Navigation – Plan du site
Dossier : Milieux et moments de la critique artitecturale après 1945

Casabella 1982 – 1996

Autour de Vittorio Gregotti et du « réalisme critique » en architecture
Casabella, 1982-1996. On Vittorio Gregotti and “Critical Realism“ in Architecture
Pierre‑Alain Croset et Michele Bonino
Traduction de Sophie Jacotot
p. 67-86

Résumés

L’identité de la revue Casabella dans les années 1982-1996 fut fortement liée à la personnalité de son directeur, Vittorio Gregotti, architecte praticien et théoricien. Les réflexions théoriques exprimées par Gregotti dans ses éditoriaux influencèrent clairement la formation des positions critiques de la revue, mais de nombreux autres facteurs contribuèrent à l’affirmation de Casabella comme « revue de tendance ». Les quatorze années de la direction Gregotti ont constitué la période la plus longue dans l’histoire de la revue milanaise qui, depuis sa création en 1928, a eu une tradition d’engagement critique à travers les figures de Giuseppe Pagano, d’Edoardo Persico, d’Ernesto Nathan Rogers et de Tomás Maldonado. Le « projet d’archi-tecture » fut certainement au centre de l’attention critique de Casabella, mais la publication monographique de projets exemplaires ne fut pas le seul instrument utilisé par la revue pour faire émerger ses positions critiques. En particulier, à l’occasion des « numéros doubles » consacrés chaque année à un thème de réflexion, la revue a affirmé l’importance de certaines questions dans le débat sur l’architecture contemporaine : par exemple la relation « projet architectural » et « plan d’urbanisme » ; l’attention pour le paysage et le dessin des espaces publics ; la conception de l’architecture comme travail de « modification du contexte » ; le rôle des ingénieurs dans les projets complexes mais aussi la réflexion sur les rapports entre historiens, critiques et projeteurs… toutes questions sur lesquelles les textes publiés dans la Casabella de Gregotti sont aujourd’hui reconnus comme nécessaire référence bibliographique.

Haut de page

Texte intégral

Sous la direction de Gregotti, Casabella a construit une identité critique forte qui lui a permis de s’imposer dans le débat architectural européen comme revue de référence et de tendance. Ces quatorze années ont façonné une période singulière dans l’histoire de la revue milanaise qui, depuis sa création en 1928, a eu une tradition d’engagement critique à travers les figures de Giuseppe Pagano, Edoardo Persico, Ernesto Nathan Rogers, Tomás Maldonado. À travers la contribution de P.-A. Croset et M. Bonino, on comprend ici que Casabella a affirmé l’importance de questions telles que : la relation entre « projet architectural » et « plan d’urbanisme », l’attention pour le paysage et le dessin des espaces publics, la conception de l’architecture comme travail de « modification du contexte », les rapports entre historiens, critiques et concepteurs…

  • 1 Du no 478 (mars 1982) au nº 630-631 (janvier-février 1996).
  • 2 Pour plus d’informations sur l’histoire de Casabella, voir l’excellent numéro double réalisé par To (...)
  • 3 Comme nous le rappelons dans cet article, la position de « réalisme critique » de Vittorio Gregotti (...)

1Sous la direction de Vittorio Gregotti, de 1982 à 19961, la revue Casabella a affirmé une identité critique marquée qui lui a permis de s’imposer dans le débat architectural européen de cette période en tant que revue de référence et de tendance. Ces quatorze années ont constitué la période la plus longue dans l’histoire de la revue milanaise qui a incarné, depuis sa création en 19282, une tradition d’engagement critique en particulier autour des figures de Giuseppe Pagano, d’Edoardo Persico, d’Ernesto Nathan Rogers et de Tomás Maldonado. Cette longévité de la direction permit l’affirmation d’une ligne culturelle fortement centrée sur le projet d’architecture considéré comme une véritable discipline, qui fit preuve d’une continuité peu banale, et qui fut peu influencée par les modes culturelles du moment. Les partisans de la revue apprécièrent en effet la rigueur et la cohérence des choix éditoriaux, alors que ses détracteurs critiquèrent son apparente intransigeance, interprétée comme excessivement dogmatique. Si Casabella a affirmé dans ces années-là un principe de « continuité critique » avec les idéaux éthiques du « projet moderne », cette position d’orthodoxie était assurément liée à la biographie intellectuelle et aux positions théoriques de Gregotti, et en particulier à sa conception du projet d’architecture en tant que « pratique artistique » motivée par une nécessité de « réalisme critique »3.

2Bien que fortement marquée par la personnalité intellectuelle de son directeur, la revue fut animée par un vif débat interne, stimulé par la présence dans le comité de rédaction de critiques et historiens – en particulier Jean-Louis Cohen, Giorgio Ciucci et Massimo Scolari –, et surtout grâce à l’intense engagement de l’urbaniste Bernardo Secchi, qui joua un rôle décisif pour faire de Casabella la revue européenne la plus impliquée dans le débat critique sur les relations entre architecture et urbanisme.

  • 4 Pierre-Alain Croset a été assistant du directeur de 1982 à 1996. En 1996, Michele Bonino avait comm (...)

3Écrit par un protagoniste direct4 et par un observateur indirect de ces années, cet article entend montrer comment l’élaboration du « projet critique » de Gregotti a accompagné la conception de la revue, en motivant non seulement les choix des projets, des auteurs et des thèmes qui méritaient une attention critique, mais aussi la structure des sommaires et la forme graphique. Il illustre, en même temps, comment un groupe international d’architectes et d’auteurs a pu s’identifier à ce projet critique, faisant de cette revue une authentique « création collective ».

Le « projet critique » de Vittorio Gregotti

  • 5 Très lié à Ernesto Nathan Rogers, dont il était l’assistant à la faculté d’architecture de Milan, G (...)
  • 6 Même si, à partir du premier numéro (no 421, janvier 1977) sous la propriété d’Electa, Casabella fu (...)
  • 7 Gregotti fut rédacteur unique du nº 80 (septembre 1963) au no 89-90 (janvier 1967) selon une formul (...)

4Déjà rédacteur en chef de Casabella Continuità de 1953 à 1963, sous la direction de Rogers5, et membre du comité de direction de cette même revue6 de 1977 à 1979, Gregotti était connu pour sa grande expérience dans le domaine éditorial, par le fait d’avoir dirigé des revues thématiques ayant renouvelé en profondeur la réflexion théorique en architecture. En effet, après avoir été rédacteur et animateur d’Edilizia Moderna entre 1963 et 1967, il joua un rôle très actif à partir de 1974 dans le comité éditorial de Lotus International, sous la direction de Pierluigi Nicolin. Il fut ensuite appelé, en 1979, à diriger la revue Rassegna, qui reprenait dans une certaine mesure le projet éditorial expérimenté quinze ans plus tôt avec Edilizia Moderna7 : consacrer une attention critique à des thèmes monographiques en faisant alterner les essais historiques, les anthologies iconographiques et les recueils de projets sélectionnés pour l’exemplarité de leurs thèmes en lien avec l’actualité architecturale.

  • 8 L’approche thématique ne fut pas complètement abandonnée en réalité, car il fut décidé de publier à (...)
  • 9 Rogers publiait toujours aussi un éditorial et « sa » Casabella ne se limitait nullement à la publi (...)

5Cependant, si les revues qu’il avait dirigées précédemment avaient toujours été organisées en numéros monographiques, Gregotti décida de rompre clairement avec ce principe thématique8 pour la nouvelle version de Casabella, pensée comme un véritable mensuel, s’inspirant par certains aspects de la Casabella Continuità d’Ernesto Nathan Rogers9.

Manuscrit de la lettre de Walter Gropius à Casabella, 1953

Manuscrit de la lettre de Walter Gropius à Casabella, 1953

Publiée par E. N. Rogers dans le premier numéro de Casabella Continuità, n° 199, octobre-novembre 1953, p. 4.

Collection privée.

Couverture de Casabella, nº 478, mars 1982, premier numéro de la direction Gregotti.

Couverture de Casabella, nº 478, mars 1982, premier numéro de la direction Gregotti.
  • 10 C’est sous ce titre que fut publié en février 1984 l’un des numéros doubles les plus significatifs (...)

6Dès le premier numéro, publié en mars 1982 (no 478), le projet critique de Gregotti, profondément lié à son double profil d’architecte professionnel et d’intellectuel, est limpide : redonner une place centrale à la réflexion théorique à partir de la pratique contemporaine du projet, renouant ainsi avec la tradition des précédents architectes-directeurs qui avaient fortement marqué certaines périodes de l’histoire de la revue Casabella. De même qu’il est possible d’associer le nom de Giuseppe Pagano à un principe d’orthodoxie fonctionnaliste, à l’opposé de l’oppression de l’architecture « officielle » du régime fasciste, celui de Rogers à l’idée de révision critique de l’héritage du Mouvement moderne et à celle de valorisation du « milieu préexistant », ou encore celui d’Alessandro Mendini à la réflexion sur l’« architecture radicale » du début des années 1970, de même on peut reconnaître a posteriori, dans la position culturelle de Gregotti, l’affirmation d’un nouveau paradigme de pensée introduit dans Casabella sous le nom d’« architettura come modificazione »10.

  • 11 Sur l’engagement de Gregotti dans une écriture critique « militante », Manolo De Giorgi a publié qu (...)
  • 12 Cet article, « Avanguardia e professione », publié dans Lotus International nº 25 (1980), fut signé (...)

7Le choix d’affirmer dans les pages de Casabella la centralité retrouvée du projet d’architecture correspond à l’intérêt de Gregotti, en tant qu’architecte praticien, pour la réflexion théorique et critique sur les principes fondateurs de la conception architecturale, intérêt ayant motivé la plupart de ses éditoriaux11. Comme c’était déjà le cas, avant lui, de son maître Rogers, Gregotti rejetait l’opposition artificielle entre l’affirmation d’une prise de position intellectuelle – propre à une conception radicale du travail de l’architecte exprimée par les avant-gardes historiques – et l’exercice patient du métier d’architecte, plutôt conçu par Gregotti comme une activité se référant au modèle idéal de l’« atelier de la Renaissance ». En 1980, peu de temps avant de prendre la direction de Casabella, Gregotti publia dans la revue Lotus International un article au titre significatif, « Avant-garde et profession »12, franchement polémique par rapport à l’orientation de la revue telle qu’elle était alors définie par son directeur, Nicolin. Dans ce texte, Gregotti se référait aux « plus grands architectes professionnels, de Sullivan et toute l’école de Chicago à Domènech i Montaner, de Perret à Frank Lloyd Wright, de Behrens à Wagner, de Berlage à l’ensemble de l’école d’Amsterdam » pour défendre la nécessité d’une attitude de « réalisme critique », c’est‑à‑dire se situer à juste distance entre le « professionnalisme servile » et la « fuite hors de la réalité » inhérente aux positions utopiques et néo-avant-gardistes. Avec beaucoup de lucidité, Gregotti affirmait dans ce texte : « Il ne s’agit pas d’abandonner les questions linguistiques et expérimentales, les aventures de l’invention, pour se mesurer seulement au terrain de la gestion de la construction et du territoire, même si cette gestion aspire à être démocratique. Il s’agit au contraire, pour les architectes, de comprendre que le réel n’est pas une impureté qu’il faudrait éliminer, un compromis auquel il faudrait se soustraire mais, au contraire, le matériau porteur de la production architecturale. » Ce texte peut donc être interprété comme un manifeste de la thèse du « réalisme critique » qui a fortement influencé l’orientation culturelle de la nouvelle Casabella.

  • 13 V. Gregotti, « Appassionata ragionevolezza », Casabella, nº 544, mars 1988, p. 2-3.

8En 1988, à l’occasion du soixantième anniversaire de la revue, Gregotti revint, dans un éditorial très dense13, sur la question du réel « contre lequel le projet se forme : reconnaître [le réel] ne revient évidemment ni à le légitimer ni à l’accepter, mais à l’assumer comme objet de critique par le biais de l’architecture et, dans le même temps, comme matériau de chaque projet d’un présent qui nous implique au premier plan comme sujet. » À partir du constat que les soixante ans de la revue coïncidaient avec les six premières années de sa direction et qu’« un dixième de la vie de la revue représente pour nous une responsabilité importante », Gregotti souligna la continuité exceptionnelle entre ses propres prises de position critiques et la « tradition culturelle » originale exprimée par la revue au cours de sa longue histoire : « Bien sûr, la tradition principale de Casabella est d’avoir toujours été (et nous pensons d’être encore aujourd’hui) une revue partiale et passionnée qui tente de construire un point de vue susceptible de faire avancer le débat culturel et politique dans notre discipline […]. Nous avons l’ambition de penser qu’au cours de ces six années Casabella a également, d’une façon ou d’une autre, rempli cette fonction malgré les incertitudes objectives en cherchant à conserver, peut-être au prix d’une certaine rigidité, un visage identifiable au sein du monde foisonnant des publications d’architecture. »

Couverture de Casabella, nº 440-441, octobre-novembre, 1978, directeur Tomás Maldonado, consacré à « Casabella cinquant’anni 1928-1978 »

Couverture de Casabella, nº 440-441, octobre-novembre, 1978, directeur Tomás Maldonado, consacré à « Casabella cinquant’anni 1928-1978 »
  • 14 « Casabella cinquant’anni 1928-1978 », Casabella, nº 440-441, octobre-novembre 1978. L’éditorial de (...)
  • 15 Dans cette question, Maldonado se référait au « programme critique » de la nouvelle série de Casabe (...)
  • 16 La nouvelle direction de Casabella suivait le projet « politique » d’hégémonie culturelle du Parti (...)
  • 17 Dans l’éditorial publié à l’occasion des soixante ans de la revue, précédemment cité (note 13, p. 3 (...)

9Dix ans auparavant, à l’occasion du cinquantenaire de la revue14, Maldonado s’était lui aussi référé avec fierté au rôle historique de Casabella, que Gregotti définit comme celui de « construire un point de vue susceptible de faire avancer le débat culturel et politique dans notre discipline ». Maldonado se demandait si la revue était « capable de favoriser une relance de l’activité de projet, avec pour objectif principal de contribuer, dans notre domaine, au dépassement de la crise »15. Il existe donc de véritables éléments de continuité entre les directions de Maldonado et de Gregotti, ce dont témoigne également la manière consensuelle dont se déroula le changement de direction. Cependant, les deux directeurs entendaient utiliser des instruments différents pour « relancer l’activité de projet » : tandis que, pour Maldonado, il était fondamental de relier l’orientation culturelle de la revue à la perspective d’un profond renouvellement politique en Italie16, pour Gregotti, Casabella devait se consacrer en priorité au renouvellement propre à la discipline architecturale17.

  • 18 En réalité, il n’y a jamais eu de recherches sur la réception critique de Casabella, de même qu’il (...)

10Un autre élément de continuité entre les deux directions fut l’intérêt démontré par Casabella pour les réflexions théoriques dans des disciplines scientifiques et artistiques n’étant pas directement liées à l’architecture, plus particulièrement la philosophie, la littérature, la musique, l’histoire de l’art, ou encore la sociologie urbaine et la géographie. Cet intérêt pour d’autres disciplines fut cultivé en permanence par Gregotti dans le cadre de son activité d’essayiste et lorsqu’il était à la direction d’Edilizia Moderna et de Rassegna, mais il avait aussi passionné Rogers lorsqu’il était à la tête de Casabella Continuità. L’ouverture culturelle aux disciplines « autres », rendue manifeste dans les premiers numéros par la présence d’une rubrique intitulée « L’opinion des autres », avait également été pensée par Gregotti comme une tentative pour élargir le public de la revue, au-delà de la seule discipline architecturale. Ce ne fut pourtant pas un succès puisque Casabella, à la différence des titres concurrents comme Domus et Abitare – davantage orientés vers le public plus large du design et de l’architecture d’intérieur –, demeura une revue particulièrement « disciplinaire », avec un lectorat composé surtout d’architectes et d’étudiants18.

La revue comme « manifeste architectural »

11Malgré les éléments de continuité entre les deux directions, évoqués précédemment, le premier numéro de la direction Gregotti (no 478, mars 1982) se présenta aux yeux de ses lecteurs comme une Casabella radicalement renouvelée dans sa forme et dans l’organisation de ses contenus, relativement à la précédente mouture dirigée par Maldonado.

  • 19 V. Gregotti signera systématiquement un éditorial dans tous les numéros édités sous sa direction. I (...)
  • 20 Cette rubrique « urbanistique » sera signée en alternance au cours des deux premières années par Be (...)
  • 21 Dans cette rubrique, Carlo Aymonino et Franco Purini alterneront au cours de la première année, pui (...)
  • 22 Même si, au cours des années, la revue a continué d’accueillir régulièrement des articles issus de (...)
  • 23 Les 129 » cartes postales » de Jacques Gubler seront publiées de façon systématique sur la dernière (...)
  • 24 Née en 1927 comme Gregotti, Myriam Ada Tosoni succéda en 1958 à Julia Banfi au poste de secrétaire (...)

12Ce premier numéro peut être interprété comme une sorte de « manifeste architectural », ce qu’atteste aussi la structure symétrique de son sommaire, organisé en cinq parties principales : deux projets architecturaux en ouverture et en clôture du numéro, la section « Arguments » (comptes rendus de livres et d’expositions, nouvelles des concours et des politiques urbaines, courts essais sur des thèmes culturels, critiques de projets architecturaux) au centre ; encadrant la partie centrale, se trouvent les deux dernières sections, intitulées « Documents d’architecture » et « Enquête ». Entre ces cinq « piliers » sont insérés, en guise d’« entrecolonnement », quatre courts textes d’« opinion » publiés sur une double page, rappelant la configuration des pages culturelles des quotidiens. Il s’agit de l’éditorial de Gregotti19, d’une réflexion de Secchi sur l’urbanisme et la culture urbaine20, d’un texte critique de l’architecte Carlo Aymonino21, auxquels s’ajoute l’article d’un « invité spécial », venant d’une discipline autre que l’architecture, qui figure dans la rubrique « L’opinion des autres »22. À partir du premier numéro, et de manière systématique (à 129 reprises), la dernière page est occupée par un texte original de Jacques Gubler – très court fragment d’historiographie en forme d’aphorismes – sous l’aspect d’une « carte postale »23 envoyée à Myriam Tosoni24, secrétaire de rédaction depuis l’époque de la direction de Rogers. Cette organisation claire du numéro en parties et rubriques répond au désir d’ancrer la publication dans sa périodicité mensuelle, en rompant complètement avec l’organisation thématique des numéros, sans lien direct avec l’actualité du débat architectural, qui prévalait dans la version précédente de la revue.

« Cartolina 45 », in Casabella, nº 530, décembre 1986, p. 64

« Cartolina 45 », in Casabella, nº 530, décembre 1986, p. 64
  • 25 Architecte associé de l’agence Gregotti Associati, apprécié dans le domaine du design, de l’archite (...)

13La nouvelle charte graphique, conçue par Pierluigi Cerri25, cherche à valoriser la spécificité visuelle d’une revue d’architecture, en privilégiant particulièrement les dessins par rapport aux photographies, objectif désormais perceptible dès la couverture, élaborée sur la base d’un dessin unique en pleine page. Grâce à ces choix graphiques, Casabella met en évidence de manière franche et immédiate la centralité retrouvée du projet architectural, documenté de façon exhaustive : de la création des premiers croquis jusqu’aux détails de la construction, avec quelques photographies soigneusement choisies, selon une volonté affirmée d’illustrer le processus de conception et de construction plutôt que les qualités formelles de l’objet réalisé. Dans l’idée de Gregotti, le choix des deux projets publiés chaque mois devait s’appuyer sur le critère d’une double complémentarité : toujours un architecte italien face à un architecte étranger, et toujours un projet non encore réalisé face à une œuvre achevée. Dans le premier numéro, deux quartiers d’habitation populaire ont été choisis de manière exemplaire : celui de Gino Valle dans l’île de la Giudecca, à Venise, qui était alors à l’état de projet, et celui de la Quinta da Malagueira, réalisé (seulement en partie) par Álvaro Siza à Évora. Par la suite, cette double complémentarité ne pourra pas toujours être garantie : rapidement, les architectes italiens manqueront par rapport aux architectes étrangers, et les projets non achevés seront minoritaires par rapport aux projets terminés.

Álvaro Siza Vieira, « La nuova Facoltà di architettura di Porto », Casabella, nº 547, juin 1988, pp. 4-15

Álvaro Siza Vieira, « La nuova Facoltà di architettura di Porto », Casabella, nº 547, juin 1988, pp. 4-15

Un exemple de mise en pages d’un projet d’architecture (pp. 8-11-12-15), qui montre l’articulation de divers matériaux graphiques pour documenter l’ensemble du processus de projet.

14En réalité, la structure très claire des premiers numéros de 1982, avec les deux « piliers » représentant chacun un projet très documenté en ouverture et en clôture de la revue, ne sera pas maintenue de façon rigoureuse. D’une part, face à la nécessité de documenter plus de deux projets dans chaque numéro en raison de l’actualité, la revue commencera à publier des projets non seulement à l’intérieur des « Enquêtes », comme dans le cas des concours de projet, mais aussi dans les « Arguments », d’abord sous la forme de comptes rendus rapides, puis sous celle de petits articles allant jusqu’à trois pages, à partir de 1989. D’autre part, la structure « symétrique » du sommaire sera également bouleversée en 1989, avec la concentration d’une ou plusieurs architectures dans un bloc unique au début du numéro. Ce n’est qu’en 1992, avec le passage de 64 à 72 pages (à partir du no 589, avril 1992) que l’on reviendra à l’organisation initiale, avec deux sections de projets, au début et à la fin de chaque numéro. Malgré ces discontinuités, Casabella maintiendra toujours une manière fort particulière de publier les projets d’architecture, qui constitue en soi une prise de position critique originale : privilégier le processus de création et non la description visuelle de l’œuvre réalisée signifie affirmer la spécificité fortement disciplinaire de la revue, pensée par des architectes pour un public composé avant tout d’architectes et d’étudiants en architecture. Le moindre détail participe de ce choix, jusqu’à la sélection du papier : un support lourd, opaque, sur un fond jaune pâle, parfait pour la mise en valeur des dessins des architectes (notamment les dessins réalisés au crayon), mais contestable pour l’impression des photographies. Casabella est donc résolument en rupture avec le modèle dominant des « revues sur papier glacé » de ce domaine, qui se conformeront toujours plus à la culture de la séduction photographique empruntée au monde publicitaire.

L’orchestre de Casabella

  • 26 Après avoir connu Gregotti en 1978, lorsqu’il était professeur invité à l’École polytechnique de La (...)

15Gardant le souvenir de sa propre expérience à Casabella Continuità lorsque, à peine âgé de vingt-six ans, il fut appelé en 1953 par Rogers pour entrer à la rédaction de la revue, Gregotti voulut s’entourer d’une rédaction composée de jeunes architectes, passionnés par la critique et le projet, mais avec des formations et des intérêts culturels variés. Afin qu’ils l’assistent à la direction, il nomma deux jeunes « assistants » : le Milanais Giacomo Polin, à peine diplômé de l’IUAV (Istituto Universitario di Architettura di Venezia) de Venise sous la direction de Giorgio Ciucci et déjà actif dans la rédaction à l’époque de Maldonado, et le Genevois Pierre-Alain Croset, encore étudiant à l’École polytechnique de Lausanne et rédacteur de Rassegna26 en 1979-1980. Il décida aussi de maintenir dans l’équipe, pendant la première année, trois personnes de la rédaction précédente (Renato Airoldi, Stefano Magistretti et Ornella Selvafolta), faisant appel pour compléter le groupe à Sergio Crotti, architecte et professeur d’université de la génération précédente, qui avait été l’assistant de Gregotti à l’École polytechnique de Milan dans les années 1960.

  • 27 Croset demeura assistant pendant 14 ans, Brandolini pendant 10 ans (5 comme rédacteur et 5 comme as (...)
  • 28 Dans le groupe de la rédaction, seuls Croset et Angelillo avaient été élèves de Gregotti, respectiv (...)
  • 29 Bruno Pedretti, « L’oro del ricordo », in F. Filippi, L. Gibello, M. Robilant, 1970-2000. Episodi e (...)
  • 30 Ibid., p. 211.

16Malgré les remplacements fréquents, le noyau dur de la rédaction de Casabella permit de maintenir une grande stabilité et une certaine continuité, aucun des huit jeunes choisis par Gregotti n’étant resté moins de cinq années27. Gregotti avait choisi ses collaborateurs non pas sur la base d’une « filiation » traditionnelle de type universitaire28, mais pour leurs compétences critiques qu’il avait découvertes, le plus souvent, dans leurs textes publiés dans Casabella, avant d’entrer à la rédaction. Le seul « non-architecte » du groupe était Bruno Pedretti, diplômé en philosophie et en histoire de l’art, un peu plus âgé que les autres et avec une certaine expérience dans l’édition : il fut appelé par Gregotti pour diriger la section « Arguments », à laquelle il contribuait depuis des années par des essais et des comptes rendus. Pedretti a proposé29 une interprétation évocatrice du travail de la rédaction de Casabella en le comparant au « travail de groupe » d’un grand orchestre de musique classique ou d’une équipe de football. Pedretti rappelle qu’il existait dans le groupe de la rédaction, jeune et bariolé, un esprit d’émulation collective, stimulé par l’empreinte culturelle profonde de Gregotti : « Avec le recul, ce qui me caractérise c’est le fait d’avoir été l’un des membres de l’orchestre de Casabella. Pour suivre la métaphore musicale, j’aime l’idée que pendant ces années nous fûmes comme l’Orchestre philharmonique de Berlin de Furtwängler, et non celui de Karajan, que notre revue a employé des sonorités d’une épaisseur interprétative allant jusqu’à l’excès, et non des coloris parfaitement polis.30 »

  • 31 Ibid., p. 212.

17Au sein de la rédaction, il arrivait que la ligne éditoriale de Gregotti fût critiquée, donnant souvent naissance à des désaccords et à des avis divergents, particulièrement sur la question du choix des projets à publier. Pedretti reconnaît aussi l’intérêt du débat culturel interne à la revue, qui se nourrissait de l’intérêt pour le dialogue entre l’architecture et les autres disciplines que Gregotti avait hérité de sa longue collaboration avec Rogers : « Les développements de Casabella, sur un ton sociologique, politique, philosophique ou historique, suggéraient à nos lecteurs que le savoir architectural se construit en relation avec les autres savoirs. » Fort de sa position hétérodoxe de « non-architecte » dans une rédaction composée exclusivement d’architectes, Pedretti offre un témoignage révélateur qui prend des accents de mise en garde : « Nous n’étions pas interdisciplinaires. Nous avons plutôt été les représentants d’une période au cours de laquelle un savoir disciplinaire (en l’espèce celui de l’architecture) cherchait un statut qui lui soit propre, en dépassant ses inhibitions – héritées des fuites centripètes de la critique hyper-politique de 1968 – par rapport au pragmatisme, mais avec le double objectif de ne céder ni aux réductions de la discipline au professionnalisme d’une part, ni aux germes de l’esthétisation de l’architecture d’autre part. Plus que d’interdisciplinarité, pour ces années de Casabella, il serait opportun de parler d’une recherche sur le caractère général du savoir architectural31 […]. »

  • 32 Par exemple, Croset s’occupa plus particulièrement des rapports avec les architectes et les auteurs (...)

18Si l’on suit la métaphore de la rédaction de Casabella conçue comme un orchestre, il faut reconnaître que les rédacteurs étaient peu spécialisés, ce qui les rendait susceptibles de jouer simultanément de plusieurs « instruments » : préparer l’édition de la publication d’un projet, écrire la présentation critique d’une réalisation, mettre en pages un document historique, proposer un programme de contributions théoriques. Il n’existait donc pas de véritable hiérarchie à l’intérieur de la rédaction, et la répartition des tâches et des responsabilités était continuellement discutée et remise en question d’un numéro à l’autre, suivant les affinités personnelles plutôt qu’une division rigoureuse du travail. L’unique « spécialisation » des rédacteurs concernait leurs compétences linguistiques, mises à profit pour la correction des traductions des textes d’auteurs étrangers, mais aussi leur relation personnelle à des contextes culturels particuliers, découverts à l’occasion de leurs études ou au cours de leurs travaux32.

Une double page représentative de la section des « Argomenti », Casabella, nº 578, avril 1991, pp. 28-29

Une double page représentative de la section des « Argomenti », Casabella, nº 578, avril 1991, pp. 28-29

La rédaction de Casabella en 1993

La rédaction de Casabella en 1993

De gauche à droite : Gisella Forni, (secrétaire de rédaction), Flavio Ranzini (graphiste), Giacomo Polin, Pierre-Alain Croset, Myriam Tosoni, Mirko Zardini

Photo DR

Vittorio Gregotti et Bernardo Secchi

Vittorio Gregotti et Bernardo Secchi

Photo DR

  • 33 En 1985, Croset devint l’assistant universitaire de Luigi Snozzi à l’École polytechnique de Lausann (...)

19L’affirmation d’une vision critique personnelle par chacun des rédacteurs fut également influencée par les relations individuelles établies avec quelques architectes étroitement associés à l’orientation proposée par la revue : ce fut particulièrement vrai pour Croset, qui se lia avec Luigi Snozzi et Gino Valle33 ; pour Polin qui, à la suite de ses études sur le rationalisme italien, décida de quitter la rédaction pour aller travailler dans l’agence de Gino Pollini ; pour Zardini, qui devint l’assistant de Mario Campi à l’ETH de Zurich ; pour Silvia Milesi, qui quitta la rédaction pour aller vivre à Paris et travailler dans l’agence de Pierre-Louis Faloci, très lié à Casabella qui contribua à le faire connaître alors qu’il était encore jeune et peu connu.

  • 34 Tandis que Jean-Louis Cohen, Jacques Gubler et Bernardo Secchi restaient en place, Giorgio Ciucci q (...)
  • 35 Directeur de la revue Urbanistica pour 24 numéros, du no 78 (1985) au nº 101 (1990).

20Les choix éditoriaux furent également influencés par le rôle joué par les « rédacteurs externes », sélectionnés en 1982 par Gregotti parmi des historiens et des critiques dont il était proche (Giorgio Ciucci, Jean-Louis Cohen, Vittorio Magnano Lampugnani, Massimo Scolari, Jacques Gubler). D’autres critiques, qui avaient déjà contribué à la revue par des essais importants, furent appelés par la suite (Marco de Michelis, Richard Ingersoll et Carlo Olmo)34. Mais c’est surtout Bernardo Secchi, très proche de Gregotti dans la défense et la promotion du projet urbain, analyste minutieux des nouveaux phénomènes d’extension de la ville et des vides urbains et également « urbaniste militant », qui joua un rôle déterminant à partir de 1982. Secchi influença la ligne culturelle de la revue non seulement par ses écrits théoriques, mais aussi en proposant de nombreuses enquêtes sur les politiques urbaines et sur les concours urbanistiques les plus intéressants. Sa rubrique d’urbanisme a assumé une valeur de véritable « deuxième éditorial » sur les thèmes de la ville et du projet urbain, signé par Secchi lui-même ou par des auteurs qu’il avait invités. Même pendant la période où il fut directeur de la revue Urbanistica, entre 1985 et 199035, Secchi continua à écrire régulièrement, contribuant de façon décisive à faire de Casabella le principal instrument de débat en Europe sur les relations entre le projet architectural et la planification urbanistique.

  • 36 Vladimir Slapeta, correspondant à Prague, joua également un rôle important dans l’établissement de (...)
  • 37 Entre 1985 et 1991, Mario Bellini fut directeur, avant de laisser la direction de Domus à Magnano L (...)
  • 38 Parmi les membres de la rédaction externe, au cours des 14 années de la direction Gregotti, Secchi (...)

21Parmi les autres « rédacteurs externes », Cohen fut le plus actif, non seulement pour avoir signalé sans cesse les projets intéressants en France et dans les pays d’Europe de l’Est36, mais aussi pour avoir invité de nombreux historiens français à écrire dans les pages de la revue (notamment Joseph Abram, Bruno Fortier, Pierre Pinon, Philippe Prost) et pour ses nombreuses interventions dans les numéros doubles à caractère monographique. Vittorio Magnago Lampugnani, grâce à son rôle de vice-directeur de l’exposition internationale d’architecture de l’IBA Berlin (Internationale Bauaustellung), fut également très actif en proposant des projets à publier, mais seulement jusqu’en 1985, date à laquelle il devint vice-directeur, puis directeur de Domus37. En sortant de la « rédaction externe », Magnano emporta avec lui quelques principes éditoriaux, plus particulièrement la façon détaillée de publier les projets, mais aussi l’intérêt pour de nombreux architectes liés à la ligne culturelle de Casabella et qui furent dès lors également invités à publier dans Domus, réactivant ainsi la rivalité « historique » entre les deux titres milanais. Les autres « rédacteurs externes » jouèrent un rôle moins intense qui consistait essentiellement en leur présence plus ou moins régulière dans les pages de la revue38, mais aussi en leur capacité d’animation du débat critique interne à la rédaction lors des réunions plénières convoquées deux ou trois fois par an.

Cohérence et continuité dans la construction d’une identité critique

  • 39 J. Gubler, op. cit. note 23, p. 139.

22Casabella fut une revue fortement sélective tout au long des quatorze années de la direction Gregotti : elle défendit clairement certaines « tendances » architecturales contre d’autres, prit ouvertement position en faveur de certains thèmes de débat, mais en même temps exclut délibérément de ses champs d’intérêt certains architectes protagonistes de la scène architecturale internationale. Gubler écrivit à ce propos, non sans ironie : « Anticipant la fabrication du “numéro double”, la rédaction se réunit au grand complet deux fois par an dans le voisinage de la prison de San Vittore. Il s’agit de choisir les exemples, de proclamer qui est invité à écrire. Le processus d’inclusion (les invités) s’oppose au processus d’exclusion. L’autorité du directeur réside dans le pouvoir d’exclure39. »

23En apparence, Casabella afficha une position de rigueur et de cohérence intransigeantes, qui se fondait sur la volonté de résister à toute tentation de se laisser influencer par certaines modes culturelles du moment. En réalité, certains architectes « à la mode » au cours de ces années, comme Frank Gehry et Robert Venturi, bien que fort éloignés des positions critiques défendues par la revue, furent volontiers soutenus par Gregotti. De même, quelques grands constructeurs high-tech comme Norman Foster et Renzo Piano furent bien publiés dans Casabella, mais ils ne furent peut-être jamais véritablement appréciés ou promus par la revue parce qu’ils étaient les représentants d’une architecture « à succès », excessivement fondée sur l’exaltation du « langage de la technique ».

  • 40 Avec son projet de reconstruction du théâtre Carlo Felice de Gênes, Casabella, nº 502, mai 1984, pp (...)
  • 41 Richard Ingersoll sur Rem Koolhaas (nº 610, mars 1994), Robert Maxwell sur Richard Rogers (nº 611, (...)

24Les divergences d’intérêt entre le directeur et les plus jeunes rédacteurs provoquèrent souvent des débats intenses au sein de la rédaction, surtout à propos de l’exemplarité des projets qui devaient être publiés. Toutefois, les véritables « censures » de Gregotti furent assez rares, et se manifestèrent surtout à l’égard d’Aldo Rossi, qui fit une seule fois l’objet d’un article monographique40, et d’architectes qui devinrent célèbres pour leur action de renouvellement du langage architectural dans ces années-là, comme Jean Nouvel, Peter Eisenman ou Herzog et de Meuron, qui intéressaient particulièrement certains jeunes de la rédaction. La « censure » de Gregotti à l’égard d’architectes renommés finit par constituer une espèce de « Salon des refusés » auquel la revue consacra en 1994 une série d’essais critiques particulièrement approfondis41.

  • 42 Il s’agit d’architectes comme James Stirling et Oswald Mathias Ungers, proches des activités du Tea (...)
  • 43 Ce fut surtout le cas d’Henri Ciriani, Yves Lion et Pierre-Louis Faloci en France, Alberto Campo Ba (...)
  • 44 Parmi les autres architectes publiés pour la première fois en Italie figurent David Chipperfield, E (...)

25Les raisons pour lesquelles la revue décidait de publier tel projet ou tel bâtiment pouvaient être de diverses natures, et la relation entre le projet spécifique et la « ligne » culturelle de la revue était le plus souvent implicite. Il se forma toutefois, au fil des publications, un groupe d’architectes que Casabella décida de promouvoir de façon plus explicite parce qu’ils incarnaient, malgré de profondes différences, un « modernisme contextuel » qui devint le commun dénominateur de générations et poétiques individuelles. De ce groupe firent partie dès l’origine les architectes de la génération de Gregotti, qui avaient avec lui de fortes affinités culturelles, selon une position de « continuité critique » avec le Mouvement moderne42, alors que successivement s’agrégèrent d’autres architectes qui non seulement approuvaient l’orientation culturelle de la revue, mais voulurent aussi privilégier Casabella par rapport à d’autres revues en garantissant une sorte d’exclusive pour la publication de leurs projets43. Grâce aux indications des rédacteurs externes et des correspondants, mais aussi et surtout grâce aux découvertes faites pendant les voyages des rédacteurs, Casabella put également exercer un important rôle de promotion de jeunes talents, encore peu connus ou jamais publiés en Italie, comme Hans Kollhoff (signalé par Ungers) ou Tadao Ando (recommandé par Isozaki), qui devinrent rapidement célèbres44.

Couverture alternative, inédite, pour le nº 498-499, janvier-février 1984

Couverture alternative, inédite, pour le nº 498-499, janvier-février 1984

Collection privée.

Couverture de Casabella, nº 498-499, janvier/février 1984, numéro double « Architettura come modificazione »

Couverture de Casabella, nº 498-499, janvier/février 1984, numéro double « Architettura come modificazione »
  • 45 Manfredo Tafuri, Storia dell’architettura italiana 1944-1985, Turin, Einaudi, 1986, p. 211.
  • 46 Au total 142 éditoriaux, auxquels s’ajoutent 17 articles allant des présentations d’architectes aux (...)
  • 47 Au sein de la rédaction, au cours des 14 années de la direction Gregotti, Croset publia 122 article (...)
  • 48 V. Gregotti, « Appassionata ragionevolezza », Casabella, nº 544, mars 1988, p. 3.

26Malgré la place centrale offerte à la publication des projets, occupant plus du tiers des pages de chaque numéro, la Casabella de Gregotti a eu la réputation d’être une revue « très écrite » et « peu séduisante » graphiquement, comme en témoigne par exemple la critique sévère de Manfredo Tafuri, formulée en 1986 : « Depuis 1982, Casabella est l’organe le plus sérieux, en Italie, qui rassemble les nouveaux thèmes de discussion et enregistre ponctuellement l’atmosphère dominante. Aucun numéro de la revue n’est particulièrement exaltant, il y domine une monotonie caractéristique ; cependant, relue dans son ensemble, elle offre un catalogue critique des problèmes actuels, aucun d’entre eux n’ayant bien sûr de caractère “héroïque” ou cathartique45. » Ce caractère de « catalogue critique » dont parle Tafuri s’explique par deux raisons. D’une part, les numéros de la revue étaient organisés selon un sommaire très dense en contributions, et cela menait parfois à sacrifier l’iconographie, pourtant soignée et profondément originale (notamment dans les « Documents »). D’autre part, l’équipe rédactionnelle, interne comme externe, écrivit beaucoup à la première personne, ce qui contribua à l’affirmation d’une « identité critique » clairement identifiable. Non seulement Gregotti, qui décida de renouer avec la tradition de l’éditorial, signa de son nom sa contribution à chaque numéro46, mais les rédacteurs écrivirent aussi beaucoup et de manière continue47. Par rapport aux autres revues de la même époque, cette proportion considérable de textes écrits « de l’intérieur » représentait donc une anomalie. De plus, Casabella créa autour d’elle un groupe d’auteurs-critiques qui se reconnaissaient dans l’orientation culturelle de la revue (Kenneth Frampton, Alan Colquhoun, Manfredo Tafuri, Massimo Cacciari, Joseph Rykwert, Leonardo Benevolo, Reyner Banham, Bruno Reichlin) et qui acceptèrent d’écrire souvent, proposant des essais critiques encore inédits et des textes parfois polémiques. Ce groupe d’auteurs qui se reconnaissaient volontiers dans la figure de l’« auteur Casabella » fut remercié par Gregotti dans l’éditorial qui ouvrait le numéro du soixantième anniversaire de la revue : « Une revue d’architecture est aujourd’hui, comme nous l’avons rappelé depuis le premier numéro, un instrument très limité : pour nous qui ne voulons pas être en premier lieu un instrument d’information, la discussion sur les thèmes que nous avons rappelés est une question vitale. Elle est principalement nourrie par ceux qui, au cours de ces années, ont généreusement pris le risque de contribuer en écrivant ou en publiant des choses qui dans d’autres revues auraient été mieux payées, auraient eu un plus fort tirage, un papier plus glacé, une meilleure publicité au niveau international. Ce sont eux qui, avant tout, constituent le noyau dur de la nouvelle Casabella48. »

27Pour compléter ce catalogue des auteurs, il y eut également la contribution régulière d’une série d’« observateurs » de la scène étrangère, qui furent par la suite reconnus comme « correspondants » : parmi eux, les plus actifs et incisifs dans les jugements critiques furent Jean-Claude Garcias en France, Vladimir Slapeta en Tchécoslovaquie, Martin Pawley en Angleterre, Paolo Tombesi aux États‑Unis, Dietmar Steiner à Vienne.

28De cette manière, la position critique de la revue s’exprima de façon explicite par la présence d’un groupe d’auteurs reconnaissable par ses affinités culturelles avec les lignes critiques de la revue, mais aussi à travers la volonté de promouvoir des thèmes particuliers de réflexion, en utilisant différents instruments.

  • 49 Hartmut Frank sur l’École d’art et d’art appliqué de Breslavia (en deux épisodes, nos 491 et 492), (...)
  • 50 Sandro de Magistris sur Architektura SSSR (nº 602, juin 1993), Hélène Jannière sur L’Architecture v (...)
  • 51 Manolo de Giorgi, « Storici come pubblicitari, storici come sceneggiatori », Casabella, nº 541 (déc (...)
  • 52 Leonardo Benevolo (nº  544, mars 1988), Ignasi de Solà-Morales (nº 545, avril 1989), Franco Purini (...)
  • 53 La série fut introduite par un texte de Maldonado (« E' l’architettura un testo ? », Casabella, no (...)
  • 54 Cette série eut comme auteurs le philosophe des sciences Paolo Rossi (nº  577, mars 1991), le zoolo (...)

29Tout d’abord, des séries d’articles thématiques furent programmées à plusieurs occasions, notamment dans les « Documents historiques » : par exemple, en 1983 débuta une série consacrée aux écoles d’architecture, d’arts appliqués ou d’ingénierie ayant contribué historiquement à l’élaboration et à la diffusion de méthodes pédagogiques innovantes49, alors qu’en 1993 fut publiée une intéressante série de documents sur les revues d’architecture européennes et américaines parmi les plus significatives du xxe siècle50. La programmation d’une série d’articles permit également de construire de véritables « débats critiques » à plusieurs voix : par exemple, en 1987 Manolo De Giorgi publia un texte qui ouvrit le débat sur les « conditions actuelles de la critique d’architecture »51, auquel répondirent avec une contribution originale Leonardo Benevolo, Ignasi de Solà‑Morales, Franco Purini, Werner Szambien et K. Michael Hays52 ; en 1989 Bruno Pedretti organisa la publication d’une série d’essais sur le thème du rapport entre la narrativité et l’iconicité de l’architecture53, et en 1991 sur le thème « Tradition, conservation, restauration » qui questionnait plus spécifiquement les relations entre histoire et discipline du projet54.

Joakim Hansson, « L’architettura industriale di Alvar Aalto », Casabella, nº 555, mars 1989, pp. 42-58

Joakim Hansson, « L’architettura industriale di Alvar Aalto », Casabella, nº 555, mars 1989, pp. 42-58

Exemple représentatif de la section des « Documents historiques » ; est reproduite ici la p. 47

30Enfin, les « numéros doubles » qui clôturaient chaque année éditoriale jouèrent un rôle spécial par le fait d’avoir toujours été pensés de façon thématique, avec l’objectif ambitieux et non dissimulé d’ouvrir de nouveaux fronts dans le débat sur la culture architecturale. Outre le numéro double cité précédemment sur l’« architecture comme modification », véritable programme critique de Gregotti et de sa rédaction, se distinguent par le poids qu’ils eurent dans la discussion, et pas seulement au niveau national, des numéros comme « Les terrains de la typologie » (« I terreni della tipologia », 1985) ou « Le disegno du paysage italien » (« Il disegno del paesaggio italiano », 1991).

31Il s’agit d’exemples liés respectivement aux deux approches différentes qui étaient celles de la rédaction, au moment de choisir le thème du numéro double annuel. On pouvait en effet procéder de manière déductive, en se tournant vers des thèmes critiques déjà dans l’air du temps et sur lesquels, au-delà de l’adhésion qu’ils pouvaient provoquer chez ses rédacteurs, on considérait que Casabella ne pouvait pas se dispenser d’exprimer sa propre position. C’est le cas du numéro sur la typologie, mais aussi du premier numéro double sur « L’architecture du plan » (« L’architettura del piano », 1983) ; ou encore, en changeant de registre pour un thème monographique, du numéro sur Le Corbusier en 1987, année du centenaire, riche en analyses et en prises de position. C’est encore le cas du numéro consacré au « projet historique » de Tafuri, publié en 1995 à la suite de sa disparition prématurée.

32Comme alternative, il y avait ensuite une démarche inductive pour le choix des sujets des numéros doubles : faire émerger un thème à partir de la discussion interne et, en ayant conscience de sa nouveauté critique sur la scène du débat culturel, affirmer une position inédite susceptible d’amorcer des pistes de réflexion. L’un des exemples les plus frappants est précisément le numéro sur le « disegno du paysage italien » (1991) suivi du numéro sur le « disegno des espaces publics ouverts » (« Il disegno degli spazi aperti », 1993), où il est affirmé avec force que les lieux de l’innovation architecturale sont avant tout ceux de la grande échelle, capables d’embrasser la dimension temporelle ou de mettre en évidence des continuités – comme celle entre ville et paysage – ne relevant pas de l’échelle architecturale. Ce fut le début d’un débat qui amorça des pistes de recherche et des thèmes d’enseignement dans de nombreuses facultés d’architecture en Italie, de Rome à Turin en passant par Pescara et Palerme.

33Un autre cas exemplaire de prise de position dans le débat fut l’intérêt pour l’« architecture de la nouvelle ingénierie », thème souligné avec une énergie particulière dans le numéro double de 1988 (« L’architettura della nuova ingegneria »), mais exploré avec assiduité durant deux années entières (1987 et 1988) grâce à de nombreux articles sur les rapports entre les disciplines de l’ingénierie et de l’architecture. Entre mars 1987 (nº 533) et novembre 1988 (nº 551) furent effectivement publiés douze documents historiques, consacrés aux projets des ingénieurs militaires français du xviiie siècle, à des chantiers exemplaires d’ouvrages d’ingénierie, à des figures pionnières d’ingénieurs-architectes, à des édifices exemplaires du Mouvement moderne où la collaboration des ingénieurs et des architectes s’est révélée déterminante, et trois dossiers très complets de projets fortement marqués par les questions d’ingénierie de la conception et du chantier.

34Enfin, les « enquêtes » servirent surtout, en revanche, à analyser les politiques urbaines innovantes manifestes dans des villes comme Barcelone, Lyon, Madrid, Bilbao, Londres, mais aussi à décrire l’émergence de nouvelles cultures architecturales dans différents pays ou dans différentes régions d’Italie : on se souvient par exemple de la série consacrée aux « jeunes architectes » en France, aux États-Unis, dans les États baltes, en Tchécoslovaquie, en Espagne ou en Sicile.

Épilogue

  • 55 Das neue Frankfurt, nº 9, septembre 1930, consacré à la « Deutsche Bauen in der UdSSR » (la constru (...)
  • 56 Le rachat d’Electa par Mondadori en 1995 provoqua non seulement le changement de direction à Casabe (...)
  • 57 Lettre de Jean-Louis Cohen à la rédaction de Casabella, expédiée le 8 novembre 1995 au retour de l’ (...)

35C’est avec le numéro double 630‑631 de janvier‑février 1996, consacré au thème de l’« internationalisme critique » (« Internazionalismo critico »), que se clôt le cycle de Vittorio Gregotti à la direction de Casabella. La couverture reprend une photographie très remarquée de la revue Das neue Frankfurt en 193055, où l’on voit un architecte qui part en voyage en portant sous le bras une table à dessin. Métaphoriquement, la couverture semble mettre en scène le départ obligé de Gregotti et de la rédaction, provoqué par un changement de propriétaire56, qui suscitera une certaine émotion dans le cercle des auteurs et des architectes les plus proches – ils signeront de nombreux messages de solidarité. Parmi eux, Jean-Louis Cohen offre un témoignage particulièrement significatif de ce moment : « Depuis près de quinze ans, c’était une des habitudes constitutives de mon identité d’architecte-intellectuel et, je crois, celle de beaucoup de ceux qui se sont succédé dans la redazione esterna que de venir partager informations, impressions, interprétations (et commérages) dans une atmosphère de cordialité et de sincérité rare en ces temps de consensus mou. On pourra désormais dire qu’il y aura eu dans la Casabella de Gregotti un engagement, une passion, une volonté de découverte et de discussion, et que la revue aura été un intense lieu de formation tant pour ceux qui l’ont produite que pour ceux qui l’ont lue avec tant soit peu d’attention. Volontairement étrangère à la dérisoire chasse aux scoops, à la tyrannie de la mode, la revue a pratiqué un scepticisme informé, ce qui ne l’a pas empêchée de s’interroger sur les grandes forces agissant sur la condition architecturale d’aujourd’hui57. »

36Quatorze ans après le nº 478, Gregotti cherchera pour la première fois un titre, non pas pour proposer une thématique critique ou une analyse particulière, mais pour rendre hommage au groupe des architectes et des critiques qui s’est révélé fidèle à la ligne forgée au cours de cette longue période. Le thème choisi sera celui de l’internationalisme critique, qui rassemble tous « les architectes de Casabella » – de Gae Aulenti à Oriol Bohigas, d’Henri Ciriani à Gino Valle, de Luigi Snozzi à Oswald Mathias Ungers, d’Álvaro Siza à Aldo van Eyck. Tous seront ainsi invités à s’exprimer à travers le choix d’un de leurs projets et l’écriture d’un texte.

Les couvertures de numéros doubles particulièrement représentatifs de la direction Gregotti : n° 509-510, janvier-février 1985, « I terreni della tipologia » ; n° 531-532, janvier-février 1987, « Le Corbusier » ; n° 575-76, janvierfévrier 1991, « Il disegno del paesaggio italiano » ; n° 597-598, janvier-février 1993, « Il disegno degli spazi aperti » ; n° 619-620, janvier-février 1995, « Il progetto storico di Manfredo Tafuri ».

Les couvertures de numéros doubles particulièrement représentatifs de la direction Gregotti : n° 509-510, janvier-février 1985, « I terreni della tipologia » ; n° 531-532, janvier-février 1987, « Le Corbusier » ; n° 575-76, janvierfévrier 1991, « Il disegno del paesaggio italiano » ; n° 597-598, janvier-février 1993, « Il disegno degli spazi aperti » ; n° 619-620, janvier-février 1995, « Il progetto storico di Manfredo Tafuri ».
  • 58 Aldo van Eyck, Casabella, nº 630-631, janvier-février 1996, p. 116.
  • 59 V. Gregotti, « L’ossessione della storia », Casabella, nº 478, mars 1982, p. 18-19.

37Le témoignage de Van Eyck offre un épilogue idéal à cette histoire, résumant les caractères du « groupe de pression » qui s’était construit au fil des ans pour mener une résistance contre la perte de spécificité de la discipline et la perte de centralité du projet. Un groupe qui s’était rendu compte, longtemps auparavant, qu’il était minoritaire, mais qui ne voulait pas arrêter pour autant de « faire l’opinion ». Van Eyck écrit ainsi : « Sic (k) transit… mais juste à temps pour voir notre très belle maison, non pas construite à Moscou, mais au moins publiée dans Casabella, peu avant que celle-ci n’entre dans son futur de “bruttabella”. […] Il est certain que continuer à aller de l’avant a été une chose difficile – et solitaire58. » Après quoi il rappelle comment le modernisme garantissait une « direction clairement marquée, et surtout, il y avait de l’espoir ». Il y a dans ces phrases une synthèse de la tentative de Gregotti, au fil des années, d’affirmer la voie d’une continuité critique avec le modernisme, se démarquant toujours des trahisons linguistiques du « postmoderne » en dépit de l’ambiguïté de cette obsession pour l’histoire qu’il soulignait dès son premier éditorial59. Van Eyck poursuit : « C’est pour cela que la fin de la Casabella-que-nous-connaissons fait mal. Sous son toit généreux, le passé, le présent et le futur formaient un continuum avec l’histoire, non pas derrière nous, mais avec nous. » Enfin, il rappelle « la fantastique simultanéité et la multiplicité des innombrables univers distincts renfermés dans cet univers unique : l’héritage négligé du Grand Gang » des modernes, de Mondrian à Brancusi, de Le Corbusier à Aalto, de Rietveld à Joyce. Avec l’« internationalisme critique » du dernier numéro, et grâce aux témoignages écrits et aux projets de trente-cinq architectes « amis » de la revue, Gregotti démontre la capacité de proposer un dialogue critique viable, à condition que l’architecte se révèle capable de penser à l’échelle planétaire, tout en demeurant toujours attentif aux cultures spécifiques de chaque lieu et de chaque contexte. C’est cela, la « simultanéité et la multiplicité des innombrables univers distincts » dont parle Van Eyck, mais cette fois-ci le Gang est celui de Casabella.

Couverture du numéro double nº 630-631, janvier‑février 1996, « Internazionalismo critico », dernier numéro de la direction Gregott

Couverture du numéro double nº 630-631, janvier‑février 1996, « Internazionalismo critico », dernier numéro de la direction Gregott

La rédaction invita à collaborer à ce numéro tous les « architectes de Casabella », sous la forme d’un projet et d’un commentaire critique sur le thème du numéro, et les « auteurs de Casabella », sous la forme de brefs essais de réflexion critique.
Parmi les architectes sont présents Tadao Ando, Gae Aulenti, Oriol Bohigas, Paul Chemetov, Henri E. Ciriani, Pierre-Louis Faloci, Herman Hertzberger, Josef Paul Kleihues, Yves Lion, Richard Meier, Rafael Moneo, Boris Podrecca, Álvaro Siza, Luigi Snozzi, Oswald Mathias Ungers, Gino alle, Aldo van Eyck. Les contributions critiques sont en particulier de Jean-Louis ohen, Carlo Olmo, Alan Colquhoun, Bernardo Secchi, Michel Sorkin, Richard Ingersoll.

Haut de page

Notes

1 Du no 478 (mars 1982) au nº 630-631 (janvier-février 1996).

2 Pour plus d’informations sur l’histoire de Casabella, voir l’excellent numéro double réalisé par Tomás Maldonado : « Casabella cinquant’anni 1928-1978 », nº 440-441, octobre-novembre 1978. Voir aussi le livre récent de Chiara Baglione, Casabella 1928-2008, Milan, Electa, 2008, qui propose une anthologie d’une centaine d’articles, introduits par de brèves notes critiques, sur les stratégies des diverses directions, sur l’évolution du projet graphique, sur les mécanismes de fonctionnement des différentes rédactions.

3 Comme nous le rappelons dans cet article, la position de « réalisme critique » de Vittorio Gregotti s’est exprimée bien avant la prise de direction de la revue. Pour un approfondissement théorique de cette position, voir l’ouvrage de V. Gregotti, L’architettura del realismo critico, Rome-Bari, Editori Laterza, 2004, dans lequel l’auteur affirme : « Le réalisme critique s’oppose à une conception esthétique et communicative de l’architecture. Il n’agit pas contre l’imagination, mais contre sa transformation en idéologie, c’est-à-dire contre l’image en tant que représentation du spectacle du marché, contre la réduction de l’architecture à une image, à un événement théâtral […] » (p. 36).

4 Pierre-Alain Croset a été assistant du directeur de 1982 à 1996. En 1996, Michele Bonino avait commencé depuis peu ses études à la faculté d’architecture.

5 Très lié à Ernesto Nathan Rogers, dont il était l’assistant à la faculté d’architecture de Milan, Gregotti entra rapidement comme rédacteur avec Giancarlo De Carlo et Marco Zanuso à partir du nº 199 (décembre 1953), avant de devenir rédacteur en chef de février 1957 (nº 214) à la fin de 1963.

6 Même si, à partir du premier numéro (no 421, janvier 1977) sous la propriété d’Electa, Casabella fut dirigée par Tomás Maldonado, officiellement la revue était dirigée collectivement par un comité de direction dont faisaient partie Maldonado lui-même, mais aussi Carlo Aymonino, Pierluigi Cervelatti, V. Gregotti et Manfredo Tafuri. À partir du no 445 de mars 1979, le comité directif fut dissous et Maldonado nommé officiellement directeur de la revue.

7 Gregotti fut rédacteur unique du nº 80 (septembre 1963) au no 89-90 (janvier 1967) selon une formule de gestion presque personnelle, qui sera reprise en diverses occasions en Italie : par exemple par Maria Bottero avec Zodiac de 1964 à 1973, et par Pierluigi Nicolin avec Lotus à partir du no 8 en septembre 1974. De cette série sont issus quelques numéros mémorables consacrés à « Il novecento e l’architettura » (no 81), « Esposizioni » (nº 84), « Design » (nº 85), « La forma del territorio » (no 87-88).

8 L’approche thématique ne fut pas complètement abandonnée en réalité, car il fut décidé de publier à chaque début d’année un numéro double monographique dans le but de rendre explicites certaines thèses critiques de la revue.

9 Rogers publiait toujours aussi un éditorial et « sa » Casabella ne se limitait nullement à la publication de bâtiments et de projets représentatifs de l’actualité internationale. Elle accueillait également des articles critiques d’historiens, mais aussi de philosophes ou d’écrivains.

10 C’est sous ce titre que fut publié en février 1984 l’un des numéros doubles les plus significatifs de la revue (nº 498-499), qui orientait en quelque sorte un choix « de tendance » pour sélectionner les architectes à même d’être publiés.

11 Sur l’engagement de Gregotti dans une écriture critique « militante », Manolo De Giorgi a publié quelques réflexions intéressantes, parlant d’écriture « à la Pagano », une écriture « faite sur mesure pour l’atelier ». Avec finesse, De Giorgi observe que « Gregotti a sans doute définitivement pris ses distances du danger d’une écriture de la longue durée qui veuille représenter une théorie classique : l’architecte qui écrit laisse la longue durée à l’architecture et considère l’écriture comme un instrument technique toujours perfectible » (Manolo De Giorgi, « Lo studio nel progetto di scrittura », in Gregotti Associati 1973-1988, Milan, Electa Editrice, 1989, p. 156-157).

12 Cet article, « Avanguardia e professione », publié dans Lotus International nº 25 (1980), fut signé également par Gae Aulenti et Oriol Bohigas, membres eux aussi du comité de rédaction de la revue ; en réalité, il avait été rédigé par Gregotti tout seul, qui ne se soucia pas de transcrire avec le pronom « nous » certains morceaux écrits à la première personne et publiés précédemment dans d’autres revues.

13 V. Gregotti, « Appassionata ragionevolezza », Casabella, nº 544, mars 1988, p. 2-3.

14 « Casabella cinquant’anni 1928-1978 », Casabella, nº 440-441, octobre-novembre 1978. L’éditorial de Maldonado intitulé « Casabella oggi » se trouve p. 9 et 10.

15 Dans cette question, Maldonado se référait au « programme critique » de la nouvelle série de Casabella, programme décrit deux ans auparavant dans son premier éditorial (nº 421, janvier 1977), dans lequel il affirmait que la revue devait devenir un « organe promouvant un débat ample et approfondi sur les conditions permettant de mettre en œuvre rapidement une recom-position (et une refondation) fondamentale du savoir-faire architectural ».

16 La nouvelle direction de Casabella suivait le projet « politique » d’hégémonie culturelle du Parti communiste italien (PCI), en cherchant à transposer dans le domaine de l’architecture l’espoir de transformations profondes suscité en 1976 par le « compromis historique » entre les deux principaux partis italiens, la Démocratie chrétienne et le PCI.

17 Dans l’éditorial publié à l’occasion des soixante ans de la revue, précédemment cité (note 13, p. 3), Gregotti écrit à ce propos : « Casabella a essayé au cours de ces années d’éclairer une série d’aspects spécifiques à notre discipline, certainement plus riche et complexe dans ses implications (même si elle est parfois distraite par des éléments inutiles et superflus) que ce que la part inévitable d’académisme nous empêche de voir. »

18 En réalité, il n’y a jamais eu de recherches sur la réception critique de Casabella, de même qu’il manque de manière générale des études sur le public des revues spécialisées en Italie. Les données sur les tirages et sur les ventes demeurent secrètes et les rares données communiquées sont généralement gonflées pour augmenter la valeur des revues au regard du marché publicitaire. Les seuls chiffres fiables concernent les abonnés, mais il n’existe pas de données publiées sur la composition sociologique de ces derniers. De plus, Casabella fut diffusée généralement dans les kiosques et les librairies, ce qui rend encore plus improbable la possibilité de connaître la composition de son lectorat.

19 V. Gregotti signera systématiquement un éditorial dans tous les numéros édités sous sa direction. Ils sont rassemblés dans : V. Gregotti, Questioni di architettura. Editoriali di Casabella, Turin, Einaudi, 1997.

20 Cette rubrique « urbanistique » sera signée en alternance au cours des deux premières années par Bernardo Secchi et Guglielmo Zambrini, tandis qu’à partir du nº 500 (mars 1984), le même Secchi ouvrira sa rubrique à des contributions d’autres auteurs.

21 Dans cette rubrique, Carlo Aymonino et Franco Purini alterneront au cours de la première année, puis en 1983 et 1984, d’autres auteurs seront invités à y contribuer (Alan Colquhoun, Massimo Scolari, Oriol Bohigas, Leonardo Benevolo, Reyner Banham), avant que la rubrique ne disparaisse complètement.

22 Même si, au cours des années, la revue a continué d’accueillir régulièrement des articles issus de disciplines autres que l’architecture, la rubrique « L’opinion des autres » durera seulement un an et demi, jusqu’au nº 493 (juillet-août 1983).

23 Les 129 » cartes postales » de Jacques Gubler seront publiées de façon systématique sur la dernière page des numéros simples, et seulement une fois dans un numéro double (carte postale 93 publiée dans le nº 586-587, janvier-février 1992, consacré aux États-̈Unis). Elles sont rassemblées dans le volume : J. Gubler, Cara Signora Tosoni. Le Cartoline di Casabella 1982-1995, Milan, Skira Editore, 2005.

24 Née en 1927 comme Gregotti, Myriam Ada Tosoni succéda en 1958 à Julia Banfi au poste de secrétaire de la rédaction de Casabella, et resta à ce poste pendant 38 ans, jusqu’à la fin du mandat de Gregotti en 1996. D’autres informations intéressantes sur le travail de la rédaction figurent dans l’article « La Signora Tosoni esiste », in J. Gubler, op. cit. note 23, pp. 138-141.

25 Architecte associé de l’agence Gregotti Associati, apprécié dans le domaine du design, de l’architecture d’intérieur, de la scénographie des expositions et du graphisme éditorial, directeur artistique de la maison d’édition Electa depuis 1976, Cerri avait déjà conçu le projet graphique de la nouvelle série de Casabella sous la direction de Maldonado.

26 Après avoir connu Gregotti en 1978, lorsqu’il était professeur invité à l’École polytechnique de Lausanne, Croset vécut un an à Milan en 1979-1980 pour un stage dans l’agence Gregotti Associati, associant un emploi rédactionnel (il fut responsable du nº 3 de Rassegna sur « Les clients de Le Corbusier ») à son travail d’architecte.

27 Croset demeura assistant pendant 14 ans, Brandolini pendant 10 ans (5 comme rédacteur et 5 comme assistant), Pedretti 7 ans, Angelillo et Baglione 6 ans, Zardini et Milesi 5 ans, Polin 4 ans avec Gregotti (3 comme assistant, 1 comme rédacteur) et 1 an avec Maldonado.

28 Dans le groupe de la rédaction, seuls Croset et Angelillo avaient été élèves de Gregotti, respectivement à l’École polytechnique de Lausanne et à l’IUAV de Venise, tous deux ayant eu une courte expérience professionnelle au sein de l’agence Gregotti Associati.

29 Bruno Pedretti, « L’oro del ricordo », in F. Filippi, L. Gibello, M. Robilant, 1970-2000. Episodi e temi di storia dell’architettura, Turin, Celid, 2006, pp. 211-213.

30 Ibid., p. 211.

31 Ibid., p. 212.

32 Par exemple, Croset s’occupa plus particulièrement des rapports avec les architectes et les auteurs en France, en Suisse et en Allemagne, Brandolini avec ceux d’Angleterre et des Pays nordiques, Antonio Angelillo avec ceux d’Espagne et du Portugal, où il étudia et travailla avec Álvaro Siza.

33 En 1985, Croset devint l’assistant universitaire de Luigi Snozzi à l’École polytechnique de Lausanne, avant de travailler en tant qu’architecte dans l’agence de Locarno entre 1989 et 1993. À la suite de la publication en 1983 du Centre directionnel de Pordenone (Casabella nº 495, octobre 1983), Valle proposa Croset comme auteur à la maison d’édition Electa pour écrire la monographie qui fut publiée en 1989 (Pierre-Alain Croset, Gino Valle. Progetti e architetture, Milan, 1989).

34 Tandis que Jean-Louis Cohen, Jacques Gubler et Bernardo Secchi restaient en place, Giorgio Ciucci quitta la « rédaction externe » après 2 ans (nº 501, avril 1984), Vittorio Magnano Lampugnani après 4 ans (no 519, décembre 1985) et Massimo Scolari après 10 ans (nº 588, mars 1992). Marco de Michelis (à partir du no 588, mars 1992) et Richard Ingersoll (à partir du nº 589, avril 1992) restèrent les quatre dernières années, tandis que Carlo Olmo, le dernier à y être entré (à partir du noº 618, décembre 1994), resta seulement 1 an. Seul architecte praticien entré dans le comité de rédaction, Boris Podrecca n’eut qu’une faible influence en restant seulement 6 mois (à partir du nº 515, juillet 1985).

35 Directeur de la revue Urbanistica pour 24 numéros, du no 78 (1985) au nº 101 (1990).

36 Vladimir Slapeta, correspondant à Prague, joua également un rôle important dans l’établissement de liens significatifs avec les pays d’Europe de l’Est.

37 Entre 1985 et 1991, Mario Bellini fut directeur, avant de laisser la direction de Domus à Magnano Lampugnani à partir du nº 734 de janvier 1992.

38 Parmi les membres de la rédaction externe, au cours des 14 années de la direction Gregotti, Secchi a publié 99 articles, Cohen 38, Gubler 15 (plus les 129 « cartes postales », présentes dans chaque numéro), Ingersoll 15, De Michelis 13, Olmo 13, Ciucci 13, Scolari 11, Magnano Lampugnani 7.

39 J. Gubler, op. cit. note 23, p. 139.

40 Avec son projet de reconstruction du théâtre Carlo Felice de Gênes, Casabella, nº 502, mai 1984, pp. 52-63.

41 Richard Ingersoll sur Rem Koolhaas (nº 610, mars 1994), Robert Maxwell sur Richard Rogers (nº 611, mars 1994), Matteo Brändli et P.-A. Croset sur Jacques Herzog et Pierre de Meuron (nº 612, mai 1994), Diane Ghirardo sur Peter Eisenman (nº 613, juin 1994), Jean-Claude Garcias sur Jean Nouvel (nº 614, juillet-août 1994), Antoine Picon sur Santiago Calatrava (nº 615, septembre 1994), Alexander Tzonis et Liane Lefaivre sur Philip Johnson (nº 616, octobre 1994), Pat Morton sur Arata Isozaki (nº 618, décembre 1994).

42 Il s’agit d’architectes comme James Stirling et Oswald Mathias Ungers, proches des activités du Team Ten à la fin des années 1950, Paul Chemetov en France, Oriol Bohigas en Espagne, Gino Valle, Carlo Aymonino, Gae Aulenti, Roberto Gabetti et Aimaro Isola en Italie, Luigi Snozzi et Aurelio Galfetti en Suisse, Álvaro Siza au Portugal, Herman Hertzberger en Hollande, Kristian Gullichsen en Finlande ou Richard Meier aux États-Unis. Par ce choix, Gregotti perpétuait la tradition critique d’Ernesto N. Rogers et de Casabella Continuità, en republiant à plus de vingt années de distance des architectes alors promus comme « nouveaux talents », tels Gabetti et Isola, Ungers ou Valle.

43 Ce fut surtout le cas d’Henri Ciriani, Yves Lion et Pierre-Louis Faloci en France, Alberto Campo Baeza, Estève Bonell et Rafael Moneo en Espagne, Gonçalo Byrne et Eduardo Souto de Moura au Portugal, Diener et Diener en Suisse.

44 Parmi les autres architectes publiés pour la première fois en Italie figurent David Chipperfield, Enrique Norten, Tod Williams et Billie Tsien, Michel Kagan, Antonio Cruz et Antonio Ortiz, João Luís Carrilho da Graça, Guillermo Vázquez Consuegra, Laurent Beaudouin, Mikko Heikkinen et Markku Komonen, Koen Van Velsen, Waro Kishi, Carlos Jimenez, Florian Riegler et Roger Riewe.

45 Manfredo Tafuri, Storia dell’architettura italiana 1944-1985, Turin, Einaudi, 1986, p. 211.

46 Au total 142 éditoriaux, auxquels s’ajoutent 17 articles allant des présentations d’architectes aux critiques de livres.

47 Au sein de la rédaction, au cours des 14 années de la direction Gregotti, Croset publia 122 articles, Brandolini 78, Polin 75, Pedretti 52, Angelillo 43, Milesi 39, Zardini 39, Baglione 19.

48 V. Gregotti, « Appassionata ragionevolezza », Casabella, nº 544, mars 1988, p. 3.

49 Hartmut Frank sur l’École d’art et d’art appliqué de Breslavia (en deux épisodes, nos 491 et 492), Isabelle Gournay sur l’École des beaux-arts et le « Grand Tour » américain entre 1926 et 1939 (no 493), Bruno Fortier sur l’École des ponts et chaussées (nº 495 et 496), Jacques Gubler sur l’École polytechnique de Zurich (no 497, décembre 1983).

50 Sandro de Magistris sur Architektura SSSR (nº 602, juin 1993), Hélène Jannière sur L’Architecture vivante et Cahiers d’art (nº 603, juillet-août 1993), Marc Dessauce sur Shelter (no 604, septembre 1993), Joseph Abram sur L’Architecture d’aujourd’hui (nº 605, octobre 1993), Maristella Casciato sur Forum (nº 606, novembre 1993).

51 Manolo de Giorgi, « Storici come pubblicitari, storici come sceneggiatori », Casabella, nº 541 (décembre 1987), p. 54-55.

52 Leonardo Benevolo (nº  544, mars 1988), Ignasi de Solà-Morales (nº 545, avril 1989), Franco Purini (nº 546, mai 1989), Werner Szambien (nº 547, juin 1989), K. Michael Hays (nº 548, juillet-août 1989).

53 La série fut introduite par un texte de Maldonado (« E' l’architettura un testo ? », Casabella, no 560, septembre 1989), auquel répondirent successivement l’historien médiéviste Hans Belting (nº 561, octobre 1989), Joseph Rykwert (nº 563, décembre 1989), le biologiste généticien Marcello Buiatti (nº 566, mars 1990), l’historien Jacques Guillerme (nº 568, mai 1990) et le philosophe Enzo Melandri (nº 569, juin 1990).

54 Cette série eut comme auteurs le philosophe des sciences Paolo Rossi (nº  577, mars 1991), le zoologue Ettore Tibaldi (nº 578, avril 1991), Edoardo Benvenuto et Roberto Masiero (nº 579, mai 1991), Manfredo Tafuri en dialogue avec C. Baglione et B. Pedretti (nº 580, juin 1991), l’historien byzantiniste Cyril Mango (nº 581, juillet-août 1991), l’historien Mario Manieri Elia (nº 582, septembre 1991), l’historien de l’art Sandro Scarrocchia sous la forme d’un dialogue avec Alois Riegl (no 584, novembre 1991) et Benedetto Gravagnuolo (nº 585, décembre 1991). Toutes ces interventions sont rééditées dans un livre dirigé par Bruno Pedretti, Il progetto del passato, Milan, Bruno Mondadori, 1997.

55 Das neue Frankfurt, nº 9, septembre 1930, consacré à la « Deutsche Bauen in der UdSSR » (la construction allemande en URSS).

56 Le rachat d’Electa par Mondadori en 1995 provoqua non seulement le changement de direction à Casabella, avec la nomination de Francesco Dal Co depuis longtemps directeur des collections de livres, mais aussi le déplacement d’une partie importante du personnel pour la fondation d’une nouvelle maison d’édition de livres d’art et d’architecture (Skira).

57 Lettre de Jean-Louis Cohen à la rédaction de Casabella, expédiée le 8 novembre 1995 au retour de l’ultime réunion du comité de rédaction à Milan, au cours de laquelle Gregotti avait communiqué officiellement la fin de sa direction (document Archives Casabella).

58 Aldo van Eyck, Casabella, nº 630-631, janvier-février 1996, p. 116.

59 V. Gregotti, « L’ossessione della storia », Casabella, nº 478, mars 1982, p. 18-19.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Manuscrit de la lettre de Walter Gropius à Casabella, 1953
Légende Publiée par E. N. Rogers dans le premier numéro de Casabella Continuità, n° 199, octobre-novembre 1953, p. 4.
Crédits Collection privée.
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Couverture de Casabella, nº 478, mars 1982, premier numéro de la direction Gregotti.
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Couverture de Casabella, nº 440-441, octobre-novembre, 1978, directeur Tomás Maldonado, consacré à « Casabella cinquant’anni 1928-1978 »
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre « Cartolina 45 », in Casabella, nº 530, décembre 1986, p. 64
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Álvaro Siza Vieira, « La nuova Facoltà di architettura di Porto », Casabella, nº 547, juin 1988, pp. 4-15
Légende Un exemple de mise en pages d’un projet d’architecture (pp. 8-11-12-15), qui montre l’articulation de divers matériaux graphiques pour documenter l’ensemble du processus de projet.
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Une double page représentative de la section des « Argomenti », Casabella, nº 578, avril 1991, pp. 28-29
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre La rédaction de Casabella en 1993
Légende De gauche à droite : Gisella Forni, (secrétaire de rédaction), Flavio Ranzini (graphiste), Giacomo Polin, Pierre-Alain Croset, Myriam Tosoni, Mirko Zardini
Crédits Photo DR
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Vittorio Gregotti et Bernardo Secchi
Crédits Photo DR
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Couverture alternative, inédite, pour le nº 498-499, janvier-février 1984
Légende Collection privée.
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Couverture de Casabella, nº 498-499, janvier/février 1984, numéro double « Architettura come modificazione »
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Joakim Hansson, « L’architettura industriale di Alvar Aalto », Casabella, nº 555, mars 1989, pp. 42-58
Légende Exemple représentatif de la section des « Documents historiques » ; est reproduite ici la p. 47
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Les couvertures de numéros doubles particulièrement représentatifs de la direction Gregotti : n° 509-510, janvier-février 1985, « I terreni della tipologia » ; n° 531-532, janvier-février 1987, « Le Corbusier » ; n° 575-76, janvierfévrier 1991, « Il disegno del paesaggio italiano » ; n° 597-598, janvier-février 1993, « Il disegno degli spazi aperti » ; n° 619-620, janvier-février 1995, « Il progetto storico di Manfredo Tafuri ».
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Couverture du numéro double nº 630-631, janvier‑février 1996, « Internazionalismo critico », dernier numéro de la direction Gregott
Légende La rédaction invita à collaborer à ce numéro tous les « architectes de Casabella », sous la forme d’un projet et d’un commentaire critique sur le thème du numéro, et les « auteurs de Casabella », sous la forme de brefs essais de réflexion critique.Parmi les architectes sont présents Tadao Ando, Gae Aulenti, Oriol Bohigas, Paul Chemetov, Henri E. Ciriani, Pierre-Louis Faloci, Herman Hertzberger, Josef Paul Kleihues, Yves Lion, Richard Meier, Rafael Moneo, Boris Podrecca, Álvaro Siza, Luigi Snozzi, Oswald Mathias Ungers, Gino alle, Aldo van Eyck. Les contributions critiques sont en particulier de Jean-Louis ohen, Carlo Olmo, Alan Colquhoun, Bernardo Secchi, Michel Sorkin, Richard Ingersoll.
URL http://journals.openedition.org/crau/docannexe/image/297/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre‑Alain Croset et Michele Bonino, « Casabella 1982 – 1996  », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, 24/25 | 2009, 67-86.

Référence électronique

Pierre‑Alain Croset et Michele Bonino, « Casabella 1982 – 1996  », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine [En ligne], 24/25 | 2009, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/crau/297 ; DOI : 10.4000/crau.297

Haut de page

Auteurs

Pierre‑Alain Croset

Né en 1957, il est architecte et critique. Il obtient son diplôme d’architecte à l’École polytechnique fédérale de Lausanne en 1982. De 1982 à 1996, il est assistant à la direction de la revue Casabella à Milan. Il collabore successivement avec Luigi Snozzi, d’abord comme assistant universitaire à Lausanne de 1985 à 1988, puis dans l’agence

de Locarno de 1990 à 1993. Il ouvre en 1993 son agence d’architecture avec Chiara Rovetta, à Brescia. Professeur invité en 1994 à la Columbia University (New York), il est nommé en 1997 professeur ordinaire de projet, histoire et théorie de l’architecture et directeur de l’Institut für Baukunst à la Technische Universität (université technique) de Graz, puis doyen de la faculté d’architecture de la même université. Depuis 2002, il est professeur ordinaire de composition architecturale et urbaine à la première faculté d’architecture du Politecnico de Turin. Il a publié de nombreux ouvrages
et essais sur l’architecture moderne et contemporaine, et son activité comme architecte s’exerce principalement dans le domaine de l’architecture résidentielle et du projet urbain. Parmi ses publications, citons les monographies consacrées à Gino Valle, à Luigi Snozzi et à Àlvaro Siza, les écrits sur les transformations urbaines de Berlin (Casabella n° 506, 1984) et de Barcelone (catalogue officiel des grands projets pour les Jeux olympiques, Barcelone 1992), mais aussi de numéros spéciaux de la revue Casabella : « L’Architecture comme modification » (1984), « Le Corbusier » (1987), « Le dessin des espaces publics » (1993), « Le projet historique de Manfredo Tafuri » (1995).

Michele Bonino

Né en 1974, il est enseignant-chercheur de projet architectural et urbain à l’École polytechnique de Turin, docteur en histoire de l’architecture et de l’urbanisme. Il est l’auteur de Inventare gli spostamenti (avec Massimo Moraglio, 2006), Il palazzo dei lavori pubblici. Committenti progettisti decisori (2005), Josep Maria Sostres 1915-1984 (2000). Il est le traducteur en italien des écrits d’Ignasi de Solà-Morales (avec Daniele Vitale, 2001 et 2005). Ses articles et essais ont été publiés dans Il Sole 24 ore – domenica, Il manifesto, Abitare, de Architect, Parametro, Controspazio, Cluster, Architettura del paesaggio. Il est un collaborateur régulier d’Il Giornale dell’architettura. En tant qu’archi­tecte (MARC Architetti, avec Subhash Mukerjee) il a participé à la Biennale d’architecture de Venise en 2004, aux Annali dell’Architettura e delle Città (Naples, 2007), au London Festival of Architecture (2008). Il a également été rapporteur pour le Congrès mondial de l’Union internationale des architectes (UIA) en 2008. Ses travaux ont été publiés dans Casabella, A10, New European Architecture, Abitare, Domus, Monitor, Diseño Interior, de Architect.

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers de la recherche architecturale et urbaine

Haut de page
  • Logo Éditions du patrimoine
  • OpenEdition Journals