Navigation – Plan du site
Dossier

Une « mutation » de l’art ? Martin Heidegger et Paul Klee

Guillaume Fagniez
p. 75-94

Résumés

Ce texte se penche sur le rôle décisif que Heidegger attribue à l’œuvre de Paul Klee. Au regard de l’histoire métaphysique de l’art, Klee représenterait la possibilité d’une « mutation » et d’un dépassement, qui nécessiterait par ailleurs la rédaction d’une seconde partie de la conférence sur l’œuvre d’art. En examinant le lien qui unit la métaphysique et l’image, en même temps que le sens de la « fin de l’art » à l’âge de la métaphysique achevée, on montre en quoi l’œuvre de Klee fait contrepoint à cette détermination métaphysique de l’art. Dans cette perspective, les analogies entre les textes de Heidegger et ceux de Klee tendent à confirmer le statut de ce dernier comme peintre de l’« autre commencement ». Il convient néanmoins de circonscrire la portée de telles analogies, en montrant comment, à côté d’une œuvre théorique encore partiellement soumise à des cadres philosophiques traditionnels, c’est par son œuvre plastique que Klee peut infléchir le sens de la conférence sur l’œuvre d’art du côté de l’autre commencement.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Essence métaphysique de l’art et essence technique de la métaphysique : le Bild
La fin de l’art
Paul Klee : un autre commencement de l’art ?

Aperçu du texte

L’intérêt de Heidegger pour l’œuvre de certains artistes est bien connu : pour Van Gogh notamment, à travers la conférence sur L’origine de l’œuvre d’art, bien que son nom affleure antérieurement à 1935 ; pour Cézanne, dont on sait que Heidegger a médité le « chemin ». Mais les noms de bien d’autres artistes jalonnent le parcours de Heidegger, aussi différents que Paula Becker-Modersohn, Georges Braque, Eduardo Chillida. L’un de ces artistes y tient toutefois une place aussi discrète que singulière : le peintre suisse Paul Klee. Discrète, sa présence l’est indéniablement : dans l’œuvre publiée, son nom apparaît rarement, et il semble y avoir en tout et pour tout sept occurrences dans la Gesamtausgabe. On sait notamment que, dans le prologue à la conférence « Temps et être » (1962), deux œuvres de Klee sont mentionnées au titre des quelques objets face auxquels la pensée doit abandonner to...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Fagniez, « Une « mutation » de l’art ? Martin Heidegger et Paul Klee », Cahiers de philosophie de l’université de Caen, 55 | 2018, 75-94.

Référence électronique

Guillaume Fagniez, « Une « mutation » de l’art ? Martin Heidegger et Paul Klee », Cahiers de philosophie de l’université de Caen [En ligne], 55 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cpuc/295 ; DOI : 10.4000/cpuc.295

Haut de page

Auteur

Guillaume Fagniez

FRS-FNRS, Université libre de Bruxelles

Guillaume Fagniez, agrégé et docteur en philosophie, est actuellement chargé de recherches du FRS-FNRS à l’Université libre de Bruxelles. Il a notamment traduit le cours de Martin Heidegger, Phénoménologie de l’intuition et de l’expression (Paris, Gallimard, 2014) et codirigé l’ouvrage collectif Heideggers Hermeneutik der Faktizität – L’herméneutique de la facticité de Heidegger – Heidegger’s Hermeneutics of Facticity (Nordhausen, Bautz, 2018). Il est également l’auteur de travaux sur Wilhelm Dilthey et Karl Löwith.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de philosophie de l’université de Caen sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals