Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15La vie culturelle à l'universitéPublications

La vie culturelle à l'université

Publications

p. 65

Poèmes

Bertrand Degott, Maître de conférences de Littérature Française : Eboulements et Taillis, Gallimard

À la question « Pourquoi écrivons-nous ? », Bertrand Degott répond de la manière la plus humble : parce que d'autres ont écrit avant nous. Eboulements et taillis compose un recueil travaillé par la référence à des formes anciennes, choisissant Villon plutôt que Mallarmé, s'amusant à mettre en œuvre une culture poétique et des jeux référentiels au service des faits de tous les jours. Parce qu'aussi des moments dans la vie sont l'occasion d'écrire un poème, pour remercier d'une invitation à dîner, pour fêter un corps ou se rappeler sa maison familiale. Pas d'immanence de la maison poétique donc, comme chez Dhaineaut ou chez Vernet, mais un éternel retour à la forme, de la ballade au caprice verlainien, sans oublier les stances (« J'exhume un instant la strophe dont feu Malherbe / raisonnait Duppérier / pour dire le deuil des remparts lézardés d'herbes / folles et de pierriers »). Le plaisir que l'on a à croiser Baudelaire, et William Cliff, les dédicataires nombreux (de Francis Jammes à Jean Michel Maulpoix), dans cette poésie qui n'a peur ni du vers ni de la rime, ni de la trivialité non plus, n'a d'égal que la surprise de découvrir que le poème peut être encore de circonstance et que le vers rimé ou travaillé puisse être un des plus libres. »

Tiphaine Samoyault in La Quinzaine Littéraire n° 695 (16-30 juin 1996)

Jacques Moulin, chargé de cours à l'université de Franche-Comté : Matière à fraise ; illustrations de Xavier Dupin. Éditions de l'Envol

« On ne joue pas avec la fraise... » dit-on, en ce poème. Père et poème, discrètement mais très intimement, mêlés aux fibres des fraisiers et du jardin. Mémoire et langage, sans cesse tels les gourmands, naviguant entre les vertus du marcottage et les éblouissements d'une absente présence.
J'ai savouré la double approche joueuse et savante – gravité sous les brins d'humour –, en particulier lorsqu'elle traduit l'énigmatique de notre lien parental. Le peintre a plongé au cœur du poème, dans le fouillis du jardin et la chair de la fraise. Ce me fut un joie très singulière, au marché de la poésie place Saint-Sulpice, de faire se rencontrer ces deux êtres.

Anne-Marie Vidal, avec l'autorisation des Éditions de l'Envol, 04300 Mane.

Romans

Jaime Diaz Rozzotto, professeur honoraire de l'Université de Franche-Comté : Le Papier Brûlé - Traduction de l'Espagnol (Guatemela) : Jean Jacques Fleury - Éditions l'Harmattan.

En découvrant ce bout de papier brûlé qui évoque un naufrage survenu au XVIe siècle, Eva, une jeune linguiste, ne se doute pas que sa vie va être profondément bouleversée. Le passé va revivre en elle et par elle. Et, ce faisant, à la Franche-Comté espagnole, au règne de Philippe II, à une Amérique tout juste découverte et « colonisée » va répondre le destin d'une jeune femme, témoin engagé et passionné de son temps.
Déroulant les variantes d'un amour impossible, hier comme aujourd'hui, l'auteur nous offre un récit magique, attachant.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search