Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19La recherche théâtraleThéâtre et sciences : bilan et pe...Théâtre et sciences

La recherche théâtrale
Théâtre et sciences : bilan et perspectives

Théâtre et sciences1

Les Actes du colloque de mai 1998
Christian Pratoussy
p. 56-57

Texte intégral

  • 1 Textes présentés par Lucile Garbagnati, Florent Montaclair et Dany Vingler, Presses du Centre UNESC (...)
  • 2 Cité en quatrième page de couverture.
  • 3 Cité in Le dossier Oppenheimer. Texte de Jean Vilar, Gonthier, 1965, p. 119.

1« Les gens qui ne comprennent rien à l'art ni à la science croient que ce sont là deux choses immensément différentes, dont ils ignorent tout. »2 : Bertolt Brecht, parmi d'autres, a relevé la problématique de la rencontre de l'art et de la science. L'Université de Besançon a choisi de la traiter lors d'un colloque transdisciplinaire où se sont croisés biologie, physique, sociologie, psychopédagogie, littérature française et étrangère, théâtrologie. Et cette problématique tient plus à l'immensité de la différence qu'à la simple différence entre l'art et la science. Écart serait préférable car on entend vite que les deux pôles ne sont pas si éloignés, comme l'indiquait J. R. Oppenheimer, scientifique lui, lorsqu'il écrivait : « Les hommes de science, comme les artistes, vivent sans cesse au bord du mystère, enveloppés de mystère : comme critères de leur force créatrice, ils ont toujours poursuivi l'harmonisation des concepts révolutionnaires et traditionnels, (...) le désir d'instaurer un ordre au moins partiel dans le chaos général. »3

  • 4 Vasile Maruta, dans sa communication, complique, non sans humour, la question en citant Georges Rib (...)
  • 5 Levy-Leblond (J.-M.), Aux contraires. L'exercice de la pensée et la pratique de la science, Gallima (...)

2Avant même qu'il ne soit fondamentalement prouvé que l'art et la science ne sont pas deux choses si « immensément » différentes, les participants au colloque ont investi l'opposition apparente, en suivant les justes propos de Jean-Marc Lévy-Leblond : « Que les dichotomies ne soient guère dépassables ni remplaçables ne doit pas conduire à l'acceptation résignée d'inamovibles clivages de la pensée, mais bien plutôt à travailler les avancées du savoir avec et dans la diversité des antinomies, pour déplacer le sens des oppositions et croiser les lignes de fracture. Faute d'aller au-delà du deux4, jouons à le démultiplier. S'il faut un dieu à l'épistémologie, que ce soit un Janus polycéphale. »5

3Théâtre et science, donc. En fait de divorce, il s'agit bien plutôt d'une union libre, pour filer la métaphore de Jean-Pierre Triffaux dans sa communication La science au théâtre : une relation ambiguë. La communication de Daniel Raichvarg qui la précède, véritable scène d'ex-position épistémologique, signale les « caractéristiques dramatiques évidentes » du monde de la science. Pour autant, entre des convergences et des divergences, nous pouvons nous demander s'il en va de cette rencontre d'une harmonie conjugale dont les issues seraient bénéfiques à l'un et l'autre des partenaires.

4Si la problématique traitée à Besançon est en relation avec « les mutations du monde contemporain » (Triffaux), il reste à s'assurer de certaines hypothèses, dont celle que nous privilégierons personnellement, celle de l'accès au monde, et à son mystère. Nous rejoignons volontiers à cet égard Jacques Houriez lorsque dans son étude de Sous les remparts d'Athènes de Paul Claudel, il écrit : « Le théâtre et la science, tels que les conçoit Claudel, vont du connu à l'inconnu. Tous deux sont l'art d'interroger, ils sont recherche du sens, et donc mouvement ». « Ce que la science est à la nature, le théâtre épique le sera à la société » : si Eric Eigenmann trouve la formule brechtienne réductrice, elle a une part de vérité. La rencontre entre le théâtre et la science, si l'on ne s'attache qu'à des paramètres extérieurs, n'aurait pas d'autre intérêt que celle, par exemple, du théâtre et de l'amour, ou encore du théâtre et de la cuisine. Il est essentiel ici, en revanche, de se demander en quoi il y a entre les deux pôles une relation qui serait de l'ordre de la mise en abîme. L'ensemble des contributions qui paraissent ne mettre en évidence que la seule mise en scène de savoirs scientifiques (entre autres Florence Vinas qui s'intéresse au « spectacle de la femme », Philippe Marcerou à « Eugène Brieux et la vulgarisation de l'hygiène », Amélie Adde à la manière dont « le chiffre devient poétique » chez Lope de Vega, Claire-Nicolle Robin au théâtre de José Fola Igûrbide, Jean B. Neveux aux hommes-machines de La Mettrie et aux personnages de Büchner, Florent Montaclair au cas de la médecine dans le théâtre du Moyen Age) rejoignent cependant, et c'est toute leur valeur, une conclusion de Vasile Maruta, au contexte de la communication près, lorsqu'il étudie Les mathématiques et l'accumulation numérique dans les structures du théâtre Dada : « Le créateur dadaïste, qui faisait table rase de toute pensée logique, s'en prenait (...) aux sciences, en particulier aux mathématiques, tout en les employant comme outil de destruction de la cohérence de l'écriture. » Le théâtre est, doit être perturbé par la notion scientifique, mieux : il doit être mis en déséquilibre, seule condition de sa pérennité (rejoignant en cela, en quelque sorte, la thermodynamique – précédemment, nous entendions déjà Houriez et la théorie claudélienne du « mouvement »).

5Les Actes du colloque se divisent en trois partie : « Problèmes théoriques », « Connaissance du répertoire » et « Expériences et mises en scène ». Cette dernière, inaugurée par Françoise Odin, dira tout de la réussite de la rencontre entre théâtre et science. Odin, d'ailleurs, pose ce qui nous semble être la vraie question : « Que savons-nous des composantes cognitives de la pratique théâtrale ? » Pas grand-chose encore. Il n'en demeure pas moins que « passer de l'expérience spontanée à l'expérience réfléchie » par « la mise en œuvre du doute et l'exploration de la complexité » pointe avec une grande exactitude « la dimension herméneutique commune à une démarche scientifique et à une approche artistique » – l'inversion des termes étant, à notre sens, aussi recevable : approche scientifique et démarche artistique. Et c'est toute l'approche du monde dont nous parlions, approche analogue à celle de Jean-Pierre Minary quand il rappelle que « la question de la finalité de la représentation se pose pour le scientifique et pour l'homme de théâtre : si la science et l'art permettent d'avoir accès à certaines vérités, que visent-ils réellement ? À cette question, certains répondront à connaître et à contempler davantage, d'autres à échanger et transformer le monde de l'homme. », ou à celle de Christiane Page qui, de façon plus succincte, mais tout aussi efficace, considère « les représentations des sciences dans l'improvisation collective des élèves » comme « faisant état d'un savoir et d'un sujet. »

6« Ce que nous espérons d'un texte scientifique comme d'une œuvre de Shakespeare, c'est l'étendue du champ, la pluralité des visions qui se superposent, c'est en somme l'occasion rêvée pour développer le langage de la scène. » L'espoir de Chantal Melior et de Yves Girault est une autre formulation du pari qu'a voulu tenir le Théâtre Universitaire de Franche-Comté lors de ce colloque, pari dont Lucile Garbagnati s'est fait le porte-parole, en l'occurrence : « mettre en scène la science moins dans un souci de vulgarisation que dans un souci didactique au sens brechtien » pour que « le théâtre y retrouve ses fonctions traditionnelles d'éduquer et de distraire, de rencontre communautaire et festive, non point pour une adoration de la déesse science mais pour une confrontation des points de vue dans une perspective démocratique. »

7Pendant que le pari reste à tenir tant que le théâtre existera, le contrat de l'Université de Besançon, et de son théâtre universitaire a été rempli : « Le TUFC comme membre de la communauté universitaire s'investit dans la recherche de façon à la fois pratique et théorique : par la production de spectacles d'une part, par l'organisation de colloques et la publication des Actes d'autre part. Par un effet de retour, les expériences du théâtre universitaire deviennent elles-mêmes objets d'analyses. Il est normal qu'il soit concerné par toute démarche concernant les activités de recherche, donc, a priori, la science. »

Bernard Normand et Joseph Melcore

Bernard Normand et Joseph Melcore

Photo Georges Pannetton

Haut de page

Notes

1 Textes présentés par Lucile Garbagnati, Florent Montaclair et Dany Vingler, Presses du Centre UNESCO de Besançon, 1998, 312 p.

2 Cité en quatrième page de couverture.

3 Cité in Le dossier Oppenheimer. Texte de Jean Vilar, Gonthier, 1965, p. 119.

4 Vasile Maruta, dans sa communication, complique, non sans humour, la question en citant Georges Ribemont-Dessaignes : « Nous ne pouvons pas dire :

1 = 1

mais nous ne pouvons pas non plus supposer :

1 < 1
1 > 1

puisque ces formules impliquent la mesure de la quantité 1, et l'on ne peut mesurer 1 ou tout autre "grandeur" qu'avec une "qualité" prise comme une unité, ce qui recule les bornes de cette opération d'une manière indéfinie. »

5 Levy-Leblond (J.-M.), Aux contraires. L'exercice de la pensée et la pratique de la science, Gallimard, 1996, p. 410.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bernard Normand et Joseph Melcore
Crédits Photo Georges Pannetton
URL http://journals.openedition.org/coulisses/docannexe/image/5687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Pratoussy, « Théâtre et sciences »Coulisses, 19 | 1999, 56-57.

Référence électronique

Christian Pratoussy, « Théâtre et sciences »Coulisses [En ligne], 19 | Hiver 1999, mis en ligne le 18 octobre 2019, consulté le 31 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/coulisses/5687 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coulisses.5687

Haut de page

Droits d’auteur

Coulisses

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search