Navigation – Plan du site
Dossier

Libres résonances entre sculpture et phénoménologie : Martin Heidegger et Anthony Caro

Hadrien France-Lanord
p. 95-116

Résumés

À la fin des années 1960, Heidegger est parvenu à ses formulations ultimes sur l’espace et le corps en dialogue avec des œuvres de sculpteurs parmi ses contemporains. À partir d’une clarification de cette expérience phénoménologique de l’espace et du déploiement de l’existence humaine en corps, ce texte esquisse librement un dialogue entre la pensée de Heidegger et celle d’Anthony Caro dont l’œuvre sculpturale est d’une formidable audace et d’une grande radicalité phénoménologique. C’est autour de la question du vide et du dépassement du « volume », en définitive, que semble se nouer de la manière la plus inventive et la plus moderne le dialogue de ces deux pensées entre lesquelles il n’y eut par ailleurs jamais aucun contact.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

Le déploiement de l’espace et le phénomène du corps
Le phénomène du corps et l’art moderne
Ouvrir le corps de la sculpture : Anthony Caro
L’épreuve du vide : Caro et Heidegger

Aperçu du texte

Verkörperung und Kunstwerk
Prendre corps et œuvre d’art

Martin Heidegger

Parmi les derniers textes que Heidegger a consacrés à la question de l’œuvre d’art se trouvent deux minces plaquettes écrites l’une et l’autre à l’occasion de la rencontre qu’il a faite de l’œuvre sculptée de deux de ses contemporains. Le premier texte, Remarques sur art – sculpture – espace, a été prononcé le 3 octobre 1964 à l’occasion de l’inauguration de l’exposition d’œuvres de Bernhard Heiliger à la galerie Im Erker à Saint-Gall. L’autre texte, L’art et l’espace, a été écrit en dialogue avec l’œuvre d’Edouardo Chillida dont Heidegger a fait la connaissance également à la galerie Im Erker en 1968. Heinrich Wiegand Petzet n’était pas présent lors de cette première rencontre, mais c’est lui qui en fut d’une certaine manière l’initiateur, parce que c’est lui qui le premier a parlé à Heidegger du travai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hadrien France-Lanord, « Libres résonances entre sculpture et phénoménologie : Martin Heidegger et Anthony Caro », Cahiers de philosophie de l’université de Caen, 55 | 2018, 95-116.

Référence électronique

Hadrien France-Lanord, « Libres résonances entre sculpture et phénoménologie : Martin Heidegger et Anthony Caro », Cahiers de philosophie de l’université de Caen [En ligne], 55 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cpuc/297 ; DOI : 10.4000/cpuc.297

Haut de page

Auteur

Hadrien France-Lanord

Hadrien France-Lanord est professeur agrégé de philosophie en khâgne et membre de l’équipe « Identité et subjectivité » à l’université de Caen Normandie. Il est l’auteur notamment de Paul Celan et Martin Heidegger. Le sens d’un dialogue (Paris, Fayard, 2004), Heidegger, Aristote et Platon. Dialogue à trois voix (Paris, Cerf, 2011). Il a traduit La dévastation et l’attente de Heidegger (Paris, Gallimard, 2006), ainsi que La musique n’est rien de Sergiu Celibidache (Arles, Actes Sud, 2012), codirigé le Dictionnaire Martin Heidegger (Paris, Cerf, 2013) et coédité improvisations et arrangements de Dominique Fourcade (Paris, POL, 2018). Son dernier livre La couleur et la parole. Les chemins de Paul Cézanne et de Martin Heidegger (Paris, Gallimard, 2018) traduit l’orientation de ses travaux, à la croisée des arts et de la philosophie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de philosophie de l’université de Caen sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals