Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54La réception française de la psyc...

La réception française de la psychologie et la philosophie de Wilhelm Wundt

The French Reception of Wilhelm Wundt’s Psychology and Philosophy
Serge Nicolas
p. 121-178

Résumés

Wilhelm Wundt (1832-1920) fut un des derniers grands esprits encyclopédiques de l’Allemagne du tournant du xxe siècle. Adepte d’une psychologie scientifique, il établit dès le début des années 1860 une distinction opérationnelle entre la Psychologie expérimentale et la Völkerpsychologie. Les intellectuels français (e.g. Ribot, Durkheim) vont rapidement être séduits tout d’abord par son œuvre physiologique, puis surtout par son œuvre psychologique et être intéressés par son approche philosophique et métaphysique. Mais il n’est resté que peu de choses jusqu’à présent dans la pensée psychologique, sociologique et philosophique françaises de l’œuvre de Wundt, qui mériterait néanmoins un ré-examen approfondi.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. W. G. Bringmann, W. D. G., Balance et R. B. Evans, « Wilhelm Wundt 1832-1920 : A Brief Biograp (...)
  • 2  Cf. A. L. Blumenthal, « A Reappraisal of Wilhelm Wundt » ; J. Fahrenberg, Wilhelm Wundt (1832-1920 (...)
  • 3  Cf. W. Wundt, « Psychophysik und experimentelle Psychologie » ; W. Wundt, « Das Institut für exper (...)
  • 4  Cf. E. G. Boring, « On the Subjectivity of Important Historical Dates : Leipzig 1879 » ; S. Nicola (...)
  • 5  Cf. S. Nicolas, op. cit ; J. González álvarez, El laboratorio de Wundt : Nacimiento de la ciencia (...)
  • 6  Cf. W. G. Bringmann, E. Scheerer, (dir.), Wundt Centennial Issue ; W. G. Bringmann, R. D. Tweney ( (...)
  • 7  Si l’on consulte la littérature, on doit admettre que la traduction du mot allemand Völkerpsycholo (...)
  • 8  Cf. Th. Ribot, « La psychologie ethnographique en Allemagne ».
  • 9  Cf. M. Espagne, « Wilhelm Wundt. La “psychologie des peuples” et l’histoire culturelle ».

1Le physiologiste, psychologue et philosophe allemand Wilhelm Wundt (1832-1920)1 est l’auteur d’une immense œuvre2 qui fut fort appréciée de ses contemporains, peut-être plus à l’étranger qu’en Allemagne, même si elle est tombée dans l’oubli très rapidement après la disparition de ce grand esprit encyclopédique. Au cours de la seconde moitié du xixsiècle, il fut le chef de file incontesté du nouveau mouvement expérimentaliste en psychologie dont l’objectif était de refonder la philosophie en l’appuyant sur de solides bases scientifiques et sur l’étude empirique des faits. C’est dans ce contexte qu’il établira en 18793, une date marquante dans l’histoire de la psychologie4, un laboratoire5 à l’université de Leipzig qui servit de modèle aux nombreuses institutions qui virent le jour par la suite dans divers pays6. Les élites françaises de l’époque ne se sont pas trompées sur l’importance de l’œuvre de Wundt en s’intéressant à ce personnage hors du commun dont l’objectif était de réaliser une étude purement objective de la vie mentale en établissant une distinction opérationnelle entre une psychologie individuelle de nature expérimentale et une socio-psychologie collective (Völkerpsychologie7) de nature non-expérimentale dont l’origine remonte aux travaux de l’école de Johann Friedrich Herbart8. Les jeunes philosophes français qui fréquentèrent durant les deux dernières décennies du xixe siècle les universités allemandes ont été retenus par la personnalité de Wundt et la manière originale avec laquelle il abordait les questions philosophiques9. Comme il n’existait alors en Allemagne aucune école philosophique dominante, l’attention des visiteurs français fut attirée par la philosophie à la fois kantienne et herbartienne proposée par Wundt qui s’efforçait de mettre en place une psychologie à caractère objectif à la base des études philosophiques, tout en présentant dans ses cours et dans plusieurs de ses écrits sa vision originale de la philosophie et de la métaphysique.

  • 10  Cf. S. Nicolas, Théodule Ribot. Philosophe breton fondateur de la psychologie française.
  • 11  Th. Ribot, La Psychologie allemande contemporaine (École expérimentale).
  • 12  Th. Ribot, Die experimentelle Psychologie der Gegenwart in Deutschland.
  • 13  W. Wundt, « Philosophy in Germany ».

2Malgré ce que pourrait faire penser la lecture du livre de Théodule Ribot (1839-1916)10 sur la psychologie allemande11 publié à cette époque (un livre qui reçut par ailleurs une traduction allemande dès 1881)12, il est juste de souligner que la perspective objectiviste que Wundt va développer à l’université de Leipzig entre les années 1870 et 1910 ne fut pas réellement appréciée, c’est le moins qu’on puisse dire, par les autres universitaires allemands chargés de l’enseignement de la philosophie à cette période. Notamment l’expérimentation et l’appel aux données physiologiques furent médiocrement à l’honneur pendant longtemps parmi les psychologues de langue allemande car il s’agissait d’une psychologie débarrassée des généralisations métaphysiques qui devaient la couronner. Wundt est celui qui va critiquer et rompre toute attache avec la métaphysique classique13, et c’est pour cela que ses compatriotes eurent du mal à le lui pardonner. Voici ce qu’écrivait Wundt le 21 décembre 1884 :

  • 14  W. Wundt, Éléments de psychologie physiologique, vol. 1, p. xxvii-xxviii.

En Allemagne, l’on constate diverses directions de la psychologie, qui concordent très peu au fond ; leurs représentants se rencontrent cependant dans une pensée commune : ils détestent la psychologie expérimentale ou physiologique et sont enclins à considérer l’enseignement des principes, des résultats de celle-ci, comme une sorte de blasphème. Ils pensent même à son sujet ce que le constable de Shakespeare dit des voleurs : « Et quant à cette espèce de gens, le moins que vous pouvez avoir affaire avec eux, ce sera le mieux » ; par suite, ils s’imaginent que la psychologie physiologique a l’intention de remplacer la psychologie par une physiologie du cerveau14.

Pourtant, c’est justement cette psychologie expérimentale qui va être plébiscitée et progressivement gagner du terrain en Europe et outre-Atlantique, même si c’est la méthode expérimentale, plutôt que la psychologie structurale proposée par Wundt, qui va être appréciée de ses contemporains. Au-delà même de sa psychologie, considérée comme le fondement des études philosophiques, Wundt s’est attaché à développer une morale et une métaphysique dont le contenu n’a pas échappé à certains jeunes philosophes français. De sa psychologie physiologique à sa métaphysique, en passant par sa Völkerpsychologie, on peut suivre chronologiquement le parcours intellectuel de Wundt à travers l’élaboration de son œuvre et ses relations avec les intellectuels français.

Wundt collaborateur de Hermann von Helmholtz à Heidelberg (1858-1874) : les racines physiologiques de la psychologie

  • 15  Cf. W. G. Bringmann, « Wundt in Heidelberg 1845-1874 » ; et W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes.
  • 16  Cf. H. Helmholtz, « Physiologische Optik », in : G. Karsten (hrsg.), Allgemeine Encyklopädie der P (...)
  • 17  Cf. W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes.
  • 18  Cf. W. Wundt, Beiträge zur Theorie der Sinneswahrnehmung. – W. Wundt, Vorlesungen über die Mensche (...)
  • 19  C. Wassmann, « Physiological Optics, Cognition and Emotion : A Novel Look at the Early Work of Wil (...)

3Formé à la médecine à l’Université de Heidelberg, Wundt va choisir de ne pas exercer cette profession mais plutôt de se former d’abord à la physiologie expérimentale auprès de Johannes Müller (1801-1858) et d’Emil Du-Bois Reymond (1818-1896), deux figures berlinoises de renom de cette discipline dans les années 1850. De retour à Heidelberg où il restera jusqu’en 187415, il est recruté en 1858 comme assistant d’Hermann (von) Helmholtz (1821-1894). Reconnu à cette époque par divers travaux de haute tenue scientifique, notamment avec ses recherches sur la physiologie des sensations et des perceptions visuelles16, Helmholtz n’avait néanmoins jamais interprété ses travaux dans le cadre de la psychologie. Mais Wundt va rapidement considérer qu’il s’agit là d’un domaine important, situé à la frontière entre la physiologie et la psychologie. Il pense d’ailleurs dès cette époque que pour passer de l’étude des sensations et des perceptions aux manifestations plus complexes de la vie mentale, il faut s’appuyer sur ce qu’en ont dit les philosophes17. Deux ouvrages18 d’importance seront publiés par Wundt au début des années 1860, qui seront à l’origine19 de son œuvre future dans les domaines de la psychologie expérimentale et de la Völkerpsychologie.

Un premier objectif : fonder la psychologie sur des bases scientifiques (1862-1863)

  • 20  W. Wundt, Beiträge zur Theorie der Sinneswahrnehmung (1re éd. 1862).
  • 21  W. Wundt, « Vorrede », in : Beiträge zur Theorie der Sinneswahrnehmung, p. IV-V.

4Au cours des années 1850, Wundt fait ses premiers pas de chercheur dans le domaine de la physiologie, publiant de nombreux travaux portant notamment sur l’action musculaire. C’est en 1862 qu’il fait paraître un premier livre d’importance en matière de physiologie et de psychologie. Il s’agit de sa Contribution à la théorie de la perception sensorielle20 dans laquelle il étudie l’influence des mouvements de l’œil sur la conception de l’espace et qui rassemble une série d’articles publiés dans une revue allemande de médecine, la Zeitschrift für Rationelle Medicin, entre les années 1858 et 1862. Dans la préface inédite qu’il donne à son ouvrage, Wundt souligne que cet écrit s’adresse non seulement aux physiologistes et aux médecins spécialistes, mais également aux psychologues car « le problème de la perception [est] un problème psychologique »21. En effet, derrière la perception se cachent des processus mentaux qu’il ne faut pas rechercher au moyen de spéculations métaphysiques, mais plutôt à l’aide de la méthode expérimentale utilisée par les physiologistes.

  • 22Idem, p. XIV.
  • 23Idem, p. XV.

5Contrairement à l’immense majorité des philosophes de son temps, Wundt pense que la psychologie devrait suivre l’exemple des sciences naturelles. La philosophie elle-même devrait d’ailleurs pouvoir tirer parti de l’avancée scientifique de la psychologie. Mais « la psychologie ne pourra se libérer de toutes les nombreuses hypothèses métaphysiques qui l’accompagnent encore maintenant qu’à partir du moment où elle sera parvenue à identifier les phénomènes de l’âme au tout début de leur survenue et à les rendre accessibles pour leur décomposition »22. De fait, il considère qu’il est de la plus haute importance d’étudier la sensation et la perception chez les êtres humains par des moyens scientifiques. « Dans la sensation, les champs d’activité physique et psychique sont en contact direct, et la perception est le premier et peut-être le plus simple des mécanismes de nature purement mentale23. » Découvrir comment une impression physique devient sensation est une question du plus haut intérêt pour la psychologie, mais elle est également une question fondamentale pour toute spéculation philosophique. En effet, c’est sur cette base qu’il faudra s’appuyer pour aller encore plus loin en s’intéressant au fonctionnement de l’esprit lui-même et aux lois de la vie mentale.

  • 24Idem, p. XXVII.

6Comment atteindre cet objectif ? Certainement pas, comme l’ont fait les philosophes de l’ancienne génération, en utilisant l’auto-observation (la méthode d’introspection de la « psychologie empirique »). Pour Wundt, il faut avoir recours à l’expérimentation comme outil de recherche, même si « la psychologie expérimentale est encore en attente d’une base solide en tant que science cohérente »24. Il note néanmoins les avancées récentes dans les domaines à la frontière entre la physiologie et la psychologie, à savoir le champ d’étude de la sensation et de la perception.

  • 25Ibidem.

On a souvent considéré que c’est précisément dans le domaine des études sur la sensation et la perception que l’utilisation de la méthode expérimentale est seulement possible car c’est là que des facteurs physiologiques se trouvent toujours impliqués. Par contre, on a considéré que l’utilisation des moyens expérimentaux pour améliorer notre compréhension des activités supérieures de l’âme était peine perdue25.

Mais Wundt s’insurge, car il s’agit d’un préjugé :

  • 26Ibidem.

À partir du moment où l’on conçoit l’âme comme un phénomène naturel et la théorie de l’âme comme une science naturelle, alors la méthode expérimentale doit également s’appliquer intégralement à cette science. Et en fait, nous disposons déjà d’études expérimentales qui s’éloignent du domaine psycho-physique et ont pour objet l’activité purement psychique, dans la mesure où cette activité existe bel et bien26.

  • 27  Cf. W. Wundt, « Die Geschwindigkeit des Gedankens », où plusieurs de ces recherches sont décrites.

7Wundt croit encore à cette époque que la méthode expérimentale est valable pour l’étude de tous les phénomènes psychologiques et en donne des exemples avec ses propres travaux expérimentaux27 sur la mesure de la pensée publiés en 1862, tout en admettant ceci :

  • 28  W. Wundt, « Vorrede », p. XXIX.

c’est avant tout l’aspect sensoriel de la vie de l’âme qui offre les plus grandes perspectives d’examen expérimental. C’est donc par-là que l’on doit commencer. Des progrès ultérieurs apparaîtront alors naturellement d’eux-mêmes avec le développement des recherches28.

  • 29  G. T. Fechner, Elemente der Psychophysik (2 vol., 1re éd. 1860). Cf. S. Nicolas, « La fondation de (...)
  • 30  Fechner apparaît en psychologie comme un personnage tout aussi important que Wundt. Mais il est ju (...)
  • 31  W. Wundt, « Vorrede », p. XXX.
  • 32  Cf. C. R. Krauss, « Back to the Origins of the Repudiation of Wundt : Ostwald Külpe and Richard Av (...)

Il cite notamment les travaux29 importants de Gustav Theodor Fechner (1801-1887) sur la psychophysique sensorielle qui avaient récemment donné une puissante impulsion à ces recherches30. « Fechner a fait référence à cette loi, selon laquelle la sensation n’augmente pas en proportion directe avec le stimulus mais proportionnellement à l’augmentation relative de ce dernier, comme étant une loi psychophysique. »31 Pour Wundt la même loi devait pouvoir s’appliquer dans le domaine des activités mentales supérieures. Mais il va être forcé d’admettre par la suite que la psychologie ne doit pas être subordonnée à la physiologie, car en aucune manière tous les phénomènes psychologiques ne doivent être ramenés à une explication physiologique32.

  • 33  W. Wundt, Vorlesungen über die Menschen und Thierseele (1re éd. 1863-1864).
  • 34Idem, vol. II, 1864, p. 449.
  • 35  Wundt fait du terme Völkerpsychologie un usage original par rapport à des auteurs comme Herbart, L (...)

8C’est au cours des deux années suivantes (1863-1864) que Wundt fait paraître ses Leçons sur l’âme de l’homme et des animaux33 qui portent déjà en germes sa Völkerpsychologie. Contrairement à ce qu’il avait affirmé auparavant, il soutient maintenant que la méthode expérimentale ne peut pas s’appliquer à l’étude des fonctions mentales supérieures même si la psychologie doit essentiellement reposer sur le champ des recherches expérimentales et de la mesure quantitative. Pour Wundt, l’expérimentation est en psychologie le moyen essentiel qui conduit des faits de conscience à cet arrière-fond obscur où s’élabore la vie consciente. Mais il est nécessaire de compléter la méthode expérimentale empruntée aux sciences par la méthode d’observation historique et comparative qui apporte à la psychologie des faits d’un type nouveau. C’est par souci de concision qu’il rassemble ces approches sous le nom de Völkerpsychologie34, conscient que ce terme avait acquis récemment dans la littérature un sens bien précis, et quelque peu différent de celui qu’il utilise lui-même35.

9Wundt fait d’abord l’éloge de la méthode expérimentale qui permet d’étudier le phénomène proprement et de le mesurer avec précision. Le phénomène que la nature offre immédiatement à l’observation, ce sont les faits de conscience qui dépendent à l’origine d’impressions corporelles. C’est grâce à l’expérimentation que le psychologue peut ramener les phénomènes psychologiques à leurs éléments simples. Il peut ainsi étudier le mécanisme qui, dans les profondeurs inconscientes de l’âme, élabore les impulsions dérivées des impressions extérieures.

  • 36  W. Wundt, « Vorrede », p. V.

Dans la conscience, les actes psychiques sont très distincts les uns des autres : les désirs, les sentiments, les sensations, les idées nous sont donnés comme des modes d’activité distincts. Faut-il attribuer à chacune de ces activités un domaine séparé ? Faut-il diviser l’esprit unifié en d’innombrables entités individuelles qui travaillent indépendamment l’une à côté de l’autre36 ?

  • 37  Cf. S. Nicolas, Les Facultés de l’âme. Une histoire des systèmes.

Bien que les tenants de la doctrine courante des facultés fondamentales de l’âme37 aient procédé de cette manière, Wundt soutient l’idée qu’une science digne de ce nom doit viser à l’unité. Ce que la conscience connaît n’est que le résultat du travail de l’esprit réalisé dans les profondeurs de l’inconscient ; ce qui unit les phénomènes psychiques est en dehors de la conscience.

  • 38  W. Wundt, « Vorrede », p. V.

L’inconscient est le théâtre des phénomènes mentaux les plus importants. Partout la conscience suppose l’inconscient comme condition. La question pour la recherche est de savoir comment il est possible de descendre dans ce laboratoire secret où la pensée prend sa source invisible et comment il est possible de la décomposer en ce millier de fils qui servent à la tisser38.

L’expérimentation ne fait pas autre chose que faire apparaître à nos yeux ce fond inconscient qui se trouve sous les phénomènes.

  • 39Idem, p. VII.

Nous mesurons les fonctions psychiques par les effets qu’elles produisent ou qui les produisent, par les impressions sensorielles ou les mouvements du corps. Mais ce que nous déterminons par les expériences et la mesure, ce ne sont pas simplement ces effets extérieurs, ce sont les lois psychologiques elles-mêmes d’où résultent ces effets39.

  • 40  Cf. W. Wundt, « Neue Leistungen auf dem Gebiete der physiologischen Psychologie ».

La grande originalité du nouveau livre de Wundt est qu’il considère maintenant que la découverte de ces lois ne peut être réalisée uniquement avec le concours de la psychologie expérimentale, qui est une psychologie individuelle de nature psycho-physiologique40, mais doit faire intervenir d’autres méthodes applicables pour l’étude des fonctions mentales supérieures.

  • 41  Cf. W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 201.
  • 42  Cf. W. Wundt, « Neue Leistungen auf dem Gebiete der physiologischen Psychologie » ; W. Wundt, Grun (...)
  • 43  W. Wundt, « Vorrede », p. IX.

10C’est dans le second volume de son ouvrage Leçons sur l’âme de l’homme et des animaux que Wundt commence à développer l’idée que la Völkerpsychologie doit constituer un domaine à part de la psychologie générale consacré à l’étude des fonctions mentales supérieures à travers l’étude de la vie sociale. À cette époque, Wundt avait eu l’idée41 d’une complémentarité nécessaire entre la psychologie physiologique, qu’il entreprendra d’abord de développer42, et la Völkerpsychologie, car il pensait, d’une part, que la vie sociale ne pouvait pas se transposer dans le laboratoire et, d’autre part, que la conscience individuelle ne pourrait jamais appréhender l’étude des processus moraux. Contrairement à la position qu’il avait soutenue dans son précédent ouvrage (1862) concernant l’applicabilité de la méthode expérimentale à l’étude de tous les phénomènes psychologiques, il souligne maintenant (voir la préface du premier volume de son nouveau livre) que « là où l’expérimentation ne peut être appliquée, l’histoire a expérimenté pour le compte du psychologue »43, et il appuie son propos dans la préface de ce second volume en écrivant :

  • 44  W. Wundt, « Vorrede », p. III.

Les études des sentiments, des appétits et des actions, dont nous nous occuperons ici, s’appuient d’abord sur la théorie des processus mentaux inconscients formulée sur la base des études du premier volume. Cette théorie est le résultat principalement de l’analyse expérimentale de la sensation et de la perception. Le sentiment et la volonté sont trop fermement ancrés dans le subjectif ; même leurs causes sont généralement soustraites à toute vérification objective, de sorte que l’expérimentation ne peut jouer aucun rôle ici44.

  • 45  La présentation de la Völkerpsychologie apparaît dans les conférences n° 38 à 40 portant sur l’Éta (...)

Dans ce second volume, il proclame ainsi la nécessité de compléter la méthode expérimentale empruntée aux sciences par la méthode d’observation historique et comparative45. Mais il faudra attendre de nombreuses années avant qu’il ne développe plus avant ce domaine de la psychologie en étudiant plus spécifiquement le langage, les mythes et les mœurs au plan social.

L’œuvre physiologique de Wundt appréciée par les universitaires strasbourgeois

  • 46  Cf. W. Wundt, Lehrbuch der Physiologie des Menschen ; W. Wundt, Handbuch der medicinischen Physik.

11Bien que Wundt soit très intéressé par la possibilité de développer sa psychologie scientifique, il est encore contraint au cours des années 1860 de poursuivre son activité de recherche en physiologie, même s’il a la chance d’avoir l’autorisation de Helmholtz pour mener à bien des travaux pour son propre compte. Dès 1863-1864, il établit ainsi chez lui un petit laboratoire de physiologie, éditant à ses frais des ouvrages qui connurent un franc succès46 auprès des physiologistes et des médecins allemands. Cette renommée va attirer la curiosité de quelques médecins et physiologistes français.

  • 47  Cf. A. Hass, « Itinéraires internationaux. Perspectives sur les traductions des ouvrages du psycho (...)
  • 48  W. Wundt, Lehrbuch der Physiologie des Menschen. Traduction française annotée par H. Bouchard (187 (...)
  • 49  Archives de l’Université de Leipzig : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/
    Briefe/1001-1100/1060/30 (...)
  • 50  Cf. S. Nicolas et L. Ferrand, « Henry Beaunis (1830-1921) : A Physiologist Among Psychologists ».
  • 51  Cf. H. Beaunis et A. Bouchard, Nouveaux éléments d’anatomie descriptive et d’embryologie.
  • 52  P. Brouardel, « Bibliographie scientifique. Nouveaux éléments de physiologie humaine, par M. W. Wu (...)
  • 53  H. Bouchard, Préface à W. Wundt, Nouveaux éléments de physiologie humaine, tr. fr. Bouchard, 1872, (...)
  • 54  Archives de l’Université de Leipzig : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/
    Briefe/1301-1400/1381/36 (...)

12Certains enseignants de l’université de Strasbourg vont rapidement noter la qualité de ces ouvrages et proposer à Wundt d’en éditer une traduction française47. Le Lehrbuch der Physiologie des Menschen48, dont la première édition allemande date de 1865, vient d’être réédité avec des changements en 1868, lorsque Abel Bouchard (1823-1899) écrit personnellement à Wundt (lettre du 31 août 1869)49 dans le but d’obtenir l’autorisation exclusive d’une traduction de ce « traité de physiologie qui semble par sa concision et par sa parfaite exécution appelé à un grand avenir », afin de le mettre entre les mains des étudiants et des praticiens français. Ce professeur alsacien (maîtrisant parfaitement l’allemand) agrégé d’anatomie et de physiologie à la Faculté de médecine de Strasbourg, était connu en France notamment pour avoir fait paraître l’année précédente avec son collègue Henry Beaunis50 (1830-1921) un grand traité d’anatomie humaine et d’embryologie51. À cause de la frilosité des éditeurs parisiens et des malheureux événements qui allaient suivre (guerre franco-prussienne), il faudra attendre trois ans (1872) avant que la traduction française annotée par Bouchard sur la seconde édition allemande révisée et augmentée de 1868 soit enfin disponible en librairie. Ce livre, qui fut à plusieurs reprises remanié par Wundt dans ses éditions allemandes (2e éd. 1868, 3e éd. 1873, 4e éd. 1878), a été apprécié par les spécialistes du domaine qui le considéraient comme l’un des meilleurs ouvrages de la littérature médicale allemande de l’époque52. Dans la préface qu’il donne au livre, Bouchard note que « cet ouvrage nous a paru remarquable surtout par la force du raisonnement, par l’exactitude des conclusions, par l’absence de digression et par la clarté avec laquelle sont exposées toutes les données scientifiques et mathématiques sur lesquelles l’auteur s’appuie »53. La qualité de l’ouvrage sera encore soulignée quelques années plus tard par Ribot qui en reçoit personnellement la 4e édition de la part de son auteur (mai 1878)54 ; il en informera immédiatement les lecteurs de la Revue philosophique (juin 1878, vol. 5, p. 687) tout en soulignant l’importance et les nouveautés du livre.

  • 55  Cf. W. Wundt, Handbuch der medicinischen Physik. Traduction française avec de nombreuses additions (...)
  • 56  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Monnoyer à Wundt ; 13 septembre 1867) : NA Wundt/II (...)
  • 57Ibid.
  • 58  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Monoyer à Wundt, 11 octobre 1871) : NA Wundt/III/Na (...)
  • 59  Cf. W. Wundt, Traité élémentaire de physique médicale (traduit par le docteur F. Monoyer).
  • 60  Cf. J. Jeannel, « Analyse bibliographique : Traité élémentaire de physique médicale, par le docteu (...)

13L’autre ouvrage de Wundt, le Handbuch der medicinischen Physik55 publié en 1867, avait attiré l’attention d’un autre professeur de Strasbourg, alors chargé de cours de physique médicale à la faculté de médecine, le physicien et ophtalmologue Ferdinand Monoyer (1836-1912), futur inventeur de la dioptrie (1872), pour évaluer la « puissance » des verres des lentilles et d’une échelle optométrique pour la mesure de l’acuité visuelle (1875). Il écrit à Wundt le 13 septembre 1867 une longue lettre56 où il loue la qualité de son nouveau livre et lui demande l’autorisation d’en publier une traduction pour les lecteurs français. « Je serai heureux, pour ma part, de contribuer ainsi à diffuser en France les belles recherches de l’école allemande et à y faire apprécier en particulier le mérite d’un savant pour les travaux duquel je professe une grande estime. »57 Mais pour cet ouvrage également, les éditeurs français ne consentiront pas tout de suite à couvrir les frais de publication d’une traduction d’un livre allemand. Il faudra attendre la fin de la guerre franco-prussienne (1871) pour que la science française puisse enfin connaître et bénéficier de la qualité des travaux allemands de l’époque. Dans une lettre datée du 11 octobre 1871, Monoyer enverra à Wundt58 l’édition française enfin sortie des presses de l’éditeur J. B. Baillière59. On ne sait pas quel fut le sentiment de Wundt à l’égard de cette traduction qui ressemblait plus à un nouveau livre. Comme le note Julien Jeannel (1814-1896) dans l’Union médicale du 19 décembre 187160 :

  • 61L’Union médicale, 19 décembre 1871, 110, vol. 12, 3e série, p. 894.

L’auteur allemand était beaucoup trop exclusivement théorique, l’intelligent traducteur français a su donner à l’ouvrage le plus haut degré d’utilité pratique. On peut dire que ce livre, écrit dans le cabinet, M. Monoyer l’a fait sien dans son laboratoire, en y ajoutant les explications et les développements réclamés par les étudiants dont il dirigeait les manipulations. Il aurait pu, sans doute, en remaniant le texte original, et moyennant les additions que lui suggéraient son expérience du professorat, il aurait pu nous offrir l’œuvre sous son propre nom ; il s’est modestement contenté du rôle de traducteur61.

  • 62  Cf. W. Wundt, Traité élémentaire de physique médicale (traduit par le docteur F. Monoyer, édition (...)

14Une seconde édition de ce livre, revue et augmentée par Armand Imbert (1850-1922), fut publiée en 188462, une preuve supplémentaire de la qualité du contenu de l’ouvrage.

15Ces deux livres constituaient une préparation à la psychologie physiologique que Wundt était en train d’édifier méticuleusement. Comme ce fut le cas pour les éditions allemandes, les éditions françaises de ces deux ouvrages furent particulièrement soignées et connurent un certain succès au début des années 1870, ce qui contribua à la renommée de Wundt en tant que scientifique de valeur notamment dans les milieux médicaux français. Mais à partir de cette époque, c’est dans les domaines de la psychologie et de la philosophie que le savant allemand allait obtenir une reconnaissance méritée notamment grâce à la présentation qu’allait faire Théodule Ribot de ses écrits psychologiques.

Théodule Ribot introduit en France la psychologie de Wundt au cours des années 1870

  • 63  Cf. S. Nicolas et D. Murray, « Théodule Ribot (1839-1916), Founder of French Psychology : A Biogra (...)
  • 64  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Ribot à Wundt ; 12/12/1874) : NA Wundt/III/Nachlass (...)

16Au début des années 1870, Wundt poursuivait son enseignement et ses recherches en physiologie et fut même promu professeur extraordinaire (1871) à Heidelberg, en remplacement de Helmholtz après son départ pour l’Université de Berlin. Jusqu’ici la France n’avait connaissance que de l’œuvre strictement physiologique de Wundt à travers les traductions de ses deux principaux ouvrages sur le sujet. Personne n’avait encore réellement parlé de ses écrits psychologiques, notamment ceux de 1862 et 1863. C’est le philosophe et psychologue Théodule Ribot63 (1839-1916) qui va faire connaître en France la pensée de Wundt en rédigeant une série d’articles sur sa psychologie qui vont paraître entre 1874 et 1875 dans la Revue Scientifique dirigée par Émile Alglave (1842-1929). D’ailleurs, Ribot informe personnellement64 Wundt de la publication à venir de divers articles sur sa psychologie tirés notamment de son ouvrage de 1863 Vorlesungen über die Menschen und Thierseele.

Paris, 12 décembre 1874
Très honoré Monsieur,
Vous recevrez avec cette lettre un article de la Revue Scientifique, sur la mesure des sensations, composé en grande partie d’après vos Vorlesungen über die Menschen und Thierseele.
Je viens de finir un long article (50 pages) contenant l’exposition complète de votre Psychologie, d’après les Vorlesungen. Enfin, je me prépare à faire connaître votre récent ouvrage Grundzüge der physiologischen Psychologie. Tous ces travaux seront publiés dans la Revue Scientifique et donneront ainsi une exposition à peu près complète de votre psychologie.

Je m’estime très heureux d’être le premier à faire connaître en France vos travaux psychologiques. Je souhaite qu’ils soient traduits et j’ai cherché déjà plusieurs fois à vous trouver un traducteur. Je m’en serais chargé moi-même, si je n’étais pas accablé par d’autre travail.
Recevez, monsieur, l’assurance de ma sincère admiration.
Prof. Th. Ribot
Agrégé de philosophie. Docteur ès lettres
63. Rue Monsieur le Prince

PS. Excusez-moi de vous écrire en français. Mon allemand serait trop mauvais.

  • 65  Th. Ribot, « La psychologie physiologique en Allemagne : La mesure des sensations ».
  • 66  J. Tannery, « À propos du logarithme des sensations (I) ».
  • 67  Th. Ribot, « Réponse à propos du logarithme des sensations ».

17L’article de Ribot publié dans la Revue scientifique du 12 décembre 187465 et envoyé à Wundt le jour même de sa parution portait sur la mesure des sensations dans l’optique de Fechner. Mais la publication de ce texte, par ailleurs très clair et très informé sur le sujet, va être à l’origine, au début de l’année suivante, d’une controverse. Celle-ci fut déclenchée par une lettre anonyme66 publiée dans la Revue Scientifique du 13 mars 1875 par un jeune philosophe et mathématicien français du nom de Jules Tannery (1848-1910). La question de fond posée par Tannery était celle de savoir s’il ne fallait pas plutôt considérer les sensations comme des qualités et non comme des quantités, auquel cas la psychophysique ne pouvait plus s’appuyer sur des relations d’ordre mathématique et la loi logarithmique de Fechner n’avait plus aucun sens. Vu l’importance du sujet, le directeur de la Revue scientifique, Émile Alglave (1849-1928), rédige une lettre (19 mars 1875) destinée à Wundt et lui demandant s’il serait intéressé de répondre à la critique de Tannery à laquelle avait déjà répondu Ribot67. Il écrit ainsi à Wundt une première fois :

  • 68  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Ribot à Wundt, 19 mars 1875) : NA Wundt/III/Nachlas (...)

Monsieur,
Je vous fais envoyer deux exemplaires du dernier numéro de la Revue scientifique, où vous trouverez une lettre critiquant la loi psycho-physique que vous avez déterminée. Je serais très heureux si vous jugiez utile d’y répondre soit sous forme d’article soit sous forme de lettre, comme était la critique68

Puis une nouvelle lettre quelques jours plus tard :

  • 69  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Ribot à Wundt, 24 mars 1875) : NA Wundt/III/Nachlas (...)

Monsieur,
Je viens de recevoir de M. Delboeuf, sous forme de lettre, une réponse d’une certaine étendue aux critiques adressées à la loi de Fechner. Je puis, si vous le désirez, vous en communiquer une épreuve. Je désirerais très vivement, comme je vous l’écrivais il y a quelques jours, pouvoir publier une réponse de vous en même temps que celle de M. Delboeuf69

  • 70  J. Delboeuf, « La mesure des sensations (I) et (II) : Réponses à propos du logarithme des sensatio (...)
  • 71  W. Wundt, « La mesure des sensations : Réponses à propos du logarithme des sensations ».
  • 72  J. Tannery, « A propos du logarithme des sensations (II). »
  • 73  Cf. W. Wundt, « Zur Erinnerung an Gustav Theodor Fechner. Worte gesprochen an seinem Sarge am 21.  (...)
  • 74  Cf. G. T. Fechner, In Sachen der Psychophysik ; G. T. Fechner, Revision der Hauptpunkte der Psycho (...)
  • 75  Cf. D. J. Murray, « Fechner’s Later Psychophysics » ; D.  J. Murray, « A Perspective for Viewing t (...)
  • 76  Cf. H. Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience, chapitre I.
  • 77  W. W. Meissner, « The Problem of Psychophysics : Bergson’s Critique ».

18Si le savant belge Joseph Delboeuf (1831-1896) fit bonne contenance face à son contradicteur sur le terrain mathématique70, il ne résolut pas la question de fond posée par Tannery. Wundt donnera suite à cette demande et écrira une réponse71 où il défendra la mesurabilité des sensations sans toutefois convaincre son interlocuteur72. Wundt protégera73 toujours Fechner qui s’emploiera pendant des années à défendre sa loi logarithmique74 dans le domaine des sensations et ne s’élèvera jamais contre sa psychophysique malgré les multiples critiques75. Quelques années plus tard, Henri Bergson (1859-1941) reprit à son compte, dans l’Essai sur les données immédiates de la conscience76, les objections de Jules Tannery et les poussa avec tant d’habileté dialectique, tant de finesse d’analyse77 que, pour la grande majorité des philosophes et des psychologues français, la cause parut dès lors définitivement entendue : Fechner et ses émules avaient bien perdu leur temps ; ils avaient travaillé à la solution d’un problème totalement dépourvu de sens.

  • 78  Th. Ribot, « La psychologie allemande contemporaine : M. Wilhelm Wundt ».
  • 79  W. Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie (1re éd. 1874).
  • 80  Th. Ribot, « La psychologie physiologique en Allemagne : M. W. Wundt ».
  • 81  W. Wundt, Über die Aufgabe der Philosophie in der Gegenwart. Cf. R. Lenoir, « Lettres de Théodule (...)
  • 82  W. Wundt, « Sur la mission de la philosophie dans le temps présent ».
  • 83  Cf. J. Thirard, « La fondation de la Revue philosophique » ; L. Mucchielli, « Aux origines de la p (...)
  • 84  Th. Ribot, La Psychologie allemande contemporaine (1re éd. 1879).
  • 85  Cf. Th. Ribot : « Influence de la philosophie sur les sciences expérimentales » (à propos de W. Wu (...)
  • 86  Par exemple, W. Wundt, « Sur la théorie des signes locaux ».

19C’est encore dans la Revue scientifique que va être publiée une série d’articles rédigés par Ribot sur la psychologie de Wundt. Dans sa lettre du 12 décembre 1874 à Wundt (voir plus haut), Ribot avait parlé d’un long article78 à paraître sur la psychologie du savant allemand d’après les Vorlesungen über die Menschen und Thierseele (1863). Il avait également mentionné la publication récente de ses Grundzüge der physiologischen Psychologie (1874)79 pour lesquels il fournira par ailleurs une longue analyse80 à la fin de l’année 1875. Durant cette période, de grands changements étaient survenus dans la carrière de Wundt. Insatisfait de sa position académique, il avait accepté un poste de professeur de philosophie à Zurich (1874) puis à Leipzig (1875) où il restera jusqu’à la fin de sa carrière. Suite à la lettre du 12 décembre 1874, Wundt avait répondu aimablement à Ribot et lui avait envoyé son discours d’ouverture81 à la chaire de philosophie inductive de Zurich. La traduction française de ce discours82 est publiée quelque temps plus tard dans le deuxième fascicule de la toute nouvelle revue que Ribot fonde en 1876, la Revue philosophique de la France et de l’étranger, grâce à l’appui de son ami Félix Alcan (1841-1925)83. Cette revue donnera par la suite une grande place à l’œuvre de Wundt à laquelle Ribot s’intéresse de très près, conscient qu’un nouveau mouvement philosophique et psychologique était en train de naître. Il est vrai que Ribot va rester en relation épistolaire avec Wundt durant de longues années, et le visitera même en juillet 1879, l’année même de la fondation du laboratoire de psychologie de Leipzig et de la parution de son volume sur la psychologie allemande contemporaine84 où il présente la psychologie de Wundt en reprenant en grande partie le texte de ses articles publiés dans la Revue scientifique de 1875. Si lui-même rédige pour sa revue des analyses sur certains écrits de Wundt85 et fait paraître certains de ses articles en français86, il pousse quelques-uns de ses amis et collaborateurs à s’intéresser plus avant à l’œuvre du savant allemand.

La traduction française des Grundzüge der physiologischen Psychologie : Une présentation de la psychologie expérimentale de Wundt

  • 87  W. Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie.
  • 88  Cf. S. F. Araujo, Wundt and the Philosophical Foundations of Psychology : A Reappraisal.
  • 89  Cf. S. F. Araujo, « Why Wundt Abandon his Early Theory of the Unconscious ? Towards a New Interpre (...)
  • 90  Cf. H. M. Wontorra, Frühe apparative Psychologie ; H. M. Wontorra, « Early Apparatus-based Experim (...)

20Le chef-d’œuvre de la psychologie expérimentale de Wundt est représenté par ses Grundzüge der physiologischen Psychologie87, dont la première édition en un seul volume date de l’année 1874. Il y expose notamment les méthodes et les fondements physiologiques de la psychologie et n’examine en détail que les secteurs de la psychologie qui peuvent être expliqués de cette manière. La psychologie physiologique est spécifiquement concernée par l’étude des phénomènes mentaux élémentaires, en partant des processus physiologiques auxquels ils sont liés (mais la physiologie ne peut expliquer tous les phénomènes mentaux, car il existe une causalité psychologique). La grande nouveauté qui est ici introduite par Wundt dans son nouvel ouvrage sur les fondements de la psychologie physiologique, c’est qu’il ne soutient plus l’hypothèse, avancée en 1863 dans ses Leçons, de l’existence de processus mentaux inconscients en tant que déterminants des états conscients. Il rejette88 ici l’idée d’un inconscient psychologique et admet l’existence de degrés de conscience89. L’inconscient est d’ordre purement physiologique, et les représentations soi-disant inconscientes deviennent maintenant de simples dispositions mentales de nature psycho-physiologique. Si la perception était considérée par Wundt dans ses anciens écrits comme étant issue d’un processus inconscient ayant pour point de départ les sensations élémentaires, il considère maintenant la perception comme étant une synthèse psychologique des sensations conduisant à des représentations conscientes (ce qui est hors de la conscience est d’ordre physiologique). L’analyse psychologique conduit ainsi à la description de ces éléments de conscience (les représentations, y compris les perceptions) et des conditions physiologiques qui précédent le processus de synthèse mentale à partir des sensations (pour garantir son indépendance à la psychologie, Wundt a cherché tout naturellement à limiter les « éléments » au plus petit nombre possible, puisque ce n’est que pour les éléments, et non pour leur synthèse, qu’est nécessaire un corrélatif physiologique). La psychologie expérimentale, qui utilise l’expérimentation comme méthode et des appareils spéciaux90, devient ainsi une psychologie physiologique. Cependant, comme les bases physiologiques ne nous sont pas totalement connues, la psychologie expérimentale (physiologique) doit devenir une science à part entière si elle veut revendiquer une position scientifique indépendante. Elle va donc s’intéresser non seulement aux sensations et aux perceptions sensorielles, mais aussi aux représentations mentales.

  • 91  Th. Ribot, « La psychologie physiologique en Allemagne : M. W. Wundt ».
  • 92  E. von Hartmann, La Philosophie de l’inconscient (traduction en 1877 et introduction par D. Nolen)
  • 93  Cf. D. Nolen, L’Histoire du matérialisme de Lange.
  • 94  Cf. F. Picavet, « Nécrologie : Désiré Nolen ».
  • 95  Cf. D. Nolen, « La psychologie nouvelle ».
  • 96  Archives de l’Université de Leipzig (Lettres de Rouvier à Wundt ; 25 juin 1878, 24 avril 1879, 18  (...)
  • 97  W. Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie (2e éd. 1880 en 2 vol.).
  • 98  Cf. W. Wundt, Éléments de psychologie physiologique (2 vol.). Traduction française sur la seconde (...)
  • 99  Cf. A. Hass, « Itinéraires internationaux. Perspectives sur les traductions des ouvrages du psycho (...)

21Ce livre connut un succès considérable si l’on en juge par les multiples rééditions (6 en tout) remaniées et complétées jusqu’au début du siècle ; le nombre de volumes passera de 1 à 3 en l’espace d’une quarantaine d’années. Au cours des années 1870, l’écrit principal de Wundt dans le domaine de la psychologie expérimentale attira l’attention, suite à la parution de la longue analyse qu’en avait donnée Ribot91 en 1875 pour la Revue scientifique, d’un spécialiste français de la philosophie allemande traducteur de la philosophie de l’inconscient92 de Hartmann et auteur d’une récente étude sur l’histoire du matérialisme de Lange93, Pierre Désiré Nolen (1838-1904)94, alors chargé de cours de philosophie à la faculté des lettres de Montpellier qui dans son enseignement avait répandu les idées philosophiques et psychologiques du maître de Leipzig95. Collaborateur de Ribot pour la revue des périodiques allemands publiée périodiquement dans la Revue philosophique, Nolen avait contacté Wundt pour l’informer de son désir de faire traduire par un de ses anciens élèves et ami, Elie Rouvier, les Grundzüge der physiologischen Psychologie dans sa première édition de 1874. À cette époque l’éditeur parisien Charles Reinwald (1812-1891) s’était spécialisé dans la traduction des œuvres allemandes contemporaines dans le domaine du matérialisme scientifique. C’est tout naturellement que Nolen avait demandé à son collaborateur Rouvier de s’adresser au cours du premier semestre 1878 à Reinwald pour la publication de l’édition française des Grundzüge. Mais les discussions avec l’éditeur furent longues et complexes car le traducteur était en attente96 des épreuves de la seconde édition remaniée et très augmentée de l’ouvrage prévu pour publication au cours de l’année 188097. Il fallut attendre encore quelques années avant que la traduction française ne soit publiée ; l’éditeur Reinwald ayant renoncé à la publication des deux volumes du livre pour des questions financières, c’est l’éditeur parisien Alcan qui fit paraître en 1886 l’ouvrage tant attendu98 avec une introduction de D. Nolen. Mais il semble que Wundt ne fut guère satisfait99 au final de cette traduction française, sentiment d’ailleurs partagé par quelques germanistes français de l’époque.

  • 100  Th. Ribot, « Analyse de l’ouvrage de W. Wundt (1880) ».
  • 101  F. Pillon, « Analyse de l’ouvrage de W. Wundt, Éléments de psychologie physiologique », p. 400.
  • 102  B. Bourdon, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1887). Grundzüge der physiologischen Psychologie (...)
  • 103  V. Henri, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1893). Grundzüge der physiologischen Psychologie (4(...)
  • 104  H. Piéron, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1902-1903). Grundzüge der physiologischen Psycholo (...)
  • 105  W. Wundt, Grundriss der Psychologie.

22Ribot ne mentionna qu’en passant dans le dernier numéro de l’année 1885 de la Revue philosophique (p. 665) dont il avait la charge la parution récente de la traduction française du livre de Wundt par Rouvier d’après la seconde édition allemande de 1880, mais il est vrai qu’il avait fait lui-même quelques années auparavant100 une présentation étendue de cette nouvelle édition en indiquant les changements qui y avaient été apportés. L’intérêt de cette parution fut souligné dans divers recueils périodiques, et sous la plume de François Pillon (1830-1914), dans la Critique philosophique, il est noté que la « psychophysiologie de Wundt [vient] appuyer de ses inductions les doctrines idéalistes et criticistes »101 alors que les positivistes de l’école de Littré avaient vu dans ce livre de nombreux éléments en faveur d’une véritable philosophie scientifique. Le succès de l’ouvrage ne se fera pas démentir en Allemagne puisque de nouvelles éditions réactualisées virent le jour et furent présentées dans les revues françaises, surtout par les psychologues qui avaient connu Wundt à Leipzig ou par ceux qui maîtrisaient son œuvre expérimentale. Ainsi, Benjamin Bourdon (1860-1943) réalisera une analyse détaillée de la troisième édition de 1887102 publiée dans la Revue philosophique de Ribot, Victor Henri (1872-1940) donnera une présentation de la quatrième édition de 1893103 et Henri Piéron (1881-1964) se chargera de l’analyse de la cinquième édition de 1902-1903104 en trois volumes. Globalement, néanmoins, la psychologie expérimentale de Wundt, centrée uniquement sur l’étude des fonctions mentales élémentaires, ne va pas attirer l’intérêt de beaucoup de chercheurs français dans le domaine. Seule la méthode expérimentale préconisée par son auteur sera célébrée, et pour cela Wundt sera considéré comme la figure fondatrice de la nouvelle science psychologique dans une perspective structuraliste. Quelques années plus tard (1896), Wundt fournira une synthèse des résultats de cette psychologie expérimentale dans un ouvrage de référence destiné à l’enseignement105.

Les Philosophische Studien de Wundt : une émanation à partir de 1881 des travaux du laboratoire de Leipzig exposés par la jeune génération des psychologues français

  • 106  G. Séailles, « Les méthodes psychologiques et la psychologie expérimentale ».
  • 107  W. Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie (2e éd. en 2 vol.).
  • 108  Cf. G. Séailles, « L’enseignement en Allemagne ».

23C’est le jeune philosophe et normalien Gabriel Séailles (1852-1923), futur professeur d’histoire de la philosophie à la Sorbonne au tournant du siècle, qui présentera dans la Revue philosophique de Ribot le contenu du premier fascicule106 (publié en 1881) de la toute nouvelle revue du laboratoire de psychologie de Leipzig : les Philosophische Studien. Ayant obtenu en 1881 une bourse de voyage pour l’Allemagne et ayant côtoyé Wundt à Leipzig en assistant à son enseignement de psychologie physiologique (qui s’appuyait sur son récent ouvrage sur le sujet paru en deux volumes107) durant l’hiver 1881-1882108, il était tout désigné pour réaliser une analyse serrée de cette nouvelle revue, la première du genre.

24Si le premier numéro des Philosophische Studien paraît en 1881, les fascicules suivants verront le jour de manière irrégulière au cours des deux années suivantes (il est à noter que le premier volume de cette revue publié en 1883 rassemblera les quatre fascicules des années 1881-1883). On peut être surpris du titre donné à la nouvelle publication (le titre de la revue restera inchangé pendant plus de 20 ans) car il pose question : pourquoi qualifier la revue de « philosophique » alors qu’il s’agit de l’émanation de travaux d’un laboratoire de psychologie expérimentale ? Il ne s’expliquera clairement à ce sujet que lors du changement de titre annonçant la nouvelle série (« Psychologische Studien » à partir de 1905) :

  • 109  W. Wundt, « Schlusswort des Herausgebers », p. 793.

En attribuant le titre de « Études philosophiques » à ces brochures, alors que leur contenu était initialement axé sur un programme psychologique, l’éditeur [Wundt] a choisi un titre qui ne correspondait pas parfaitement au contenu et qui avait un double sens, reflétant ainsi une intention de combat. Ceci devait indiquer aux chercheurs des sciences naturelles et tout particulièrement aux physiologistes, qui gardaient encore une conception dédaigneuse et sceptique sur tout ce qui se rapportait à la philosophie, que la philosophie est, autant que n’importe quel champ de la recherche scientifique, à considérer comme une science sérieuse […]. Ce titre devait également faire prendre conscience aux philosophes, que la psychologie, que l’on compte parmi la philosophie ou pas, est, du moins pour le philosophe, un enseignement préparatoire, dont il ne devrait pas se priver, à condition qu’elle s’exerce en utilisant les moyens et l’esprit des méthodes exactes109.

Malgré le titre, la prédominance du contenu psychologique sera manifeste. Néanmoins l’objectif de Wundt en 1881 n’avait pas été d’ouvrir un lieu de discussion, dans lequel les représentants de tous les points de vue philosophiques auraient pu présenter leurs opinions à leur guise, mais plutôt de porter l’attention sur le développement de la psychologie expérimentale même si des incursions dans d’autres domaines de la philosophie, en particulier dans celui de la théorie de la connaissance et de la théorie des sciences, furent les bienvenues.

  • 110  W. Wundt, « Ueber psychologische Methoden ».
  • 111  Cf. M. A. Tinker, « Wundt’s Doctorate Students and Their Theses 1875-1920 » ; S. Fernberger, « Wun (...)
  • 112  W. Wundt, « Die Aufgaben der experimentellen Psychologie ».
  • 113  Cf. W. Wundt, « Über die Messung psychischer Vorgänge » et « Weitere Bemerkungen über psychische M (...)

25C’est dans le premier numéro de 1881 des Philosophische Studien que Wundt110 va exposer de façon très claire les méthodes de la psychologie expérimentale. Ce texte peut être considéré comme une introduction à cette nouvelle science dont il allait devenir le fondateur et qui allait attirer à Leipzig de nombreux jeunes chercheurs allemands et étrangers, notamment au cours des années 1879 à 1900, afin de réaliser des expériences et soutenir des thèses, dont certaines vont marquer de leur empreinte l’histoire de la psychologie scientifique naissante111. Pour Wundt, l’objectif de la psychologie expérimentale est triple. Premièrement, on doit déterminer quels sont les éléments qui composent notre conscience ainsi que leurs caractéristiques qualitatives et quantitatives. Ensuite, on doit étudier la manière dont ces éléments se combinent les uns avec les autres pour conduire aux contenus actuels de la conscience. Enfin, il s’agit de découvrir les relations de coexistence et d’enchaînement qui régissent habituellement les processus internes. Il est à noter que ces objectifs ont été atteints pour les phénomènes mentaux simples qui dépendent des objets extérieurs et avec lesquels notre conscience est associée. Les trois problématiques énoncées ci-dessus correspondent selon Wundt à trois classes différentes de méthodes, qui sont décrites de la manière suivante : (1) les méthodes psychophysiques (au sens strict du terme), (2) les méthodes d’analyse des perceptions sensorielles, et (3) les méthodes de mesure du temps psychologique (temps de réaction). C’est à ces méthodes que Wundt consacre un long développement, montrant ainsi l’importance de la psychologie expérimentale112 pour le développement de cette science malgré les critiques (auxquelles Wundt a répondu113) dont elle faisait l’objet à l’époque.

  • 114  W. Wundt, « Hypnotismus und Suggestion ».
  • 115  Cf. R. Plas, « De la vivisection morale et intellectuelle : L’hypnotisme comme moyen d’investigati (...)
  • 116  Cf. J. Carroy et R. Plas, « La méthode pathologique et les origines de la psychologie française au (...)
  • 117  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de F. Alcan à Wundt) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm W (...)
  • 118  Archives de l’Université de Leipzig : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/ 1601-1700/1664/2 (...)
  • 119  W. Wundt, Hypnotisme et Suggestion : étude critique (traduit de l’Allemand par A. Keller). 

26Le contenu des différents fascicules des Philosophische Studien de Wundt, qui paraîtront au fil des années toujours de façon irrégulière au gré de ses propres travaux et ceux de ses étudiants et collaborateurs, sera présenté de manière anonyme pendant près de douze ans dans la Revue philosophique. Le plus souvent, il s’agit d’un résumé rapide de chaque article publié dans la revue, et il est fort probable que c’est Ribot lui-même qui a rédigé tous les textes durant cette période. Un indice est fourni par le résumé de l’article de Wundt portant sur la question de l’hypnotisme et de la suggestion114 (voir Revue Philosophique, 1892, vol. 34, p. 557-558) où celui-ci est qualifié entre parenthèses par l’auteur anonyme de texte long et important. Il est vrai que Wundt dans cet article critique la méthode hypnotique, introduite et développée en France115, comme procédé expérimental d’investigation du psychisme humain116. Ribot avait écrit personnellement à Wundt pour lui demander l’autorisation de publier la traduction de cet article, qui avait reçu un tirage sous forme d’ouvrage la même année (1892) chez l’éditeur allemand Engelmann. Wundt répondra à Ribot le 27 juillet 1892 en donnant son consentement. L’éditeur et ami de Ribot, Félix Alcan, proposera à Wundt dans une lettre datée du 9 août117 d’en publier la traduction sous forme d’ouvrage pour la collection Bibliothèque de philosophie contemporaine avec des droits d’auteur pour l’édition française de 10 pourcents sur les ventes. Alcan fera appel à l’un de ses traducteurs agréés (A. Keller) dès septembre 1892 (lettre du 17 septembre d’Alcan à Wundt)118. Il s’agit du second livre de psychologie de Wundt traduit en français durant cette période ; il paraîtra en 1893 sous le titre Hypnotisme et suggestion : Étude critique119.

  • 120  Cf. S. Nicolas, « Qui était Victor Henri (1872-1940) ? ».
  • 121  Cf. S. Nicolas, D. Gras, et J. Segui, « Alfred Binet et le laboratoire de psychologie de la Sorbon (...)
  • 122  Cf. S. Nicolas, « Henry Beaunis (1830-1921) : Directeur-fondateur du laboratoire de Psychologie Ph (...)
  • 123  V. Henri, « Les laboratoires de psychologie expérimentale en Allemagne ». Cf. S. Nicolas, M. E. Ba (...)
  • 124  V. Henri, « Revue générale de psychophysique (I, II, III, IV, V) ».
  • 125  Cf. S. Nicolas, J. Segui et L. Ferrand, « L’Année Psychologique : History of the Founding of a Cen (...)
  • 126  V. Henri, « Analyse de l’ouvrage de W. Wundt – Grundriss der Psychologie ».
  • 127  W. Wundt, Grundriss der Psychologie (1re éd. 1896).
  • 128  Cf. S. Nicolas, 12 leçons illustrées d’histoire de la psychologie.
  • 129  Cf. M. Foucault, La Psychophysique.
  • 130  Cf. M. Foucault, « Revue des périodiques étrangers (I, II, III, IV, V). Les Philosophische Studien(...)
  • 131  B. Bourdon, « Revue critique. Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1900). Völkerpsychologie. Erster (...)

27C’est à partir de l’année 1894 que des spécialistes français en psychologie expérimentale vont présenter les travaux contenus dans les Philosophische Studien de Wundt sous forme de revues générales très bien documentées. Le premier contributeur fut Victor Henri (1872-1940)120, un élève d’Alfred Binet (1857-1911) depuis 1892. Ayant entrepris des études scientifiques supérieures à la Sorbonne, c’est par l’intermédiaire de Ribot qui enseigne à cette époque la psychologie expérimentale et comparée au Collège de France qu’il rencontre Binet, alors directeur adjoint du récent laboratoire de psychologie121 de la Sorbonne fondé par le physiologiste nancéen Henry Beaunis (1830-1921)122 qui a souligné dans ses mémoires inédits avoir contacté personnellement Wundt pour l’établissement de son laboratoire à Paris et l’achat des instruments nécessaires aux expérimentations. Intéressé par la question de la localisation des sensations tactiles, Henri est accueilli à de nombreuses reprises, notamment d’octobre 1894 à mars 1896, à Leipzig au laboratoire de Wundt pour poursuivre ses travaux sur le sens tactile (mais il quittera le laboratoire de Wundt par la suite pour celui de G. E. Müller à Gottingen). C’est dans ce contexte qu’Henri fournit en 1893 à la Revue philosophique une fameuse description123 du laboratoire de psychologie de Leipzig et qu’il entre en collaboration avec Ribot pour réaliser jusqu’au tournant du siècle des comptes rendus124 très détaillés et critiques des travaux scientifiques de Wundt et ses élèves. On doit beaucoup à Henri d’être celui qui a fait connaître en France l’œuvre scientifique de Wundt et de ses élèves au cours des années 1890 non seulement dans les volumes de la Revue philosophique mais également dans les volumes de la toute nouvelle Année psychologique125 fondée et dirigée par Binet dont le premier tome sortira des presses en 1895. À travers ses analyses, Henri semble montrer que la psychologie expérimentale de Wundt, d’orientation structurale, est déjà quelque peu dépassée à cette époque comme l’atteste la courte analyse critique126 qu’il donne au nouveau précis de psychologie (Grundriss der Psychologie)127 de Wundt destiné à l’enseignement, car d’autres orientations de recherche plus axées sur l’étude des différences individuelles se faisaient maintenant jour en cette fin de siècle128. Après la réorientation d’Henri vers des études de physiologie et de chimie, c’est Marcel Foucault (1865-1945), connu en France pour ses travaux sur la psychophysique de Fechner dont il a fait son sujet de thèse de doctorat en 1901129, qui va poursuivre l’instruction des lecteurs de la Revue philosophique sur les travaux de Wundt et de son école de Leipzig130 notamment à travers les analyses des Philosophische Studien puis des Psychologische Studien à partir de 1905, à une époque où Benjamin Bourdon et Henri Lachelier131 s’occuperont plus particulièrement de la présentation de quelques nouveaux ouvrages de Wundt.

Henri Lachelier fait connaître en France au cours des années 1880-1890 la philosophie et la métaphysique de Wundt

  • 132  Parmi eux, on trouve notamment Henri Lachelier, Gabriel Séailles, Célestin Bouglé, Lucien Herr, Em (...)
  • 133  H. Lachelier, « Université de Heidelberg. Enseignement de la philosophie ».
  • 134  H. Lachelier, « L’enseignement de la philosophie dans les universités allemandes ».
  • 135  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Ribot à Wundt, 30 octobre 1879) : NA Wundt/III/Nach (...)
  • 136  H. Lachelier, « La théorie de la connaissance de Wundt ».
  • 137  W. Wundt, Logik : eine Untersuchung der Principien der Erkenntniss und der Methoden wissenschaftli (...)
  • 138  W. Wundt, Die physikalischen Axiome und ihre Beziehung zum Causalprinzip. Ein Capitel aus einer Ph (...)
  • 139  H. Lachelier, « Théorie du jugement et du raisonnement déductif dans la “Logique” de Wundt ».
  • 140  W. Wundt, Logik, op. cit. (2e éd. 1893).

28Après la défaite française de 1871, le ministère de l’Instruction publique avait pris l’habitude d’envoyer en Allemagne, pour y étudier le pays et y suivre le travail scientifique, les jeunes agrégés parmi les plus prometteurs. Des jeunes philosophes français qui ont côtoyé Wundt132, souvent sous les conseils de Ribot, une mention toute particulière doit être accordée à Henri Lachelier (1856-1926), le fils de Jules Lachelier (1832-1918). Ancien élève de l’École Normale Supérieure (1875-1878) et agrégé de philosophie, il obtient une bourse de voyage pour l’Allemagne (1878-1880) avant d’enseigner dans plusieurs lycées de province puis à Paris après 1886. C’est durant ses divers séjours outre-Rhin qu’il va fournir des informations importantes sur l’enseignement de la philosophie dans diverses universités allemandes, notamment Heidelberg133 et Leipzig134. Lors de son voyage à Leipzig (juillet 1879) mentionné plus haut, Ribot avait rencontré personnellement Wundt et demandé à Lachelier qui se trouvait là de se charger de rendre compte pour la Revue Philosophique du cours de logique professé par le maître allemand135. L’article136 de Lachelier portant sur la théorie de la connaissance de Wundt, basé sur les cours suivis à Leipzig ainsi que sur le contenu de la troisième partie du récent livre de Wundt sur la logique137 publié en 1880, paraîtra un an plus tard (1881). Dans cet article, Lachelier offre une analyse rapide de la théorie de Wundt sur la Substance et la Cause, et par là même nous donne une idée générale de sa théorie de la connaissance, dont le point de départ date d’un écrit de 1866138, qui est au fond profondément kantienne dans l’esprit (à savoir que l’expérience est le produit d’une élaboration que la Pensée, conçue comme une activité logique, fait subir aux données sensorielles) tout en critiquant dans le détail le système de Kant. On peut en effet considérer la nouvelle philosophie critique et scientifique représentée par Wundt comme une branche du néo-kantisme, bien qu’à peu près toutes les théories particulières de Kant (sur le temps, l’espace, la substance, la cause, la finalité) soient combattues ou transformées par Wundt de manière à les rendre méconnaissables. Quelques années plus tard, Lachelier139 exposera la seconde partie du livre de Wundt portant sur la logique formelle140 dans son édition remaniée de 1893 (la première partie de la Logik de Wundt était consacrée à la présentation de la psychologie des facultés par lesquelles l’homme connaît et contenait un exposé de sa théorie de l’association).

  • 141  Cf. S. Nicolas, Histoire de la philosophie en France au xixe siècle. Naissance de la psychologie s (...)

29Dans sa correspondance avec Wundt, Lachelier l’informe (24 novembre 1880) qu’il est maintenant au Lycée de Troyes où il enseigne en commençant, comme c’était alors l’usage en France141, par la psychologie et qu’il nourrit ses leçons du cours qu’il a suivi à Leipzig.

  • 142  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Lachelier à Wundt, 24 novembre 1880) : NA Wundt/III (...)

Peut-être avez-vous entendu dire que le Conseil de l’Instruction publique avait remanié le cours de philosophie, de manière à faire leur place aux nouveaux progrès de la psychologie. C’est donc pour moi une excellente occasion de mettre votre enseignement à profit et d’en importer en France tout ce qui est à la portée d’élèves de lycées142.

Lachelier confirmera auprès de Wundt son désir de rester en relation épistolaire avec lui et poursuivre l’étude de son œuvre. En effet, Lachelier se tiendra informé de l’évolution de sa pensée par la lecture des Philosophische Studien qu’il reçoit directement de son libraire à Leipzig, mais il a des difficultés à comprendre certains aspects des travaux scientifiques de Wundt et ceux de ses élèves.

30Il écrit ainsi à Wundt le 14 février 1883 :

  • 143  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Lachelier à Wundt, 14 février 1883) : NA Wundt/III/ (...)

Je crois comme vous que la psychologie et la théorie de la connaissance sont les parties les plus intéressantes de la philosophie et les seules qui puissent être traitées scientifiquement. Je voudrai en faire l’objet de mes travaux, seulement je regrette tous les jours que le genre d’études philosophiques que l’on nous fait faire en France, à l’École Normale de Paris, ne m’ait pas plus familiarisé avec les sciences mathématiques et surtout expérimentales143.

  • 144  Cf. W. Wundt, « Über psychologische Methoden », et « Die Aufgaben der experimentellen Psychologie  (...)

31En outre, Lachelier s’interroge pour la psychologie sur la méthode à suivre en matière de recherche. Doit-elle être traitée à peu près par la même méthode que les autres sciences ? Pour Wundt144, il s’agit d’isoler par analyse les éléments dont se composent nos états de conscience, et de chercher comment ces éléments s’unissent en eux et quels sont leurs rapports de coexistence et de succession. Lachelier souligne dans sa lettre que Wundt considère que cette étude doit être faite en suivant une méthode strictement objective (aucune valeur n’étant accordée à la méthode introspective ou subjective). Ainsi la méthode expérimentale objective est la seule manière d’étudier avec exactitude les phénomènes de perception, de reproduction et d’association. Mais Lachelier pose la question suivante à Wundt :

Pensez-vous que tout le domaine de la psychologie puisse être traité ainsi ? […] En outre si toute connaissance comprend deux facteurs, les données des sens et la forme qui leur est imposée par la pensée, comme le veulent les kantiens, ne doit-on pas croire que la pensée active intervient dans tout phénomène psychologique, dans la moindre représentation ? Et n’y a-t-il donc pas lieu de considérer dans tous les phénomènes que nous révèle notre conscience, d’un côté des lois d’ordre physique pour ainsi dire, qui doivent être déterminées expérimentalement et des lois de la pensée qui sont d’une toute autre nature et qui doivent être fixées par une autre méthode ?

  • 145  H. Lachelier, « Les lois psychologiques dans l’école de Wundt ».
  • 146  W. Wundt, Logik: eine Untersuchung der Principien der Erkenntniss und der Methoden Wissenschaftlic (...)

32Lachelier demande à Wundt des réponses à ses questionnements car il envisage d’écrire une étude sur l’idée de loi en psychologie. Cette étude paraîtra effectivement dans la Revue philosophique de février 1885145. Pour rédiger ce travail, Lachelier va s’appuyer sur le second volume de la Logik146 de Wundt qui avait paru en librairie à la fin de l’année 1883 où l’auteur allemand résume dans la quatrième partie, portant sur la méthode dans les sciences morales, tous les procédés utilisés par les psychologues tout en s’attachant à déterminer, plus exactement qu’il ne l’avait fait jusqu’alors, la nature de la psychologie comme science. Il y a tout d’abord la méthode psycho-physique qui comprend les divers procédés d’expérimentation qui peuvent être appliqués aux phénomènes de conscience, mais Wundt souligne bien que cette méthode n’est pas applicable à tous les faits mentaux, notamment aux actes émotionnels et volitionnels. Il existe également la méthode d’observation et de comparaison des phénomènes externes (Wundt se défie de l’observation du sens intime) dans diverses populations. Enfin Wundt parle de la méthode historique car l’histoire nous fournit des informations sur le développement psychique ; il recommande notamment l’étude de la linguistique et de la philologie car le développement du langage correspond très exactement au développement de l’esprit. Mais quelle est l’essence de cet esprit ?

33Pour Wundt, l’esprit est une activité immédiatement connue qui élabore des matériaux fournis par les sens. Cette activité se rattache-t-elle à une substance matérielle ou à une substance immatérielle ? Wundt adhère en fait à l’idée d’un indéterminisme de la pensée, la question étant de savoir si cet indéterminisme est conciliable avec l’existence de lois psychologiques. Pour ce qui concerne les fonctions inférieures de la pensée, celles-ci étant dépendantes de l’organisme, elles reposent pour Wundt sur les lois passives de l’esprit qui se ramènent à la grande loi de l’association. Mais pour ce qui concerne les fonctions supérieures de la pensée s’il existe également des lois dans ce domaine-là, il s’agit nécessairement pour Wundt de lois actives de l’esprit, indépendantes de l’organisme, qui se réduisent à l’aperception. L’activité aperceptive permet selon Wundt non seulement d’augmenter la précision et la netteté de nos représentations mentales, en les maintenant au point de vision distincte de la conscience, mais également de les modifier, de les élaborer ou de les réduire de différentes manières. Ainsi, c’est par l’aperception que nous sommes capables de diriger nos associations, que nous nous rendons maîtres de notre mémoire et que nous pouvons juger, raisonner et combiner des moyens en vue d’une fin, en un mot que nous pensons. L’aperception s’applique librement, mais selon des contraintes liées à notre personnalité et à notre hérédité, aux matériaux fournis par le cerveau en vertu d’une nécessité mécanique. Ainsi, le système de Wundt est une sorte de compromis entre l’associationnisme et le kantisme. D’un côté le maître allemand reconnaît avec les empiristes britanniques l’importance capitale de la loi d’association en ramenant à cette loi toutes les fonctions élémentaires de l’esprit. D’un autre côté, il admet comme les kantiens l’existence d’une activité qui élabore les données de l’expérience sensible et qui permet de rendre compte des fonctions supérieures de l’esprit. Lachelier note dans la conclusion de son article sur les lois psychologiques dans l’école de Wundt :

  • 147  H. Lachelier, « Les lois psychologiques dans l’école de Wundt », p. 143.

Nous ferons observer seulement que M. Wundt a fait des lois associatives une étude qui nous semble infiniment plus exacte que celle des psychologues anglais ; et que, d’autre part, il réduit le kantisme à sa plus simple expression, puisqu’il renonce à l’échafaudage, un peu artificiel, des catégories et conserve seulement l’idée de la pensée-activité147.

  • 148Idem, p. 144.

Wundt semble a priori renoncer ainsi à toute unité d’explication des phénomènes mentaux. La pensée n’est pas passive comme le disent les associationnistes britanniques ; elle n’émane pas de l’organisme et échappe aux lois physiologiques. L’activité de la pensée par l’entremise de l’aperception exerce même une influence sur les lois associatives (en modifiant ou en dirigeant l’association) qui ne sont que l’expression consciente de lois physiologiques. Comme le dit Lachelier, « la pensée, divisée en fonctions supérieures et fonctions inférieures, est pour ainsi dire coupée en deux »148. Mais Wundt montrera par la suite l’existence de cette unité psychologique dans la réduction de tous les faits, de toutes les lois de la conscience à une activité, à une volonté qui intervient dans la production de tous les phénomènes intérieurs.

34À cette époque, Lachelier est persuadé que le système de Wundt est destiné à trouver en France d’aussi nombreux partisans qu’en Allemagne car il apparaît à un moment où l’empirisme anglais commence à ne plus satisfaire aucun esprit vraiment philosophique et où le retour à la philosophie kantienne est un fait universel. Lachelier poursuivra les années suivantes la présentation de l’œuvre strictement philosophique de Wundt à la faveur de nouvelles publications sur le sujet.

  • 149  H. Lachelier, « La métaphysique de M. Wundt ».
  • 150  W. Wundt, System der Philosophie (1re éd. 1889).
  • 151  W. Wundt, Logik : eine Untersuchung der Principien der Erkenntniss und der Methoden Wissenschaftli (...)
  • 152  W. Wundt, Ethik. Eine Untersuchung Der Thatsachen und Gesetze des sittlichen Lebens (1re éd. 1886)
  • 153  Cf. Th. Ribot, La Philosophie de Schopenhauer (1re éd. 1874).

35C’est ainsi qu’il expose en 1890 dans un long article149 pour la Revue philosophique la métaphysique de Wundt d’après son System der Philosophie150 publié l’année précédente. Ici Wundt fait œuvre de pur philosophe en exposant un système général de philosophie. Il soutient l’idée, déjà présente dans sa Logik151 de 1880-83 et son Ethik152 de 1886, que l’essence de l’être pensant est une activité, un Wille, et non une substance. L’unique activité qui nous soit immédiatement donnée est et demeure notre volonté. La personne humaine est donc une unité de force ; la volonté étant la grande loi de l’esprit. Cette volonté, on l’a vu plus haut, s’exprime non seulement dans les opérations supérieures de la pensée mais également dans les opérations élémentaires comme la perception et l’association. Wundt reprend à son compte l’idée fondamentale de Schopenhauer, celle de la primauté de la volonté153, mais en essayant de la mettre en accord avec la science. Wundt voit dans la pensée une activité subjective qui compare et établit des rapports, mais qui n’est pas primitivement distincte de l’intuition immédiate et ne diffère pas au fond de la volonté (l’acte d’aperception par lequel la pensée s’empare des représentations est rapporté à la volonté). Ainsi la pensée fait d’abord partie d’un tout complexe primitivement donné que notre conscience saisit dans une expérience intime, et c’est seulement quand elle réussit à se dégager de ce tout, à s’opposer aux représentations et à prendre conscience d’elle-même, que sont constitués le sujet et l’objet. Dans cette expérience primitive la pensée va identifier le sujet avec la volonté et l’objet avec la représentation. Elle fonde ainsi la science du monde objectif (mathématique et physique) et la science du monde subjectif (psychologie). La difficulté que la psychologie éprouve parfois à distinguer les deux éléments dont se compose la conscience, à séparer la volonté de la représentation, tient surtout à ce que la volonté ne nous est jamais donnée comme un acte pur, mais comme une sorte d’accompagnement de nos représentations. L’union constante de la représentation et de la volonté fait que la volonté est un facteur essentiel de la conscience, et même le plus essentiel pour l’esprit car elle est le vrai principe de l’unité de la vie consciente. Pour que les représentations soient liées les unes aux autres, et forment une unité, il faut que ce principe supérieur, la volonté, s’applique à elles, permettant ainsi de réduire les représentations à un système où toutes les parties se tiennent. La volonté est de fait l’essence même de l’âme individuelle.

  • 154  Cf. A. Fouillée, L’Avenir de la métaphysique fondée sur l’expérience et Psychologie des idées-forc (...)

36Mais en examinant les systèmes qu’elle a ainsi formés pour rendre intelligibles les faits de l’expérience externe ou interne, la pensée s’aperçoit qu’ils ne satisfont pas encore complètement à ses exigences logiques, à son besoin d’unité. C’est à la métaphysique qu’il faut faire appel et c’est elle qui a pour mission de compléter les lacunes des différentes sciences et de donner à nos connaissances une véritable unité. Dans l’optique de Wundt, le motif de la métaphysique est le besoin de liaison, par conséquent le besoin d’avoir une conception d’ensemble bien enchaînée de nos connaissances. Elle est à l’origine d’une cosmologie et d’une psychologie transcendantale, qu’elle essaye ensuite de réconcilier dans l’unité définitive d’un système ontologique destiné à réunir le monde des corps et le monde des âmes artificiellement désunis par la science. Mais pour cela la métaphysique doit suivre les préceptes de la science, elle se doit d’être expérimentale, afin d’unifier et de combler les vides ; ce qui conduit Wundt à une conception non pas idéaliste mais plus exactement psychiste de l’essence des choses. Lachelier note par ailleurs avec à-propos, dans son article, qu’en France Alfred Fouillée (1838-1912) suit à la même époque une voie identique à celle de Wundt et que des parallèles intéressants existent entre les deux penseurs quant à l’action omniprésente de la volonté au sein du psychisme154.

  • 155  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Lachelier à Wundt, 6 février 1890) : NA Wundt/III/N (...)
  • 156  H. Lachelier, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1901). Einleitung in die Philosophie ».

37La synthèse que Lachelier nous a donnée de la métaphysique d’après le System der philosophie a été réalisée avec l’aide et les conseils de Wundt, comme l’atteste la correspondance de cette époque entretenue entre les deux hommes155. Cet ouvrage de Wundt peut être considéré comme son chef-d’œuvre philosophique car il y donne une conception définitive de la philosophie et de ses problèmes. À cet ouvrage se rattache l’Einleitung in die Philosophie (Introduction à l’étude de la philosophie) publiée en 1901 que Lachelier a également analysée156 pour la Revue Philosophique, mais il ne s’agit là que de la rédaction d’un cours fait à plusieurs reprises à l’Université de Leipzig en vue non pas de présenter sa propre doctrine mais qui n’avait sa raison d’être que dans la mesure où il permettait de définir exactement l’objet de la philosophie, de montrer à ses élèves comment les grands problèmes philosophiques se sont posés dans le cours de l’histoire (connaissance, métaphysique et morale), et de leur expliquer de quelle manière ils se posent actuellement (défendant lui-même dans le domaine de la connaissance le Criticisme positif face à l’Empirisme et au Rationalisme ; dans le domaine de la métaphysique le Réalisme moniste contre le Matérialisme et l’Idéalisme pur ; dans le domaine de la morale l’approche autonome Immanente contre la morale hétéronome). Ses élèves étaient ainsi préparés avec ce dernier livre à caractère très pédagogique à recevoir un enseignement systématique des vues propres de Wundt. Il est à noter également que c’est dans cet ouvrage d’introduction à la philosophie que l’on trouve exposée sa classification définitive des sciences où la psychologie se trouve séparée de la philosophie et intégrée dans le groupe des sciences. La psychologie a ainsi sa place parmi les sciences particulières, à côté de la philologie et de l’histoire, et ne fait pas partie de la philosophie. Distinguant deux groupes de sciences (les Sciences formelles ou mathématiques, et les Sciences réelles ou expérientielles), il place la psychologie dans le groupe des sciences réelles et plus spécifiquement dans le groupe des sciences de l’esprit qui étudient les processus mentaux et qui ont pour objet la découverte des lois qui régissent les phénomènes actuellement donnés par l’expérience. La psychologie occupe ainsi une place exceptionnelle dans les sciences spéciales puisque Wundt a tenu à conserver à la psychologie son indépendance en la plaçant au sein des sciences de l’esprit, considérant même qu’il s’agissait-là de la science-mère des sciences humaines. Autrefois, cette indépendance était surtout menacée par des empiétements du côté de la philosophie spiritualiste ; mais Wundt avait surtout à craindre des empiètements matérialistes. Afin de garantir son indépendance à la psychologie, contre son annexion par les sciences naturelles, et plus spécifiquement par la physiologie, il avait souligné que le seul emprunt de la psychologie fait aux sciences naturelles phénoménales était la méthode expérimentale (uniquement pour la psychologie individuelle, mais pas pour la psychologie collective – Völkerpsychologie). Cet emprunt de la méthode avait été fait dans le but d’étudier les « éléments » de base de l’esprit dont il avait cherché tout naturellement à limiter le nombre (sensations, sentiments), puisque ce n’est que pour les éléments, et non pour leur synthèse, qu’est nécessaire un corrélatif physiologique.

La réception en France de la Völkerpsychologie de Wundt

  • 157  W. Wundt, Vorlesungen über die Menschen und Thierseele (1re éd. 1863-64).
  • 158  Cf. S. Nicolas, « Psychologie expérimentale et Völkerpsychologie chez Wundt : Un état des lieux ».
  • 159  W. Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie (3e éd. 1887).
  • 160  W. Wundt, « Über Ziele und Wege der Völkerpsychologie ».
  • 161Idem, p. 20.
  • 162  W. Wundt, Vorlesungen über die Menschen und Thierseele (2e edition 1892 en un seul volume).
  • 163  Cf. M. Espagne, « Wilhelm Wundt. La “psychologie des peuples” et l’histoire culturelle ». M. Espag (...)

38Depuis la publication en 1864 du second volume de ses Leçons sur l’âme de l’homme et des animaux157, Wundt n’avait pas développé d’idées nouvelles sur la Völkerpsychologie et n’avait pas réitéré sa position concernant la complémentarité158 avec la psychologie physiologique (expérimentale), du moins dans ses écrits (il donnera néanmoins un enseignement sur la Völkerpsychologie à l’Université de Leipzig en 1875 qui fut régulier à partir de 1883). Au cours des années 1870, il s’était surtout attelé à l’écriture de sa psychologie physiologique (1874) et à la mise en place au niveau académique de la psychologie expérimentale en fondant à l’Université de Leipzig son laboratoire de psychologie (1879). Ce n’est que dans la troisième édition de ses Principes de psychologie physiologique159, en 1887, qu’il va à nouveau affirmer l’interaction constante entre ces deux branches de la psychologie scientifique, et considérer l’objet d’étude de la Völkerpsychologie comme étant celui des produits de la vie mentale en communauté. Il développera également ces idées la même année dans un important article de synthèse portant sur ce sujet160. Pour Wundt, il existe « trois domaines qui, parce que leur contenu dépasse le cadre de la conscience individuelle, doivent en même temps être considérés comme les trois problèmes fondamentaux de toute Völkerpsychologie : la langue, le mythe et la coutume »161. Ces trois domaines seront les objets d’étude privilégiés par Wundt au cours des années suivantes afin de découvrir les lois universelles du développement mental des individus. La Völkerpsychologie est ainsi considérée comme une branche de la psychologie générale (au même titre que la psychologie expérimentale ou individuelle), et ses résultats doivent offrir des indications précieuses pour la psychologie individuelle, car la langue, le mythe et la coutume, en tant que produits de l’esprit collectif, fournissent également des matériaux à partir desquels on peut déduire la vie spirituelle de l’individu. Par exemple, les phénomènes du langage, qui en soi ne peuvent être compris que comme une création de l’esprit collectif, jettent en même temps une vive lumière sur la régularité psychologique de la pensée individuelle. La langue contient la forme générale des idées qui vivent dans l’esprit populaire et les lois de leur interconnexion. Le mythe, formé sur la base du langage, contient le contenu original de ces idées et donne la forme aux capacités humaines pour l’imagination. La coutume, enfin, fournit le cadre à l’intérieur duquel le choix de l’individu et la volonté doivent opérer. La Völkerpsychologie prend pour objet la conscience des peuples, comme la psychologie individuelle prend pour objet la conscience individuelle. Lorsque Wundt donne en 1892 une seconde édition de ses Leçons sur l’âme des hommes et des animaux162, toute la partie consacrée à la Völkerpsychologie a disparue parce qu’il est en train de préparer une œuvre d’ensemble à caractère monumental sur le sujet qui attirera l’attention de ses contemporains163.

  • 164  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sit (...)
  • 165  W. Wundt, « Einleitung », in : Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sp (...)

39C’est entre 1900 et 1920 que Wundt va se consacrer à l’élaboration de sa Völkerpsychologie164 destinée à l’investigation des fonctions supérieures (par opposition aux fonctions inférieures de l’esprit étudiées par la psychologie expérimentale). Dans l’introduction165 qu’il donne en 1900 au premier volume de sa nouvelle œuvre, Wundt précise les choses et rappelle d’emblée que la psychologie, au sens ordinaire du mot, c’est-à-dire la psychologie individuelle, cherche à examiner les données de l’expérience immédiate, telles qu’elles nous sont présentées par la conscience subjective, mais elle laisse de côté l’analyse des phénomènes qui résultent de l’action psychologique réciproque qu’exercent les individus les uns sur les autres. Si le seul objet psychologique accessible à l’expérience est la conscience individuelle, elle est dans l’incapacité d’expliquer les produits complexes de la vie mentale en s’appuyant sur une analyse de la conscience individuelle. En effet, les phénomènes mentaux composés, qui ne sont pas ou sont difficilement accessibles à l’expérimentation, exigent la mise en œuvre d’une autre approche. Le rôle de la Völkerpsychologie est justement de compléter la psychologie individuelle à cet égard.

  • 166Idem, p. 1.

De nombreuses données de la psychologie individuelle ne peuvent devenir pleinement accessibles à notre compréhension que par la Völkerpsychologie. C’est précisément pour cette raison que des recherches complémentaires doivent être réalisées sur les processus mentaux liés à la vie en communauté. Cette investigation est le but que nous assignons à la Völkerpsychologie166.

  • 167Idem, p. 2.
  • 168  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sit (...)
  • 169  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sit (...)
  • 170  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sit (...)
  • 171  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sit (...)
  • 172  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sit (...)
  • 173  W. Wundt, Probleme der Völkerpsychologie (1re éd. 1911) ; W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie (...)

Mais cette dernière, qui reste un domaine bien spécifique, dépend de la psychologie individuelle sous certains de ses aspects les plus essentiels « car les comportements sociaux ne peuvent s’expliquer que par les lois générales de la vie mentale, qui prennent leur source dans la conscience individuelle à chaque stade de son développement »167. Ainsi, la Völkerpsychologie est une extension à la communauté sociale des études menées par la psychologie individuelle. Les deux premiers volumes (1900) de sa Völkerpsychologie concerneront l’étude du langage168, les quatre suivants (1905-1909) les mythes et la religion169, deux autres (1917) porteront sur la société170, un autre (1918) sur le droit171, et enfin un dernier (1920) sur la culture et l’histoire172. Il est à noter que Wundt complètera et présentera également sa Völkerpsychologie sous d’autres angles dans des écrits spécifiques173 publiés au cours de cette période.

  • 174E. Durkheim, « La philosophie dans les universités allemandes ».
  • 175  W. Wundt, Ethik. Eine Untersuchung… (op. cit.).
  • 176E. Durkheim, « La science positive de la morale en Allemagne (III). Les moralistes. M. Wundt ».
  • 177Idem, p. 115.
  • 178  E. Durkheim, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1912). Elemente der Völkerpsychologie. Grundlini (...)
  • 179  B. Bourdon, « Revue critique. Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1900). Völkerpsychologie. Erster (...)
  • 180  M. Mauss, « L’art et le mythe d’après Wundt ».
  • 181  E. Klautke, « The French reception of Völkerpsychologie and the origins of the social sciences ».

40La perspective sociologique de la pensée philosophique de Wundt va attirer l’attention de certains jeunes intellectuels français. Ainsi, Émile Durkheim (1858-1917), futur fondateur au tournant du siècle de la sociologie en tant que discipline académique à part entière, passe le semestre d’été 1886 à l’université de Leipzig et souligne dans ses écrits174 que si l’influence de Wundt s’exerce à Leipzig, il rencontre néanmoins une violente opposition en Allemagne ; sa renommée est chose toute française parmi les philosophes qui louent l’Institut de psychologie expérimentale. Mais Durkheim voit également en Wundt un allié dans sa quête d’une sociologie scientifique. C’est à cette date (1886) que paraît l’Ethik175 de Wundt dont Durkheim va parler dans un long article176 publié dans la Revue Philosophique portant sur la science positive de la morale en Allemagne. Durkheim avait bien noté le caractère sociologique de la nouvelle œuvre de Wundt : l’éthique nous montre comment les principes moraux résultent des conditions historiques et sociales dans lesquelles toute vie humaine est placée. Il y loue notamment l’approche anti-métaphysique et fondamentalement empirique de la philosophie morale de Wundt car on ne peut se contenter de la seule observation psychologique, car même « si la morale est un fait psychique à sa base, elle est un fait social à son sommet »177. Ainsi, Durkheim s’accorde avec Wundt sur le fait que c’est la Völkerpsychologie qui peut seule fournir aux moralistes les matériaux dont ils ont besoin ; elle est bien le vestibule de l’éthique. C’est dans l’histoire des langues, des religions, des mœurs, de la civilisation en général, que l’on peut retrouver les traces d’un développement dont les consciences particulières ne contiennent et ne connaissent que les ressorts initiaux. Durkheim a toujours considéré positivement les écrits de Wundt, même s’il l’a parfois critiqué sur divers points de son œuvre. Le sociolinguiste Antoine Meillet (1866-1936), le socio-économiste François Simiand (1873-1935) ainsi que le sociologue Marcel Mauss (1872-1950) informeront en détails les lecteurs de L’Année sociologique, revue fondée en 1898 par Durkheim, des récents écrits de Wundt sur la Völkerpsychologie. Wundt semble même avoir inspiré Durkheim dans sa quête d’une véritable sociologie scientifique et sera toujours très bienveillant envers lui178. On trouve également plusieurs analyses de l’œuvre sociologique de Wundt publiées dans la Revue philosophique sous la plume du psychologue spécialiste du langage Benjamin Bourdon179 et du sociologue, propre neveu et proche collaborateur de Durkheim, Marcel Mauss180. Mais si la Völkerpsychologie avait acquis une certaine popularité et a survécu dans l’esprit des sociologues français de l’école de Durkheim181, cet aspect de l’œuvre de Wundt sera largement passé sous silence par les psychologues de l’époque.

  • 182  Cf. M. Espagne, « Le cercle positiviste de Leipzig : une anthropologie en germe ? », p. 86.
  • 183  H. Schmidgen, « Wilhelm Wundt et l’unité de la psychologie ».

41En effet l’œuvre ainsi créée, qui est, comme l’a souligné Michel Espagne182, tout à la fois une anthropologie et une historiographie, n’aura pas la portée, chez les psychologues, de sa psychologie expérimentale. Pourtant, Wundt considérait comme indispensable l’unité183 intellectuelle et institutionnelle des deux composantes de sa psychologie : Psychologie expérimentale et Völkerpsychologie.

Conclusion

  • 184  H. Høffding, Moderne Filosofer. Une traduction allemande paraît en 1905 sous le titre : H. Höffdin (...)
  • 185  H. Høffding, Psykologi i Omrids paa Grundlag af Erfaring. La traduction française paraît en 1900 s (...)

42Wundt fut un des derniers grands esprits encyclopédiques de l’Allemagne du tournant du xxe siècle. Dans son ouvrage sur les philosophes contemporains184, le professeur danois Harald Höffding (1843-1931), auteur d’une fameuse psychologie de l’expérience qui venait récemment d’être traduite en français185, s’exprime ainsi :

  • 186  H. Höffding, Philosophes contemporains, p. 5.

Wundt est un grand exemple de la puissance de travail extraordinaire des Allemands. Aucun philosophe actuel ne le surpasse en connaissances de tout genre, aucun ne présente à un plus haut point la faculté de faire rentrer son savoir multiple sous des points de vue généraux, aucun enfin ne s’efforce plus inlassablement d’apporter, aussi bien dans les détails que dans l’ensemble, de la précision et de la clarté. […] Parti du large terrain de l’expérience, il cherche à s’élever jusqu’au sommet de la pensée, que la philosophie du romantisme croyait avoir escaladé, mais qui, pour Wundt, imbu sous ce rapport de l’esprit critique de Kant, n’est qu’un point très élevé de l’horizon, duquel nous nous servons pour nous orienter186.

Mais force est de constater que la lecture de son œuvre n’est pas aisée car aux défauts habituels du philosophe signalés par maints critiques (lourdeur de la structure logique, systématisation excessive, généralisations trop rapides, divisions multipliées et compliquées), il faut ajouter les changements apportés par Wundt lui-même aux éditions successives de ses plus grands ouvrages qui n’ont fait que rendre plus difficile à appréhender la pensée et les positions philosophiques de l’auteur qui ont quelque peu évolué au fil du temps.

  • 187  F. Paulsen, Einleitung in die Philosophie.
  • 188  W. Wundt, Logik : eine Untersuchung der Principien der Erkenntniss und der Methoden Wissenschaftli (...)
  • 189  G. Dwelshauvers, Psychologie de l’apperception et recherches expérimentales sur l’attention. Essai (...)
  • 190  G. Dwelshauvers, « Untersuchungen zur Mechanik der activen Aufmersamkeit ».
  • 191  G. Dwelshauvers, « Wilhelm Wundt et la psychologie expérimentale ».

43Si Wundt reconnaît que les fonctions mentales ont leur concomitant dans l’activité du système nerveux (parallélisme psychophysique), il considère que l’esprit a une activité qui lui est propre. La conception dominante que présente Wundt est que la personne humaine est mue par une volonté qui, bien qu’elle subisse les lois de la société, sans laquelle elle ne pourrait ni se développer ni même exister, conserve son indépendance. Il a ainsi fait de la volonté le centre de la vie psychique. Empruntant le terme à Friedrich Paulsen187 (1846-1908), il a donné le nom de « volontarisme »188 à cette conception philosophique en l’opposant à l’intellectualisme de l’ancienne psychologie. Mais le concept d’aperception qui lui était associé est l’un des plus difficiles à appréhender dans la philosophie de Wundt. L’aperception n’est pas seulement une activité qui se manifeste dans le domaine des représentations ; elle se manifeste aussi dans tout sentiment. Il soutient qu’une aperception agit dans toute association, mais parfois il affirme que la volonté n’intervient pas dans les associations simples bien qu’il soutienne l’existence de deux formes : l’aperception passive et l’aperception active. Quelques-uns de ses contradicteurs n’ont pas été convaincus de la nécessité d’introduire ce concept en psychologie. Les difficultés que présente la notion d’aperception sont vraisemblablement liées au fait qu’il a conçu ce concept par la voie expérimentale (expérience portant sur l’attention préparée et consciente) et d’autre part en s’appuyant sur les données historiques issues des écrits de Leibniz et de ses continuateurs. Le psychologue belge Georges Dwelshauvers (1866-1937), qui deviendra quelques décennies plus tard professeur de philosophie à l’université catholique de Paris, a réalisé à la fin des années 1880 au laboratoire de Leipzig une série intéressante de recherches expérimentales sur le sujet qui furent publiées à la fois dans un ouvrage écrit en français189 et dans le recueil de Wundt au début des années 1890190. Il devint par ailleurs à partir de cette époque le propagateur avisé, en France, de la psychologie expérimentale de Wundt, qu’il présenta dans un recueil spécial191 dédié à la philosophie allemande au xixe siècle.

  • 192  S. F. Araujo, Wundt and the Philosophical Foundations of Psychology : A Reappraisal.
  • 193  Cf. les publications de K. Danziger, G. Eckardt, J. D. Greenwood, C. M. Schneider, W. Wong mention (...)

44On a vu que cette psychologie expérimentale avait été complétée par Wundt grâce une psychologie collective. Comme l’a parfaitement souligné Saulo de Freitas Araujo192, la Völkerpsychologie a joué un double rôle dans le projet de Wundt. D’un côté, elle était un complément nécessaire à sa psychologie expérimentale individuelle à la recherche des lois universelles de la vie mentale et, d’un autre côté, elle a servi de fondement à la philosophie de l’histoire. Si la psychologie expérimentale de Wundt a eu rapidement un écho positif auprès des spécialistes, ce ne fut pas le cas de sa Völkerpsychologie qui fut largement incomprise et ignorée des psychologues (mais pas des sociologues) de son époque. Sa pensée maîtresse est que la conscience individuelle, par la langue, la religion, les habitudes communes de la vie et les usages, est liée à la vie du peuple et même à la vie de l’humanité tout entière. La volonté individuelle elle-même se reconnaît comme élément d’une volonté globale. L’individu a pour support la société, mais il influe à son tour sur elle par la direction de sa pensée et de sa volonté propres. La conscience individuelle est créatrice et la conscience collective conservatrice (l’idée que la nouveauté provient des individus, mais que la société la rend utilisable pour une évolution ultérieure rappelle l’œuvre de Gabriel Tarde). Il a fallu attendre ces toutes dernières années pour que paraissent une réflexion sérieuse et des écrits critiques193 à l’égard de la Völkerpsychologie de Wundt.

  • 194  W. Van Hoorn, T. Verhave, « Wundt’s Changing Conception of a General and Theoretical Psychology ».
  • 195  K. Danziger, « Origins and Basic Principles of Wundt’s Völkerpsychologie ».
  • 196  Cf. A. Burloud, La Pensée d’après les recherches expérimentales de H. J. Watt, de Messer et de Büh (...)

45Bien que la formulation précise de la relation entre la psychologie expérimentale et la Völkerpsychologie ait connu divers changements tout au long de sa vie194, Kurt Danziger195 a bien souligné que Wundt n’a jamais changé de position sur trois points fondamentaux : 1° la psychologie expérimentale ne pourrait jamais être plus qu’une partie de la science psychologique dans son ensemble ; 2° la psychologie expérimentale a besoin d’être complétée par un domaine psychologique qui devait être consacré à l’étude des processus mentaux humains dans leurs aspects sociaux ; 3° cette Völkerpsychologie devait se baser sur des données qui n’ont pas un caractère moins objectif que celles utilisées par la psychologie expérimentale. Ainsi le statut scientifique de la Völkerpsychologie n’était considéré en aucune manière par Wundt comme inférieur à celui de la psychologie expérimentale, bien au contraire. Mais le fait d’avoir exclu l’application de la méthode expérimentale à l’étude des processus supérieurs de la pensée a eu pour conséquence que la psychologie ne pouvait être considérée comme une science à part entière, il s’agissait-là d’une idée inacceptable par la jeune génération de psychologues qui allaient lui succéder en Allemagne et auxquels il a été directement confronté dès le début des années 1900196. En France même, le désintérêt de Wundt, au plan scientifique et expérimental, pour l’étude des fonctions mentales supérieures, a été sévèrement condamné par Alfred Binet et ses collaborateurs.

  • 197  Cf. K. Danziger, « The positivist repudiation of Wundt » et C. R. Krauss, « Back to the origins of (...)
  • 198  H. Norero, « La philosophie de Wundt ».
  • 199  Ce travail a bénéficié partiellement d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Reche (...)

46De plus, le fait de rejeter catégoriquement l’idée d’une approche physiologique de la psychologie a éloigné Wundt du mouvement psychologique novateur qui allait se dessiner. Même quelques-uns parmi ses plus proches anciens collaborateurs (e. g. Külpe, Münsterberg, Titchener) ne l’ont pas suivi dans cette voie. Ceci a également constitué l’un des éléments à l’origine de la répudiation197 de l’œuvre de Wundt par les psychologues de la nouvelle génération (surtout de ses écrits sur la Völkerpsychologie) qui penchaient vers un réductionnisme physiologique de la psychologie. Mais ce sont ses positions très nationalistes prises au cours de la Première Guerre mondiale et sa justification de la guerre qui vont éloigner les intellectuels français et étrangers de l’œuvre si riche et si multiple, pourtant résumée avant-guerre en France par H. Norero198, de l’un des plus fameux psychologues et philosophes de son temps199.

Haut de page

Bibliographie

Araujo Saulo de Freitas, « Why Wundt Abandon His Early Theory of the Unconscious ? Towards a New Interpretation of Wundt’s Psychological Project », History of Psychology, 15, 1, 2012, p. 33-49.

Araujo Saulo de Freitas, Wundt and the Philosophical Foundations of Psychology : A Reappraisal, Berlin, Springer, 2016.

Archives de l’Université de Leipzig.

Beaunis Henry, Bouchard Abel, Nouveaux éléments d’anatomie descriptive et d’embryologie, Paris, J.-B. Baillière & fils, 1868.

Bergson Henri, Essai sur les données immédiates de la conscience, Paris, F. Alcan, 1889.

Blumenthal Arthur L., « A Reappraisal of Wilhelm Wundt », American Psychologist, 30, 1975, p. 1081-1088.

Boring Edwin G., « On the Subjectivity of Important Historical Dates : Leipzig 1879 », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 1, 1965, p. 5-9.

Bourdon Benjamin, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1887). Grundzüge der physiologischen Psychologie (3e éd. en 2 vol.), Leipzig : W. Engelmann », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 1888, 26, 1, p. 88-95.

Bourdon Benjamin, « Revue critique. Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1900). Völkerpsychologie. Erster Band. Die Sprache. Leipzig : W. Engelmann », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 51, 1, 1901, p. 50-60 ; 52 (2), p. 200-204.

Bringmann Wolfgang G., « Wundt in Heidelberg 1845-1874 », Canadian Psychological Review, 16, 2, 1975, p. 124-129.

Bringmann Wolfgang G. & Scheerer Eckhart (dir.) « Wundt centennial issue », Psychological Research, 42, 1980, p. 1-189.

Bringmann Wolfgang G. & Tweney Ryan D. (dir.), Wundt studies, Toronto, C. J. Hogrefe, 1980.

Bringmann Wolfgang G., Balance William D. G., Evans Rand B., « Wilhelm Wundt 1832-1920 : A Brief Biographical Sketch », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 11, 1975, p. 287-297.

Brouardel Paul, « Bibliographie scientifique. Nouveaux éléments de physiologie humaine, par M. W. Wundt, professeur à l’université de Heidelberg, traduit par le docteur Bouchard. – Paris, Savy, 1872 », Revue scientifique de la France et de l’étranger, 4, 2e série, 2e année, 33, 15 février, 1873, p. 787-788.

Burloud Albert, La Pensée d’après les recherches expérimentales de H. J. Watt, de Messer et de Bühler, Paris, Alcan, 1927.

Carroy Jacqueline et Plas Régine, « La méthode pathologique et les origines de la psychologie française au xixe siècle », Revue internationale de psychopathologie, 12, 1993, p. 603-612.

Carroy Jacqueline & Plas Régine, « The Origins of French Experimental Psychology : Experiment and Experimentalism », History of the Human Sciences, 9, 1996, p. 73-84.

Carroy Jacqueline & Plas Régine, « The Beginnings of Psychology in France : Who Was a “Scientific” Psychologist in the Nineteenth Century », Physis, 43, 2006, p. 167-186.

Carroy Jacqueline & Schmidgen Henning, « Psychologies expérimentales : Leipzig-Paris (1890-1910) », Mil Neuf Cent [1900], 24, 2006, p. 171-204.

Danziger Kurt, « The Positivist Repudiation of Wundt », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 15, 1979, p. 205-230.

Danziger Kurt, « Origins and Basic Principles of Wundt’s Völkerpsychologie », British Journal of Social Psychology, 22, 1983, p. 303-313.

Delboeuf Joseph, « La mesure des sensations (I) : Réponses à propos du logarithme des sensations », Revue scientifique de la France et de l’étranger, 8, 2e série, 4e année, 43, 24 avril, 1975, p. 1014-1017.

Delboeuf Joseph, « La mesure des sensations (II) : Réponses à propos du logarithme des sensations », Revue scientifique de la France et de l’étranger, 8, 2e série, 4e année, 46, 15 mai, 1975, p. 1089-1090.

Diriwächter Rainer, « Völkerpsychologie : The Synthesis that Never Was », Culture & Psychology, 10, 2004, p. 85-109.

Durkheim Émile, « La philosophie dans les universités allemandes », Revue internationale de l’enseignement, 11, 1986, p. 313-338 et p. 423-440.

Durkheim Émile, « La science positive de la morale en Allemagne (III). Les moralistes. M. Wundt », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 24, 2, 1887, p. 113-142.

Durkheim Émile, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1912). Elemente der Völkerpsychologie. Grundlinien einer psychologischen Entwicklungsgeschichte der Menschheit. Leipzig, A. Kröner », L’Année sociologique, 12, 1913, p. 50-61.

Dwelshauvers Georges, Psychologie de l’apperception et recherches expérimentales sur l’attention : Essai de psychologie physiologique, Bruxelles, E. Guyot, 1890.

Dwelshauvers Georges, « Untersuchungen zur Mechanik der activen Aufmersamkeit », Philosophische Studien, 6, 2, 1890, p. 217-249.

Dwelshauvers Georges, « Wilhelm Wundt et la psychologie expérimentale », in : La Philosophie allemande au xixe siècle, Paris, F. Alcan, 1912, p. 127-159.

Eckardt Georg (Hrsg.), Völkerpsychologie : Versuch einer Neuentdeckung. Texte von Lazarus, Steinthal und Wundt, Weinheim, Germany, Psychologie Verlags Union, 1997.

Espagne Michel, « Wilhelm Wundt. La “psychologie des peuples” et l’histoire culturelle », Revue germanique internationale, 10, 1998, p. 73-91.

Espagne Michel, « Le cercle positiviste de Leipzig : une anthropologie en germe ? », Revue germanique internationale, 10, 2009, p. 81-95.

Espagne Michel & Hass Annika (dir.), Wilhelm Wundt et la naissance de l’anthropologie, Paris, CNRS Éditions, 2022.

Fahrenberg Jochen, Wilhelm Wundt (1832-1920). Gesamtwerk : Einführung, Zitate, Kommentare, Rezeption, Rekonstruktionsversuche, Lengerich, Pabst Science Publishers, 2018.

Fechner Gustav Theodor, Elemente der Psychophysik, Leipzig, Breitkopf & Härtel, 1860 (2 vol.)

Fechner Gustav Theodor, In Sachen der Psychophysik, Leipzig, Breitkopf & Härtel, 1877.

Fechner Gustav Theodor, Revision der Hauptpunkte der Psychophysik, Leipzig, Breitkopf & Härtel, 1882.

Fechner Gustav Theodor, « Über die psychischen Massprincipien und das Weber‘sche Gesetz », Philosophische Studien, 4, 1887, p. 161-230.

Fernberger Samuel W., « Wundt’s doctorate students », Psychological Bulletin, 30, 1933, p. 80-83.

Foucault Marcel, La Psychophysique, Paris, Alcan, 1901.

Foucault Marcel, « Revue des périodiques étrangers (I). Les Philosophische Studien », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 43, 4, 1902, p. 453-455.

Foucault Marcel, « Revue des périodiques étrangers (II). Les Philosophische Studien », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 44, 4, 1902, p. 437-440.

Foucault Marcel, « Revue des périodiques étrangers (III). Les Philosophische Studien », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 57, 4, 1904, p. 432-444.

Foucault Marcel, « Analyse de Wundt, W. (1901). Gustav Theodor Fechner. Leipzig : W. Engelmann », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 58, 1904, p. 319-321.

Foucault Marcel, « Revue des périodiques étrangers (IV). Les Psychologische Studien », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 60, 5, 1905, p. 549-552.

Foucault Marcel, « Revue des périodiques étrangers (V). Les Psychologische Studien », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 65, 3, 1908, p. 321-326.

Foucault Marcel, « Les revues psychologiques allemandes en 1906 », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 68, 3, 1909, p. 392-409.

Foucault Marcel, « Les revues allemandes de psychologie en 1907 », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 70, 6, 1910, p. 625-642.

Foucault Marcel, « Les revues allemandes de psychologie en 1908 », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 72, 5, 1911, p. 529-540.

Foucault Marcel, « Les revues allemandes de psychologie en 1909 », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 74, 5, 1912, p. 496-511.

Foucault Marcel, « Les revues allemandes de psychologie en 1910 », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 76, 3, 1913, p. 285-301.

Foucault Marcel, « Les revues allemandes de psychologie en 1911 et 1912 », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 79, 1, 1915, p. 57-86.

Fouillée Alfred, L’Avenir de la métaphysique fondée sur l’expérience, Paris, Alcan, 1889.

Fouillée Alfred, Psychologie des idées-forces, Paris, Alcan, 1893.

Friedrich Juliette, « La psychologie de la pensée de l’école de Würzburg. – Analyse d’un cas de marginalisation », L’homme et la société, 167-168-169, 2008, p. 251-278.

González álvarez Julio, El laboratorio de Wundt : Nacimiento de la ciencia psicológica, Castelló de la Plana, Universitat Jaume, 2014.

Greenwood John D., « From Völkerpsychologie to Cultural Psychology : The Once and Future Discipline ? » Philosophical Psychology, 12, 4, 1999, p. 503-514.

Greenwood John D., « Wundt, Völkerpsychologie, and Experimental Social Psychology », History of Psychology, 7, 1, 2003, p. 70-88.

Hartmann Édouard de, La Philosophie de l’inconscient (traduction et introduction par D. Nolen), Paris, G. Baillière, 1877.

Hass Annika, « Itinéraires internationaux. Perspectives sur les traductions des ouvrages du psychologue Wilhelm Wundt », Revue germanique internationale, 35, 2022, p. 35-49.

Helmholtz Hermann, « Physiologische Optik », in : Karsten Gustav (hrsg.), Allgemeine Encyklopädie der Physik (vol. IX, chap. 1 à 32), Leipzig, Leopold Voss, 1856-1860.

Helmholtz Hermann, Handbuch der Physiologischen Optik, Leipzig, Leopold Voss, 1867.

Henri Victor, « Les laboratoires de psychologie expérimentale en Allemagne », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 36, 6, 1893, p. 608-622.

Henri Victor, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1893). Grundzüge der physiologischen Psychologie (4e éd. en 2 volumes), Leipzig, W. Engelmann », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 38, 4, 1894, p. 522-523.

Henri Victor, « Revue générale de psychophysique (I) », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 38, 4, 1894, p. 501-512.

Henri Victor, « Revue générale de psychophysique (II) », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 39, 5, 1895, p. 551-567.

Henri Victor, « Revue générale de psychophysique (III) », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 42, 1, 1896, p. 55-79.

Henri Victor, « Analyse de l’ouvrage de W. Wundt, Grundriss der Psychologie. 1 vol. In-8°, Leipzig, 1896 ; 392 p. », L’Année psychologique, 3, 1897, p. 675-677.

Henri Victor, « Revue générale de psychophysique (IV) », Revue Philosophique de la France et de l’Étranger, 46, 2, 1898, p. 163-175.

Henri Victor, « Revue générale de psychophysique (V) », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 47 (2 et 3), 1899, p. 170-193 et p. 297-312.

Höffding Harald, Esquisse d’une psychologie fondée sur l’expérience (Edition française, rédigée avec l’autorisation de l’auteur conformément à la 4e édition danoise par Léon Poitevin. Préface de M. le Dr. Pierre Janet), Paris, Alcan, 1900.

Höffding Harald, Moderne Philosophen. Vorlesungen gehalten an der Universität in Kopenhagen im Herbst 1902, Leipzig, Reisland, 1905.

Höffding Harald, Philosophes contemporains (traduit de l’allemand par A. Tremesaygues, deuxième édition revue), Paris, Alcan, 1908.

Høffding Harald, Psykologi i Omrids paa Grundlag af Erfaring, Copenhagen, Denmark, P. G. Philipsens Forlag, 1882.

Høffding Harald, Moderne Filosofer, København, Gyldendalske Boghandel Forlag, 1904.

Jeannel Julien, « Analyse bibliographique : Traité élémentaire de physique médicale, par le docteur W. Wundt, professeur à l’Université de Heidelberg, traduit avec de nombreuses additions par le docteur F. Monoyer, professeur agrégé à la Faculté de médecine de Strasbourg, membre du Conseil d’hygiène publique du Bas-Rhin, etc. Ouvrage accompagné de 396 figures intercalées dans le texte. Paris, J.-B. Baillière et fils, éditeurs, 19, rue Hautefeuille ; 1871, 1 volume grand in-8° de 704 pages », L’Union Médicale, vol. 12, 3e série, 110, 19 décembre, 1871, p. 893-895.

Klautke Egbert, « The French reception of Völkerpsychologie and the origins of the social sciences », Modern Intellectual History, 10, 2, 2013, p. 293-316.

Krauss Chiara Russo, « Back to the origins of the repudiation of Wundt : Ostwald Külpe and Richard Avenarius », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 53, 1, 2017, p. 28-47.

Lachelier Henri, « Université de Heidelberg. Enseignement de la philosophie », Société pour l’Étude des questions d’enseignement supérieur, 2, 1879, p. 41-60.

Lachelier Henri, « La théorie de la connaissance de Wundt », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 10, 1, 1880, p. 23-48.

Lachelier Henri, « L’enseignement de la philosophie dans les universités allemandes », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 11, 2, 1881, p. 152-174.

Lachelier Henri, « Les lois psychologiques dans l’école de Wundt », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 19, 2, 1885, p. 121-146.

Lachelier Henri, « La métaphysique de M. Wundt », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 29, 5, 1890, p. 449-470 ; 6, 1890, p. 580-603.

Lachelier Henri, « Théorie du jugement et du raisonnement déductif dans la “Logique” de Wundt », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 38, 3, 1894, p. 348-367.

Lachelier Henri, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1901), Einleitung in die Philosophie. Leipzig : Engelmann », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 45, 4, 1903, p. 417-425.

Lenoir Raymond, « Lettres de Théodule Ribot à Alfred Espinas (1866-1875) », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 147, 1957, p. 1-14.

Mauss, Marcel, « L’art et le mythe d’après Wundt », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 66, 1, 1908, p. 48-78.

Meischner Wolfram & Eschler Erhard, Wilhelm Wundt, Köln, Pahl-Rugenstein Verlag, 1979.

Meischner Wolfram & Metge Anneros (hrsg.), Wilhelm Wundt : Progressives Erbe, wissenschaftsentwicklung und Gegenwart, Leipzig, Karl-Marx-Universität, 1980.

Meischner-Metge Anneros & Schröger Erich, « Leipzig – Die Geschichte des Instituts für Psychologie der Universität Leipzig », in : Stock Armin et Schneider Wolfgang (hrsg.), Die ersten Institute für Psychologie im deutschsprachigen Raum : Ihre Geschichte von der Entstehung bis zur Gegenwart, Göttingen, Hogrefe, 2019.

Meissner W. W., « The Problem of Psychophysics : Bergson’s Critique », Journal of General Psychology, 66, 1962, p. 301-309.

Mucchielli Laurent, « Aux origines de la psychologie universitaire en France : Enjeux intellectuels, contexte politique, réseaux et stratégies d’alliance autour de la Revue philosophique de Théodule Ribot », Annals of Science, 55, 3, 1998, p. 263-289.

Murray David J., « Fechner’s Later Psychophysics », Canadian Psychology, 31, 1990, p. 54-60.

Murray David J., « A Perspective for Viewing the History of Psychophysics », Behavioral and Brain Sciences, 16, 1993, p. 115-186.

Nicolas Serge, « Qui était Victor Henri (1872-1940) ? », L’Année psychologique, 94, 1994, p. 385-402.

Nicolas Serge, « Henry Beaunis (1830-1921) : Directeur-fondateur du laboratoire de Psychologie Physiologique de la Sorbonne », L’Année psychologique, 95, 1995, p. 267-291.

Nicolas Serge, « La fondation de la psychophysique de Fechner : Des présupposés métaphysiques aux écrits scientifiques de Weber », L’Année psychologique, 102, 2002, p. 255-298.

Nicolas Serge, La Psychologie de W. Wundt, Paris, L’Harmattan, 2003.

Nicolas Serge, Les Facultés de l’âme. Une histoire des systèmes, Paris, L’Harmattan, 2005.

Nicolas Serge, Théodule Ribot. Philosophe breton fondateur de la psychologie française, Paris, L’Harmattan, 2005.

Nicolas Serge, « Wundt et la fondation en 1879 de son laboratoire de psychologie. Histoire documentaire de la création et du développement de l’Institut de psychologie expérimentale de Leipzig », L’Année psychologique, 105, 2005, p. 133-170.

Nicolas Serge, Histoire de la philosophie en France au xixe siècle. Naissance de la psychologie spiritualiste (1789-1830), Paris, L’Harmattan, 2007.

Nicolas Serge, « “A Big Piece of News” : Théodule Ribot and the Founding of the “Revue Philosophique de la France et de l’Étranger” », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 49, 2013, p. 1-17.

Nicolas Serge, « Psychologie expérimentale et Völkerpsychologie chez Wundt : Un état des lieux », Revue germanique internationale, 35, 2022, p. 11-34.

Nicolas Serge, 12 leçons illustrées d’histoire de la psychologie, Paris, Dunod, 2022.

Nicolas Serge & Ferrand Ludovic, « Henry Beaunis (1830-1921) : A Physiologist among Psychologists », Journal of Medical Biography, 10, 2002, p. 1-3.

Nicolas Serge & Murray, David J., « Théodule Ribot (1839-1916), Founder of French Psychology : A Biographical Introduction », History of Psychology, 2, 1999, p. 277-301.

Nicolas Serge, Barnes Marissa E. et Murray David J. (2015), « A French Description of German Psychology Laboratories in 1893 by Victor Henri, a Collaborator of Binet », Psychological Research/ Psychologische Forschung, 79, 2015, p. 361-370.

Nicolas Serge, Gras Doriane & Segui Juan, « Alfred Binet et le laboratoire de psychologie de la Sorbonne », L’Année psychologique, 111, 2011, p. 293-327.

Nicolas Serge, Murray David & Farahmand Bahar, « The Psychophysics of J. R. L. Delboeuf (1831-1896) », Perception, 26, 1997, p. 1297-1315.

Nicolas Serge, Segui Juan & Ferrand Ludovic, « L’Année Psychologique : History of the Founding of a Centenarian Journal », History of Psychology, 3, 2000, p. 44-61.

Nicolas Serge, Segui Juan & Ferrand Ludovic, « Les premières revues de psychologie : La place de L’Année Psychologique », L’Année psychologique, 100, 2000, p. 71-110.

Nolen Désiré, L’Histoire du matérialisme de Lange (mémoire lu à l’Académie des sciences morales et politiques, séance du 1er septembre 1877), Paris, Reinwald, 1877.

Nolen Désiré, « La psychologie nouvelle », Revue politique et littéraire, 14, 2e série, 7e année, n° 27, 5 janvier, 1878, p. 621-629.

Norero H., « La philosophie de Wundt », Revue de métaphysique et de morale, 16, 1908, p. 214-243 et p. 346-371.

Paulsen Friedrich, Einleitung in die Philosophie, Berlin, Wilhelm Hertz, 1892.

Picavet François, « Nécrologie : Désiré Nolen », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 57, 4, 1904, p. 567-568.

Piéron Henri, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1902-1903). Grundzüge der physiologischen Psychologie (5e éd. en 3 vol. et un index), Leipzig : W. Engelmann », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 57, n° 3, 1904, p. 324-328.

Pillon François, « Analyse de l’ouvrage de W. Wundt, Eléments de psychologie physiologique, traduit de l’allemand sur la deuxième édition par le Dr Elie Rouvier, précédés d’une introduction par M. Nolen (2 vol. in-8. Félix Alcan) », La Critique philosophique, 5e année, nouvelle série, 2, 1889, p. 397-400.

Plas Régine, « De la vivisection morale et intellectuelle : L’hypnotisme comme moyen d’investigation psychologique en France au xixe siècle », Phoenix, n° 11-12, 1991, p. 41-44.

Plas Régine, « Wundt, figure tutélaire de la psychologie “scientifique” française ? » Revue germanique internationale, 35, 2022, p. 51-65.

Ribot Théodule, La Philosophie de Schopenhauer, Paris, G. Baillière, 1874.

Ribot Théodule, « La psychologie physiologique en Allemagne : La mesure des sensations », Revue scientifique de la France et de l’étranger, 7, 2e série, 4e année, n° 24, 12 décembre, 1874, p. 553-563.

Ribot Théodule, « Réponse à propos du logarithme des sensations », Revue scientifique de la France et de l’étranger, 8, 2e série, 4e année, n° 37, 13 mars, 1875, p. 877-878.

Ribot Théodule, « La psychologie allemande contemporaine : M. Wilhelm Wundt », Revue scientifique de la France et de l’étranger, 8, 2e série, 4e année, n° 31, 30 janvier, 1875, p. 723-732 ; n° 32, 6 février, 1875, p. 751-760.

Ribot Théodule, « La psychologie physiologique en Allemagne : M. W. Wundt », Revue scientifique de la France et de l’étranger, 9, 2e série, 5e année, n° 22, 27 novembre, 1875, p. 505-516 ; n° 23, 4 décembre, 1875, p. 544-549.

Ribot Théodule, « La psychologie ethnographique en Allemagne », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 2, 6, 1876, p. 596-607.

Ribot Théodule, La Psychologie allemande contemporaine (École expérimentale), Paris, G. Baillière, 1879.

Ribot Théodule, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1880). Grundzüge der physiologischen Psychologie (2e éd. en 2 vol.). Leipzig : W. Engelmann », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 11, 4, 1881, p. 431-435.

Ribot Théodule, Die experimentelle Psychologie der Gegenwart in Deutschland, Braunschweig, F. Vieweg und Sohn, 1881.

Ribot Théodule, « Travaux récents sur la psychophysique (Wundt & Trautschold) », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 13, 5, 1882, p. 530-538.

Rieber Robert W. (ed.), Wilhelm Wundt and the Making of a scientific Psychology, New York, Plenum Press, 1980.

Rieber Robert W. & Robinson David K. (eds.), Wilhelm Wundt in History. The Making of a scientific Psychology, New York, Kluwer Academic & Plenum Press, 2001.

Schmidgen Henning, « Wilhelm Wundt et l’unité de la psychologie », Bulletin de psychologie, 52, n° 440, 1999, p. 237-246.

Schneider Christina Maria, Wilhelm Wundts Völkerpsychologie. Entstehung und Entwicklung eines in Vergessenheit geratenen, wissenschaftshistorisch relevanten Fachgebietes, Bonn, Bouvier, 1990.

Séailles Gabriel, « Les méthodes psychologiques et la psychologie expérimentale », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 13, 4, 1882, p. 341-360.

Séailles Gabriel, « L’enseignement en Allemagne », Revue internationale de l’enseignement, 6, 3, 1883, p. 956-976.

Tannery Jules, « À propos du logarithme des sensations (I) », Revue scientifique de la France et de l’étranger, 8, 2e série, 4e année, n° 37, 13 mars, 1875, p. 876-877.

Tannery Jules, « À propos du logarithme des sensations (II) », Revue scientifique de la France et de l’étranger, 8, 2e série, 4e année, n° 43, 24 avril, 1875, p. 1018-1020.

Thirard Jacqueline, « La fondation de la “Revue philosophique” », Revue philosophique, 160, 1976, p. 401-413.

Tinker Miles A., « Wundt’s Doctorate Students And Their Theses 1875-1920 », American Journal of Psychology, 44, 1932, p. 630-637.

Van Hoorn Willem et Verhave Thom, « Wundt’s Changing Conception of a General and Theoretical Psychology », in : Bringmann Wolfgang G. et Tweney Ryan O. (eds.), Wundt Studies. A Centennial Collection, Gottingen, Germany & Toronto, Canada, C. J. Hochgrefe, 1980, p. 71-113.

Wassmann Claudia, « Physiological Optics, Cognition and Emotion : A Novel Look at the Early Work of Wilhelm Wundt », Journal of the History of Medicine and allied Sciences, 64, 2, 2008, p. 213-249.

Wong Wan-Chi, « Retracing the footsteps of Wilhelm Wundt : Explorations in the disciplinary frontiers of psychology and in Völkerpsychologie », History of Psychology, 12, 4, 2009, p. 229-265.

Wontorra H. Maximilian, Frühe apparative Psychologie, Tönning, Der Andere Verlag, 2009.

Wontorra H. Maximilian, « Early Apparatus-based Experimental Psychology, Primarily at Wilhelm Wundt’s Leipzig Institute », in : Pléh C., Gurova L. et Ropolyi L. (eds.), New Perspectives on the History of Cognitive Science, Budapest, Akadémiai Kiadó, 2013, p. 59-80.

Wundt Eleonor, Wilhelm Wundts Werk, München, C. H. Beck, 1927.

Wundt Wilhelm, Beiträge zur Theorie der Sinneswahrnehmung, Leipzig und Heidelberg, C. F. Winter, 1862.

Wundt Wilhelm, « Die Geschwindigkeit des Gedankens », Die Gartenlaube, n° 17, 1862, p. 263-265.

Wundt Wilhelm, Vorlesungen über die Menschen und Thierseele, Leipzig, L. Voss, 1863-1864.

Wundt Wilhelm, Lehrbuch der Physiologie des Menschen, Erlangen, F. Enke, 1865. [Traduction française annotée par Abel Bouchard (1872) sur la seconde édition allemande révisée et augmentée de 1868. Nouveaux éléments de physiologie humaine, Paris, F. Savy, 1872].

Wundt Wilhelm, Die physikalischen Axiome und ihre Beziehung zum Causalprincip. In Capitel aus einer Philosophie der Naturwissenschaften, Erlangen, F. Enke, 1866.

Wundt Wilhelm, Handbuch der medicinischen Physik, Erlangen, F. Enke, 1867. [Traduction française avec de nombreuses additions par Dr. F. Monoyer, Traité élémentaire de physique médicale, Paris, J. B. Baillière, 1871].

Wundt Wilhelm, « Neue Leistungen auf dem Gebiete der physiologischen Psychologie », Vierteljahrsschrift für Psychiatrie in ihren Beziehungen zur Morphologie und Pathologie des Central-Nervensystems, zur physiologischen Psychologie, Statistik und gerichtlichen Medicin, 1, 1867, p. 23-56.

Wundt Wilhelm, Traité élémentaire de physique médicale (traduit par le docteur F. Monoyer), Paris, J.-B. Baillière, 1871.

Wundt Wilhelm, Grundzüge der physiologischen Psychologie, Leipzig, W. Engelmann, 1874.

Wundt Wilhelm, Über die Aufgabe der Philosophie in der Gegenwart, Leipzig, W. Engelmann, 1874.

Wundt Wilhelm, « La mesure des sensations : Réponses à propos du logarithme des sensations », Revue scientifique de la France et de l’étranger, 8, 2e série, 4e année, n° 43, 24 avril, 1875, p. 1017-1018.

Wundt Wilhelm, Über den Einfluss der Philosophie auf die Erfahrungswissenschaften, Leipzig, W. Engelmann, 1876.

Wundt Wilhelm, « Sur la mission de la philosophie dans le temps présent », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 1, 2, 1876, p. 113-124.

Wundt Wilhelm, « Philosophy in Germany », Mind, 2, n° 8, 1877, p. 493-518.

Wundt Wilhelm, « Sur la théorie des signes locaux », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 6, n° 9, 1878, p. 217-231.

Wundt Wilhelm, Grundzüge der physiologischen Psychologie (2e éd. en 2 vol.), Leipzig, W. Engelmann, 1880 (1re éd. 1874).

Wundt Wilhelm, Logik : eine Untersuchung der Principien der Erkenntniss und der Methoden Wissenschaftlicher Forschung. – I. Erkenntnisslehre. II. Methodenlehre, Stuttgart, Enke, 1880-1883.

Wundt Wilhelm, « Über psychologische Methoden », Philosophische Studien, 1, 1, 1881, p. 1-38.

Wundt Wilhelm, « Die Aufgaben der experimentellen Psychologie », Deutsche Revue der Gegenwart, 18, 1882, p. 389-406.

Wundt Wilhelm, « Über die Messung psychischer Vorgänge », Philosophische Studien, 1, 2, 1882, p. 251-260.

Wundt Wilhelm, « Weitere Bemerkungen über psychische Messung », Philosophische Studien, 1, 3, 1882, p. 463-471.

Wundt Wilhelm, Traité élémentaire de physique médicale (traduit par le docteur F. Monoyer, revue et augmentée par A. Imbert), Paris, J.-B. Baillière, 1884.

Wundt Wilhelm, Ethik. Eine Untersuchung Der Thatsachen und Gesetze des sittlichen Lebens, Stuttgart, Ferdinand Enke, 1886.

Wundt Wilhelm, Éléments de psychologie physiologique (2 vol.) (trad. française sur la seconde édition allemande de 1880 par E. Rouvier), Paris, F. Alcan, 1886 (1re éd. allemande 1874).

Wundt Wilhelm, Grundzüge der physiologischen Psychologie (3e éd.), Leipzig, W. Engelmann, 1887 (1re éd. 1874).

Wundt Wilhelm, « Über Ziele und Wege der Völkerpsychologie », Philosophische Studien, 4, 1, 1887, p. 1-27.

Wundt Wilhelm, « Zur Erinnerung an Gustav Theodor Fechner. Worte gesprochen an seinem Sarge am 21. Nov., 1887 », Philosophische Studien, 4, 4, 1888, p. 471-478.

Wundt Wilhelm, System der Philosophie, Leipzig, Engelmann, 1889.

Wundt Wilhelm, Vorlesungen über die Menschen und Thierseele (2e éd.), Hamburg & Leipzig, L. Voss, 1892 (1re éd. 1863-64).

Wundt Wilhelm, « Hypnotismus und Suggestion », Philosophische Studien, 8, 5, 1892, p. 1-85.

Wundt Wilhelm, Hypnotisme et Suggestion : Étude critique (traduit de l’Allemand par A. Keller), Paris, F. Alcan, 1893 (1re éd. allemande 1892). 

Wundt Wilhelm, « Psychophysik und experimentelle Psychologie », in : Lexis Wilhelm (hrsg.), Die deutschen Universitäten. Für die Universitätsausstellung in Chicago 1893 unter Mitwirkung zahlreicher Universitätslehrer (Vol. I), Berlin, A. Asher & Co, 1893, p. 450-457.

Wundt Wilhelm, Logik : eine Untersuchung der Principien der Erkenntniss und der Methoden Wissenschaftlicher Forschung. – I. Erkenntnisslehre. II. Methodenlehre (2e édition), Stuttgart, Enke, 1893-1894 (1re éd. 1880-1883).

Wundt Wilhelm, « Über die Definition der Psychologie », Philosophische Studien, 12, 1, 1895, p. 1-66. 

Wundt Wilhelm, Grundriss der Psychologie, Leipzig, Engelmann, 1896.

Wundt Wilhelm, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (10 Vol.), Leipzig, W. Engelmann ; Stuttgart, A. Kröner, 1900-1920.

Wundt Wilhelm, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. I : t. 1-2) : Die Sprache, Leipzig, W. Engelmann, 1900. 

Wundt Wilhelm, Gustav Theodor Fechner. Rede zur Feier seines hundertjährigen Geburtstages, Leipzig, W. Engelmann, 1901.

Wundt Wilhelm, « Schlusswort des Herausgebers », Philosophische Studien, 18, 4, 1903, p. 793-795.

Wundt Wilhelm, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (Vol. II : pt. I) : Mythus und Religion (I), Leipzig, W. Engelmann, 1905.

Wundt Wilhelm, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. II : pt. II). Mythus und Religion (II), Leipzig, W. Engelmann, 1906. 

Wundt Wilhelm, Logik (3e éd.), Stuttgart, Enke, 1906 (1re éd. 1880-1883).

Wundt Wilhelm, « Über Ausfrageexperimente und über die Methoden zur Psychologie des Denkens », Psychologische Studien, 3, 1907, p. 301-360.

Wundt Wilhelm, « Kritische Nachlese zur Ausfragemethode », Archiv für die Gesamte Psychologie, 11, 1908, p. 445-459.

Wundt Wilhelm, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. II : pt. III). Mythus und Religion (III), Leipzig, W. Engelmann, 1909. Dans un nouvel arrangement de l’ouvrage décidé en 1908 à la faveur de rééditions remaniées de certains tomes de sa Völkerpsychologie on aura 4 volumes : vol. III : Die Kunst (1908) ; vol. IV : Mythus und Religion (I) (1910) ; vol. V : Mythus und Religion (II) (1914) ; vol. VI : Mythus und Religion (III) (1915).

Wundt Wilhelm, « Das Institut für experimentelle Psychologie zu Leipzig », Psychologische Studien, 5, 5-6, 1910, p. 279-293.

Wundt Wilhelm, Probleme der Völkerpsychologie, Leipzig, E. Wiegandt, 1911.

Wundt Wilhelm, Elemente der Völkerpsychologie. Grundlinien einer psychologischen Entwicklungsgeschichte der Menschheit, Leipzig, A. Kröner, 1912.

Wundt Wilhelm, Zusammenfassende Darstellung der Völkerpsychologie, Leipzig, Siegismund et Volkening, 1912.

Wundt Wilhelm, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. VII) : Die Gesellschaft (I), Leipzig, A. Kröner, 1917.

Wundt Wilhelm, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. VIII) : Die Gesellschaft (II), Leipzig, A. Kröner, 1917.

Wundt Wilhelm, « Völkerpsychologie und Entwicklungspsychologie », Psychologische Studien, 10, 1917, p. 189-238.

Wundt Wilhelm, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. IX) : Das Recht, Leipzig, A. Kröner, 1918. 

Wundt Wilhelm, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. X) : Kultur und Geschichte, Leipzig, A. Kröner, 1920.

Wundt Wilhelm, Erlebtes und Erkanntes, Stuttgart : A. Kröner, 1920, tr. fr. par M. Géraud : De la physiologie à l’ethnopsychologie. Ce que j’ai vécu, ce que j’ai appris, Paris, L’Harmattan, 2009.

Haut de page

Notes

1  Cf. W. G. Bringmann, W. D. G., Balance et R. B. Evans, « Wilhelm Wundt 1832-1920 : A Brief Biographical Sketch » ; W. Meischner, E. Eschler, Wilhelm Wundt.

2  Cf. A. L. Blumenthal, « A Reappraisal of Wilhelm Wundt » ; J. Fahrenberg, Wilhelm Wundt (1832-1920). Gesamtwerk : Einführung, Zitate, Kommentare, Rezeption, Rekonstruktionsversuche ; S. Nicolas, La Psychologie de W. Wundt ; E. Wundt, Wilhelm Wundts Werk.

3  Cf. W. Wundt, « Psychophysik und experimentelle Psychologie » ; W. Wundt, « Das Institut für experimentelle Psychologie zu Leipzig ». Et A. Meischner-Metge, E. Schröger, « Leipzig – Die Geschichte des Instituts für Psychologie der Universität Leipzig ».

4  Cf. E. G. Boring, « On the Subjectivity of Important Historical Dates : Leipzig 1879 » ; S. Nicolas, « Wundt et la fondation en 1879 de son laboratoire de psychologie. Histoire documentaire de la création et du développement de l’Institut de psychologie expérimentale de Leipzig ».

5  Cf. S. Nicolas, op. cit ; J. González álvarez, El laboratorio de Wundt : Nacimiento de la ciencia psicológica.

6  Cf. W. G. Bringmann, E. Scheerer, (dir.), Wundt Centennial Issue ; W. G. Bringmann, R. D. Tweney (dir.), Wundt studies ; W. Meischner, A. Metge (dir.), Wilhelm Wundt : Progressives Erbe, Wissenschaftsentwicklung und Gegenwart ; R. W. Rieber (dir.), Wilhelm Wundt and the Making of a Scientific Psychology ; R. W. Rieber, D. K. Robinson (dir.), Wilhelm Wundt in History. The Making of a Scientific Psychology.

7  Si l’on consulte la littérature, on doit admettre que la traduction du mot allemand Völkerpsychologie n’est pas aisée. Certains l’ont traduit par « psychologie des peuples », « psychologie culturelle », « psychologie ethnique », « psychologie sociale », « socio-psychologie », etc. qui sont des termes assez proches du concept de Völkerpsychologie, mais sujets à diverses objections. Afin d’éviter des discussions terminologiques stériles ainsi que l’inconvénient d’adopter une traduction qui ne serait pas assez proche de la réalité, nous garderons dans la suite le terme allemand « Völkerpsychologie ».

8  Cf. Th. Ribot, « La psychologie ethnographique en Allemagne ».

9  Cf. M. Espagne, « Wilhelm Wundt. La “psychologie des peuples” et l’histoire culturelle ».

10  Cf. S. Nicolas, Théodule Ribot. Philosophe breton fondateur de la psychologie française.

11  Th. Ribot, La Psychologie allemande contemporaine (École expérimentale).

12  Th. Ribot, Die experimentelle Psychologie der Gegenwart in Deutschland.

13  W. Wundt, « Philosophy in Germany ».

14  W. Wundt, Éléments de psychologie physiologique, vol. 1, p. xxvii-xxviii.

15  Cf. W. G. Bringmann, « Wundt in Heidelberg 1845-1874 » ; et W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes.

16  Cf. H. Helmholtz, « Physiologische Optik », in : G. Karsten (hrsg.), Allgemeine Encyklopädie der Physik (vol. IX, chap. 1 à 32 publiés entre 1856 et 1860) ; H. Helmholtz, Handbuch der Physiologischen Optik (1re éd. 1867).

17  Cf. W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes.

18  Cf. W. Wundt, Beiträge zur Theorie der Sinneswahrnehmung. – W. Wundt, Vorlesungen über die Menschen und Thierseele (vol. I, p. xiv, 491 ; vol. II, p. viii, p. 463).

19  C. Wassmann, « Physiological Optics, Cognition and Emotion : A Novel Look at the Early Work of Wilhelm Wundt ».

20  W. Wundt, Beiträge zur Theorie der Sinneswahrnehmung (1re éd. 1862).

21  W. Wundt, « Vorrede », in : Beiträge zur Theorie der Sinneswahrnehmung, p. IV-V.

22Idem, p. XIV.

23Idem, p. XV.

24Idem, p. XXVII.

25Ibidem.

26Ibidem.

27  Cf. W. Wundt, « Die Geschwindigkeit des Gedankens », où plusieurs de ces recherches sont décrites.

28  W. Wundt, « Vorrede », p. XXIX.

29  G. T. Fechner, Elemente der Psychophysik (2 vol., 1re éd. 1860). Cf. S. Nicolas, « La fondation de la psychophysique de Fechner : Des présupposés métaphysiques aux écrits scientifiques de Weber ».

30  Fechner apparaît en psychologie comme un personnage tout aussi important que Wundt. Mais il est juste de souligner que Fechner n’était pas animé d’un intérêt spécifique pour les questions psychologiques, et ne s’intéressait qu’aux recherches qui touchaient le seuil de la conscience et de l’esthétique qui, suivant lui, pouvaient de la sorte jeter quelque lumière sur les rapports de l’esprit et de la matière. L’intérêt psychologique de Wundt, au contraire, était plus étendu et en outre, pour lui, la psychologie était d’une importance capitale pour la philosophie.

31  W. Wundt, « Vorrede », p. XXX.

32  Cf. C. R. Krauss, « Back to the Origins of the Repudiation of Wundt : Ostwald Külpe and Richard Avenarius ».

33  W. Wundt, Vorlesungen über die Menschen und Thierseele (1re éd. 1863-1864).

34Idem, vol. II, 1864, p. 449.

35  Wundt fait du terme Völkerpsychologie un usage original par rapport à des auteurs comme Herbart, Lazarus (1824-1903) et Steinthal (1823-1899). Cf. G. Eckardt (Hrsg.), Völkerpsychologie: Versuch einer Neuentdeckung. Texte von Lazarus, Steinthal und Wundt. Et C. M. Schneider, Wilhelm Wundts Völkerpsychologie. Entstehung und Entwicklung eines in Vergessenheit geratenen, wissenschaftshistorisch relevanten Fachgebietes.

36  W. Wundt, « Vorrede », p. V.

37  Cf. S. Nicolas, Les Facultés de l’âme. Une histoire des systèmes.

38  W. Wundt, « Vorrede », p. V.

39Idem, p. VII.

40  Cf. W. Wundt, « Neue Leistungen auf dem Gebiete der physiologischen Psychologie ».

41  Cf. W. Wundt, Erlebtes und Erkanntes, p. 201.

42  Cf. W. Wundt, « Neue Leistungen auf dem Gebiete der physiologischen Psychologie » ; W. Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie (1re éd.1874).

43  W. Wundt, « Vorrede », p. IX.

44  W. Wundt, « Vorrede », p. III.

45  La présentation de la Völkerpsychologie apparaît dans les conférences n° 38 à 40 portant sur l’État et la société, la conférence n° 41 portant sur la morale, les conférences n° 44 à 48 portant sur la religion, les mythes, les croyances et les cultes, les conférences n° 53 et 54 portant sur le langage et les conférences n° 55 à 57 portant sur la volonté.

46  Cf. W. Wundt, Lehrbuch der Physiologie des Menschen ; W. Wundt, Handbuch der medicinischen Physik.

47  Cf. A. Hass, « Itinéraires internationaux. Perspectives sur les traductions des ouvrages du psychologue Wilhelm Wundt ».

48  W. Wundt, Lehrbuch der Physiologie des Menschen. Traduction française annotée par H. Bouchard (1872) sur la seconde édition allemande révisée et augmentée de 1868 : Nouveaux éléments de physiologie humaine, Paris, F. Savy.

49  Archives de l’Université de Leipzig : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/
Briefe/1001-1100/1060/305-308.

50  Cf. S. Nicolas et L. Ferrand, « Henry Beaunis (1830-1921) : A Physiologist Among Psychologists ».

51  Cf. H. Beaunis et A. Bouchard, Nouveaux éléments d’anatomie descriptive et d’embryologie.

52  P. Brouardel, « Bibliographie scientifique. Nouveaux éléments de physiologie humaine, par M. W. Wundt ».

53  H. Bouchard, Préface à W. Wundt, Nouveaux éléments de physiologie humaine, tr. fr. Bouchard, 1872, p. V.

54  Archives de l’Université de Leipzig : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/
Briefe/1301-1400/1381/369-372.

55  Cf. W. Wundt, Handbuch der medicinischen Physik. Traduction française avec de nombreuses additions par Dr. F. Monoyer (1871), Traité élémentaire de physique médicale, Paris, J. B. Baillière.

56  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Monnoyer à Wundt ; 13 septembre 1867) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/1301-
1400/1329/119-122.

57Ibid.

58  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Monoyer à Wundt, 11 octobre 1871) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/1301-
1400/1330/123-126.

59  Cf. W. Wundt, Traité élémentaire de physique médicale (traduit par le docteur F. Monoyer).

60  Cf. J. Jeannel, « Analyse bibliographique : Traité élémentaire de physique médicale, par le docteur W. Wundt ».

61L’Union médicale, 19 décembre 1871, 110, vol. 12, 3e série, p. 894.

62  Cf. W. Wundt, Traité élémentaire de physique médicale (traduit par le docteur F. Monoyer, édition revue et augmentée par A. Imbert).

63  Cf. S. Nicolas et D. Murray, « Théodule Ribot (1839-1916), Founder of French Psychology : A Biographical Introduction » ; S. Nicolas, Théodule Ribot. Philosophe breton fondateur de la psychologie française.

64  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Ribot à Wundt ; 12/12/1874) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/1301-1400/1003/357-360.

65  Th. Ribot, « La psychologie physiologique en Allemagne : La mesure des sensations ».

66  J. Tannery, « À propos du logarithme des sensations (I) ».

67  Th. Ribot, « Réponse à propos du logarithme des sensations ».

68  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Ribot à Wundt, 19 mars 1875) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/1001-1100/1003/9-12.

69  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Ribot à Wundt, 24 mars 1875) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/ 1001-1100/1004/13-16.

70  J. Delboeuf, « La mesure des sensations (I) et (II) : Réponses à propos du logarithme des sensations ». Cf. S. Nicolas, D. Murray et B. Farahmand, « The Psychophysics of J. R. L. Delboeuf (1831-1896) ».

71  W. Wundt, « La mesure des sensations : Réponses à propos du logarithme des sensations ».

72  J. Tannery, « A propos du logarithme des sensations (II). »

73  Cf. W. Wundt, « Zur Erinnerung an Gustav Theodor Fechner. Worte gesprochen an seinem Sarge am 21. Nov., 1887 » ; W. Wundt, Gustav Theodor Fechner. Rede zur Feier seines hundertjährigen Geburtstages. Cf. M. Foucault, « Analyse de Wundt, W. (1901). Gustav Theodor Fechner ».

74  Cf. G. T. Fechner, In Sachen der Psychophysik ; G. T. Fechner, Revision der Hauptpunkte der Psychophysik ; G. T. Fechner, « Über die psychischen Massprincipien und das Weber’sche Gesetz ».

75  Cf. D. J. Murray, « Fechner’s Later Psychophysics » ; D.  J. Murray, « A Perspective for Viewing the History of Psychophysics ».

76  Cf. H. Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience, chapitre I.

77  W. W. Meissner, « The Problem of Psychophysics : Bergson’s Critique ».

78  Th. Ribot, « La psychologie allemande contemporaine : M. Wilhelm Wundt ».

79  W. Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie (1re éd. 1874).

80  Th. Ribot, « La psychologie physiologique en Allemagne : M. W. Wundt ».

81  W. Wundt, Über die Aufgabe der Philosophie in der Gegenwart. Cf. R. Lenoir, « Lettres de Théodule Ribot à Alfred Espinas (1866-1875) », p. 14.

82  W. Wundt, « Sur la mission de la philosophie dans le temps présent ».

83  Cf. J. Thirard, « La fondation de la Revue philosophique » ; L. Mucchielli, « Aux origines de la psychologie universitaire en France : Enjeux intellectuels, contexte politique, réseaux et stratégies d’alliance autour de la Revue philosophique de Théodule Ribot » ; S. Nicolas, « “A Big Piece of News” : Théodule Ribot and the Founding of the “Revue Philosophique de la France et de l’Étranger” ».

84  Th. Ribot, La Psychologie allemande contemporaine (1re éd. 1879).

85  Cf. Th. Ribot : « Influence de la philosophie sur les sciences expérimentales » (à propos de W. Wundt, Über den Einfluss der Philosophie auf die Erfahrungswissenschaften). Cf. également Th. Ribot « Travaux récents sur la psychophysique (Wundt & Trautschold) » ; Th. Ribot, « Die Aufgaben der experimentellen Psychologie de W. Wundt » (à propos de W. Wundt, « Die Aufgaben der experimentellen Psychologie »).

86  Par exemple, W. Wundt, « Sur la théorie des signes locaux ».

87  W. Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie.

88  Cf. S. F. Araujo, Wundt and the Philosophical Foundations of Psychology : A Reappraisal.

89  Cf. S. F. Araujo, « Why Wundt Abandon his Early Theory of the Unconscious ? Towards a New Interpretation of Wundt’s Psychological Project ».

90  Cf. H. M. Wontorra, Frühe apparative Psychologie ; H. M. Wontorra, « Early Apparatus-based Experimental Psychology, Primarily at Wilhelm Wundt’s Leipzig Institute ».

91  Th. Ribot, « La psychologie physiologique en Allemagne : M. W. Wundt ».

92  E. von Hartmann, La Philosophie de l’inconscient (traduction en 1877 et introduction par D. Nolen).

93  Cf. D. Nolen, L’Histoire du matérialisme de Lange.

94  Cf. F. Picavet, « Nécrologie : Désiré Nolen ».

95  Cf. D. Nolen, « La psychologie nouvelle ».

96  Archives de l’Université de Leipzig (Lettres de Rouvier à Wundt ; 25 juin 1878, 24 avril 1879, 18 décembre 1879, 18 octobre 1880) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/ 1401-1500/1419/81-92.

97  W. Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie (2e éd. 1880 en 2 vol.).

98  Cf. W. Wundt, Éléments de psychologie physiologique (2 vol.). Traduction française sur la seconde édition allemande de 1880 par E. Rouvier.

99  Cf. A. Hass, « Itinéraires internationaux. Perspectives sur les traductions des ouvrages du psychologue Wilhelm Wundt ».

100  Th. Ribot, « Analyse de l’ouvrage de W. Wundt (1880) ».

101  F. Pillon, « Analyse de l’ouvrage de W. Wundt, Éléments de psychologie physiologique », p. 400.

102  B. Bourdon, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1887). Grundzüge der physiologischen Psychologie (3e éd. en 2 vol.) ».

103  V. Henri, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1893). Grundzüge der physiologischen Psychologie (4e éd. en 2 vol.) ».

104  H. Piéron, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1902-1903). Grundzüge der physiologischen Psychologie (5e éd. en 3 vol. et un index) ».

105  W. Wundt, Grundriss der Psychologie.

106  G. Séailles, « Les méthodes psychologiques et la psychologie expérimentale ».

107  W. Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie (2e éd. en 2 vol.).

108  Cf. G. Séailles, « L’enseignement en Allemagne ».

109  W. Wundt, « Schlusswort des Herausgebers », p. 793.

110  W. Wundt, « Ueber psychologische Methoden ».

111  Cf. M. A. Tinker, « Wundt’s Doctorate Students and Their Theses 1875-1920 » ; S. Fernberger, « Wundt’s Doctorate Students. »

112  W. Wundt, « Die Aufgaben der experimentellen Psychologie ».

113  Cf. W. Wundt, « Über die Messung psychischer Vorgänge » et « Weitere Bemerkungen über psychische Messung ».

114  W. Wundt, « Hypnotismus und Suggestion ».

115  Cf. R. Plas, « De la vivisection morale et intellectuelle : L’hypnotisme comme moyen d’investigation psychologique en France au xixe siècle. »

116  Cf. J. Carroy et R. Plas, « La méthode pathologique et les origines de la psychologie française au xixe siècle » ; J. Carroy et R. Plas, « The Beginnings of Psychology in France : Who Was a “Scientific” Psychologist in The Nineteenth Century » ; J. Carroy et R. Plas, « The Origins of French Experimental Psychology : Experiment and Experimentalism » ; J. Carroy et H. Schmidgen, « Psychologies expérimentales : Leipzig-Paris (1890-1910) ».

117  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de F. Alcan à Wundt) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/ 1601-1700/1664/3/9-12.

118  Archives de l’Université de Leipzig : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/ 1601-1700/1664/2/5-8.

119  W. Wundt, Hypnotisme et Suggestion : étude critique (traduit de l’Allemand par A. Keller). 

120  Cf. S. Nicolas, « Qui était Victor Henri (1872-1940) ? ».

121  Cf. S. Nicolas, D. Gras, et J. Segui, « Alfred Binet et le laboratoire de psychologie de la Sorbonne ».

122  Cf. S. Nicolas, « Henry Beaunis (1830-1921) : Directeur-fondateur du laboratoire de Psychologie Physiologique de la Sorbonne ».

123  V. Henri, « Les laboratoires de psychologie expérimentale en Allemagne ». Cf. S. Nicolas, M. E. Barnes, & D. J. Murray, « A French Description of German Psychology Laboratories in 1893 by Victor Henri, a Collaborator of Binet ».

124  V. Henri, « Revue générale de psychophysique (I, II, III, IV, V) ».

125  Cf. S. Nicolas, J. Segui et L. Ferrand, « L’Année Psychologique : History of the Founding of a Centenarian Journal » ; cf. également S. Nicolas, J. Segui et L. Ferrand, « Les premières revues de psychologie : La place de L’Année Psychologique ».

126  V. Henri, « Analyse de l’ouvrage de W. Wundt – Grundriss der Psychologie ».

127  W. Wundt, Grundriss der Psychologie (1re éd. 1896).

128  Cf. S. Nicolas, 12 leçons illustrées d’histoire de la psychologie.

129  Cf. M. Foucault, La Psychophysique.

130  Cf. M. Foucault, « Revue des périodiques étrangers (I, II, III, IV, V). Les Philosophische Studien ; « Les revues psychologiques allemandes en 1906 » ; « Les revues allemandes de psychologie en 1907 » ; « Les revues allemandes de psychologie en 1908 » ; « Les revues allemandes de psychologie en 1909 » ; « Les revues allemandes de psychologie en 1910 » ; « Les revues allemandes de psychologie en 1911 et 1912 ».

131  B. Bourdon, « Revue critique. Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1900). Völkerpsychologie. Erster Band. Die Sprache » ; H. Lachelier, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1901). Einleitung in die Philosophie ».

132  Parmi eux, on trouve notamment Henri Lachelier, Gabriel Séailles, Célestin Bouglé, Lucien Herr, Emile Durkheim, Victor Henri, Benjamin Bourdon, Théodore Ruyssen.

133  H. Lachelier, « Université de Heidelberg. Enseignement de la philosophie ».

134  H. Lachelier, « L’enseignement de la philosophie dans les universités allemandes ».

135  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Ribot à Wundt, 30 octobre 1879) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/1301-1400/1382/373-376.

136  H. Lachelier, « La théorie de la connaissance de Wundt ».

137  W. Wundt, Logik : eine Untersuchung der Principien der Erkenntniss und der Methoden wissenschaftlicher Forschung. – I. Erkenntnisslehre (1re éd. 1880).

138  W. Wundt, Die physikalischen Axiome und ihre Beziehung zum Causalprinzip. Ein Capitel aus einer Philosophie der Naturwissenschaften (1re éd. 1866).

139  H. Lachelier, « Théorie du jugement et du raisonnement déductif dans la “Logique” de Wundt ».

140  W. Wundt, Logik, op. cit. (2e éd. 1893).

141  Cf. S. Nicolas, Histoire de la philosophie en France au xixe siècle. Naissance de la psychologie spiritualiste (1789-1830).

142  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Lachelier à Wundt, 24 novembre 1880) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/1201-
1300/1288/529-532.

143  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Lachelier à Wundt, 14 février 1883) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/1201-
1300/1289/533-536.

144  Cf. W. Wundt, « Über psychologische Methoden », et « Die Aufgaben der experimentellen Psychologie ».

145  H. Lachelier, « Les lois psychologiques dans l’école de Wundt ».

146  W. Wundt, Logik: eine Untersuchung der Principien der Erkenntniss und der Methoden Wissenschaftlicher Forschung. – II. Methodenlehre (1re éd. 1883).

147  H. Lachelier, « Les lois psychologiques dans l’école de Wundt », p. 143.

148Idem, p. 144.

149  H. Lachelier, « La métaphysique de M. Wundt ».

150  W. Wundt, System der Philosophie (1re éd. 1889).

151  W. Wundt, Logik : eine Untersuchung der Principien der Erkenntniss und der Methoden Wissenschaftlicher Forschung. – I. Erkenntnisslehre. II. Methodenlehre (1re éd. 1880-1883).

152  W. Wundt, Ethik. Eine Untersuchung Der Thatsachen und Gesetze des sittlichen Lebens (1re éd. 1886).

153  Cf. Th. Ribot, La Philosophie de Schopenhauer (1re éd. 1874).

154  Cf. A. Fouillée, L’Avenir de la métaphysique fondée sur l’expérience et Psychologie des idées-forces.

155  Archives de l’Université de Leipzig (Lettre de Lachelier à Wundt, 6 février 1890) : NA Wundt/III/Nachlass Wilhelm Wundt/Briefe/1201-1300/1290/537-540.

156  H. Lachelier, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1901). Einleitung in die Philosophie ».

157  W. Wundt, Vorlesungen über die Menschen und Thierseele (1re éd. 1863-64).

158  Cf. S. Nicolas, « Psychologie expérimentale et Völkerpsychologie chez Wundt : Un état des lieux ».

159  W. Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie (3e éd. 1887).

160  W. Wundt, « Über Ziele und Wege der Völkerpsychologie ».

161Idem, p. 20.

162  W. Wundt, Vorlesungen über die Menschen und Thierseele (2e edition 1892 en un seul volume).

163  Cf. M. Espagne, « Wilhelm Wundt. La “psychologie des peuples” et l’histoire culturelle ». M. Espagne, A. Hass (dir.), Wilhelm Wundt et la naissance de l’anthropologie.

164  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (10 volumes publiés entre 1900 et 1920).

165  W. Wundt, « Einleitung », in : Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte, vol. I : Die Sprache, t. 1, p. 1-28.

166Idem, p. 1.

167Idem, p. 2.

168  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (2 vol.) : Die Sprache. Dans un nouvel arrangement de l’ouvrage décidé en 1908, on aura les deux premiers volumes de la série ainsi constituée [vol. I : Die Sprache (tome 1) ; vol. II : Die Sprache (tome 2)]. 

169  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. II, pt 1) : Mythus und Religion (I) (vol. publié en 1905) ; W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. II : pt. II). Mythus und Religion (II) (vol. publié en 1906) ; W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. II : pt. III). Mythus und Religion (III) (vol. publié en 1909). Dans un nouvel arrangement de l’ouvrage décidé en 1908 à la faveur de rééditions remaniées de certains tomes de sa Völkerpsychologie, on aura 4 volumes : le vol. III : Die Kunst (1908) ; vol. IV : Mythus und Religion (I) (1910) ; vol. V : Mythus und Religion (II) (1914) ; vol. VI : Mythus und Religion (III) (1915).

170  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. VII) : Die Gesellschaft (I). (1re éd. 1917) ; W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. VIII) : Die Gesellschaft (II). (1re éd. 1917).

171  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. IX) : Das Recht. (1re éd. 1918). 

172  W. Wundt, Völkerpsychologie. Eine Untersuchung der Entwicklungsgesetze von Sprache, Mythus und Sitte (vol. X) : Kultur und Geschichte. (1re éd. 1920).

173  W. Wundt, Probleme der Völkerpsychologie (1re éd. 1911) ; W. Wundt, Elemente der Völkerpsychologie. Grundlinien einer psychologischen Entwicklungsgeschichte der Menschheit (1re éd. 1912) ; W. Wundt, Zusammenfassende Darstellung der Völkerpsychologie (1re éd. 1912) ; W. Wundt, « Völkerpsychologie und Entwicklungspsychologie ».

174E. Durkheim, « La philosophie dans les universités allemandes ».

175  W. Wundt, Ethik. Eine Untersuchung… (op. cit.).

176E. Durkheim, « La science positive de la morale en Allemagne (III). Les moralistes. M. Wundt ».

177Idem, p. 115.

178  E. Durkheim, « Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1912). Elemente der Völkerpsychologie. Grundlinien einer psychologischen Entwicklungsgeschichte der Menschheit ».

179  B. Bourdon, « Revue critique. Analyse de l’ouvrage de Wundt, W. (1900). Völkerpsychologie. Erster Band. Die Sprache ».

180  M. Mauss, « L’art et le mythe d’après Wundt ».

181  E. Klautke, « The French reception of Völkerpsychologie and the origins of the social sciences ».

182  Cf. M. Espagne, « Le cercle positiviste de Leipzig : une anthropologie en germe ? », p. 86.

183  H. Schmidgen, « Wilhelm Wundt et l’unité de la psychologie ».

184  H. Høffding, Moderne Filosofer. Une traduction allemande paraît en 1905 sous le titre : H. Höffding, Moderne Philosophen. Vorlesungen gehalten an der Universität in Kopenhagen im Herbst 1902. La traduction française d’après l’édition allemande est publiée en 1908 sous le titre : Philosophes contemporains.

185  H. Høffding, Psykologi i Omrids paa Grundlag af Erfaring. La traduction française paraît en 1900 sous le titre : Esquisse d’une psychologie fondée sur l’expérience.

186  H. Höffding, Philosophes contemporains, p. 5.

187  F. Paulsen, Einleitung in die Philosophie.

188  W. Wundt, Logik : eine Untersuchung der Principien der Erkenntniss und der Methoden Wissenschaftlicher Forschung. – I. Erkenntnisslehre. II. Methodenlehre (2e éd. 1893-1894) ; W. Wundt, « Über die Definition der Psychologie ».

189  G. Dwelshauvers, Psychologie de l’apperception et recherches expérimentales sur l’attention. Essai de psychologie physiologique.

190  G. Dwelshauvers, « Untersuchungen zur Mechanik der activen Aufmersamkeit ».

191  G. Dwelshauvers, « Wilhelm Wundt et la psychologie expérimentale ».

192  S. F. Araujo, Wundt and the Philosophical Foundations of Psychology : A Reappraisal.

193  Cf. les publications de K. Danziger, G. Eckardt, J. D. Greenwood, C. M. Schneider, W. Wong mentionnées dans la bibliographie.

194  W. Van Hoorn, T. Verhave, « Wundt’s Changing Conception of a General and Theoretical Psychology ».

195  K. Danziger, « Origins and Basic Principles of Wundt’s Völkerpsychologie ».

196  Cf. A. Burloud, La Pensée d’après les recherches expérimentales de H. J. Watt, de Messer et de Bühler. Cf. également J. Friedrich, « La psychologie de la pensée de l’école de Würzburg. – Analyse d’un cas de marginalisation ». De W. Wundt, « Über Ausfrageexperimente und über die Methoden zur Psychologie des Denkens » et « Kritische Nachlese zur Ausfragemethode ».

197  Cf. K. Danziger, « The positivist repudiation of Wundt » et C. R. Krauss, « Back to the origins of the repudiation of Wundt : Ostwald Külpe and Richard Avenarius ».

198  H. Norero, « La philosophie de Wundt ».

199  Ce travail a bénéficié partiellement d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme « Investissements d’Avenir » portant la référence ANR-10-LABX-0083. Il contribue à l’IdEx Université de Paris - ANR-18-IDEX-0001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Nicolas, « La réception française de la psychologie et la philosophie de Wilhelm Wundt »Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, 54 | 2023, 121-178.

Référence électronique

Serge Nicolas, « La réception française de la psychologie et la philosophie de Wilhelm Wundt »Les Cahiers philosophiques de Strasbourg [En ligne], 54 | 2023, mis en ligne le 12 décembre 2023, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cps/7143 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cps.7143

Haut de page

Auteur

Serge Nicolas

UR 7536, Université Paris Cité,
Laboratoire Mémoire, Cerveau et Cognition (MC2Lab),
Institut Universitaire de France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search