Navigation – Plan du site
Dossier

La pensée de Heidegger à l’épreuve des œuvres d’art

Hadrien France-Lanord
p. 21-48

Résumés

Ce texte offre une lecture de L’origine de l’œuvre d’art de Heidegger afin d’en dégager les articulations principales qui permettent de penser une approche phénoménologique de l’art. Il apparaît que cette approche se fonde avant tout dans une expérience incarnée des œuvres, et qu’elle implique une remise en question des concepts traditionnels sur lesquels s’établissent à la fois l’Esthétique et l’Histoire de l’art. Ainsi mise à l’épreuve des œuvres, la pensée phénoménologique de l’art ouvre la voie à une autre « histoire de l’art », dans laquelle est en jeu l’événement de l’être au monde.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Faire l’épreuve de l’œuvre en tant qu’œuvre
Sortir du couple matière / forme et de l’art comme maîtrise
Sortir de l’allégorie : le litige terre / monde
Repenser la forme en sortant de la représentation
Pour une histoire phénoménologique de l’art
Répondre de l’expérience de l’œuvre comme phénomène
Appendice sur les souliers de Van Gogh

Aperçu du texte

Au retour d’une semaine de conférences en Hollande au mois d’août 1931, Heidegger écrit à son épouse, le 17 :

J’ai passé toute une matinée auprès des Van Gogh – presque toute l’exposition de l’automne est encore là – où on voit bien l’épanouissement soudain à partir de 1888. Les tableaux m’ont fait une grande impression, en mon for intérieur précisément. J’y suis alors retourné seul une matinée.
Le plus puissant d’entre eux est un champ de blé dans la tempête, surplombé d’un groupe de corbeaux qui volent contre le vent – un jaune à l’éclat d’or, au-dessus un ciel d’un bleu-noir cru et, traversant le champ, en plein milieu d’un chemin d’un brun prononcé couleur terre ainsi que sur les bords de ce dernier, des bandes d’herbe d’un vert éclatant. Malheureusement il n’en existe justement aucune reproduction. À la place je t’envoie les Iris ; mais la carte ne rend qu’approximativement les couleur...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hadrien France-Lanord, « La pensée de Heidegger à l’épreuve des œuvres d’art », Cahiers de philosophie de l’université de Caen, 55 | 2018, 21-48.

Référence électronique

Hadrien France-Lanord, « La pensée de Heidegger à l’épreuve des œuvres d’art », Cahiers de philosophie de l’université de Caen [En ligne], 55 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cpuc/292 ; DOI : 10.4000/cpuc.292

Haut de page

Auteur

Hadrien France-Lanord

Hadrien France-Lanord est professeur agrégé de philosophie en khâgne et membre de l’équipe « Identité et subjectivité » à l’université de Caen Normandie. Il est l’auteur notamment de Paul Celan et Martin Heidegger. Le sens d’un dialogue (Paris, Fayard, 2004), Heidegger, Aristote et Platon. Dialogue à trois voix (Paris, Cerf, 2011). Il a traduit La dévastation et l’attente de Heidegger (Paris, Gallimard, 2006), ainsi que La musique n’est rien de Sergiu Celibidache (Arles, Actes Sud, 2012), codirigé le Dictionnaire Martin Heidegger (Paris, Cerf, 2013) et coédité improvisations et arrangements de Dominique Fourcade (Paris, POL, 2018). Son dernier livre La couleur et la parole. Les chemins de Paul Cézanne et de Martin Heidegger (Paris, Gallimard, 2018) traduit l’orientation de ses travaux, à la croisée des arts et de la philosophie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de philosophie de l’université de Caen sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals