Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54RecensionsRaphaël Authier, Figures de l’his...

Recensions

Raphaël Authier, Figures de l’histoire, formes du temps. Hegel, Schelling et l’élaboration d’un concept d’histoire

Ioanna Bartsidi
p. 253-255
Référence(s) :

Raphaël Authier, Figures de l’histoire, formes du temps. Hegel, Schelling et l’élaboration d’un concept d’histoire, Paris, Vrin, 2023, 344 p.

Texte intégral

1L’ouvrage s’inscrit dans une tentative, inaugurée par les travaux de B. Bourgeois et F. Fischbach, de lire Hegel et Schelling à titre d’égalité en envisageant la philosophie post-kantienne non pas comme un progrès linéaire, mais comme champ de virtualités qui ont aujourd’hui un sens autant généalogique que conceptuel. L’auteur revient ainsi à un moment historico-philosophique où « sous la triple influence de Herder, de Kant et de la Révolution française », l’histoire devient « une question proprement philosophique » (p. 10). Le livre se propose d’exposer différentes conceptions de l’histoire dans le contexte de l’idéalisme allemand par la confrontation du corpus schellingien au corpus hégélien de la maturité. Il s’agit en ce sens d’une enquête sur le sens systématique de l’histoire à travers l’œuvre des deux auteurs, dans une perspective qui dépasse la période de leur collaboration de jeunesse dans le milieu intellectuel du Stift de Tübingen.

2L’introduction de l’ouvrage suit l’évolution sémantique du concept d’« histoire » à la fin du xviiie dans sa double signification événementielle (Geschichte) et historiographique (Historie). Alors que le terme relève encore d’une ambiguïté entre série temporelle d’événements et taxinomie des espèces (histoire naturelle), Hegel et Schelling jouent un rôle déterminant par l’invention du concept ontologique d’historicité (Geschichtlichkeit), comme temporalité propre à l’esprit. La première partie de l’ouvrage est ensuite consacrée aux figures de l’histoire chez les deux philosophes, alors que la deuxième porte sur les formes de temps qu’elles présupposent. Dans un troisième et dernier temps, l’auteur développe une réflexion sur l’historicité en tant que biais d’articulation du temps et de l’histoire, mais aussi réseau de problèmes où se manifestent leurs tensions. La riche conclusion sur le présent et l’avenir du concept post-kantien d’historicité est suivie par un index utile.

3En commençant par Hegel, l’auteur distingue entre deux formes d’histoire dans le corpus : d’abord, dans la Phénoménologie de l’esprit une séquence d’expériences à portée épistémologique qui conduisent l’esprit subjectif au savoir absolu ; puis dans l’Encyclopédie une histoire de l’esprit objectif qui se distingue par sa dimension consciente (récit) et collective (État). Or, là où l’on pourrait ne voir que des tensions internes à la conceptualité hégélienne, l’ouvrage choisit d’approfondir sa perspective ontologique en dégageant une détermination commune : l’idée d’une évolution spirituelle par l’intériorisation et la mémoire du passé signifiant. C’est de cette définition hégélienne que se démarque Schelling, pour penser l’histoire comme l’acte d’une liberté absolue. Cette liberté se réalise, sans contingence et sans contradiction, dans un destin qui manifeste l’agir divin. À partir de cette idée, l’ouvrage décèle avec X. Tilliette trois moments d’une distanciation progressive de Schelling vis-àvis de la « philosophie de l’histoire » pragmatique : une période « kantienne » qui voit dans l’histoire le terrain de réalisation d’un but pratique et une téléologie intrinsèque (1798-1803) ; ensuite une période « médiane » qui conçoit d’abord l’histoire comme révélation du divin dotée d’une téléologie extrinsèque forte, puis comme conflit entre les principes du bien et du mal par une téléologie extrinsèque faible (1803-1815) (p. 68) ; enfin, dans le « dernier Schelling » (1810-1854), l’histoire ne se comprend plus à partir d’une fin, mais dans son rapport à ce qui est non-historique ou pré-historique (vorgeschichtlich), de manière ontologique et non pas épistémologique (vorhistorisch). Le temps historique nivelé se constitue par la conscience réflexive du passé, présupposant un temps pré-historique où se déroule une reconfiguration inconsciente du rapport esprit-monde.

4À l’issue de la première partie, une question se pose selon l’auteur, autant pour Schelling que pour Hegel : l’histoire, temporalité propre de l’esprit, est-elle une complexification du temps naturel ou s’y oppose-t-elle ? La deuxième partie examine le temps d’abord en tant qu’être naturel, puis dans sa réalité subjective. Là où Schelling prône avec Kant et Fichte l’idéalité voire l’irréalité du temps, Hegel l’aborde comme abstraction à partir du devenir spatiotemporel des corps. Plutôt qu’une intuition pure ou un absolu mathématique newtonien, le temps est ainsi une donnée physique ; il conditionne les êtres organiques dans leur vécu et donc dans leur représentation. Sans être lui-même conditionné, le temps est « son propre concept » : il relève d’une forme d’éternité médiatisant les rapports du fini à l’infini (p. 138-140). Inversement, partant d’une conception pure du temps, Schelling voit dans la conscience individuelle un acte libre de temporalisation originaire qui instaure à tout moment une différence entre le passé et le présent. Sa subjectivité n’empêche pas pour autant de penser une histoire de la nature et même des espèces, comme succession de contingences extérieures aux lois naturelles. Cette lecture fait ressortir l’originalité de la théorie schellingienne de même qu’elle la rapproche comme l’avait fait J-F. Courtine d’une de ses réceptions majeures : la perspective heideggerienne existentiale.

5Malgré leurs divergences, les deux idéalistes partagent leur conception de l’éternel comme ce qui est intra-temporel sans être temporel. Plus une chose est libérée de la temporalité naturelle, plus elle est affectée d’une historicité au sens propre. Ainsi, ce qui caractérise l’histoire ontologiquement est la présence de processus de transformation cumulatifs qui rompent avec la variabilité de la nature. En ce sens, de manière peut-être contre-intuitive, les productions spirituelles comme l’art, la religion et la philosophie (Esprit absolu) relèvent d’une historicité plus grande que les événements socio-historiques (Esprit objectif) (p. 241 sqq.). Cette intuition sous-jacente est structurante pour l’ouvrage ; elle permet à l’auteur non seulement de mettre en lumière toute l’inventivité de Schelling par-delà le portrait qu’en dresse Hegel, mais aussi de revenir par leur débat à la théorie hégélienne de l’histoire, en deçà d’une tradition interprétative qui l’aurait trop associée à la philosophie de la Weltgeschichte. L’explicitation de cet engagement fécond rendrait peut-être davantage accessible un ouvrage déjà singulièrement clair compte tenu de sa complexité.

6R. Authier mesure de manière précise l’effet de la bifurcation Hegel-Schelling, d’une part en déterminant la distance que chacun d’eux prend vis-à-vis de l’idée d’une histoire naturelle, et d’autre part en soulignant l’écart qui sépare leurs concepts respectifs d’histoire du nôtre et de ceux que nous leur attribuons spontanément. C’est dès lors à l’aune de ces écarts que l’on peut déceler l’actualité de cette recherche qui envisage la contribution de l’idéalisme allemand à la pensée de l’historicité comme une question ouverte. Pour ces raisons, l’ouvrage n’est pas seulement un texte d’une érudition impressionnante qui fera autorité, mais aussi un travail d’histoire de la philosophe « contemporain » des interrogations philosophiques du temps présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ioanna Bartsidi, « Raphaël Authier, Figures de l’histoire, formes du temps. Hegel, Schelling et l’élaboration d’un concept d’histoire »Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, 54 | 2023, 253-255.

Référence électronique

Ioanna Bartsidi, « Raphaël Authier, Figures de l’histoire, formes du temps. Hegel, Schelling et l’élaboration d’un concept d’histoire »Les Cahiers philosophiques de Strasbourg [En ligne], 54 | 2023, mis en ligne le 12 décembre 2023, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/cps/7299 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cps.7299

Haut de page

Auteur

Ioanna Bartsidi

EA 3932 Sophiapol, Université Paris Nanterre
Centre-Marc-Bloch, Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search