Navigation – Plan du site
Dossier

L’outil de la division

Clément Layet
p. 117-140

Résumés

Après la mort de Paul Celan, fut découverte parmi ses manuscrits une phrase destinée à Martin Heidegger consistant à interpréter son « attitude » comme une cause d’affaiblissement du poétique et du pensif. Même si les circonstances d’écriture n’en sont pas connues, ce texte doit être lu comme un acte de résistance. Sa lecture conduit à réfléchir au risque de fermeture sur soi auquel s’expose Heidegger à partir de 1935 en déterminant la relation entre l’art et la vérité de façon circulaire. Ce mode de fondation semble échapper à la perspective métaphysique parce qu’il ne se réduit pas à la position principielle d’un étant. Mais en considérant ce double conditionnement comme la source unique de l’histoire, Heidegger tend à reproduire le geste métaphysique jusque dans la pensée de l’Ereignis. Cette tendance pourrait contribuer à expliquer son aveuglement devant la réalité du nazisme et la persistance de son déni politique et moral après la guerre. Il est d’autant plus paradoxal qu’il se soit appuyé sur la parole de Hölderlin que celui-ci avait mis en garde contre toute interprétation hégémonique de la relation.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

L’affaiblissement du poétique et du pensif
Le conditionnement réciproque de l’art et de la vérité
Écouter Hölderlin
Diviser l’origine

Aperçu du texte

Denn nimmer duldet
Die Gefangenschaft das himmlische Feuer.

Car jamais il ne tolère
La captivité, le feu céleste.

Friedrich Hölderlin, Die Titanen

La question de « l’origine de l’œuvre d’art » telle qu’elle fut posée par Martin Heidegger en 1935 est aujourd’hui presque inintelligible. Le lecteur de 2018 se trouve immédiatement confronté à un trilemme où toute appropriation paraît vouée à l’échec.

En partant de notre propre situation, il semble impossible de rejoindre ce que Heidegger voyait en écrivant les conférences intitulées Der Ursprung des Kunstwerkes. Notre urgence n’est plus à parler d’origine, ni d’œuvre, ni même d’art, mais plutôt à affronter la destruction des conditions de vie sur la Terre. Tandis que l’activité et la passivité, la conscience et le déni, se répartissent diversement selon les groupes, les individus, les instants de notre vie, une responsabilité nous advient e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Layet, « L’outil de la division », Cahiers de philosophie de l’université de Caen, 55 | 2018, 117-140.

Référence électronique

Clément Layet, « L’outil de la division », Cahiers de philosophie de l’université de Caen [En ligne], 55 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/cpuc/298 ; DOI : 10.4000/cpuc.298

Haut de page

Auteur

Clément Layet

Clément Layet est agrégé et docteur en philosophie. Il a consacré sa thèse à la notion d’image dans l’œuvre poétique et théorique de Friedrich Hölderlin. En 2011, il a réuni aux éditions Le bruit du temps les essais sur la poésie qu’André du Bouchet avait publiés au cours des années 1950, les travaux que celui-ci avait poursuivis dans la section philosophie du CNRS, ainsi qu’un choix d’annotations de ses carnets. En 2014, il a traduit et présenté aux éditions Payot & Rivages la première version de la conférence de Martin Heidegger, De l’origine de l’œuvre d’art. En 2016, il a contribué au numéro de la revue Europe consacré à Paul Celan.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de philosophie de l’université de Caen sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • OpenEdition Journals