Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Introduction

Texte intégral

— Quand le messie viendra t-il ?…
— Va lui demander.                
Traité talmudique Sanhédrin, 98a.

1Pourquoi parler du messianisme aujourd’hui ? Cette notion de messianisme, souvent incomprise et dont la signification est surdéterminée ou connotée, semble de prime abord se référer à l’antique tradition juive, avant d’être reprise par les monothéismes. Mais on la retrouve finalement dans de nombreux discours politiques, journalistiques, sociologiques, ou encore dans les théories millénaristes sur la fin du monde qui ont pu circuler en ce début de siècle.

2Le point commun de ces usages hétérogènes ou leur présupposé tiendrait dans la profonde incapacité du messianisme à se laisser éclairer par les lumières de la raison. Relèveraient alors du « messianisme » aussi bien le fanatisme religieux que les contestations politico-sociales de l’ordre établi, notamment dans les formes qui consistent à vouloir faire advenir un état de choses radicalement nouveau, le communisme et ses variantes, ou encore les utopies auxquelles il peut s’apparenter.

3A priori donc, le « messianisme » s’entendrait comme une tentative, ou plutôt une tentation, de faire advenir à toute force un royaume du Bien, un eschaton, un aboutissement final qui signerait le terme de l’histoire des hommes par une série de bouleversements annoncés tout en engageant éventuellement un renouveau rédempteur.

4C’est donc en considérant le caractère téléologique auquel renvoie d’emblée, dans son acception courante, le messianisme juif, qu’on a pu massivement considérer que ce dernier se tenait à l’origine d’une Heilsgeschichte, d’une histoire orientée vers un salut, c’est-à-dire de la sécularisation, tout au moins au sens de Karl Löwith. Celui-ci l’entendait en effet comme la transposition et l’immanentisation de cette structure providentielle dans les philosophies de l’histoire, avec leur conception progressiste et leur vision d’une humanité réconciliée avec elle-même.

5Cette représentation est notamment portée jusqu’à son concept par Hegel. L’histoire des peuples serait la réalisation d’une progression de la raison. Chaque peuple serait appelé à « faire époque », à réaliser son essence en participant au développement continu de l’Absolu. L’Histoire universelle s’effectuerait par étapes avant de déboucher sur un accomplissement final. À l’origine de ces philosophies de l’histoire et de l’idéologie de ce que l’on a appelé « les grands récits » : le messianisme sécularisé.

6Mais comment expliquer alors que c’est justement à partir de la notion de messianisme que vont se constituer les critiques de ces philosophies de l’histoire ?

7Pour ne citer qu’eux, Rosenzweig et Benjamin, chacun à leur manière, s’appliquent à déconstruire la vision hégélienne de l’Histoire pensée en termes de réalisation rationnelle en prônant une conception messianique de la temporalité entendue comme interruption, surgissement, instantanéité, et ce en opérant un retour à la tradition juive. Celle-ci présente en effet un autre aspect du messianisme, qui y apparaît comme une « structure d’attente » et qui permet de repenser le temps lui-même ainsi que les catégories qui s’y rapportent. « Structure d’attente » que rien ne devrait permettre d’éviter, en ce qu’elle est l’épreuve même du temps et l’endurance toujours renouvelée de son imprévisibilité. Ce temps de l’attente, ce « messianisme de l’aujourd’hui » selon la formule de Benjamin, montre alors de quelle façon la possibilité de la rédemption est donnée à tout moment, et en quoi « chaque instant est la petite porte par laquelle peut entrer le messie ». La rédemption éclate ainsi en une infinité de fragments, elle peut survenir à tout instant. Cette temporalité particulière, pour laquelle tout instant est unique, nous conduit à penser chaque seconde comme incomparable à celle qui lui précède autant qu’à celle qui la suit. C’est pourquoi les instants ne sont pas totalisables. Le temps n’apparaît plus comme un fleuve qui court inéluctablement vers son estuaire ; il s’éloigne au contraire de la linéarité sans faille d’un temps considéré comme progrès.

8Les penseurs modernes du messianisme mettent ainsi à mal, premièrement, le progressisme rationnel du siècle précédent, et deuxièmement, les conceptions du messianisme le définissant comme théodicée, qu’elle soit religieuse ou rationnelle.

9Les textes rassemblés dans ce volume s’interrogent sur ces usages multiples ainsi que sur le sens qu’ils entendent apporter à cette notion de messianisme dont – il faut le souligner – Levinas et Derrida auront, par la suite et à leur tour, tenté de faire une véritable catégorie philosophique.

10Dans cette perspective, ces contributions se proposent de confronter les textes de la tradition juive sur le messianisme, les pensées contemporaines du messianisme et leur impact politique, en convoquant les aspects philosophiques, mais aussi littéraires et psychanalytiques du messianisme et de ses ramifications conceptuelles.

11Je tiens à remercier Riyad Dookhy pour l’aide qu’il m’a apportée dans la préparation de la journée d’études dont sont issues les textes qui suivent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Coralie Camilli, « Introduction »Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, 37 | 2015, 9-11.

Référence électronique

Coralie Camilli, « Introduction »Les Cahiers philosophiques de Strasbourg [En ligne], 37 | 2015, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cps/476 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cps.476

Haut de page

Auteur

Coralie Camilli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Les Cahiers philosophiques de Strasbourg sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search