'intensité, entendre rire plus fort et puis plus rien, le silence, le moment de sortir, de rebondir, d'appeler au secours l'autre clown là, dans le même état prêt à tout. C'est un travail d'écoute à deux, trois, six, dix, où tout est possible ; se laisser porter par le fruit de la rencontre, le savourer ensemble, oser le conflit, décider des ruptures...

2Chercher son clown est un chemin passionnant, unique qui puise au plus profond de chacun de nous toute une richesse, pas toujours belle et gentille, qu'il n'est pas facile de montrer. Chemin de l'émotion vraie, des passions tendres, cruelles, bestiales ou amicales. Elles renvoient au spectateur cette part de lui-même incontournable qui même sans le savoir est là, tapie dans le noir, prête à bondir pour le meilleur comme pour le rire.

3Rire libérateur, fou-rire à pleurer, sourire complice ou regard tendre, toute une palette à explorer sans tricher pour découvrir ce clown, le faire naître, lui donner une présence, un langage, une couleur, pour enfin le faire vivre... intensément.

De l'émotion personnelle à la responsabilité collective

Les clowns de La Chiffogne
Qui sommes-nous ?

4A la Chiffogne, on ne trouve pas un mais des clowns. Tous ont le même respect du spectacle et du cirque. Chacun vit intérieurement sa passion de façon différente. Le groupe rassemble une dizaine de passionnés habitant le Pays de Montbéliard, tous amateurs, au sens d'abord où ils aiment se retrouver bénévolement pour un cours de clown, un stage, une animation, un spectacle.

5Le groupe trouve ainsi sa cohérence dans cet investissement et dans la fusion de ces différentes personnalités. Depuis quelques années ses membres ont réussi à développer sensiblement les actions de formations (cours du lundi soir pour adultes, cours du mercredi pour enfants, stages de formation, interventions en milieu scolaire) et à multiplier les animations sous différentes formes. Leurs nez rouges sont ainsi en bonne place parmi les lampions des lumières de Noël.

6Ils participent chaque année à un stage de formation, animé par un professionnel. Ils ont ainsi eu l'occasion de travailler avec Alain Gautré (Ecole du Cirque de Châlon sur Marne), André Riot Sarcey (Les Nouveaux Nez), Mario Gonzalez (Atelier du Colimaçon de Strasbourg), Compagnie Embarquez, Olivier Berardi (Ecole de Cirque de Chambéry), Raymond Peyramaure (Les Oiseaux Fous), Alberto...

7Être clown à la Chiffogne, c'est ainsi s'engager vis-à-vis des autres, prendre des responsabilités, du fait que chacun se met à nu devant les autres, de façon dynamique auprès d'autres structures (écoles, prisons, hôpitaux, MJC...) Le spectacle de clowns ne se vit que dans l'échange et chacun sait à la Chiffogne que tout le monde porte en lui un clown qui sommeille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Chambefort, « Les clowns de la Chiffogne »Coulisses, 15 | 1997, 17-18.

Référence électronique

Françoise Chambefort, « Les clowns de la Chiffogne »Coulisses [En ligne], 15 | Hiver 1997, mis en ligne le 26 avril 2019, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/coulisses/4995 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coulisses.4995

Haut de page

Auteur

Françoise Chambefort

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search