Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19La recherche théâtraleCoulisses a reçu…

La recherche théâtrale

Coulisses a reçu…

p. 72

Métamorphoses du mythe
de Marie Miguet-Ollagnier, Annales littéraires de l'Université de Franche-Comté, 1997
1

  • 1 À noter que le catalogue des Annales littéraires de l'Université de Franche-Comté est désormais con (...)

Dans Métamorphoses du mythe, Marie Miguet-Ollagnier poursuit des recherches qu'elle avait déjà menées dans La Mythologie de Marcel Proust et dans Mythanalyses ou au sein d'ouvrages collectifs comme le Dictionnaire des mythes littéraires. Elle s'est attachée soit à mettre en lumière des mythes latents dans des œuvres qui n'en déclarent pas la présence (ainsi les mythes gémellaires dans la trilogie romanesque d'Agota Kristof, la catabase dans Voyage au bout de la nuit), soit à étudier la réécriture de mythes dont l'auteur se réclame : celui d'Amphitryon chez Giraudoux, du déluge chez Le Clézio. L'intérêt apparent pour l'imaginaire gréco-latin peut d'ailleurs masquer la volonté de s'intéresser à des mythes bibliques. Certains scénarios sont particulièrement aptes à nous montrer comment l'homme traverse l'histoire : deux versions de la légende du Juif errant ont été étudiées dans cette optique. Enfin, depuis Marguerite Yourcenar jusqu'à Michèle Sarde et Hélène Cixous, bien des auteurs réécrivent les mythes en revalorisant le partenaire féminin : l'accent n'est plus mis sur Œdipe mais sur Jocaste ; Eurydice est plus intéressante qu'Orphée.

Au sommaire de ce livre, signalons des études sur le théâtre : – « L'annonce faite à Alcmène » ; – « Le théâtre de Tardieu : de Prométhée au métro » ; – « Le mythe d'Œdipe dans Jocaste de René Ehni et Souvenirs des tragédies disparues de Zarina S. Khan » ; — « Le Nom d'Œdipe d'Hélène Cixous ou le triomphe de Jocaste ».

Aspects de la critique
Colloque des Universités de Birmingham et de Besançon, Annales littéraires de l'Université de Franche-Comté, 1998

La critique est plus que jamais à l'ordre du jour. Des universitaires de Birmingham et de Besançon ont voulu confronter l'expérience qu'ils en ont lors d'un colloque qui s'est tenu à Besançon en janvier 1996.

Ils l'envisagent par rapport à la littérature, au théâtre, à la peinture et à la chanson. Ils s'interrogent aussi sur son utilisation pédagogique et publient ici le résultat de leurs réflexions.

Au sommaire de ce livre, signalons des contributions propres au théâtre : – « L'évolution de la critique dramatique d'après les comptes rendus des représentations des Femmes savantes de Molière » par Philippe Baron ; – « De la pratique du théâtre à la nécessité de la mémoire. De l'association théâtrale à la revue de théâtre. Coulisses, revue du TUFC » par Lucile Garbagnati.

Caïus Gracchus, Tibère, deux tragédies politiques
de Marie-Joseph Chénier. Présentation et notes de Pierre Frantz et François Jacob, Éditions Cristel, 1998

Dramaturge et poète, aussi tribun qu'il est écrivain, Marie-Joseph Chénier restera, toute sa vie, un homme en colère. En 1792, réclamant moins de sang que de lois, il fait gronder les partisans de Robespierre. Il irrite aussi Napoléon par ses vers. Car Chénier, bien sûr, prône le combat politique. Il veut la Révolution parce qu'il veut la République.

Rééditées aujourd'hui, deux de ses grandes tragédies politiques, Caïus Gracchus et Tibère, rappellent que c'est au théâtre que sa résistance intellectuelle s'est toujours affirmée.

Les Théâtres du réel. Pratiques de la représentation dans le théâtre contemporain
de Maryvonne Saison, L'Harmattan, 1998

Entre le théâtre « politique », ouvert sur le monde, le théâtre « d'artistes », guidé par un dessein esthétique, les pratiques contemporaines cherchent leur voie. Faisant leur deuil de toute image globale et cohérente du monde, renonçant à représenter « la Réalité », elles s'accordent pour prôner un « retour au réel », dans son altérité radicale, insaisissable.

Au carrefour de la critique et de la philosophie, ce livre interroge la remise en question du principe de représentation que tente aujourd'hui le théâtre dit « d'appel », ou du « dépaysement » ou encore « poétique ». Un théâtre sans signes figés, qui fait l'expérience d'un rapport au monde où rythme et langage se mesurent à l'oralité de la parole, et qui configure un espace de pensée où se conjoignent le politique, l'éthique et le poétique.

Annexe

À signaler aussi, la parution en 1998 aux Annales littéraires de l'Université de Franche-Comté de :

L'Intertextualité de Marie Miguet-Ollagnier.
La mise en scène de la prophétie de Yehuda Moraly.
L'inspiration scripturaire dans le théâtre et la poésie de Jacques Houriez.
Claudel, metteur en scène de Alain Beretta.

Coulisses rendra compte dans son prochain numéro de deux ouvrages sur les rapports du théâtre et des sciences :

Théâtre et Sciences. Le double fondateur de Jacques Baillon, L'Harmattan
La Scène et la fabrique des corps. Ethnoscénologie du spectacle vivant en Occident (Ve siècle av. J.-C. – XVIIIe siècle) de Jean-Marie Pradier, Presses Universitaires de Bordeaux

Haut de page

Notes

1 À noter que le catalogue des Annales littéraires de l'Université de Franche-Comté est désormais consultable sur internet, à l'adresse suivante : http://slhs.univ-fcomte.fr sous la rubrique Annales.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search